Podcasts sur l'histoire

Le grand terrain de balle de Chichen Itza

Le grand terrain de balle de Chichen Itza


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


10 choses que vous ne savez peut-être pas sur Chichen Itza

Autrefois centre de la vie économique et religieuse des Mayas, Chichen Itza, située dans la péninsule du Yucatan au sud du Mexique, a été élue Nouvelle Septième Merveille du Monde par le public en 2007. Chichen Itza, qui se traduit par « au l'embouchure du puits de l'Itza', reçoit plus de 1,2 million de visiteurs par an. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ?


Qu'est-ce qui rend Chichen Itza si spécial ?

Le grand terrain de balle de Chichen Itza. Crédit photo : André Möller.

Bien qu'il existe un éventail complet de fantastiques ruines mayas dans toute cette partie de l'Amérique latine, plus de touristes se rendent à Chichen Itza que partout ailleurs. L'appel n'est certainement pas un mystère. Ce complexe classé au patrimoine mondial de l'UNESCO est situé au milieu d'une nature sauvage spectaculaire, à moins de 150 km de Cancun, la principale destination de vacances du Mexique. La proximité des eaux scintillantes de la mer des Caraïbes, son importance culturelle et historique éminente, sans parler de sa beauté impressionnante, font de ce site une attraction absolument incontournable lors d'un tour du Mexique.

Peu importe la renommée, la foule, la chaleur et l'humidité, il n'y a personne sur cette planète qui reste insensible à la vue à couper le souffle de cet endroit incroyable. Nous parions que même si vous n'avez jamais entendu parler des Mayas, ou si vous n'êtes pas particulièrement intéressé par les sites archéologiques, vous seriez toujours massivement impressionné par les pyramides vertigineuses, les temples colossaux, les colonnes finement sculptées et les vastes places et terrains de sport. C'est le genre de magnétisme que ce site dégage. Plus qu'un tas de décombres avec une histoire illustre, cette ville exceptionnellement bien préservée apparaît comme un centre vivant, respirant et prospère.
Envie de remonter le temps et de découvrir la vie à l'âge d'or de la culture maya ? Ensuite, visitez cette ville antique exceptionnelle… et vous le pourrez.

Chichen Itza. Crédit photo : Pixabay.


Le mur du fond du Temple de l'Homme barbu

Dans une partie du mur du fond, il y a une scène dans laquelle la divinité Kukulkan apparaît assise sur un trône de jaguar, marqué par un ovale formé par un serpent à plumes de chaque côté du dieu, il y a sept personnages, principalement des guerriers avec un atlatl ou une lance , fléchettes et disques arrière dans la ceinture, l'un d'eux ressemble à un chef avec un serpent en arrière-plan.

Mur du temple de l'homme barbu à Chichen Itza

La deuxième rangée du Temple de l'Homme barbu

Dans la rangée suivante, vous trouvez le prêtre et le souverain, avec une robe vêtue de la troisième ou pierres précieuses, avec sept personnes assises à sa gauche, qui ont toutes des pectoraux de papillon à sa droite, six autres dignitaires sont également assis.

La troisième rangée du mur du Temple de l'Homme barbu

Au-dessous d'eux, il y a une autre rangée d'individus, sept à gauche, deux d'entre eux en costumes d'aigle, et sept à droite, deux d'entre eux debout sur le toit d'une maison ou d'un temple, à l'intérieur desquels sont assis deux personnages.

Dernière rangée du mur du Temple de l'Homme barbu

Enfin, ci-dessous, vous pouvez voir le seigneur et prêtre Kukulkan mort, vêtu de sa tunique de chalchihuites et avec un serpent à deux têtes qui part de sa taille vers la tête et les pieds, comme pour le protéger de chaque côté de lui il y a deux individus assis, dont l'un comme sorti d'un escargot, avec des entrelacs végétaux.

L'ensemble est lié aux Itzaes et Kukulkan, avec le dieu qui apparaît dans la partie supérieure ou ciel, avec le seigneur-prêtre qui portait le même nom et qui s'appuyait sur des guerriers, des nobles et des prêtres sur la terre, gardés par la divinité et les dieux des quatre directions, peut-être les Bacabes ou Pauahtun.

La garde-robe des personnages est la même que celle du Grand Jeu de Balle : manches matelassées en coton, barrette nasale, disques arrière sur la ceinture, coiffes à plumes, costumes d'aigle ou d'oiseau, plastron de papillon, ainsi que des entrelacs végétaux et des volutes.


Contenu

Bien que les terrains de balle se trouvent dans la plupart des sites mésoaméricains, ils ne sont pas également répartis dans le temps ou dans la géographie. Par exemple, le site classique tardif d'El Tajin, la plus grande ville de la culture Veracruz classique obsédée par le jeu de balle, compte au moins 18 terrains de balle tandis que Cantona, un site contemporain voisin, établit le record avec 24. En revanche, le nord du Chiapas [5] et les basses terres mayas du nord [6] en ont relativement peu, et les terrains de balle sont manifestement absents sur certains sites majeurs, notamment Teotihuacan, Bonampak et Tortuguero. [7]

On pensait initialement que le jeu de balle était originaire des basses terres côtières, mais un terrain de balle a été découvert à Etlatongo dans les montagnes du sud du Mexique, datant de 1374 avant notre ère. [8]

On pense que les terrains de balle sont une indication de la décentralisation du pouvoir politique et économique : les zones avec un État centralisé fort, comme l'Empire aztèque, ont relativement peu de terrains de balle tandis que les zones avec des politiques concurrentes plus petites en ont beaucoup. [9] À Cantona, par exemple, le nombre extraordinaire de terrains de balle est probablement dû aux cultures nombreuses et diverses qui y résident dans un état relativement faible. [dix]

Terrain de balle mésoaméricain à Teotenango

Terrain de balle de forme classique sur le site de Cihuatan, El Salvador

L'un des terrains de balle de Xochicalco. Notez la forme caractéristique, ainsi que les anneaux placés au-dessus du tablier du court central. Le soleil couchant de l'équinoxe brille à travers l'anneau. [11]

Les terrains de balle varient considérablement en taille. L'un des plus petits, sur le site de Tikal, ne fait qu'un sixième de la taille du Great Ballcourt de Chichen Itza. Malgré la variation de taille, les allées de jeu des terrains de balle ont généralement la même forme, avec un rapport longueur/largeur moyen de 4 pour 1, bien que certaines variations régionales soient observées : le centre du Mexique, par exemple, a des allées de jeu légèrement plus longues , et les Mayas Northern Lowlands légèrement plus larges. [12]

Ce qui suit est une comparaison de la taille des allées de jeu pour plusieurs terrains de balle bien connus. [13]

Placer Culture longueur (mètres) largeur (mètres) rapport longueur/largeur
Xochicalco Xochicalco 51 9 5.7
Monte Albán Zapotèque 26 5 5.2
El Tajin Veracruz classique 126 25 5.1
Chichen Itza (Grand terrain de balle) Maya 96 30.4 3.2
Tikal (Petit cérémonial) Maya 16 5 3.2
Yaxchilan II Maya 18 5 3.6
Toula toltèque 41 10 4.1

Évolution Modifier

Les premiers terrains de balle étaient sans aucun doute des zones temporaires délimitées de sol compacté, un peu comme celles utilisées pour jouer au jeu moderne des oulémas, le descendant du jeu de balle mésoaméricain.

