Podcasts sur l'histoire

Le Causus de l'Iowa - Histoire

Le Causus de l'Iowa - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le sénateur McCain a remporté une victoire décisive dans le New Hampshire. Le sénateur Clinton a remporté une victoire bouleversée défiant les attentes d'une grande victoire d'Obama. Jetez un œil aux résultats réels par rapport aux sondages effectués deux jours avant l'élection. Clinton a prouvé que tous les sondages et tous les experts avaient tort, la victoire du sénateur McCain, bien qu'attendue dans les jours précédant la primaire, est un formidable retour d'où il était cet été.

Histoire du caucus de l'Iowa : l'élan précoce de George McGovern en 1972

Au début de 1971, la campagne présidentielle d'un sénateur américain peu connu du Dakota du Sud était à la recherche d'une voie vers la nomination. La route traditionnelle passait par le New Hampshire et le premier favori de cette année-là pour hisser la bannière du Parti démocrate.

Hart: "Nous étions contre un favori nommé Ed Muskie de l'État voisin du Maine et le sénateur Muskie était en tête des sondages et était très connu dans le New Hampshire. Et nous avons donc eu une conversation, il y avait à peu près six d'entre nous à ce moment-là."

Au cours de cette séance de planification fatidique, le conseiller Richard Stearns a commencé à cocher les primaires clés favorables à McGovern. Le directeur de campagne Gary Hart recherchait un changeur de jeu.

Hart : « Et alors je lui ai dit, Rick, y a-t-il un État qui commence le processus de nomination avant le New Hampshire ? Il a dit, eh bien il y a des caucus dans l'Iowa mais personne n'y a prêté beaucoup d'attention. va faire attention à eux. "

McGovern : « Eh bien, Gary Hart était formidable en tant que directeur de campagne. Je ne suis pas du tout sûr que j'aurais remporté cette nomination sans cette grande organisation populaire que Gary a construite. »

Le temps de McGovern sur le sol de l'Iowa était maigre par rapport à la norme établie par des dizaines de politiciens quelques années plus tard.

McGovern : " Quand vous êtes là-bas, c'est un peu solitaire. Vous vous promenez à la recherche de quelqu'un à qui serrer la main. Dans l'Iowa, même un jeune sénateur du Dakota du Sud avec très peu d'argent a eu une chance. "

Annonceur de nouvelles: "Le courtier en valeurs mobilières Lonnie Beerma et sa femme Faye, tous deux partisans de George McGovern, s'efforcent de comprendre les mécanismes des règles de la réforme, dont certains pensaient qu'il faudrait un doctorat en mathématiques."

Hart : « Mais je ne pense pas qu'aucune autre campagne ait vraiment compris à quel point l'Iowa réussissait bien avant que le New Hampshire ne puisse repositionner les candidats et que George McGovern soit très bas dans les sondages.

News Reporter : " 8:00, 4515 Wakonda Parkway, Des Moines, Iowa. Les électeurs démocrates de cette 87e circonscription à revenu moyen viennent au domicile de Mme Ellen Sisio, ici pour commencer la longue procédure de quatre mois de sélection des délégués à la Convention Nationale Démocratique."

Lors de la soirée du caucus 1972, McGovern, considéré comme un adversaire de taille pour prétendre à l'investiture de son parti, s'est classé deuxième derrière le leader national Muskie.

McGovern : " Nous ne l'avons pas pleinement réalisé jusqu'à ce que nous ayons vu la couverture médiatique des résultats. "

Une douzaine de journalistes étaient aux côtés du personnel du Parti démocrate de l'Iowa, Richard Bender, prêt à déposer pour la nuit.

Bender : " L'un de ces dizaines de journalistes était Johnny Apple du New York Times qui a écrit une grande histoire dans le New York Times, qui a été reprise par les gens de la télévision nationale, et c'était un gros problème. Mais nous ne l'avons pas fait. t, vous savez, avant cela, nous n'avions aucune idée que cela arriverait. "

McGovern : " C'était la première fois qu'un titre d'une élection apparaissait avec moi dans le sous-titre en disant que George McGovern arrivait en bonne deuxième position. "

McGovern utilisera l'élan de l'Iowa et les propres erreurs de Muskie pour revendiquer la nomination démocrate de 1972. Il perdrait finalement face au président Richard Nixon dans un glissement de terrain épique. Mais les graines d'un moment du caucus de l'Iowa avaient été semées pour le prochain homme.


Histoire du caucus de l'Iowa: George Bush dépasse les attentes contre Ronald Reagan en 1980

Seconde. James Baker : "La politique dépasse les attentes. C'est un avantage que nous avions, nos attentes étaient incroyablement basses. Notre candidat était un astérisque dans les sondages, il ne l'a pas fait – je pense qu'il le pourrait à un moment donné juste avant que les caucus de l'Iowa ne votent quelque chose comme deux ou trois pour cent, mais c'était tout."

George HW Bush : « Si un candidat fait moins bien que prévu, qu'il soit un favori ou quelqu'un d'autre, cela va signaler quelque chose aux médias nationaux. L'Iowa l'a fait avant, l'Iowa le fera à nouveau.

David Yepsen : « Il a fait le modèle Carter de juste entrer et passer du temps ici. Et je me souviens que beaucoup de journalistes l'ont fait, vous sautiez sur le siège arrière de la voiture et il y avait vous et un chauffeur et M. Bush et vous avez eu la chance de discuter et de vraiment mieux connaître les candidats. C'était une autre époque en termes de politique de presse et de relations politiques. "

David Yepsen : « Le fermier de Géorgie Jimmy Carter est arrivé dans l'Iowa, a gagné le soutien d'un grand nombre d'agriculteurs de l'Iowa.

Bush : "Eh bien vous me flattez en me traitant de banquier, j'ai été pendant un an et demi au conseil d'administration et consultant auprès d'une banque."

Doug Gross : "Je gérais la campagne de Tom Tauke et ce type m'appelle et veut faire une collecte de fonds pour Tom Tockey mais je n'avais jamais entendu parler de lui. Il avait été soi-disant directeur de la CIA mais je n'y connaissais rien. lui. Et c'était George HW Bush. Il m'appelle personnellement. Et j'appelle la station de radio, KDTH à Dubuque, et j'ai essayé d'appeler d'autres stations aussi pour essayer de les faire venir et une seule station de radio avec un peu journaliste est venu avec un petit magnétophone pour interviewer George HW Bush. Et je me souviens encore de lui, il était assis là avec les jambes croisées comme ça et il avait des chaussettes qui n'avaient pas d'élastique, elles étaient toutes baissées autour de ses pieds, et j'ai vu ses jambes. J'ai dit, qui est ce type ? Mais il s'était manifestement engagé à ce moment-là à se présenter à la présidence, alors il voulait se rendre dans l'Iowa.

Bush : " Meilleure organisation de base Cracker Jack, c'est comme ça que je vais gagner. "

Dean Borg : « Pensez-vous que Ronald Reagan est le favori en ce moment là où vous voyez le pays courir ? »

Bush : « Oui. Eh bien, seulement parce que je fais un sondage dans l'un de ces journaux que vous représentez tous et je dirais que j'irais avec tout ce qu'il dit en avril ou en mai. Mais ce n'est pas à ce moment-là que les élections vont se dérouler être. "

Ronald Reagan : « J'ai dû lancer sur le chemin du marbre. Il n'y avait qu'une chose que vous puissiez faire qui ne figure pas dans un livre de scores, je l'ai fait rater.

L'ancien gouverneur de Californie Ronald Reagan avait des racines dans le Midwest remontant à son époque en tant qu'annonceur à la radio Des Moines. Des années avant la course de 1980, les militants républicains pensaient que l'Iowa était mûr pour que Reagan entame une marche vers la nomination. Mais sa campagne avait une stratégie alternative.

