Podcasts sur l'histoire

Guerre aux îles Falkland - Histoire

Guerre aux îles Falkland - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le 2 avril, l'armée argentine s'empare des îles Falkland au large des côtes argentines. Les îles avaient été administrées par la Grande-Bretagne. Les Argentins ont affirmé que les îles faisaient partie de l'Argentine et les ont rebaptisées « Les Malvinas ». Le gouvernement britannique a annoncé qu'il enverrait un groupe de travail pour reprendre les îles.

Le 4 mai, les Britanniques coulent le croiseur argentin General Belgrano. Le destroyer britannique Sheffield a ensuite été coulé par un missile Exocet. Le 21 mai, les premières troupes britanniques débarquent aux Malouines et battent rapidement les forces argentines. Les Britanniques ont perdu 225 militaires et les Argentins ont perdu 712.


Le côté argentin de la guerre des Malouines

La guerre des Malouines est souvent perçue, du point de vue britannique, comme une victoire qui a confirmé le statut impérial britannique dans le monde d'après-guerre. Il a valu au gouvernement du Parti conservateur un deuxième mandat au gouvernement car il s'agissait en effet d'une victoire britannique claire et décisive.

D'un autre côté, le public argentin a jugé la guerre inutile et lui a été imposée par la junte militaire au pouvoir. Le conflit qui a commencé le 2 avril 1982, a duré 74 jours et a coûté la vie à 649 militaires argentins, 255 militaires britanniques et 3 civils des Malouines. Cela s'est avéré être une impasse entre la reconquête du territoire perdu par les Britanniques et une dictature aux tendances expansionnistes.

L'Argentine voulait depuis longtemps revendiquer les Malouines (ou Las Malvinas, comme l'appelaient les Argentins), la Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud, qui étaient toutes sous domination britannique depuis 1833 et peuplées de colons britanniques fidèles à la couronne. .

Le HMS Invincible, photographié ici en 1990, qui a pris part au conflit.

En Argentine, une junte militaire sous le nom de Processus de réorganisation nationale était le gouvernement dans la période 1976-1983 et a régné d'une main de fer, traitant de la politique avec l'emprisonnement et l'exécution. L'homme derrière la junte, qui était le principal avocat de l'attaque, était l'amiral Jorge Anaya. Il a estimé que les Britanniques ne poursuivraient pas un conflit militaire, mais choisiraient plutôt une solution diplomatique, dans laquelle les Argentins pourraient promouvoir davantage l'idée de souveraineté sur l'archipel.

La campagne a été conçue et exécutée au milieu d'une stagnation économique dévastatrice en Argentine, qui a provoqué des troubles civils. Pour détourner l'attention des civils de la baisse du niveau de vie et de la hausse de l'inflation de 600 %, un gouvernement militaire a fait ce qu'il fait de mieux : mobiliser la population vers un sentiment généraliste nationaliste pour les îles, à plusieurs centaines de kilomètres des côtes argentines, qui étaient sous la domination coloniale britannique.

Ils l'ont appelé l'usurpation illégale de Las Malvinas. Les préparatifs de guerre comprenaient un changement de pouvoir au sein de la junte militaire, de son chef initial, le général Roberto Viola, au général Leopoldo Galtieri, au nom duquel l'amiral Anaya a organisé la marine argentine pour participer à l'attaque.

Le sous-marin argentin ARA Santa Fe, qui a été paralysé pendant le conflit et sabordé par les Britanniques.

Avant l'invasion, la junte argentine a aidé la CIA à supprimer les éléments communistes au Nicaragua en finançant les contre-rebelles nicaraguayens, ou les Contras. C'est pourquoi les Argentins avaient des raisons de croire que les États-Unis garderaient une position neutre si une invasion devait avoir lieu.

En outre, l'amiral Anaya s'est appuyé sur le fait que les États-Unis se sont opposés à l'usage de la force par les Britanniques lors de la crise de Suez en 1956. De plus, en 1981, la Grande-Bretagne a accepté l'indépendance de son ancienne colonie, la Rhodésie, qui était un exemple de comment la Grande-Bretagne renonçait lentement à son passé colonial.

Les Argentins ont été principalement influencés par les événements de l'annexion indienne de l'île de Goa, en 1961. L'annexion a été condamnée par la communauté internationale mais a ensuite été acceptée comme un acte irréversible.

Prisonniers de guerre argentins à Port Stanley

Le 19 mars 1982, les Argentins lancent une invasion de la Géorgie du Sud et des îles Sandwich du Sud, à 165 kilomètres des côtes de la Patagonie. Après l'invasion initiale, ils ont commencé à débarquer sur les côtes des îles Malouines le 2 avril.

Concernant l'occupation de la Géorgie du Sud et des îles Sandwich du Sud, les Britanniques ont déployé deux sous-marins, mais ce n'est qu'à l'invasion des Malouines qu'ils ont pris l'affaire au sérieux.

La guerre n'a jamais été officiellement déclarée bien que les deux parties aient déclaré les régions des îles zone de guerre et reconnu officiellement qu'un état de guerre existait entre elles. Les hostilités se sont limitées presque exclusivement aux territoires contestés et à la zone de l'Atlantique Sud où ils se trouvaient.

L'intention initiale de l'Argentine était de monter une occupation rapide et symbolique, suivie rapidement d'un retrait, ne laissant qu'une petite garnison pour soutenir le nouveau gouverneur militaire. Cette stratégie était basée sur l'hypothèse argentine que les Britanniques ne répondraient pas militairement.

Harrier de la Marine royale.

Les unités d'assaut argentines ont en effet été retirées sur le continent dans les jours qui ont suivi l'invasion, mais le fort soutien populaire et la réaction britannique rapide ont forcé la junte à modifier ses plans et à renforcer les îles car elles ne pouvaient pas se permettre de perdre les îles une fois les Britanniques sortis. combattre.

Lorsque le conflit a éclaté, l'ONU a appelé à des pourparlers de paix, à la fin immédiate des hostilités et a exhorté les deux parties à résoudre le conflit par voie diplomatique. Les États-Unis craignaient que l'Argentine ne demande de l'aide à l'Union soviétique, et ils se sont donc fermement rangés du côté des Britanniques.

Sur le continent sud-américain, le Chili a activement aidé la Grande-Bretagne avec un soutien en matière de renseignement. Le soutien était évident et l'Argentine a été forcée de garder certaines de ses troupes de montagne les mieux entraînées et les mieux équipées à la frontière chilienne pour contrer l'éventuelle intervention militaire de l'allié britannique voisin. L'intervention n'a jamais eu lieu, mais les Argentins sont restés en état d'alerte pendant toute la guerre.