Paso de la Amada, Soconusco, le long de la côte du Pacifique, possède le plus ancien terrain de balle jamais identifié, daté d'environ 1400 av. [14] Ce terrain de balle étroit a une allée de jeu plate de 80 m × 8 m (262 pi × 26 pi) définie par deux monticules de terre flanquants avec des "bancs" sur toute leur longueur.

Au début du classique, les conceptions des terrains de balle ont commencé à comporter une paire supplémentaire de monticules placés à une certaine distance au-delà des extrémités de l'allée, comme pour empêcher les balles errantes de rouler trop loin. Au Terminal Classic, les zones d'extrémité de nombreux terrains de balle étaient fermées, créant la forme bien connue.

L'évolution du terrain de balle est, bien sûr, plus complexe que ne le suggère ce qui précède, et avec plus de 1 300 terrains de balle connus, il existe des exceptions à toute généralisation.

  • Des terrains de balle ouverts (c'est-à-dire sans zones d'extrémité) ont continué d'être construits dans le Terminal Classic et sur des sites plus petits.
  • Certains terrains de balle ne comportaient qu'une seule zone d'extrémité fermée (la soi-disant forme en T), tandis que les zones d'extrémité de certains terrains de balle sont de profondeurs différentes. [15]
  • Au cours de la période de formation, certains terrains de balle fermés étaient entièrement rectangulaires, sans zones de fond. [16] L'un de ces tribunaux, à La Lagunita dans les hautes terres du Guatemala, présente des murs latéraux arrondis.

Murs et surfaces Modifier

Contrairement à la terre compactée de l'allée de jeu, les murs latéraux des terrains de balle formels étaient tapissés de blocs de pierre. Ces murs comportaient au moins 3 surfaces horizontales et en pente. Les surfaces verticales sont moins courantes, mais elles commencent à remplacer le tablier en pente à l'époque classique et sont une caractéristique de plusieurs des terrains de balle les plus grands et les plus connus, notamment le grand terrain de balle de Chichen Itza et les terrains de balle nord et sud d'El Tajin. . Là, les surfaces verticales étaient recouvertes de reliefs élaborés montrant des scènes, en particulier des scènes sacrificielles, liées au jeu de balle.

Orientation Modifier

Les terrains de balle les plus importants faisaient partie de l'enceinte monumentale centrale de leur ville ou de leur ville et, en tant que tels, ils partagent l'orientation des pyramides et d'autres structures là-bas. Étant donné que de nombreuses villes et villages mésoaméricains étaient orientés à quelques degrés à l'est du nord (environ 15° à l'est du nord), [17] il n'est pas surprenant de constater que dans la vallée d'Oaxaca, par exemple, les orientations des terrains de balle ont également tendance à être un quelques degrés à l'est du nord, ou à angle droit par rapport à cela. [18]

En dehors de cette tendance générale, aucune orientation cohérente des terrains de balle dans toute la Méso-Amérique n'a été trouvée, [19] bien que certains modèles émergent au niveau régional. Dans la région de Cotzumalhuapa, par exemple, les terrains de balle ouverts avec une orientation nord-sud étaient antérieurs aux terrains fermés est-ouest. [20]

Des anneaux de pierre, tenonnés dans le mur à mi-court, sont apparus à l'époque du Terminal Classic. En fait, envoyer une balle à travers le ring devait être un événement rare. Les joueurs ne pouvaient pas utiliser leurs mains ou même leurs pieds pour guider le ballon. De plus, les anneaux n'étaient que légèrement plus grands que la balle elle-même et étaient situés à une distance non négligeable de l'allée de jeu. À Chichen Itza, par exemple, ils étaient placés à 6 mètres au-dessus de l'allée, tandis qu'à Xochicalco, ils se trouvaient au sommet d'un tablier de 11 mètres de large, à 3 mètres au-dessus de l'allée de jeu (voir photo principale). [21]

Comme le montrent les codex aztèques, des marqueurs de terrain ont également été utilisés sur de nombreux terrains de balle pour établir la ligne de démarcation entre les équipes - l'un placé dans le sol de l'allée de jeu exactement à mi-terrain, les deux autres placés contre chaque mur latéral. Cependant, un tel placement n'est pas universel. Deux anciens modèles de terrains de balle en céramique récupérés dans l'ouest du Mexique montrent les trois marqueurs placés longitudinal le long du terrain : un (encore) exactement à mi-terrain avec la paire restante placée à mi-chemin entre les murs à chaque extrémité de l'allée de jeu. [22] Les marqueurs de terrain de balle à Copan sont également disposés de cette manière. Le terrain de balle de Monte Albán, quant à lui, n'a qu'un seul marqueur de terrain, placé exactement au centre du terrain.

Ces marqueurs de terrain enfoncés sont presque invariablement ronds et généralement décorés de scènes ou d'iconographies liées au jeu de balle. D'autres marqueurs ont été placés dans les murs du terrain de balle. [23] De nombreux chercheurs ont également proposé que les objets mobiles aériens, par exemple la pierre hachas, ont également été utilisés comme marqueurs de terrain. [24]

Diverses sculptures, stèles et autres ouvrages en pierre étaient également des éléments importants du terrain de balle. Au terrain de balle de Tonina, par exemple, 6 sculptures de captifs couchés surplombent le tablier, une paire à mi-terrain et une paire à chacune des extrémités de la corniche. Malheureusement, les anneaux, les marqueurs et les sculptures sont plus portables et plus susceptibles d'être enlevés ou détruits que l'infrastructure permanente du terrain de balle, et sur certains terrains de balle, ces caractéristiques ont été perdues à jamais.

Beaucoup – ou même la plupart – des représentations mayas du jeu de balle sont montrées sur fond d'escaliers. [25] À l'inverse, les escaliers mayas présenteront occasionnellement des reliefs de scènes de jeu de balle ou des glyphes liés au jeu de balle sur leurs contremarches. Les plus célèbres d'entre eux sont les escaliers hiéroglyphiques de la structure 33 à Yaxchilan, où 11 des 13 contremarches présentent des scènes liées au jeu de balle. Dans ces scènes, il semble que les joueurs jouaient réellement le ballon contre les escaliers dans ce qui semble être une version maya de la balle perchée.

