Podcasts sur l'histoire

Année Trois Jour 41 Administration Obama 1er mars 2011 - Histoire

Année Trois Jour 41 Administration Obama 1er mars 2011 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le président Barack Obama passe le personnel du bureau militaire de la Maison Blanche alors qu'il court le long de la Colonnade de la Maison Blanche à la suite d'un événement qui s'est déroulé tard dans la salle à manger d'État, le 1er mars 2011. Les officiers au départ et les membres de leurs familles étaient alignés pour prendre des photos de départ avec le président dans le bureau ovale.

10h45 LE PRESIDENT reçoit le Bureau ovale du briefing quotidien présidentiel

11 h 15 LE PRÉSIDENT rencontre les conseillers principaux Bureau ovale

16h30 LE PRÉSIDENT et LE VICE-PRÉSIDENT rencontrent le secrétaire à la Défense Gates Oval Office


Table ronde 10-1 sur Le long jeu : comment Obama a défié Washington et redéfini le rôle de l'Amérique dans le monde 77 minutes de lecture

Il est difficile de penser à quelqu'un de mieux qualifié pour écrire une histoire des débuts de la politique étrangère de Barack Obama que Derek Chollet. Pendant plus de six ans, Chollet a servi l'administration Obama avec distinction, à des postes supérieurs au département d'État, à la Maison Blanche et au département de la Défense. Il est également un auteur accompli qui a écrit de nombreux livres réputés sur l'histoire de la politique étrangère américaine. [1] Le livre le plus récent de Chollet est Le long jeu : comment Barack Obama a défié Washington et redéfini le rôle de l'Amérique dans le monde. Il s'agit d'un récit d'initié vivant et perspicace qui, depuis sa publication en 2016, s'est avéré aussi controversé et stimulant que l'art de gouverner d'Obama lui-même.

H-Diplo | ISSF Table ronde, Tome X, n° 1 (2017) issforum.org

Éditeurs H-Diplo/ISSF : Marques Hal et Diane Labrosse Table ronde H-Diplo/ISSF et éditeur Web/production : George Fujii

Derek Cholet. Le long jeu : comment Obama a défié Washington et redéfini le rôle de l'Amérique dans le monde. New York : Affaires publiques, 2016). ISBN : 9781610396608 (couverture rigide, 26,99 $/34,99 $ CA) 9781610396615 (livre électronique, 17,99 $/22,99 $ CA).

Publié le 15 septembre 2017

Lien court : tiny.cc/ISSF-Roundtable-10-1 Lien permanent : https://issforum.org/roundtables/10-1-long-game URL du PDF : https://issforum.org/ISSF/PDF/ISSF-Roundtable-10-1.pdf

Contenu

Introduction par Hal Brands, Johns Hopkins School of Advanced International Studies. 2

Revue par Robert G. Kaufman, Pepperdine University. 5

Revue par Ronald R. Krebs, Université du Minnesota. 15

Revue par Patrick Porter, Université d'Exeter 21

Revue par Mary E. Sarotte, Université de Californie du Sud. 24

Réponse de l'auteur par Derek Chollet, The German Marshall Fund of the United States. 26

© Copyright 2017 Les auteurs


Nouveaux produits et services informatiques introduits en 2011

Intel a sorti un petit ordinateur qu'ils nomment Nest Unit of Computing.

Intel a sorti sept nouveaux processeurs Core i5 à quatre cœurs, la série i5-2xxx (cache 6 M, 2,3 GHz à 3,3 GHz) en janvier 2011.

Le processeur Intel Sandy Bridge est sorti le 9 janvier 2011.

Le macOS App Store a été lancé le 6 janvier 2011.

Le MMO TERA est sorti pour la première fois en Corée du Sud le 25 janvier 2011.

La version 3.0 d'Android (Honeycomb) est sortie le 22 février 2011.

Apple a publié l'interface matérielle Thunderbolt le 24 février 2011.

Gaikai a été lancé le 27 février 2011. Le service est devenu plus tard connu sous le nom de PlayStation Now.

WebGL a été publié en mars par la Fondation Mozilla.

Le MMORPG Rift a été lancé pour la première fois en Amérique du Nord le 1er mars 2011.

BlackBerry a publié le BlackBerry Tablet OS pour le PlayBook en avril 2011.

Le 17 avril 2011, Sony a commencé à remarquer une attaque qu'ils ont ensuite révélée comme ayant compromis environ 77 millions de comptes PlayStation.

BlackBerry a sorti le PlayBook le 19 avril 2011.

WeVideo a été introduit en avril 2011.

La version 3.1 d'Android est sortie le 10 mai 2011.

Picaboo, devenu plus tard Snapchat, a été lancé en juin 2011.

AMD a sorti les premiers processeurs mobiles de sa gamme A4, l'A4-3300M et l'A4-3310MX le 14 juin 2011.

AMD a sorti les premiers processeurs mobiles de sa gamme A6, l'A6-3400M et l'A6-3410MX le 14 juin 2011.

AMD a lancé les premiers processeurs mobiles de sa gamme A8, l'A8-3500M, l'A8-3510MX et l'A8-3530MX le 14 juin 2011.

Final Cut Pro a été publié par Macromedia le 21 juin 2011.

Microsoft a lancé Office 365 le 28 juin 2011.

AMD a lancé le 30 juin 2011 le premier processeur de bureau de sa gamme A6, l'A6-3650 (cache 4 M L2, 2,6 GHz, FSB 1866 MHz).

AMD a lancé le 30 juin 2011 le premier processeur de bureau de sa gamme A8, l'A8-3850 (cache 4 M L2, 2,9 GHz, FSB 1866 MHz).

Le macOS 10.7.3 (Lion) est sorti le 20 juillet 2011. Les nouvelles fonctionnalités incluent AirDrop, Gatekeeper et bien d'autres.

La version 3.2 d'Android est sortie le 15 juillet 2011.

La première version de Snowlinux est sortie en août 2011.

Netflix a lancé son streaming vidéo en ligne en septembre 2011. Le service permet aux utilisateurs de diffuser des films et des émissions de télévision sur Internet.

AMD a sorti les premiers processeurs de bureau de sa gamme A4, l'A4-3300 et l'A4-3400 le 7 septembre 2011.

Litecoin, une crypto-monnaie, a été publié le 7 octobre 2011.

Le jeu Minecraft est sorti pour les appareils Android OS.

Service UltraViolet introduit le 11 octobre 2011.

Adobe a annoncé Creative Cloud en octobre 2011.

La version 4.0 d'Android (sandwich à la crème glacée) est sortie le 8 octobre 2011, qui a introduit Android Beam.

Apple a présenté l'iPhone 4s le 14 octobre 2011.

Samsung a lancé pour la première fois le smartphone Galaxy Note en octobre 2011, et le terme phablet est devenu une nouvelle façon de décrire les téléphones plus gros.

Le Kindle Fire a été mis en vente le 15 novembre 2011.

Le navigateur Internet Amazon Silk, développé pour les appareils Fire OS, est sorti le 15 novembre 2011.

Google a lancé Google Play Musique le 16 novembre 2011.

Bootstrap a été développé pour la première fois en 2011 par une équipe de Twitter dirigée par Mark Otto et Jacob Thornton.

Kotlin a commencé le développement en 2011.

MATE a été initialement publié en 2011.

Microsoft a publié Excel 2011 pour Mac en 2011.

Cave Story+ est sorti sur la plateforme Steam en 2011.

En 2011, le MacBook Pro a été le premier des ordinateurs Apple à utiliser leur port Thunderbolt propriétaire.

Le magicJack Plus a été introduit et publié en 2011. Il nécessite une connexion Internet, mais ne nécessite pas d'ordinateur.

Samsung a sorti le Galaxy S II en 2011.