Yepsen : « Je pense que la campagne Reagan était un peu lourde, un peu impériale, je pensais qu'ils étaient en bien meilleure forme qu'ils ne l'étaient.

News Reporter : "Les politiciens et les observateurs politiques sont tellement impatients de savoir qui va gagner qu'ils s'accrochent à des pailles, ou dans ce cas à un sondage de paille, réalisé par l'Iowa Daily Press Association lors de la collecte de fonds de samedi soir à Ames. 1 500 des donateurs républicains les remplis. Le plus grand votant, George Bush, qui a construit un soutien organisationnel dans l'Iowa cette année et qui a été le plus actif avec les ballons et les babioles de la campagne. Le compatriote Texan John Connolly était loin derrière. Juste derrière lui, Robert Dole. Le réfractaire de la nuit, Ronald Reagan, a terminé quatrième des sondages. Certains observateurs disent que son absence à la collecte de fonds d'Ames lui fera du mal parmi les politiciens républicains. "

Participant au sondage Straw : « Là où vous avez une organisation ou vous n'avez pas d'organisation, vous avez des partisans qui sont prêts à vous soutenir ou pas. »

News Reporter : « Et par cette mesure, George Bush a la piste intérieure de l'Iowa.

News Reporter : " L'organisateur de terrain Ed Priola a déclaré aujourd'hui depuis un bureau de campagne récemment ouvert à Cedar Rapids que le retard est intentionnel, que la campagne de Reagan commence sérieusement avec son annonce officielle ce soir. Priola a déclaré que l'ancien gouverneur de Californie, qui était connu sous le nom de Le néerlandais Reagan, alors qu'il était présentateur sportif à Des Moines il y a des années, a toujours la piste intérieure dans la course du caucus de l'Iowa. »

Reagan Campaign Staffer : "Je pense que les autres candidats commencent à s'inquiéter de l'épuisement. Nous arrivons en force. Nous avons fait tout ce que nous pouvions faire sans candidat."

Le lieutenant-gouverneur de l'Iowa, Terry Branstad, âgé de 32 ans, avait des allégeances à Reagan, mais a publiquement évité toute approbation. Alors que l'absence de Gipper sur la campagne électorale de l'Iowa s'allongeait, Branstad offrit ses conseils politiques finement réglés au directeur de campagne de Reagan, John Sears.

Terry Branstad : « En tant que lieutenant-gouverneur, je pensais, eh bien, je ne devrais pas soutenir officiellement un candidat, je voulais juste être un bon hôte. Mais évidemment, mon cœur était avec Reagan et j'appelais John Sears et j'ai dit, vous êtes Vous pensez que vous pouvez juste faire un rassemblement par district du Congrès, la campagne de Bush va partout. Et je n'ai pas pu les faire retourner mes appels téléphoniques et ils n'ont pas changé leur stratégie.

Gross: "Si vous connaissiez John Sears, c'était un gars assez arrogant et il a juste décidé qu'il n'avait pas besoin de s'occuper de l'Iowa parce qu'ils avaient l'Iowa dans le sac et qu'il allait juste gagner le New Hampshire et ce serait fini. "

Les appels des Iowa Reaganites n'ont pas été entendus. Le gouverneur de Californie doublerait sa stratégie d'éclairage de l'Iowa, refusant de participer à un débat télévisé clé au centre-ville de Des Moines.

Patrick Buchanan : "Mais ils ont gardé Reagan hors de là et il n'est pas entré et ils ne l'ont pas fait débattre dans l'Iowa. Et Sears n'avait pas l'impression qu'il avait autant de débats en lui."

Modérateur du débat : « Nous sommes sur le point de vous présenter ce que beaucoup considèrent comme le premier événement majeur de la campagne présidentielle de 1980, un débat de six candidats républicains à la présidentielle. Il est parrainé par les journaux Des Moines, le Register et Tribune et il vient juste semaines avant le premier vrai test de l'année présidentielle, les caucus de l'Iowa."

Candidat : « J'aimerais que le gouverneur Reagan soit ici, oh j'aimerais qu'il soit ici. Je ne sais vraiment pas comment il se situe sur les questions. Je lis, je regarde, j'écoute, mais je n'entends pas grand-chose. »

Bush : « Je ne crois pas qu'être au Congrès tout le temps soit la solution. J'y ai été assez longtemps pour savoir comment cela fonctionne, mais pour ne pas faire partie du problème à mon avis.

Bob Dole : « Je voulais corriger George Bush qu'il ne faisait pas partie du problème, il a essayé de faire partie du problème mais il a perdu cette course au Sénat au Texas. Et je veux dire au gouverneur Reagan, où que vous soyez, J'espère que vous vous amusez ce soir, parce que nous le sommes. Et si vous cherchez un Ronald Reagan plus jeune, avec de l'expérience, je suis là.

Reporter d'actualités : « . pour entendre votre point de vue, en écrivant pour un magazine d'actualités national, quelle serait votre avance sur cet événement ? »

Hugh Sidey : "Eh bien, Robin, je pense que je n'écrirais pas de gagnants mais peut-être un perdant en l'absence, M. Reagan."

Journaliste : « Dean Borg, journaliste de l'Iowa PBS dans le hall du Civic Center. Dean ? »

Dean Borg : « James Baker, qui dirige la campagne Bush, qu'avez-vous accompli ici ce soir en distinguant votre homme de celui qui est reconnu comme le favori ?

Baker : « Eh bien, Dean, je serais très heureux d'accepter l'analyse que Hugh et John, vos commentateurs, viennent de mettre sur l'ensemble du programme. Je pense que le fait que le gouverneur Reagan ne soit pas ici le blessera dans l'Iowa et peut-être ailleurs. dans le pays. Nous sommes heureux de toute opportunité que nous avons d'apparaître sur la même plate-forme avec l'un de nos concurrents. "

Baker : "Nous n'étions pas tellement concentrés sur la stratégie ou le manque de stratégie de Reagan, après tout, il était un favori extrêmement prohibitif. Il était plus grand que nature, le gorille de 800 livres dans la course, et nous étions plus concentrés sur ce que nous essayaient de faire que ce que Reagan faisait ou ne faisait pas. Mais il est vrai que nous avons remarqué qu'il n'était pas aussi détaillé que nous l'étions dans l'Iowa, mais nous avons également estimé qu'il n'avait probablement pas à l'être. doivent être. Et nous l'avons battu. "

Bush : « Je sais qu'il y a un certain risque à dire cela, mais maintenant que le peuple américain le comprend, nous devons renforcer plutôt qu'affaiblir la communauté du renseignement de ce pays. »

Buchanan : " J'étais dans l'Iowa en 1980 pour le couvrir quand j'étais à la radio et j'étais dans cet hôtel du centre-ville où Bush résidait. Bush est monté dans l'ascenseur et ce jour-là, ce matin-là, il a dit, j'ai la grosse moque. Le grand élan."

Reporter: "Près de la moitié des caucus républicains de l'Iowa sont détenus dans des maisons privées. Celui-ci à un mile et demi à l'est d'Elkhart dans la cuisine de Nancy Huxburg."

Participant au caucus : « J'aime bien Reagan mais je pense qu'il est trop vieux. »

Alors que le vote du caucus de 1980 commençait à se rassembler au siège du Parti républicain de l'Iowa, Bush a pris les devants et a déclaré la victoire.

Bush : « Le rêve impossible, l'astérisque de tous ces sondages, il y a tout juste quatre mois. »

Participant du caucus : " Bush 110, Reagan 38."

George Bush est donc clairement le favori ici parmi ces républicains.

Reagan était en Californie pour minimiser l'importance de l'Iowa.

Reagan : « Un vote de paille qui ne représente pas forcément. »

Buchanan : « J'ai parlé à mon ami Sears, qui était un vieil ami à moi depuis l'époque de Nixon, j'ai dit, John, que s'est-il passé ? Il a dit, nous avons obtenu autant de votes que prévu, il en a simplement obtenu plus que nous.

