Podcasts sur l'histoire

Y avait-il des rois/reines qui étaient des monarques en tant qu'enfants de bons dirigeants ?

Y avait-il des rois/reines qui étaient des monarques en tant qu'enfants de bons dirigeants ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'écoute un podcast sur l'histoire de l'Angleterre, et jusqu'à présent (seulement jusqu'à 1405) Tous les monarques qui ont commencé comme des enfants ont été des leaders pitoyables.

Y en a-t-il (dans le monde) qui se sont avérés être de bons dirigeants ?

Je comprends pourquoi devenir roi à un si jeune âge serait terrible pour toi, je sais que si quelqu'un m'avait dit à 10 ans "Tu es reine maintenant", ça m'aurait monté droit à la tête.

Pour répondre aux questions : Par enfant, j'entends ceux qui ont légalement requis un régent au début de leur règne. (ou avaient moins de 12 ans, dans les principautés qui n'exigeaient pas légalement de régences)

Aux fins de cette question, un « bon » monarque est celui dont le règne était perçu comme légitime. Les guerres civiles, les prétendants et autres crises de légitimité sont des indicateurs que le monarque n'était pas bon. Veuillez noter dans la réponse si le monarque était perçu comme bon par ses contemporains, mais serait perçu comme particulièrement mauvais par les lumières modernes (brutalité excessive, guerre, violations des droits de l'homme, etc.),

Je viens de lire à propos d'Henri III et j'ai trouvé cette citation sur sa page wiki

En 1258, le règne d'Henri est de plus en plus impopulaire, en raison de l'échec de sa politique étrangère coûteuse et de la notoriété de ses demi-frères poitevins, les Lusignan, ainsi que du rôle de ses fonctionnaires locaux dans la perception des impôts et des dettes. Une coalition de ses barons, initialement probablement soutenue par Eleanor, a pris le pouvoir lors d'un coup d'État et a expulsé les Poitevins d'Angleterre, réformant le gouvernement royal par le biais d'un processus appelé les Provisions d'Oxford. Henri et le gouvernement baronnial ont conclu une paix avec la France en 1259, en vertu de laquelle Henri a renoncé à ses droits sur ses autres terres en France en échange du roi Louis IX le reconnaissant comme le souverain légitime de la Gascogne. Le régime baronnial s'est effondré mais Henry n'a pas pu réformer un gouvernement stable et l'instabilité à travers l'Angleterre a continué.

EDIT Merci à tous, c'était des lectures fascinantes, mais comme je souffre du Brexit, je dois voter pour un roi du pays James VI, et j'ai hâte d'entendre comment mon podcasteur le couvre.


Le roi Jacques VI d'Écosse (futur Jacques Ier d'Angleterre)

Les réponses existantes n'ont pas donné d'exemples de rois de l'histoire britannique. Jacques VI est devenu roi d'Écosse à l'âge de 13 mois, à la suite de l'abdication forcée de sa mère, Marie, reine d'Écosse.

Il a bien joué une main difficile et a évité les guerres civiles et le mécontentement qui affecteraient les derniers Stuart Kings. Si nous le jugeons uniquement sur sa domination de l'Écosse, il n'y aurait aucun doute sur son succès en tant que « bon roi ». Il a établi un gouvernement efficace en Écosse, par la nomination d'un ministre talentueux. Il a pris le contrôle des Highland Clans, d'une manière qui serait désormais considérée comme despotique, mais qui était efficace à l'époque. Il a également pris le contrôle du Kirk.

En Angleterre, il réussit à empêcher la guerre civile entre catholiques et protestants, et entre parlementaires et royalistes. Contrairement à son fils, Charles, il a négocié efficacement avec le parlement, et alors qu'il a fait face à de multiples attentats à sa vie. La menace de guerre s'estompa alors qu'il parvenait à contrôler les Hawks au Parlement qui faisaient pression pour la guerre avec l'Espagne.

Ses politiques maintenaient le trésor et soutenaient le développement culturel de la Grande-Bretagne et le début de l'Empire britannique en Amérique. On peut affirmer qu'il a commis des erreurs qui ont créé des problèmes pour ses fils et ses petits-fils, mais à la fin de son règne, il a été véritablement pleuré par les gens du nord et du sud de la frontière.

Par comparaison avec ceux qui lui succèdent (Charles Ier, II et Jacques II)) et avant lui (Marie, Edouard VI) et compte tenu des tensions qui couvent à l'époque, il doit être considéré comme un « bon » roi par les critères de la question.

Sources : Wikipédia, basé sur

  • Croft, Pauline (2003), King James, Basingstoke et New York : Palgrave Macmillan, ISBN 0-333-61395-3.

  • Lockyer, Roger (1998), James VI et moi, Longman, ISBN 0-582-27961-5

  • Smith, David L. (2003), "Politics in Early Stuart Britain", dans Coward, Barry, A Companion to Stuart Britain, Blackwell Publishing, ISBN 0-631-21874-2

et d'autres sources.


Comme le souligne le commentaire de Mark C. Wallace, la réponse dépend de ce que vous considérez comme un bon roi. Cependant, il y a des rois qui sont devenus rois alors qu'ils étaient enfants et qui sont toujours considérés comme de grands rois - du moins, parmi les plus célèbres de leur pays.

Deux exemples :

Louis XIV de France : roi à 4 ans, déclaré majeur (et régence terminée) à 13 ans.

