Podcasts sur l'histoire

Pologne Géographie - Histoire

Pologne Géographie - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

POLOGNE

La Pologne est située en Europe centrale, à l'est de l'Allemagne.

Le terrain de la Pologne est principalement une plaine plate, avec des montagnes le long de la frontière sud


Climat : La Pologne est tempérée avec des hivers froids, nuageux et modérément rigoureux avec des précipitations fréquentes ; étés doux avec des averses et des orages fréquents.
CARTE DU PAYS


Climat de la Pologne

Différents types de masses d'air entrent en collision au-dessus de la Pologne, influençant à la fois le temps et le climat. Les principaux éléments impliqués sont les masses d'air océanique de l'ouest, l'air polaire froid de Scandinavie ou de Russie et l'air subtropical plus chaud du sud. Une série de dépressions barométriques se déplacent vers l'est le long du front polaire toute l'année, divisant l'air subtropical de l'air plus froid et apportant en Pologne, comme dans d'autres parties de l'Europe du Nord, des jours nuageux et humides. En hiver, l'air polaire-continental devient souvent dominant, apportant un temps frais et glacial, avec de l'air arctique encore plus froid dans son sillage. L'air chaud, sec, subtropical-continental apporte souvent des journées agréables à la fin de l'été et en automne.

Le climat général de la Pologne a un caractère transitoire et très variable entre les types maritime et continental. Six saisons peuvent être clairement distinguées : un hiver neigeux d'un à trois mois un printemps précoce d'un ou deux mois, avec une alternance de conditions hivernales et printanières un printemps principalement ensoleillé un été chaud avec beaucoup de pluie et de soleil un automne ensoleillé et chaud et un période brumeuse et humide signifiant l'approche de l'hiver. L'ensoleillement atteint son maximum sur la Baltique en été et les Carpates en hiver, et les températures annuelles moyennes varient de 46 °F (8 °C) dans les basses terres du sud-ouest à 44 °F (7 °C) dans le nord-est plus froid. Le climat des montagnes est déterminé par l'altitude.

Les précipitations moyennes annuelles sont d'environ 24 pouces (610 mm), mais dans les montagnes, le chiffre approche de 31 à 47 pouces (787 à 1 194 mm), tombant à environ 18 pouces (457 mm) dans les plaines centrales. En hiver, la neige représente environ la moitié des précipitations totales dans les plaines et presque toutes dans les montagnes.


Carte des voïvodies de Pologne

La Pologne (officiellement, la République de Pologne) est divisée en 16 voïvodies [provinces] (wojewodztwa, sing. wojewodztwo). Par ordre alphabétique, ces voïvodies sont : Dolnoslaskie (Basse Silésie), Kujawsko-Pomorskie (Kouyavian-Pomeranian), Lubelskie (Lublin), Lubuskie (Lubusz), Lodzkie (Lodz), Malopolskie (Petite Pologne), Mazowieckie (Maso (Opole), Podkarpackie (Sous-Carpates), Podlaskie, Pomorskie (Poméranie), Slaskie (Silésie), Swietokrzyskie (Sainte-Croix), Warminsko-Mazurskie (Warmian-Masurian), Wielkopolskie (Grande Pologne) et Zachodniopomorskie (Poméranie occidentale).

Avec une superficie de 312 696 km² et une population de plus de 38 millions d'habitants, la Pologne est le 5 ème membre le plus peuplé de l'UE. La Pologne est le carrefour géographique et culturel de l'Europe de l'Est et de l'Ouest. Située dans la partie centre-est du pays, Varsovie est la capitale et la plus grande ville de Pologne. C'est aussi le centre administratif, culturel et économique du pays. Varsovie est la 7 e capitale la plus peuplée de l'UE.


Pologne Son Histoire Et Géographie Histoire Essai

Nous pouvons à peu près retracer les origines polonaises au peuple slave. Nous ne savons pas quand la première tribu slave est arrivée dans l'Europe du Milieu du Mal, mais la plupart des historiens conviendraient que c'était n'importe où entre le 5ème et le 8ème siècle (Planète). A partir du VIIIe siècle, on voit beaucoup de ces tribus se regrouper pour former le peuple polonais. Le nom Pologne vient d'une de ces tribus originelles, les Polanie, qui signifie peuple des champs (Zamoyski). Ces tribus se sont installées près de la rivière Warta, près de l'actuelle Poznan. Nous savons qu'à cette époque, ces gens étaient dirigés par Piast et il a pu unir les tribus en un seul peuple et leur a donné le nom de Polska (Planète).

La Pologne dans son histoire très tôt a été formée en deux pays différents, la Grande Pologne et la Petite Pologne. La Grande Pologne a été officiellement fondée en tant que pays par Mieszko, son premier roi en 966 et la Petite Pologne a été fondée en 1047 par les tribus du sud (Info please). Ces deux pays ont été transformés en un seul par Casimir Ier le Restaurateur. La Pologne a atteint son apogée après avoir fusionné avec la Lituanie par mariage royal en 1386 (Info please). Du XIVe au XVIe siècle, la Pologne était une force très dominante en Europe et a remporté ses batailles contre la Russie, les chevaliers teutoniques et les Turcs (Michener).

Au XVIIIe siècle, la puissance et l'influence de la Pologne sont en déclin et celles de la Russie sont à la hausse. Les tsars de Russie s'étendent dans les pays voisins avec peu de résistance et la Pologne est pratiquement devenue une marionnette de la domination russe. Alors que la force de la Pologne diminuait, ses voisins la Russie, la Prusse et l'Autriche se sont renforcés et à la fin du XVIIIe siècle, ces pays ont décidé de partager la Pologne entre les trois (Planète). Il y a eu trois partitions au total pendant les périodes de 1772, 1792 et 1795. Pendant plus de cent ans, il n'y aurait pas eu d'État polonais en Europe mais cela n'a pas arrêté la résistance du peuple polonais et il y a eu plusieurs guerres civiles pendant cette période. .

