Podcasts sur l'histoire

Fairey Firefly AS.6

Fairey Firefly AS.6


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Fairey Firefly AS.6

Le Fairey Firefly AS.6 était une version anti-sous-marine dédiée de l'avion, sacrifiant l'armement défensif pour une capacité anti-sous-marine améliorée.

L'AS.6 avait son canon de 20 mm retiré. En retour, il avait des points durs sur les ailes qui pouvaient transporter seize roquettes de 3 pouces (huit sous chaque aile en deux rangées de quatre), des bouées acoustiques, des grenades sous-marines ou des mines.

Les seize premiers AS.6 ont été produits en convertissant les AS.5 sur la production. Ils ont été suivis par 133 AS.6 nouvellement construits, pour un total de 149 avions achevés en AS.6. 56 autres Mk.5 ont été convertis au standard AS.6. Le premier avion de série effectua son vol inaugural le 23 mars 1949.

Le Firefly AS.6 est entré en service avec l'escadron n°814, en janvier-février 1951. L'AS.6 a servi avec une série d'escadrons anti-sous-marins, passant une grande partie de son temps à opérer en mer du Nord ou en Méditerranée, à surveiller les sous-marins. Il fut finalement retiré en 1955 et remplacé par le Fairey Gannet, qui avait été conçu comme une arme anti-sous-marine.

Moteur : Griffon 74
Puissance : 2 004 cv au décollage, 2 245 cv en altitude
Équipage : 2
Envergure: 41ft 17in
Longueur : 37 pieds 11 pouces
Hauteur : 13 pieds 11 pouces
Poids à vide : 9 674 lb
Poids chargé : 16 096 lb
Vitesse maximale : 386 mph à 14 000 pieds
Vitesse de croisière:
Plafond de service : 31 900 pi
Portée : 760 milles
Armement : aucun
Charge de bombes : seize roquettes de 60 lb ou deux bombes de 2 000 lb

Retour à l'article principal Fairey Firefly


Fairey Firefly AS.6 - Histoire

Date:01-DEC-1951
Temps:nuit
Taper:
Fairey Firefly AS.Mk 6
Opérateur propriétaire:1840 Esc RNVR FAA RN
Inscription: WH631
C/n/msn : F.8754
Décès :Décès : 2 / Occupants : 2
Autres décès :0
Dommages à l'avion : Annulé (endommagé au-delà de toute réparation)
Emplacement:High Trees School, Oldfield Road, Horse Hill, près de Horley, Surrey - Royaume-Uni
Phase: Manœuvres (show aérien, lutte contre les incendies, ag.ops.)
La nature:Vol illégal
Aéroport de départ:RNAS Ford, (HMS Peregrine) Yapton, West Sussex
Récit:
Fairey Firefly AS.6 WH631 : Livré à la FAA RN (Fleet Air Arm Royal Navy) au HMS Nuthatch, RNAS Anthorn RDU, Cumberland, 3/5/1951. Délivré pour la première fois pour le service au 1840 Squadron RNVR (Royal Naval Volunteer Reserve) FAA RN au HMS Peregrine, RNAS Ford, Yapton, Arundel West Sussex en juillet 1951.

Annulé (détruit) le 1/12/1951 : est entré en collision avec des arbres dans un « battage » de faible niveau non autorisé à l'école High Trees, à Horse Hill, près de Horley, dans le Surrey. L'avion s'est brisé et l'épave a pris feu lors de l'impact avec le sol. Les deux membres d'équipage tués

Équipage du Firefly WH631 :
Lieutenant John E. Jameson RN (pilote) - tué en service actif le 1/12/1951
Lieutenant Roy E. Mumford RN (Observateur) - tué en service actif le 1/12/1951

Les deux membres d'équipage étaient des "vieux garçons" (anciens élèves) de l'école, ce qui explique la démonstration de voltige aérienne à bas niveau non autorisée au-dessus de ce qui était leur ancienne école. D'après un article d'histoire locale sur l'histoire de High Trees School 1922-1984 (voir lien #4)

"Il a été dit que Miss Young trouvait extrêmement difficile de faire face à tout cela et probablement l'un des derniers gouttes a été le tragique accident en 1952" [sic] "de deux de ses anciens élèves. Ils sont venus dans un avion du Royal Naval Air Station à Ford dans le Sussex et on pense qu'ils ont démontré leur capacité de survol de l'école, au cours de laquelle l'avion a heurté des arbres et s'est écrasé sous High Trees, tuant les deux jeunes hommes.