L'association des escaliers et du jeu de balle n'est pas bien comprise. Linda Schele et Mary Miller proposent que les représentations enregistrent des événements historiques et enregistrent en particulier une « forme de jeu . distincte du jeu mené sur les courts », celle qui « suivait probablement immédiatement [ward] sur les marches adjacentes aux terrains de balle ». [26] D'autres chercheurs sont sceptiques. Marvin Cohodas, par exemple, propose que les "escaliers" soient plutôt des plates-formes à gradins associées au sacrifice humain, [27] tandis que Carolyn Tate considère les scènes d'escalier de Yaxchilan comme "le segment Underworld d'un cosmogramme". [28]


Le couvent

Le couvent, dans le groupe sud de ruines, contient certaines des structures les mieux conservées de Chich&# xE9n Itz&# xE1. Ils semblent être les quartiers d'habitation de l'élite maya. Chaque pied carré de mur a des reliefs et des peintures qui le décorent.

Comme la plupart des autres ruines, l'entrée est autorisée, j'explore donc certains des recoins cachés. Autour du fond d'un grand escalier je découvre une ouverture noire menaçante. Bien qu'il ait été exploré à fond, j'en suis sûr, j'ai l'impression d'être le premier, alors avec des visions de trésors enfouis, j'entre dans l'obscurité.

Au fur et à mesure que je sonde plus profondément, les murs deviennent de plus en plus serrés. Il y a plusieurs intersections et virages avant que cela ne mène à une impasse. Un solide mur de calcaire bloque le passage. Dans l'obscurité, je tends la main pour le toucher et à la place, je sens quelque chose de poilu et à plusieurs pattes courir sur ma main. Ça y est, je m'éclipse, retour au 20ème siècle.


Terrain de balle Maya, Chichén Itzá

Les anciens joueurs mésoaméricains auraient joué à un jeu de balle en utilisant une balle en caoutchouc sur un terrain en maçonnerie dans un terrain en forme de I. Des cerceaux de chaque côté sont visibles.

Nous ne connaissons pas les détails de l'ancien jeu de balle joué dans l'ancienne Méso-Amérique. Les anneaux ou les cerceaux de chaque côté sont considérés comme une innovation tardive. Les modèles trouvés sur le jeu montrent ce qui semble être deux équipes de trois. Le matériau du ballon est connu, mais pas sa taille bien qu'il pesait probablement entre un demi et 7 kg. Certaines représentations le montrent d'une taille improbable. Vraisemblablement, il ne pourrait pas être plus grand que le périmètre intérieur des cerceaux. Au moins une balle contenait un crâne humain.

Une aire de jeu de balle comme celle-ci aurait été trouvée dans chacune des cités mayas. Comme aujourd'hui, cela aurait été une dépense locale importante mais était probablement aussi très populaire. Des modèles en argile de l'ouest du Mexique montrent la zone d'observation immédiate encombrée, avec des familles entières présentes, assises sur les rebords. Il y a des marqueurs sur le terrain. Il semble que les balles devaient être maintenues en mouvement et étaient frappées à l'aide des hanches, raison pour laquelle elles étaient protégées.

Les femmes ont peut-être joué le jeu.

« Revue : utilisations du sport », par Karl A. Taube. Science, Nouvelle Série, Vol. 256, n° 5059 (15 mai 1992), pp. 1064-1065.


Le Grand Ball Court à Chichen Itza - Histoire

temple des 3 linteaux sigvald linn expedition 1932

maison du phallus giovanni agostino frassetto

temple de la série initiale giovanni agostino frassetto

​CHICHEN ITZA-Yucatan, Mexique

LA DESCRIPTION
Chichen Itza est un site du patrimoine mondial maya et a été nommé l'une des sept merveilles du monde moderne. C'est aussi un site du patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est la zone archéologique la plus connue et la plus visitée du Mexique, et pour cause. La pyramide restaurée de Kukulcan est un chef-d'œuvre. Le Great Ball Court porte bien son nom, et le travail global de restauration et de consolidation est superbe. Il est situé au large de l'autoroute entre Merida et Cancun dans la ville de Piste.

La zone archéologique couvre environ 10,4 km², bien que la zone centrale soit beaucoup plus petite et facile à visiter. Les terrains sont bien entretenus, bien que la présence de vendeurs ambulants sur tout le site soit une distraction.

HEURES : 8h-18h
FRAIS D'ENTRÉE : 25 $ US/498 pesos, ajoutez 10 $ US+ pour la caméra vidéo. Cher, mais ça vaut le coup.
GUIDES : Disponibles à partir de 10 $ US/personne
SERVICES: Toilettes, nourriture et boissons, boutique de cadeaux, vendeurs d'artisanat, avec un important service de ligne de bus vers Piste, à 1,6 km des ruines. Des taxis et des minibus circulent de la Piste à l'entrée. Parking suffisant à 4,50$/80 pesos.
MUSÉE SUR SITE : Oui

HÉBERGEMENT: La nourriture et l'hébergement peuvent être trouvés dans la piste à proximité
GPS : 88d 34' 01" N, 20d 41' 05" O
DIVERS : frais distincts pour le spectacle de lumière, 28 $/510 pesos. Hiver 19h, été 20h

HISTOIRE ET EXPLORATIONS
Chichen Itza (embouchure du puits de l'Itza) était considéré comme le site le plus important du Yucatan de la fin à l'après-classique 600-1250 après JC). Il le reste aujourd'hui. Son puits sacré était une destination de pèlerinage longtemps après la conquête espagnole. De nombreuses structures datent du Classique Tardif (600-900 après JC), notamment dans le « Vieux Chichen ». Des structures ultérieures telles que le Castillo montrent une forte influence mexicaine centrale / toltèque (900-1250 après JC). C'était une pratique courante des Mayas de construire une structure sur l'autre, de sorte que ces structures superposées elles-mêmes s'étendent facilement sur des siècles.

Chichen Itza était une entité puissante, contrôlant une vaste zone. Ses relations commerciales et politiques étaient vastes, ce qui lui apportait non seulement des marchandises, mais aussi une vision du monde d'idées d'aussi loin que le centre du Mexique. Ces marchandises et idées ont atteint Chichen par terre et par mer, le site d'Isla Cerritos sur la côte nord étant son port le plus important. Chichen Itza était déjà en déclin en tant que capitale régionale au moment où Mayapan a commencé son ascension au pouvoir vers 1250 après JC.

La première visite significative enregistrée sur ce site dans les temps modernes a été effectuée par le duo extraordinaire de John Lloyd Stephens et Frederick Catherwood dans les années 1840. Leurs livres sur les cités mayas ont connu un succès retentissant et sont aujourd'hui très agréables à lire. Il s'agit des incidents de voyage au Yucatan et des incidents de voyage en Amérique centrale, au Chiapas et au Yucatan. Hautement recommandé.

Suivront Desire Charnay 1860 Augustus le Plongeon 1875 Teobert Maler et Alfred Maudsley c1880 Edward Thompson 1894 A.D. White 1899 et Adela Breton 1908 entre autres. Un certain nombre d'expéditions ont été faites sur le site au début des années 1900. L'Institut Carnegie et le gouvernement mexicain ont commencé de longues fouilles et restaurations à partir des années 1920. Les restaurations, consolidations et gestion du site se poursuivent sous la direction de l'INAH. Le regretté Peters Schmidt, qui a résidé à Chichen pendant de nombreuses années, a apporté une grande quantité de connaissances à notre compréhension du site.