Obama pousse les États-Unis vers la crise de la dette ou la faillite

Alors que Barack Obama tenait sa première conférence de presse depuis des mois pour promouvoir sa nouvelle rentabilité économique de 50 milliards de dollars auprès des syndicats, il convient de lire un rapport peu connu du Congressional Budget Office admettant que des dépenses incontrôlables nous rapprochent dangereusement d'un Grec. fusion de style. CNSNews.com a découvert un obscur rapport du CBO de juillet selon lequel, « Combinée à des perspectives budgétaires à long terme défavorables, une récession à double creux augmenterait la probabilité d'une crise budgétaire pour les États-Unis ». 8221 (Lire l'intégralité du rapport ici.)

Cela semble un peu antiseptique. Bill Clinton n'a jamais vu un problème qu'il n'a pas qualifié de "crise". Mais par "crise fiscale", le CBO signifie une réplique de l'effondrement de la Grèce ou de l'Irlande.

Que considère le CBO comme le moteur de cette tragédie grecque ? Des niveaux d'endettement insoutenables entraînés par des dépenses publiques massives.

Obama a ajouté plus au déficit national en 19 mois qu'au cours des 200 premières années de l'histoire des États-Unis. C'est plus que tous les présidents de George Washington jusqu'à Ronald Reagan, plus que le New Deal et la Great Society, et plus que toutes les guerres de 1812 à la chute du mur de Berlin. Et qu'avons-nous à montrer pour cela ? Cette: (L'article continue après l'image.)

Même Hillary Clinton a réalisé que la dette nationale menace la force de notre politique étrangère, de notre capacité à répondre aux menaces potentielles à notre dépendance à l'égard de la République populaire de Chine.

Le rapport indique qu'un effondrement du PIGS - où les prêteurs ne seraient plus disposés à financer la dette américaine - pourrait nous tomber dessus sans avertissement préalable. Le rapport indique : « il n'y a pas de point de basculement identifiable de la dette par rapport au PIB indiquant qu'une crise est probable ou imminente. Mais toutes choses égales par ailleurs, plus la dette est élevée, plus le risque d'une telle crise est grand.

Et plus de dette est précisément là où nous nous dirigeons, par conception. Alors que les familles américaines se serrent la ceinture, Obama a récemment augmenté les salaires de deux millions d'employés fédéraux. Il a fait passer ObamaCare, dont l'insolvabilité à long terme ne sera pas visible à cause des astuces comptables intégrées à son lancement. Et après un plan de relance de 800 milliards de dollars qui n'a pas réussi à stimuler et un programme « Cash for Clunkers » qui s'est retourné contre lui, il pousse encore plus loin.

Les nouvelles dépenses ne sont pas la seule menace. La probabilité que le dollar perde de sa valeur est bien trop réelle. La Chine a appelé au remplacement du dollar par une nouvelle monnaie de réserve mondiale pendant deux ans. La Russie et le FMI semblent être d'accord. Et les Nations Unies ont accepté. Cette année, l'enquête économique et sociale mondiale des Nations Unies a déclaré catégoriquement : « Le dollar s'est avéré ne pas être une réserve de valeur stable, ce qui est une condition préalable à une monnaie de réserve stable. La monnaie de réserve #8217 entraînerait une nouvelle dévaluation massive d'un dollar déjà en baisse.

Cela pourrait être exacerbé si le gouvernement fédéral décidait de faire face à la crise en imprimant du papier-monnaie, selon le rapport du CBO.

Pendant ce temps, les taux d'épargne américains sont au plus bas. Le crédit stagne. La montée en flèche de l'immigration illégale a conduit à une telle impasse qu'un seul comté dépense 52 millions de dollars par mois pour l'aide sociale aux étrangers illégaux. Pendant ce temps, les libéraux qui nous disent que nous ne payons pas notre juste part ont des arriérés envers l'IRS eux-mêmes. Les Los Angeles Times rapporté aujourd'hui, pas moins de 41 fonctionnaires de l'administration Obama doivent des arriérés d'impôts totalisant 831 000 $. En ne comptant que quelques agences fédérales, le Fois constate que notre classe dirigeante doit au gouvernement plus de 69 millions de dollars.

Malheureusement, le secteur privé n'obtient aucun sursis des impôts destructeurs d'emplois. Cela signifie que la deuxième condition pour les émeutes d'Athènes balayant l'Amérique - une récession à double creux - est plus probable.

La seule alternative viable proposée par le rapport du CBO est l'austérité. Cela signifie réduire les dépenses publiques. Les démocrates sont attachés à l'augmentation des dépenses. Certains républicains depuis Jack Kemp sont opposés à la réduction des dépenses. Mais le CBO montre que l'Amérique n'a pas d'autre alternative, à part une conflagration financière qui pourrait mettre fin à notre expérience de 100 ans en tant que superpuissance mondiale.

Obama ne fera pas et ne pourra pas apporter les changements nécessaires. Il est constitutionnellement incapable d'avoir une pensée économique claire, et il semble qu'il ne feindra pas le droit avec un quelconque changement structurel, même par opportunisme politique lâche. Il semble que le meilleur espoir des États-Unis réside dans la mise à jour de la sagesse de Ronald Reagan : « Une récession, c'est quand votre voisin perd son emploi. Une dépression, c'est quand vous perdez la vôtre. Et la récupération, c'est quand Barack Obama perd le sien.”


Année Trois Jour 41 Administration Obama 1er mars 2011 - Histoire

La Société islamique d'Amérique du Nord (ISNA), un groupe d'origine des Frères musulmans et co-conspirateur non inculpé du procès pour financement du terrorisme de la Holy Land Foundation, a récemment visité la Maison Blanche et a rencontré plusieurs responsables. Selon le groupe, Paul Monteiro, directeur associé de l'Office of Public Engagement, "a cité l'ISNA comme son principal moyen de communication avec la communauté musulmane américaine".

La relation étroite de l'administration Obama avec l'ISNA va au-delà des séances de photos et des communiqués de presse. Il s'agit de la formulation des politiques. L'apport de l'ISNA est si précieux que les responsables ont coaché ​​l'organisation sur la manière d'engager la Maison Blanche.

Le 8 mars, le président de l'ISNA, Mohamed Magid, s'est joint à 10 autres chefs religieux pour une conversation de 90 minutes avec le président Obama sur la réforme de l'immigration. Était également présente la conseillère principale de la Maison Blanche, Valerie Jarrett, qui a pris la parole lors de la convention ISNA de 2009. Trois jours plus tard, Magid participait à une rencontre avec le président Obama où il a reçu des « recommandations » en vue de son voyage au Moyen-Orient, dont certaines de groupes ayant déjà défendu le Hezbollah.

“Au cours des deux dernières années, j'ai, avec mes collègues de la Maison Blanche, bénéficié des conseils de bon nombre de vos organisations [Magid’s] par le biais de notre Bureau de l'engagement public,” a déclaré le conseiller adjoint à la sécurité nationale Denis McDonough sur Le 6 mars 2011 lors d'un discours à la mosquée que dirige Magid.

La visite de la Maison-Blanche de l'ISNA incluait de passer du temps avec George Selim, le directeur de la Maison-Blanche pour les partenariats communautaires, qui est un conférencier annuel lors des conventions de l'ISNA. Selim a précédemment admis que des "centaines" de réunions avaient eu lieu entre des représentants du gouvernement et le Council on American-Islamic Relations, un autre groupe d'origine fraternelle qui a été désigné comme co-conspirateur non inculpé.


Sondage : l'approbation d'Obama au plus bas

Pour la honte sénateur !
La vérité n'a rien à voir avec la plus grande utopie socialiste que nous construisons pour cette nation.

Néotrotsky

Conseil au Soviet suprême


Il ne fait aucun doute que tous les mensonges jouent un rôle majeur dans la diminution rapide du nombre de Papa Obama.

la gauche prétend-elle toujours que Papa ObamaCare va nous faire économiser de l'argent ?