Yepsen : " L'une des choses intéressantes que les gens de Reagan vous diront à propos de 1980, c'est qu'ils pensent qu'ils se sont fait avoir dans l'Iowa. "

Le système de signalement du Parti républicain de l'Iowa a été construit sur une toute nouvelle technologie informatique conçue pour compiler les données téléphoniques provenant des coins urbains et ruraux de l'Iowa.

Steve Roberts : « Nous l'avons fait dans le but de donner une réponse rapide aux nombreuses personnes qui voulaient savoir ce qui s'était passé lors de 2 531 réunions différentes ou quelle était la force. Et un jour ou deux plus tard, ce n'était pas assez rapide. le moyen le plus rapide que nous puissions trouver."

Malgré les meilleures intentions de fiabilité, le système a finalement échoué la nuit du caucus.

Nous n'avons pas pu tirer grand-chose de la partie ouest de l'État où nous nous attendons à être assez forts.

Yepsen : " Bush a pris une avance rapide, juste au moment où ce vote tardif a commencé à arriver dans les ordinateurs qui se sont écrasés, et aucun espoir réel de les relancer et les journalistes sont, je dois écrire une avance, Bush a gagné. "

Gross : « Sans eux qui ont arrêté le décompte dans certains de ces comtés ruraux en 1980, nous n'aurions pas eu le -- il n'aurait pas été vice-président, il n'aurait pas été président, W n'aurait probablement pas été président. "

Yepsen : « Pensez à quel point l'histoire américaine aurait été différente si Reagan avait remporté les caucus de l'Iowa en 1980. Toute la dynastie Bush n'aurait jamais commencé. »

Reagan avait exagéré sa main et il écrira plus tard que les caucus de l'Iowa ont été parmi les jours les plus sombres de toute la campagne de 1980. Il limogerait le directeur de campagne John Sears quelques jours plus tard et triompherait dans le New Hampshire. La victoire de l'Iowa a catapulté Bush dans le rôle de principal challenger de Reagan, et il a finalement fait campagne pour le ticket républicain gagnant à l'automne 1980. James Baker, un adversaire de la campagne, deviendrait le chef de cabinet du président Reagan.

Leur challenger dans quatre ans commencerait sa quête de la présidence au même endroit.


Les caucus de l'Iowa : un accident de l'histoire

Qu'est-ce qu'un caucus ? Et que se passera-t-il au caucus? Obtenez les détails et découvrez en quoi les caucus républicain et démocrate sont différents dans le premier caucus de l'Iowa au pays.

Jimmy Carter fait campagne dans l'Iowa sur cette photo d'archive de 1976. (Photo : The Des Moines Register)

La politique et l'histoire fonctionnent de manière mystérieuse.

Prenez les caucus de l'Iowa, par exemple.

Lundi soir, les habitants de l'Iowa voteront pour les tout premiers votes de l'élection présidentielle de 2016 – un pouvoir qui leur a été légué par un délégué démocrate qui régit le combat des années 1960 et les ambitions d'un homme politique prometteur nommé Jimmy Carter en 1976.

"Il a vraiment créé le moment de transformation", a déclaré Julian Zelizer, biographe de l'homme qui a été le pionnier des caucus de l'Iowa et est devenu le 39e président du pays.

Histoire des caucus de l'Iowa | DesMoinesRegister.com

La primauté de l'Iowa au firmament politique irrite certains résidents des 49 autres États. Pourtant, il est peu probable que cela change de sitôt, car les partis politiques, les médias et les candidats à la présidentielle eux-mêmes se combinent pour faire des caucus de l'Iowa une institution centrale.

À certains égards, l'influence des caucus de l'Iowa découle de la tumultueuse convention démocrate de 1968 à Chicago. Les critiques ont protesté contre la façon dont les courtiers du pouvoir démocrate contrôlaient le processus de nomination, y compris la sélection des délégués à la convention.

Un policier de Chicago et un autre homme se débattent avec un manifestant lors de la Convention nationale démocrate de 1968 à Chicago. (Photo: Associated Press)

Le parti a répondu avec de nouvelles règles sur la sélection des délégués, des changements qui ont essentiellement forcé l'Iowa à modifier le calendrier d'un système de caucus qu'il utilisait depuis le milieu du XIXe siècle.

Lorsque les démocrates de l'Iowa ont déplacé leurs caucus de 1972 à janvier, le candidat et futur candidat démocrate George McGovern – qui avait été impliqué dans les changements de règles – s'est rendu dans l'État de Hawkeye pour faire campagne.

Les efforts de McGovern ont attiré l'attention des collaborateurs sur le gouverneur de Géorgie alors peu connu : Jimmy Carter.

Après avoir annoncé sa candidature présidentielle de longue haleine à la fin de 1974, Carter a commencé à parcourir l'Iowa, à recruter des volontaires, à apparaître sur les télévisions locales et à la radio et à créer des événements organisés qui ont commencé à attirer une couverture médiatique – essentiellement la même chose qui se passe aujourd'hui.

Suivi du sondage présidentiel USA TODAY 2016

Caucus de l'Iowa | Le Registre Des Moines | DesMoinesRegister.com

C'est Carter qui a fait des caucus de l'Iowa "un événement multimédia important", a déclaré Zelizer.

Carter a remporté l'Iowa en 1976 – en quelque sorte. Il a terminé devant les autres candidats démocrates, mais derrière une liste de délégués "non engagés". Pourtant, l'attention portée à Carter a contribué à le propulser à la présidence et a inspiré les candidats successeurs, dont Barack Obama en 2008.

Carter a également servi de modèle pour les candidats républicains.

En 1980, l'ancien membre du Congrès, diplomate et directeur de la CIA George H.W. Bush a bouleversé le favori prohibitif Ronald Reagan dans l'Iowa, une victoire qui a fait de Bush un acteur majeur dans cette course et a contribué à sa sélection en tant que colistier de Reagan. (Une question de salon politique : où serait la famille Bush aujourd'hui si H.W. Bush n'avait pas pris l'Iowa en 1980 ?)

À ce moment-là, l'Iowa était à égalité avec la primaire « première du pays » du New Hampshire – et a commencé à recevoir des critiques de la part des électeurs d'autres États. Selon un Consultation du matin sondage publié cette semaine, 50% des électeurs ont déclaré qu'ils soutiendraient la réduction de l'influence de l'Iowa et du New Hampshire dans le processus de nomination présidentielle.

Quiz de flash-back sur les élections : 8 façons de vous distraire de la course 2016

Les résidents de l'Iowa, quant à eux, ont déclaré qu'ils aimaient l'arrangement.

Comme leurs homologues du New Hampshire, les électeurs de l'Iowa ont déclaré que leur État était suffisamment petit pour que les candidats puissent se déplacer et voir beaucoup de monde. Les électeurs, à leur tour, voient beaucoup de candidats et prennent le processus au sérieux.

"Les gens qui vont aux caucus ont vraiment fait leurs devoirs", a déclaré Molly Tedesco, 72 ans, une enseignante suppléante de Johnston qui s'est présentée un soir de neige pour assister à une mairie de Marco Rubio.

La concentration sur un État donne à des candidats moins connus et moins financés une chance d'émerger, tout comme Carter l'a fait dans l'Iowa en 1976, ont déclaré les électeurs.

Le sénateur John Kerry, D-Mass. rend hommage à la foule lors d'une soirée de victoire à Des Moines après avoir remporté les caucus de l'Iowa en 2004. (Photo: M. Spencer Green, AP)

John Kerry s'est rallié à Howard Dean lors des caucus démocrates de 2004 et a remporté la nomination présidentielle du parti cette année-là. Obama parle affectueusement de l'Iowa pour avoir lancé sa campagne présidentielle réussie en 2008.