On dit qu'elle en a trouvé des morceaux éparpillés dans le parc. Peu de temps après, elle mourut subitement. Elle a été enterrée dans le cimetière de Sidlow et sa pierre tombale se lit comme suit :

'Ethel May Young, née le 31 juillet 1888, décédée le 2 novembre 1952, fondatrice de la High Trees School, Horsehill. Elle aimait enseigner et apprenait à aimer.'"


Fairey Firefly AS.6 - Histoire

Emplacement
Ville / Aéroport :Stretton (fermé) Plan
Région / Pays :Angleterre, Royaume-Uni
Codes d'aéroport :Rien
Événement:Journée de la marine Stretton 1955
Date de la photo :25 juin 1955
Photo par:R.A.Scholefield
Photo d'identité: 46559

L'Escadron 1841 RNVR&aposs Firefly AS.6 effectue un décollage de démonstration assisté par fusée lors de la Journée de la marine de 1955 à RNAS Stretton, Cheshire. L'appareil de fusée est visible au dessus des ailes et l'échappement en bas à gauche.

Cette photo a été ajoutée le 1er mars 2018 et a depuis été vue 114 fois.


Fairey Firefly AS.6 - Histoire

Construit comme un Firefly AS.6.

Pris en force/charge avec la Royal Navy avec le s/n WH632.

Transféré à l'unité RNVR inconnue, RNAS Ford.

Pris en force/charge avec la Royal Australian Navy avec le s/n WH632.

À l'Australian Air League, Marrickville, Australie.

Au musée de l'air de Camden, en Australie.

À Canadian Warplane Heritage, Patricia Bay, Victoria, C.-B.

À Canadian Warplane Heritage, Patricia Bay, Victoria, C.-B. avec le c/r C-GBDG.

À Canadian Warplane Heritage, Mount Hope, ON.

Basé au Canadian Warplane Heritage Museum, Mount Hope, Hamilton, ON.
Consulter le dossier de localisation


Photographe: Mike Henniger
Remarques: Photographié au Hamilton International Air Show tenu à Mount Hope, en Ontario.


Photographe: Mike Henniger
Remarques: Photographié au Hamilton International Air Show tenu à Mount Hope, en Ontario.


Photographe: Mike Henniger
Remarques: Photographié au Hamilton International Air Show tenu à Mount Hope, en Ontario.


Photographe: Mike Henniger
Remarques: Photographié au Hamilton International Air Show à Mount Hope, en Ontario.

Etat civil cédé : C-GBDG (F.F. 46 FIREFLY, WH 632)

À Canadian Warplane Heritage, Mount Hope, ON.

Marquages ​​appliqués : BD-G, VH142
Dans les marques d'un Firefly Mk. V opérant à partir du NCSM Magnificent en 1949-50.


Photographe: Mike Henniger


Photographe: Nigel Hitchman
Remarques: Au Salon Ailes Vintage du Canada, Gatineau, Québec, Canada


Photographe: Gustavo Bonilla


Photographe: Gustavo Bonilla


La science derrière les lucioles

Courir dans la cour pendant les chaudes nuits d'été pour tenter d'attraper des lucioles est un passe-temps amusant. Ces insectes, également connus sous le nom de punaises de la foudre, peuvent illuminer la nuit avec leur lueur magique. Mais qu'est-ce qui les fait clignoter ? Lisez la suite pour en savoir plus sur la science qui se cache derrière ce bogue estival éblouissant. Vous êtes peut-être « éclairé ! »

Les lucioles ne sont pas du tout des mouches !

Ce sont en fait des scarabées. Les lucioles sont des membres nocturnes de la Lampyridae famille. Le nom vient du grec "lampein", qui signifie briller. Oh l'ironie! Certaines lucioles sont diurnes, mais elles ne brillent généralement pas. La plupart des lucioles sont ailées, ce qui les distingue des autres insectes luminescents de la même famille, souvent appelés vers luisants. Le nom « vers luisant » peut désigner de nombreuses espèces différentes, y compris les lucioles.

Les lucioles sont des superstars de l'efficacité.

