Podcasts sur l'histoire

The Dam Buster Raid - Une réévaluation 70 ans plus tard, Alan W. Cooper

The Dam Buster Raid - Une réévaluation 70 ans plus tard, Alan W. Cooper


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

The Dam Buster Raid - Une réévaluation 70 ans plus tard, Alan W. Cooper

The Dam Buster Raid - Une réévaluation 70 ans plus tard, Alan W. Cooper

L'attaque du 617e Escadron sur les barrages de la Ruhr est peut-être le raid de bombardement le plus célèbre de l'histoire britannique, célèbre à l'époque et immortalisé plus tard dans l'un des meilleurs films de guerre britanniques. En conséquence, il a fait l'objet d'un grand nombre de livres (Amazon renvoie plus de 600 résultats pour 'Dam busters', y compris des livres, des modèles et de la musique).

Les chapitres sur la période précédant l'attentat ne sont pas très bien organisés. À titre d'exemple, le chapitre intitulé « Les barrages » n'inclut pas réellement les descriptions détaillées des barrages - qui figurent dans le chapitre suivant - « La cible - Entretien », qui couvre à la fois les barrages et une brève description de la bombe rebondissante. "The Dams" examine en fait les efforts pour développer une arme capable de détruire les barrages. Les choses s'améliorent dans le chapitre sur la formation du 617e Escadron, qui examine les pilotes et leurs équipages - leurs antécédents et leur expérience (ou dans un ou deux cas manque d'expérience).

La meilleure section sont les chapitres sur le raid lui-même et ceux qui examinent la vie des participants après le raid et l'après-guerre. Les raids sont largement décrits du point de vue du personnel navigant (et dans une moindre mesure des Allemands aux barrages), une approche réussie. Le coût du raid est reconnu en consacrant un chapitre entier aux équipages qui ne sont pas revenus, retraçant le sort de chaque avion à tour de rôle. Je pensais que c'était une approche très efficace, bien meilleure que de laisser ces détails dispersés dans le texte principal (bien que les pertes d'avions soient également notées à leur place correcte ici). Cette méthode nous rappelle à quel point les pertes étaient élevées sur ce raid. Il en va de même pour le chapitre « post-raid », qui indique clairement combien de « busters de barrage » survivants ont été tués plus tard dans la guerre (le célèbre livre de Paul Brickhill sur le 617e Escadron traite également des pertes élevées du 617e Escadron plus tard raids, mais n'indique pas aussi clairement combien de membres d'équipage d'origine ont été perdus).

Je ne qualifierais pas cela de réévaluation du raid, mais plutôt de récit avec du matériel utile sur les pertes du raid et sur le sort des survivants après le raid.

Chapitres
1 - Les barrages
2 - La cible - L'entretien
3 - La préparation
4 - L'escadron X/617 est formé
5 - Formation
6 - Le Briefing
7 - Cible 1 - Le Mohne
8 - Cibles n°2 et 3 - L'Eder et la Sorpe
9 - Les résultats
10 - Échec du retour
11 - Postes des barrages
12 - Après-guerre
13 - Était-ce un succès ?
Annexe 1 - Aéronefs utilisés pour l'exploitation des Barrages
Annexe 2 - Récompenses pour l'opération Barrages

Auteur : Alan W. Cooper
Édition : Relié
Pages : 208
Editeur : Pen & Sword Aviation
Année 2013



Le raid Dam Buster : une réévaluation, 70 ans plus tard

Il y a 70 ans, 133 aviateurs du 617e Escadron, plus tard connus sous le nom de Dambusters, ont entrepris de détruire les barrages de la Ruhr en Allemagne. Cette opération parmi tant d'autres menée par le Bomber Command est devenue l'une des plus connues de toute l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. En effet, un film très réussi a été tourné à ce sujet, qui est devenu un classique, marquant les événements dramatiques des raids Dambuster dans l'esprit des petits et des grands. Le livre couvre toutes les facettes de cet épisode passionnant.

Il s'agit également d'un hommage poignant aux 53 hommes qui ont été tués lors de l'opération, ainsi qu'aux hommes qui sont revenus de l'opération mais qui ont ensuite été tués lors d'autres sorties avec le 617 et d'autres escadrons. Cooper rassemble divers fils narratifs, en se concentrant sur des histoires enregistrées sous forme de document et acquises de première main pour donner un véritable aperçu des opérations quotidiennes de l'escadron.


Alan W. Cooper

Publié par Airlife Publishing Ltd 01/05/1993 (1993)

De : AwesomeBooks (Wallingford, Royaume-Uni)

À propos de cet article : État : Très bon. Ce livre est en très bon état et sera expédié dans les 24 heures suivant la commande. La couverture peut avoir quelques signes d'usure limités mais les pages sont propres, intactes et le dos n'est pas endommagé. Ce livre a clairement été bien entretenu et soigné jusqu'à présent. Remboursement garanti si vous n'êtes pas satisfait. Consultez tous nos livres ici, commandez plus d'un livre et bénéficiez d'une livraison à prix réduit. . Numéro d'inventaire du vendeur 7719-9781853103964


The Dam Buster Raid - Une réévaluation 70 ans plus tard, Alan W. Cooper - Histoire

+£4.50 Livraison au Royaume-Uni ou livraison gratuite au Royaume-Uni si la commande est supérieure à £35
(cliquez ici pour les tarifs de livraison internationale)

Commandez dans les 9 heures 39 minutes pour que votre commande soit traitée le jour ouvrable suivant !

Besoin d'un convertisseur de devises ? Consultez XE.com pour les tarifs en direct

Autres formats disponibles - Achetez le livre cartonné et obtenez l'eBook gratuitement ! Prix
The Dam Buster Raid ePub (34,5 Mo) ajouter au panier £4.99
The Dam Buster Raid Kindle (43,8 Mo) ajouter au panier £4.99

Il y a 70 ans, 133 aviateurs du 617e Escadron, plus tard connus sous le nom de Dambusters, ont entrepris de détruire les barrages de la Ruhr en Allemagne. Cette opération parmi tant d'autres menée par le Bomber Command est devenue l'une des plus connues de toute l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. En effet, un film très réussi a été tourné à ce sujet qui est devenu un classique, marquant les événements dramatiques des raids Dambuster dans l'esprit des petits et des grands. Le livre couvre toutes les facettes de cet épisode passionnant.

Cela fonctionne également comme un hommage poignant aux 53 hommes qui ont été tués lors de l'opération, ainsi qu'aux hommes qui sont revenus de l'opération mais qui ont ensuite été tués lors d'autres sorties avec le 617 et d'autres escadrons. Cooper rassemble divers fils narratifs, en se concentrant sur des histoires enregistrées sous forme de document et acquises de première main pour donner un véritable aperçu des opérations quotidiennes de l'escadron.

[Contient] des informations utiles sur les pertes du raid et sur le sort des survivants après le raid.

Histoire de la guerre

L'auteur Alan Cooper est revenu sur l'histoire des attentats, le développement de la célèbre "bombe rebondissante" et la discussion en cours sur les mérites et les réalisations du raid avec ce nouveau livre relié de 216 pages. Il fournit un solide aperçu de tous les aspects de l'opération des 16 et 17 mai. À son crédit, il n'a pas été tenté dans la controverse post-raid, mais présente les faits et laisse le lecteur tirer ses propres conclusions. Une liste des aéronefs impliqués, leurs pilotes et leur destin, ainsi qu'un index complet, ajoutent à l'utilité du livre. De nombreuses photographies bien connues du raid sur les barrages sont incluses parmi les illustrations en noir et blanc du livre, ainsi qu'une sélection des archives de l'auteur, ajoutant de la profondeur à l'histoire post-raid.

Nouvelles de l'aviation

"Une liste des avions impliqués, de leurs pilotes et de leur destin, ainsi qu'un index complet, ajoutent à l'utilité du livre et l'auteur a inclus une belle section sur les mémoriaux aux équipages perdus, les commémorations d'anniversaire et d'autres artefacts."
"De nombreuses photographies bien connues du raid sur les barrages sont incluses parmi les illustrations en noir et blanc du livre, ainsi qu'une sélection des archives de l'auteur, ajoutant de la profondeur à l'histoire post-raid"

Sac de vol

Une liste des avions impliqués, de leurs pilotes et de leur destin, ainsi qu'un index complet, ajoutent à l'utilité du livre et l'auteur a inclus une belle section sur les mémoriaux aux équipages perdus, les commémorations d'anniversaire et d'autres artefacts.
De nombreuses photographies bien connues du raid sur les barrages sont incluses parmi les illustrations en noir et blanc du livre, ainsi qu'une sélection des archives de l'auteur, ajoutant de la profondeur à l'histoire post-raid.

Sac de vol

The Dam Buster Raid - Une réévaluation 70 ans plus tard, Alan W. Cooper - Histoire

Besoin d'un convertisseur de devises ? Consultez XE.com pour les tarifs en direct

Autres formats disponibles - Achetez le livre cartonné et obtenez le livre électronique gratuitement ! Prix
The Dam Buster Raid Relié ajouter au panier &livre19.99
The Dam Buster Raid ePub (34,5 Mo) ajouter au panier £4.99

Il y a 70 ans, 133 aviateurs du 617e Escadron, plus tard connus sous le nom de Dambusters, ont entrepris de détruire les barrages de la Ruhr en Allemagne. Cette opération parmi tant d'autres menée par le Bomber Command est devenue l'une des plus connues de toute l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. En effet, un film très réussi a été tourné à ce sujet qui est devenu un classique, marquant les événements dramatiques des raids Dambuster dans l'esprit des petits et des grands. Le livre couvre toutes les facettes de cet épisode passionnant.

Cela fonctionne également comme un hommage poignant aux 53 hommes qui ont été tués lors de l'opération, ainsi qu'aux hommes qui sont revenus de l'opération mais qui ont ensuite été tués lors d'autres sorties avec le 617 et d'autres escadrons. Cooper rassemble divers fils narratifs, en se concentrant sur des histoires enregistrées sous forme de document et acquises de première main pour donner un véritable aperçu des opérations quotidiennes de l'escadron.

[Contient] des informations utiles sur les pertes du raid et sur le sort post-raid des survivants.

Histoire de la guerre

L'auteur Alan Cooper est revenu sur l'histoire des attentats, le développement de la célèbre "bombe rebondissante" et la discussion en cours sur les mérites et les réalisations du raid avec ce nouveau livre relié de 216 pages. Il fournit un solide aperçu de tous les aspects de l'opération des 16 et 17 mai. À son crédit, il n'a pas été tenté dans la controverse post-raid, mais présente les faits et laisse le lecteur tirer ses propres conclusions. Une liste des aéronefs impliqués, leurs pilotes et leur destin, ainsi qu'un index complet, ajoutent à l'utilité du livre. De nombreuses photographies bien connues du raid sur les barrages sont incluses parmi les illustrations en noir et blanc du livre, ainsi qu'une sélection des archives de l'auteur, ajoutant de la profondeur à l'histoire post-raid.

Nouvelles de l'aviation

"Une liste des avions impliqués, de leurs pilotes et de leur destin, ainsi qu'un index complet, ajoutent à l'utilité du livre et l'auteur a inclus une belle section sur les mémoriaux aux équipages perdus, les commémorations d'anniversaire et d'autres artefacts."
"De nombreuses photographies bien connues du raid sur les barrages sont incluses parmi les illustrations en noir et blanc du livre, ainsi qu'une sélection des archives de l'auteur, ajoutant de la profondeur à l'histoire post-raid"

Sac de vol

Une liste des avions impliqués, de leurs pilotes et de leur destin, ainsi qu'un index complet, ajoutent à l'utilité du livre et l'auteur a inclus une belle section sur les mémoriaux aux équipages perdus, les commémorations d'anniversaire et d'autres artefacts.
De nombreuses photographies bien connues du raid sur les barrages sont incluses parmi les illustrations en noir et blanc du livre, ainsi qu'une sélection des archives de l'auteur, ajoutant de la profondeur à l'histoire post-raid.

Sac de vol

Blogue de Dambusters


Plt Off G Riz
Pilote

Numéro de série du Lancaster : ED936/G

Signe d'appel: AJ-H

Deuxième vague. Avion gravement endommagé et mine perdue, volant à basse altitude au-dessus de la mer lors du vol aller. Retourné à la base.