Bob Dole a émergé comme un candidat présidentiel majeur après avoir remporté les caucus républicains en 1988. La victoire du caucus de George W. Bush en 2000 a lancé sa campagne finalement réussie.

Amy LeWarne, 52 ans, une infirmière diplômée en soins palliatifs qui a assisté à un événement de Donald Trump dans un gymnase d'un lycée de Marshalltown, a déclaré que les caucus de l'Iowa sont devenus une tradition, 40 ans après que Carter les a mis sur la carte politique.

LeWarne a également noté qu'elle vivait dans l'Oklahoma et n'a jamais vu de candidats à la présidentielle.


Pourquoi le caucus de l'Iowa est-il si important ?

À l'automne et au début de l'hiver tous les quatre ans, les États-Unis portent toute leur attention sur l'État de l'Iowa. Le Des Moines Register a le genre d'influence politique que vous attendez normalement du Washington Post ou du New York Times lorsque son comité de rédaction annonce quel candidat présidentiel le journal approuve officiellement.

Les Joes et Janes moyens discutent avec des correspondants nationaux de l'extérieur de la ville autour d'un café et d'une tarte dans les restaurants locaux sur les questions les plus importantes pour eux. Et presque tous les candidats à la course présidentielle américaine se rendent pratiquement dans l'État pour passer des mois à faire campagne dans tout l'Iowa.

Mais pourquoi? Qu'est-ce qui rend le caucus de l'Iowa si important ? Après tout, l'Iowa n'est qu'un État par ailleurs calme et largement agricole. Et l'Iowa ne représente pas nécessairement une section transversale diversifiée de l'Amérique (la population de l'État est à plus de 90 pour cent blanche).

L'une des raisons pour lesquelles l'Iowa attire autant l'attention au cours d'une année de campagne présidentielle est que le caucus de l'Iowa ne ressemble à aucun autre.

Qu'est-ce qu'un caucus ?

Les systèmes de caucus démocrate et GOP dans l'Iowa sont différents. Dans le système du caucus démocrate, les électeurs inscrits ne se contentent pas de se rendre à leur bureau de vote désigné et, eh bien, de voter. Au lieu de cela, ils assistent à des réunions publiques, généralement organisées dans les gymnases des écoles, les églises et les bibliothèques publiques, et même les restaurants et les casernes de pompiers, pour choisir leur candidat présidentiel en se tenant dans une section de la salle consacrée à leur candidat. Si un groupe de préférences n'a pas suffisamment de personnes pour être considéré comme « viable » (généralement 15 % des participants), les participants au caucus peuvent rejoindre un autre groupe ou essayer de convaincre les gens de rejoindre leur groupe afin d'atteindre l'objectif de 15 %. . Les délégués sont attribués aux derniers groupes de préférences viables en fonction de leur taille.

Pour le caucus de l'Iowa 2020, le Parti démocrate de l'Iowa (IDP) a apporté les changements les plus historiques au processus depuis sa création en 1972. Pour la première fois, les démocrates de l'Iowa enregistrés pourront participer à travers six "caucus virtuels" par téléphone ou smart dispositif. Ils classeront jusqu'à cinq choix pour le président et le résultat total des six caucus virtuels représentera 10 pour cent des délégués du caucus de l'Iowa.

"Le Parti démocrate de l'Iowa a toujours cherché des moyens d'améliorer le processus de notre caucus, et aujourd'hui, nous préparons le terrain pour que les caucus de l'Iowa 2020 soient les caucus les plus accessibles, transparents et réussis de l'histoire de notre parti", Troy Price, président du Parti démocrate de l'Iowa. a déclaré dans un communiqué de presse. "Bien que nous continuerons toujours à améliorer le processus du caucus, je suis convaincu qu'avec ces changements historiques, nous donnons à plus d'Iowans un moyen de participer aux caucus, nous augmentons la transparence et la confiance, et nous rationalisons notre processus."

Le processus du caucus du GOP dans l'Iowa est beaucoup plus simple. Les spectateurs du caucus votent simplement pour leur candidat à la présidence et les délégués sont divisés proportionnellement à la Convention nationale républicaine.

Mais l'Iowa n'est pas le seul État à organiser un caucus pour sélectionner les candidats de son parti à la présidence des États-Unis. Neuf autres États et trois territoires américains choisiront également le candidat présidentiel via le caucus en 2020. Les autres États et territoires organiseront des élections primaires pour choisir leur candidat démocrate, qu'ils présenteront lors des conventions politiques nationales.

Pourtant, les votes exprimés par les résidents qui se présentent pour le caucus de l'Iowa sont si convoités que les agences de presse et les organisations politiques effectuent fréquemment des sondages pour savoir ce que pensent les Iowans.

Pourquoi l'Iowa est-il si important ?

Encore une fois, qu'est-ce qui rend l'Iowa si important ? La réponse la plus simple est peut-être que l'Iowa est le premier État de la nation à montrer son soutien aux candidats. Le sénateur George McGovern, le candidat démocrate aux élections de 1972, expliqua ainsi l'importance de l'Iowa : « L'Iowa est terriblement important. C'est le premier test dans le pays, où nous obtenons n'importe quel test. »

Ce test vient de vrais électeurs de tous les jours. Le niveau de soutien qu'un candidat reçoit dans l'Iowa donne une indication raisonnable de ses performances avec le reste des électeurs américains. La pensée traditionnelle veut que si les Iowans d'Amérique centrale soutiennent un candidat, alors ce candidat a une chance avec le reste de la nation.

Les résultats dans l'Iowa peuvent également indiquer à un candidat comment sa plate-forme résonne auprès des électeurs. Le timing précoce donne aux candidats le temps d'apporter des ajustements à leurs messages de campagne si la réponse des électeurs indique qu'ils en ont besoin. Une très mauvaise performance dans l'Iowa pourrait forcer certains candidats à se retirer de la course.

Une forte performance dans l'Iowa envoie également un message aux chefs de parti nationaux. Chaque parti cherche un candidat sérieux pour la Maison Blanche, et une bonne réponse de l'Iowans aide à cimenter les chances d'un candidat de remporter l'investiture nationale. Être le premier dans la nation est certainement important. Mais l'Iowa n'a pas toujours été le premier et les votes exprimés par ses résidents dans le caucus n'ont pas toujours été si importants.

En 1972, le Parti démocrate a modifié son calendrier et l'Iowa est devenu le premier État à tenir son caucus. L'attention qui en a résulté pour les démocrates était suffisamment grande pour que le Parti républicain ait également fait de l'Iowa la première place aux élections de 1976, et depuis lors, l'importance de l'Iowa a augmenté à chaque cycle électoral.

Mais dire que l'importance du caucus de l'Iowa est entièrement due à son statut de premier dans la nation serait une erreur. Les analystes politiques soulignent un autre facteur qui renforce l'Iowa tous les quatre ans. Lisez à ce sujet à la page suivante.


Pendant que vous sonnez en été, n'oubliez pas de vous souvenir de l'importance de ce que nous avons prévu.

La maison des libres à cause des braves.

"Le drapeau américain ne flotte pas parce que le vent le déplace. Il flotte du dernier souffle de chaque soldat mort en le protégeant."

À l'heure actuelle en Amérique, nous avons actuellement plus de 1,4 million d'hommes et de femmes courageux inscrits activement dans les forces armées pour protéger et servir notre pays.

Actuellement, il y a une augmentation du taux de 2,4 millions de retraités de l'armée américaine

Environ, il y a eu plus de 3,4 millions de morts de soldats combattant dans les guerres.

Chaque année, tout le monde attend avec impatience le week-end du Memorial Day, un week-end où les plages deviennent surpeuplées, les gens allument leurs grills pour un barbecue ensoleillé et amusant, simplement une augmentation des activités estivales, comme "avant-match" avant le début de l'été.