Les lucioles ont des organes légers situés sous leur abdomen. Bien que plus de 2 000 espèces portent le nom de « luciole », toutes les lucioles ne brillent pas. Ceux qui mélangent de l'oxygène avec un pigment appelé luciférine pour générer de la lumière avec très peu de chaleur. L'enzyme luciférase agit sur la luciférine en présence d'ions magnésium, un produit chimique appelé adénosine triphosphate (ATP) et d'oxygène pour produire de la lumière. La lumière que produisent certaines lucioles est extrêmement efficace. En fait, c'est la lumière la plus efficace au monde ! Près de 100% de l'énergie de la réaction chimique devient lumière. La lumière produite par les lucioles peut être de couleur verte, jaune ou orange.

De temps en temps, les lucioles mettent leur lumière efficace à bon escient dans des affichages flashy. Certaines lucioles, surtout en Asie du Sud-Est, synchroniseront leurs flashs. Aux États-Unis, ce phénomène se produit au cours des premières semaines de juin dans les Great Smokey Mountains du Tennessee.

Les éclairs de luciole peuvent être aussi romantiques qu'une douzaine de roses… parfois.

Les lucioles clignotent selon des motifs uniques à chaque espèce. Chaque motif de clignotement est utilisé pour les aider à trouver des partenaires potentiels. Les lucioles mâles volent généralement dans les airs à la recherche d'une femelle en émettant un motif clignotant spécifique à l'espèce. Certaines lucioles ne clignotent qu'une seule fois, tandis que d'autres le font jusqu'à neuf fois. Les femelles s'assoient sur le sol et attendent de voir un impressionnant spectacle de lumière. Ils montrent leur intérêt en répondant avec un seul flash, programmé pour suivre les flashs caractéristiques des mâles d'une manière spécifique à l'espèce.

Moins romantique, les lucioles femelles du genre Photuris imiter le flash des femelles du genre Photinus attirer Photinus mâles, qu'ils attirent pour manger. Non seulement le Photuris les femelles obtiennent de la nourriture, elles incorporent également des produits chimiques de la Photinus mâles qui les rendent désagréables aux prédateurs.

Les lucioles utilisent leur lumière pour éloigner les prédateurs.

En parlant de prédateurs, le sang de luciole contient un stéroïde défensif appelé lucibufagins, ce qui les rend peu appétissants pour les chasseurs potentiels. Une fois que les prédateurs ont mordu, ils associent le goût désagréable à la lumière des lucioles et évitent d'attaquer les insectes de la foudre à l'avenir.

Certaines lucioles mangent d'autres types de lucioles.

Les larves de la plupart des lucioles sont des insectes prédateurs et utiles qui se nourrissent d'escargots, de limaces et de vers. Lorsqu'elles deviennent adultes, les lucioles peuvent manger du pollen, du nectar ou rien du tout ! Les quelques espèces qui restent carnivores jusqu'à l'âge adulte mangent d'autres types de lucioles. Parlez d'un régime étrange!

Les humains contribuent au déclin des lucioles.

Si vous ne voyez pas autant de lucioles cet été que par le passé, c'est parce que ces éclairs sont en déclin. La pollution lumineuse, le développement des habitats des lucioles et la récolte entraînent tous une diminution du nombre de lucioles. Lorsque leur habitat est dépassé, les lucioles ne se déplacent pas. Au lieu de cela, ils disparaissent tout simplement.

Si vous vivez dans un endroit où les lucioles sont communes, recherchez les modèles et les habitudes discutés ici. Si vous voulez attraper des lucioles, protégez-les en plaçant une serviette en papier humide au fond d'un bocal en verre. Percez des trous dans le couvercle du bocal pour que les lucioles puissent respirer. N'oubliez pas de les relâcher au bout d'un jour ou deux !

Conseils de prévention des tiques

Apprenez à vous protéger, vous et votre famille, des piqûres de tiques avant de sortir cet été.

Virus du Nil occidental et EEE

Bien qu'ils diffèrent à bien des égards, les cas extrêmes de ces deux maladies transmises par les moustiques peuvent avoir de graves conséquences sur la santé.

Lieux insolites Les punaises de lit se cachent

Des sacs à main aux animaux en peluche, les punaises de lit peuvent se cacher dans des endroits insolites.


L'histoire de Blacktown

La zone comprenant la ville de Blacktown a une longue histoire, les Aborigènes appartenant à la tribu Daruk (Dharug Dharruk Darug) ont certainement habité la région bien avant la colonisation européenne. Le gouverneur Phillip s'est rendu à Prospect Hill en 1788 et le premier règlement a été conclu en 1792.