Jacques Ier d'Aragon : roi à 5 ans. Toujours le roi le plus important d'Aragon - du moins du point de vue catalan.


Éditer pour répondre au commentaire que Louis XIV n'était pas si bon :

Si Louis XIV n'était pas bon dans son travail parce que il a hérité du royaume le plus puissant, le plus riche et le plus peuplé d'Europe et l'a laissé dans un état bien plus pauvre (ce qui est un bon point), alors le mérite devrait revenir au roi précédent, son père Louis XIII qui ferait alors une meilleure réponse à la question, puisqu'il est également devenu roi comme un enfant (à 9 ans).


Pierre le Grand de Russie monta sur le trône à l'âge de 10 ans et Ivan le Terrible (qui était terrifiant, pas incompétent) devint prince de Moscou à l'âge de 3 ans. Tous deux réussirent à centraliser le pouvoir, à moderniser le pays et à conquérir ses voisins. Ivan a fait beaucoup d'autres choses que nous considérerions comme mauvaises aujourd'hui, et Peter a survécu à plusieurs luttes de pouvoir dans son enfance.

En revanche, la pire chose que l'on puisse dire à propos de Wilhelmine des Pays-Bas, devenue reine à l'âge de 10 ans, est qu'elle a été forcée à l'exil par l'occupation nazie, ce qui, je suppose, est une "crise de légitimité". Bien sûr, un monarque constitutionnel moderne avant l'ère des tabloïds, et encore moins des médias sociaux, avait un travail beaucoup plus facile qu'un monarque absolu.


Il y avait quelques pharaons notables :

  • Thoutmosis III, né en 1481 av. J.-C., a régné en 1479-1425 av. environ 2 ans quand il est devenu pharaon. Sa co-régente était sa belle-mère Hatchepsout, mais elle a continué en tant que co-dirigeante / pharaon jusqu'à sa mort lorsque Thoutmosis avait 22 ans. Selon Wikipedia, Thoutmosis est « largement considéré comme un génie militaire par les historiens ».
  • Amenhotep III, né vers 1388 avant JC, les dates de règne sont contestées mais il était probablement environ 6 à 12 ans vieux quand il est devenu pharaon. Son règne « a été une période de prospérité et de splendeur artistique sans précédent, lorsque l'Égypte a atteint le sommet de sa puissance artistique et internationale ».

En Iran,

  • Shapur II, né en 309 après JC, a régné en 309-379 après JC, était un nourrisson qui est devenu le monarque régnant le plus longtemps en Iran. "Son règne a vu la résurgence militaire du pays, et l'expansion de son territoire, qui a marqué le début du premier âge d'or sassanide."

Pour Pontus,

  • Mithridate VI, né 134 avant JC, régna 120-63 avant JC, était 14 ans. « Mithridate est considéré comme l'un des ennemis les plus redoutables et les plus victorieux de la République romaine »

En Europe,

  • David II, né en 1324, roi d'Écosse de 1329 à 1371, était 5 ans. Son règne a connu des hauts et des bas, mais « Au moment de sa mort, la monarchie écossaise était plus forte, et le royaume et les finances royales plus prospères qu'il n'aurait pu sembler possible ».
  • Edouard III, né en 1312, régna de 1327-77, était 14 ans lorsqu'il devint roi avec Roger Mortimer comme dirigeant effectif. En 1330, le jeune roi prend le pouvoir et fait exécuter Mortimer. "Edward III a transformé le Royaume d'Angleterre en l'une des puissances militaires les plus redoutables d'Europe. Son long règne de 50 ans a été le deuxième plus long de l'Angleterre médiévale et a vu des développements vitaux dans la législation et le gouvernement"

Un enfant monarque doit généralement avoir une période de régence, au cours de laquelle quelqu'un d'autre exerce tous les pouvoirs de l'État en son nom, jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge adulte et qu'on puisse raisonnablement s'attendre à ce qu'il le fasse lui-même. Le problème avec les régences est que, historiquement, elles ont tendance à avoir un assez mauvais bilan pour maintenir leur charge en vie.

Un régent (essentiellement un roi agissant, et donc au-dessus de la loi) a déjà peu d'incitations à remettre tout ce pouvoir doux et doux. En ajoutant à l'équation un héritier avec une forte personnalité (et donc susceptible de prendre complètement le relais de leurs régents dès la majorité), et l'incitation tombe à près de zéro. Donc la sélection naturelle favoriserait les dirigeants faibles survivant à leurs régences.

Je ne trouve pas de bonne source pour les enfants monarques/régences, mais un moyen rapide serait de commencer par la liste des monarques les plus anciens (au motif que (a) il est beaucoup plus probable qu'un monarque de longue date ait commencé plus tôt dans la vie, et (b) permettre au souverain de rester sur le trône indique que ses contemporains estimaient que son règne était « bon ».)

  • Sobhuza du Swaziland a une absence notable de commentaires désobligeants, mais est moderne. OP n'a pas limité la question au pré-moderne, mais je pense que cela devrait l'être; les défis d'un monarque moderne sont nettement différents de ceux du monarque pré-moderne.

  • Bernard de Lieppe, dit "le Bellique". Ce surnom le qualifierait probablement de « bon » pour ses contemporains, mais de « mauvais » pour nos contemporains.