Beaucoup d'Américains ont oublié la vraie définition de pourquoi nous avons le privilège de célébrer le Memorial Day.

En termes simples, le Memorial Day est un jour pour faire une pause, se souvenir, réfléchir et honorer les morts qui sont morts en protégeant et en servant pour tout ce que nous sommes libres de faire aujourd'hui.

Merci d'avoir avancé, alors que la plupart auraient reculé.

Merci pour les moments que vous avez manqués avec vos familles, afin de protéger les miens.

Merci de vous être impliqué, sachant que vous deviez compter sur la foi et les prières des autres pour votre propre protection.

Merci d'être si altruiste et d'avoir mis votre vie en danger pour protéger les autres, même si vous ne les connaissiez pas du tout.

Merci d'avoir persévéré et d'avoir été bénévole pour nous représenter.

Merci pour votre dévouement et votre diligence.

Sans vous, nous n'aurions pas la liberté qui nous est accordée maintenant.

Je prie pour que vous ne receviez jamais ce drapeau plié. Le drapeau est plié pour représenter les treize colonies d'origine des États-Unis. Chaque pli porte sa propre signification. Selon la description, certains plis symbolisent la liberté, la vie, ou rendent hommage aux mères, pères et enfants de ceux qui servent dans les forces armées.

Tant que vous vivez, priez continuellement pour les familles qui reçoivent ce drapeau alors que quelqu'un vient de perdre une mère, un mari, une fille, un fils, un père, une femme ou un ami. Chaque personne signifie quelque chose pour quelqu'un.

La plupart des Américains n'ont jamais combattu dans une guerre. Ils n'ont jamais lacé leurs bottes et sont allés au combat. Ils n'avaient pas à s'inquiéter de survivre jusqu'au lendemain, car des coups de feu ont éclaté autour d'eux. La plupart des Américains ne savent pas à quoi ressemble cette expérience.

Cependant, certains Américains font comme ils se battent pour notre pays tous les jours. Nous devons remercier et nous souvenir de ces Américains parce qu'ils se battent pour notre pays tandis que le reste d'entre nous reste en sécurité chez nous et loin de la zone de guerre.

Ne prenez jamais pour acquis que vous êtes ici parce que quelqu'un s'est battu pour que vous soyez ici et n'oubliez jamais les gens qui sont morts parce qu'ils vous ont donné ce droit.

Alors, alors que vous êtes en train de célébrer ce week-end, buvez à ceux qui ne sont pas avec nous aujourd'hui et n'oubliez pas la vraie définition de la raison pour laquelle nous célébrons le Memorial Day chaque année.

"…Et si les mots ne peuvent rembourser la dette que nous devons à ces hommes, nous devons sûrement nous efforcer, par nos actions, de garder foi en eux et en la vision qui les a conduits au combat et au sacrifice final."


Le caucus de l'Iowa est-il (en quelque sorte) controversé ?

À droite : le caucus de l'Iowa n'est pas parfait. En raison de son rôle démesuré dans l'influence sur la façon dont les candidats sont perçus pour le reste de la course, l'Iowa est régulièrement critiqué pour être beaucoup plus rural et plus blanc que de nombreuses régions du pays où vivent les gens.

Ses règles sont également la cible fréquente de critiques, car voter dans un caucus est beaucoup plus difficile, nécessitant plus de temps pendant une partie particulière de la journée, sans flexibilité, que de voter dans une élection typique ailleurs.

𠇊s une personne noire,” un électeur de l'Iowa a dit L'Atlantique récemment, “I ne pense pas que l'Iowa soit le premier à donner le ton et à mettre les candidats sur scène et à les propulser vers la candidature—Je ne pense pas que ce soit juste.”

Le processus du caucus a aussi des partisans.

« Ceux qui disent que les voix diverses ne sont pas entendues doivent passer plus de temps ici dans l'Iowa », a déclaré le président du Parti démocrate de l'Iowa, Troy Price. Le New York Times. « Tout le monde pense que la seule chose dont parlent les habitants de l'Iowa est le maïs et que la seule chose dont nous parlons est l'économie agricole, et ce n'est tout simplement pas vrai. »

La stratège démocrate Donna Brazile a fait valoir que l'histoire et les procédures de l'Iowa rendent ses membres du caucus particulièrement délibératifs pour la tâche à accomplir.

"Bien que cela ne ressemble pas à l'Amérique, quand ils prennent en considération les qualités et les valeurs que nous recherchons chez un candidat, je pense qu'ils représentent ce qu'il y a de mieux dans notre pays", a-t-elle déclaré au Fois. “Ils sont intelligents et ils prennent ça au sérieux.”


Résultats finaux du caucus de l'Iowa : Pete Buttigieg gagne

Les résultats définitifs de l'Iowa Caucus sont enfin définitifs : Pete Buttigieg a (encore) gagné.

This evening, the Iowa Democratic Party released the results of the recount requested by Bernie Sanders and Pete Buttigieg’s campaigns for 23 precincts. They reported that 19 results at the county delegate level were changed, but overall, it only slightly changed things in favor of Buttigieg, who already had an extremely narrow lead. Those changes can be viewed here.

The final state delegate equivalent totals have Buttigieg at 562.954 and Sanders at 562.021. Compared to the most recent numbers following the recanvass, it appears that both candidates lost a small fraction of SDEs. Buttigieg was then at 563.207 and Sanders at 563.127.

That changes Buttigieg’s initial 0.003% victory after the recanvass to a commanding 0.04% win now.

This means that Buttigieg will maintain a national delegate lead of two in Iowa (14 to Sanders’ 12), with the statewide win netting him a delegate. Buttigieg’s advantage in Iowa’s 3rd and 4th congressional districts already gave him a one-delegate lead from the congressional delegates, offsetting Sanders’ advantage in Iowa’s 2nd District.

The IDP State Central Committee will meet on Saturday to officially certify the results.

While it has now taken three and a half weeks to determine the final result, it’s noteworthy that the process likely would have played out like this even with the caucus night reporting breakdown (or had this been a primary state). Sanders and Buttigieg simply finished incredibly close to one another in the SDE totals to where it’s unlikely a winner could have been called had results come out normally on Feb. 3 and a recanvass and recount would have occurred anyway.

For the first time ever in the Democratic Iowa caucuses, the IDP’s new DNC-mandated rules called for having a paper ballot at precincts in order to create a paper trail if a recount was necessary. It was seen as providing an extra layer of transparency, but the implementation of it may have been lacking. Numerous attendees and volunteers at precincts reported caucus-goers filling out both the first and second ballot before realignment, some not filling them out at all and some people not turning in their ballots afterward.

So, while this recount effort in a limited number of precincts had party officials and neutral observers go through the ballots submitted, it’s not clear that this resulted in any more of an accurate accounting of what happened on caucus night.

Previously, Iowa Democrats conducted a recanvass of dozens of precincts at the request of the two campaigns in which they corrected data entry errors or misapplied rules that led to incorrect delegate allocations. Some other problems, like where viability was incorrectly calculated, couldn’t be changed after the fact.

The New York Times identified errors in around 10% of all the precincts in Iowa, many of which simply weren’t challenged by the campaigns (because it wouldn’t benefit them), and the party had no process in which to change many of the issues.

That recanvass led to results updates to 29 precincts, which narrowed Buttigieg’s lead down to a mere 0.003% over Sanders in the SDEs.

Sanders’ leads in the popular vote on the first and second alignments were never in question. He led by about 6,100 votes on the first alignment and 2,500 on the second.

Unlike in past years, there will not be multiple chances for candidates to shift the number of national delegates awarded to each in later county and district/state convention rounds. New rules implemented by the IDP for this cycle keeps the number of national delegates set based on what happened on caucus night throughout the process.