Il devient difficile de garder tous les mensonges de la gauche en ordre maintenant

À l'ancienne

Membre Platine

Sarah G

Quand rien ne va bien, allez à gauche

Néotrotsky

Conseil au Soviet suprême

je t'entends
Mais, ce sont des gauchistes réactionnaires dont nous parlons.

Comme Papa Obama nous l'a montré, ils mentiront sur tout pour promouvoir
leurs programmes radicaux.

Mais la bonne nouvelle, nous voyons les démocrates, comme des rats d'un navire en perdition, commencer à abandonner ce programme merdique en partie ou en totalité.

C'est très amusant de regarder la gauche en mode panique.

JakeStarkey

Membre Diamant

Le GOP et le TPM, en particulier, ont des sondages bien pires qu'Obama.

Républicains, nous devons nous soucier de notre propre maison.

Et les troofers et birfers et les TeaPs doivent partir, maintenant.

Les républicains ont de plus gros problèmes que cela. Ils sont divisés entre modérés, Teatards et Libertarians

Dont aucun ne donnera un pouce

Les libertés ne comptent pas, car il n'y en a pas plus de cinq.

Le grand public doit voter contre chaque TeaP aux primaires, et s'ils réussissent, voter pour leurs adversaires.

Les TeaPs sont les ennemis des valeurs américaines et de notre avenir.

Néotrotsky

Conseil au Soviet suprême

Bush est descendu jusqu'à 19%.

Le plus bas d'Obama à ce jour est de 39%.

Clinton est descendu à 36. Bush, Sr à 29. Reagan à 35. Carter, 28.

D'un autre côté, Bush a déjà bénéficié d'un taux d'approbation de 92% (le plus élevé de tous les présidents du siècle dernier), tandis que celui d'Obama a culminé à 76.

La gauche et les apologistes d'Obama semblent l'aimer

Vous pouvez voir le début de la panique dans la gauche et les apologistes d'Obama.
Ils veulent bricoler autour des marges pour réparer un très mauvais programme.

Premièrement, cela ne ferait que leur donner une couverture pour essayer de passer une partie de la puanteur de
Obamacare à eux

Deuxièmement, comment peut-on traiter avec des démocrates devenus si extrêmes depuis que leurs modérés ont été expulsés pour avoir soutenu Obamacare

Troisièmement, nous voyons comment de haut en bas, Papa Obama aux démocrates du Congrès
ils ont tous menti au peuple américain.

Ainsi, la gauche et les apologistes d'Obama voudraient que le GOP et le peuple américain pensent qu'ils négocieraient de bonne foi.

Bien sûr, une bande d'extrémistes de gauche qui mentent au peuple américain

Les roues sortent du bus, les démocrates sont d'humeur panique,
la meilleure chose est de les laisser s'occuper du problème et de mentir au peuple américain.

Étant donné que la Chambre restera hors des mains de l'extrême gauche, une véritable réforme n'aura lieu que si le Sénat revient entre les mains du GOP
et ils sont capables de présenter une approche réaliste et moins extrême
tentative que les soins de Papa Obama

Il vaudrait mieux que l'électeur américain chasse les radicaux de gauche.
Heureusement, ils ont rendu cette tâche beaucoup plus facile avec leurs mensonges et les mensonges de Papa Obama.
Vraiment, comment peux-tu faire confiance à la gauche sur tout ce qu'ils disent ou font maintenant


Amérique-Réveil

Le Congrès devrait éliminer la bureaucratie fédérale (voici un exemple de pourquoi)

Il était une fois le gouvernement avait un vaste parc à ferraille au milieu de
un désert. Le Congrès a déclaré : "Quelqu'un peut le voler la nuit".
ils ont créé un poste de veilleur de nuit et embauché une personne pour le poste.

Ensuite, le Congrès a dit : « Comment le gardien fait-il son travail sans
instruction?” Ils ont donc créé un service de planification et embauché deux
personnes, une personne pour écrire les instructions et une personne pour faire le temps
études.

Ensuite, le Congrès a dit : « Comment saurons-nous que le veilleur de nuit fait le
correctement ?” Ils ont donc créé un service de contrôle de la qualité et
embauché deux personnes, une pour faire les études et une pour rédiger les rapports.

Ensuite, le Congrès a dit : « Comment ces gens vont-ils être payés ? » Alors ils
créé deux postes, un chronométreur et un agent de paie, puis embauché
deux personnes.

Ensuite, le Congrès a déclaré : « "

Ils ont donc créé une section administrative et embauché trois personnes, un
agent administratif, un agent administratif adjoint et un
Secrétaire juridique.

Ensuite, le Congrès a déclaré : « Nous avons ce commandement en opération depuis un
année, et nous avons dépassé le budget de 918 000 $. Nous devons réduire.” Alors ils
congédié le veilleur de nuit.

Tranquillement, nous allons comme des moutons à l'abattoir.

Quelqu'un se souvient-il de la raison invoquée pour la création de la
MINISTÈRE DE L'ÉNERGIE….. pendant l'administration Carter ?

Conclusion : nous avons dépensé plusieurs centaines de milliards de dollars en soutien
d'une agence…la raison pour laquelle aucune personne qui lit ceci ne peut
rappelles toi!

Prêt?? C'était très simple. . . et, à l'époque, tout le monde pensait
c'est très approprié.

Le ministère de l'Énergie a été institué le 8/04/1977 POUR RÉDUIRE NOTRE
DÉPENDANCE AU PÉTROLE ÉTRANGER.

ET, MAINTENANT, C'EST 2010 — 34 ANS PLUS TARD — ET LE BUDGET POUR CELA
LE DÉPARTEMENT « NÉCESSAIRE » EST À 24,2 MILLIARDS DE DOLLARS PAR AN. IL A 16 000 EMPLOYÉS FÉDÉRAUX ET ENVIRON 100 000 EMPLOYÉS CONTRACTUELS, ET REGARDEZ LE TRAVAIL QU'IL A FAIT !

Il y a un peu plus de 33 ans, 30 % de notre consommation de pétrole étaient des importations étrangères. Aujourd'hui, 70 % de notre consommation de pétrole sont des importations étrangères. Ah, oui — la bonne vieille bureaucratie fédérale !!

MAINTENANT, NOUS AVONS PASSÉ LE SYSTÈME BANCAIRE, LES SOINS DE SANTÉ ET L'INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MÊME GOUVERNEMENT ?


Directive de politique présidentielle -- Coordination des incidents cybernétiques aux États-Unis

L'avènement de la technologie en réseau a stimulé l'innovation, cultivé les connaissances, encouragé la libre expression et accru la prospérité économique de la nation. Cependant, la même infrastructure qui permet ces avantages est vulnérable aux activités malveillantes, aux dysfonctionnements, aux erreurs humaines et aux actes de la nature, mettant la nation et ses habitants en danger. Les cyberincidents sont une réalité de la vie contemporaine, et des cyberincidents importants se produisent de plus en plus fréquemment, affectant les infrastructures publiques et privées situées aux États-Unis et à l'étranger.

Les efforts de préparation des États-Unis ont permis à la nation de gérer efficacement un large éventail de menaces et de dangers. Chaque jour, les forces de l'ordre fédérales et les agences responsables de la défense des réseaux aux États-Unis gèrent, répondent et enquêtent sur les cyberincidents afin d'assurer la sécurité de notre infrastructure d'information et de communication. Le secteur privé et les agences gouvernementales ont un intérêt vital commun à protéger la nation contre les cyberactivités malveillantes et à gérer les cyberincidents et leurs conséquences. La nature du cyberespace exige que les individus, les organisations et le gouvernement jouent tous un rôle dans la réponse aux incidents. En outre, des efforts efficaces de réponse aux incidents aideront à soutenir une infrastructure d'information et de communication ouverte, interopérable, sécurisée et fiable qui favorise les échanges et le commerce, renforce la sécurité internationale, favorise la liberté d'expression et renforce la vie privée et la sécurité de nos citoyens.