  • Guillaume IV comte princier d'Henneberg-Schleusingen se qualifie sur le deuxième terrain ci-dessus - il a hérité à 5 ans et a régné pendant 80 ans. Pendant 80 ans, ses sujets n'ont pas pu trouver une meilleure alternative, il devait donc être un bon dirigeant.

  • K'inich Janaab Pakal du Mexique

    Pendant un règne de 68 ans, la plus longue période de règne connue de l'histoire des Amériques, la 30e plus longue au monde et la plus longue jusqu'à Frédéric III au 15e siècle, Pakal était responsable de la construction ou de l'extension de certaines des inscriptions les plus remarquables de Palenque et architecture monumentale.

Il pourrait également être utile d'examiner la liste complète des régences.


Eh bien, c'est un peu technique, mais Gustave Adolphe de Suède a été sous régence pendant quelques mois après la mort de son père, avant d'être déclaré majeur à 17 ans. Même s'il y a ceux qui ont remis en question sa décision d'entrer dans la guerre de Trente Ans, il ne fait aucun doute qu'il a fait passer la Suède du bord de la catastrophe militaire à l'une des nations les plus puissantes d'Europe, qu'il a modernisé le gouvernement et contribué à révolutionner tactique militaire, ou que l'entrée en guerre était un tournant permanent pour la cause protestante.

Autant que je sache, il n'y a eu aucune rébellion pendant son règne ; il a même réussi à avoir de bonnes relations de travail avec les fils de nobles qui avaient été exécutés par son père. Après sa mort au combat, les domaines suédois lui ont accordé l'épithète "le Grand" (bien qu'elle ne soit presque jamais utilisée). Pendant longtemps, il fut peut-être la principale figure du nationalisme suédois, et presque une sorte de saint protestant.

Moins technique, Charles XI de Suède hérita plus tard de l'Empire que Gustave Adolphe avait contribué à créer. Après avoir été mêlé à la guerre franco-néerlandaise, qui lui a presque fait perdre une grande partie des possessions allemandes et danoises, il a entrepris de réformer le royaume, de centraliser le pouvoir pour lui-même, de réduire les terres des nobles, de renforcer l'armée et de tenter unifier les lois. Malgré les mauvais traitements infligés à la population des anciennes provinces danoises et norvégiennes, il réussit à les intégrer politiquement et culturellement en Suède.

Bien que moins admiré que certains autres rois suédois, le règne de Charles XI a vu la paix la plus longue depuis plus de 150 ans, et bien que ses réformes se soient finalement avérées inférieures à ce qui était nécessaire, elles ont donné à la Suède une chance de se battre dans la Grande Guerre du Nord. , qui a éclaté après sa mort. Charles jouissait également d'une place dans la légende en tant que roi exceptionnellement juste, qui parcourait le pays déguisé pour réparer les torts.

Sources

Pour un ouvrage général sur la Suède du XVIIe siècle, je recommanderais le quatrième volume de Sveriges Historia. Pour la vie de Gustave Adolphe, l'œuvre de Sverker Oredsson Gustave II Adolf est utile. Pour Charles XI, Göran Rystads Karl XI est bon.


Un oui haut la main pour l'empereur Kangxi de la Chine de la dynastie Qing. Il est devenu empereur nominal à l'âge de 7 ans et a eu une régence de 6 ans ; puis a régné directement de l'âge de 13 ans à sa mort à la fin de la soixantaine.

Son règne a été considéré comme l'une des périodes les plus prospères et les plus productives de l'histoire chinoise, et (contrairement à l'exemple de Louis XIV) il s'est incontestablement étendu aux générations futures, son petit-fils l'empereur Qianlong ayant un règne tout aussi long et prospère.

Kangxi lui-même n'a été intronisé que la 17e année de la dynastie Qing (17 années tumultueuses, puisqu'il était le 4e empereur Qing). Ses premières réalisations incluent la consolidation de cette dynastie et la suppression des loyalistes Ming restants.

En plus du succès militaire, au cours de son règne, il a doublé le contenu du trésor national tout en réussissant à réduire les impôts, a parrainé la création d'un dictionnaire complet extrêmement important du chinois (entre autres parrainage scientifique), absorbé (par le biais de contacts jésuites) Le savoir occidental sans tomber dans le colonialisme, et a radicalement réorganisé le gouvernement pour réduire la corruption des agents de niveau intermédiaire.

Alors que parmi la royauté Qing Qianlong force étant son supérieur en influence et en importance, Kangxi a jeté les bases des 150 meilleures années de la dynastie et était incontestablement un souverain exceptionnel.


Le roi Josias de Juda, qui a accédé au trône à l'âge de 8 ans, est un enfant souverain d'Israël qui a réussi. Il a succédé à son père Amon, qui a été assassiné après avoir régné pendant seulement deux ans. Josias a régné 31 ans et a complètement réformé le système religieux en Israël selon la Loi de Dieu. Le livre des 2 Rois rapporte à son sujet « Et il fit ce qui est droit aux yeux de l'Éternel, et marcha dans toute la voie de David son père, et ne se détourna ni à droite ni à gauche. » (Remarque : le roi David était son lointain ancêtre, et souvent le roi par lequel les autres étaient jugés.) Le texte ne décrit aucune contestation de son règne, ni aucune opposition au fait de ramener Israël à Dieu.

Josias est mort en s'opposant au roi Necho II d'Egypte.


Je crois que je vais me concentrer sur les rois et empereurs de l'Est, car les autres réponses fournissent de nombreuses informations sur le côté occidental.