La Première Guerre mondiale a été le résultat direct de la guerre entre les trois pays occupants, la Russie, la Prusse et l'Autriche. La plupart des combats au cours de cette guerre ont eu lieu sur les terres polonaises et ont fait des morts massives. Probablement le pire résultat pour la Pologne était que puisqu'il n'y avait pas d'État polonais, à l'époque, il ne pouvait y avoir aucune armée pour se battre pour sa cause. Le résultat de cela a été que les Polonais ont été forcés de former des armées différentes et ont été forcés de se battre les uns contre les autres.

Après la Première Guerre mondiale, la Pologne s'est retrouvée en ruines et a dû reconstruire à partir de zéro. En 1919 Le traité de Versailles et la défaite des Russes en 1920 donnent à la Pologne ses nouvelles frontières en Europe. Il s'étendait de l'Allemagne à l'ouest à la Tchécoslovaquie au sud et à la Lituanie au nord-est jusqu'à la Biélorussie et l'Ukraine à l'est. La Pologne comptait désormais quelque 26 millions de personnes dont un tiers de Juifs, d'Ukrainiens, de Biélorusses et d'Allemands (Planète).

Le seul bien que cette guerre ait apporté au peuple polonais est qu'après sa fin en 1918, la Pologne a pu recouvrer son indépendance en novembre de la même année, lorsque le maréchal Pilsudski a pris le contrôle de Varsovie. En 1922, Pilsudski a pris sa retraite et la Pologne a connu quatre années d'instabilité jusqu'à ce qu'il reprenne le pouvoir lors d'un coup d'État militaire en 1926 et ait régné en dictateur jusqu'à sa mort en 1935 (Info please).

Le 1er septembre 1939, l'Allemagne envahit la Pologne et en moins d'un mois occupa la capitale Varsovie. Dans le même temps, l'Union soviétique envahissait par l'est. La Pologne n'avait aucune chance contre ces deux armées autoritaires. Le 28 septembre, l'Allemagne et l'Union soviétique se divisèrent à nouveau la Pologne (Zamoyski). Hitler a décidé que le peuple et la culture polonais devraient être effacés de la surface de la terre pour de bon. Il concentra son attention en particulier sur les juifs polonais. Des milliers de Polonais ont été rassemblés et placés dans des camps de concentration où ils ont été contraints de participer à l'effort de guerre de l'Allemagne. Tous les chefs religieux et les Polonais éminents ont été systématiquement exécutés afin qu'il y ait peu de résistance. Pour la plupart, les Juifs ont été éliminés. Ils ont été séparés du reste de la population et envoyés dans les ghettos où ils seraient régulièrement expédiés vers des camps d'extermination dans toute la Pologne. Au total, à la fin de la guerre, près de trois millions de Juifs et un million de Polonais non juifs ont été tués (Planète).

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'Union soviétique a obtenu le contrôle de la Pologne lors de la conférence de Yalta. Staline a poussé le communisme dans toute la Pologne et a mis en place un gouvernement provisoire à Moscou qui serait bientôt transféré à Varsovie et s'appelait le Comité polonais de libération nationale (Infoplease). Peu de temps après, de nombreux membres de l'ancien gouvernement se sont joints au nouveau et ont formé le gouvernement polonais d'unité nationale que les États-Unis et l'Angleterre ont reconnu. La Pologne est restée sous le régime communiste pendant près de 40 ans jusqu'en 1985, lorsque Gorbatchev a été élu et que ses réformes et sa position plus douce ont permis un régime plus démocratique en Europe de l'Est. Finalement, en 1990, la plupart des vestiges du communisme ont été débusqués et la Pologne est redevenue une démocratie libre. La Pologne souffre encore aujourd'hui de son passé et essaie de construire un avenir économique et politique meilleur pour tout le peuple polonais.

Maintenant que nous avons vu une brève histoire de la Pologne, jetons un coup d'œil à sa géographie. La Pologne telle qu'elle est aujourd'hui couvre 120 728 miles carrés, soit à peu près la taille du Nouveau-Mexique. Elle borde sept pays : la Biélorussie, la République tchèque, l'Allemagne, la Lituanie, la Russie, la Slovaquie et l'Ukraine (Briney). La capitale de la Pologne est Varsovie et la population globale du pays est d'environ trente-huit millions et demi de personnes et quatre-vingt-dix pour cent de leur population est catholique. Il a des montagnes, dont Rysy est son point culminant de huit mille pieds, et des basses terres où Elblaskie est à six pieds et demi au-dessous du niveau de la mer (Briney). La majeure partie de la Pologne est constituée de plaines et de nombreuses rivières traversent la Vistule, la plus grande. Son temps est généralement doux tout autour avec des maximales moyennes en été de 75 degrés et en hiver de 32 degrés.

La Pologne a été dotée de nombreux minéraux et fait partie des plus grands producteurs mondiaux de charbon, de zinc, de cuivre, de plomb, de soufre et de sel gemme. Lorsque ma femme et moi étions en Pologne, nous avons eu l'occasion de voir l'une des plus anciennes mines de sel gemme au monde, la mine de sel de Wieliczka, qui extrait continuellement du sel depuis le XIIIe siècle. C'était énorme et nous avons vu de première main l'habileté artistique des mineurs à travers les siècles. Comme il s'agissait d'un travail si dangereux, les ouvriers, pour la plupart catholiques, voulaient aller à la messe avant de commencer leurs quarts de travail et à cause de cela, ils creusaient dans le sel des chapelles à chaque niveau qu'ils exploitaient. Dans les toutes premières années, la Pologne était connue pour son ambre qui constituait la majeure partie de la Route de l'Ambre (Affaires). Aujourd'hui encore, la Pologne joue un rôle majeur dans la production d'ambre.