Le nom ‘Black Town’ faisait référence à un institut autochtone créé à Plumpton dans les années 1820 pour enseigner aux autochtones locaux les manières européennes. En 1862, le nom Blacktown est inscrit dans les registres officiels.

Certaines dates importantes dans l'histoire de Blacktown comprennent :

1791 – Première concession de terres dans le district de Blacktown

1804 – Bataille de Vinegar Hill (Rouse Hill)

1827 – Bushranger, Jack Donahue (Wild Colonial Boy) commence à voler dans la région de Blacktown

1860 – Railway arrive à Blacktown

1877 Ouverture de l'école publique de Blacktown (premier lieu de rencontre du Blacktown Boys Sqn également !)

1888 – Ouverture du réservoir Prospect

1912 – Le premier accident d'avion en Australie s'est produit près du lycée Rooty Hill

1955 – Ligne de chemin de fer électrifiée jusqu'à Blacktown.

1975 – Population 165 000.

1979 – Blacktown est devenue une ville.

Pour une histoire plus détaillée de Blacktown, un bon point de départ est le site Web du conseil municipal de Blacktown.


Fairey Firefly AS 6 WD826

Warbirds Online est depuis longtemps un fan du Fairey Firefly, qui était largement exploité par la Royal Australian Navy. La marine australienne a exploité environ 108 Firefly en tant qu'avions de combat embarqués, anti-sous-marins et de reconnaissance sur le HMAS Sydney (III) et le HMAS Vengeance et ils ont été mis en service en 1949 jusqu'à la fin des années 1950. Le Firefly a servi en Corée avec une grande distinction dans des conditions épouvantables.

Après le service, la grande majorité des Firefly’ ont été mis au rebut en Australie et au Royaume-Uni avec très peu de survivants de la race. En effet, le nettoyage du Royaume-Uni était si complet que la majorité des avions qui ont survécu en tant qu'avions de musée et oiseaux de guerre des temps modernes ont été d'anciens avions australiens.

Au fil des ans, environ 6 Firefly’ ont été exportés d'Australie vers le Royaume-Uni et le Canada en tant qu'avions de musée et plusieurs d'entre eux ont volé. Malheureusement, le Firefly a eu une carrière mouvementée en tant que Warbird, avec plusieurs accidents au fil des ans au Royaume-Uni, au Canada et un aux États-Unis.

En Australie, deux Firefly’ ont volé en tant que Warbirds, AS.6 WB518 / WB828, l'ancien "Mickeys Mouse" de Mike Wansey qui a volé pendant plusieurs années avant de s'écraser et d'être finalement réparé et vendu aux États-Unis. Il a été acheté par l'Américain Eddie Kurdziel, qui a restauré l'avion et l'a piloté lors de spectacles aériens avant un autre atterrissage en catastrophe en 2012 et devrait voler à nouveau bientôt.

Le sujet de cet article est Fairey Firefly AS.6 WD826, au Royal Australian Navy Historic Flight, NAS Nowra NSW. Ce Warbird a été fabriqué en 1950 en tant qu'AS 6 pour la Royal Navy mais a finalement été livré à la RAN le 21/1/53 à King George V Docks, Glasgow, Ecosse (cocooned) et embarqué dans le HMAS Vengeance.

Fairey Firefly AS.6 WD826 Fairey Firefly AS.6 WD826
Fairey Firefly AS.6 WD826 Fairey Firefly AS.6 WB828

Une fois en Australie, l'avion a rejoint la flotte RAN en juin 1953 avec le 816 Sqn codé 245/K et a subi un accident le 6/11/54 alors qu'il était piloté par le sous-lieutenant A. Saunders RAN & Cdr D.O. Bews RAN, lorsqu'un bout d'aile a heurté la piste et que le train d'atterrissage s'est effondré à RAAF Laverton, Victoria. L'avion a ensuite été réparé et stocké à Nowra jusqu'en 1961 et le Firefly a été converti en Target remorquant TT.6 par Brain & Brown, Avalon, Vic et a ensuite servi avec le 723 Sqn en tant que 845/NW jusqu'à ce qu'il soit finalement retiré en tant qu'instructeur. cellule en 1962.

En 1967, le WD826 est transféré au Naval Aviation Museum de Nowra, puis en 1986 au RAN Historic Flight et inscrit au registre civil sous le nom de VH-NVU.