Les forces britanniques ont débarqué sur les îles, après quoi une guerre pour la domination aérienne a commencé. Plusieurs combats aériens intenses ont eu lieu pendant la guerre. Les Britanniques utilisaient des Harrier comme principal avion de combat tandis que l'Argentine utilisait des avions de combat Mirage III, achetés à la France plusieurs années avant la guerre.

Le Mirage n'était pas assez bon pour que l'armée de l'air argentine réussisse à engager les combattants de la RAF beaucoup plus agiles. Outre le Mirage, l'armée de l'air argentine utilisait des A-4 Skyhawks américains, des dagues israéliennes, la version israélienne du chasseur Mirage et des Canberras électriques anglais.

L'incident naval le plus important de la guerre fut le naufrage de l'ARA Belgrano, un croiseur léger argentin de la Seconde Guerre mondiale, par le sous-marin à propulsion nucléaire HMS Conqueror le 2 mai 1982. 323 hommes à bord de l'ARA Belgrano perdu leurs vies.

Les représailles pour cette perte ont eu lieu deux jours après, lorsqu'un destroyer britannique de type 42, le HMS Sheffield, a été bombardé par une frappe aéronavale. Les Britanniques ont perdu 20 hommes et 24 autres grièvement blessés.

Naufrage de l'ARA Belgrano le 2 mai 1982.

Après la victoire britannique sur terre, leurs conditions pour la capitulation argentine se sont avérées beaucoup plus dures que prévu initialement par la junte, mais l'Argentine les a acceptées le 14 juin 1982. Les troupes argentines se sont retirées des îles, les laissant aux mains des Britanniques.

Les relations entre les deux pays ont été tendues pendant un certain temps, jusqu'à leur normalisation officielle en 1989. L'Argentine continue à débattre de la souveraineté des Malouines à ce jour. En 2013, un référendum a eu lieu sur les îles Falkland, après quoi la majorité a déclaré qu'elle souhaitait rester sous la couronne britannique.

Le conflit des Malouines reste la plus grande opération de combat aéronaval entre les forces modernes depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.


22 photographies de la guerre des Malouines

La guerre des Malouines était un conflit de dix semaines entre l'Argentine et le Royaume-Uni sur deux territoires britanniques au large de la côte sud de l'Argentine, les îles Falkland. Le 2 avril 1982, l'armée argentine a envahi et occupé les îles Falkland et a tenté d'établir la souveraineté sur les terres.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a demandé à l'Argentine de se retirer pour tenter de résoudre le conflit par la diplomatie. Les Britanniques ont répondu le 5 avril, envoyant une force opérationnelle pour engager la marine et l'armée de l'air argentines avant de lancer leur assaut amphibie pour reconquérir les Malouines.

Le gouvernement argentin a affirmé, et maintient à ce jour, que les îles sont le territoire argentin. Ils croient que l'occupation était un acte de récupération. Le gouvernement britannique considérait l'invasion comme une attaque contre une terre qui était un territoire de la couronne depuis 1841. Les habitants de l'île sont pour la plupart des descendants de colons britanniques et favorisaient la souveraineté britannique.

Le conflit a duré 74 jours. L'Argentine capitule le 14 juin 1982.

Les relations diplomatiques entre le Royaume-Uni et l'Argentine ont été rétablies en 1989, mais aucun des deux gouvernements n'a concédé sa revendication sur les îles. En 1994, la revendication de l'Argentine sur les territoires a été ajoutée à sa constitution.

Au total, 649 soldats argentins, 255 soldats britanniques et 3 insulaires Malouines sont morts pendant le conflit. Un écrivain argentin, Jorge Luis Borges, a judicieusement décrit "l'affaire des Malouines, [comme] une bagarre entre deux hommes chauves pour un peigne".

Le commandant Alfredo Astiz dans la guerre des Malouines en 1982. Copyright photo Serge Briez Pendant la guerre des Malouines, les sous-marins britanniques ont été les premiers navires de guerre à atteindre les îles et ont commencé à imposer la zone d'exclusion autour d'eux.triservice Le porte-avions HMS Invincible, qui fait partie de la force opérationnelle navale britannique, se profile à l'horizon alors qu'il navigue vers l'Atlantique Sud. L'Invincible quitta Portsmouth le 5 avril 1982 et arriva aux îles Falkland début mai. Le groupe de travail a été rapidement constitué suite à la décision d'aller à la guerre et comprenait 127 navires au total. Â&copier le droit d'auteur de la Couronne. IWM 1) Un Sea Harrier décolle du tremplin tandis que divers missiles, hélicoptères et véhicules envahissent le pont d'envol du HMS Hermes. Certaines des armes comprennent des bombes GP (usage général) de 1000 livres, des missiles air-air Sidewinder et des missiles air-sol Sea Skua. IWM Des hommes du 2e bataillon du régiment de parachutistes attendent à bord du ferry MV Norland avant le débarquement à San Carlos dans les îles Falkland, le 20 mai 1982. Le débarquement, baptisé Opération Sutton, a eu lieu les 21-23 mai. Environ 4 000 soldats britanniques ont débarqué à Port San Carlos, San Carlos et Ajax Bay sur East Falkland. Â&copier le droit d'auteur de la Couronne. IWM La proue et la poupe du HMS Antelope flottent au-dessus de la surface dans l'eau de San Carlos après que le navire a commencé à couler le 24 mai 1982, lors de la bataille de San Carlos. Deux bombes ont été larguées sur le HMS Antelope par des avions argentins, volant à très basse altitude, le 23 mai. Les bombes, qui n'ont pas explosé, se sont logées dans la salle des machines du navire. L'un d'eux a explosé pendant qu'il était en cours de désamorçage. L'explosion a déchiré le navire, qui s'est ensuite brisé en deux puis a coulé. IWM Coulé - Le General Belgrano a été torpillé par le HMS Conqueror avec la perte de 323 vies argentines. courrier quotidien Une bombe argentine explose à bord du HMS Antelope au large des Malouines. Pays de Galles en ligne Les hommes du 3e Bataillon, le Parachute Regiment débarquent d'une péniche de débarquement lors du débarquement à San Carlos. Les débarquements se sont déroulés presque sans opposition, mais les hélicoptères et les navires de guerre britanniques à San Carlos Water et à Falkland Sound ont été attaqués par l'Argentine. Le HMS Ardent a été touché et coulé le lendemain et plusieurs hélicoptères britanniques ont été abattus. IWM Soldats britanniques aux Malouines. Pinterest


Histoire

Les îles Falkland ont une riche histoire englobant le commerce maritime, la chasse au phoque, la chasse à la baleine, l'élevage bovin et ovin.