On pense que le silex est le premier matériau extrait en Pologne et nous en avons des preuves remontant à 3500 avant JC (Affaires). Le minerai de fer a été extrait au IVe siècle av. J.-C. dans les montagnes Swietokrzyskie. À peu près à la même époque, nous voyons des carrières de matériaux céramiques et d'argile ainsi que des mines de plomb, de cuivre, d'argent et d'or autour de la Silésie et de Maloposka (Affaires).

Au XVIIIe siècle, les principales exploitations minières de la Pologne se sont tournées vers le charbon. Dans l'est de la Galice, le pétrole a commencé à être extrait un peu plus tard dans le siècle. Pendant la Première Guerre mondiale, la Pologne abritait l'une des plus grandes exploitations minières de gaz naturel d'Europe et après la guerre, la ville de Cracovie a créé une académie des mines dans le but de former les futurs mineurs et ingénieurs (Affaires).

Lorsque la Pologne fit retracer ses frontières après la guerre, elle perdit la plupart de ses gisements de pétrole mais gagna beaucoup plus de charbon en Haute et Basse Silésie. Au cours des années 1970, la Pologne est devenue l'un des plus grands producteurs mondiaux de houille. Les Polonais appellent leur charbon « or noir » car c'est la principale source d'exportation et de revenu du pays (Affaires).

La Pologne est riche en monuments historiques presque autant qu'elle en ressources. Allez n'importe où dans le pays et vous verrez des ruines d'anciens châteaux, dont beaucoup sont encore debout. Cracovie était autrefois la capitale de la Pologne jusqu'à son déménagement à Varsovie par le roi Sigismond III en 1596 (Chung). Au cours de nos voyages à Cracovie, notre guide a mentionné que les Cracovies étaient très contrariés par le déménagement jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, lorsqu'ils étaient heureux parce que quatre-vingt-dix pour cent de Varsovie a été rasé, ce qui a laissé Cracovie pratiquement intact. Lorsque nous y étions en 2009, nous pouvions voir où les vieux murs mi-diaboliques de Varsovie rencontraient les nouveaux. La place principale de Varsovie a été reconstruite à l'aide de peintures antérieures d'artistes polonais pour donner l'impression que la guerre n'a jamais eu lieu. Mais il est assez évident de voir dans les murs qui se sont dressés pendant la guerre encore des trous de balles. Comme mentionné précédemment, la Pologne est un pays très catholique et la merveille architecturale des basiliques et des cathédrales de Pologne laisserait tout le monde émerveillé. Cracovie abrite nombre d'entre elles, dont la basilique Sainte-Marie et la cathédrale de Wawel construite au sommet d'une grande colline entourée d'un mur de pierre massif et renferme également le château de Wawel qui date du Xe siècle (Chung). La Pologne est un beau pays et si l'Histoire nous apprend quelque chose, la Pologne sera toujours là même si le pays est retiré de la carte. La Pologne sera toujours dans les cœurs et les esprits de ses habitants et si elle est là, alors la Pologne vivra.


Pologne: Une puissance émergente d'Europe centrale ?

La Pologne a rejoint l'Union européenne en 2004 dans le cadre du "big bang" de l'expansion orientale de l'UE. Cela a brisé la division Est-Ouest de la guerre froide et a ramené, selon le récit polonais, « l'Europe centrale en Europe ». Ce fut également une énorme expansion pour l'UE, devenant le sixième plus grand membre de l'Union en termes de territoire et attirant 40 millions de nouveaux citoyens.

L'adhésion de la Pologne a apporté de nouvelles ressources à l'UE : une main-d'œuvre nombreuse et bon marché, une nouvelle base de consommateurs potentiels, les cinquièmes plus grandes réserves de charbon au monde, de vastes étendues de terres agricoles et, comme cela a été récemment découvert, des réserves potentiellement importantes de gaz de schiste. Il a également donné à l'Europe le contrôle des routes de transport polonaises qui, pendant des siècles, ont été utilisées à la fois pour le commerce et l'invasion entre l'Europe occidentale et l'Est.

En 2004, la Pologne sortait de réformes post-soviétiques difficiles et de la dépendance vis-à-vis de l'aide internationale. La décennie suivante sera la plus réussie économiquement et politiquement de son histoire moderne. La Pologne grandit rapidement en puissance économique et en influence politique. Cependant, la décennie de croissance « facile » de la Pologne reposait sur les investissements de l'UE au cours de la prochaine décennie, avec l'affaiblissement de l'Europe, la Pologne aura besoin d'un nouveau modèle économique. Si la Pologne veut être leader en Europe centrale et dans l'UE, elle devra ajuster sa stratégie géopolitique.

Géographie et démographie

La Pologne est située sur la plaine nord-européenne entre les chaînes de montagnes des Carpates et des Sudètes au sud et la mer Baltique au nord. Les collines du nord de la Pologne signifient que, bien que la plupart des rivières polonaises finissent par se jeter dans la Baltique, beaucoup d'entre elles coulent également en longues bandes est-ouest. Ces conditions ont également conduit à la formation d'un nombre impressionnant de lacs d'eau douce.

La Pologne est extraordinairement bien arrosée, avec de nombreuses voies de transport naturelles. De plus, le territoire polonais des Carpates est tout à fait traversable. Alors que les pays valorisent les chaînes de montagnes pour la défense et la création de rivières, les montagnes créent souvent des territoires économiquement sous-utilisés. En Pologne, cependant, cette zone est densément peuplée de mines accessibles, de réserves forestières et de terres agricoles et de vergers aménagés.