Le 4/10/86, le WD826 a effectué son premier vol après restauration sous la marque « WD826 », « 245/K » et a été fini dans un schéma de camouflage très attrayant et a été le point culminant de nombreux spectacles aériens au cours des 3 prochaines années jusqu'à ce qu'un certain nombre de mécaniques les problèmes combinés avec l'échouement de la majorité du vol historique RAN l'ont vu retiré de l'utilisation. Plusieurs tentatives ont été faites pour restaurer à nouveau l'avion au fil des ans, mais malheureusement, elles n'ont jusqu'à présent pas abouti, bien que des efforts très prometteurs soient signalés à l'heure actuelle, que l'on espère voir cela et certains des autres avions de la FAAHF prendre à nouveau dans l'air.

Fairey Firefly AS.6 WB518 Fairey Firefly AS.6 WB518
Fairey Firefly AS.6 WB518 Fairey Firefly AS.6 WJ109

Warbirds Online a assisté à un certain nombre de spectacles aériens, dont Fairey Firefly AS.6 WD826, avec un affichage mémorable achevé à la base de la RAAF à Richmond au Bi-Centennial Air Show de 1988. Nous avons inclus quelques photos que nous avons prises à cette occasion ainsi que quelques autres Fairey Firefly's conservés que nous avons photographiés en Australie.

Le Fairey Firefly s'est bien comporté en service australien et avait une bonne réputation pour sa fiabilité et sa robustesse dans des conditions défavorables. Nous avons la chance qu'un certain nombre d'entre eux aient survécu et que l'un d'entre eux puisse même voler à nouveau.


Fairey Firefly AS.6 - Histoire



























Fairey &ldquoFirefly&rdquo Mk.AS.6
Avion anti-sous-marin monomoteur biplace embarqué au Royaume-Uni et mdash

Archives des photos

Fairey &ldquoFirefly&rdquo Mk.AS.6 (N518WB, WB518/201) vers 2007 à l'Aviation Nation Air Show, Nellis Air Force Base, Las Vegas, Nevada (Photos de John Shupek)

Copyright © 1998-2018 (Notre 20 e année) Skytamer Images, Whittier, Californie
TOUS LES DROITS SONT RÉSERVÉS


Fairey Firefly AS.6 - Histoire

La conception a été achevée en septembre 1939 et une commande de 200 avions a été passée le 12 juin 1940. Le premier avion de développement a décollé de Fairey's Great West Aerodrome (maintenant partie de l'aéroport d'Heathrow à Londres) le 22 décembre 1941. Le deuxième avion a volé le 4 juin 1942 (écrasement vers la mi-juillet) et le troisième le 26 août 1942. Essais de porte-avions à bord du HMS Illustre ont été effectués à la fin de 1942.

Le premier avion de production de l'usine de Hayes a été livré en mars 1943 et les avions sont entrés en service avec le No 1770 Squadron à Yeovilton le 1er octobre 1943 et ont été placés sur le porte-avions HMS Infatigable. Ils ont été utilisés contre le cuirassé de poche allemand, Tirpitz en Norvège en juillet 1944. Les avions ont été largement utilisés à partir de la fin de 1943. Le Firefly n'a été utilisé que par la Grande-Bretagne pendant la guerre mais par la suite, de nombreux autres pays les ont achetés.

Les Marks I à IV ont été construits pendant la guerre et par la suite, il y a eu les Marks 5 et 6. Ces dernières versions étaient propulsées par un seul moteur Rolls Royce Griffin 74 V12 de 2 250 ch, il était principalement utilisé comme porte-avions anti-sous-marin, de reconnaissance et avion de frappe. Un pilote et un observateur faisaient partie de l'équipage et l'avion transportait quatre canons de 20 mm montés dans les ailes et 16 roquettes de 60 livres ou deux bombes de 1 000 livres. L'envergure était de 12,55 mètres et la longueur était de 11,56 mètres. La masse à vide était d'au moins 4 423 kg avec une masse maximale au décollage de 6 359 kg.

La Marine royale australienne a exploité deux versions du Fairey Firefly, Mark 5 et Mark 6 (la désignation utilisée a changé des chiffres romains après Mark IV) du 28 août 1948 à mars 1966. Le porte-avions HMAS Sydney avait 816 et 817 escadrons basés sur celui-ci. et ils étaient également basés à RANAS Nowra (HMAS Albatross) lorsque le porte-avions était à Garden Island dans le port de Sydney. Ils ont également été utilisés pour l'entraînement à Albatross par les escadrons 723, 724, 725 et 851. Pendant la guerre de Corée, les Fireflies ont servi au-dessus de la Corée lorsqu'ils étaient basés sur le HMAS Sydney.