Shapur II de Perse :

À la mort de son père Hormazd II, il était encore dans le ventre de sa mère, l'impératrice douairière Ifra Hormizd. Son frère aîné, le prince Adur Narseh, hérita du trône.

À la suite des révoltes et du complot des nobles contre la cruauté de l'empereur, Shah Adur Narseh a été assassiné, son deuxième frère a été aveuglé, le troisième a été emprisonné mais s'est échappé vers l'Empire romain. Privés de toute autre option, Lords of Persia se tourna vers l'enfant à naître Shapur II.

La couronne de l'empire perse a été placée sur la pudenda de sa mère enceinte selon la légende et le trône était réservé à l'enfant à naître. (Ceci est contesté par certains historiens étant donné que le sexe de l'enfant ne pouvait pas être connu et que s'il s'agissait d'une fille, elle ne pourrait pas prendre le trône). Il est donc vraisemblablement le seul monarque au monde qui a été couronné in utero et est né empereur contrairement aux autres princes.

Jusqu'à ce qu'il soit considéré comme majeur (16 ans), les Nobles dirigeaient effectivement l'Empire en qualité de régents.

L'enfant à naître régnerait pendant soixante-dix ans, le règne le plus long de tous les empereurs perses et deviendrait l'un des plus grands empereurs de Perse. Son règne est considéré comme le plus illustre de l'histoire persane.

Il a cependant adopté une politique de persécution des chrétiens lorsque Constantin le Grand de l'Empire romain s'est converti au christianisme, craignant que les chrétiens ne prennent également le contrôle de l'empire perse. Il était néanmoins généreux envers les Juifs et les autres minorités.

Mehmed II le Conquérant de l'Empire ottoman :

Mehmed II, connu sous le nom de Conquérant ou Fatih Sultan, est monté sur le trône pour la première fois à l'âge de 12 ans lorsque son père Murad II a abdiqué le trône et s'est retiré pour passer le reste de ses jours dans la campagne anatolienne.

Sentant une faiblesse potentielle dans l'Empire ottoman avec un garçon à la barre, les puissances d'Europe occidentale ont lancé une autre croisade, alors que le représentant du pape, le cardinal Julian Cesarini, avait convaincu les puissances européennes que rompre une trêve conclue avec les musulmans n'était pas un péché. Mehmet a rappelé son père de la retraite qui a refusé. Sur quoi, Mehmet a écrit une autre lettre en colère disant :

Si vous êtes le sultan, venez diriger vos armées. Si je suis le sultan, je vous ordonne de venir diriger mes armées.

À cela, Murad II est revenu et a vaincu les puissances européennes à Varna. Après cela, Murad II a repris le trône et a régné jusqu'à sa mort. Ainsi a commencé le deuxième règne de Mehmet II qui a vu l'expansion rapide de l'Empire ottoman et la défaite ultime de l'Empire romain d'Orient.

Akbar le Grand de l'Empire moghol

Akbar était le troisième empereur moghol, petit-fils de Babur et fils de Humayun et un descendant de la maison de Timur (patrilinéaire) et de Gengis Khan (matrilinéaire).

Il est né en exil lorsque son père a été destitué par l'usurpateur Sher Shah Suri. Après la mort de l'usurpateur et le chaos qui a suivi la succession de son fils Islam Shah Suri, l'empereur déchu Humayun a profité de la situation et a reconquis Delhi avec l'aide du persan Shah Tahmasp I. Quelques mois plus tard, l'empereur Humayun est décédé et Akbar, âgé de 14 ans, est monté au trône. Il a cependant été jugé trop jeune pour régner encore et son tuteur, Bairam Khan a régné en tant que régent jusqu'à sa majorité.

Le règne d'Akbar a vu la domination absolue de l'empire moghol sur l'Inde et le jeune empereur n'a jamais été battu dans le champ. Il est finalement devenu l'une des trois ou quatre personnes qui ont réussi à rassembler la majeure partie du sous-continent indien sous un seul empire. Ses réalisations n'étaient pas seulement militaires, il encouragea les innovations scientifiques et leur application dans la guerre, créa une immense bibliothèque comprenant des ouvrages sansskirit, persan, grec, arabe et latin, forma les fondements juridiques et culturels de l'empire moghol, gagna la loyauté de sa majorité non- Les sujets musulmans par le respect, la tolérance, l'abolition de la jizya, l'égalité des chances en matière d'emploi, ont porté l'économie indienne vers de nouveaux sommets.

Il a régné pendant près d'un demi-siècle et est sans aucun doute la plus grande maison impériale de Timur jamais produite.

Al-Hakim Bi Amr Allah du califat fatimide :

Maintenant, voici une entrée controversée. S'il y avait jamais un homme à parts égales de bien et à parts égales de mal, ce serait lui.

Il est né au Caire du calife Al-Aziz. Quand il avait 11 ans, son père est tombé malade lors d'un voyage de retour de Syrie où il était allé visiter les lignes de front contre l'Empire romain d'Orient. Son père est décédé quelques heures après avoir vu son héritier pour la dernière fois et le prince Abu Ali Mansur, âgé de 11 ans, a été proclamé « Par la grâce de Dieu, Calife du Prophète, Commandeur des fidèles et Sultan d'Égypte, de Syrie et du Maghreb » par la cour et a pris le nom regnal Al-Hakim bi-Amr Allah (Signification Souverain par décret de Dieu).