La frontière nord de la Pologne est dominée par la baie de Gdansk, un immense port naturel. La ville de Gdansk y prospère, déplaçant le commerce du plus grand fleuve de Pologne, la Vistule, vers la mer Baltique et les marchés internationaux. Mis à part la région de Gdansk, la ville de Szczecin, située à l'extrême nord-ouest de la Pologne sur la rivière Oder et près de la frontière allemande, est le seul autre grand port maritime de Pologne.

La Pologne centrale est principalement plate et bien reliée par des rivières. Pendant de nombreux siècles, il a abrité l'agriculture et les villes fournissant l'industrie, les services et l'administration gouvernementale. Peut-être plus important encore, la Pologne centrale a longtemps servi de voie de transport entre l'Europe occidentale et l'Est. Les Carpates, avec les Alpes, divisent l'Europe en deux. Les routes terrestres entre elles ont naturellement favorisé le passage plat à travers la Pologne. La Pologne a bénéficié du commerce le long de cette route.

Cette géographie favorable a été rendue tragique par le fait que la Pologne se situe entre des civilisations concurrentes. D'un côté se trouve l'Europe occidentale (Allemagne et France). L'autre camp a toujours été dominé par la Russie. Tous les grands conflits européens, de Napoléon à la Seconde Guerre mondiale, ont utilisé la Pologne comme voie d'invasion. La Pologne elle-même a été divisée ou dominée pendant la majeure partie des deux derniers siècles, ses voisins recherchant un avantage géopolitique en dominant ces routes.

Les terres abondantes et fertiles de la Pologne ont longtemps soutenu de grandes populations. La Pologne moderne est environ 25 % plus petite que l'État américain de Californie ou à peu près la même taille que le Nouveau-Mexique. Sa population n'est cependant que d'environ 1% inférieure à celle de la Californie (35,5 millions contre 35,8).

Carte topographique de la Pologne avec plusieurs villes mentionnées dans cet article en surbrillance.

Historiquement, la Pologne était une nation diversifiée. Alors que les Polonais ont toujours été majoritaires, des frontières relativement ouvertes et des lois historiquement tolérantes ont attiré d'importantes minorités d'Ukrainiens, de Biélorusses, de Juifs et d'autres. La population juive de Pologne était particulièrement dynamique. En 1931, la Pologne comptait la deuxième population juive du monde – près de 3,5 millions. En 1945, cependant, presque toutes les minorités en Pologne avaient disparu – tuées ou déplacées par la Seconde Guerre mondiale ou déplacées hors de Pologne par la révision des frontières qui a suivi.

Aujourd'hui, plus de 90 % de la population polonaise est ethniquement polonaise, parle polonais à la maison et est catholique romaine (historiquement la religion la plus associée aux Polonais). Aucune minorité ne représente plus de 1 % de la population. Les catholiques romains de Pologne sont parmi les plus dévots d'Europe (en termes de fréquentation régulière de l'église). L'Église catholique a une énorme influence en Pologne - comme en témoignent des projets à grande échelle comme le Temple de la Divine Providence, un complexe construit en partie avec des fonds publics, ainsi que la vénération omniprésente du Pape Jean-Paul II en tant que (peut-être ) héros national polonais le plus populaire.


Une brève vidéo de Stratfor, un groupe de réflexion américain sur le « Défi géographique de la Pologne ».

Les Polonais, coincés entre les puissances mondiales, leur pays rayé de la carte à deux reprises, sont souvent connus pour une attitude typiquement négative, plaintive et pessimiste (bien que souvent fortement teintée d'humour) - "trudno," littéralement "difficile", est couramment utilisé pour signifier "il n'y a rien à faire" ou "c'est la vie. " Cependant, avec une longue histoire de valeurs démocratiques, ils restent également un peuple habilité qui, en tant que société, a historiquement offert une forte opposition aux injustices perçues.

Aujourd'hui, le principal défi de la Pologne est que, malgré une décennie de croissance, elle est l'une des économies les plus faibles de l'Union européenne. Beaucoup de ses jeunes partent travailler ailleurs. Si cela n'est pas inversé, la Pologne pourrait bientôt faire face à des problèmes budgétaires.

Histoire ancienne : le royaume de Pologne

Selon la légende polonaise, il y a longtemps, vivaient trois frères - Lech, Tchèque et Rus - qui ont finalement engendré les grandes nations slaves.

Un jour, les trois frères sont allés chasser ensemble dans les bois et, suivant différentes proies, se sont égarés dans des directions différentes. Czech se dirigea vers l'ouest, la Russie vers l'est et Lech vers le nord. Puis, contre le rouge du soleil couchant, Lech est tombé sur un aigle blanc défendant son nid dans un vieux chêne sur une colline. Il a pris la vision comme un bon présage et a décidé de construire une forteresse autour du chêne, l'appelant Gniezno (du polonais pour "nid"), et a adopté l'aigle blanc contre le rouge du soleil couchant comme emblème, qui peut encore se trouvent sur le drapeau polonais et les armoiries.

Les armoiries de la Pologne sont basées sur l'histoire d'origine légendaire des tribus slaves.

Légende mise à part, Gniezno était la capitale de Mieszko I, le premier souverain de Pologne mentionné dans les documents écrits. Mieszko a été baptisé catholique romain en 966, et la Pologne est depuis associée au catholicisme. Sous Mieszko I et son fils, Boleslaw I Chrobry (mort en 1025), la Pologne a établi des frontières correspondant à peu près à celles de la Pologne moderne.

Au XIe siècle, sentant déjà les menaces à ses frontières (de la part du puissant et croissant Saint Empire romain germanique, précurseur de l'Allemagne) ainsi qu'à l'intérieur des tribus païennes qui n'avaient pas accepté le roi catholique, la capitale polonaise fut déplacée de Gniezno, en Les plaines centrales de la Pologne, jusqu'à Cracovie, dans les Carpates plus défendables.

