Empire Wolof


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'empire Wolof (alias Jolof ou Djolof) était un État sur la côte de l'Afrique de l'Ouest, situé entre les fleuves Sénégal et Gambie, qui a prospéré du milieu du XIVe au milieu du XVIe siècle de notre ère. L'empire prospère grâce au commerce grâce aux deux fleuves donnant accès aux ressources du trafic intérieur et côtier africain, commerce qui comprend l'or, les peaux, l'ivoire et les esclaves, et qui se fait souvent avec les marchands européens, notamment les Portugais puis le français. Après l'éclatement de l'empire wolof au XVIe siècle de notre ère, un État plus petit a persisté, le royaume wolof, jusqu'au XIXe siècle de notre ère. La langue wolof est encore largement parlée aujourd'hui au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie.

Histoire ancienne

Les Wolof en tant que peuple habitaient, dès le 1er millénaire avant notre ère, la zone comprise entre le fleuve Sénégal au nord et le fleuve Gambie au sud. Cette région d'Afrique de l'Ouest est souvent appelée Sénégambie et couvre ce qui est aujourd'hui le Sénégal, la Gambie et le sud de la Mauritanie. La langue et la poterie suggèrent toutes deux que les ancêtres des Wolof avaient à l'origine migré ici d'Afrique centrale ou orientale. Ils pêchaient, cultivaient du riz humide et élevaient du bétail, des moutons et des chèvres (et plus tard des porcs). Ils utilisaient le fer pour les outils, la poterie et les bijoux. Les habitants de cette région de l'Afrique de l'Ouest ont également érigé des monuments mégalithiques et des stèles funéraires. Des cercles d'environ 8 mètres (26 pieds) de diamètre ont été formés à l'aide de pierres pouvant atteindre 4 mètres de hauteur.

L'empire wolof était un participant majeur à la traite des esclaves, exportant jusqu'à un tiers de tous les esclaves africains avant 1600 de notre ère.

Les Wolof sont finalement devenus la tribu la plus puissante au sud du fleuve Sénégal. Ce territoire était autrefois sous le contrôle nominal de l'Empire du Mali (1240-1465 CE) après une campagne d'expansion réussie par Tiramaghan, un général de Soundiata Keita (r. 1230-1255 CE), le roi du Mali. La relation entre les deux États n'est pas claire, mais les Wolof semblent avoir au moins reconnu les rois du Mali comme la principale puissance ouest-africaine. L'indépendance des Wolof se voit dans la succession de leur premier roi ou burba, le semi-légendaire Ndiadiane N'diaye, traditionnellement placé au XIIIe siècle de notre ère mais plus vraisemblablement dans la seconde moitié du XIVe siècle de notre ère. Dans tous les cas, les guerres civiles, les attaques de tribus telles que le peuple Mossi et le déplacement des routes commerciales lucratives ont fait que les rois du Mali ont lentement perdu leur emprise sur les régions extérieures de leur empire. Vers 1468 CE, le roi sunnite Ali (r. 1464-1492 CE) de l'empire Songhaï (vers 1460 - vers 1591 CE) a ensuite conquis la croupe de l'empire malien en difficulté.

Les Songhaï n'étaient présents qu'au sud du fleuve Gambie, ce qui a permis aux Wolof du nord d'exploiter l'une des rares zones vacantes que l'empire Songhaï ne contrôlait pas en Afrique de l'Ouest (soit par occupation directe, soit par l'imposition d'un tribut). À la fin du XVe siècle de notre ère, l'empire wolof se composait des trois royaumes de langue wolof de Cayor (Kajoor), Walo (Waalo) et Baol (Bawol), et d'États peuplés de locuteurs de sérère tels que Sine et Salum. Finalement, les rois wolof se sont étendus au territoire malinké au nord du fleuve Gambie, qui comprenait les États de Nyumi, Badibu, Nyani et Wuli. Par conséquent, les rois wolofs en vinrent à régner sur l'ensemble de la Sénégambie, bien que cet État puisse mieux être décrit comme une confédération de royaumes payant tribut plutôt qu'un empire proprement dit (comme on l'appelle souvent).

Commerce : Afrique de l'Ouest & Portugal

L'empire wolof était un participant majeur à la traite des esclaves, exportant jusqu'à un tiers de tous les esclaves africains avant 1600 de notre ère. Ce commerce a décliné au XVIIe siècle de notre ère lorsque la Sénégambie est devenue une voie de passage des esclaves de l'intérieur de l'Afrique centrale plutôt qu'une source d'entre eux. Grâce au puissant fleuve Sénégal, qui s'étend sur des centaines de kilomètres à l'intérieur de l'Afrique, les Wolof étaient en mesure de faire le commerce de toutes sortes de marchandises en plus des esclaves, notamment des peaux, des textiles de coton, de la gomme, de l'ivoire, des noix de cola, du sel, des chevaux, l'indigo et la cire d'abeille. Les Wolof avaient également leurs propres fabricants pour transformer les matières premières en biens encore plus précieux. Les orfèvres et filigranes wolof jouissaient d'une réputation particulièrement élevée dans toute l'Afrique de l'Ouest.