Le navigateur anglais, John Davis, à bord du "Desire" a fait la première observation confirmée des îles en 1592. Le premier débarquement est attribué au capitaine britannique, John Strong, en 1690 à Bold Cove, Port Howard sur West Falkland.

Les premiers visiteurs étaient des chasseurs de phoque, des baleiniers et des chasseurs de pingouins de différents coins du monde. De nombreux animaux domestiques importaient et les laissaient à divers endroits comme source de nourriture pour de futurs voyages. Le bétail se répandit rapidement dans toutes les îles. Les voyages se font à cheval et les gauchos sud-américains s'imposent. Des corrals de pierre et de gazon ont été construits et des restes de ceux-ci peuvent être vus dispersés à travers les îles, en particulier sur East Falkland.

1833 a vu la réaffirmation par la Grande-Bretagne de sa souveraineté. En 1845, la capitale avait été déplacée à son emplacement actuel et nommée Stanley, en l'honneur du secrétaire aux Colonies, Geoffrey Smith Stanley. Stanley est devenu un port important pour les navires impliqués dans la chasse à la baleine et le contournement du Cap Horn. Des colonies et des fermes ont été construites autour des îles et l'élevage de moutons a succédé à l'élevage de bétail comme pilier de l'économie.

Les habitants des îles Falkland ont participé aux deux guerres mondiales. La Première Guerre mondiale, la bataille des Malouines est commémorée par un monument sur Ross Road tandis que la Croix du Sacrifice commémore la Seconde Guerre mondiale. Pendant 74 jours en 1982, les troupes argentines ont occupé les îles Falkland. Un groupe de travail britannique a été envoyé pour récupérer les îles. Des combats acharnés ont eu lieu sur terre, en mer et dans les airs avec un certain nombre d'insulaires aidant l'armée britannique dans la mesure du possible. Finalement, les forces argentines se sont rendues aux forces britanniques.

Aujourd'hui, les îles bénéficient d'une économie saine basée sur la vente de permis de pêche, le tourisme et les produits agricoles, notamment la laine fine, le mouton et le bœuf.


Le quiz ultime sur la guerre civile

Que savez-vous des dinosaures ? Qu'est-ce qu'un indice d'octane ? Et comment utilises-tu un nom propre ? Heureusement pour vous, HowStuffWorks Play est là pour vous aider. Notre site Web primé offre des explications fiables et faciles à comprendre sur le fonctionnement du monde. Des quiz amusants qui apportent de la joie à votre journée, aux photographies fascinantes et aux listes fascinantes, HowStuffWorks Play offre quelque chose pour tout le monde. Parfois, nous expliquons comment les choses fonctionnent, d'autres fois, nous vous le demandons, mais nous explorons toujours au nom du plaisir ! Parce qu'apprendre est amusant, alors restez avec nous !


L'Argentine déclare la guerre aux réserves de pétrole des îles Falkland

Reportage photo (dans le sens des aiguilles d'une montre à partir du haut leFt): (1) Forces argentines patrouillant dans les îles Falkland lors d'une invasion surprise le 2 avril 1982 (2) Prisonniers de guerre argentins à Port Staley le 17 juin 1982 (3) Reprise britannique des îles Falkland décrites sur une carte (4) Les marins britanniques du HMS Cardiff vêtus d'une cagoule anti-flash transportant des respirateurs à gaz en juin 1982 (5) La frégate britannique de type 21 HMS Antelope fumant après avoir été touchée par des bombardiers le 23 mai 1982

Les Argentins appellent les îles Falkland « Islas Malvinas ». Le nom espagnol est la traduction du nom français « Iles Maluines ». L'histoire des îles remonte à plus de cinq cents ans. La colonisation et l'exploration active de l'île ont eu lieu au 18ème siècle et les îles Falkland ont été un élément de controverse car les Français, les Britanniques, les Espagnols et les Argentins ont revendiqué les îles à différentes époques.

Bien que les Européens aient trouvé les îles Falkland inhabitées lors de leur découverte, des découvertes récentes de canoë en bois et de pointes de flèches à Lafonia, dans l'est des Malouines, indiquent que les peuples autochtones d'Amérique du Sud, les Yaghan, ont peut-être vécu dans les îles avant l'arrivée des Européens. Il y a des preuves qu'une expédition portugaise inexplorée avant l'expédition de Magellan a découvert les îles pour la première fois. En 1522, les îles Falkland figuraient sur la carte du cartographe portugais Pedro Reinel.

L'explorateur britannique John Davis s'est réfugié dans les îles lors d'une violente tempête alors qu'il tentait de trouver un autre navire d'expédition près du sud de l'Argentine le 9 août 1592. Plusieurs noms ont été donnés aux îles par l'Anglais Richard Hawkins puis le Néerlandais Sebald de Weert. Le capitaine anglais John Strong a nommé le canal entre les deux principales parties des îles « Falkland Channel » en 1690.

En 1764, une colonie a été établie par la France sur East Falkland et c'est à ce moment-là que l'île a reçu le nom français "Iles Maluines". En 1765, ignorant l'existence de l'establishment français, le capitaine britannique John Byron a exploré les îles Malouines et a revendiqué les îles Malouines comme territoire britannique sur la base d'une découverte antérieure. Une colonie britannique permanente a été établie dans le West Falkland l'année suivante par le capitaine John MacBride.

La France a accepté de quitter East Falkland en 1766 après que les Espagnols se soient plaints de la présence française sur un territoire que les Espagnols considéraient comme le leur. L'Espagne a également accepté de compenser l'amiral français Louis Bougainville qui avait dépensé de sa propre poche pour établir la colonie française. L'Espagne a pris l'East Falkland en 1767.

La première crise des Malouines a été déclenchée lorsque le commandant espagnol Don Ignacio a amené 1400 soldats dans cinq navires armés d'Argentine et a forcé les Britanniques à quitter West Falkland le 10 juin 1770. La crise s'est poursuivie jusqu'au 22 janvier 1771. L'Espagne et la Grande-Bretagne ont presque fait la guerre au cours de cette période.