While initial results, first released late afternoon the day after the caucus, showed Buttigieg narrowly leading after all the results were in, the fact that it took several days for 100% of precincts to be accounted for blunted the impact of Buttigieg’s initial victory. Still, questions would have remained given the closeness of the race, which Buttigieg now has won.


The history behind Iowa as the first presidential caucus

In just over a month on Feb. 3, Iowans will gather as they do every four years on what is usually a frigid cold night, to take part in the nation’s first presidential caucus.

DES MOINES - In just over a month on Feb. 3, Iowans will gather as they do every four years on what is usually a frigid cold night, to take part in the nation’s first presidential caucus. 

But some voters around the nation are still confused as to what exactly a caucus is. 

�ucuses are fundamentally different from primaries,” professor Ross Baker of Rutgers University said.

“They are basically group meetings under a single roof, whereas a primary election looks most like any election - people go into the polls on election day,” he continued.

A woman dressed as a suffragette casts her ballot for the midterm elections at the Polk County Election Office on Oct. 8, 2018 in Des Moines, Iowa. (Photo de Scott Olson/Getty Images)

But instead of going to the polls, people from the same party will hold a series of meetings to convince other voters to support their candidate. 

“I actually really like the system that Iowa has with the caucuses, I think it’s absolutely fascinating, it gets people of the same neighborhood together to choose a nominee,” said Democratic strategist Matt Littman. 

The Iowa Caucus became prominent as a nominating contest after then little-known candidate Jimmy Carter won in 1976 — and later went on to win the White House. 

Ever since, most campaigns will pour huge resources into Iowa to make a first, second or even third place finish, which they hope will propel them to more wins in the primaries that follow. 

This year, there has been some controversy over whether the state, which is predominantly white, is representative of the rest of the country — and whether the date of the caucus should be changed. 

“I don’t believe that forever we should be married to Iowa and New Hampshire going first and that’s just the truth of the way I see it,” said Julian Castro, a Democratic presidential candidate. 

But for now, the party officials have not signaled any willingness to change the order of the caucus from being first in line. Political observers also point out its relevance was felt in just the last presidential election. 

�rtainly Donald Trump’s performance, which shocked a lot of people in 2016 launched his campaign – which was a very improbable campaign from the very beginning,” Baker said. 

Subsequently, many have been critical of the strategy of former New York Mayor Michael Bloomberg, who is skipping Iowa and New Hampshire to concentrate instead on Super Tuesday. He’s waiting for that date in March, when over a dozen states will hold contests, to make a play for votes. 

Bloomberg, who has long considered a White House bid, sits atop a sprawling business empire and is worth more than $50 billion, easily making him the wealthiest candidate in the contest.

He has been laying the groundwork for a campaign for months and has flooded primary states with over $100 million worth of radio and TV advertising since entering the race last month. 

The Associated Press and Stringr contributed to this report. This story was reported from Los Angeles. 


Contenu

As the event was a closed caucus, only Iowans registered as Democrats could vote. However, Iowans who did not register as Democrats before the caucus day could still register as such on caucus night itself at their designated precinct, thereby gaining full voting rights at the event. The votes are cast by physically standing in a section of the caucus site corresponding to the preferred candidate. Proxy voting or absentee voting (i.e. by mail or through participation in a preceding "virtual caucus") was not allowed. [26] [27]

1,678 Iowa precinct caucuses and 87 satellite caucuses around the world (organized as alternative voting sites for registered Democratic Iowans who were unable to vote locally at their precinct caucus) were held, with doors being closed at 7:00 pm CST on February 3, 2020, in order to elect precinct delegates for the subsequent county conventions and allocate the state's 41 pledged national convention delegates based upon the proportional accumulative result of all the precincts. [26] [27]

Precinct caucus procedures Edit

In all precinct caucuses that elect more than one county convention delegate, the presidential candidates must meet a viability threshold within the individual precinct in order to qualify as a viable candidate. The thresholds are: [26] [27]

  • a minimum of 25% for precincts electing only two delegates
  • a minimum of 16.66% for precincts electing only three delegates [g] and
  • a minimum of 15% for the majority of precincts electing more than three delegates.

After the first round of voting, supporters of viable candidates have their votes locked to their chosen candidate, while the supporters of non‑viable candidates are allowed through a second final round of voting (called realignment) to transfer their vote either to an already‑viable candidate or to a non‑viable group as long as they make it viable. If the number of viable groups formed in the first round or final round exceeds the number of electable county convention delegates in the precinct, then the smallest viable group(s) are forced to realign until the number of viable groups no longer exceeds the number of delegates. Precinct caucuses that elect a single county convention delegate have no viability threshold and thus do not need to go through realignment, but instead elect their single delegate based upon a simple majority vote expressed by the "first alignment" round. [26] [27]

After the final realignment round has ended and the correct maximum number of viable groups formed, then each of those viable groups (supporting a candidate or being uncommitted) elects the county convention delegate(s) their group won according to its proportional percentage share of the qualified votes won after the final alignment in the local precinct. However, due to rounding errors, it is still possible, by following the outlined calculation procedure, that the total number of county convention delegates awarded by the precinct will be higher or lower than the delegate number to which the precinct is entitled. Therefore, as a last correctional step, the viable groups might also gain or lose a delegate depending on the size of their calculated delegate fraction before rounding in order to compensate for the rounding issue. In this last correctional rounding procedure, a special rule ensures that a group can never lose its only county convention delegate won (meaning that a fractional 0.5 delegate calculated to have been won by a group will always be rounded up to one, even when other larger groups are calculated to have higher fractions). [26]

A summary in the table below, display the ratio between state delegate equivalents (SDE's) and county convention delegates (CCD) for all of Iowa's 99 counties. Each county has a different SDE ratio per county convention delegate, with the most populous counties having the highest SDE ratio and the least populous counties having the lowest SDE ratio. The ratio is used when each county converts the results of won county convention delegates into the number of won SDE's. The use of a different ratio in each county mean, that some county convention delegates will be counted to be more worth in SDE-terms compared to their fellow county convention delegates elected in other counties (similar to the principle of the United States Electoral College, where it is possible to win the popular vote without winning the race deciding delegate count). [28]