Geoffrey Rice est né le 4 janvier 1917 à Hinckley, Leicestershire, fils de Frederick et Anne Rice. Il est allé à la Hinckley Grammar School et a ensuite été apprenti dans le métier de la bonneterie. Rice s'est enrôlé dans la RAF en 1941 et a été sélectionné pour la formation de pilote, qu'il a effectuée au Canada. Il obtient son diplôme de pilote en février 1942 et est commissionné.

Il a été affecté à la 19e unité d'entraînement opérationnel de la RAF Kinloss en juillet, où il a fait équipe avec trois des hommes qui composeraient son équipage Dams Raid, Richard Macfarlane, Bruce Gowrie et John Thrasher. Ils sont passés à l'unité de conversion 1660 de la RAF Swinderby en octobre 1942 pour terminer l'entraînement aux bombardiers lourds. Ici, Edward Smith et Thomas Maynard ont rejoint l'équipage.

Le 9 décembre 1942, l'équipage est affecté au 57e Escadron de la RAF Scampton pour commencer sa carrière opérationnelle. Cela a commencé la veille du Nouvel An, le 31 décembre 1942. Le 15 mars, après que l'équipage ait entrepris neuf opérations, ils ont été transférés au nouveau C Flight de l'escadron, sous le commandement du Sqn Ldr Melvin Young.

Le 25 mars, le vol comprenait cinq équipages, commandés par Melvin Young, Bill Astell, Geoff Rice, George Lancaster et Ray Lovell. Il a été décidé de poster tout le vol au-dessus du nouvel escadron en cours de formation à la même base pour entreprendre une formation pour une mission spéciale. Rice et son équipage étaient en fait partis la veille et ils n'ont appris le transfert qu'à leur retour à la base le 1er avril. Rice et son équipage ont protesté contre le transfert, mais en vain.

Cependant, l'équipage était devenu une unité efficace et l'entraînement pour l'opération secrète s'est bien passé. Ils ont obtenu des scores impressionnants dans les exercices de visée de bombe et ont été choisis pour voler dans la deuxième vague, chargée d'attaquer le barrage de la Sorpe.

AJ-H a décollé de Scampton à 21 h 13 et tout s'est bien passé pendant la première heure et demie de vol. Ils ont traversé le col étroit de Vlieland à 22 h 59 volant très bas et exactement sur la bonne voie. Passé le point dangereux, Rice a brièvement pris de l'altitude pour vérifier sa position, puis est redescendu à nouveau pour tourner vers le sud-est en direction de l'Ijsselmeer. La lune brillante qui brillait sur l'eau rendait l'altitude difficile à évaluer et l'ingénieur de vol Edward Smith était sur le point d'avertir Rice que l'altimètre indiquait zéro lorsqu'il y a eu une énorme secousse. Instinctivement, Rice tira vers le haut et ressentit une autre « violente secousse ».

AJ-H avait touché l'eau deux fois. Le premier impact avait arraché la mine et projeté de l'eau à travers la soute à bombes. Le second avait forcé la roue de queue fixe à travers le fuselage et démoli les toilettes Elsan juste devant la tourelle arrière. Un mélange révoltant de son contenu, de désinfectant et d'eau de mer s'était déversé dans la tourelle et avait immergé le mitrailleur Stephen Burns jusqu'à la taille. Son cri de « Christ, il fait humide ici ! » était assez compréhensible.

Tout le monde était secoué, mais par miracle, l'avion et l'équipage avaient survécu. Rice a volé pendant une minute ou deux pendant que les dommages étaient évalués et il a été confirmé que la mine avait été perdue. Puis il se tourna vers la maison. Les batteries antiaériennes de Vlieland et de Texel l'attendaient et ont pulvérisé de la flak à travers l'espace entre les deux îles, mais il a accéléré sous le feu.

Il y eut presque une autre tragédie lorsqu'ils atteignirent Scampton. Le fluide hydraulique dans le train d'atterrissage avait été épuisé, il a donc dû être abaissé manuellement avec une bouteille d'air. Cela a pris 20 minutes pendant lesquelles Rice faisait le tour de l'aérodrome à 1000 pieds. Incertain si les volets fonctionneraient alors, un autre message d'avertissement a été envoyé à la tour de contrôle et l'équipage s'est préparé à un atterrissage d'urgence. Rice et Smith sont restés dans leurs sièges tandis que les autres étaient assis dos au longeron principal, tournés vers l'arrière. Ils étaient sur le point de faire leur approche quand soudain l'AJ-W des Munro, qui avait perdu sa radio, a volé en dessous d'eux et a atterri sur la piste principale. Rice a tenu bon et a touché le sol quelques minutes plus tard.

Le lendemain, Gibson l'a interrogé sur la cause de la perte de sa mine, mais n'a pris aucune autre mesure. Il savait, d'après ses propres expériences de formation, à quel point il pouvait être difficile d'évaluer la hauteur d'un aéronef lorsqu'il volait à basse altitude au-dessus de l'eau.

Rice a volé sur les opérations en Italie en juillet et août, et a ensuite été sélectionné pour l'attaque très dangereuse du canal Dortmund-Ems avec la nouvelle bombe à boîtier mince de 10 000 livres en septembre 1943. Sur les huit pilotes qui ont volé sur ce raid , seuls Geoff Rice, Mick Martin et David Shannon ont survécu. Dans des conditions météorologiques épouvantables, Rice a passé 70 minutes à chercher la cible, mais a finalement été sommée de rentrer chez elle par Martin, qui avait pris le commandement temporaire de l'opération. Il a largué sa bombe géante au-dessus du Waddensee.

Le 11 novembre, il a participé à une attaque contre le viaduc d'Anthéor et, plus tard dans le mois, a reçu le DFC. La citation a distingué son travail sur le canal Dortmund-Ems, louant sa "grande détermination et son courage".

Le 20 décembre, huit équipages du 617 Squadron, dirigés par le nouveau CO Leonard Cheshire, sont envoyés en opération pour attaquer une usine d'armement à Liège en Belgique. Geoff Rice et son équipe Dams Raid étaient parmi eux. Le marquage de la cible n'était pas visible, alors Cheshire a ordonné aux équipages de revenir avec leurs bombes. Cependant, Rice et son équipage n'ont pas eu de chance et ont été abattus par le pilote de chasse de nuit Hauptmann Kurt Fladrich à 14 000 pieds au-dessus de Merbes-Le Château. La dernière chose dont Rice se souvenait était de donner l'ordre de décharger. Malheureusement, le temps manquait et l'avion a explosé.

Rice semble avoir été projeté à l'écart, protégé par le siège blindé du pilote. D'une manière ou d'une autre, il avait déployé son parachute. Cependant, tous ses collègues sont morts lorsque l'avion s'est écrasé. Leurs corps ont été retrouvés près du site de l'accident, mais Rice a repris conscience dans un bois, son parachute accroché dans un arbre, et avec un poignet cassé. Les premières personnes qu'il rencontre sont trois ouvriers agricoles, qui l'emmènent dans la Résistance. Son poignet a été mis en plâtre par un médecin sympathique, et il a passé les cinq mois suivants en cavale.

Malheureusement, il a ensuite été trahi à la police secrète et est devenu un prisonnier de guerre, se retrouvant au tristement célèbre Stalag Luft III, scène de la Grande Évasion. À l'approche de l'armée russe, les prisonniers ont été déplacés de force, mais ont finalement été libérés par les Américains.

Rice a été rapatrié après la guerre et a quitté la RAF en 1947. Il a ensuite travaillé pour Shell BP et a été très actif dans la création de la 617 Squadron Association. Il est décédé à Taunton, Somerset le 24 novembre 1981 et a été incinéré au crématorium de Taunton. Ses cendres ont été enterrées dans le cimetière du village d'Aller, où il avait vécu pendant plusieurs années.

Grade et décorations au 16 mai 1943.
Sources:
Nigel Presse, Toute ma vie, Éditions Lancfile 2006
Richard Morris, Guy Gibson, Pingouin 1995
John Sweetman, Le raid Dambusters, Cassell 2002
John Sweetman, David Coward et Gary Johnstone, Les Dambusters, Time Warner 2003
Chris Ward, Andy Lee et Andreas Wachtel, Dambusters : l'histoire définitive, Milan rouge 2003

Les informations ci-dessus ont été extraites des livres et des sources en ligne répertoriés ci-dessus, ainsi que d'autres documents en ligne. Toutes nos excuses pour toute erreur ou omission.Veuillez ajouter des corrections ou des liens vers de plus amples informations dans la section commentaires ci-dessous.

Plus d'informations sur Geoff Rice et les 132 autres hommes qui ont volé sur le Dams Raid peuvent être trouvés dans mon livre Les Dambusters complets, publié par History Press en 2018.


The Dam Buster Raid - Une réévaluation 70 ans plus tard, Alan W. Cooper - Histoire

Dès les premiers jours de la Seconde Guerre mondiale (3 septembre 1939) le brillant, mais excentrique, scientifique et concepteur d'avions Barnes Wallis envisageait des moyens de raccourcir la guerre. Dès le départ, le Mohne, Eder et Sorpe Les barrages de la Ruhr présentaient des objectifs attrayants mais redoutables, fournissant de l'énergie hydroélectrique, de l'eau industrielle et domestique et maintenant les niveaux des canaux qui alimentaient le matériel entre l'usine et le dépôt de guerre. La destruction de telles cibles réduirait la capacité de l'ennemi à faire la guerre et de telles cibles avaient été considérées comme importantes depuis que la guerre se profilait à la fin des années 1930.

Les barrages massifs seraient épargnés par toute bombe que les bombardiers de la RAF de l'époque pourraient transporter. L'eau à la face du barrage a agi comme un coussin efficace entre l'explosion et le mur du barrage, absorbant et dissipant la majeure partie de la force explosive, et il était impossible de larguer une bombe assez grosse avec suffisamment de précision pour provoquer une brèche. Les torpilles aériennes étaient sorties, les Allemands avaient tendu des câbles de défense et des barrages flottants sur l'eau. Les lacs étant enclavés, l'attaque par sous-marin n'était pas possible.

Après des recherches approfondies sur les types de bombes et les effets des explosifs, Wallis a découvert que s'il pouvait faire atterrir une bombe contre le mur, l'amortissement de l'eau agissait en sa faveur, tassant l'explosion et dirigeant suffisamment de souffle pour percer un trou. Il brisa de nombreux barrages modèles et, début juin 1942, en détruisit un véritable désaffecté (le barrage de Nant-Y-Gro près de Rhayader, au Pays de Galles) jusqu'à ce qu'il trouve la bombe de taille idéale. Son problème était maintenant de placer avec précision la bombe ou la mine larguée.

En juillet 2000, mai 2006 et octobre 2018, j'ai visité le site du barrage détruit, situé sur la pittoresque colline galloise sur la rive sud du réservoir, facilement accessible via le centre d'accueil de Rhayader, indiqué depuis la ville. centre. L'ensemble de la zone du réservoir est une plus belle série de promenades en colline et ouverte au public. En effet, le polycopié décrivant les promenades mentionne le barrage, bien visible depuis le chemin public. Le barrage actuel est clôturé et pour le visiter en détail, il faut obtenir la permission de traverser la minuscule vallée dans laquelle il se trouve. (Un bonus supplémentaire est le survol d'avions de la RAF lors d'opérations d'entraînement.)

Itinéraire : longez la rive nord et montez jusqu'au grand barrage qui surplombe le Centre d'accueil. Traversez la rivière au niveau de l'ancien pont de la station de pompage et montez en pente raide sur la rive sud jusqu'au grand barrage lui-même et passez la porte au sommet. Reposez-vous ici après la montée et admirez la vue magnifique sur le réservoir. Continuer le long de la rive sud, avec le réservoir tout de suite à droite, et suivre ce sentier parfois sinueux jusqu'à ce qu'il tourne à gauche et monte avec un petit vallon à gauche. 200 mètres plus haut, au fur et à mesure que la petite vallée s'approfondit, vous verrez les vestiges du barrage sur la droite.

Sur les descriptions des photos, "left"” et "right"” sont vus du côté aval ou du champ de débris.

< juin 2006. L'épaule droite restante du mur du barrage, à environ 15 pieds de haut des semelles, et les vestiges du niveau d'eau de la base du barrage, montrant le champ de débris de gros morceaux de béton.