Pendant l'accumulation de la guerre d'indépendance américaine, en 1774, le gouvernement britannique a décidé de se désengager d'un certain nombre de colonies d'outre-mer. Les forces britanniques quittèrent Port Egmont à West Falkland le 20 mai 1776 mais y laissèrent une plaque proclamant le maintien de la souveraineté britannique sur les îles Falkland. Les chasseurs de phoques britanniques ont utilisé West Falkland comme base pendant les 4 années suivantes, jusqu'à ce que les autorités espagnoles les forcent à partir en 1780 dans le cadre de l'ordre de l'Espagne de détruire la colonie britannique.

L'Espagne a régné sur les îles Falkland de Buenos Aires jusqu'en 1811. En raison de la guerre péninsulaire de 1807 à 1814 et du mouvement d'indépendance croissant de ses colonies sud-américaines, l'Espagne a été forcée de se retirer des îles en 1811. Comme les Britanniques l'ont fait il y a 35 ans, les Espagnols a également laissé une plaque affirmant la souveraineté de l'Espagne sur les îles.

14 membres d'équipage du navire britannique Isabella, qui avait fait naufrage près de East Falkland, se sont échoués dans les îles le 8 février 1813. Le navire de guerre britannique à gréement en brick Nancy a été envoyé pour secourir les survivants. Un chasseur de phoque américain Nanina a repéré la présence de l'équipage d'Isabella sur les îles le 5 avril 1813. Barnard a dîné avec l'équipage d'Isabella et a découvert qu'ils n'étaient pas au courant de la guerre de 1812. Techniquement, le Royaume-Uni et les États-Unis étaient en guerre à l'époque.

Mais Barnard était prêt à secourir les survivants. Mais tout en rassemblant des ressources des îles, l'équipage d'Isabella a saisi Nanina et a échoué Barnard et trois de ses membres d'équipage sur les îles. Après 18 mois, il a été secouru par un autre navire britannique ‘Indispensable’ qui est allé intentionnellement à la recherche de Barnard et de son équipage. En 1829, Barnard publie un livre sur sa survie.

Le colonel américain David Jewett, un corsaire travaillant pour les « Provinces-Unies du Río de la Plata » (le prédécesseur de l'Argentine d'aujourd'hui), a déclaré que sa frégate de 50 navires prendrait possession des îles espagnoles de l'Atlantique Sud selon la revendication de Buenos Aires de 1816. . Cependant Jewett ne pouvait pas établir son autorité sur les îles et il y avait peu d'émigration de Buenos Aires vers les îles Falkland.

Citoyen argentin d'origine allemande, Luis Vernet s'est vu accorder les îles Falkland par le gouvernement des Provinces-Unies en 1828 et a été nommé commandant civil et militaire des îles le 10 juin 1829. Le consulat britannique à Buenos Aires a déposé une protestation contre ces mesures. Un différend sur les droits de chasse et de pêche a entraîné un raid du voilier américain USS Lexington qui a mis fin à l'entreprise de Vernet en 1831. Le gouvernement de Buenos Aires a chargé le Major Esteban de créer les îles Falkland en tant que colonie pénitentiaire le 15 novembre 1832. Pour exiler les prisonniers dans un endroit séparé, une colonie pénitentiaire est utilisée. Mais les soldats d'Esteban se sont mutinés et l'ont assassiné.

La Grande-Bretagne a envoyé le capitaine James Onslow avec le HMS Clio et il est arrivé le 3 janvier 1833 et le drapeau britannique a flotté sur les îles après que le représentant de Buenos Aires ait quitté les îles car un grand nombre d'équipages du représentant de Buenos Aires étaient des mercenaires britanniques qui ne voulaient pas combattre le capitaine Onslow. Depuis lors, les gouvernements argentins ont régulièrement protesté contre la Grande-Bretagne officiellement.

En 1840, les îles Falkland sont devenues officiellement une colonie de la Couronne de l'empire britannique et quelques Écossais et un gouverneur sont également arrivés pour établir une colonie pastorale de l'Empire britannique. En décembre 1914, pendant la Première Guerre mondiale, la Grande-Bretagne a remporté une victoire navale massive sur l'Allemagne lors de la bataille des îles Falkland dans l'Atlantique Sud. La Royal Navy du Commonwealth britannique a remporté la victoire contre la Kriegsmarine de la marine allemande nazie pendant la Seconde Guerre mondiale dans les mêmes eaux.

Le président argentin Juan Peron voulait acheter les îles Falkland en 1953 au gouvernement britannique, mais a été rejeté comme « inconcevable » par la Grande-Bretagne. Les conflits de souveraineté se sont intensifiés dans les années 1960. Les négociations entre l'Argentine et le Royaume-Uni ont échoué et l'Argentine a envahi les îles le 2 avril 1982. La guerre a pris fin le 14 juin 1982.

La Grande-Bretagne a été confrontée aux difficultés logistiques de mener une guerre à 8 000 milles de chez elle. Les navires marchands britanniques transportaient 95 avions, 100 000 tonnes de fret, 9 000 personnes et 400 000 tonnes de carburant. Les forces américaines ont fourni 40 000 tonnes de carburant d'aviation pour les avions de chasse britanniques. L'ensemble du groupe de travail comprenait 43 navires de la Royal Navy, 62 navires marchands et 22 navires auxiliaires de la Royal Fleet. Initialement, les forces britanniques disposaient de 28 avions Sea Harrier et de 14 avions Harrier GR.3s disponibles pour les opérations aériennes contre environ 122 chasseurs à réaction de l'armée de l'air argentine pendant la guerre.

Le conflit de 74 jours a abouti à une victoire britannique. 649 soldats argentins ont été tués avec 1 657 autres blessés et 11 313 ont été faits prisonniers. L'Argentine a également perdu 1 sous-marin, 1 croiseur, 4 cargos, 2 patrouilleurs, 1 chalutier espion, 25 hélicoptères, 2 bombardiers, 35 chasseurs, 25 avions COIN, 4 avions de transport et 9 avions d'entraînement armés. 255 soldats britanniques ont été tués au combat, 775 ont été blessés et 115 ont été faits prisonniers. La Grande-Bretagne a également perdu 2 frégates, 2 destroyers, 1 navire de débarquement LSL, 1 porte-conteneurs, 1 engin amphibie LCU, 10 avions de chasse et 24 hélicoptères. Un bombardier britannique a également été capturé. 3 civils des îles Falkland ont également été tués dans la guerre. Après la guerre, le Royaume-Uni a étendu la présence de ses forces militaires et augmenté la taille de la garnison sur les îles. L'année dernière, les insulaires ont voté à la quasi-unanimité pour rester un territoire britannique d'outre-mer.