Le 16 décembre 1948, un nouveau porte-avions est mis en service dans la Royal Australian Navy. C'était le HMAS Sydney. Au début de 1949, les 26 premières nouvelles Fairey Fireflies (un total de 108 ont été achetées) ont été remises à la RAN et une partie ou la totalité des vols ont eu lieu au Royaume-Uni avant d'être placées à bord du HMAS Sydney pour le voyage de retour en Australie. Deux étaient des modèles Mark IV FR (chasseur/reconnaissance) et le reste des modèles Mark AS.5. Le modèle anti-sous-marin désigné AS a volé pour la première fois en mars 1949 avec la Royal Navy. L'un des AS.5 portait le numéro de série VX381. Au total, 352 Mark 5 ont été construits entre janvier 1948 et mai 1950. Le VX381 (numéro de fabricant F.8413) a été livré à la Royal Navy le 6 décembre 1948 puis transféré à la Royal Australian Navy le 7 avril 1949.

WD887 en 1951 au Royaume-Uni HMAS Vengeance arrivée à l'île Jardin
dans le port de Sydney, le 11 mars 1953

VX381 a été livré à King George V Docks, Glasgow, Écosse le 4 avril 1949 et a été chargé sur HMAS Sydney. Le HMAS Sydney a quitté l'Angleterre le 12 avril 1949 et est arrivé à Jervis Bay, au sud de Sydney, le 25 mai 1949 (un site Web indique le 31 mai 1949). L'avion a été remorqué par la route jusqu'à RANAS Nowra (HMAS Albatros). Il était piloté par le 816 Squadron sous le nom de 216/K. En 1956, c'était avec le 851e Escadron. C'était le voyage inaugural du nouveau porte-avions. En plus des 26 Fireflies, il y avait 27 Sea Furies.

Il est possible que le VX381 ait servi pendant la guerre de Corée sur le Sydney.

WD887 avec WD890 au RNAS Culdrose en mars 1951 WD887 au milieu des années 50

En mars 1953, 20 nouvelles Fairey Fireflies ont été livrées à la RAN (cette date pourrait être la date à laquelle elles sont réellement arrivées en Australie). Les avions ont été placés sur le HMAS Vengeance (prêté par la RN pendant que le HMAS Melbourne était en cours de construction/converti du HMS Majestueux). HMS Vengeance a été commandé en tant que HMAS Vengeance le 13 novembre 1952 et déclassés dans la Royal Navy vers août 1955. Les avions ont voyagé en Australie, quittant Portland, Angleterre le 22 janvier 1953 sur le porte-avions et sont arrivés dans le port de Sydney le 13 mars 1953 (d'où la date de livraison était quand ils arrivé en Australie).

Les avions étaient tous des modèles Mark AS.6. L'un d'eux était le numéro de série WD887. Un site web que j'ai trouvé dit que cet avion a été livré en février 1951 (sous le nom de Firefly FR.5 219/Q) au 814 Squadron (Royal Navy). Un autre site dit qu'il a été livré le 8 janvier 1951. En mai 1951 il a eu un accident lors de l'atterrissage sur le HMS Vengeance. L'avion a ensuite été vendu à l'Australie. Lors de la livraison de l'avion en Australie se trouvaient également à bord 10 Sea Furies et trois hélicoptères Bristol Sycamore.

L'avion a été livré à King George V Docks, Glasgow, Ecosse le 21 janvier 1953 où il a été chargé sur HMAS Vengeance. Un site dit qu'à son arrivée en Australie le 11 août 1953, il a été déchargé à RANAS Schofields. Cependant, le navire et l'avion sont arrivés à Sydney en mars 1953. Le 15 août 1954, alors qu'il était avec l'escadron 723, il a eu un accident de taxi dans des rafales de vent. Il a ensuite été affecté au 851e Escadron sous le nom de 260/K puis au 724e Escadron sous le nom de 910/NW. Il a ensuite été transféré à l'escadron 851.