Le trou soufflé dans le barrage mesure environ 30 mètres de diamètre et, alors qu'au moment de l'explosion, le barrage était plein, de nos jours, un filet d'eau coule à travers la brèche et dans la petite vallée. Beaucoup de débris sont évidents du côté aval, qui descend assez abruptement vers le réservoir. Paul Brickhill dans "The Dam Busters" décrit le trou comme ayant 15 pieds de diamètre et 12 pieds de profondeur, mais il est notoirement incorrect sur des détails comme celui-ci. Cependant, il est juste de dire que d'autres effondrements ont pu se produire ou avoir été induits au cours des 58 années intermédiaires, élargissant la taille de l'écart déclaré par Brickhill.

Une visite sur le site en octobre 2018 a montré que le mur montré ici est très envahi par la végétation et presque invisible parmi les buissons et les arbres

Octobre 2018 L'épaule gauche du côté de la haute vallée en amont de celle-ci.

Ce mur mesure également environ 15 pieds des semelles au niveau supérieur et environ 30 pouces de large au sommet, assez pour marcher le long.

C'est moi contre les restes du mur Octobre 2018.

La fissure produite par l'explosion a une largeur de 4 à 6 pouces et, comme on peut le voir ici, s'étend du véritable épaulement du barrage jusqu'à un point situé à environ 3/5 de la paroi au bord de l'eau.

Grande photo (à gauche, juin 2006), montrant les semelles traversées par l'eau, l'accotement droit du mur de barrage restant bien visible et le bassin de compensation en béton au premier plan immédiat.

Les vestiges du mur de gauche ne sont pas visibles sous cet angle. J'ai fait de mon mieux pour obtenir une correspondance précise d'hier et d'aujourd'hui, mais j'ai découvert que si je correspondais exactement à l'angle, la prolifération empêchait quelque chose comme une vue décente, alors j'ai descendu (glissé!) le point de vue différent..

Comparez ma photo de 2006 ci-dessus avec la photo monochrome "officielle" (à gauche) prise au plus fort de l'explosion, en juin 1942. Le bassin de compensation est clairement visible, tout comme le mur du barrage intact, car le panache d'eau est poussé vers le ciel par le souffle. Quelques fractions de seconde plus tard, le mur s'effondre.

À l'aide d'un réservoir d'essai extrêmement grand et de projectiles de la taille d'une balle de golf de différentes formes et poids, il a mené de nombreuses expériences, catapultant les missiles dans l'eau à des vitesses et des angles variables jusqu'à ce qu'il puisse prédire la longueur et la hauteur de chaque rebond.

Cela a fait sauter la mine modèle au-dessus de la surface de l'eau, évitant les défenses de barrage, jusqu'à ce qu'elle heurte la face du barrage. Les calculs ont montré que les véritables largages devraient être effectués à une vitesse strictement contrôlée et à la très faible hauteur de 150 pieds. La mine a été retournée avant la libération et à l'impact a rampé le long de la face du barrage pour exploser à une profondeur prédéfinie. Il a acquis le nom de code « Highball » pour la version anti-navire réduite et « entretien » pour l'arme pleine taille.

Bien qu'ingénieur du stress et présenté avec de nombreux calculs et pistes de recherche inconnus, en 1942, il était prêt à demander des avions et d'autres ressources. Son idée a semblé complètement invraisemblable à l'administration, et il a été moqué de beaucoup de bureaux gouvernementaux. Par pure persévérance et acharnement, et aidé par une ou deux personnes sympathiques, il a obtenu la permission de construire une version réduite de la bombe et a permis de convertir un bombardier Wellington pour la larguer. (Il avait d'ailleurs conçu le Wellington.)

Les premiers essais avec une mine demi-taille ont été couronnés de succès et il a obtenu la preuve filmée que l'idée fonctionnait. Mais encore une fois, la paperasserie était épaisse. Désespéré, il a persuadé le pilote d'essai en chef de Vickers, étés cabot pour lui obtenir un entretien avec Air Chief Marshal Sir Arthur T Harris, commandant en chef du Bomber Command. Bien que Harris ait précédemment décrit l'idée comme "Tripe de la description la plus folle . personne ne s'opposerait à ce que les passionnés de Highball reçoivent un avion et qu'on leur dise de s'en aller et de jouer pendant que nous continuons la guerre", il a fait confiance à Summers et a été cajolé en regardant les films pris à la chute d'essai et au réservoir d'essai. Par la suite, Harris ne s'est pas engagé, mais à peu près à cette époque Churchill a donné son soutien au projet et au début de 1943, Wallis a reçu le " " officiel ". Avec la nécessité d'attaquer les barrages à la mi-mai lorsqu'ils étaient pleins, cela laissait peu de temps pour terminer le projet.

Harris s'était opposé au projet dès le début, mais avait reçu des ordres sans compromis de Sir Charles Portal, chef d'état-major de l'Air et supérieur de Harris, que l'opération, désormais nommée « Châtier » devait se poursuivre. Refusant de retirer un escadron existant pour un entraînement spécial, Harris a décidé de former un nouvel escadron d'équipages experts. Il a assigné Le vice-maréchal de l'air l'hon. Ralph Cochrane, commandant du 5e groupe (bombardiers), pour y veiller. Cochrane avait déjà soutenu le cas de Wallis. "J'ai un travail pour toi, Cocky" Harris a dit et expliqué. Cochrane a demandé s'il avait quelqu'un en tête pour commander l'escadron. Harris a dit "Oui. Gibson." Cochrane a accepté et a demandé Commandant d'escadre Guy P. Gibson, puis O.C. No 106 Sqdn volant Lancaster de Syerston. Gibson a eu une carrière longue et satisfaisante en tant que pilote de bombardier et de chasseur de nuit, et avait remporté le DSO et la barre et le DFC et la barre et était sur le point de terminer sa troisième tournée d'opérations. Appelé par Cochrane, et anticipant un long congé à Cornwall, il a été étonné quand Cochrane lui a demandé "Que pensez-vous de faire un voyage de plus ?"

Gibson a dit "Oui" et il a été pris dans un tourbillon fou de choisir ses pilotes et son équipage et les 1001 détails de la formation d'un nouvel escadron. Ayant carte blanche, il choisit quelques pilotes qu'il jugeait les meilleurs, ceux qu'il savait être des types très vifs et qui ne reculeraient pas devant la perspective d'une opération dangereuse. Cependant, de nombreux membres du personnel lui étaient inconnus et certains en étaient même à leur première opération.

La mère de Guy Gibson, Leonora, venait d'une famille de navigateurs bien connue à Porthleven, en Cornouailles, et lors de son séjour, Gibson a développé un amour de la mer et de la voile. Lors d'une visite au port en juin 2012, j'ai eu le plaisir de voir une plaque en souvenir de Guy. Cela a été placé dans le mur d'un bâtiment en forme de chapelle qui surplombe le port, et est facilement visible par ceux qui passent sur le trottoir.

Cette photo prise par temps orageux en 2020 montre le bâtiment en forme de chapelle, et j'ai mis l'étoile jaune sur le coin du mur où l'on peut voir la plaque à Gibson.

On me dit qu'il y a aussi un mémorial à lui dans le cimetière local.

Les équipages des barrages : Avro Lancaster : Codes AJ

Ordre : Pilote, Ingénieur de vol, Navigateur, Opérateur sans fil, Viseur de bombe, Mitrailleur avant, Mitrailleur arrière (tourelle supérieure médiane non montée)

Cette excellent site Web de BBC News montre des photos de tout le personnel navigant, et celle-ci couvre le 1955 Réunion. Un autre montre le 1967 Réunion.

UN VOL : 'G' ED932 W/C G P Gibson DSO DFC, Sgt John Pulford, F/O Harlo "Terry" Taerum, F/L R E G "Bob" Hutchison DFC, P/O F M "Spam" Spafford, P/O George A Deering, F/L R A D Trevor-Roper D. (Deering avait été commissionné avant l'opération, et Taerum a été promu F/O, à leur insu.)

'A' ED887 S/L H Melvyn "Dinghy" Young DFC & bar, Sgt D T Horsfall, F/S C W Roberts, Sgt L W Nichols, F/O V S MacCausland RCAF, Sgt G A Yeo, Sgt W Ibbotson

'B' ED864 F/L W (Bill) Astell DFC, Sgt J Kinnear, P/O F A Wile RCAF, Adj2 A Garshowitz RCAF, F/O D Hopkinson, F/S F A Garbas RCAF, Sgt R Bolitho

'J' ED906 F/L David J Maltby DFC, Sgt W Hatton, Sgt V Nicholson, Sgt Anthony J Stone, P/O Jack Fort, F/S V Hill, Sgt H T Simmonds

'L' ED929 F/L David J Shannon DFC RAAF, Sgt R J Henderson, P/O Danny R Walker DFC, F/O Brian Goodale DFC, F/S Len J Sumpter, Sgt B Jagger, P/O Jack Buckley

'E' ED927 F/L Robert N G Barlow DFC RAAF, P/O S L Whillis, F/O P S Burgess, F/O C R Williams DFC RAAF, P/O A Gillespie DFM, F/O H S Glinz RCAF, Sgt J R G Liddell

'H' ED936 P/O Geoff Rice, Sgt E C Smith, F/O R MacFarlane, Sgt C B Gowrie, F/S J E Thrasher, Sgt T W Maynard, Sgt S Burns

'C' ED910 P/O Warner Ottley DFC RCAF, Sgt R Marsden, F/O J K Barrett DFC, Sgt J Guterman DFM, F/S T B Johnston, Sgt H J Strange, F/S Freddie Tees

'F' ED918 F/S Ken W Brown ARC, Sgt H Basil Feneron, Sgt D P Heal, Sgt H J Hewstone, Sgt S Oancia, Sgt D Allatson, F/S G S McDonald

'K' ED934 P/O Vernon W Byers RCAF, Sgt A J Taylor, F/O J H Warner, Sgt J Wilkinson, P/O A N Whitaker, Sgt C Mc A Jarvie, Sgt J McDowell RCAF

VOL B : 'Z' ED937 S/L Henry E Maudslay DFC, Sgt J Marriott DFM, F/O R A Urquhart DFC RCAF, WO2 A P Cottam RCAF, P/O M J D Fuller, F/O W J Tytherleigh DFC, Sgt N R Burrows

'M' ED925 F/L John V Hopgood DFC & bar, Sgt C Brennan, F/O K Earnshaw, Sgt J W Minchin, P/O J W Fraser RCAF, P/O G H F G Gregory DFM, P/O Anthony F Burcher DFM RAAF

'P' ED909 F/L Harold B "Micky" Martin DFC, P/O Ivan Whittaker, F/L Jack F Leggo DFC, F/O Len Chambers, F/LRC "Bob" Hay DFC RAAF, P/OB "Toby" Foxlee DFM RAAF, F /S Tammy D Simpson RAAF

'W' ED921 F/L J Les Munro, Sgt F E Appleby, F/O F G Rumbles, Sgt Percy E Pigeon, Sgt J H Clay, Sgt William Howarth, F/S H A Weeks

'T' ED923 F/L Joe C McCarthy, Sgt W Radcliffe, P/O D A MacLean, Sgt L Eaton, Sgt G L Johnson, Sgt R Batson, F/O D Rodger. (MacLean avait été commissionné avant l'opération, à son insu.)

'S' ED865 P/O Lewis J Burpee DFM RCAF, Sgt G Pegler, Sgt T Jaye, P/O L G Weller, S/O2 S J L Arthur RCAF, Sgt W C A Long, Adj J G Brady RCAF. (Arthur avait été promu W/O2 avant l'opération, à son insu.)

'N' ED912 F/L Les G Knight, Sgt R E Grayston, F/O H Sidney Hobday, P/O R G T (Bob) Kellow RAAF, F/O E C Johnson, Sgt F E Sutherland, Sgt H E O'Brien. (Kellow avait été commissionné avant l'opération, à son insu.)

'O' ED886 F/S W C (Bill) Townsend, Sgt D J D Powell, P/O C L Howard, F/S G A Chambers, Sgt C E Franklin, Sgt D E Webb, Sgt R Wilkinson

'Y' ED924 P/O Cyril T Anderson, Sgt R C Paterson, Sgt J P Nugent, Sgt W D Bickle, Sgt G J Green, Sgt E Ewan, Sgt A W Buck (Anderson avait été commissionné avant l'opération, à son insu.)