L'édition en ligne d'un tabloïd quotidien renommé du marché intermédiaire au Royaume-Uni, Daily Express a rapporté que tandis que les sociétés pétrolières britanniques prospectaient dans les mers autour des îles Falkland, les entreprises britanniques et les particuliers ont reçu un avertissement de l'ambassade d'Argentine à Londres le 28 novembre. 2013. Le congrès argentin a adopté une loi et l'avertissement conformément à la loi a déclaré que les prospecteurs britanniques risquaient jusqu'à 15 ans de prison. L'avertissement comprenait également des amendes égales à la valeur monétaire actuelle de 1,5 million de barils de pétrole ou environ 100 millions de livres sterling ou 164 millions de dollars seraient également imposées.

Cette décision de l'Argentine a déclenché une tension majeure dans la région et déclenché une réponse enragée du ministère britannique des Affaires étrangères rappelant à Buenos Aeries que les îles Falkland sont le territoire souverain du Royaume-Uni.

Plus de 200 lettres d'avertissement ont été envoyées aux entreprises de prospection impliquées par l'ambassade d'Argentine à Londres. Selon la nouvelle loi, les entreprises seraient également interdites en Argentine et leur équipement d'exploration ou tout pétrole trouvé serait repris.

L'Argentine s'était déjà opposée formellement à Londres sur cette question et estime que l'exploration pétrolière est une violation manifeste de la résolution 31/49 de l'Assemblée générale des Nations Unies. Le ministère britannique des Affaires étrangères a déclaré que les activités liées aux hydrocarbures des entreprises opérant sur le plateau continental des îles étaient régies par la législation du gouvernement des îles Falkland, qui était également en totale conformité avec la convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Le communiqué indique également que le gouvernement britannique soutient absolument le droit des habitants des îles Falkland à développer leurs ressources naturelles au profit de leur propre économie.

"Le droit interne argentin ne s'applique pas aux îles Falkland ou aux îles Sandwich du Sud et à la Géorgie du Sud, qui sont des territoires d'outre-mer du Royaume-Uni", ajoute le communiqué.

Premier Oil devrait commencer à extraire du pétrole pour la première fois en 2018 du champ Sea Lion. Le champ est supposé contenir environ 394 millions de barils de pétrole, ce qui le rend plus grand que la plupart des champs pétrolifères actuels de la mer du Nord. Stephen Luxton, directeur des ressources minérales pour le gouvernement des îles Falkland, a déclaré que la loi argentine n'aurait aucun impact.


La guerre des Malouines

Les prisonniers de guerre argentins sont défilés à Port Stanley après leur capitulation lors de la guerre des Malouines
    Guerre des Malouines : le croiseur argentin General Belgrano coulé par le sous-marin britannique Conqueror, tuant plus de 350 hommes. Les troupes britanniques débarquent sur les îles Falkland Navire britannique Atlantic Conveyor transportant des hélicoptères Chinook et le destroyer HMS Coventry touchés pendant la guerre des Malouines : 39 membres d'équipage meurent Guerre des Malouines : Royal Fleet Auxiliary Sir Gahalad attaqué à San Carlos Water ("Bomb Alley") par des avions argentins : 48 soldats et membre d'équipage ont été tués. Bataille du mont Longdon Îles Falkland L'Argentine se rend à la Grande-Bretagne, mettant fin au conflit de 74 jours aux îles Malouines Émeutes en Argentine après la défaite des Malouines et des Malouines Le président Galtieri démissionne après avoir mené l'Argentine à la défaite des îles Malouines

Événement de L'intérêt

1983-01-09 Le Premier ministre britannique Margaret Thatcher visite les îles Falkland


Décès de civils pendant la guerre des Malouines et le déclin de l'Empire britannique

Les îles Falkland se trouvent à environ 300 miles (ou environ 480 kilomètres) au large des côtes argentines et appartiennent aux Britanniques depuis le XIXe siècle en 1982. L'Argentine et la Grande-Bretagne se sont livrées une guerre pour la propriété des îles. Ici, Matt Austin considère les pertes civiles pendant la guerre des Malouines dans le contexte plus large du déclin de l'Empire britannique.

Prisonniers de guerre argentins pendant la guerre des Malouines en 1982. Source : Ken Griffiths, disponible ici.

introduction

À partir du 2 avril et jusqu'au 14 juin 1982, la Grande-Bretagne s'est engagée dans une guerre de soixante-douze jours pour conserver l'un de ses derniers territoires du Commonwealth. L'écrivain argentin Jorge Luis Borges qualifie la guerre des Malouines de « deux hommes chauves se battant pour un peigne », une comparaison qui souligne fortement la pure inutilité du conflit aux yeux de nombreux historiens et écrivains.[1] Il est donc possible de suggérer que les pertes subies pendant la guerre des Malouines, environ huit cent soixante-dix-huit au total, avec l'inclusion des prisonniers de guerre argentins, au nombre de plus de onze mille, étaient elles-mêmes inutiles. [2] En fin de compte, les motivations derrière la guerre des Malouines et la guerre des Malouines la nature de la façon dont il a été combattu l'ont conduit à être considéré comme l'un des conflits les plus uniques de l'histoire militaire britannique.

Le déclin de l'empire britannique

Après la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne a connu une période de déclin. En raison des lourdes pertes économiques subies pendant le conflit, la nation n'a pas été en mesure de financer efficacement son empire et a accordé l'indépendance à un certain nombre de ses anciennes colonies à partir des années 1940. La première des grandes colonies à obtenir son indépendance après la Seconde Guerre mondiale était l'Inde. Avec des groupes politiques en guerre et un manque de « garde-fous » pour les intérêts commerciaux et commerciaux britanniques, le Premier ministre britannique Clement Attlee a décidé que la Grande-Bretagne devait « abandonner le contrôle » de l'Inde en 1947.[3]

Cela a été suivi par la perte de nombreux territoires au cours des décennies suivantes, comme le Ghana en 1957, l'Ouganda en 1962 et le Kenya en 1963. Par conséquent, la perte de la Rhodésie du Sud, ou Zimbabwe, comme le nouvel État indépendant est devenu connu, en 1980 , était le dernier des territoires britanniques en Afrique. La perte de la Rhodésie du Sud a marqué la fin d'une ère pour l'Empire britannique, à la suite de son déclin inévitable dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale.[4] Cela a laissé à l'ancienne puissance internationale de l'Empire britannique un groupe sévèrement réduit et dispersé. des territoires du Commonwealth, menaçant ainsi l'influence mondiale de la nation. Avec la menace de la perte totale de l'Empire, un concept qui était devenu progressivement apparent au cours des dernières décennies, la Grande-Bretagne tenterait donc rigoureusement de conserver et de protéger l'un de ses territoires restants contre l'invasion.