Edward Thompson, conseiller juridique américain à Merida, a acheté le site en 1894 et a commencé les explorations. Il a dragué le cénote sacré en 1903 en faisant don de la plupart des artefacts au musée Peabody, ce qui a entraîné une bataille juridique de plusieurs décennies avec le gouvernement mexicain. Le site a été vendu par les héritiers de Thompson à la famille Barbachano en 1941. Le gouvernement mexicain a acheté la propriété (ils ont toujours possédé les structures) en 2009.

Les styles architecturaux incluent le Puuc classique (vers 850 après JC), les Chenes (vers 850 après JC) et l'influence toltèque (900-1200 après JC)

​​Les groupes structurels de Chichen sont centrés autour de plusieurs places. La plus grande place, appelée la Grande Terrasse, est immense. Il mesure environ 892 pieds/272 m x 829 pieds/252 m et contient les structures les plus remarquables du site. La plupart des structures ici datent du terminal à la poste classique (900-1250 après JC).

El Castillo, une pyramide de près de 79 pieds/26 mètres de hauteur, est la structure la plus haute du site et est située près du centre de la place. Sa phase finale de construction date d'env. 1200 après JC, et est également connu sous le nom de Temple de Kukulcan, qui se traduit par Serpent à plumes, une divinité maya. Le serpent à plumes et le jaguar apparaissent à profusion sur tout le site.

El Castillo est construit sur une pyramide plus ancienne et plus petite qui n'est malheureusement plus accessible aux touristes. Il a été provisoirement daté de 870-900 après JC. Cette pyramide plus petite abritait deux chambres sommitales, l'une contenant une réplique d'un jaguar parsemée d'incrustations de jade. L'original est maintenant au Musée national de Mexico.

Des enquêtes récentes en 2016 ont révélé une troisième pyramide encore plus ancienne sous les deux autres pyramides. Elle date du début de la période classique (200-600 après JC). La pyramide a été localisée à l'aide de dispositifs de télédétection. Il a également été déterminé que l'ensemble de la structure a été construit sur un cénote, un lieu important dans la religion et la mythologie maya. La pyramide elle-même se trouve à l'axe central de quatre cenotes.

El Castillo a 91 marches sur chacun de ses quatre côtés, ce qui équivaut à 364, et la plate-forme supérieure du temple porte le total à 365, soit l'équivalent d'une année de jours ou Haab dans la langue maya yucatèque. Le temple offre une belle vue sur le site environnant. Il y a des jambages en pierre sculptés sur les portes intérieures du temple qui représentent des guerriers en costume royal.

Un attrait principal pour El Castillo, et en fait pour l'ensemble du site sont les événements qui marquent l'équinoxe de printemps (21 mars) et d'automne (22 septembre) qui attire plus de 30 000 visiteurs ou plus, et au printemps signale aux Mayas le début de la saison de plantation. À ces moments, l'ombre d'un corps de serpent semble descendre les marches de la pyramide jusqu'à une tête de serpent, puis vers la direction du puits sacré.

Ces rassemblements d'équinoxe donnent vie au site, et on peut facilement imaginer le véritable but de ces grandes places. C'est un événement à ne pas manquer.

Les fouilles de 2009 sur la place faisant face à la pyramide ont révélé de belles fondations de structures mayas antérieures dans un style architectural tout à fait différent. Malheureusement, la pyramide, comme la plupart des autres structures de Chichen, est désormais interdite aux visiteurs de grimper ou d'entrer.

Le Great Ballcourt occupe la partie nord-ouest de la Grande Terrasse. A sacbe, Sacbe 2 s'étend sur 6 km au nord-ouest en passant par le groupe du nord-ouest et jusqu'au petit site de Cumtun. Cette structure, dont le plan d'étage est en forme de « I » majuscule, est la plus grande des Amériques avec ses 150 mètres de long. La taille imposante du Ballcourt, avec des murs mitoyens mesurant 26 pieds/8 mètres de hauteur, est magnifique. Il semble avoir été construit entre 900 et 1200 après JC.

Sur ces murs apparaît une longue rangée de blocs de pierre sculptés représentant un aspect du jeu de balle qui a été joué. Ces scènes montrent des individus richement vêtus et des joueurs de balle dans l'acte final du jeu. Ce serait alors la décapitation d'un des joueurs. Les chercheurs sont divisés si c'est le gagnant, le perdant ou un joueur prédéterminé qui a affronté ce sort.

Les commentaires d'un guide du site d'El Rey ont cependant offert un point de vue contrasté. Le meurtre rituel du joueur de balle en est une illustration métaphorique. Il a déclaré qu'à l'équinoxe, une ombre traverse le personnage décapité. Cela dénote la fin rituelle d'une saison et le début de la suivante. Cela est parfaitement logique car les Mayas croyaient en un cycle sans fin de vie, de mort et de renouveau en ce qui concerne tout. Matière à réflexion en tout cas.

À l'extrémité du terrain de balle se trouve le Temple de l'Homme barbu, ou Temple du Nord, surmonté de deux colonnes et qui contient des sculptures en bas-relief sur ses murs intérieurs. Les peintures murales sont également évidentes.

Le Temple des Jaguars est intégré au mur est du terrain de balle. Le temple supérieur est encadré par deux colonnes de serpent sculptées. La chambre contient également des restes de peintures murales.

Le temple inférieur de Jaguar est situé sur le mur extérieur du terrain de balle sous le temple supérieur de Jaguar. Il est entré entre des colonnes jumelles qui contiennent des sculptures en bas-relief complexes. Une seule chambre a des murs également sculptés en bas-relief, ainsi qu'un trône de jaguar à l'entrée similaire à celui trouvé dans la première chambre pyramidale du Castillo.

Du côté sud du terrain de balle se trouve le Temple du Sud. Cette structure est dans un état partiellement restauré. Il comporte une seule chambre voûtée accessible entre 6 colonnes carrées. Une terrasse étroite court devant la structure et s'étend vers l'est.

À l'est du Great Ball Court, en direction d'El Castillo, se trouvent un certain nombre de plates-formes complexes. Le premier rencontré est la plate-forme des crânes, ou Tzompantli, qui représente des rangées de crânes qui entourent ses murs bas. Suit la plate-forme des jaguars et des aigles qui contient des panneaux représentant ces animaux dans un rituel de dévoration des cœurs humains. Ce motif se retrouve également sur les panneaux sculptés de la colonnade nord. Des têtes de serpent saillantes flanquent le sommet de chacun de ses quatre escaliers.

La plate-forme finale est la plate-forme de Vénus, qui est centrée entre El Castillo et le sacbe, ou route de pierre blanche, qui mène au nord jusqu'au puits sacré. Sa conception est similaire à celle de la plate-forme des aigles et des jaguars, sauf que les panneaux ont des représentations glyphiques de la planète Vénus.