N'A PAS VOLÉ SUR LE RAID DE BARRAGES EN RAISON D'UNE MALADIE : P/O W G Divall, Sgt D W Warwick, Sgt J S Simpson, Sgt R C McArthur, Sgt Murray, Sgt E C A Balke, Sgt A A Williams

F/T Harold S Wilson, Sgt T W Johnson, F/O J A Rodger, Sgt L Mieyette, P/O S H Coles, Sgt T H Payne, Sgt E Hornby

(Anderson, Divall et Wilson ont été tués plus tard)

Retourné à l'unité d'origine après l'affectation initiale au 617 Sqdn : Sgt Lovell et équipage (retour au 57 Sqdn) F/S G Lanchester RCAF et équipage, ce dernier parce que Gibson ne considérait pas leur navigateur suffisamment qualifié pour gérer ce qui promettait d'être une opération exigeante, et l'équipage ne serait pas séparé de lui. Paul Brickhill dans « The Dam Busters » décrit également quelques membres de l'équipe au sol affectés aux nouveaux équipages de l'escadron comme « des ratés scandaleux » et Gibson lui-même était tout aussi cinglant, prenant plaisir à ramener les deux hommes dans leur unité précédente.

Formation, sécurité et plus de problèmes

Équipé d'abord d'emprunts et plus tard de leurs propres Lancaster modifiés, le nouveau 617e Escadron a commencé l'entraînement au vol à partir de la RAF Scampton, la station commandée par Le capitaine de groupe Charles Whitworth. Tout le monde, à l'exception de Whitworth et Gibson, ignorant la véritable cible, les équipages étaient ravis d'être envoyés sur de longs vols à basse altitude qui étaient normalement strictement interdits. Au fur et à mesure que les compétences s'amélioraient, une formation au vol de nuit a été ajoutée. Cela s'est avéré très dangereux et la réponse a été une aide à la formation appelée "Two Stage Blue Day Night Flying" où les pilotes portaient des lunettes bleues et les cockpits étaient gainés d'écrans ambrés. Cela donnait l'effet d'un vol au clair de lune en plein jour, mais les pilotes pouvaient encore voir leurs instruments. Il avait été inventé par deux frères, les S/Ldrs Arthur et Charles Wood.

La sécurité était extrêmement stricte. Le 617 était censé être un escadron normal, mais il y avait trop d'équipages opérationnels bien décorés et expérimentés pour que cela passe inaperçu. Les potins abondaient, mais la sécurité a tenu et bien qu'il y ait eu quelques brèches mineures, la manière astringente de Gibson de les traiter a empêché toute autre défaillance. Il semble qu'il y ait eu des compromissions inexplicables en matière de sécurité à des niveaux supérieurs, mais ceux-ci n'ont pas atteint les oreilles de l'ennemi. À Scampton, les autres résidents, le 57e Escadron, ont d'abord été amusés puis agacés par le manque apparent de temps opérationnel du 617. Appelés une fois trop souvent les guerriers de fauteuil, les 617 officiers ont répondu par une séance complète de désensachage qui a fait de nombreuses victimes du 57e Escadron.

Pendant ce temps, des mines de grande taille construites par Wallis avaient été abandonnées et n'ont pas fonctionné, se disloquant à l'impact ou refusant de fonctionner correctement. Renforcer l'affaire n'était pas la solution complète, et Wallis a boutonné Gibson après une chute d'essai désastreuse à Chesil Beach. "J'ai demandé si vous pouviez laisser tomber la mine à 150 pieds, pouvez-vous le faire à 60 pieds ?" Gibson frissonna. "C'est très meugler," a-t-il dit, conscient que 60 pieds représentaient environ la moitié de l'envergure de son Lancaster et à cette vitesse et à cette hauteur, un hoquet du pilote pourrait mettre l'avion à l'eau. "Mais ils m'ont donné des équipes de crack donc on va essayer."

La pratique n'a pas réussi à rendre parfait. Même Spam, le viseur bombardier de Gibson, a été ébranlé. "Christ," dit-il dans l'interphone alors que le Lancaster a raté de peu l'eau lors d'un vol d'entraînement, "C'est sacrément dangereux." Finalement, la technique consistant à faire briller deux projecteurs fixes, l'un depuis le nez, l'autre depuis le ventre de l'avion, s'est avérée simple et efficace. le long d'une figure 8 avec l'avion alors stable à 60 pieds. Cette technique avait été utilisée pour la première fois pendant la Première Guerre mondiale.

La précision du largage des bombes était moins que satisfaisante jusqu'à ce que Commandant d'escadre Dann, un expert en observation, a montré à Gibson un simple viseur en bois triangulé avec deux clous à une extrémité et un judas à l'autre. En regardant à travers le judas alors que l'avion approchait de la cible, le bombardier a appuyé sur le bouton de largage lorsque les tours jumelles au-dessus du barrage étaient alignées avec les clous.Des tours factices ont été construites sur le barrage Derwent dans le Derbyshire et Gibson a découvert que la vue fonctionnait immédiatement. C'était si simple que les bombardiers individuels pouvaient fabriquer leur propre ficelle, même usagée, attachée au Perspex du bombardier. Tenu jusqu'à l'œil et marqué à la position requise, il était tout aussi efficace. Avec les problèmes de hauteur et de visée surmontés, il ne s'agissait que pour les ingénieurs de vol de manœuvrer les manettes des gaz du Lancaster pour obtenir la vitesse correcte à 220 mph.

La navigation normale était un problème sérieux à très basse altitude. Les navigateurs ont fait des cartes sur des rouleaux et ont foré les bombardiers pour donner des points précis au fur et à mesure que l'avion progressait. Gêné par les mauvaises performances de la radio vocale H.F. alors standard, Gibson a traqué ses supérieurs jusqu'à ce que Cochrane produise des radiotéléphones de combat VHF, améliorant considérablement les communications vocales.

Malgré les changements et les tests avec l'arme qui se sont poursuivis jusqu'à quelques jours seulement avant la planification du raid, de nombreux problèmes ont été surmontés et dans la nuit du dimanche 16 mai 1943, 19 Lancaster ont décollé pour les barrages, en trois vagues le vol de Gibson pour attaquer les Mohne et Eder, McCarthy's d'attaquer la Sorpe, et une force mobile de réserve et de diversion dirigée par Townsend. Une pleine lune éclairait le ciel nocturne, rendant les opérations normales impossibles. Un mauvais présage apparemment était que le labrador noir de Gibson, Nègre, avait été écrasé et tué alors que les équipages étaient informés de l'opération. Gibson avait donné l'ordre d'enterrer Nigger à minuit sur l'herbe à l'extérieur de son bureau, il avait le pressentiment que lui et Nigger seraient enterrés en même temps. Le conducteur de la voiture, un médecin de Grantham, s'est en fait arrêté.

Dans certaines versions du film, en particulier celles diffusées à la télévision ces dernières années, le nom du chien est soit coupé, soit doublé. J'ai même vu une version qui supprimait totalement toutes les séquences de films mettant en scène le chien, y compris l'endroit où il est écrasé et les dispositions prises pour l'enterrement, ainsi que des montages où les cadres supérieurs célèbrent la réception du mot de code par message sans fil que le Le barrage de Mohne a été détruit.

Pourtant, si vous regardez le film "Gangs Of New York", le mot n est utilisé partout dans des circonstances violentes et menaçantes !

La perspective d'ajuster l'histoire dans l'intérêt de la stupidité politiquement correcte ne cesse de m'étonner. C'est apparemment PC de rappeler aux Allemands qu'ils ont perdu la guerre mais pas PC de dire le nom correct d'un chien. Dans ce contexte, qui pourrait s'en offusquer ? Le montage nécessaire pour éliminer le nom du chien de Gibson entraîne également la perte de certaines parties importantes du film. Il faut se rappeler qu'au moment où Gibson a acquis son chien, ce nom était d'usage courant pour les chiens et les chats noirs et n'était pas considéré comme désobligeant ou insultant.

La tombe de Nigger peut être vue sur les images satellites Google Earth au 53.300827 / -0.549579, ou via What3Words.

Et pour couronner le tout, en 2020, la célèbre pierre tombale de la RAF Scampton a été retirée et remplacée par une autre qui ne donne pas le nom correct du chien de Gibson.

Gauche : avant --- droite : après.

Méfiez-vous des coups à votre porte de la police des noms, qui veut savoir si vous avez d'anciens exemplaires de « Enemy Coast Ahead » et « les Dam Busters », qu'ils peuvent confisquer et détruire.

Le voyage aller a été effectué tout le chemin à basse altitude et a revendiqué « B » (Astell) qui a heurté des câbles à haute tension et s'est écrasé à 00h15, à 5 km au SSE de Borken 'S' (Burpee) touché par la flak et s'est écrasé à 0200 près de l'aérodrome de Gilze-Rijen, Holland 'E' (Barlow) qui s'est écrasé à 23 h 50, à 4 km à l'ENE de Rees, également après avoir heurté des câbles à haute tension et 'K' (Byer) a été abattu par la flak à Texel. Les Allemands récupèrent la mine de Barlow. Tous les équipages ont été tués. Munro dans "W", a été touché par la flak au-dessus de Vlieland et son interphone et sa radio ont sauté, incapable de communiquer du tout, il s'est retourné chez lui. Riz dans "H", utilisant ses lumières ventrales pour fixer sa hauteur au-dessus du Zuider Zee, n'a découvert que l'alignement avait glissé lorsque son Lancaster a heurté l'eau à plus de 200 mph, arrachant la mine. Traînant le Lancaster dans les airs, lui aussi dut rentrer chez lui.

Le barrage de Mohne mesurait 900 mètres de long et 112 pieds de large à sa base. Gibson, donnant des instructions sur les radiotéléphones VHF cristallins dont l'avion de l'escadron avait été équipé, regroupa ses avions restants et effectua son bombardement, larguant la mine sans trop de précision et sous une forte opposition de la flak. Une fois le spray dégagé, Hopgood attaqué, mais a été touché par la flak, ce qui a fait que la mine a dépassé le parapet du barrage et a explosé directement sous le Lancaster. "Pauvre vieux Hoppy," dit une voix à la radio seulement deux membres de l'équipage (Fraser et Burcher) s'est échappé en parachute dans les secondes qui ont précédé l'écrasement de l'avion. Martin attaqué ensuite et cette fois Gibson a volé à côté, aidant à attirer et à disperser le feu ennemi. Le Lancaster de Martin a été touché dans un réservoir de carburant vide, sa mine a explosé avec succès mais la chute était inexacte. Le barrage a tenu. (Les cinéphiles remarqueront peut-être que les scènes d'ouverture de l'attaque sont répétées presque mot pour mot dans le film Star Wars IV,alors que les combattants spatiaux rebelles attaquent l'étoile de la mort.)

Gibson et Martin dessinant tous les deux les défenses, Jeune est entré ensuite et a laissé tomber sa tache de mine au bon endroit. Il n'y avait toujours pas de brèche. Ensuite était Malte qui a également chuté avec précision et alors que les embruns se dissipaient, un trou de 100 mètres s'est ouvert dans le mur du barrage, libérant 134 millions de tonnes d'eau. Shannon, se préparant pour son approche, on lui a dit d'abandonner, et Gibson a renvoyé les autres chez eux, emmenant son avion restant sur l'Eder, envoyant le mot de code "Nègre" par radio pour montrer que le Mohne était à terre et demander à Young de l'accompagner en tant que chef adjoint.

L'Eder, niché dans des collines beaucoup plus profondes que prévu, a obligé les pilotes à plonger fortement, à se stabiliser et à virer brusquement au début du bombardement, puis à essayer de perdre une grande partie de la vitesse accumulée. Seulement 5 ou 6 secondes étaient disponibles pour le faire. Shannon alors Chevalier a eu beaucoup de mal à perdre suffisamment de vitesse à la fin de l'approche en plongée et à trouver le bon angle d'approche de la paroi du barrage par la suite, il a fallu remonter tout aussi brusquement pour éviter les collines. Toute l'attaque nécessitait une maîtrise de l'aviation de premier ordre. Il n'y avait pas de défenses dont les Allemands pensaient que l'Eder n'en avait pas besoin.