Alors que la grande majorité des cyberincidents peuvent être traités par le biais des politiques existantes, certains cyberincidents qui ont des impacts importants sur une entité, notre sécurité nationale ou l'économie en général nécessitent une approche unique des efforts de réponse. Ces cyberincidents importants exigent une unité d'effort au sein du gouvernement fédéral et surtout une coordination étroite entre les secteurs public et privé.

Cette directive de politique présidentielle (DPP) énonce les principes régissant la réponse du gouvernement fédéral à tout incident informatique, qu'il implique le gouvernement ou des entités du secteur privé. Pour les cyberincidents importants, ce DPP établit également des agences fédérales principales et une architecture pour coordonner la réponse plus large du gouvernement fédéral. Ce PPD exige également que les ministères de la Justice et de la Sécurité intérieure maintiennent des informations de contact à jour à l'usage du public afin d'aider les entités touchées par des cyberincidents à signaler ces incidents aux autorités compétentes.

II. Définitions

  1. Cyberincident. Un événement se produisant sur ou mené via un réseau informatique qui compromet réellement ou de manière imminente l'intégrité, la confidentialité ou la disponibilité des ordinateurs, des systèmes ou réseaux d'information ou de communication, une infrastructure physique ou virtuelle contrôlée par des ordinateurs ou des systèmes d'information, ou des informations qui y résident. Aux fins de la présente directive, un cyberincident peut inclure une vulnérabilité dans un système d'information, des procédures de sécurité du système, des contrôles internes ou une mise en œuvre qui pourrait être exploitée par une source de menace.
  2. Cyberincident important. Un incident informatique qui est (ou un groupe d'incidents informatiques connexes qui, ensemble, sont) susceptibles d'entraîner un préjudice démontrable aux intérêts de la sécurité nationale, aux relations étrangères ou à l'économie des États-Unis ou à la confiance du public, aux libertés civiles ou à la santé publique et sécurité du peuple américain.

III. Principes guidant la réponse aux incidents

En menant des activités de réponse aux incidents pour tout cyberincident, le gouvernement fédéral sera guidé par les principes suivants :

  1. Responsabilité partagée. Les individus, le secteur privé et les agences gouvernementales partagent un intérêt vital et des rôles et responsabilités complémentaires dans la protection de la nation contre les cyberactivités malveillantes et la gestion des cyberincidents et de leurs conséquences.
  2. Réponse basée sur les risques. Le gouvernement fédéral déterminera ses actions d'intervention et les ressources qu'il apportera en fonction d'une évaluation des risques posés à une entité, notre sécurité nationale, nos relations étrangères, l'économie en général, la confiance du public, les libertés civiles ou la santé et la sécurité publiques. du peuple américain.
  3. Respect des entités concernées. Dans la mesure permise par la loi, les intervenants du gouvernement fédéral protégeront les détails de l'incident, ainsi que la vie privée et les libertés civiles, et les informations sensibles du secteur privé, et s'en remettront généralement aux entités concernées pour informer les autres entités du secteur privé concernées et le public. Dans le cas où un intérêt important du gouvernement fédéral est servi par la publication d'une déclaration publique concernant un incident, les intervenants fédéraux coordonneront leur approche avec les entités concernées dans la mesure du possible.
  4. Unité de l'effort gouvernemental. Diverses entités gouvernementales possèdent des rôles, des responsabilités, des pouvoirs et des capacités différents qui peuvent tous être mis à contribution lors d'incidents informatiques. Ces efforts doivent être coordonnés pour obtenir des résultats optimaux. Quelle que soit l'agence fédérale qui a connaissance d'un cyberincident en premier, elle en informera rapidement les autres agences fédérales concernées afin de faciliter une réponse fédérale unifiée et de garantir que la bonne combinaison d'agences répond à un incident particulier. Les gouvernements des États, locaux, tribaux et territoriaux (SLTT) ont également des responsabilités, des pouvoirs, des capacités et des ressources qui peuvent être utilisés pour répondre à un cyberincident. Par conséquent, le gouvernement fédéral doit être prêt à s'associer aux gouvernements SLTT dans sa réponse aux cyberincidents. efforts. La nature transnationale de l'Internet et de l'infrastructure de communication oblige les États-Unis à se coordonner avec des partenaires internationaux, le cas échéant, dans la gestion des cyberincidents.
  5. Activation de la restauration et de la récupération. Les activités d'intervention fédérales seront menées de manière à faciliter la restauration et la récupération d'une entité qui a subi un cyberincident, en équilibrant les exigences d'enquête et de sécurité nationale, la santé et la sécurité publiques et la nécessité de reprendre les opérations normales le plus rapidement possible.

IV. Lignes d'effort concurrentes

En répondant à tout cyberincident, les agences fédérales doivent entreprendre trois lignes d'effort simultanées : réponse aux menaces, réponse des actifs et soutien du renseignement et activités connexes. En outre, lorsqu'une agence fédérale est une entité affectée, elle doit entreprendre une quatrième ligne d'efforts simultanés pour gérer les effets du cyberincident sur ses opérations, ses clients et sa main-d'œuvre.

Les activités de réponse aux menaces comprennent la conduite d'activités d'enquête appropriées en matière d'application de la loi et de sécurité nationale sur le site de l'entité touchée, la collecte de preuves et la collecte de renseignements fournissant une attribution reliant les incidents connexes, l'identification d'entités supplémentaires touchées, l'identification des opportunités de poursuite de la menace et de perturbation, l'élaboration et l'exécution de plans d'action pour atténuer la menace immédiate et faciliter le partage d'informations et la coordination opérationnelle avec la réponse des actifs.

Les activités de réponse aux actifs comprennent la fourniture d'une assistance technique aux entités concernées pour protéger leurs actifs, atténuer les vulnérabilités et réduire les impacts des cyberincidents, identifier d'autres entités susceptibles d'être à risque et évaluer leur risque vis-à-vis des vulnérabilités identiques ou similaires, évaluer les risques potentiels pour le secteur ou la région. , y compris les effets en cascade potentiels, et l'élaboration de plans d'action pour atténuer ces risques, facilitant le partage d'informations et la coordination opérationnelle avec la réponse aux menaces et fournissant des conseils sur la meilleure façon d'utiliser les ressources et les capacités fédérales de manière opportune et efficace pour accélérer le rétablissement.

Les intervenants en cas de menace et d'actifs partageront certaines responsabilités et activités, qui peuvent inclure la communication avec les entités affectées pour comprendre la nature du cyberincident, fournir des conseils aux entités affectées sur les ressources et capacités fédérales disponibles en diffusant rapidement par les canaux appropriés les renseignements et les informations appris au cours de la réponse et faciliter le partage d'informations et la coordination opérationnelle avec d'autres entités du gouvernement fédéral.

Le soutien au renseignement et les activités connexes facilitent la prise de conscience des menaces situationnelles et le partage des renseignements connexes l'analyse intégrée des tendances et des événements des menaces l'identification des lacunes dans les connaissances et la capacité de dégrader ou d'atténuer les capacités de menace de l'adversaire.

Une agence fédérale touchée doit s'engager dans une variété d'efforts pour gérer l'impact d'un cyberincident, ce qui peut inclure le maintien de la continuité des activités ou des opérations en traitant les impacts financiers négatifs la protection de la vie privée la gestion des risques de responsabilité en se conformant aux exigences légales et réglementaires (y compris la divulgation et la notification) s'engager dans des communications avec des employés ou d'autres personnes concernées et traiter des affaires externes (par exemple, les enquêtes des médias et du Congrès). L'agence fédérale concernée aura la responsabilité principale de cette ligne d'effort.

Lorsqu'un cyberincident affecte une entité privée, le gouvernement fédéral ne jouera généralement pas de rôle dans cette ligne d'effort, mais il restera conscient des activités de réponse de l'entité affectée, conformément aux principes ci-dessus et en coordination avec l'entité affectée. L'agence sectorielle (SSA) compétente coordonnera généralement les efforts du gouvernement fédéral pour comprendre l'impact commercial ou opérationnel potentiel d'un cyberincident sur les infrastructures critiques du secteur privé.