La Pologne fragmentée au début du XIIe siècle. Des tentatives ont été faites pour se réunifier, mais plusieurs invasions mongoles au 13ème siècle et les guerres avec les chevaliers teutoniques ont affaibli et perturbé le pays.

Au 14ème siècle, Ladislas, le prince de Cracovie, a réalisé une unification significative grâce à une combinaison de conquête militaire et de soutien local. Ladislas a finalement acquis suffisamment de pouvoir pour gagner la bénédiction du pape, qui a couronné Ladislas roi de Pologne en 1320, mettant ainsi fin à d'autres prétentions à la couronne.

Le fils de Ladislas, Casmir III, a étendu davantage le royaume et, peut-être plus important encore, a obtenu un soutien local sur des terres qui avaient été difficiles. Casmir codifia les lois et améliora la bureaucratie de l'État (en grande partie grâce à l'éducation) afin de contrebalancer et d'apaiser divers éléments de la société. Cela lui a non seulement permis de renforcer son propre gouvernement, mais a également conduit à un système de freins et contrepoids qui conduirait finalement à l'établissement de la « liberté d'or », les principes démocratiques qui contribueraient à faire de la Pologne l'un des pays les plus puissants et les plus États innovants.

Casmir a également construit des infrastructures militaires et économiques, mené des réformes monétaires et encouragé l'immigration pour reconstituer une main-d'œuvre affaiblie par deux siècles de guerre. Sa Charte générale des libertés juives, le Statut de Kalisz, accorde à tous les Juifs la liberté de culte, de commerce et de voyage et fait de la Pologne la patrie privilégiée des Juifs d'Europe. Au 16 e siècle, plus de Juifs y vivaient que dans tout autre pays européen. Casmir a également attiré d'autres immigrants, des Allemands et des Arméniens notamment.

Casmir III mourut en 1370. Sa couronne, en vertu d'un traité, fut revendiquée par Louis, roi de Hongrie, qui unifia les deux royaumes. Impopulaire auprès des nobles polonais, l'union a été dissoute à la mort de Louis, mais la jeune fille de Louis, Jadwiga, a été élue par les nobles pour diriger la Pologne. À l'époque, une reine régnante en Europe était presque inconnue. Jadwiga a ensuite épousé le grand-duc de Lituanie, établissant une union qui a finalement prospéré dans le Commonwealth polono-lituanien.

Le Commonwealth polono-lituanien

Au cours des deux siècles suivants, une longue série d'accords a rapproché les deux pays de plus en plus. Enfin, la Pologne et la Lituanie se sont unies et ont signé l'Union de Lublin en 1569. L'une des démocraties les plus modernes de l'époque, le Commonwealth polono-lituanien, était un État fédéral étroitement unifié avec une monarchie élective et gouverné par un système d'assemblées locales. avec un parlement central.

Une carte du Commonwealth polono-lituanien à son apogée en 1619, superposée aux frontières d'aujourd'hui. Cliquez ici pour l'image originale. Cliquez ici pour l'image originale.

Comme la plupart des démocraties pré-modernes, les « citoyens » étaient de nobles propriétaires terriens. Dans le Commonwealth, cela représentait environ 15 % de la population. Les serfs, la majorité de la population, avaient peu de droits.

La principale innovation du Commonwealth était le concept de "Golden Liberty", qui contient de nombreux éléments désormais communs aux démocraties modernes. Tous les citoyens étaient considérés comme égaux. Le roi était élu et son pouvoir contrôlé par le parlement. Les citoyens avaient le droit de former des organisations politiques et de se rebeller contre le roi si leurs droits étaient violés. De plus, en 1573, la Confédération de Varsovie a confirmé la liberté religieuse de tous les citoyens du Commonwealth, favorisant la stabilité dans sa société multiethnique.

Sur le plan géopolitique, l'union polono-lituanienne a été largement motivée par la menace commune des chevaliers teutoniques, que l'union a neutralisée à jamais lors de la bataille emblématique de Grunewald en 1410, un événement et une date commémorés dans les œuvres des poètes, auteurs et peintres polonais de Jan Matejko. à Adam Mickiewicz. Il joue un rôle important dans la culture polonaise à ce jour.

Le nouvel État contrôlait bon nombre des ports les plus puissants de la mer Baltique et y dominait le commerce. Les immenses terres du Commonwealth exportaient des céréales, des fourrures et d'autres produits agricoles. Les revenus ont été versés dans une armée, une marine, des infrastructures en pleine croissance et dans la colonisation des terres ukrainiennes de l'État, laissant une forte présence de la culture polonaise et du catholicisme romain qui continue de se faire sentir aujourd'hui.

Au 17 e siècle, le Commonwealth s'étendait de la Baltique à la mer Noire, englobant toute la Biélorussie actuelle, la majeure partie de l'Ukraine et même (brièvement) la ville de Moscou elle-même. Ses armées repoussèrent les invasions mongoles et repoussèrent l'empire ottomon de façon permanente au sud du Danube, gagnant les éloges du pape en tant que «défenseur de l'Europe catholique».

À la fin du 17 e siècle, le roi de Suède avait organisé une alliance contre le Commonwealth qui finirait par l'entourer. La Suède a envahi par le nord tandis que la plupart des troupes de son ennemi combattaient avec les Ottomans dans le sud. L'invasion rapide de la Suède, connue sous le nom de « déluge » dans l'histoire de la Pologne, a privé le Commonwealth de la plupart de ses ports. Les Cosaques d'Ukraine se sont ensuite rebellés et ont demandé la protection de la Russie, affaiblissant encore davantage la frontière sud de l'État.

Carte montrant les résultats des trois partitions de la Pologne. Cliquez ici pour l'image originale.