Shannon a effectué plusieurs runs mais n'a pas été satisfait et n'a pas lâché sa bombe. Il a alors demandé la permission de faire une reconnaissance. Gibson a accepté et a envoyé Maudslay . Lui aussi a fait plusieurs runs avortés avant de sembler avoir perdu assez de hauteur et de vitesse, mais il devait aller un peu trop vite. La bombe a dépassé, explosant sur le parapet avec le Lancaster juste au-dessus. Gibson, consterné, a appelé son ami. "Henry, Henry, bonjour Z Zebra, ça va ?" Une voix faible répondit, "Je pense que oui, attends." Maudslay avait été touché quelques heures plus tôt alors qu'il passait au-dessus de la côte néerlandaise, et plusieurs membres d'équipage avaient été blessés, mais il avait continué. Gibson a rappelé, mais il n'y a pas eu de réponse. Gravement endommagé par l'explosion, Maudslay a fait demi-tour avec l'avion pour rentrer chez lui, mais s'est écrasé à Emmerich après avoir été attaqué par une flak légère. Tout l'équipage a été tué. La route dirigée par Maudslay était une route directe du barrage d'Eder à sa base de Scampton.

Shannon, plus confiant, attaque et laisse tomber sa mine avec succès. Chevalier attaqué ensuite et avait le même problème que les autres, il était très difficile de perdre la vitesse encourue par l'approche en plongée, puis de s'aligner sur le mur du barrage avant de s'arrêter au fond du lac. Shannon a donné des conseils par radio et Knight a réessayé, laissant tomber sa mine au bon endroit et lorsque l'explosion s'est dissipée, le mur du barrage s'est effondré et 200 millions de tonnes d'eau ont coulé à travers. Gibson a envoyé le mot de code "Dinghy" pour indiquer une attaque réussie, et ils se tournèrent tous vers la maison, il n'y avait plus d'avion pour attaquer le Sorpe.

McCarthy et brun de la force de réserve mobile ont tous deux attaqué la Sorpe, mais il s'agissait d'un type de barrage très différent, nécessitant une technique d'attaque totalement différente. Sans surprise, il n'a pas été violé. Anderson a été dirigé vers la Sorpe mais en raison d'une brume épaisse, il n'a pas pu bombarder et a ramené la mine. Ottley a reconnu l'ordre de le détourner vers le barrage Lister, mais a été abattu par une bombe légère et s'est écrasé à 02h35, à 3 km au nord de Hamm, seul le mitrailleur arrière, T-shirts Freddie, a survécu, mais il a été gravement brûlé. Gibson, de retour chez lui, a vu l'avion d'Ottley survoler Hamm à 500 pieds et tomber, en brûlant, sur la terre. Townsend a été dirigé vers l'Ennerpe et l'a bombardé, mais celui-ci a également résisté à l'attaque.

Les défenses étaient maintenant pleinement alertées et la flak a frappé Jeune alors qu'il traversait la côte hollandaise. Il a lutté pendant quelques milles avant d'amerrir au large de Castricum aan Zee à 0258. Bien qu'il ait envoyé un SOS et qu'il ait réussi à amerrir à deux reprises dans le passé, l'équipage a tous été tués. Il est probable que l'image des restes d'un Lancaster écrasé sur la p89 de LANCASTER AT WAR I (Garbett & Goulding, ISBN 0 7110 0225 8, Ian Allan Ltd 1971) est celle de l'avion de Young. L'avion restant a atteint Scampton en toute sécurité.

Conséquences

Wallis, jusqu'alors préoccupé par les difficultés scientifiques, est soudainement confronté au coût humain de l'opération huit Lancaster et cinquante-trois hommes n'étaient pas revenus. Gibson a essayé de le consoler sans succès, et finalement Wallis a reçu des médicaments pour l'aider à dormir.

Harris a maintenant fait tout ce qu'il pouvait pour donner l'impression qu'il avait soutenu l'opération dès le début, bien que le contraire soit vrai.

Presque tous les hommes étaient décorés. Gibson a reçu la Croix de Victoria, la plus haute distinction britannique pour la bravoure. Martin, McCarthy, Maltby, Shannon et Knight ont reçu le DSO Hay, Hutchison, Leggo et Walker ont reçu des barres à leurs DFC, 10 autres DFC et 12 DFM ont été décernés, et Townsend a reçu le rare prix du CGM. A l'Investiture, 617 ont été décorés en masse par la Reine un événement somme toute doublement unique.

Un grand nombre d'entre eux périrent plus tard. Gibson a été emmené en avion et envoyé en Amérique pour une tournée de présentation du drapeau qui a été très réussie. C'était une tâche qu'il n'aimait pas, mais qu'il abordait avec un zèle typique. À son retour en Angleterre, il était considéré comme trop précieux pour piloter des opérations et était limité à piloter un bureau. Le divorce avec le vol opérationnel, ainsi que la désorientation personnelle quant à son statut maintenant que la fureur du raid sur les barrages était terminée, lui ont causé une grande détresse.

Il a harcelé le Bomber Command pour qu'il soit autorisé à opérer à nouveau. Enfin, après un appel personnel à Harris, il a été affecté à une unité opérationnelle. Dans la nuit du 19 au 20 septembre 1944, son Mosquito KB267 du 627 Sqdn s'écrase en Hollande, tuant Gibson et son navigateur, S/L Jim Warwick. La cause est inconnue, mais Gibson et Warwick étaient très inexpérimentés sur le Mosquito, et Gibson n'avait pas opéré depuis très longtemps. Il manquait d'entraînement.

Des recherches récentes (octobre 2011) suggèrent fortement que le Gibson et le Warwick's Mosquito ont été abattus par erreur par Bernard McCormack, un mitrailleur intermédiaire du 61 Sqdn Lancaster qui les a pris pour un Ju88. Il a fait une confession enregistrée qui, après sa mort, a été révélée. Cet événement de combat aérien a également été observé par un autre équipage de Lancaster, les deux groupes d'aviateurs voyant le crash du Mosquito et donnant un emplacement précis. Aucun Ju88 n'a été perdu cette nuit-là et aucun n'a remporté la victoire de Mosquito. Il est possible que l'incident de tir ami « bleu sur bleu » ait été dissimulé par les autorités de la RAF. Ses tombes et celles de Jim Warwick à Steenbergen peuvent être vues ici.

L'équipage de Gibson a été hérité par Avec George Holden, le prochain 617 C.O. et ont été tués dans la nuit du 15 au 16 septembre 1943, à l'exception de Pulford, qui a été tué le 13 février 1944 avec le S/Ldr Bill Suggitt dans un accident d'avion, et Trevor-Roper, qui est décédé lors du tristement célèbre Raid de Nuremberg, le 30/ 31 mars 1944, puis au 97 Sqdn. L'équipage de Martin a survécu à l'exception de Bob Hay, tué dans une attaque à basse altitude sur le viaduc d'Antheor Shannon et son équipage a également survécu, tout comme ceux de McCarthy et Munro.

Grâce à Larry Wright de la Nanton Lancaster Society au Canada qui a remarqué que j'avais omis de dire que le F/Sgt K.W. Brown, CGM, RCAF et équipage (moins le Sgt. B Allatson), P/O Geoff Rice, F/Sgt. TOILETTES. (Bill) Townsend CGM et son équipage qui ont également survécu à la guerre, bien que l'équipage de Rice ait été tué et qu'il soit fait prisonnier de guerre, en décembre 1943.

Ken Brown, CGM, le dernier des pilotes canadiens ayant participé au raid Dams, est décédé le 23 décembre 2002 à White Rock, BC, Canada, des suites d'une crise cardiaque. Les Munro est décédé dans sa Nouvelle-Zélande natale le 4 août 2015.

617 étaient la seule unité opérant au-dessus du territoire ennemi pendant cette nuit, mais deux autres avions ont également été perdus. Un Stirling de 75 Sqdn a connu une panne de moteur et a été abandonné par la plupart de l'équipage dans les airs au-dessus de Stoke-on-Trent, et le pilote, essayant de s'écraser, a été tué avec un autre membre d'équipage. Aussi un Wellington de 466 Sqdn a disparu sans laisser de trace sur la mer, au sud du Lézard.

Points de vue modernes

Il est à la mode de dénigrer le Dams Raid en particulier et le Bomber Command en général, mais en 1943 les Alliés avaient très peu de moyens de poursuivre la guerre. Les pertes de sous-marins détruisaient les convois de l'Atlantique et faisaient des ravages parmi les navires transportant du matériel vital d'Amérique. Les opérations nocturnes du Bomber Command et les raids diurnes de la 8e armée de l'air américaine s'attaquaient à la capacité industrielle de l'Allemagne en matière de bombardements tactiques et tentaient de détruire le moral de la population par des bombardements en tapis des villes. Malgré cela, la production allemande continuait d'augmenter, mais à un rythme entravé par les attaques aériennes.

Faire tomber les barrages de la Ruhr, malgré le taux de perte de plus de 50 % subi par les équipages attaquants, a été un coup tactique des plus terribles pour l'Allemagne et a causé des dommages colossaux, bien que temporaires. À la maison, c'était une affaire de propagande très réussie et a mis en avant les efforts de la RAF, en faisant venir des volontaires et en concentrant la population sur la nécessité d'attaquer l'ennemi. De tels succès étaient suffisamment rares pour que tous les angles de publicité possibles soient exploités. À une époque où il n'y avait pas beaucoup d'autres succès sur lesquels faire de la propagande, le Dams Raid a attiré l'attention du public. Même plus de 70 ans plus tard, les Dam Busters sont toujours vivants dans les cœurs et les esprits du monde. Le film, bien sûr, y est pour beaucoup.

Ici est un excellent film d'actualités britannique Pathé de la première du film, avec de très nombreuses personnes associées au Dams Raid, dont Eve, la veuve de Guy Gibson. L'analyse de Martin Shaw sur le Dams Raid et le film peut être vue ici.

L'avion Wellington utilisé dans le film a été déplacé du RAF Museum à Hendon et bénéficie toujours (novembre 2019) d'importants travaux de restauration dans les installations de Sir Michael Beetham, Royal Air Force Museum à Cosford. Il y a occasionnellement des « journées portes ouvertes » aux ateliers, la prochaine étant prévue pour novembre 2021. J'y serai avec ma base de données des pertes et serais heureux de rencontrer des correspondants et de répondre à toutes mes questions.

Là où le haut commandement britannique a échoué, c'est dans le suivi des attaques. Les Allemands ont remué ciel et terre pour effectuer des réparations, et celles-ci auraient pu être bombardées de manière conventionnelle sur une base « nuisible » de temps en temps, empêchant une réparation complète et garantissant que les approvisionnements en eau dans la vallée de la Ruhr - le cœur industriel de l'Allemagne - étaient limités, car ainsi que des canaux privés d'eau. Il convient de rappeler que le système de canaux allemand a joué un rôle déterminant dans le mouvement du matériel, en particulier les U-boot préfabriqués.

Un correspondant dit : "Bill Townsend (O pour Orange) a fini par travailler pour la fonction publique. J'ai eu le privilège de travailler avec lui au Bromsgrove Unemployment Benefit Office en 1981. Je me souviens de lui comme étant très calme, mais un vrai gentleman anglais. À l'époque, je ne savais pas qui il était, car il n'a jamais parlé de ses antécédents, mais quelques années plus tard, il est décédé et la RAF a fait un défilé aérien à ses funérailles. C'est alors que j'ai découvert qui il était et ce qu'il avait fait."

J'appelle le Dams Raid un succès retentissant, un triomphe de la détermination du Commonwealth britannique et du Commonwealth, et je salue les hommes et les femmes qui l'ont réalisé.

"The Dam Busters" par Paul Brickhill. L'édition que j'ai est un exemplaire très apprécié et malmené de 1952 du Companion Book Club, mais j'en ai plusieurs. Brickhill est souvent inexact ou faux sur les moindres détails, mais il faut garder à l'esprit que le livre a été écrit bien avant que des recherches sérieuses aient été faites sur le sujet.

"Côte ennemie en avant" par Guy Gibson VC DSO DFC. Mon édition est celle de Goodall, ISBN 0 907579 08 6, mais j'en ai plusieurs. Une lecture obligatoire, surtout la version 'Non censurée'.

"Le raid Dambusters" par John Sweetman, pub. Arms & Armour, ISBN 18540090607. Élaboré de manière exhaustive au point d'être un manuel technique, ce livre est une lecture obligatoire sur le sujet.

"Châtier" par Max Hastings, éd. William Collins 2019, ISBN 978-0-00-828052-9. Description la plus complète et détaillée de l'ensemble de l'opération, de sa création à ses conséquences, ce livre est celui que je recommande le plus.

"Pertes du Bomber Command 1943" par Bill Chorley, Midland Counties Publications , ISBN 0 904597 90 3.