County convention delegates and SDEs [28]
County CD Precincts CCD SDE SDE/CCD ratio
Adair CD3 5 51 4 0.078
Adams CD3 5 35 3 0.086
Allamakee CD1 11 90 7 0.078
Appanoose CD2 12 75 6 0.080
Audubon CD4 2 30 3 0.100
Benton CD1 19 200 15 0.075
Faucon noir CD1 62 500 101 0.202
Boone CD4 15 100 19 0.190
Bremer CD1 13 75 17 0.227
Buchanan CD1 15 95 13 0.137
Buena Vista CD4 10 45 9 0.200
Butler CD4 8 60 7 0.117
Calhoun CD4 10 60 5 0.083
Carroll CD4 13 100 11 0.110
Cass CD3 12 50 6 0.120
Cèdre CD2 12 70 12 0.171
Cerro Gordo CD4 26 175 31 0.177
Cherokee CD4 7 55 6 0.109
Chickasaw CD4 13 100 7 0.070
Clarke CD2 7 50 4 0.080
Clay CD4 12 85 8 0.094
Clayton CD1 14 60 10 0.167
Clinton CD2 26 140 31 0.221
Crawford CD4 8 40 6 0.150
Dallas CD3 34 140 58 0.414
Davis CD2 8 100 3 0.030
Décatur CD2 7 85 4 0.047
Delaware CD1 12 120 9 0.075
des moines CD2 16 75 27 0.360
Dickinson CD4 15 80 10 0.125
Dubuque CD1 35 270 72 0.267
Emmet CD4 11 35 4 0.114
Fayette CD1 25 100 12 0.120
Floyd CD4 8 90 10 0.111
Franklin CD4 12 90 5 0.056
Fremont CD3 5 40 3 0.075
Greene CD4 7 50 6 0.120
Grundy CD4 7 60 6 0.100
Guthrie CD3 8 70 6 0.086
Hamilton CD4 8 90 9 0.100
Hancock CD4 10 50 5 0.100
Hardin CD4 8 125 9 0.072
Harrison CD4 13 75 7 0.093
Henri CD2 9 150 10 0.067
Howard CD1 9 35 5 0.143
Humboldt CD4 9 45 4 0.089
Ida CD4 7 20 3 0.150
Iowa CD1 11 100 10 0.100
Jackson CD1 16 70 12 0.171
Jasper CD2 20 200 23 0.115
Jefferson CD2 12 55 12 0.218
Johnson CD2 57 400 162 0.405
Jones CD1 14 75 12 0.160
Keokuk CD2 15 35 4 0.114
Kossuth CD4 20 90 8 0.089
Lee CD2 22 150 21 0.140
Linn CD1 86 430 189 0.440
Louisa CD2 5 50 5 0.100
Lucas CD2 7 55 4 0.073
Lyonnais CD4 8 30 3 0.100
Madison CD3 9 75 9 0.120
Mahaska CD2 11 50 8 0.160
Marion CD2 17 100 18 0.180
Maréchal CD1 19 150 24 0.160
Moulins CD3 11 45 7 0.156
Mitchell CD1 12 80 6 0.075
Monona CD4 11 80 4 0.050
Monroe CD2 7 65 3 0.046
Montgomery CD3 7 50 4 0.080
muscat CD2 23 150 25 0.167
O'Brien CD4 9 55 4 0.073
Osceola CD4 8 30 3 0.100
Page CD3 8 75 6 0.080
Palo Alto CD4 6 60 5 0.083
Plymouth CD4 13 40 9 0.225
Pocahontas CD4 7 50 3 0.060
Polk CD3 177 1,401 392 0.280
Pottawattamie CD3 46 400 48 0.120
Poweshiek CD1 9 100 14 0.140
Bague Or CD3 7 80 3 0.038
Sac CD4 9 60 4 0.067
Scott CD2 63 300 124 0.413
Shelby CD4 9 100 5 0.050
Sioux CD4 16 80 7 0.088
Story CD4 43 200 83 0.415
Tama CD1 15 85 11 0.129
Taylor CD3 7 30 3 0.100
syndicat CD3 8 80 6 0.075
Van Buren CD2 8 30 3 0.100
Wapello CD2 22 200 18 0.090
Garenne CD3 31 150 35 0.233
Washington CD2 10 70 13 0.186
Wayne CD2 4 40 3 0.075
Webster CD4 28 240 20 0.083
Winnebago CD4 10 40 6 0.150
Winneshiek CD1 11 125 16 0.128
Woodbury CD4 44 240 51 0.213
Valeur CD1 7 75 5 0.067
Wright CD4 10 45 6 0.133
Total (99 counties) 4 1678 11,402 2,107 0.185

Satellite caucus procedures Edit

For the first time in the history of the Iowa caucuses, satellite caucuses around the world (60 in-state and 27 out-of-state) were all organized on election day February 3, as alternative voting sites for registered Democratic Iowans who were unable to vote locally at their precinct caucus. The list below display all types of satellite sites (of which most were open for participation of all Iowans, while some were closed caucuses only for those with a private residence or workplace affiliation): [26] [29]

  • 14 working-related sites
  • 24 student sites on college campuses
  • 29 sites accommodating accessibility needs (including aging service centers)
  • 11 sites accommodating language and culture needs
  • 9 out-of-state sites accommodating Iowans wintering in another state

Doors at most satellite caucuses closed at 7:00 pm CST while some satellite caucuses however closed doors a few hours earlier or later (between 10 am to 8:30 pm CST of the same day). [29]

Iowa Democrats who are out-of-state on February 3 and want to participate in an out-of-state satellite caucus, as well as those who were in-state but were unable to attend their precinct caucus and therefore have to take part in an early in-state satellite caucus before 6:00 pm CST, all need to pre-register their attendance for these satellite events (including a membership of the Democratic Party) by January 17, 2020. Iowans who instead attend an in-state satellite caucus at 7:00 pm CST or later, however, do not need to pre-register attendance and party membership, as they will be granted the same opportunity as precinct caucusgoers to change their party registration at the door. Those Iowans who participate in any form of satellite caucus will be barred from participating in their designated precinct caucus. [26] [29]

The voting procedure for satellite caucuses was largely identical to the one used for precinct caucuses. However, it differs by the fact that no real county convention delegates are elected instead, each satellite caucus will be granted a number of "virtual county delegates" depending on the number of caucus attendees: [26]

Number of attendees 1–20 21–40 41–60 61–80 81–100 More than 100
Virtual county delegates 4 5 6 7 8 9

The viability threshold for a group supporting a presidential candidate at a satellite caucus is also set at a minimum of 15%. The calculation rules for allocating "virtual" delegates at a satellite caucus are identical with those used when allocating "real" elected county convention delegates at a precinct caucus.

Accumulated results (number of won virtual county delegates being recalculated to SDEs) of the satellite caucuses are reported from five designated "virtual satellite counties": [26] [29]

  • One in each of Iowa's four congressional districts, where the results from all in-state satellite caucuses will be reported and added up within each congressional district.
  • One at-large statewide satellite county, where the results from all out-of-state satellite caucuses will be reported and added up.

In addition to the number of precinct elected district and state delegates (elected at the county convention as per the accumulated SDE result of each precinct caucus), each satellite county and their satellite caucuses will also be allocated an additional amount of real district and state delegates (who will not be present at county conventions but only participate in the district convention and state convention). [26] [29]

The available number of the satellite elected district and state delegates will depend on the accumulated voter turnout from all satellite caucuses within respectively each of the four virtual congressional district satellite counties (for in-state satellite caucuses) and within the fifth virtual at-large statewide satellite county (for out-of-state satellite caucuses). Each virtual satellite county will hereby allocate the following number of SDEs among its satellite caucuses: [26] [29]

Virtual congressional district satellite county SDEs
(calculated as a percentage of the district SDE base total decided by real precincts)
Total satellite attendance for the CD county 1–600 601–1200 1201–1800 1801–2400 2401–3000 3001–3600 3601–4200 4201–4800 4801–5400 5401 or more
Virtual CD1 satellite county 5.60 SDEs (1%) 11.20 SDEs (2%) 16.80 SDEs (3%) 22.40 SDEs (4%) 28.00 SDEs (5%) 33.60 SDEs (6%) 39.20 SDEs (7%) 44.80 SDEs (8%) 50.40 SDEs (9%) 56.00 SDEs (10%)
Virtual CD2 satellite county 5.43 SDEs (1%) 10.86 SDEs (2%) 16.29 SDEs (3%) 21.72 SDEs (4%) 27.15 SDEs (5%) 32,58 SDEs (6%) 38,01 SDEs (7%) 43.44 SDEs (8%) 48.87 SDEs (9%) 54.30 SDEs (10%)
Virtual CD3 satellite county 5.93 SDEs (1%) 11.86 SDEs (2%) 17.79 SDEs (3%) 23.72 SDEs (4%) 29.65 SDEs (5%) 35.58 SDEs (6%) 41.51 SDEs (7%) 47.44 SDEs (8%) 53.37 SDEs (9%) 59.30 SDEs (10%)
Virtual CD4 satellite county 4.11 SDEs (1%) 8.22 SDEs (2%) 12.33 SDEs (3%) 16.44 SDEs (4%) 20.55 SDEs (5%) 24.66 SDEs (6%) 28.77 SDEs (7%) 32.88 SDEs (8%) 36.99 SDEs (9%) 41.10 SDEs (10%)
Virtual at-large statewide satellite county SDEs
(will be allocated in addition to the statewide SDE base total decided by real precincts)
Total satellite
attendance
pour le
at-large county
1–500 501–1000 1001–1500 1501–2000 2000 or more
Virtual
at-large
satellite county
2 SDEs 3 SDEs 4 SDEs 5 SDEs 6 SDEs