La guerre des Malouines

Les origines de la guerre des Malouines peuvent être attribuées à la décision du gouvernement militant argentin d'envahir et d'occuper les îles voisines dans le but d'encourager une opinion publique positive. Malgré une économie gravement affaiblie et face à une demande croissante pour l'introduction d'un système de vote démocratique, le gouvernement, sous le contrôle de son dictateur militaire Leopoldo Galtieri, a reçu une vague de soutien public en faveur de l'invasion des îles, alors que les sentiments argentins du nationalisme a augmenté.[5] Cela a renforcé la décision de défendre leur territoire nouvellement capturé contre la perspective d'une invasion britannique.

Suite à l'annonce de l'invasion argentine et de la prise de contrôle des îles Falkland, la Grande-Bretagne a répondu en envoyant un groupe de travail naval le 5 avril 1982 pour défendre les îles contre les forces d'invasion. En fin de compte, le conflit a été de courte durée, car la Grande-Bretagne a réussi à regagner les îles Falkland grâce à l'utilisation d'une technologie militaire plus avancée et d'un entraînement au combat supérieur. Le président américain Ronald Reagan était initialement sceptique quant à la décision de la Grande-Bretagne de reconquérir les Malouines, suggérant que cela ne valait pas une invasion. Cependant, dans une tentative d'éviter toute tension politique entre les États-Unis et le Royaume-Uni, sous la direction du Premier ministre Margaret Thatcher, il a finalement décidé de soutenir l'effort, en fournissant à la Grande-Bretagne des armes et des munitions, ce qui a contribué à la victoire et raccourci le conflit.

Victimes militaires

Les pertes argentines pendant la guerre des Malouines s'élevaient à six cent quarante-neuf, environ quatre cents de plus que celles des Britanniques. La majorité des victimes de la guerre des Malouines se sont produites lors des attaques contre des navires de guerre transportant un grand nombre de troupes. Le cas particulier de l'attaque britannique contre le navire argentin, le Général Belgrano, a entraîné la mort de près de la moitié de toutes les victimes argentines, avec trois cent vingt et un des mille cent membres d'équipage du navire tués.[6] Cela a depuis été considéré comme un moment très controversé de la guerre des Malouines, déclenchant le débat sur une éventuelle crime de guerre, car le Belgrano a été attaqué à trente six milles de la zone d'exclusion britannique qui avait été mise en place autour des îles.[7]

Nevertheless, despite a vast majority of the casualties originating from naval attacks, friendly fire was a larger issue for British troops in the Falklands than the majority of its other twentieth century conflicts, relative to the scale and nature of the war. The majority of incidents of British friendly fire occurred at night. The reason for this can be attributed to the result of misinterpretation of the identity of British troops, among the ‘monotonous, featureless terrain’ of the Falkland Islands.[8]Furthermore, it was not simply British troops that fell victim to friendly fire, as the only civilian casualties of the Falklands War are attributed to this.

Pertes civiles

The decisive British victory, however, was underpinned by the regularly overlooked deaths of three civilians.[9]Whilst civilian casualties are unfortunately rarely unique during wartime, the case of the death of three Falkland Islanders is in itself a rare occurrence, as these deaths were caused by friendly fire. The three civilian deaths of the Falklands War hold great significance, as they demonstrate the contradictory nature and moral considerations that embodied this conflict. As the islands had been under British rule for centuries, those living there were British citizens and being predominantly farmers, had little to no means of preventing the unexpected Argentine invasion. Consequently, there must have been a sense of relief when news that the British would launch an invasion to secure back the islands reached those living there.[10]However, this was not to be the case for three Falkland Islanders living in the capital, Port Stanley, as Susan Whitley, Doreen Bonner, and Mary Goodwin unfortunately lost their lives during the British bombing of the capital.[11]Whilst these deaths are often overlooked in what is a considerably neglected conflict in itself, they have come to somewhat represent British international relations in the latter half of the twentieth century.

What is therefore so intriguing about these deaths are the wider moral implications that surround them. Britain, in an attempt to recapture the islands, supposedly for the safety of the Falklanders and the right to retain their British identity, contributed to the only incidents of civilian casualties of the war. This represents the contradictory nature of this conflict and creates a wider moral question of whether the unrealistic perception of the ‘Empire’ and the lengths that Britain would go to ensure its survival was worth more to the government and foreign policy makers than the people they were trying to protect.

The Imperial undertones of the Falklands War are highlighted by these deaths this article therefore concludes by posing the question of British morality and whether this conflict was simply an overreaction to the post war decades characterized by the decline of the once powerful Empire that built up and bubbled over, culminating in one of the most unnecessary, frustrating conflicts in the nation’s history.

What do you think of the author’s arguments? Let us know below.

[1]Miles Kington, “What did you do in the Falklands War, Daddy?” L'indépendant, October 28, 1998, https://www.independent.co.uk/arts-entertainment/what-did-you-do-in-the-falklands-war-daddy-1181032.html.

[2]“Falkland Islands War. Cost and Consequences,” Britannica, accessed 17/11/2018, https://www.britannica.com/event/Falkland-Islands-War#ref302171.

[3]Nicholas Owen, “The Conservative Party and Indian Independence, 1945-1947,” Le journal historique 46, non. 2 (June 2003): 404.

[4]Hevina S. Dashwood, “Inequality, Leadership and the Crisis in Zimbabwe,” International Journal57, non. 2 (Spring 2002): 209.

[5]Paola Ehrmantruat, “Aftermath of Violence: Coming to Terms with the Legacy of the Malvinas/Falklands War (1982),” Arizona Journal of Hispanic Cultural Studies 15 (2011): 95-96.

[6]“Is Maggie Thatcher a War Criminal?” Belgrano Enquiry, accessed 10/12/2018, http://belgranoinquiry.com/.