V. Architecture de la coordination des interventions du gouvernement fédéral pour les cyberincidents importants1

Afin de réagir efficacement aux cyberincidents importants, le gouvernement fédéral coordonnera ses activités de trois façons :

Coordination des politiques nationales2

Le Cyber ​​Response Group (CRG), à l'appui des sous-comités et des principaux comités du Conseil de sécurité nationale (NSC), et responsable par l'intermédiaire de l'assistant du président pour la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme (APHSCT) devant le NSC présidé par le président, coordonne la l'élaboration et la mise en œuvre de la politique et de la stratégie du gouvernement des États-Unis en ce qui concerne les cyberincidents importants affectant les États-Unis ou leurs intérêts à l'étranger.

Procédures de coordination améliorées de l'Agence. Chaque agence fédérale qui participe régulièrement au CRG, y compris les SSA, doit établir et suivre des procédures de coordination renforcées telles que définies dans l'annexe de la présente PPD dans les situations dans lesquelles les exigences de réponse à un cyberincident important dépassent sa capacité permanente.

Groupe de coordination unifiée cybernétique. Un groupe de coordination cyber unifié (UCG) servira de méthode principale pour la coordination entre et parmi les agences fédérales en réponse à un cyber incident important ainsi que pour l'intégration des partenaires du secteur privé dans les efforts de réponse aux incidents, le cas échéant. Un Cyber ​​UCG doit être formé sous la direction du comité des directeurs du NSC, du comité des adjoints ou du CRG, ou lorsque deux ou plusieurs agences fédérales qui participent généralement au CRG, y compris les SSA concernées, demandent sa formation. Un Cyber ​​UCG doit également être formé lorsqu'un cyber incident important affecte les propriétaires et les opérateurs d'infrastructures critiques identifiés par le secrétaire à la Sécurité intérieure comme possédant ou exploitant des infrastructures critiques pour lesquelles un cyber incident pourrait raisonnablement entraîner des effets régionaux ou nationaux catastrophiques sur la santé ou la sécurité publiques. , la sécurité économique ou la sécurité nationale.

Un Cyber ​​UCG sera normalement composé d'agences fédérales responsables de la réponse aux menaces, de la réponse aux actifs et du soutien au renseignement, mais comprendra également des SSA, si un cyberincident affecte ou est susceptible d'affecter les secteurs qu'ils représentent. En outre, comme l'exigent la portée, la nature et les faits d'un cyberincident important particulier, un Cyber ​​UCG peut inclure la participation d'autres agences fédérales, de gouvernements SLTT, d'organisations non gouvernementales, d'homologues internationaux ou du secteur privé.

Suite à la formation d'un Cyber ​​UCG, les agences fédérales répondant à l'incident doivent affecter les cadres supérieurs, le personnel et les ressources appropriés pour exécuter les responsabilités de l'agence dans le cadre d'un Cyber ​​UCG. Le Cyber ​​UCG est destiné à aboutir à une unité d'effort et à ne pas modifier les autorités de l'agence ou les responsabilités de leadership, de surveillance ou de commandement. À moins d'un accord mutuel entre les chefs d'agence ou leurs représentants, et conformément aux autorités légales applicables telles que la loi sur l'économie de 1932 (31 U.S.C. 1535), les départements et agences fédéraux maintiendront un contrôle opérationnel sur les actifs de leurs agences respectives.

Agences fédérales chefs de file. In order to ensure that the Cyber UCG achieves maximum effectiveness in coordinating responses to significant cyber incidents, the following agencies shall serve as Federal lead agencies for the specified line of effort:

  1. In view of the fact that significant cyber incidents will often involve at least the possibility of a nation-state actor or have some other national security nexus, the Department of Justice, acting through the Federal Bureau of Investigation and the National Cyber Investigative Joint Task Force, shall be the Federal lead agency for threat response activities.
  2. The Department of Homeland Security, acting through the National Cybersecurity and Communications Integration Center, shall be the Federal lead agency for asset response activities.
  3. The Office of the Director of National Intelligence, through the Cyber Threat Intelligence Integration Center, shall be the Federal lead agency for intelligence support and related activities.

Drawing upon the resources and capabilities across the Federal Government, the Federal lead agencies are responsible for:

  1. Coordinating any multi-agency threat or asset response activities to provide unity of effort, to include coordinating with any agency providing support to the incident, to include SSAs in recognition of their unique expertise
  2. Ensuring that their respective lines of effort are coordinated with other Cyber UCG participants and affected entities, as appropriate
  3. Identifying and recommending to the CRG, if elevation is required, any additional Federal Government resources or actions necessary to appropriately respond to and recover from the incident and
  4. Coordinating with affected entities on various aspects of threat, asset, and affected entity response activities through a Cyber UCG, as appropriate.

Field-Level Coordination

Field-level representatives of the Federal asset or threat response lead agencies shall ensure that they effectively coordinate their activities within their respective lines of effort with each other and the affected entity. Such representatives may be co-located with the affected entity.

VI. Unified Public Communications

The Departments of Homeland Security and Justice shall maintain and update as necessary a fact sheet outlining how private individuals and organizations can contact relevant Federal agencies about a cyber incident.

VII. Relationship to Existing Policy

Nothing in this directive alters, supersedes, or limits the authorities of Federal agencies to carry out their functions and duties consistent with applicable legal authorities and other Presidential guidance and directives. This directive generally relies on and furthers the implementation of existing policies and explains how United States cyber incident response structures interact with those existing policies. In particular, this policy complements and builds upon PPD-8 on National Preparedness of March 30, 2011. By integrating cyber and traditional preparedness efforts, the Nation will be ready to manage incidents that include both cyber and physical effects.

1 Additional details regarding the Federal Government’s coordination architecture for significant cyber incidents are contained in an annex to this PPD.

2 This sub-section supersedes NSPD-54/HSPD-23, paragraph 13, concerning the National Cyber Response Coordination Group.


New Hawaii law shuns Obama birth document requests

Source: Komo News

It’s now law in Hawaii that the state government can ignore repetitive requests for President Barack Obama’s birth certificate.

Republican Gov. Linda Lingle signed into law Wednesday a bill allowing state government agencies not to respond to follow-up requests for information if they determine that the subsequent request is duplicative or substantially similar to a previous request.

The law is aimed at so-called “birthers,” who claim Obama is ineligible to be president. They contend the Democratic president was born outside the United States, and therefore doesn’t meet a constitutional requirement for being president.

Lingle didn’t elaborate on her reasons for signing the bill, but state Health Director Dr. Chiyome Fukino previously issued statements saying that she’s seen vital records that prove Obama was born in Hawaii and is a natural-born American citizen.

Both Fukino and the state registrar of vital statistics have verified that the Health Department holds Obama’s original birth certificate.

Health Department officials supported the law because the state still gets between 10 and 20 e-mails seeking verification of Obama’s birth each week, most of them from outside Hawaii.

A few of those requesters file repeated inquiries seeking the same information, even after they’re told state law bars release of a certified birth certificate to anyone who does not have a tangible interest.

Advocates for openness in government oppose the law because they fear it could be used to ignore legitimate requests for information.

Partagez ceci :

Comme ça:


Is Obama Biblically Hostile? A thought provoking article by David Barton.