Tant que le calife était mineur, son tuteur Barjawan, le Qadi et le chef berbère Ibn Ammar allaient agir en tant que conseil de régence conformément à la volonté de son père. Mais le premier défi s'est rapidement présenté lorsque les Berbères ont demandé des concessions et des offices au jeune calife, qui les a obligés. Leur chef Ibn Ammar a effectivement pris le rôle de l'unique régent en tant que premier Wastija (intermédiaire entre le calife et l'administration) et la tyrannie s'est ensuivie. Barjawan a rapidement attiré les rivaux d'Ibn Ammar parmi les chefs militaires berbères et l'a renversé avec succès. Tant que Barjawan a vécu, il a maintenu un équilibre entre toutes les factions militaires et civiles au nom du calife en tant que régent.

Après le meurtre de Barjawan, le calife de 15 ans a pris personnellement le commandement du gouvernement et a commencé une purge des élites fatimides qui ont vu des meurtres en masse d'Ibn Ammar et d'autres dirigeants berbères gênants mais puissants. Il a également limité le nombre d'années pendant lesquelles on pouvait rester dans le bureau de vizir ou de Wastija pour limiter le pouvoir des nobles et augmenter ses propres pouvoirs.

Maintenant, il avait maîtrisé la situation et les Fatimides ont recommencé à se développer. Mais cela n'a fait que créer plus de problèmes. Le manifeste de Bagdad a eu lieu. C'était une déclaration faite par des généalogistes Twelver-Shia et sunnites qui ont témoigné à la demande du calife abbasside sunnite Al-Qadir (Rivals des Fatimides) que les Fatimides n'étaient en fait pas les descendants de la lignée sacrée d'Ali et de Fatimah, ils étaient en fait les descendants de un Juif. Al-Qadir avait espéré arrêter l'expansion spirituelle et militaire fatimide via cette déclaration et cela a considérablement nui au prestige fatimide.

Même à l'intérieur, les tensions ont recommencé à frémir. Les armées turques et berbères se sont à nouveau prises à la gorge, les sunnites ont commencé à lancer des attaques contre les communautés ismailies en Afrique du Nord. Cependant, le calife a réussi à empêcher les armées d'une guerre civile pure et simple et n'a perdu aucune terre à l'ouest. Pour contrer les ennemis croissants, Al-Hakim a lancé une campagne diplomatique féroce avec laquelle il a cultivé des liens amicaux avec le puissant Empire romain d'Orient et même jusqu'aux empereurs Song de Chine.

En plus d'affronter ses ennemis à la fois sur le front intérieur et à l'étranger de manière compétitive, il est également tristement célèbre pour la persécution des chrétiens, des juifs et la cruauté qu'il a montrée à tous ses ennemis en général. Il est également célèbre pour avoir fait du Caire le centre mondial de la culture et de l'apprentissage, les contributions les plus importantes étant la construction de la célèbre "Maison du savoir" et l'accent mis sur l'éducation de ses sujets.

Il est mort jeune à l'âge de 36 ans dans un possible assassinat. Il partait pour ses voyages réguliers dans les collines à l'extérieur du Caire et n'est jamais revenu. Une recherche n'a révélé que des vêtements tachés de sang. Il était devenu obsédé par l'ascétisme avant cela, il est donc également possible qu'il ait quitté le Royaume de son propre chef.

Certaines personnes le détestaient et l'appelaient fou, certaines personnes l'aimaient au point qu'ils le considéraient comme un Dieu vivant (pas au sens figuré, littéralement).


À mon humble avis, le seul moyen pour vous d'obtenir une réponse à votre question est de consulter les listes de dirigeants qui sont arrivés sur le trône alors qu'ils étaient enfants et d'essayer de voir quelle est leur réputation historique.

En Écosse, les monarques qui ont hérité en tant qu'enfants ou adolescents étaient :

Malcolm IV "The Maiden" 1141-1165, devint roi 1153 à l'âge de 12 ans.

Alexandre II 1198-1249, devint roi 1214 à l'âge de 16 ans.

Alexandre III 1241-1286, devint roi 1249 à l'âge de 7 ans.

Margaret "La Pucelle de Norvège" 1183-1290, est devenue reine 1286 à l'âge de 3 ans.

David II Bruce 1324-1371, devint roi en 1329 à l'âge de 5 ans.

James I Stewart 1394-1437, devint roi en 1406 à l'âge de 11 ans.

James II Stewart 1430-1460, devint roi en 1437 à l'âge de 6 ans.

James III Stewart 1451-1488, devint roi en 1460 à l'âge de 9 ans.

James IV Stewart 1473-1513, devint roi en 1488 à l'âge de 15 ans.

James V Stewart 1512-1542, devint roi en 1513 à l'âge de 1 an.

Marie Stuart 1542-1587, devient reine 1542 à l'âge de 6 jours.

James VI Stewart 1566-1625, devint roi en 1566 à l'âge de 1 an.

La fondation plus ou moins officielle du royaume d'Angleterre date de 927.

Les monarques qui sont montés sur le trône alors qu'ils étaient enfants et adolescents étaient :

Edmond I c. 921-946, devint roi en 939 à l'âge de 18 ans environ.

Eadwig v. 940-959, devint roi en 955 à l'âge de 15 ans environ.

Edgar le Paisible v. 943-975, devint roi 959 à l'âge d'environ 16 ans.