Le puits sacré, également connu sous le nom de puits du sacrifice, se trouve à la fin de l'env. 980 pieds/330 mètres sacbe, Sacbe 1, qui mène au nord de la plate-forme de Vénus. C'est un grand gouffre d'environ 200 pieds/66 mètres de diamètre et 100 pieds/33 mètres de profondeur. C'était en effet un lieu sacré. Des pèlerins de toute la région maya s'aventuraient ici pour apaiser le dieu de la pluie Chaac. Le dragage du cénote au début des années 1900 par Edward Thompson a révélé de nombreux objets de jade, de cuivre et d'or ainsi que des morceaux de peinture bleue sacrée maya. Une petite structure identifiée comme un bain de sueur rituel surplombe le cénote.

Il y a une histoire tristement célèbre qui se rapporte au Puits du Sacrifice. Depuis au moins la période classique terminale (900-1100 après JC), il y avait une rivalité constante entre les deux principaux groupes ethniques qui occupaient le Yucatan, les Xiu à l'ouest et les Itza à l'est. En raison d'une sécheresse prolongée au début de l'ère coloniale, les Xiu souhaitaient faire un pèlerinage au Puits sacré pour faire des offrandes afin d'apaiser le dieu de la pluie Chaac. Chichen Itza et ses environs étaient contrôlés par les Itza. Des dispositions ont été prises pour un passage sûr vers le puits sacré. A mi-chemin de leur destination, les représentants Xiu ont été massacrés sur un site connu sous le nom d'Otzmal.

Le Temple des Grandes Tables est situé dans la partie nord-est de la Grande Terrasse. C'est une pyramide tronquée à plusieurs niveaux. Un escalier central mène à un temple sommital dont l'entrée est flanquée de deux grandes colonnes serpentines. L'intérieur du temple se compose de nombreuses colonnes qui supportaient autrefois un toit de matériaux périssables. Juste au nord se trouve une structure à colonnades, la structure 2D6, et considérée comme une structure de galerie-cour.

Le Temple des Guerriers est situé juste au sud du Temple des Grandes Tables dans la section nord-est de la Grande Terrasse. Cette grande pyramide à trois niveaux a une structure de temple sur son sommet nivelé qui contient une célèbre statue allongée connue sous le nom de Chac Mool. Son entrée est encadrée par deux imposantes colonnes de serpent. À l'arrière du mur du temple, un long banc est soutenu par des figures atlantes en pierre sculptée. Les hauts murs extérieurs du temple affichent de nombreux masques Chaac. Un panneau central sculpté présente une tête humaine émergeant des mâchoires béantes du serpent à plumes. Une décoration similaire s'étend du palais de Labna.

Au cours d'enquêtes menées par la Carnegie Institution dans les années 1920, une structure intérieure a été découverte et nommée Chacmool Temple. Cette sous-structure présente encore des murs et des colonnes richement colorés de guerriers, de serpents et d'autres individus.

Face à la façade du Temple des Guerriers apparaissent de nombreux piliers sculptés de guerriers richement vêtus et d'autres individus. La scène a récemment été interprétée comme un événement réel qui a eu lieu à Chichen.

Attenante au côté sud du temple des guerriers se trouve la place des mille colonnes contenant plusieurs structures. Il contient une série de plates-formes surélevées supportant des centaines de colonnes circulaires et de piliers carrés en rangées ordonnées. On pense qu'ils étaient des supports pour un système de toiture. Sur le site de Mayapan, il existe une similitude architecturale frappante avec Chichen, même s'il a été construit plus tard. Ce qui est intéressant à noter ici, c'est qu'à la base de ces colonnes similaires situées à Mayapan, il y a des restes en stuc de pieds humains qui étaient autrefois probablement des figures pleines qui ornaient chaque colonne. Si cela était également vrai à Chichen, cela aurait fait une démonstration spectaculaire.

La première structure notable est connue sous le nom de West Colonnade. Cette structure forme le côté est de la Grande Terrasse et s'étend sur une longueur d'environ 600'/183m. Une plate-forme surélevée supporte cinq rangées de colonnes simples et circulaires qui abritaient autrefois un toit massif de matériaux périssables.

Près du centre de la structure existe un passage reliant la grande terrasse à la place des mille colonnes proprement dite. À l'extrémité sud, une petite plate-forme à colonnades s'étend vers l'ouest. Il contient une structure présentant trois chambres voûtées. Un escalier mène à la Grande Terrasse.

Le côté nord de la place a une structure similaire à la colonnade ouest et est nommé de manière appropriée la colonnade nord. Il contient 243 colonnes et 13 piliers, dont beaucoup présentent des sculptures en bas-relief d'aigles et de jaguars dévorant des cœurs humains, tandis que d'autres représentent des guerriers. Il jouxte le côté nord du temple des guerriers. Un autel présente une scène rituelle représentant des offrandes d'encens. Deux escaliers mènent à la place. Un banc est situé le long du mur du fond, tandis qu'un passage mène sous la structure à une cour située derrière le temple des guerriers contenant un petit terrain de balle.

Le coin nord-est de la place contient une structure appelée la colonnade nord-est (sommes-nous confus ?). Cette structure présente deux phases de construction qui se sont déroulées entre 900 et 1200 après JC. La première comportait une galerie à colonnades avec quatre chambres et un escalier orienté au sud donnant sur une terrasse/cour surélevée. La deuxième phase a ajouté un deuxième étage pour soutenir des chambres supplémentaires. Le long de la base de cette structure se trouve un canal qui draine les eaux de pluie loin de la place.

Le côté est de la place est composé de plusieurs structures, dont la colonnade nord-est susmentionnée. À côté se trouve le temple des colonnes sculptées, qui partage la même terrasse et est en retrait du côté extrême est. Il a une galerie orientée à l'ouest qui a des ouvertures sur des chambres intérieures. La structure contient de nombreuses colonnes rondes sculptées de guerriers. Il y avait autrefois une peinture murale colorée couvrant un mur de la chambre est derrière les colonnes 19 et 20. Une sculpture Chac Mool et un autel sont situés à l'intérieur de la structure.

Devant le temple des colonnes sculptées se trouve une partie de la frise qui ornait autrefois la partie supérieure de la structure. Il a des éléments décoratifs qui ressemblent à des X et des O.

La structure suivante s'appelle le Temple des Petites Tables. Il est dans un état non restauré. Un escalier central menait à un deuxième niveau contenant deux salles avec des colonnes sculptées de guerriers. Un terrain de balle et ses structures annexes sont situés derrière.

La colonnade sud-est occupe le coin sud-est. Il s'agit d'une structure à colonnades en forme de « L » comportant des pièces orientées à la fois vers le sud et l'ouest. Derrière cette structure, et à l'est, se trouve un bain de vapeur partiellement restauré. Sacbe 6 part d'ici vers le sud-est.