[7]“Is Maggie Thatcher a War Criminal?”

[8]Beck, “How Are You Enjoying the Day?”

[9]Lucy Beck, “How Are You Enjoying the Day? Remembering the victims of the Falklands War,” April 2007. http://archive.ppu.org.uk/falklands/falklands3.html.

[10]David Saunders, Hugh Ward, David Marsh and Tony Fletcher, “Government Popularity and the Falklands War: A Reassessment,” British Journal of Political Science 17, no. 3 (July 1987): 281-282.


Le gars de l'histoire

Search

More Info

Popular Pages

New & Recent Conflicts
A chronicle of newer and more recent conflicts and wars from around the globe

War and Conflict Links
A listing of wars and war pages on the History Guy site

Portal for pages on the history of comics and superhero characters

Portal for pages on the nations of the world

Portal for pages on military history

Lists of wars throughout history and from around the world

Biographical files on individuals who impact American politics, culture, business, education and other arenas of life in the United States.

Pages on the governmental systems of selected nations.

United States national government and politics.

The latest changes to the History Guy site.

Information on the History Guy, the origin of the website, along with commentaries and a site map .

Copyright 1998-2012 Roger A. Lee and 12.28.12

"The History Guy" is a Registered Trademark.

British Soldiers in the Falkland Islands War

The Falkland Islands War

Falklands War Timeline | Falklands War Images

The Falkland Islands War of 1982 was an unusual 74-day conflict fought between the United Kingdom and Argentina over possession of a small group of islands in the South Atlantic. The Falklands Conflict claimed over 900 British and Argentine lives, and contributed to the toppling of the Argentine dictatorship, while cementing the status of the British Prime Minister, Margaret Thatcher, as a significant player in international relations.

Falkland Islands War Timeline April 2: Argentine forces invade the Falkland Islands.

April 3: Argentine forces occupy South Georgia Island.

April 4: ‘HMS Conqueror’ sailed from Faslane.

April 5: ‘HMS Invincible’ and ‘HMS Hermes’ sailed from Portsmouth.

April 9: ‘Canberra’ sailed from Southampton with 3 Para, 40, 42 and 45 Royal Marine Commandos on board.

April 11: The submarines‘HMS Spartan’ and ‘HMS Splendid’ arrive off the Falkland Islands.

April 12: Britain announces a 200-mile Exclusion Zone around the Falkland Islands. The destroyer ‘Antrim’, the frigate ‘Plymouth’ with M Company, 42 Commando, sail from Ascension to recapture South Georgia.

April 14: The South Georgia Task Force rendezvous with ‘Endurance’ already in the vicinity.

April 18: Task Force sails from Ascension Island.

April 21/22: Troops from the SAS are inserted and then extracted from South Georgia.

April 25: The Royal Marines and SAS retake South Georgia.

April 26: The formal surrender of Argentine forces on South Georgia Island. 2 Para sailed from Hull on the ‘Norland’.

May 1: Task Force entered the Exclusion Zone. Vulcan bomber ‘Black Buck’ attacked the runway at Port Stanley. First air attacks by Harriers on Argentine positions on the Falklands. SAS and SBS landed on the islands.

May 2: The Argentine ship, ‘General Belgrano’ sunk by ‘HMS Conqueror’.

May 4: The destroyer ‘HMS Sheffield’ was hit by an Exocet missile. 20 men were killed. First Harrier lost over Goose Green.

May 12: Fifth Army Brigade sailed from Southampton on the QE2. ‘HMS Glasgow’ disabled by an Argentine bomb.

May 14: The SAS raid Pebble Island.

May 19: 21 men from the SAS are killed when their helicopter crashes into the sea.

May 21: The first British landings at San Carlos Bay begin. Men from the Royal Marines and Paras land along with commando artillery and engineer units. The ‘HMS Ardent’is lost to Argentine counter-attacks.

May 23: The British ship, ‘HMS Antelope’ lost.

May 24: ‘Sir Lancelot’ and ‘Sir Galahad’ are hit but the bombs fail to explode.

May 25: ‘HMS Coventry’ lost ‘HMS Broadsword’ damaged ‘Atlantic Conveyor’ hit by an Exocet missile.

May 27: Battle for Goose Green/Darwin begins.

May 28: Argentine forces at Goose Green surrendered to 2 Para. ‘Atlantic Conveyor’ sank.

30 mai: 3 Para and 45 Commando reached Estancia House and Teal Inlet. Mount Kent captured by 42 Commando and SAS.

June 2: 2 Para airlifted to Fitzroy.

June 8: ‘Sir Galahad’ destroyed at Bluff Cove with many killed and wounded, primarily from the Welsh Guards.

June 11/12: Co-ordinated attacks on Mount Longdon, Two Sisters and Mount Harriet by British troops.

June 13/14: Attacks made on Mount Tumbledown and Wireless Ridge.

June 14: Argentine forces on the Falkland Islands surrendered.

July 13: Argentine government agrees to end hostilities with Britain.


Causes of the Falklands War

The year 1982 is remembered in the history of both Argentina and Britain. The year saw the occurrence of one of the strangest wars due to the desire by the two sides to own and control the Falkland Islands. Many lives from the two sides were lost. It was a war of political interests from the two sides, though it was initiated by Argentina trough the use of the scrap metal salvagers. This essay discusses the causes of the Falkland war, with particular interest in the political standpoint that led to its occurrence. The war was caused by political desires of both governments to possess and control the Falkland Islands, each government under different claims. The essay concentrates on the political causes of the war from the two sides, but lays much emphasis on Argentina as the instigator.

Causes of the Falklands War from a Political Standpoint

introduction

The Falkland Islands are located in the south Atlantic and is comprised of a group of islands. There are two main islands, the east Falkland and the west Falkland, found 480 kilometers to the east of the Argentinean coast. Apart from the two main islands, there are 200 other smaller islands (Luscombe, 1996).

The Falklands was the largest ever war fought between Britain and the Argentina. Since 1820, Argentina had been claiming ownership of the Falkland Islands that were under the control of the British government. Since Britain had been the administrator of the islands, the claims were consistently rejected. These continuous disputes over ownership of the islands eventually led to conflicts (Smith, 1999).