"Guy Gibson" par Richard Morris, Penguin Books, ISBN 0 14 012307 5. Lisez celui-ci.

"Chef né" par Alan Cooper, Independent Books, ISBN 1 872836 03 8. Ne vous embêtez pas avec celui-ci.


Virtuel Monument commémoratif de guerre Australie

75e anniversaire de l'opération 'Chastise' - Le raid des barrages 16/17 mai 1943

'Operation Chastise' est plus connue sous le nom de "The Dams Raid" et est sans doute l'une des opérations les plus célèbres de la Seconde Guerre mondiale. Audacieux dans la conception et l'exécution, à haut risque, techniquement presque abstraits et exigeant les plus hauts niveaux de compétence aéronautique et de vol, les équipages ont été triés sur le volet pour une raison très évidente.

Dix-neuf Australiens ont participé au raid à divers titres. Voir la liste ci-dessous.

Vue d'artiste du Lancaster 'AJ-G' survolant le barrage de Mohne quelques instants après que sa bombe d'entretien a explosé contre le mur du barrage.

Le raid a impliqué dix-neuf bombardiers Lancaster Mk III (désignés B Mk111 Special) spécialement modifiés avec leurs tourelles médianes supérieures et beaucoup de blindage interne retirés et leurs fuselages modifiés pour transporter la bombe rebondissante « d'entretien » - plus correctement décrite comme un grenade sous-marine ou mine.

Décollant de leur base à RAF Scampton, ils devaient voler à très basse altitude vers leurs cibles en trois vagues. Le premier des neuf appareils en trois échelons de trois appareils chacun, le deuxième des cinq appareils et le troisième également des cinq, en tant que réserve volante.

Un Lancaster du 617e Escadron libérant une mine « d'entretien » pendant les tests

« L'entretien » a été conçu pour attaquer et percer trois barrages clés dans la vallée de la Ruhr, fournissant de l'énergie et de l'eau à la machine de guerre nazie. La destruction de la production d'électricité, de l'approvisionnement en eau et de la capacité industrielle était l'objectif. Les dommages prévus par les inondations seraient un bonus de second ordre.

Une grande partie des hauts gradés de la RAF, y compris le chef du Bomber Command, Sir Arthur Harris, critiquaient le concept de bombe rebondissante comme étant peu pratique et à haut risque.Mais le chef d'état-major de l'Air, le maréchal en chef Charles Portal a été convaincu par les tests de la bombe dans le Dorset, et a rejeté leurs objections.

« L'entretien » était transporté dans un cadre externe avec un entraînement qui imposait une rotation inverse de sorte que lorsqu'elle était larguée à la bonne hauteur (60 pieds au-dessus de la surface) établie par des projecteurs convergents sous l'avion, la bombe sautait sur la surface du barrage. , évitant les filets lance-torpilles suspendus en défense à travers le lac. Il frapperait ensuite le mur du barrage et coulerait à une profondeur de 30 pieds, lorsque des pistolets hydrostatiques feraient exploser la bombe. L'effet de pression hydraulique qui en résulterait romprait en théorie la paroi du barrage.

Une mine « d'entretien » chargée à bord du Lancaster de la WCDR Guy Gibson, AJ-« G pour George ». Notez l'entraînement par chaîne pour donner une rotation inverse sur le bombardement

La conception du raid devait beaucoup au professeur Barnes Wallis, l'inventeur de la bombe « d'entretien » et des principes qu'elle incarnait. Il avait joué un rôle clé dans la conception de l'omniprésent bombardier Vickers Wellington avec sa construction géodésique unique. Il a ensuite conçu les deux bombes « tremblement de terre », le « Tallboy » de 12 000 lb et le « Grand Chelem » de dix tonnes, avec lesquels le 617e Escadron devait attaquer et détruire une gamme de cibles de grande valeur, des viaducs à l'arme « V ». sites et le cuirassé allemand « Tirpitz » pendant le reste de la guerre.

L'équation coût/bénéfice ?

Huit avions ne sont pas revenus, dont cinq ont été perdus sur le chemin de la cible, et un total de 53 membres d'équipage ont été tués. Trois membres d'équipage ont été capturés comme prisonniers de guerre. L'un des avions perdu à très basse altitude, a tué tout l'équipage lorsqu'il s'est écrasé, mais la bombe Top Secret « Upkeep » s'est détachée lorsque l'avion a percuté et a été récupérée intacte par les Allemands.

Le personnel allemand examine la bombe d'entretien récupérée dans l'épave d'un Lancaster écrasé. 'Entretien' n'a plus jamais été utilisé.

Un témoignage stupéfiant du taux élevé d'attrition parmi les équipages du Bomber Command est que sur les 80 membres d'équipage qui ont survécu au raid, 22 ont été tués dans les opérations subséquentes du 617e Escadron, y compris l'ensemble de l'équipage du commandant en septembre 1943 (Gibson a été détaché de l'unité à l'époque ) et 10 autres avec d'autres unités. Gibson lui-même était l'un de ces 10 tués en septembre 1944.

Seuls 48 hommes sur les 133 qui ont participé au raid ont survécu à la guerre.

L'effet? Les inondations qui en ont résulté ont envoyé un mur d'eau de 30 pieds dans la région de la Ruhr, tuant 1 600 personnes et détruisant des centrales électriques, des usines, des routes et des voies ferrées. Les barrages de Mohne et Eder ont été percés, mais seuls trois Lancaster ont pu effectuer des bombardements contre le barrage en terre de Sorpe, une cible plus difficile d'accès et la brèche a été endommagée, mais pas détruite.

Le barrage de Mohne le lendemain du raid avec la brèche et l'eau continuant à s'écouler dans la vallée en contrebas bien visible

L'impact du raid a été à relativement court terme et malgré le succès du raid, les barrages ont été réparés et le courant rétabli fin juin.

Les commentateurs révisionnistes ont remis en question l'effet réel du raid presque dès le début. D'autres l'ont examiné sous un jour différent - voir l'histoire ci-jointe.

Franchement, de l'avis de cet auteur, les débats sur l'impact réel / marginal sur la capacité industrielle, etc. importent moins que l'effet moral pour les Alliés en général et la RAF et la Grande-Bretagne en particulier à l'époque. Le moral est un multiplicateur de combat clé quelle que soit la manière dont les analystes choisissent de faire les chiffres et dans cette seule dimension, ce raid a été un triomphe de la conception, de la planification, de l'entraînement et de l'exécution.

Il a attiré l'attention du monde entier à l'époque, alors que le cours de la guerre n'avait pas encore tourné en faveur des Alliés. La contribution continue du 671e Escadron à l'effort de guerre était incontestable, bien que coûteuse en termes de vie des équipages qui l'accompagnaient.

Australiens sur le raid (un travail en cours)

407729 Flying Officer (plus tard chef d'escadron) David Shannon, DSO* DFC* (pilote) de Bridgewater SA était le plus jeune pilote du raid, à quelques semaines de son 21e anniversaire. Il est ensuite devenu l'aviateur de la RAAF le plus décoré de l'époque. Il a survécu à la guerre avec plus de 80 missions à son actif. Il est resté en Grande-Bretagne après la guerre et a fait carrière comme cadre dans la compagnie pétrolière Shell. Il est décédé à Londres en 1993.

Flying Officer Micky Martin, (pilote) (VWM entrée en attente) connu plus officiellement sous le nom de l'Air Marshal Sir Harold Brownlow Martin KCB, DSO DFC, originaire de Sydney, était membre de la RAF et le spécialiste du vol à basse altitude de l'escadron dans la perspective de la raid. Il a survécu à la guerre et a poursuivi une carrière dans la RAF au grade de maréchal de l'air en 1970, a été fait chevalier et a reçu un DSO, DFC et barreau pendant la guerre. Il a pris sa retraite de la RAF en 1974 et a travaillé jusqu'en 1985 en tant que consultant chez Hawker Siddley Aviation. Il est mort au Royaume-Uni en 1988.

407074 Flight Lieutenant Bob Hay DFC*(bomb viseur) de Malvern SA perdu en 1944 en Italie avec le 617 Squadron.

407380 Pilot Officer Fred 'Spam' Spafford, DFC, DFM (lanceur de bombes) de Wayville, SA perdu en septembre 1943 lors du raid sur le canal de Dortmund Ems.

401449 Flight Lieutenant Les Knight DFC MiD (pilote) perdu en septembre 1943 lors du raid sur le canal de Dortmund Ems.

408076 Flight Sergeant T. D. Simpson DFM de Hobart, Tas (entrée VWM en attente)

406248 Pilot Officer C. L. Howard DFC de Perth, WA (entrée VWM en attente)

George Clarke (lanceur de bombes). A survécu à la guerre. (Entrée VWM en attente)

Compilé en mai 2018 Steve Larkins

Brickhill, Paul (1951). The Dam Busters (Relié). Londres : Evans Brothers Ltd. ISBN 0-330-23618-0.

Cooper, Alan W. (2013). Le raid Dam Buster : une réévaluation, 70 ans plus tard (broché). Barnsley : Stylo & Sword Aviation. ISBN 978-1-78159-474-2.


Blogue de Dambusters

Tous les 133 hommes qui ont volé sur l'opération Chastise (le raid des barrages) sont nommés dans le document ci-dessus, qui a été tapé le matin du 16 mai 1943. Pour des raisons de sécurité, il a été intitulé “Night Flying Programme”.

Vous trouverez ci-dessous une liste complète. Chaque nom renvoie à l'entrée correspondante dans le Dambuster du jour fonctionnalité sur ce blog.

Quelques chiffres bruts extraits de cette liste :

  • 133 hommes ont participé à l'opération Chastise (le raid des barrages) 19 équipages de 7 hommes chacun.
  • Huit équipages ont été perdus 53 hommes ont été tués, 3 ont été faits prisonniers.
  • Quatre-vingts hommes ont survécu au raid.
  • Parmi ceux-ci, 22 ont été tués en servant dans l'escadron 617 plus tard dans la guerre et 10 autres ont été tués alors qu'ils servaient avec d'autres escadrons.
  • Seuls 48 hommes qui ont participé au raid ont survécu à la guerre.

Il y a une biographie et une photographie de tous les 133 hommes qui ont volé sur le raid dans mon livre Les Dambusters complets, publié par History Press en 2018.
Des exemplaires peuvent être commandés dans n'importe quelle librairie ou directement auprès des éditeurs.

Wg Cdr G P Gibson DSO & Bar DFC & Bar
Pilote AJ-G
Raid des barrages survivants
VC décerné
Né à Simla, Inde, le 12 août 1918
KIA 20 septembre 1944 [Lire la suite]

Sgt J Pulford
Ingénieur de vol AJ-G
Raid des barrages survivants
Récompensé DFM
Né à Hull, le 24 décembre 1919
KIA 13 février 1944 [Lire la suite]

Plt Off H T Taerum
Navigateur AJ-G
Raid des barrages survivants
Récompensé DFC
Né à Milo, Alberta, Canada, le 22 mai 1920
KIA 16 septembre 1943 [Lire la suite]

Flt Lt R E G Hutchison DFC
Opérateur sans fil AJ-G
Raid des barrages survivants
Bar décerné à DFC
Né à Liverpool, le 26 avril 1918
KIA 16 septembre 1943 [Lire la suite]

Plt Off F M Spafford DFM
Lanceur de bombes AJ-G
Raid des barrages survivants
Récompensé DFC
Née à Adélaïde, Australie-Méridionale, le 16 juin 1918
KIA 16 septembre 1943 [Lire la suite]

Flt Sgt G A Deering
Mitrailleur avant AJ-G
Raid des barrages survivants
Récompensé DFC
Né à Kirkintilloch, en Écosse, le 23 juillet 1919
KIA 16 septembre 1943 [Lire la suite]

Flt Lt R D Trevor-Roper DFM
Mitrailleur arrière AJ-G
A survécu au raid des barrages
Récompensé DFC
Né à Shanklin, île de Wight, le 19 mai 1915
KIA 31 mars 1944 [Lire la suite]

Flt Lt J V Hopgood DFC & Bar
Pilote
Tué lors du raid des barrages
Née Hurst, Berkshire, 29 août 1921 [Lire la suite]

Sgt C C Brennan
Mécanicien de bord
Tué lors du raid des barrages
Née 22 février 1916, Calgary, Alberta, Canada [Lire la suite]

Flg Off K Earnshaw
Navigateur
Tué lors du raid des barrages
Née Bridlington, Yorkshire, 23 juin 1918 [Lire la suite]