I read this article by David Barton recently regarding US President Barrack Obama’s hostile position toward the Bible and Christianity. I thought it was thought provoking and so decided to blog the article. Here it is:-

Is Obama Biblically hostile? Check out the facts below. A lot if reading but it pays to be educated sometimes

When one observes President Obama’s unwillingness to accommodate America’s four-century long religious conscience protection through his attempts to require Catholics to go against their own doctrines and beliefs, one is tempted to say that he is anti-Catholic. But that characterization w ould not be correct. Although he has recently singled out Catholics, he has equally targeted traditional Protestant beliefs over the past four years. So since he has attacked Catholics and Protestants, one is tempted to say that he is anti-Christian. But that, too, would be inaccurate. He has been equally disrespectful in his appalling treatment of religious Jews in general and Israel in particular. So perhaps the most accurate description of his antipathy toward Catholics, Protestants, religious Jews, and the Jewish nation would be to characterize him as anti-Biblical. And then when his hostility toward Biblical people of faith is contrasted with his preferential treatment of Muslims and Muslim nations, it further strengthens the accuracy of the anti-Biblical descriptor. In fact, there have been numerous clearly documented times when his pro-Islam positions have been the cause of his anti-Biblical actions.

Listed below in chronological order are
(1) numerous records of his attacks on Biblical persons or organizations
(2) examples of the hostility toward Biblical faith that have become evident in the past three years in the Obama-led military
(3) a listing of his open attacks on Biblical values and finally
(4) a listing of numerous incidents of his preferential deference for Islam’s activities and positions, including letting his Islamic advisors guide and influence his hostility toward people of Biblical faith.

1. Acts of hostility toward people of Biblical faith:

April 2008 – Obama speaks disrespectfully of Christians, saying they “cling to guns or religion” and have an “antipathy to people who aren’t like them.” 1

February 2009 – Obama announces plans to revoke conscience protection for health workers who refuse to participate in medical activities that go against their beliefs, and fully implements the plan in February 2011. 2

April 2009 – When speaking at Georgetown University, Obama orders that a monogram symbolizing Jesus’ name be covered when he is making his speech. 3

May 2009 – Obama declines to host services for the National Prayer Day (a day established by federal law) at the White House. 4

April 2009 – In a deliberate act of disrespect, Obama nominated three pro-abortion ambassadors to the Vatican of course, the pro-life Vatican rejected all three. 5

October 19, 2010 – Obama begins deliberately omitting the phrase about “the Creator” when quoting the Declaration of Independence – an omission he has made on no less than seven occasions. 6

November 2010 – Obama misquotes the National Motto, saying it is “E pluribus unum” rather than “In God We Trust” as established by federal law. 7

January 2011 – After a federal law was passed to transfer a WWI Memorial in the Mojave Desert to private ownership, the U. S. Supreme Court ruled that the cross in the memorial could continue to stand, but the Obama administration refused to allow the land to be transferred as required by law, and refused to allow the cross to be re-erected as ordered by the Court. 8

February 2011 – Although he filled posts in the State Department, for more than two years Obama did not fill the post of religious freedom ambassador, an official that works against religious persecution across the world he filled it only after heavy pressure from the public and from Congress. 9

April 2011 – For the first time in American history, Obama urges passage of a non-discrimination law that does not contain hiring protections for religious groups, forcing religious organizations to hire according to federal mandates without regard to the dictates of their own faith, thus eliminating conscience protection in hiring. dix

August 2011 – The Obama administration releases its new health care rules that override religious conscience protections for medical workers in the areas of abortion and contraception. 11

November 2011 – President Obama opposes inclusion of President Franklin Roosevelt’s famous D-Day Prayer in the WWII Memorial. 12

November 2011 – Unlike previous presidents, Obama studiously avoids any religious references in his Thanksgiving speech. 13

December 2011 – The Obama administration denigrates other countries’ religious beliefs as an obstacle to radical homosexual rights. 14

January 2012 – The Obama administration argues that the First Amendment provides no protection for churches and synagogues in hiring their pastors and rabbis. 15

February 2012 – The Obama administration forgives student loans in exchange for public service, but announces it will no longer forgive student loans if the public service is related to religion. 16

January 2013 – Pastor Louie Giglio is pressured to remove himself from praying at the inauguration after it is discovered he once preached a sermon supporting the Biblical definition of marriage. 17

February 2013 – The Obama Administration announces that the rights of religious conscience for individuals will not be protected under the Affordable Care Act. 18

2. Acts of hostility from the Obama-led military toward people of Biblical faith:

January 2010 – Because of “concerns” raised by the Department of Defense, tiny Bible verse references that had appeared for decades on scopes and gunsights were removed. 19

June 2011 – The Department of Veterans Affairs forbids references to God and Jesus during burial ceremonies at Houston National Cemetery. 20

August 2011 – The Air Force stops teaching the Just War theory to officers in California because the course is taught by chaplains and is based on a philosophy introduced by St. Augustine in the third century AD – a theory long taught by civilized nations across the world (except now, America). 21

September 2011 – Air Force Chief of Staff prohibits commanders from notifying airmen of programs and services available to them from chaplains. 22

September 2011 – The Army issues guidelines for Walter Reed Medical Center stipulating that “No religious items (i.e. Bibles, reading materials and/or facts) are allowed to be given away or used during a visit.” 23

November 2011 – The Air Force Academy rescinds support for Operation Christmas Child, a program to send holiday gifts to impoverished children across the world, because the program is run by a Christian charity. 24

November 2011 – Even while restricting and disapprobating Christian religious expressions, the Air Force Academy pays $80,000 to add a Stonehenge-like worship center for pagans, druids, witches and Wiccans at the Air Force Academy. 25

February 2012 – The U. S. Military Academy at West Point disinvites three star Army general and decorated war hero Lieutenant General William G. (“Jerry”) Boykin (retired) from speaking at an event because he is an outspoken Christian. 26

February 2012 – The Air Force removes “God” from the patch of Rapid Capabilities Office (the word on the patch was in Latin: Dei). 27

February 2012 – The Army ordered Catholic chaplains not to read a letter to parishioners that their archbishop asked them to read. 28

April 2012 – A checklist for Air Force Inns will no longer include ensuring that a Bible is available in rooms for those who want to use them. 29

May 2012 – The Obama administration opposed legislation to protect the rights of conscience for military chaplains who do not wish to perform same-sex marriages in violation of their strongly-held religious beliefs. 30

June 2012 – Bibles for the American military have been printed in every conflict since the American Revolution, but the Obama Administration revokes the long-standing U. S. policy of allowing military service emblems to be placed on those military Bibles. 31

January 2013 – President Obama announced his opposition to a provision in the 2013 National Defense Authorization Act protecting the rights of conscience for military chaplains. 32

April 2013 – Officials briefing U.S. Army soldiers placed “Evangelical Christianity” and “Catholicism” in a list that also included Al-Qaeda, Muslim Brotherhood, and Hamas as examples of “religious extremism.” 33

April 2013 – The U.S. Army directs troops to scratch off and paint over tiny Scripture verse references that for decades had been forged into weapon scopes. 34

April 2013 – The Air Force creates a “religious tolerance” policy but consults only a militant atheist group to do so — a group whose leader has described military personnel who are religious as ‘spiritual rapists’ and ‘human monsters’ 35 and who also says that soldiers who proselytize are guilty of treason and sedition and should be punished to hold back a “tidal wave of fundamentalists.” 36

May 2013 – The Pentagon announces that “Air Force members are free to express their personal religious beliefs as long as it does not make others uncomfortable. “Proselytizing (inducing someone to convert to one’s faith) goes over that line,” 37 affirming if a sharing of faith makes someone feel uncomfortable that it could be a court-marital offense 38 — the military equivalent of a civil felony.