Le 27 novembre 1956, deux Fairey Fireflies de la RAN sont entrés en collision au-dessus de Jervis Bay, s'écrasant tous deux dans la baie. Les lucioles étaient des VX381 et WD887 basés à proximité du HMAS Albatross. Le sous-lieutenant Eagles et l'aspirant Debus pilotaient le VX381. Debus était un élève observateur sur une course d'entraînement. Le sous-lieutenant Arundel et l'aspirant Fogarty étaient à bord du WD887.

VX381 et WD887 volaient en cercles dans des directions opposées lorsqu'ils ont eu une collision en vol. Le bout d'aile tribord du VX381 est entré en collision avec le WD887. Un tiers de l'extrémité de l'aile du VX381 avait disparu et il a continué à voler vers le nord-est pendant une courte période au cours de laquelle le pilote a passé un appel radio Mayday.

Le S/Lt Eagles a réussi à abattre le VX381 sur Jervis Bay et lui et Debus ont été secourus par le lieutenant O'Farrell et le maître Maby aux commandes d'un hélicoptère Fleet Air Arm Sycamore XA902. Ils avaient été brouillés hors du HMAS Melbourne pour secourir les pilotes et l'équipage de ces deux avions. WD887 s'est écrasé, peut-être vers Husskison. Je ne suis pas sûr, mais je crois que les corps du S/Lt Arundel et de l'Aspirant Fogarty n'ont jamais été retrouvés. Le 29 novembre 1956, le capitaine Harding RAASC et l'officier marinier Maby ont survolé la baie de Jervis et ont déposé une couronne sur le site où le S/Lt Arundel et l'Aspirant Fogarty ont péri. Ce jour-là, ils ont piloté un hélicoptère Fleet Air Arm Sycamore XA220.

En 1983, Charlie Pickering local a trouvé VX381. Elle est intacte, à part quelques jauges volées depuis. Avec une envergure de 13 mètres et une longueur de 12 mètres, ce site n'est pas énorme et sa faible profondeur de 13 mètres signifie que c'est une plongée que vous faites en utilisant les restes d'un réservoir.

Difficile à localiser, les marques ne sont pas couramment disponibles, bien que les bateaux de location vous y emmèneront. J'ai à la fois des relevés GPS et des repères pour l'avion, mais je n'ai pas réussi à le trouver à deux reprises. Cependant, Wayne Heming m'a donné de nouvelles lectures GPS qui l'ont enregistré en septembre 2009. Il est 35° 00' 54.30'S 150° 44' 18.78'E en utilisant Datum WGS84. Cela équivaut à 35° 01' 00.0"S 150° 44'14.6"E en utilisant Datum AUS66, mon datum normal. Lorsque j'ai fait les relevés GPS à l'origine, c'était au début de l'utilisation des GPS et je ne me souviens pas de la donnée que j'ai utilisée pour cet enregistrement (voir la page GPS pour plus de détails sur ce que cela signifie). D'où mes problèmes pour le déplacer. Cela fonctionnera car j'en ai utilisé un très similaire en avril 2006 avec succès pour trouver l'avion.

Un schéma de l'avion par John Riley

Lorsque vous vous approchez de l'avion, votre sondeur montrera des poissons au-dessus de l'épave et le fuselage et la queue devraient également apparaître. Essayez de mouiller sur le sable et s'il y a du vent, lâchez un poids et une bouée et ne mouillez pas. C'est pour éviter d'endommager l'avion.

L'avion fait face à l'est et repose à plat sur le sable. L'hélice à quatre pales repose comme un X et aucune des pales n'est pliée du tout, ce qui indique que le moteur ne tournait pas lorsque l'avion a heurté l'eau. Le cockpit est ouvert sur le côté droit, et vous pouvez voir la verrière reculée. La ceinture de sécurité peut être considérée comme les restes du siège. L'aile tribord est enfouie sous le sable tandis que l'aile bâbord est dégagée. Celui-ci n'est pas endommagé, à l'exception d'une légère corrosion au fil des ans. Derrière le cockpit, la cabine des membres d'équipage est également ouverte et vous pouvez également voir la ceinture de sécurité et les restes de siège.

La queue est intacte, bien que l'empennage et les ailes commencent à se désagréger. Il n'y a aucun dommage apparent qui aurait causé l'écrasement de l'avion, donc je ne peux que supposer que les dommages étaient à l'aile bâbord, coupant le réservoir de carburant causant la perte du moteur.

L'autre avion n'a pas encore été localisé, bien que certaines personnes prétendent l'avoir trouvé au fil des ans.