La principale marchandise échangée à travers le territoire wolof n'était cependant aucune de celles-ci ; c'était de l'or. Le métal précieux, si cher aux Européens qui commençaient à s'intéresser sérieusement à l'Afrique au sud du Sahara, provenait des champs aurifères de l'intérieur des terres de Bambuk et finit par trouver son chemin jusqu'à la côte. Les Portugais ont commencé à faire du commerce le long des côtes de l'Afrique de l'Ouest au milieu du XVe siècle de notre ère. L'aventurier Diogo Gomes a établi des relations commerciales avec les Wolof en 1455 de notre ère, et le commerce s'est épanoui entre les deux puissances. Des cadeaux ont été échangés entre le roi du Portugal, Jean II (r. 1481-1495 CE) et les Wolof, et des missionnaires chrétiens ont été reçus.

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Le commerce avec les Portugais est devenu si lucratif au cours des années 1480 que le roi wolof, Burba Birao, a même déplacé sa capitale plus près de la côte. Cependant, tout le monde n'était pas satisfait de l'accueil des missionnaires, et les princes traditionalistes ont mené une révolte qui a renversé Burba Birao en 1489 CE. Le frère de Birao, le prince Bemoi, fut contraint de fuir le pays, mais il reçut un accueil splendide à Lisbonne où il fut même baptisé. En 1490 CE, les Portugais avaient l'ambition de contrôler directement le commerce des marchandises, et en particulier de l'or, à partir de leur source à l'intérieur de l'Afrique. Ils ont envoyé une expédition militaire contre le roi wolof et ont soutenu le prince Bemoi pour prendre le trône. L'expédition, bien qu'impliquant 20 navires caravelles, s'est avérée un échec en raison de la maladie et d'un grave désaccord entre le prétendant et ses soutiens européens, qui a conduit à la mort du premier. Par la suite, les Portugais sont restés dans leurs postes de traite fortifiés le long de la côte alors que le commerce se poursuivait jusqu'au XVIe siècle de notre ère.

La religion de l'élite, au moins nominalement, était l'islam en raison de sa propagation par les commerçants, les clercs et les missionnaires berbères.

L'Etat wolof

Le contact portugais nous donne au moins quelques informations sur l'état wolof. On sait que le roi était élu par un conseil d'anciens parmi des candidats qui appartenaient à une certaine ascendance, vraisemblablement le véritable fondateur de l'État wolof. Certains membres de ce conseil étaient des dirigeants des États individuels au sein de la confédération wolof. La société wolof était hiérarchisée avec plusieurs classes distinctes. La famille royale était au sommet, puis les nobles non royaux (souvent les enfants d'épouses secondaires et de concubines de la royauté), et les hommes libres. Cette dernière catégorie était ensuite divisée en castes en fonction de la profession d'un homme, comme les forgerons, les bijoutiers, les tailleurs, les griots (conteurs épiques) et les musiciens. Au bas de la société se trouvaient les esclaves pris lors des guerres et des raids dans les territoires voisins, et qui étaient eux-mêmes divisés en strates avec des esclaves qualifiés en haut et des ouvriers agricoles non qualifiés en bas. Il y avait aussi une classe d'esclaves militaires, les ceddo, que l'élite utilisait pour imposer le paiement du tribut et faire la police d'autres esclaves. La religion de l'élite, au moins nominalement, était l'islam en raison de sa propagation par les commerçants, les religieux et les missionnaires berbères. En revanche, la plupart de la population ordinaire est restée proche de leurs croyances animistes traditionnelles.

Commerce : Afrique de l'Ouest & France

Dans le dernier quart du XVIe siècle de notre ère, une autre grande puissance est arrivée dans la région : la France. Les commerçants français apportaient avec eux des articles aussi recherchés que des textiles du nord de la France, des spiritueux, des produits métalliques, du poivre, de l'huile de palme et des armes à feu. Les Portugais ont rapidement perdu leur avantage commercial, d'autant plus que l'exportation des armes à feu très demandées vers l'Afrique a été interdite par la couronne portugaise. Par conséquent, les Français ont pris le contrôle de villes telles que Gorée, Portudal, Joal et Rufisiique, toutes en territoire wolof. La présence de l'Européen était telle que les populations des zones urbaines le long de la côte atlantique sont finalement devenues un mélange d'Africains et de Français, comme on l'a vu, par exemple, au port de Saint Louis. À la fin du XVIe siècle de notre ère, les Anglais et les Hollandais étaient également une présence commerciale importante dans la région, car l'or et les esclaves d'Afrique se sont avérés tout aussi irrésistibles pour eux que les Français et les Portugais.