Saint Édouard le Martyr v. 962-978, devint roi à l'âge d'environ 13 ans.

Aethelred II the Unready vers 968-1016, devint roi en 978 à l'âge de 9 ou 10 ans, prêt ou non.

Edgar II Aetheling v. 1051-c.1126, héritier légitime des rois anglo-saxons, il est élu roi en octobre 1066 à l'âge d'environ 15 ans mais soumis à Guillaume le Conquérant en décembre.

Henri III 1207-1272, devint roi 1216 à l'âge de 9 ans.

Edouard III 1312-1377, devint roi en 1327 à l'âge de 14 ans.

Richard II 1367-1400, devint roi en 1377 à l'âge de 10 ans.

Henri VI 1421-1471, devient roi une première fois à l'âge de 9 mois.

Edouard IV 1442-1483, devint roi la première fois à l'âge de 18 ans.

Edward V 1470-1483 ?, devint roi à l'âge de 12 ans.

Henri VIII Tudor 1491-1547, devint roi 1509 à 17 ans.

Edouard VI 1537-1553, devint roi en 1547 à l'âge de 9 ans.

Jane 1536/37-1554, devint reine en 1553 à l'âge de 15 ou 16 ans.

Ces deux listes peuvent constituer un échantillon suffisamment important pour décider s'il existe des tendances particulières parmi les monarques qui commencent leur règne en tant qu'enfants.

Voici une autre liste, les monarques de France à partir de 843.

Louis III (863/65-882, devenu roi 879 âgé de 13 à 16 ans.

Carloman II (vers 866-884), devint roi conjoint à l'âge de 12 ou 13 ans, seul roi à 15 ou 16 ans.

Charles III le Simple (879-929), devenu roi rival 893 à 13 ou 14 ans, roi unique 898 à 18 ou 19 ans, déposé en 922.

Louis IV d'outre-mer (920/21-954), devint roi en 936 à l'âge de 15 ans environ.

Lothaire (941-986) devint roi en 954 à 13 ans.

Philippe Ier (1052-1108), devint roi en 1060 à l'âge de 8 ans.

Louis VII (1120-1180) Le jeune, devint roi en 1137 à 17 ans.

Philippe II (1165-1223) Auguste, devint roi en 1180 à l'âge de 15 ans.

Louis IX (1214-1270), devenu roi en 1226 à 12 ans.

Philippe IV (1268-1314), devint roi en 1285 à l'âge de 17 ans.

Jean I (1316) vécut et régna 5 jours.

Charles VI (1368-1422), devenu roi en 1380 à 11 ans.

Charles VIII (1470-1498), devenu roi à 13 ans.

François II (1544-1560), devenu roi en 1559. 15 ans.

Charles IX (1550-1574), devint roi en 1560 à l'âge de 10 ans.

Louis XIII (1603-1643) devient roi en 1610 à l'âge de 8 ans.

Louis XIV (1638-1715), devenu roi en 1643 à l'âge de 4 ans.

Louis XV (1710-1774), devenu roi en 1715 à l'âge de 5 ans.

Louis XVII (1785-1795), devenu roi aux yeux des royalistes 1793 à l'âge de 7 ans.

Napoléon II (1811-1832), devient empereur titulaire du 4 au 6 avril 1814, à l'âge de 3 ans, et du 22 juin au 7 juillet 1815 à l'âge de 4 ans.

Henri V (1820-1883), devenu roi du 2 août au 9 août 1830 à l'âge de 9 ans.

Ou vous pouvez consulter les listes des meilleurs et des pires monarques de l'histoire et voir à quel âge ils sont devenus monarques.


Bien qu'il ne soit ni roi ni reine, Tenzin Gyatso (né Lhamo Thondup), le 14e Dalaï Lama, semble avoir assez bien réussi. Il a été officiellement intronisé en 1940, à l'âge de 4 ans, et a pris toutes ses fonctions en 1950, à l'âge de 15 ans.


Et Alexandre le Grand ?

Succéda à son père sur le trône à l'âge de 16* 20.

Comme d'autres l'ont dit, il est difficile de dire ce qui est « bon au travail », mais je pense qu'il est également difficile de dire qu'Alexandre était un « échec au travail ».

*Modifier : comme l'a noté @LangLangC, j'ai fourni des informations incorrectes. Alexandre le Grand a succédé à son père sur le trône à l'âge de 20 ans. Je suppose que cela ne compte plus comme un enfant et ne répond pas à la question.


Gustav II Adolf de Suède me vient à l'esprit, mais peut ne pas correspondre à votre définition de devenir roi quand vous étiez enfant. Couronné à l'âge de 16 ans, monté officiellement sur le trône à 17 ans, son leadership a fait de la Suède l'une des grandes puissances de la guerre de Trente Ans et a ouvert la voie à l'avancée de l'Empire suédois.

Il est généralement considéré comme l'un des plus grands chefs militaires de son époque, et son intégration innovante de tous les aspects de la guerre à l'époque (infanterie, cavalerie, artillerie et logistique) lui a valu d'être reconnu comme le « père de la guerre moderne ». parmi les savants militaires. Son implication dans la première bataille de Breitenfeld a été un facteur important dans ce qui allait devenir la première grande victoire protestante de la guerre de Trente Ans.