Sgt JW Minchin
Opérateur sans fil
Tué lors du raid des barrages
Née 29 novembre 1915, Bourton on the Water, Gloucestershire [Lire la suite]

Sgt JW Fraser
Viseur de bombes
A survécu au raid des barrages. PoW.
Née 22 septembre 1922, Nanaimo, Colombie-Britannique, Canada
Décédés Saltery Bay, Colombie-Britannique, Canada, 2 juin 1962 [Lire la suite]

Plt Off G H F G Gregory DFM
Mitrailleur avant
Tué lors du raid des barrages
Née Govan, Glasgow, 24 juin 1917 [Lire la suite]

Plt Off A F Burcher DFM
Mitrailleur arrière
A survécu au raid des barrages. PoW.
Née Vaucluse, Sydney, Australie, 15 mars 1922
Décédés Hobart, Tasmanie, Australie, 9 août 1995 [Lire la suite]

Flt Lt H B Martin DFC
Pilote
Raid des barrages survivants
Attribué DSO
Née Edgecliffe, Sydney, Australie, 27 février 1918
Décédés Londres, 3 novembre 1988 [Lire la suite]

Plt Off I Whittaker
Mécanicien de bord
A survécu au raid des barrages
Née Newcastle on Tyne, 9 septembre 1921
Décédés Wendover, Buckinghamshire, 22 août 1979 [Lire la suite]

Flt Lt J F Leggo DFC
Navigateur
Raid des barrages survivants
Bar décerné à DFC
Née Sydney, Australie, 21 avril 1916
Décédés Brisbane, Australie, 11 novembre 1983 [Lire la suite]

Flg Off L Chambres
Opérateur sans fil
A survécu au raid des barrages
Récompensé DFC
Née Karamea, Nouvelle-Zélande, 18 février 1919
Décédés Karamea, Nouvelle-Zélande, 1er mars 1985 [Lire la suite]

Flt Lt R C Hay DFC
Viseur de bombes
A survécu au raid des barrages
Bar décerné à DFC
Née Renmark, Australie-Méridionale, 4 novembre 1913
KIA 13 février 1944 [Lire la suite]

Plt Off B T Foxlee DFM
Mitrailleur avant
A survécu au raid des barrages
Née Queensland, Australie, 7 mars 1920
Décédés Nottingham, 6 mars 1985 [Lire la suite]

Sgt d'aviation T D Simpson
Mitrailleur arrière
Raid des barrages survivants
Récompensé DFM
Née Hobart, Tasmanie, Australie, 23 novembre 1917
Décédés Hobart, Tasmanie, Australie, 2 avril 1998 [Lire la suite]

Sqn Ldr H M Young DFC & amp Bar
Pilote
Tué lors du raid des barrages
Née Londres, 20 mai 1915 [Lire la suite]

Sgt D T Horsfall
Mécanicien de bord
Tué lors du raid des barrages
Née Bramley, Yorkshire, 16 avril 1920 [Lire la suite]

Sgt d'aviation C W Roberts
Navigateur
Tué lors du raid des barrages
Née 19 janvier 1921, Cromer, Norfolk [Lire plus]

Sgt L W Nichols
Opérateur sans fil
Tué lors du raid des barrages
Née 17 mai 1910, Northwood, Middlesex [Lire la suite]

Flg Off V S MacCausland
Viseur de bombes
Tué lors du raid des barrages
Née 1er février 1913, Tyne Valley, Île-du-Prince-Édouard, Canada [Lire la suite]

Sgt G A Yeo
Mitrailleur avant
Tué lors du raid des barrages
Née 9 juillet 1922, Barry Dock, Glamorgan [Lire plus]

Sgt W Ibbotson
Mitrailleur arrière
Tué lors du raid des barrages
Née 18 septembre 1913, Netherton, Wakefield, Yorkshire [Lire la suite]

Flt Lt D J H Maltby DFC
Pilote
Raid des barrages survivants
Attribué DSO
Née 10 mai 1920, Baldslow, Sussex
KIA 15 septembre 1943 [Lire la suite]

Sgt W Hatton
Mécanicien de bord
Raid des barrages survivants
Née 24 mars 1920, Wakefield, Yorkshire
KIA 15 septembre 1943 [Lire la suite]

Sgt V Nicholson
Navigateur
Raid des barrages survivants
Récompensé DFM
Née 15 février 1923, Newcastle on Tyne
KIA 15 septembre 1943 [Lire la suite]

Sgt A J B Pierre
Opérateur sans fil
Raid des barrages survivants
Née 5 décembre 1920 Winchester, Hampshire
KIA 15 septembre 1943 [Lire la suite]

Plt Off J Fort
Viseur de bombes
A survécu au raid des barrages
Récompensé DFC
Née 14 janvier 1912, Colne, Lancashire
KIA 15 septembre 1943 [Lire la suite]

Sgt V Hill
Mitrailleur avant
Raid des barrages survivants
Née 6 décembre 1921, Berkeley, Gloucestershire
KIA 15 septembre 1943 [Lire la suite]

Sgt H T Simmonds
Mitrailleur arrière
Raid des barrages survivants
Née 25 décembre 1921, Burgess Hill, Sussex
KIA 15 septembre 1943 [Lire la suite]

Flt Lt D J Shannon DFC
Pilote
Raid des barrages survivants
Attribué DSO
Née 27 mai 1922, Unley Park, Australie du Sud
Décédés 8 avril 1993, Londres [Lire la suite]

Sgt R J Henderson
Mécanicien de bord
A survécu au raid des barrages
Née 17 juin 1920, Tarbrax, Lanarkshire
Décédés 18 février 1961, Limassol, Chypre [Lire la suite]

Flg Off D R Walker DFC
Navigateur
Raid des barrages survivants
Bar décerné à DFC
Née 20 novembre 1917, Blairmore, Alberta, Canada
Décédés 17 novembre 2001, Blairmore, Alberta, Canada [Lire la suite]

Flg Off B Goodale DFC
Opérateur sans fil
Raid des barrages survivants
Née 12 juin 1919, Addington, Kent
Décédés 16 décembre 1977, Bury St Edmunds, Suffolk [Lire la suite]

Sgt d'aviation L J Sumpter
Viseur de bombes
Raid des barrages survivants
Récompensé DFM
Née 20 septembre 1911, Kettering, Northamptonshire
Décédés 30 novembre 1993, Luton, Bedfordshire [Lire la suite]

Sgt B Jagger
Mitrailleur avant
A survécu au raid des barrages
Née 9 novembre 1921, Londres
KIA 30 avril 1944 [Lire la suite]

Flg Off J Buckley
Mitrailleur arrière
Raid des barrages survivants
Née 1er mai 1919, Bradford, Yorkshire
Décédés 6 mai 1990, Bradford, Yorkshire [Lire la suite]

Sqn Ldr H E Maudslay DFC
Pilote
Tué lors du raid des barrages
Née 21 juillet 1921, Leamington Spa, Warwickshire [Lire la suite]

Sgt J Marriott DFM
Mécanicien de bord
Tué lors du raid des barrages
Née 19 janvier 1920, New Smithy, Derbyshire [Lire plus]

Flg Off R A Urquhart DFC
Navigateur
Tué lors du raid des barrages
Née 2 août 1919, Moose Jaw, Saskatchewan, Canada [Lire la suite]

Adj A P Cottam
Opérateur sans fil
Tué lors du raid des barrages
Née 29 août 1912, Jasper, Alberta, Canada [Lire la suite]

Plt Off M J D Fuller
Viseur de bombes
Tué lors du raid des barrages
Née 28 avril 1920, Reigate, Surrey [Lire la suite]

Flg Off W J Tytherleigh DFC
Mitrailleur avant
Tué lors du raid des barrages
Née 8 novembre 1921, Cambridge [Lire la suite]

Sgt N R des terriers
Mitrailleur arrière
Tué lors du raid des barrages
Née 31 août 1914, Liverpool [Lire plus]

Flt Lt W Astell DFC
Pilote
Tué lors du raid des barrages
Née 1er avril 1920, Knutsford, Cheshire [Lire la suite]

Sgt J Kinnear
Mécanicien de bord
Tué lors du raid des barrages
Née 6 novembre 1921, Newport, Fife [Lire plus]

Plt Off F A Wile
Navigateur
Tué lors du raid des barrages
Née 17 avril 1919, Scotch Village, Nouvelle-Écosse, Canada [Lire la suite]

Flg Off D Hopkinson
Viseur de bombes
Tué lors du raid des barrages
Née 19 septembre 1920, Royton, Lancashire [Lire la suite]

Wrt Off A A Garshowitz
Opérateur sans fil
Tué lors du raid des barrages
Née 11 décembre 1920, Hamilton, Ontario, Canada [Lire la suite]

Sgt d'aviation F A Garbas
Mitrailleur avant
Tué lors du raid des barrages
Née 13 juillet 1922, Hamilton, Ontario, Canada [Lire la suite]

Sgt R Bolitho
Mitrailleur arrière
Tué lors du raid des barrages
Née 19 janvier 1920, Derry, Irlande [Lire plus]

Plt Off L G Chevalier
Pilote
Raid des barrages survivants
Attribué DSO
Née 7 mars 1921, Camberwell, Victoria, Australie
KIA 16 septembre 1943 [Lire la suite]

Sgt R E Grayston
Mécanicien de bord
A survécu au raid des barrages
Née 13 octobre 1918, Dunsfold, Surrey
Décédés 15 avril 2010, Woodhall Spa, Lincolnshire [En savoir plus]

Flg Off H S Hobday
Navigateur
A survécu au raid des barrages
Récompensé DFC
Née 28 janvier 1912, Croydon, Surrey
Décédés 24 février 2000, Hindolveston, Norfolk [Lire la suite]

Sgt Flt R G T Kellow
Opérateur sans fil
Raid des barrages survivants
Née 13 décembre 1916, Newcastle, Nouvelle-Galles du Sud, Australie
Décédés 12 février 1988, Winnipeg, Manitoba, Canada [Lire la suite]

Flg Off EC Johnson
Viseur de bombes
A survécu au raid des barrages
Récompensé DFC
Née 3 mai 1912, Lincoln
Décédés 1er octobre 2002, Blackpool, Lancashire [Lire la suite]

Sgt F E Sutherland
Mitrailleur avant
Raid des barrages survivants
Née 26 février 1923, Peace River, Alberta, Canada
Décédés 21 janvier 2019, Rocky Mountain House, Alberta, Canada [Lire la suite]

Sgt H E O'Brien
Mitrailleur arrière
Raid des barrages survivants
Née 15 août 1922, Regina, Saskatchewan, Canada
Décédés 12 septembre 1985, Edmonton, Alberta, Canada [Lire la suite]

Flt Lt R N G Barlow DFC
Pilote
Tué lors du raid des barrages
Née 22 avril 1911, Carlton, Victoria, Australie [Lire la suite]

Plt Off S L Whillis
Mécanicien de bord
Tué lors du raid des barrages
Née 18 octobre 1912, Newcastle on Tyne [Lire la suite]

Flg Off P S Burgess
Navigateur
Tué lors du raid des barrages
Née 19 septembre 1922, Portsmouth, Hampshire [Lire la suite]

Flg Off C R Williams DFC
Opérateur sans fil
Tué lors du raid des barrages
Née 19 mars 1909, Townsville, Queensland, Australie [Lire plus]

Plt Off A Gillespie
Viseur de bombes
Tué lors du raid des barrages
Née 16 novembre 1922, Hesket, Westmorland [Lire plus]

Flg Off H S Glinz
Mitrailleur avant
Tué lors du raid des barrages
Née 2 mars 1922, Winnipeg, Manitoba, Canada [Lire la suite]

Sgt JR G Liddell
Mitrailleur arrière
Tué lors du raid des barrages
Née 22 juin 1924, Weston-super-Mare, Somerset [Lire la suite]

<Flt Lt JL Munro
Pilote
A survécu au raid des barrages
Née 5 avril 1919, Gisborne, Île du Nord, Nouvelle-Zélande
Décédés 4 août 2015, Tauranga, Île du Nord, Nouvelle-Zélande [Lire la suite]

Sgt F E Appleby
Mécanicien de bord
A survécu au raid des barrages
Née 3 novembre 1921, Eastbourne, Sussex
Décédés 15 septembre 1996, Eastbourne, Sussex [Lire la suite]