Ravagé par la guerre, dépouillé de ses terres et de ses ports, le Commonwealth a tenté de se regrouper en augmentant les impôts et en plaçant des attentes croissantes sur ses serfs. Cela a conduit à des processus agricoles préjudiciables et à un affaiblissement supplémentaire de l'économie. En outre, nombre de ses ennemis s'étaient beaucoup plus industrialisés qu'il ne l'avait fait. Incapable de récupérer sa position militaire, elle a été contrainte d'accepter le partage de ses terres entre la Prusse, la Russie et l'Autriche-Hongrie entre 1772 et 1795. La Pologne a été rayée de la carte pendant plus de 200 ans.

La population était partagée entre des mondes très différents. L'Autriche, par exemple, a accordé une autonomie considérable et a connu une relative stabilité. La Russie, qui a pris la plus grande part, a tenté d'annexer plus complètement son territoire et a vu de nombreuses rébellions.

Pologne : la Première Guerre mondiale jusqu'à la fin du communisme

Après la Première Guerre mondiale, la Pologne a été ressuscitée avec le soutien du plan de paix de Woodrow Wilson. La deuxième République polonaise était un État diversifié, avec, par exemple, une population juive de 3,5 millions, l'une des plus importantes au monde. L'État a duré environ 20 ans (1918-1939) jusqu'à ce qu'il soit envahi par l'Allemagne nazie et l'Union soviétique en septembre 1939 au début de la Seconde Guerre mondiale. La double invasion avait été convenue à l'avance par les deux puissances dans le cadre du pacte Molotov-Ribbentrop.

Les forces allemandes ont installé six grands camps d'extermination en Pologne, dont Auschwitz. Pendant la guerre, 2,7 à 2,9 millions de Juifs polonais et 2,7 millions de Polonais de souche sont morts. Les Allemands ont pillé la terre pour les ressources naturelles et la population pour le travail. Les Soviétiques, après avoir chassé les nazis, ont pris des biens considérables hors de Pologne, y compris des usines entières, à titre de réparations de guerre.

Les troupes soviétiques sont restées en Pologne jusqu'en 1989. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Soviétiques ont aidé les communistes locaux à prendre le contrôle de l'administration. Lors de la conférence de Yalta, ils ont négocié pour garder le territoire polonais qu'ils avaient pris sous le pacte Molotov-Ribbentrop. La Pologne, en retour, a reçu une plus petite bande de territoire anciennement allemand à l'ouest. Dans les deux territoires, les habitants ont été expulsés, déplaçant des millions. En fin de compte, la Pologne est passée en quelques années de l'une des nations les plus diversifiées d'Europe à l'une de ses nations les plus homogènes - presque toutes les minorités avaient été tuées, expulsées ou avaient fui.

La conférence de Yalta a également établi qu'un gouvernement de coalition des communistes au pouvoir serait formé avec le gouvernement en exil. Les communistes, cependant, ont rapidement obtenu le plein pouvoir et la République populaire de Pologne a été proclamée en 1952. Des réformes de style soviétique dans l'agriculture et l'industrialisation ont commencé, mais ont pris du retard dans le pays économiquement dévasté. La population est régulièrement confrontée à des pénuries de vivres et de biens. La République s'est lourdement endettée, notamment dans les années 1970. Les protestations étaient courantes et étaient généralement réprimées avec une force extrême, y compris des armes à feu et des chars.

Au fur et à mesure que cette agitation s'installait, un syndicat indépendant appelé « Solidarité » est né en 1980. Il est rapidement devenu un mouvement social englobant de larges pans de la société, des catholiques romains aux militants politiques. Lorsque le gouvernement a interdit le groupe et emprisonné ses dirigeants, il a gagné en popularité. En tant qu'organisation clandestine, elle a poussé à des grèves nationales et a finalement forcé le gouvernement à autoriser des élections en 1989. Solidarité a remporté toutes les courses sauf une contre les communistes lors de ces élections.

La solidarité a rapidement conduit à des changements dans la constitution pour dissoudre la République populaire et établir une troisième République polonaise avec des droits démocratiques restaurés. En 1990, Lech Walesa, leader de Solidarité, est élu Président de la République.

La Pologne moderne – Les défis modernes

La Pologne s'est ainsi reconstituée dans un mouvement de réforme ascendant. C'est peut-être pour cette raison que la Pologne s'en sort considérablement mieux que de nombreux autres États post-soviétiques. La Russie, par exemple, a connu une transition descendante et a connu des pics d'inflation drastiques, une perte massive de population et des troubles politiques et sociaux. La Pologne, cependant, a été relativement stable. Un programme de thérapie de choc dans les années 1990 a été douloureux, mais a permis au pays de se transformer rapidement en une économie de marché. En 1995, la Pologne est devenue le premier pays post-communiste à atteindre son niveau de PIB d'avant 1989.


Une courte vidéo de voyage montrant la grande variété de paysages de la Pologne : ses plaines plates, ses larges rivières, ses rivages et ses montagnes.

Depuis lors, la Pologne s'est de plus en plus intégrée à l'Occident. En 1999, la Pologne a rejoint l'OTAN et en 2004, elle a rejoint l'Union européenne. Rejoindre Schengen en 2007 a stimulé le tourisme polonais, même si cela signifiait également sécuriser les frontières auparavant extrêmement poreuses avec l'Ukraine, la Biélorussie et la Russie et ainsi étendre la frontière extérieure très critiquée de la «forteresse Europe» vers l'est.

L'aide de l'UE (s'élevant à 150 milliards de dollars à ce jour, soit plus que la somme totale de tous les investissements du plan Marshall en Europe occidentale, dont l'ajustement pour tenir compte de l'inflation s'élèverait aujourd'hui à environ 104 milliards de dollars) a afflué en Pologne depuis 2004, améliorant les infrastructures, notamment le transport ferroviaire, stimuler la productivité agricole, préserver les sites culturels, etc. Des panneaux indiquant "Twój pomysł, europejskie pieniądze» (« Vos idées, l'argent européen ») marquant ces projets se retrouvent partout : bâtiments restaurés, nouvelles gares, centres d'information touristique, etc.