Le marché est la structure principale du côté sud de la place. Il est du type galerie-cour. La galerie s'étend sur 266 pieds/81 mètres sur un axe est/ouest. Un petit escalier mène de la colonnade sud-est à la terrasse de la galerie. L'escalier principal est situé au centre de la longue galerie et monte de la place. In the center of the structure is a sunken, courtyard with several still standing columns and capstones. An unrestored ballcourt is located in the southwest portion of the plaza.

Sacbe 10 leads from the Grand Terrace south to the Osario Plaza. This plaza has a number of structures around its perimeter, and also within the plaza.

The main structure here is the Osario, also known as the Temple of the High Priest. It is a stepped pyramid in the central portion of the plaza with staircases on all four sides that lead to its summit. The stairways are flanked by carved, serpent balustrades. The summit temple is entered from the four stairways through walled portals. A roofless, interior chamber contains four columns with a single entry from the east. The columns are decorated in bas relief. The temple was decorated with stucco and polychrome mythological scenes, including that of 96 supernatural birds. This numeral seems to have a symbolic meaning as other text such as those found at Ek Balam and elsewhere also contain 96 elements. Glyphic texts indicate a mid-ninth century date. An interior shaft descends downward to a sacred cave below the surface where two burials were discovered.

Three small structures form a single line to the east of the Osario through the center of the plaza. The first structure is a low circular platform presumably of a ritual nature. There follows the Venus Platform. This is a smaller version of the platform of the same name in the Grand Terrace.

The last of the three is named the Platform of the Tombs. This is low, square structure with 6 columns which supported a roof of perishable material. It is unusual in that there are no stairs that ascend the platform. Two tombs were located within the structure. A sacbe, Sacbe 15, leads out further east to the Xtoloc Temple which is near the rim of a cenote of the same name. This is a small, walled structure with central columns.

The southwest side of the Osario Plaza has the remains of two structures that were apparently residences of the sites’ elite. They are named the House of the Metates and the House of the Mestiza. Sacbe 4 leads south from the Osario Plaza to the Plaza of the Red House and the Caracol Plaza.

The Plaza of the Red House is a sub plaza of the Caracol Plaza located in the northwest corner. It contains several structures of which the Red House is the most prominent.

The Red House, also known as Chichanchoob (Little Holes in Yucatek Maya), is on the west portion of the sub-plaza. The temple is located atop a high platform base. The platform measures about 33’/10 m x 66’/20m. A stairway on the west side leads up to a single, corbeled vaulted temple with two attractive roof combs. It is situated on the center-line of the platform, and exhibits three entrances on the west side. A partially restored ballcourt is located against the east side of the Red House platform.

An important text was recovered from within the Red House that includes a reference to a fire ritual that took place in 869 A.D. under the direction of a ruler named K’ak u Pakal. Also present was a known ruler from Ek Balam, Hun Pik Tok.

The Temple of the Deer is found on the northwest section of the sub-plaza and runs on an east/west axis. Again, the structure is located atop a high platform. It is in partially restored condition with the south side of the structure completely in ruins. ​There are small mounds of rubble that exist on both the west and south sides of the sub-plaza.

The Caracol (snail in Spanish) is located on the west side of the Caracol Plaza and is its main structure. It is set upon a square platform base, and is of a unique circular design. It is considered by most researchers to be an astronomical observatory. A spiral stairway once led to a second story. This part of the structure is in a partially restored state. The windows that are interspaced along the walls have been identified as observation points for observing celestial events and alignments, such as the moon and the passage of Venus.

The Caracol is built atop a huge platform measuring about 164ft/50m x 142ft/43 m. A broad, west facing stairway leads up from the plaza to the platform. A second stairway then extends up to a smaller, secondary platform that houses the Caracol itself.

Two inscribed monuments have been located with the Caracol structure. The first is a panel, Panel 1/Stela1, that is inscribed with glyphic text. The text records three dates between 884-890 A.D., and mentions the ruler K’ak u Pakal.

The second monument is known as the Caracol Disk. This circular stone depicts two horizontal scenes. A glyph band is incised along the rim. The inscription appears to mention an historically important re-founding ceremony of Chichen Itza in 930 A.D. by a Central Mexican group in conjunction with the local nobility. The cult of Quetzalcoatl seems to gain in importance in all aspects of ritual and architectural design from this point on.

The two scenes on the disk represent a ritual. The upper ritual is a conjuring ceremony of the “Feathered Serpent”, while the lower ceremony is directed to Xolotl, both of whom are supernatural manifestations of Quetzalcoatl.

A smaller platform extends out to the southwest from the Caracol platform. A single structure occupies the platform. A colonnaded anterior room leads into a single rear chamber.

On the south side of the Caracol platform are a number of structures in a degraded state. The most notable of these being a ritual steam bath. These structures form the north side of the Monjas Plaza.

The Monjas Plaza has several structures arranged around its perimeter. They mostly exhibit a Puuc style of architecture, and date from the late 9th century. Numerous glyphic inscriptions appear within some of the structures. An individual previously discussed, K’ak u Pakal, appears often. The west side of the plaza comprises a number of low mounds of rubble that join up at the southeast corner of the Red House Sub-Plaza.

The east side of the plaza is taken up by the Temple of the Sculptured Panels. This two-story structure is similar in design to the Temple of the Big Temples in the Grand Terrace. It features a "flying stairway", an architectural innovation that enabled a passageway beneath the stairway. The ground floor has a dozen or so columns within an open chamber. The second story temple has an open front with a twin column entrance. A rear opening faces east.

The north and south walls of the colonnade depict bas relief scenes of people, animals and plants both real and supernatural. Excavations revealed offerings related to the Fire Ritual ceremonies.

Behind the Temple of the Sculptured Panels is a structure termed the Akab Dzib, House of Dark Writing in Yucatec Maya. Its original name has been identified as Wa(k)wak Puh, Flat House with Excessive Rooms.

​This 18-room palace structure is on ground level, situated on a north/south axis, and is noted for the glyphic inscriptions which were discovered within. The structure is over 163 feet/50 meters in length, and 49 feet/15 meters wide. The west facing side has seven entryways, while the east side has four. There are single entrances on both the north and the south side. The east side overlooks a dry cenote and has a stairway that leads to a ruined second story.

The south entryway into the Akab Dzib opens into a single chamber. The rear of this chamber exhibits an additional entryway into a second chamber. This entryway features a lintel with glyphs on its front face, and an inscribed panel on its under surface. It bears a date of 880 A.D., and mentions a ruler or official named Yahawal Cho K’ak.

The main structure of the south side of the plaza is called the Monjas, a fantasy name that means nunnery in Spanish. This massive structure holds a temple atop a very high, straight-walled platform. An impressive, plaza facing stairway leads to the top of the platform. A ruined portion of the platform wall reveals an earlier construction phase. The upper portion of the platform wall contains numerous Chaac masks along with other decorative elements.

The temple itself has 12 entrances, most interspersed between panels of a mosaic design. A central stairway then leads up to a third story housing a small temple structure with a single entrance on both its north and south sides. It features designs of a geometric nature that extends around the exterior of the temple.