The Falkland War

The sovereignty dispute that had persisted for more than 150 years between Argentina and Britain was culminated in April 1982 when Argentina invaded the Falklands Islands and claimed control over them. This led to a war between the Argentina and British troops, leading to the death of more than 650 troops of the Argentine side, and more than 230 soldiers from the British side (Luscombe, 1996). During the war, the British government captured more than 10,000 prisoners of war from the Argentine side, but they were released after the war ended. The war that was fought for more than four weeks saw the defeat of Argentina. This led to the discrediting of their military dictatorship and the restoring of the democracy in civilian rule in the country in 1983 (Smith, 1999).

There were several causes of the Falklands war. The war was guided by political desire by the Argentinean government to possess the islands from the British colony and gain control over them Britain aims to retain possession of the islands (Kinney, 1989). The Argentinean government claimed the islands under the political grounds that they were discovered by the Spaniards who dominated the region back in the 15th and 16th centuries. The British government, on the other hand, claimed the islands under the grounds that they were discovered by John Davis who led the British ship back in 1592 (Smith, 1999).

Though there were intense diplomatic negotiations that had lasted for 14 years aimed at finding a peaceful solution to the matter between the two countries, Argentina broke the peaceful resolutions and the diplomatic efforts and resorted to the use of military action. This came as a surprise to the British colony since the democratic talks were still underway. It is believed that the political negotiations that were taking place in the United Kingdom had collapsed and the peace plan that was being negotiated was rejected by the two parties involved (Kinney, 1989).

The two parties resorted to military action, fighting for the control and ownership of the islands. Argentina resolved to invade the islands since there was a domestic threat to their military junta under the leadership of General Leopoldo Galtieri, and the internal instability in the country was a threat to his dictatorial leadership (Reginald & Elliot, 1983). The invasion and the war that ensued in the islands were seen as political cunningness that Galtieri used since he seeked a uniting diversion from the people of Argentina. He raided the Falkland Islands and went into war with the British as a way of attempting to save the political dictatorship that he had subjected to the Argentineans. This is because the conflict in the Falkland Islands, which were outside Argentina, would distract the Argentinean citizens, control the threat, and eventually help Galtieri maintain his control over the country (Smith, 1999).

The political conflict started after Argentine scrap metal workers tore down the old whaling station. The scrap metal salvagers who landed on the South Georgia Island had raised the Argentinean flag, an act that showed that the Argentina sought the ownership of the islands (Reginald & Elliot, 1983).This was as a political way if initiating the conflict. The raising of the flag in the British-owned protectorate was a political mockery to the British government and a great violation of the international law. This led to the conflict as the British government sought to deport the scrap metal salvagers back to Argentina. The conflict arose when Argentine troops descended on the British troops as a way of defending the salvagers. General Galtieri stood to his ground that he was not ready to remove the men from the islands (Luscombe, 1996).

The Argentine government stood to the ground that the desire of the British government to control the Falkland Islands was a sort of invasion of another country's land. It was seen as Britain's way of using military power to possess land that was not theirs, and Argentina was not willing to relent to the military might of Britain and give away what they thought was theirs (Luscombe, 1996). Therefore it can be argued that the Falkland wars occurred due to the desire of each side to show that they had the political and the military might to fight for what belonged to their country. The Argentines argued that they were not ready to suffer from Britain's imperialist past and lose their islands (Reginald & Elliot, 1983).

The Falklands war can also be explained to have been caused by political blunders that were performed by imperialism in the British government. The British government, under the leadership of Thatcher, had no serious political will for defending the islands (Reginald & Elliot, 1983). During the time of the war, Britain had witnessed massive economic crisis characterized by unemployment that had eventually reached 3 million in the year 1981. This had caused riots in the country and the war thus was an avenue for diverting the attention of the Britons. Thatcher decided to enter into the war to divert the focus from domestic issues that were affecting the country to foreign matters. The Falkland crisis and the consequent success in the war was a political idea that saw the success of Thatcher's leadership. Her fame was restored, together with the confidence of the Britons for her, even when the domestic economic issues were yet to be resolved (Smith, 1999).

They depended on the democratic negotiations that had ensued despite the continuous demands and claims by the Argentine government regarding the Falkland Islands. Political patriotism in the side of Thatcher is thought to have accelerated the emergence of the raids. She had withdrawn the British naval warship from the south Atlantic as a way of defending the prestigious British imperialism and as a way of saving her political interests (Kinney, 1989 Smith, 1999). This is thus thought to have given an avenue to the Argentine salvagers and troops to invade the Falkland Islands. The decision of Thatcher to send a task force to the south Atlantic was also as a way of mobilizing a war and was also a political move to win the support of the British parliament and the public (Luscombe, 1996).

The entry of the Argentinean junta into the war also had a political agenda. In Argentina, a military regime would regain pride only after conducting an invasion. The desire for political pride on the side of the argentine junta saw their entry into the war (Smith, 1999).

The Falkland war saw the loss of many lives. The war symbolizes the utmost political desires that most of the world's leaders and army systems possess. It can thus be concluded that the Falkland war occurred due to political desires and miscalculations in wars. The political desires to control certain portions of land even when they belong to another nation are evident in the Falkland war. It is evident that the two sides never sought the control of the islands through diplomatic courses since they were under the guidance of political malice. It is also true that the leaders of both governments had not much interest in the islands but were forced to enter into the war to deter the attention of the citizens from the domestic problems that had hit their leaderships.

It can thus be concluded that the Falkland war was a war that had no justification for its occurrence. Neither Britain nor Argentina had a precise reason for entering into the war since their claims of the possession of the islands were based on historical grounds. It is only through political ambitions that the war occurred. Both sides should have sought conflict resolution through continued democratic talks but not through military conflicts.

Kinney, D. (1989). National interest/ national honor: The diplomacy of the Falklands crisis. New York: Praeger publishers. pp 37-73.

Luscombe, S. (1996). The Falklands war 1982. The British Empire.

Reginald, R. & Elliot, J.M. (1983). Tempest in a teapot: The Falkland Islands war. San Bernardino, California, USA: The Borgo Press.

Smith, R. (1999). The Falklands war: A moral balance sheet. WaiMilHist, Issue 4, Volume 1.


Voir la vidéo: Historia de las ISLAS MALVINAS Falklands en 12 minutos resumen (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Kajishura

    Je pense que tu n'as pas raison. Je vous invite à discuter. Ecrivez en MP, on en reparlera.

  2. Berhanu

    Réponse rapide, attribut d'ingéniosité ;)

  3. Wethrleah

    De quoi avez-vous besoin après tout?



Écrire un message