Flg Off F G Grondements
Navigateur
A survécu au raid des barrages
Née 14 septembre 1920, Kirtlebridge, Dumfriesshire
Décédés 26 février 1988, Port Elizabeth, Afrique du Sud [Lire la suite]

Wrt Off P E Pigeon
Opérateur sans fil
A survécu au raid des barrages
Née 3 juin 1917, Williams Lake, Colombie-Britannique, Canada
Décédés 25 mars 1967, Williams Lake, Colombie-Britannique, Canada [Lire la suite]

Sgt JH Clay
Viseur de bombes
A survécu au raid des barrages
Née 2 février 1911, North Shields, Tyne et Wear
Décédés 6 août 1995, Gosforth, Tyne et Wear [Lire la suite]

Sgt W Howarth
Mitrailleur avant
A survécu au raid des barrages
Née 29 août 1921, Oldham, Lancashire
Décédés 12 janvier 1990, Oldham, Lancashire [Lire la suite]

Flt Sgt H A Semaines
Mitrailleur arrière
A survécu au raid des barrages
Née 10 décembre 1919, Chilliwack, Colombie-Britannique, Canada
Décédés 22 mars 1992, Chilliwack, Colombie-Britannique, Canada [Lire la suite]

Plt Off V W Byers
Pilote
Tué lors du raid des barrages
Née 24 septembre 1919, Star City, Saskatchewan, Canada [Lire la suite]

Sgt AJ Taylor
Mécanicien de bord
Tué lors du raid des barrages
Née 19 décembre 1922, Alves, Morayshire [Lire la suite]

Flg Off J H Warner
Navigateur
Tué lors du raid des barrages
Née 19 mai 1914, Horncastle, Lincolnshire [Lire plus]

Sgt J Wilkinson
Opérateur sans fil
Tué lors du raid des barrages
Née 2 mars 1922, Antrobus, Cheshire [Lire la suite]

Plt Off A N Whitaker
Viseur de bombes
Tué lors du raid des barrages
Née 8 septembre 1909, Blackburn, Lancashire [Lire la suite]

Sgt C McA Jarvie
Mitrailleur avant
Tué lors du raid des barrages
Née 9 mai 1922, Glasgow [Lire plus]

Sgt J McDowell
Mitrailleur arrière
Tué lors du raid des barrages
Née 13 août 1910, Glasgow [Lire la suite]

Plt Off G Riz
Pilote
A survécu au raid des barrages
Née 4 janvier 1917, Hinckley, Leicestershire
Décédés 24 novembre 1981, Taunton, Somerset [Lire la suite]

Sgt E C Smith
Mécanicien de bord
A survécu au raid des barrages
Née 26 août 1919, Cambridge
KIA 16 septembre 1943 [Lire la suite]

Flg Off R Macfarlane
Navigateur
A survécu au raid des barrages
Née 12 décembre 1921, Glasgow
KIA 20 décembre 1943 [Lire la suite]

Wrt Off C B Gowrie
Opérateur sans fil
A survécu au raid des barrages
Née 14 avril 1918, Tramping Lake, Saskatchewan, Canada
KIA 20 décembre 1943 [Lire la suite]

Wrt Off J W Thrasher
Viseur de bombes
A survécu au raid des barrages
Née 30 juillet 1920, Amherstburg, Ontario, Canada
KIA 20 décembre 1943 [Lire la suite]

Sgt T W Maynard
Mitrailleur avant
A survécu au raid des barrages
Née 6 septembre 1923, Londres
KIA 20 décembre 1943 [Lire la suite]

Sgt S Burns
Mitrailleur arrière
A survécu au raid des barrages
Née 27 décembre 1920, Dudley, Worcestershire
KIA 21 décembre 1943 [Lire la suite]

Flt Lt J C McCarthy DFC
Pilote
A survécu au raid des barrages
Attribué DSO
Née 31 août 1919, Long Island, New York, États-Unis
Décédés 6 septembre 1998, Virginia Beach, Virginie, USA [Lire la suite]

Sgt W G Radcliffe
Mécanicien de bord
A survécu au raid des barrages
Née 24 septembre 1919, New Westminster, Colombie-Britannique, Canada
Décédés 5 juillet 1952, Colombie-Britannique, Canada [Lire la suite]

Sgt d'aviation D A MacLean
Navigateur
A survécu au raid des barrages
Récompensé DFM
Née 2 avril 1916, Toronto, Canada
Décédés 16 juillet 1992, Toronto, Canada [Lire la suite]

Sgt d'aviation L Eaton
Opérateur sans fil
A survécu au raid des barrages
Née 16 mars 1906, Manchester
Décédés 22 mars 1974, Manchester [Lire la suite]

Sgt G.L. Johnson
Viseur de bombes
A survécu au raid des barrages
Récompensé DFM
Née 25 novembre 1921, Hameringham, Lincolnshire [Lire la suite]

Sgt R Batson
Mitrailleur avant
A survécu au raid des barrages
Née 5 décembre 1920, Ferryhill, comté de Durham
Décédés 25 novembre 2006, Leeholme, Co Durham [Lire la suite]

Flg Off D Rodger
Mitrailleur arrière
A survécu au raid des barrages
Née 23 février 1918, Sault Ste Marie, Ontario, Canada
Décédés 1 septembre 2004, Sault Ste Marie, Ontario, Canada [Lire la suite]

Plt Off W Ottley DFC
Pilote
Tué lors du raid des barrages
Née 4 mars 1922, Londres [Lire la suite]

Sgt R Marsden
Mécanicien de bord
Tué lors du raid des barrages
Née 8 mai 1920, Scarborough, Yorkshire [Lire plus]

Flg Off J K Barrett DFC
Navigateur
Tué lors du raid des barrages
Née 9 septembre 1920, Londres [Lire plus]

Sgt J Guterman DFM
Opérateur sans fil
Tué lors du raid des barrages
Née 1er août 1920, Ramsgate, Kent [Lire plus]

Sgt d'aviation T B Johnston
Viseur de bombes
Tué lors du raid des barrages
Née 19 juillet 1921, Bellshill, Lanarkshire [Lire la suite]

Sgt H J étrange
Mitrailleur avant
Tué lors du raid des barrages
Née 25 avril 1923, Birkenhead [Lire plus]

Sgt F T-shirts
Mitrailleur arrière
A survécu au raid des barrages. PoW
Née 16 juin 1922, Chichester, Sussex
Décédés 15 mars 1982, Letchworth, Hertfordshire [Lire la suite]

Plt Off L J Burpee DFM
Pilote
Tué lors du raid des barrages
Née 5 mars 1918, Ottawa, Canada [Lire la suite]

Sgt G Pegler
Mécanicien de bord
Tué lors du raid des barrages
Née 27 septembre 1921, Ringwood, Hampshire [Lire la suite]

Sgt Jaye
Navigateur
Tué lors du raid des barrages
Née 3 octobre 1922, Crook, Co Durham [Lire la suite]

Plt Off L G Weller
Opérateur sans fil
Tué lors du raid des barrages
Née 1er septembre 1915, Londres [Lire la suite]

Sgt JL Arthur
Viseur de bombes
Tué lors du raid des barrages
Née 3 juillet 1917, Toronto, Canada [Lire la suite]

Sgt W C A Long
Mitrailleur avant
Tué lors du raid des barrages
Née 11 septembre 1923, Eastleigh, Hampshire [Lire la suite]

Wrt Off J G Brady
Mitrailleur arrière
Tué lors du raid des barrages
Née 16 avril 1916, Ponoka, Alberta, Canada [Lire la suite]

Sgt Flt K W Marron
Pilote
A survécu au raid des barrages
Attribué CGM
Née 20 août 1920, Moose Jaw, Saskatchewan, Canada
Décédés 23 décembre 2002, White Rock, Colombie-Britannique, Canada [Lire la suite]

Sgt H B Feneron
Mécanicien de bord
A survécu au raid des barrages
Née 14 mai 1920, Londres
Décédés 18 novembre 1993, Gerrards Cross, Buckinghamshire [Lire la suite]

Sgt D P Guérir
Navigateur
A survécu au raid des barrages
Récompensé DFM
Née 5 août 1916, Portsmouth, Hampshire
Décédés 7 février 1999, Southampton, Hampshire [Lire la suite]

Sgt HJ Hewstone
Opérateur sans fil
A survécu au raid des barrages
Née 24 juillet 1909, Londres
Décédés 28 mai 1980, Havering, Essex [Lire la suite]

Sgt S Oancia
Viseur de bombes
A survécu au raid des barrages
Récompensé DFM
Née 5 mars 1923, Stonehenge, Saskatchewan, Canada
Décédés 6 mai 1999, Carleton, Ontario, Canada [Lire la suite]

Sgt D Allatson
Mitrailleur avant
A survécu au raid des barrages
Née 7 novembre 1923, Eastwood, Essex
KIA 16 septembre 1943 [Lire la suite]

Sgt d'aviation G S McDonald
Mitrailleur arrière
A survécu au raid des barrages
Née 20 juillet 1921, Grand Forks, Colombie-Britannique, Canada
Décédés 13 mai 2012, Vancouver, Colombie-Britannique, Canada [Lire la suite]

Sgt d'aviation W C Townsend DFM
Pilote
A survécu au raid des barrages
Attribué CGM
Née 12 janvier 1921, Gloucestershire
Décédés 9 avril 1991, Bromsgrove, Worcestershire [Lire la suite]

Sgt D J D Powell
Mécanicien de bord
A survécu au raid des barrages
Née 21 janvier 1922, Birmingham
KIA 16 septembre 1943 [Lire la suite]

Plt Off C L Howard
Navigateur
A survécu au raid des barrages
Récompensé DFC
Née 12 janvier 1913, Freemantle, Australie occidentale
Décédés 26 décembre 1989, Perth, Australie-Occidentale [Lire la suite]

Sgt d'aviation G A Chalmers
Opérateur sans fil
A survécu au raid des barrages
Récompensé DFM
Née 12 février 1921, Peterhead, Aberdeenshire
Décédés 6 août 2002, Harrogate, Yorkshire [Lire la suite]

Sgt C E Franklin DFM
Viseur de bombes
A survécu au raid des barrages
Bar décerné à DFM
Née 12 novembre 1915, Londres
Décédés 25 janvier 1975, Birmingham [Lire la suite]

Sgt D E Webb
Mitrailleur avant
A survécu au raid des barrages
Récompensé DFM
Née 12 septembre 1922, Londres
Décédés 8 décembre 1996, Yarmouth, île de Wight [Lire la suite]

Sgt R Wilkinson
Mitrailleur arrière
A survécu au raid des barrages
Récompensé DFM
Née 1er septembre 1922, South Shields, Tyne et Wear
Décédés 27 juillet 1980, Noble Park, Victoria, Australie [Lire la suite]

Sgt d'aviation C T Anderson
Pilote
A survécu au raid des barrages
Née 9 décembre 1913, Wakefield, Yorkshire
KIA 23 septembre 1943 [Lire la suite]

Sgt R C Paterson
Mécanicien de bord
A survécu au raid des barrages
Née 20 septembre 1907, Édimbourg
KIA 23 septembre 1943 [Lire la suite]

Sgt JP Nugent
Navigateur
A survécu au raid des barrages
Née 9 août 1914, Stoney Middleton, Derbyshire
KIA 23 septembre 1943 [Lire la suite]

Sgt W D Bickle
Opérateur sans fil
A survécu au raid des barrages
Née 6 mars 1922, chapelle Sainte-Anne, Calstock, Cornouailles
KIA 23 septembre 1943 [Lire la suite]

Sgt G J Vert
Viseur de bombes
A survécu au raid des barrages
Née 13 avril 1922, Malling, Kent
KIA 23 septembre 1943 [Lire la suite]

Sgt E. Ewan
Mitrailleur avant
A survécu au raid des barrages
Née 3 janvier 1922, Wolverhampton
KIA 23 septembre 1943 [Lire la suite]

Sgt A W Buck
Mitrailleur arrière
A survécu au raid des barrages
Née 30 novembre 1914, Londres
KIA 23 septembre 1943 [Lire la suite]


Voir la vidéo: Secret german film of destroyed eder dam 1943 (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Mikagami

    C'est si facile

  2. Bohannon

    Il est également possible sur cette question, car ce n'est que dans un différend que la vérité peut être réalisée. :)

  3. Andriel

    Se détendre!

  4. Galileo

    Ce n'est pas aussi facile qu'il n'y paraît



Écrire un message