The amount of available SDEs to be won in each satellite caucus will be decided based on its proportional allocated share of the "total number of virtual county delegates allocated throughout all satellite caucuses within its own virtual satellite county", which shall be equal to its share of allocated available SDEs within its virtual county. [26] [29]

When the accumulated satellite county SDEs finally gets converted to satellite elected "district and state delegates" for each satellite county as a whole, all presidential candidates having won SDEs within the specific satellite county at a share of less than 15% will have all their SDEs eliminated (meaning they will win 0 district and state delegates), while the remaining qualified presidential candidates having won at least a 15% SDE share within the specific satellite county then finally will win a number of delegates equal to their share of qualified SDEs (with fractions rounded up/down to nearest integers). [26] [29]

As part of the caucus procedures, each satellite caucus will have written down potential candidates among its caucusgoers for the available additional "district and state delegate" positions, later to be selected by the preference of the presidential campaigns to which they have pledged support. [26] [29]

County, district, state convention and national convention delegates Edit

A total of 11,402 county convention delegates are elected according to the procedure described above across 1,678 precinct caucuses and 87 satellite caucuses. They will then go to their local county convention on March 21, to choose 2,107 district and state delegates who are pledged to support presidential candidates according to the proportional state delegate equivalents (SDEs) result of the caucuses. These elected districts and state delegates will subsequently go to the district conventions on April 25 (selecting the names of the 27 pledged national convention delegates from the congressional districts) and state convention on June 13 (selecting the names of the remaining statewide elected pledged national convention delegates: nine at-large and five party leaders and elected officials). [27] In total, 41 pledged national convention delegates are elected for the 2020 Democratic National Convention with their pledged support being determined proportionally to the presidential candidate's total number of SDEs won statewide and in each of the state's four congressional districts but only for those presidential candidates who manage to qualify by winning at least a 15% share of the SDEs statewide or in the specific district. Meaning that all presidential candidates winning less than a 15% share of SDEs statewide and in CD1, CD2, CD3, CD4, will win 0 pledged national convention delegates. [30]

If a presidential candidate based on the statewide caucus result won a number of pledged PLEO delegates or pledged at-large delegates, but then later decides to withdraw as a candidate before the state convention on June 13, their allocation of won pledged PLEO/at-large delegates will then instead be proportionally divided among the other remaining presidential candidates who already managed to qualify with a number of won pledged PLEO/at-large delegates. [26]

The 41 caucus-elected pledged delegates Iowa sends to the national convention are to be joined by eight preselected unpledged PLEO delegates (superdelegates): five members of the Democratic National Committee and three members of Congress (of which all three are U.S. Representatives). [30] The eight superdelegates no longer have the right to cast any decisive vote at the first ballot for determining the Democratic presidential nominee for the presidential election (meaning they can only play a role if allocation of all pledged delegates results in a contested convention) and they are automatically selected independently of the caucus results as unpledged delegates, according to the rules of the Democratic Party. [31] [32]

Key changes from previous caucuses Edit

In previous caucuses (most recently in 2016), the reported precinct results were used to compute the expected number of pledged national convention delegates according to the state delegate equivalents for each presidential candidate, meaning that the campaigns after the precinct caucuses still needed to hold onto their computed expected pledged national convention delegates as their support were locked to the candidate only at the final step of the selection process (i.e. at the state convention in June). [33] This has changed in the 2020 caucuses, where the computed final number of pledged national convention delegates will be locked to the candidates already when the SDEs result of the precinct caucuses are known. [34]

On February 11, 2019, the Iowa Democratic Party proposed several changes to the procedures used in the previous caucuses, including the addition of a period for "virtual caucuses" from January 29 to February 3, 2020, which would allow participants unable to physically attend the precinct caucuses to join in an online virtual caucus or teleconference in which they will be given the opportunity to rank candidate preferences, with support for non-viable candidates redistributed to viable ones. [30] This process continues until no non-viable choices remain, and the results are aggregated with congressional districts for the purposes of delegate allocation, but limited to 10% SDEs, regardless of the number of those using the virtual caucus option. The results of both the virtual and the precinct caucuses were to be released on the night of February 3, and as a result of rules changes by the national party, raw vote totals for the first and second alignment periods of the caucuses were to be published. [35]

In late August 2019, the DNC ordered both the Iowa and the Nevada Democratic state parties to scrap their plans for "virtual caucuses" due to security concerns. [36]

On September 20, 2019, the DNC conditionally approved a plan for "satellite caucus sites", allowing Iowa Democrats to participate if they are working or going to college outside of the state on February 3, 2020. [37] Eleven of those 87 sites will have Spanish translation services. Latinos made up 6% of the population and 3.4% of registered voters. [38]

The party announced in late January 2020 that a "raw vote count" for both the "first initial alignment" and the "second final alignment" would be reported (along with the computed state delegate equivalents and pledged national convention delegates), for the first time in the history of the caucuses. In previous caucuses, the reported result of the precinct caucuses comprised only the final computed state delegate equivalents and expected number of pledged national convention delegates. [39] [27] [34]

Polling aggregation
Source of poll aggregation Date
mis à jour
Rendez-vous
polled
Bernie
Sanders
Joe
Biden
Pete
Buttigieg
Elisabeth
Garenne
Amy
Klobuchar
Andrew
Yang
À M
Steyer
Autre ONU-
decided [n]
270 to Win Feb 3, 2020 Jan 22 – Feb 2, 2020 22.6% 18.2% 15.2% 15.6% 11.8% 3.8% 3.6% 3.6% [o] 5.6%
RealClear Politics Feb 3, 2020 Jan 20 – Feb 2, 2020 23.0% 19.3% 16.8% 15.5% 9.0% 3.3% 3.0% 2.5% [p] 7.6%
FiveThirtyEight Feb 3, 2020 until Feb 2, 2020 [q] 22.2% 20.7% 15.7% 14.5% 10.1% 3.7% 3.6% 2.9% [r] 6.6%
Moyenne 22.6% 19.4% 15.9% 15.2% 10.3% 3.6% 3.4% 3.0% [s] 6.6%

The results of a final poll from Le Registre Des Moines were not released as scheduled on February 1, after an interviewee complained that Pete Buttigieg was not given as a poll option during their interview, with the omission reportedly attributed to human error. As the polling firm was unable to determine whether the mistake was an isolated incident or not, pollster Ann Selzer decided to withhold the results of the poll altogether, marking the first time in 76 years that the final pre-caucus poll was not released by the Register. [40] [41] The poll was later leaked on Twitter, with results confirmed by FiveThirtyEight showing Sanders in the lead with 22%, followed by Warren with 18%, Buttigieg with 16% and Biden with 13%. [42]


Voir la vidéo: Iowa Caucus History: The Rise of the Christian Conservative Movement in 1988 (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Dann

    C'est dommage, que je ne puisse pas participer à la discussion maintenant. Il n'y a pas assez d'informations. Mais ce thème m'intéresse beaucoup.

  2. Yoel

    C'est vraiment un sujet) s'il y a autre chose prêt à faire un don pour le développement du projet.

  3. Nodens

    Je suis désolé, mais je pense que vous vous trompez. Je suis sûr. Discutons. Envoyez-moi un e-mail en MP, nous parlerons.

  4. Ailean

    Je confirme. C'était et avec moi. Nous pouvons communiquer sur ce thème. Ici ou dans PM.

  5. Kakasa

    C'est dommage que je ne puisse pas parler en ce moment - je suis très occupé. Je reviendrai - je vais certainement exprimer mon opinion.

  6. Lokni

    Comme c'est drôle



Écrire un message