May 2013 – An Air Force officer was actually made to remove a personal Bible from his own desk because it “might” appear that he was condoning the particular religion to which he belonged. 39

3. Acts of hostility toward Biblical values:

January 2009 – Obama lifts restrictions on U.S. government funding for groups that provide abortion services or counseling abroad, forcing taxpayers to fund pro-abortion groups that either promote or perform abortions in other nations. 40

January 2009 – President Obama’s nominee for deputy secretary of state asserts that American taxpayers are required to pay for abortions and that limits on abortion funding are unconstitutional. 41

March 2009 – The Obama administration shut out pro-life groups from attending a White House-sponsored health care summit. 42

March 2009 – Obama orders taxpayer funding of embryonic stem cell research. 43

March 2009 – Obama gave $50 million for the UNFPA, the UN population agency that promotes abortion and works closely with Chinese population control officials who use forced abortions and involuntary sterilizations. 44

May 2009 – The White House budget eliminates all funding for abstinence-only education and replaces it with “comprehensive” sexual education, repeatedly proven to increase teen pregnancies and abortions. 45 He continues the deletion in subsequent budgets. 46

May 2009 – Obama officials assemble a terrorism dictionary calling pro-life advocates violent and charging that they use racism in their “criminal” activities. 47

July 2009 – The Obama administration illegally extends federal benefits to same-sex partners of Foreign Service and Executive Branch employees, in direction violation of the federal Defense of Marriage Act. 48

September 16, 2009 – The Obama administration appoints as EEOC Commissioner Chai Feldblum, who asserts that society should “not tolerate” any “private beliefs,” including religious beliefs, if they may negatively affect homosexual “equality.” 49

July 2010 – The Obama administration uses federal funds in violation of federal law to get Kenya to change its constitution to include abortion. 50

August 2010 – The Obama administration Cuts funding for 176 abstinence education programs. 51

September 2010 – The Obama administration tells researchers to ignore a judge’s decision striking down federal funding for embryonic stem cell research. 52

February 2011 – Obama directs the Justice Department to stop defending the federal Defence of Marriage Act. 53

March 2011 – The Obama administration refuses to investigate videos showing Planned Parenthood helping alleged sex traffickers get abortions for victimized underage girls. 54

July 2011 – Obama allows homosexuals to serve openly in the military, reversing a policy originally instituted by George Washington in March 1778. 55

September 2011 – The Pentagon directs that military chaplains may perform same-sex marriages at military facilities in violation of the federal Defense of Marriage Act. 56

October 2011 – The Obama administration eliminates federal grants to the U.S. Conference of Catholic Bishops for their extensive programs that aid victims of human trafficking because the Catholic Church is anti-abortion. 57

July 2012 – The Pentagon, for the first time, allows service members to wear their uniforms while marching in a parade – specifically, a gay pride parade in San Diego. 58

4. Acts of preferentialism for Islam:

May 2009 – While Obama does not host any National Day of Prayer event at the White House, he does host White House Iftar dinners in honour of Ramadan. 59

April 2010 – Christian leader Franklin Graham is disinvited from the Pentagon’s National Day of Prayer Event because of complaints from the Muslim community. 60

April 2010 – The Obama administration requires rewriting of government documents and a change in administration vocabulary to remove terms that are deemed offensive to Muslims, including jihad, jihadists, terrorists, radical Islamic, etc. 61

August 2010 – Obama speaks with great praise of Islam and condescendingly of Christianity. 62

August 2010 – Obama went to great lengths to speak out on multiple occasions on behalf of building an Islamic mosque at Ground Zero, while at the same time he was silent about a Christian church being denied permission to rebuild at that location. 63

2010 – While every White House traditionally issues hundreds of official proclamations and statements on numerous occasions, this White House avoids traditional Biblical holidays and events but regularly recognizes major Muslim holidays, as evidenced by its 2010 statements on Ramadan, Eid-ul-Fitr, Hajj, and Eid-ul-Adha. 64

October 2011 – Obama’s Muslim advisers block Middle Eastern Christians’ access to the White House. 65

February 2012 – The Obama administration makes effulgent apologies for Korans being burned by the U. S. military, 66 but when Bibles were burned by the military, numerous reasons were offered why it was the right thing to do. 67

Many of these actions are literally unprecedented – this is the first time they have happened in four centuries of American history. The hostility of President Obama toward Biblical faith and values is without equal from any previous American president.

1. Sarah Pulliam Baily, “Obama: ‘They cling to guns or religion’,” Christianity Today, April 13, 2008. (Return)

2. Aliza Marcus, “Obama to Lift ‘Conscience’ Rule for Health Workers,” Bloomberg, February 27, 2009 Sarah Pulliam Baily, “Obama Admin. Changes Bush ‘Conscience’ Rule for Health Workers,” Christianity Today, February 18, 2011. (Return)

3. Jim Lovino, “Jesus Missing From Obama’s Georgetown Speech,” NBC Washington, April 17, 2009. (Return)

4. Johanna Neuman, “Obama end Bush-era National Prayer Day Service at White House,” Los Angeles Times, May 7, 2009. (Return)

5. Chris McGreal, “Vatican vetoes Barack Obama’s nominees for U.S. Ambassador,” The Guardian, April 14, 2009. (Return)

6. Meredith Jessup, “Obama Continues to Omit ‘Creator’ From Declaration of Independence,” The Blaze, October 19, 2010. (Return)

7. “Remarks by the President at the University of Indonesia in Jakarta, Indonesia,” The White House, November 10, 2010. (Return)

8. LadyImpactOhio, ” Feds sued by Veterans to allow stolen Mojave Desert Cross to be rebuilt,” Red State, January 14, 2011. (Return)

9. Marrianne Medlin, “Amid criticism, President Obama moves to fill vacant religious ambassador post,” Catholic News Agency, February 9, 2011 Thomas F. Farr, “Undefender of the Faith,” Foreign Policy, April 5, 2012. (Return)

10. Chris Johnson, “ENDA passage effort renewed with Senate introduction,” Washington Blade, April 15, 2011. (Return)

11. Chuck Donovan, “HHS’s New Health Guidelines Trample on Conscience,” Heritage Foundation, August 2, 2011. (Return)

12. Todd Starns, “Obama Administration Opposes FDR Prayer at WWII Memorial,” Fox News, November 4, 2011. (Return)

13. Joel Siegel, “Obama Omits God From Thanksgiving Speech, Riles Critics,” ABC News, November 25, 2011. (Return)

14. Hillary Rodham Clinton, “Remarks in Recognition of International Human Rights Day,” U.S. Department of State, December 6, 2011. (Return)

15. Ted Olson, “Church Wins Firing Case at Supreme Court,” Christianity Today, January 11, 2012. (Return)

16. Audrey Hudson, “Obama administration religious service for student loan forgiveness,” Human Events, February 15, 2012. (Return)

17. Sheryl Gay Stolberg, “Minister Backs Out of Speech at Inaugural,” New York Times, January 10, 2013 Eric Marrapodi, “Giglio bows out of inauguration over sermon on gays,” CNN, January 10, 2013.(Return)

18.Steven Ertelt, “Obama Admin’s HHS Mandate Revision Likely Excludes Hobby Lobby,” LifeNews.com, February 1, 2013 Dan Merica, “Obama proposal would let religious groups opt-out of contraception mandate,” CNN, February 1, 2013. (Return)

19. Todd Spangler, “U.S. firm to remove Bible references from gun sights,” USA Today, January 21, 2010. (Return)

20. “Houston Veterans Claim Censorship of Prayers, Including Ban of ‘God’ and ‘Jesus’,” Fox News, June 29, 2011. (Return)

21. Jason Ukman, “Air Force suspends ethics course that used Bible passages that train missle launch officers,” Washington Post, August 2, 2011. (Return)

22. “Maintaining Government Neutrality Regarding Religion,” Department of the Air Force, September 1, 2011. (Return)

23. “Wounded, Ill, and Injured Partners in Care Guidelines,” Department of the Navy (accessed on February 29, 2012). (Return)

24. “Air Force Academy Backs Away from Christmas Charity,” Fox News Radio, November 4, 2011. (Return)

25. Jenny Dean, “Air Force Academy adapts to pagans, druids, witches and Wiccans,” Los Angeles Times, November 26, 2011. (Return)