Rompre

Le commerce était peut-être en plein essor, mais l'empire wolof lui-même a commencé à se désintégrer dès le milieu du XVIe siècle de notre ère, se séparant en un certain nombre d'États successeurs qui comprenaient ce que l'on appelle aujourd'hui le royaume wolof. Cette rupture initiale était probablement due au fait que les villes côtières devenaient si riches en commerce qu'elles cherchaient à se séparer de la monarchie wolof centrale. En effet, ces provinces ont été les premières à revendiquer leur indépendance. Les Wolof ont également été affaiblis par la montée des Peuls militaristes, d'abord dirigés par Koli Tengella (vers 1512-1537 de notre ère), qui a établi son État à Futa Toro, un territoire autour de la partie médiane du fleuve Sénégal. L'ensemble des États désormais disparates de Sénégambie, partagés entre locuteurs du wolof et du sérère, était composé du Waalo, du Cayor, du Bawol, du Siin, du Saalum et du royaume wolof (malheureusement pour lui, le seul sans accès à la côte).

Les royaumes successeurs et l'islam

Malgré les bouleversements politiques, le fleuve Sénégal est resté ce qu'il avait toujours été : une voie de communication vitale pour entrer et sortir de l'intérieur de l'Afrique. Les petits royaumes ont vu leurs dirigeants établir des monopoles lucratifs sur le commerce de biens de grande valeur comme les esclaves et les armes à feu. En effet, la région siphonnait tellement d'échanges auparavant contrôlés par les États nord-africains et leurs intermédiaires les Berbères sahariens que ces derniers marabout ou chef religieux, Nasir al-Din (r. 1644-1674 CE) a lancé une guerre sainte en 1673 CE. Comme le UNESCO Histoire générale de l'Afrique Vol. V résume :

La proclamation de la guerre… était motivée par des considérations à la fois économiques et religieuses, pour reconquérir le commerce des céréales et des esclaves et pour convertir les peuples et purifier la pratique de l'Islam… D'être la religion d'une caste minoritaire de marchands et de courtisans dans les cours royales , il devenait un mouvement de résistance populaire contre le pouvoir arbitraire des autocraties au pouvoir et contre les effets délétères du commerce atlantique. (141)

Par conséquent, avec le soutien du peuple et de ceux déjà convertis à l'islam, la guerre a entraîné le balayage de l'élite dirigeante dans de nombreux royaumes successeurs de l'empire wolof. Les nouveaux régimes sont devenus des théocraties musulmanes mais ils n'ont pas duré longtemps. Avec la mort de Nasir al-Din en 1674 de notre ère, de nombreuses défaites et l'intervention des Français en faveur des royaumes, les Berbères sont repoussés et la guerre sainte fait long feu. Les royaumes successeurs, loin de considérer cela comme un rappel opportun de leur faiblesse en tant que petits États concurrents, ont continué à se chamailler et à se battre entre eux. Les mouvements populaires se sont ralliés à l'idée de répandre l'islam, et les royaumes, en proie à d'autres problèmes tels qu'une série de famines, se sont désintégrés en tant qu'entités politiques au début du XVIIIe siècle de notre ère.

Le peuple wolof était encore activement impliqué dans le commerce côtier au milieu du XVIIIe siècle de notre ère, mais la région est devenue de plus en plus dominée par les Français à partir du début du XIXe siècle, car eux-mêmes et d'autres puissances européennes ont maintenant pris le contrôle direct par la conquête militaire des parties de l'Afrique qui les intéressait. La langue wolof, cependant, a survécu de loin à l'empire ou au royaume et est aujourd'hui la langue officielle au Sénégal (avec le français) et est largement parlée dans plusieurs autres États d'Afrique de l'Ouest.


Voir la vidéo: The Jolof Empire (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Dagrel

    Ces informations sont correctes

  2. Ottokar

    pas vraiment

  3. Jurre

    Je suppose que c'est oui

  4. Istaqa

    Au lieu de cela, les critiques recommandent la solution au problème.

  5. Shakakasa

    Nous allons vivre.

  6. Stigols

    Je m'excuse, que je ne peux rien aider. J'espère que vous vous aiderez ici.



Écrire un message