A one-story extension is connected to the east side of the Monajas structure. It has entryways that face to the north, east and south. The east facing entrance has some extraordinary, ornate stone mosaic work including a central figure encased within a medallion element. Chaac masks adorn both the upper and lower façade. This entrance forms the west side of a courtyard named the Annex Courtyard containing several structures.

The Iglesia is a fabulous example of Puuc architecture located on the southeast corner of the Monjas Plaza. It is a one-story, single chambered structure with a west facing entrance. Elaborate Chaac masks adorn the upper façade. A west facing roof comb contains Chaac masks as well, and only adds to the grandeur of this small structure.

The north and east side of the Annex Courtyard is taken up by the remains of three structures exhibiting lows walls and interior columns. The south side structure gives the courtyard its name. This is a small, one-story, corbeled roof structure with a single entryway to the north and one to the east. Chaac masks adorn the façade. The southwest corner of the courtyard has a ruined structure that leads into yet a smaller courtyard behind the Monjas structure. A number of other structures in a reduced state of preservation are located within this small courtyard as well as another group behind it to the immediate south.

To the west of the Monjas structure is a sacbe, Sacbe 7, that leads further south to an important secondary group known as Old Chichen or The Initial Series Group. This area is not open to the public.

The Initial Series Group is set upon a broad, raised plaza and consists of several large structures, a palace complex, and numerous minor structures. Symbols of cacao are found in abundance on the facades of the structures as well as within. The group is entered from the northwest corner through a nicely restored archway and exhibits a mostly Puuc style of architecture. The main plaza is broken up into two sub-plazas the North Plaza, and the Southwest Plaza.

The most important structure is the Temple of the Initial Series, also known as Structure 5C4, located on the east side of North Plaza. It features a two-chamber temple set upon a platform base with a west facing stairway. A Chac Mool sculpture is located on the west side of the structure, while a plaza level entryway is observed on the south side. Within this structure a lintel was discovered which contains the only Long Count date found at Chichen Itza: 10.2.9.1.9- 9 Muluk 7 Sak July 30, 878 A.D. The temple façade featured serpent motifs with each corner displaying double Chaac masks, and also incorporated Venus star emblems on all sides. Excavations have revealed an earlier structure beneath named the Temple of the Stuccos, whose construction dates to c.650 A.D.

Casa del Yugo, and Casa del Tambor are located on the north side of the North Plaza. Casa del Yugo is a colonnaded structure measuring about 72 feet/22 meters x 29 feet/9 meters. It has a broad, south facing stairway that leads up to an open chamber. It still contains numerous columns that once supported a flat roof, and may have been of a civic nature. Casa del Tambor is a multi-chambered structure set upon a low platform. It has a west facing stairway.

Between these structures and the main entry arch is a small altar, 5C1a. A number of burials were discovered within and about the altar.

In the center of the North Plaza is a circular platform, the Platform of the Turtle, used for dance or other ritual. A burial and an offering of flint knives were located within a sub-structure of the platform. It has a diameter of 31 feet/9.5 meters. Other burials have been located beneath the plaza floor.

Casa Chac Mool, 5C12, is a small platform housing a single chamber, located on the west side of the plaza. It is named after a Chacmool monument set in front of the structure. Within this structure a rich burial was uncovered of a high-ranking individual named 10 Deer. He is also represented in a relief on the façade of the Gallery of the Monkeys.

The Temple of the Owls, Structure 5C7, is a one-story structure located in the center of the Southwest Plaza. It sits upon a low platform and has a height of 14 feet/4.2 meters. The collapsed building was completely reconstructed between 1999-2002. It features a single entryway between two pillars carved in low relief on all four sides. The door jambs are carved as well, while a frieze extends across the upper façade. A now destroyed painted capstone within the structure has given it a tentative date of c.870 A.D. An interior sanctuary contains a single bench. The upper portions of the interior walls once contained vivid murals now destroyed.

A large owl figure consisting of five blocks was discovered and restored from within the structure. The upper façade features ten owl decorations interspersed between human/bird figures. The façade is bordered by two rows of turtles. At the corners are Chaac masks. Over the entryway is a figural decoration, and representations of cacao pods.

A vividly painted panel within the structure depicts the Maya god K’awiil emerging from a serpent holding a bowl possibly containing cacao, and jade ear spools. An incomplete date is mentioned in the glyphic text. Sky bands frame the sides of the panel.

Tucked into the southeast corner of the North Plaza is the Temple of the Columns, also known as the Gallery of the Moon. This structure is set upon a base roughly 104 feet/32 meters square, slightly larger than the Initial Series structure. A long, lengthwise chamber is entered between four round columns. The columns and their capstones are intricately carved. A rear doorway leads into a square chamber that contains multiple columns that once supported a flat roof of perishable materials.

Casa de las Cabacitas, 5C3, is a small, single chambered structure located on the plaza level of the south side of the North Plaza. It has a south facing stairway that opens up onto the Southwest Plaza.

The Gallery of the Monkeys, 5C6, is located on the west side of the Southwest Plaza. It is a range-type structure with the main structure on the south end, and a long colonnaded gallery extending to the north. This structure is named for the numerous depictions of monkeys that appear within two bands of a frieze. The Maya associated monkeys with cacao, fertility and sexuality.

Across from the Gallery of the Monkeys is a palace complex containing numerous structures and chambers. Some of these are interconnected by interior galleries and courtyards, while others simply face out onto the plaza.

The largest of the structures forming the complex is the Casa Caracol. This is a two-story, elongated building and features a range-type construction with multiple, corbeled arched roofs. It has a number of entryways with one featuring a pair of Atlantean columns, and faces onto the Southwest Plaza. An interior courtyard exhibits a stairway to the second level, and to the Temple of the Dancing Jaguars which contains multiple chambers entered between a set of twin columns.

The north side of the complex contains the House of the Phallus so named for its numerous phallic decorations, and images of self-sacrifice. The southeast corner of the complex contains the House of the Atlantes Columns. This structure is named after the two Atlantean columns that once supported a flat roof of perishable material.

​Further to the south are other smaller groups and individual structures. These include the House of Three Lintels, the House of Four Lintels, and the Old Castillo among others. As sufficient information becomes available, they will be reported on.


Chichen Itza

5/8/2009
It is fairly easy to negotiate the back roads from the Ruta Puuc through the towns of Mani, Teabo, Mayapan and Sotuta to arrive on the free road (180 Libre) just west of Chichen Itza. The only spot of minor confusion is in Mani, but following signs toward Merida and 18 will help with navigation here. This drive is scenic with small towns and few topes. It was on this road that we saw the most atypical example of Mexican “architecture” to date. Only the knot of electrical wires in the foreground places this home in Mexico.