Après avoir plongé avec le Fairey Firefly, vous pouvez voir un Firefly encore capable de voler au Naval Aviation Museum du HMAS Albatross. Pour trouver la base aérienne, tournez à gauche sur BTU Road qui se trouve à quelques kilomètres en remontant la Princes Highway en direction de Nowra.


Fairey

Fondée en 1915 par Charles Richard Fairey (plus tard Sir Richard Fairey) et l'ingénieur belge Ernest Oscar Tips à leur départ de Short Brothers, la société a d'abord construit sous licence ou en sous-traitance des avions conçus par d'autres constructeurs.

L'espadon était un type d'avion notable construit par Hayes à la fin des années 1930 et pendant la Seconde Guerre mondiale.

La réception d'importants contrats militaires britanniques au milieu des années 1930 a nécessité l'acquisition d'une grande usine à Heaton Chapel Stockport en 1935 qui avait été utilisée comme National Aircraft Factory No. 2 pendant la Première Guerre mondiale.

Des installations d'essais en vol ont été construites à l'aéroport Ringway de Manchester, la première phase d'ouverture en juin 1937. Quelques bombardiers monoplans Hendon construits à Stockport ont été pilotés depuis l'aérodrome de Manchester Barton en 1936. La production en série de bombardiers légers Battle à Stockport/Ringway a commencé au milieu de 1937.

Un grand nombre de chasseurs Fulmar et de bombardiers en piqué Barracuda ont suivi pendant la Seconde Guerre mondiale. Fairey's a également construit 498 avions Bristol Beaufighter et plus de 660 bombardiers Handley Page Halifax dans leurs installations du nord.

Les avions navals d'après-guerre, Firefly et Gannet ont été complétés par des sous-contrats de de Havilland pour les chasseurs à réaction Vampire et Venom. La production et la modification d'avions à Stockport et Ringway ont cessé en 1960.


Catégorie:Fée Luciole

Il y a deux ans à peine, nous avons créé cette boîte de message sur notre page d'accueil, vous demandant votre aide pour maintenir ce site opérationnel. Pendant ce temps, beaucoup d'entre vous ont généreusement fait un don sur notre compte PayPal et nous vous en serons éternellement reconnaissants. Avec votre aide, nous avons pu apporter les mises à niveau nécessaires à notre serveur pour que le site fonctionne plus facilement que jamais !

Les maigres revenus publicitaires générés par ce site ne suffisent pas à couvrir le coût annuel de fonctionnement du serveur, et nous qui le gérons n'en avons jamais gagné d'argent.

Dans un effort pour continuer à répondre aux besoins des passionnés d'aviation du monde entier, nous continuons à demander des dons pour maintenir ce site opérationnel. Si vous appréciez toujours ce site Web et souhaitez nous aider à continuer d'être le MEILLEUR site sur Internet pour vos besoins de capture d'écran d'aviation, veuillez envisager de faire un don.

Le Fairey Firefly était un avion de chasse britannique de la Seconde Guerre mondiale embarqué et un avion anti-sous-marin de la Fleet Air Arm (FAA). Il était supérieur en performances et en puissance de feu à son prédécesseur, le Fulmar, mais n'est entré en service opérationnel que vers la fin de la guerre. Conçu autour du concept contemporain de la FAA d'une flotte de reconnaissance/chasseur à deux places, le pilote et le navigateur/officier des armes étaient logés dans des stations séparées. La conception s'est avérée robuste, à longue portée et docile dans les opérations de transport, bien que les limitations d'un seul moteur dans une cellule lourde réduisaient les performances globales. Le Fairey Firefly a servi pendant la Seconde Guerre mondiale en tant que chasseur de flotte mais dans le service d'après-guerre, bien qu'il ait été remplacé par des avions à réaction plus modernes, le Firefly a été adapté à d'autres rôles, y compris les opérations de frappe et la guerre anti-sous-marine, restant un pilier de la FAA jusqu'au milieu des années 1950. Environ 1700 avions ont été produits.



Commentaires:

  1. Maeret

    Tout n'est pas si simple, comme ça semble

  2. Penton

    Que veut-il finalement?

  3. Caleb

    Oui en effet. Je suis d'accord avec tout ce qui précède par dit. Nous allons examiner cette question.

  4. Jarion

    Donc oui!

  5. Jeremyah

    Je pense, que vous commettez une erreur. Je suggère d'en discuter.



Écrire un message