Il a également fait d'importantes réformes politiques qui ont permis l'avancement de l'empire suédois, y compris des changements au système de recensement qui ont permis une taxation et une conscription plus efficaces, et de nombreux autres changements qui ont transformé l'économie et la culture suédoises de quelque chose ressemblant à la fin de l'ère médiévale à un forme moderne (enfin, moderne selon les normes du milieu du 17ème siècle) au cours de quelques décennies seulement.


Si Louis XIV appartient à la liste des contre-exemples à la revendication de l'OP, alors non seulement Louis XIII, comme cela a été souligné par d'autres, mais sûrement aussi :

Philippe II Auguste (accéda à l'âge de 15 ans, mais pas de régence - en fait, il fut couronné à 14 ans un an avant la mort de son père et servit essentiellement de régent pour son père malade, ce qui a sans aucun doute facilité la transition) qui s'appelle "Auguste" pour fondamentalement créer l'État que Louis XIV s'est identifié à lui-même, qui a mis les Anglais à genoux et a envahi (sans laquelle la monarchie anglaise aurait probablement pu mettre de côté la Magna Carta), et a brisé les Welfs à Bouvines; et

son petit-fils Saint Louis IX (accéda à l'âge de 12 ans, sous la Régence de sa mère Blanche de Castille), "l'arbitre de l'Europe", grand mécène des arts, co-patron de l'Ordre franciscain, dont les Français appellent le 13e siècle "le siècle d'or de Saint Louis". (Incidemment, Louis IX est l'ancêtre patrilinéaire commun le plus récent de tous les rois de France ultérieurs.)


Les 5 dirigeants les plus fous de tous les temps

Ce qui est ennuyeux avec la démocratie moderne, c'est que nous n'élisons presque jamais de gens vraiment fous. Oh, bien sûr, nous voterons pour quelqu'un avec de légères excentricités ou des appétits sexuels, et nous pouvons qualifier un extrémiste de "fou", mais à l'époque où les dirigeants montaient sur le trône uniquement sur la base de leur lignée, une nation pouvait se retrouver sous le poing de quelqu'un qui était littéralement "hurler nu à la lune" fou.

Ne vous méprenez pas, nous sommes sûrs que ce fut un cauchemar pour toutes les personnes impliquées. Mais cela fait des histoires hilarantes sur toute la ligne.


Plantagenet

La Maison Plantagenêt trouve ses origines dans une branche cadette des premiers comtes d'Anjou, la dynastie établie par Foulques Ier d'Anjou au début du Xe siècle. La dynastie Plantagenêt a régné sur l'Angleterre pendant plus de trois cents ans, de 1154 à 1485. Ils formaient une famille remarquable, fournissant à l'Angleterre quatorze de ses rois.

Le patronyme Plantagenet, qui allait devenir l'un des plus célèbres d'Angleterre, semble dériver d'un surnom adopté par Geoffroy, comte d'Anjou, le père d'Henri II et fait référence à son habitude de porter un brin de genêt ou planta genista dans son casque.

La dynastie a produit des personnages aussi variés que l'énergique Henri II, sans doute l'un des plus grands monarques d'Angleterre et son fils légendaire, Richard Cœur de Lion, qui a mené la troisième croisade contre Saladin en Terre Sainte. Le très esthétique Henri III et son fils, l'indomptable Edouard Ier, qui conquit le Pays de Galles et devint connu comme le Marteau des Écossais pour ses campagnes dans ce pays, où il combattit William Wallace et Robert the Bruce, le plus célèbre des fils écossais, et Henri V, le conquérant de la France, qui légua les diadèmes des deux pays à son fils pieux et inefficace, Henri VI.

Les Plantagenets, décrits par Bacon comme « une race très trempée dans leur propre sang », se sont finalement détruits dans la sanglante lutte dynastique que nous connaissons sous le nom de Guerres des Roses. Les Plantagenets ultérieurs se sont divisés en Maisons de Lancaster et d'York qui sont descendues par différents fils du roi Édouard III. Le roi Yorkiste Richard III fut le dernier de sa maison, quand il fut tué au combat sur Bosworth Field, à être déplacé par les Tudors, c'était la fin d'une époque. La lignée masculine des Plantagenets s'est éteinte avec l'exécution en 1499 d'Edouard, comte de Warwick, fils de George, duc de Clarence, sous le règne d'Henri VII, le premier Tudor.


Les pays scandinaves sont tous des monarchies constitutionnelles avec un roi ou une reine dont le rôle de chef d'État est surtout symbolique. In addition to serving in ceremonial capacities at home, the monarch – along with other members of the royal family – represents the country internationally, while actual political decisionmaking is in the hands of an elected legislature (which in all three Scandinavian countries is unicameral) and a government headed by a prime minister.

Alongside their roles as representatives of their respective countries, members of the Scandinavian royal families have also taken an active interest in various social and global issues, establishing charities and serving as spokespeople for different causes. Although discussions about abolishing the monarchies continue to arise, for now the Scandinavian royals all appear to be sitting quite securely on their thrones.

Norvège

Norway’s current monarch is King Harald V (born 1937), who came to the throne in 1991 upon the death of his father, King Olav V. King Harald and Queen Sonja (née Haraldsen) have two children, Princess Märtha Louise (born in 1971) and Crown Prince Haakon Magnus (born in 1973). Although Crown Prince Haakon is the younger child of King Harald, he takes precedence over his sister because of the order of succession in place at the time of his birth. This law was amended in 1990 to allow the eldest child to inherit the throne regardless of sex, but the change was not made retroactive.