An Atypical Mexican Home

Accommodations around Chichen Itza range from the very modest to the very exclusive. There are three resort style accommodations: The Hotel Hacienda Chichen, The Hotel Villas Arqueologicas, and The Hotel Mayaland. Enticed by the prospect of walking to the ruins, we considered the Hacienda Chichen, but we also considered the price and decided otherwise. Instead we found ourselves at the Hotel Dolores Alba, just a few kilometers west of Chichen Itza. The Dolores Alba is less than a third of the price, has free wireless (or coin operated!) internet, includes a continental breakfast and best of all has, not one, but two swimming pools – one of them being a natural limestone bottom pool – very cool! They also offer free shuttle service to and from the ruins.


Hotel Dolores Alba


Limestone Bottom Pool, Hotel Dolores Alba

Having been voted one of the new seven wonders of world in 2007 (in a fairly unscientific poll), Chichen Itza is clearly the most famous of the Mayan Ruins in the Yucatan. It is big, it is popular, and it is full of vendors. It is also very impressive.


El Castillo (Pyramid of Kukulcan), Chichen Itza

There are countless facts and stories surrounding this location and the various infusions of architectural styles and civilizations – mainly the combining of the Maya and Toltuc cultures. However, some of the most interesting to me, concern the pure science of the architecture as well as the more fantastic tales of the ferocity of the people.

El Castillo, the centerpiece and most recognizable fixture, is crafted and orientated such that during both the vernal and autumnal equinox, the sun projects triangular patches of light and shadow into a diamond-back rattlesnake pattern along the staircase, terminating at the serpent head at the base of the pyramid. This phenomenon is visible in the days surrounding each equinox as well, or one can attend the evening light show, which recreates the effect nightly.


El Castillo (Pyramid of Kukulcan), Chichen Itza

Additionally the pyramid itself is constructed as a Mayan Calendar. Each side has nine levels – each separated into two by the staircases, resulting in eighteen separate terraces corresponding to the 18 months of the Mayan Vague Year. The total steps on the pyramid total 365 and each façade has 52 flat panels, of course corresponding to the Calendar Round.


El Castillo (Pyramid of Kukulcan), Chichen Itza


El Castillo (Pyramid of Kukulcan), Chichen Itza

The Gran Juego de Pelota (the grand ball court) is the largest ball court in the Yucatan and is one of eight within Chichen Itza, thus attesting to the importance of sport in this society. The acoustics in the Court are quite interesting, with multiple echoes, and conversations carrying the full 135 meter length. Historians do not apparently agree on the exact nature of the game played here. Different accounts have it possibly varying from a soccer type game to a to a game with bats. Word has it that after some events the captain, and occasionally the whole losing team, was sacrificed. Perhaps their skulls were placed on display along with those of slain enemies and other sacrificial victims at the nearby Platforma de los Craneos.


Gran Juego de Pelota (The Great Ball Court), Chichen Itza


Templo del Barbado, Chichen Itza
(Temple of the Bearded Man)


Platforma de las Aguilas y los Jaguares, Chichen Itza
(Platform of the Eagles and Jaguars)


Platforma de los Craneos, Chichen Itza
(Platform of the Skulls)

The Sacred Cenote at Chichen Itza was the site of many rituals and sacrifices as evidenced by the discovery of jewels artifacts and human bones from throughout Mexico and Central America during its dredging the early 1900’s.


Cenote Sagrado (The Sacred Cenote), Chichen Itza

The Caracol (the snail), which is so named for circular staircase inside, was the astronomical observatory for Chichen Itza. The windows in the dome are aligned with specific stars on specific dates and the four doors are positioned precisely in each of the four cardinal directions.


El Caracol (The Snail/ The Observatory), Chichen Itza

Excavation, restoration, and reconstruction continue at Chichen Itza. One can only guess what interesting tales are yet to be unearthed. While other archeological zones in the Yucatan may be more hands on (no climbing at Chichen Itza), economical, and less “touristy” the grandeur of this site and the wealth of information and/or stories surrounding it are absolutely worth the visit.


Active Excavation at Chichen Itza


Grupo de las Mil Columnas, Chichen Itza
(Group of the Thousand Columns)


XOXO Bas-Relief, possibly representing good and evil


Resting in the Ruins


Ruins at Chichen Itza


Ruins at Chichen Itza


La Iglesia in El Edificio de las Monjas (Nunnery), Chichen Itza


The main remains of Chichen Itza

Even if the civilization that built it is not as powerful as it was then, Chichen Itza still shows their know-how. On the site, there are still many vestiges of this glorious past:

  • El Castillo (the Temple of Kukulcan): it is a step pyramid stands about 30 metres (98 ft) high and particularly well preserved. It has a square base and was designed for a calendar purpose.
  • El Caracol Observatory: This building faces the Great Pyramid and it was there that the Mayas studied the movement of the stars. From this location, they could also see the planet Venus which they considered as one of their main deity, the god Kukulcan
  • The Great Ball Court: Chichen Itza has 13 ball courts, but this one is the biggest of them. According to the dimensions of the field, the specialists think that the ball game was more like a ceremony than a sport even if it is undeniable to think that two teams were fighting it around a rubber ball. Beyond the use of the place, the architecture of the field is a real mystery for scientists because it has really rare acoustic characteristics. Indeed, when a sound is produced to the right of the field, seven echoes are emitted. On the other hand, if the sound is emitted from the left side, nine echoes can be heard. A rather surprising fact that seems to have a special meaning for the Maya since the numbers seven and nine were magical for them and they come back in the majority of their buildings. In terms of their meaning, the Mayans took the mystery with them.

  • The Temple of Jaguar: this building is adorned with many frescoes that tell the story of the Toltecs’ conquest of the peninsula.
  • Group of One Thousand Columns: the hundreds of pillars and columns in the Group of One Thousand Columns once formed a huge covered quadrilateral area used for both administrative and residential purposes. To the left, a beautiful frieze of jaguars from the Templo de las Mesas (Temple of Tablets) has been reconstructed. The Templo de los Guerreros (Temple of Warriors) is thought to have been reserved for royal audiences, hence the large number of stone columns carved with images of warriors on the facade.

  • The Sacred Cenote: the name of the site is attached to the presence of two cenotes on the spot while the region is quite poor in water. A cenote is a source of groundwater. In the name of the site, the “Chi” means Mouth while the “Chén” means well. “Itza” means “water sorcerer” in the Mayan Yucatec language. As for the sacred cenote, the Mayan people call it cenote “Ik Kil” which means sacred blue Cenote. The latter is about 40m deep and a staircase was built to descend into the pool. At the time of the Mayas, the latter threw gold coins, precious stones, jars or even human bones to observe a ritual only known to them.


Voir la vidéo: XCARET- JUEGO DE PELOTA- MAYAS (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Vudozahn

    Est-ce une information exacte ? En est-il vraiment ainsi ? Si oui, c'est cool)

  2. Yrjo

    UUUUUUUUUUUI ........... c'est ce que les gars construisent))))

  3. Chapin

    Je ne connais pas mes parents, mais je vais probablement jeter un œil. ... ...

  4. Emyr

    Je vous suis très reconnaissant.

  5. Darnel

    Je pense que vous faites erreur.



Écrire un message