Les critiques se plaignent que les dépenses massives ont été inefficaces. Ils soulignent le fait que le revenu individuel en Pologne reste proche du bas des statistiques de l'UE et que la population reste numériquement en déclin. La santé publique est relativement mauvaise, bien qu'après contrôle du revenu par habitant, les résultats en matière de santé ne soient que légèrement inférieurs à la moyenne de l'OCDE. Poland has a heavily regulated universal public healthcare system augmented by a thin private insurance market. Large out-of-pocket payments and, in the case of specialist care, months-long waiting lists generate inequalities in access to care.

Poland also faces environmental problems. The communists utilized the rich domestic coal mines to build power plants. About 90% of Poland’s electricity is still generated with “dirty coal.” Acid rain has caused substantial forest damage and air pollution poses a public health risk. Substantial investments are still required to bring Polish industry in general in line with EU code.

Critics contend that spending should have focused on issues such as these: health, environment, and social mobility. Perhaps this could have stemmed the flow of approximately 2 million primarily young Poles who have emigrated and taken up jobs abroad since 2004, leaving behind an aging population weighing even heavier on state programs like health care. Further, recent studies show that most emigrants have no plans to return home. A weakened EU is unlikely to maintain such high levels of aid and investment, meaning that a major opportunity may have passed unseized.

Despite criticisms, however, Poland was the only country in Europe to avoid recession in the 2008-09 financial crisis. Poland has also enjoyed considerable foreign investment from firms looking to take advantage of Poland’s inexpensive labor, developing markets, and relatively weak currency (which make exports more profitable). This has provided Polish politicians with political clout in the EU.

Poland, having seen its fortunes change dramatically with the good or bad intentions of its neighbors, naturally takes its foreign policy very seriously. Also true to its history, Poland is seeking security and prosperity through unity with the states around it.

Regionally, Poland founded the Visegrád Group in 1991 with fellow post-Communist Slovakia, the Czech Republic, and Hungry. This non-institutionalized structure has relied on the personal support and political will of all four heads of government – and has not always been successful in its attempts to coordinate foreign policy. Poland also formed the Weimar Triangle in 1991 with Germany and France to support regular meetings of their foreign ministers with the goal of coordinating foreign policy, strengthening European integration, and providing Europe with the basis for a united response to crises. Both of these groups now have a military component under Polish leadership. Operational since 2013, the Weimar Battle Group has about 2000 soldiers plus logistical and medical support. The Visegrád Battlegroup should become operational by 2016. An additional formation has been announced that will coordinate troops between Ukraine, Lithuania, Poland, and potentially several other states in the region.

More broadly, Poland has been one of the most active supporters the EU’s Common Security and Defense Policy. In 2015, former Polish Prime Minister and current EU President Donald Tusk proposed a strengthened EU energy union strategy. This included collective energy purchases to increase the EU’s bargaining power, use of coal reserves and permitting shale gas extraction, diversifying the EU’s gas supply, and providing EU funding for up to 75% of the cost of more gas pipeline interconnections between member states. Privately, Poland is also seeking to build a liquefied natural gas port in northern Poland, as well as gas interconnectors to the Czech Republic and Slovakia.

This increased use of hydrocarbons run counter to Germany’s and the EU Commission’s green ideals, but would greatly benefit Poland (whose coal and undeveloped shale gas reserves are substantial).


A half-hour travel documentary on modern Poland.

Poland has been extremely active in the Ukrainian crisis, providing support for and encouraging greater EU support for the new Ukrainian authorities. Poland, a long-time ally of the US, has also coordinated with US officials in working to support the new regime. Having another ally, one with which it shares cultural ties, along its southern border, and being able to freely access an economic space encompassing the Baltic Sea and stretching to the Black Sea (as it did under the Commonwealth) would be to Poland’s great geopolitical advantage.

A final issue Poland faces today is whether to adopt the currently unstable Euro. Well over half of Poland’s trade is with EU members, particularly Germany, giving Poland clear interests in Euro monetary policy. However, having not adopted the currency, it has little say in that currency’s development.

Polish politicians are attempting to sell the Polish populace on the idea of adoption. Arguments most recently turned to security, saying that being more integrated with Europe would provide greater security from an increasingly belligerent Russia. This may resonate with Poles who, according to polls, felt less secure in 2014 than in any year since 1991.

In moving to unify Europe and especially Central Europe, Poland could have an important role in shaping Europe’s future. Nonetheless, the Poles will face a number of challenges in the decade to come. Its demographic situation and Europe’s slowing economy mean that Poland’s current model of easy growth based on aid and cheap labor is not sustainable. Wages must be raised and standards of living increased to maintain its human capital. Poland can continue its successes of the last decade, but will have to again embark on difficult domestic reforms as well as pursue a vigorous foreign policy to maintain its security and improve its own economic position.


SRAS Programs in Warsaw, Poland

A propos de l'auteur

Josh Wilson

Josh Wilson is the Assistant Director for The School of Russian and Asian Studies (SRAS) and Communications Director for Alinga Consulting Group. In those capacities, he has been managing publications and informative websites covering geopolitics, history, business, economy, and politics in Eurasia since 2003. He is based in Moscow, Russia. For SRAS, he also assists in program development and leads the Home and Abroad and Challenge Grant scholarship writing programs.

Program attended: All Programs

View all posts by: Josh Wilson

Joshua Seale

Josh Seale is pursuing an MA in interdisciplinary German and European Studies at Georgetown University with a specialization in German-Polish relations. He holds a BA in Germanic Studies from the University of Chicago and has interned abroad in Germany and studied abroad previously in Poland. He also served as an SRAS Home and Abroad Scholar in Warsaw, Poland.