26. Ken Blackwell, “Gen. Boykin Blocked At West Point,” cnsnews.com, February 1, 2012. (Return)

27. Geoff Herbert, ” Air Force unit removes ‘God’ from logo lawmakers warn of ‘dangerous precedent’,” syracuse.com, February 9, 2012. (Return)

28. Todd Starnes, “Army Silences Catholic Chaplains,” Fox News Radio, February 6, 2012. (Return)

29. Markeshia Ricks, “Bible checklist for Air Force lodges going away,” Air Force Times, April 16, 2012. (Return)

30. Patrick Goodenough, “White House ‘Strongly Objects’ to Legislation Protecting Military Chaplains from Doing Same-Sex Weddings or Being Forced to Act Against Conscience,” cnsnews.com, May 16, 2012. (Return)

31. “U.S. military insignia no longer allowed on Bibles,” CBN News, June 14, 2012. (Return)

32. Billy Hallowell, “Obama Opposes NDAA’s ‘Rights of Conscience’ for Military Chaplains & Members, Vows to Protects Rights of Gays,” The Blaze, January 4, 2013 Paul Conner, “Obama calls NDAA conscience clause for military chaplains ‘unnecessary and ill-advised’,” The Daily Caller, January 3, 2013. (Return)

33. Jack Minor, “Military Warned ‘evangelicals’ No. 1 Threat,” WND, April 5, 2013. (Return)

34. Todd Starnes, “Army Removes Bible Reference from Scopes,” Fox News Radio, April 22, 2013. (Return)

35. “Chaplain endorsers ask Air Force for equal time,” Alliance Defending Freedom, April 30, 2013. (Return)

36. Todd Starnes, “Pentagon: Religious Proselytizing is Not Permitted,” Fox News Radio, April 30, 2013. (Return)

37. “Liberty Institute Calls On U.S. Department Of Defense To Abandon Shift In Military’s Proselytizing Policy,” PR Newswire, May 7, 2013 Todd Starnes, “Air Force Officer Told to Remove Bible from Desk,” Townhall.com, May 3, 2013. (Return)

38. “Pentagon May Court Martial Soldiers Who Share Christian Faith,” Breitbart, May 1, 2013. (Return)

39. Todd Starnes, “Air Force Officer Told to Remove Bible from Desk,” Townhall.com, May 3, 2013. (Return)

40. Jeff Mason and Deborah Charles, “Obama lifts restrictions on abortion funding,” Reuters, January 23, 2009. (Return)

41. “Obama pick: Taxpayers must fund abortions,” World Net Daily, January 27, 2009. (Return)

42. Steven Ertelt, “Pro-Life Groups Left Off Obama’s Health Care Summit List, Abortion Advocates OK,” LifeNews, March 5, 2009. (Return)

43. ” Obama Signs Order Lifting Restrictions on Stem Cell Research Funding,” Fox News, March 9, 2009. (Return)

44. Steven Ertelt, “ Obama Administration Announces $50 Million for Pro-Forced Abortion UNFPA,” LifeNews, March 26, 2009 Steven Ertelt, “President Barack Obama’s Pro-Abortion Record: A Pro-Life Compilation,” LifeNews, February 11, 2012. (Return)

45. Steven Ertelt, “Barack Obama’s Federal Budget Eliminates Funding for Abstinence-Only Education,” LifeNews, May 8, 2009. (Return)

46. Steven Ertelt, “Obama Budget Funds Sex Ed Over Abstinence on 16-1 Margin,” LifeNews, February 14, 2011. (Return)

47. Steven Ertelt, “Obama Admin Terrorism Dictionary Calls Pro-Life Advocates Violent, Racist,” LifeNews, May 5, 2009. (Return)

48. “Memorandum for the Heads of Executive Departments and Agencies,” The White House, June 17, 2009. (Return)

49. Matt Cover, “Obama’s EEOC Nominee: Society Should ‘Not Tolerate Private Beliefs’ That ‘Adversely Affect’ Homosexuals,” cnsnews.com, January 18, 2010. (Return)

50. Tess Civantos, “White House Spent $23M of Taxpayer Money to Back Kenyan Constitution That Legalizes Abortion, GOP Reps Say,” Fox News, July 22, 2010. (Return)

51. Steven Ertelt, “Obama, Congress Cut Funding for 176 Abstinence Programs Despite New Study,” LifeNews, August 26, 2010. (Return)

52. Steven Ertelt, “President Barack Obama’s Pro-Abortion Record: A Pro-Life Compilation,” LifeNews, February 11, 2012. (Return)

53. Brian Montopoli, “Obama administration will no longer defend DOMA,” CBSNews, February 23, 2011. (Return)

54. Steven Ertelt, “Obama Admin Ignores Planned Parenthood Sex Trafficking Videos,” LifeNews, March 2, 2011. (Return)

55. Elisabeth Bumiller, “Obama Ends ‘Don’t Ask, Don’t Tell’ Policy,” New York Times, July 22, 2011 George Washington, The Writings of George Washington, John C. Fitzpatrick, editor (Washington: U. S. Government Printing Office, 1934), Vol. XI, pp. 83-84, from General Orders at Valley Forge on March 14, 1778. (Return)

56. Luis Martinez, “Will Same Sex Marriages Pose a Dilemma for Military Chaplains?,” ABC News, October 12, 2011. (Return)

57. Jerry Markon, “Health, abortion issues split Obama administration and Catholic groups,” Washington Post, October 31, 2011. (Return)

58. “Pentagon: Service members now allowed to wear uniforms in gay pride parades,” NY Daily News, July 19, 2012. (Return)

59. Barack Obama, “ Remarks by the President at Iftar Dinner,” The White House, September 1, 2009 Kristi Keck, “ Obama tones down National Day of Prayer observance,” CNN, May 6, 2009 Dan Gilgoff, “ The White House on National Day of Prayer: A Proclamation, but No Formal Ceremony,” U.S. News, May 1, 2009. (Return)

60. “Franklin Graham Regrets Army’s Decision to Rescind Invite to Pentagon Prayer Service,” Fox News, April 22, 2010. (Return)

61. “Obama Bans Islam, Jihad From National Security Strategy Document,” Fox News, April 7, 2010 “Counterterror Adviser Defends Jihad as ‘Legitimate Tenet of Islam’,” Fox News, May 27, 2010 “‘Islamic Radicalism’ Nixed From Obama Document,” CBSNews, April 7, 2010. (Return)

62. Chuck Norris, “ President Obama: Muslim Missionary? (Part 2),” Townhall.com, August 24, 2010 Chuck Norris, “President Obama: Muslim Missionary?,” Townhall.com, August 17, 2010.(Return)

63. Barack Obama, “Remarks by the President at Iftar Dinner,” The White House, August 13, 2010 “Obama Comes Out in Favor of Allowing Mosque Near Ground Zero,” Fox News, August 13, 2010 Pamela Geller, “Islamic Supremacism Trumps Christianity at Ground Zero,” American Thinker, July 21, 2011. (Return)

64. “WH Fails to Release Easter Proclamation,” Fox Nation, April 25, 2011 “President Obama ignores most holy Christian holiday AFA calls act intentional,” American Family Association (accessed on February 29, 2012).(Return)

65. “Report: Obama’s Muslim Advisers Block Middle Eastern Christians’ Access to the White House,” Big Peace (accessed on February 29, 2012). (Return)

66. Masoud Popalzai and Nick Paton Walsh, “ Obama apologizes to Afghanistan for Quran burning,” CNN, February 23, 2012. (Return)

67. “Military burns unsolicited Bibles sent to Afghanistan,” CNN, May 22, 2009. (Return)


Voir la vidéo: Centre Dappel: Conversation entre le téléconseiller et le client Opérateur Télé (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Ravid

    Entre nous parlant, cela est évident. Je vous invite à essayer de rechercher sur google.com

  2. Tripp

    Vous pouvez le dire, cette exception :)

  3. Doumi

    Aujourd'hui, je lis beaucoup sur cette question.

  4. Bemot

    effectivement?



Écrire un message