Stratification sociale

The strong and rigid social stratification that marked Poland prior to 1939 has all but disappeared. This has happened because during World War II, both the Nazis and the Communists deliberately killed educated Poles. At the end of the war, the intelligentsia was greatly reduced in numbers. For forty-five years, the Communist government pursued policies intended to reduce social classes. They fostered education and the economic and educational advancement of peasants and workers. With the government's success in creating industrial jobs, there has been a great movement of rural people to cities.

Classes et Castes. Currently there are six strata or groupings: peasants, workers, intelligentsia, szlachta (nobles or gentry), the nomenclatura (the ruling group during the existence of the communist government), and a nascent middle class. The workers and intelligentsia have increased both numerically and proportionately. The ruling class that held power during Communist rule is fighting to regain political power and maintain economic power. The szlachta may still constitute some 10 to 15 percent of the population, but their significance has been practically eliminated. People starting businesses are just beginning to differentiate themselves.

Symboles de la stratification sociale. During Communist rule, the general population assumed many of the customs of the szlachta. Thus, the common way of addressing someone is as pan (male) or pani (female), terms that formerly were used among and toward members of the szlachta. For people who are above the peasant and worker classes, men kiss women's hands and follow current fashions in dress. Since social status does not necessarily correlate with high income, there is a discrepancy between status and consumption. The educated and the szlachta stress politeness and social graces to differentiate themselves from the uneducated and the newly rich.


Economics and Land Use in Sweden

Sweden currently has a strong, developed economy that is, according to the CIA World Factbook, "a mixed system of high-tech capitalism and extensive welfare benefits." As such, the country has a high standard of living. Sweden's economy is mainly focused on the service and industrial sectors and its main industrial products include iron and steel, precision equipment, wood pulp, and paper products, processed foods, and motor vehicles. Agriculture plays a small role in Sweden's economy but the country does produce barley, wheat, sugar beets, meat, and milk.


Poland's economy has been the fastest growing in Europe for over a decade. Poland had a GDP of $ 1.2 trillion in 2018, making it the 8th largest economy in Europe. Poland has a large number of private farms in its agricultural sector, with the potential to become the leading producer of food in the European Union. Smoked and fresh fish, Polish chocolate, dairy products, meat and bread produce the highest financial profits. Poland is a member nation of the European Union, NATO and the OECD. Poland is a highly developed country with a high quality of life. It is one of the largest economies in Europe. Poland also has a very rich history and architecture.

Polish is the only official and major spoken language in Poland, but it is also used in other countries by Polish minorities worldwide as well as being one of the official languages of the European Union. बThe Dhir communities use the Polish sign language related to the German sign language sign language. Polish is also a second language in Lithuania, where it is taught in schools and universities.


Géographie

Poland shares borders with Belarus, Ukraine, Lithuania and the Russian exclave of Kaliningrad to the east and northeast Czech Republic and Slovakia to the south and Germany to the west. To the north lies the Baltic Sea.

The Baltic coast provides almost 525km (325 miles) of sandy beaches, bays and steep cliffs between Gdańsk, and the port city of Szczecin to the west there are many seaside towns offering unpolluted water and some fine beaches, with sunbeds and umbrellas available for hire. These sand and gravel deposits also form the shifting dunes of Słowiński National Park, the sand bars of Hel and the Vistula Lagoon.

Northern Poland is dominated by lakes, islands and wooded hills joined by many rivers and canals. The Masurian Lake District to the northeast is a patchwork of lakes and forests with Lake Hańcza, the deepest lake in Poland, located here. The longest river, the 1,090km (675 mile) Vistula, or Wisła, rises in the Tatra mountains and empties into the Baltic, cutting a wide valley between the capital, Warsaw in the heart of the country, to Gdańsk on the coast.

The rest of the country rises slowly to the Sudety mountains, which run along the border with the Czech Republic, and the Tatra Mountains, which separate Poland from Slovakia. To the west, the River Oder, with Szczecin at its mouth, forms the northwest border with Germany.

Poland counts almost two dozen national parks, covering an area of 3,200 sq km (1,235 sq miles), and including the oldest, Białowieża National Park, east of Warsaw on the border with Belarus, and one of the largest, Bieszczady National Park, part of the Carpathian mountain range.

These parks are home to European bison (the largest mammal in Europe), brown bears, lynx, wolves and even some wild horses. And Białowieża contains a fragment of the forest that once covered Europe prehistoric times, with some oaks dating back half a millennium. Polish forests are largely pine though, accounting for two-thirds of the total.


Additional Reading

Everett, Barbara, and Everett, Charles. The Changing Face of Poland (Raintree, 2004). Hintz, Martin. Pologne (Children’s, 1998). Hoffman, Eva. Shtetl: The Life and Death of a Small Town and the World of Polish Jews (Houghton Mifflin, 1997). Lopinski, Maciej, and others. Konspira: Solidarity Underground (Univ. of Calif. Press, 1990). Millard, Frances. The Anatomy of the New Poland: Post-Communist Politics in Its First Phase (Edward Elgar, 1994). Oftinoski, Steven. Poland, 2e éd. (Facts on File, 2004). Vnenchak, Dennis. Lech Walesa and Poland, (Franklin Watts, 1994).


Voir la vidéo: TOUTE LHISTOIRE DE LA POLOGNE (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Cuetlachtli

    bravo magnifique idée

  2. Amiel

    Oui, tout le monde peut être

  3. Elliston

    S'il vous plaît, plus de détails

  4. Kimo

    Je ne l'aime pas.

  5. Yozshulkis

    Je considère que vous commettez une erreur. Je peux le prouver. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.



Écrire un message