King Harald V, Queen Sonja, Crown Prince Haakon, and Crown Princess Mette-Marit. Photo copyright Sølve Sundsbø / Det kongelige hoff

In 2001, Crown Prince Haakon caused a stir by marrying Mette-Marit Tjessem Høiby, a single mother with a controversial past. However, their marriage has been a great success, and as Crown Princess Mette-Marit has managed to win the hearts of much of the Norwegian population. The couple have two children, Princess Ingrid Alexandra (born 2004), who is second in line to the throne after her father, and Prince Sverre Magnus (born 2005). Crown Princess Mette-Marit’s son from a previous relationship, Marius Borg Høiby, is part of the royal family but does not have a title.

The Norwegian monarchy has roots as far back as the year 890, when Harald Hårfagre established the Kingdom of Norway. During much of its history Norway was in a union first with Denmark (1380-1814) and then with Sweden (1814-1905). When the union with Sweden was dissolved in 1905, Norwegians chose as their own king Prince Carl of Denmark, a member of the Glücksburg family. The grandfather of the current king, he took the name Haakon VII and reigned for nearly 52 years, becoming particularly admired for his strong stance against the Nazi occupation of Norway during World War II.

King Carl XVI Gustaf and Queen Silvia. Photo copyright Peter Knutson / Kungahuset.se

Suède

The present monarch of Sweden is Carl XVI Gustaf, who came to the throne in 1973 at the age of 27. He succeeded his grandfather, King Gustaf VI Adolf, since his own father, Prince Gustaf Adolf, had died in a plane crash in 1947, when Carl Gustaf was less than a year old. In 1976 King Carl Gustaf married the German-Brazilian Silvia Sommerlath, whom he met at the 1972 Olympics in Munich. Although there was some initial resistance to the idea of a commoner queen, the Swedish press and public quickly warmed to Silvia, even going so far as to credit her with reviving the popularity of the monarchy.

King Carl XVI Gustaf and Queen Silvia have three children, Crown Princess Victoria (born 1977), Prince Carl Philip (born 1979), and Princess Madeleine (born 1981). At the time of his birth, Prince Carl Philip was first in line to the throne, but he retained his place as Crown Prince for only seven months. In 1980, a law was passed establishing absolute primogeniture and making this change retroactive, giving Victoria, as the eldest child, the position of Crown Princess.

Over the years, Crown Princess Victoria has triumphed over difficulties such as dyslexia (a challenge her father and siblings have also faced) and anorexia, emerging as a confident heir-apparent and – according to recent polls – the most popular member of the royal family. In 2010, she married her longtime boyfriend, gym owner Daniel Westling, who has assumed his new role as Prince Daniel with grace. Their first child, Princess Estelle, was born in 2012 and is second in line to the throne after Victoria. A son, Prince Oscar, was born in 2016.

Crown Princess Victoria with her husband, Prince Daniel, and their children, Princess Estelle and Prince Oscar. Photo copyright Anna Lena Ahlström / Kungahuset.se

Although the Swedish monarchy has a long history, dating back many centuries, the current royal family of Sweden descends from Jean Baptiste Bernadotte, a Marshal of France in Napoleon’s army, who was elected Crown Prince of Sweden in 1810. The Swedish king at the time, Karl XIII, was childless, and with Napoleon controlling much of Europe, the Swedes decided to adopt an heir acceptable to the emperor. After acting as regent for eight years, Bernadotte inherited the throne in 1818 and took the name Karl XIV Johan. He reigned until 1844 and was succeeded by his son, Oscar I.

Because Sweden and Norway were in a union at the time of Karl XIV Johan’s accession, he also became King of Norway, where he was known as Karl III Johan. The House of Bernadotte reigned in both countries until the dissolution of the union in 1905, when the Norwegians chose Haakon VII to be their king. Although a member of the Glücksburg dynasty, Haakon VII was also a Bernadotte through his mother, Queen Lovisa (Louise), a great-granddaughter of Karl XIV Johan. King Carl XVI Gustaf of Sweden and King Harald V of Norway are also second cousins once removed through King Harald’s mother, Crown Princess Märtha, born a princess of Sweden.

Danemark

Denmark’s Queen Margrethe II is the country’s first female monarch since her namesake, Margrethe I, who united the three Scandinavian countries in the Kalmar Union, died in 1412. Born in 1940, Margrethe is the eldest daughter of King Frederik IX and his wife, Queen Ingrid of Sweden. Through her mother, Margrethe is a first cousin of Sweden’s King Carl XVI Gustaf she is also a second cousin of Norway’s King Harald V, whose grandfather was a prince of Denmark.

At the time of Margrethe’s birth, only males were allowed to inherit the throne of Denmark however, after it became apparent that King Frederik was unlikely to have any sons, a constitutional amendment was passed allowing women to inherit. Margrethe thus became Crown Princess in 1953, a few weeks before her 13th birthday. She ascended the throne in January 1972.

In 1967, Margrethe married a French diplomat, Count Henri de Laborde de Montepezat, who was given the more Danish-sounding title Prince Henrik. The couple have two sons, Crown Prince Frederik (born 1968) and Prince Joachim (born 1969). In 2004, Crown Prince Frederik married an Australian, Mary Elizabeth Donaldson (now Crown Princess Mary) the couple have four children, Prince Christian (born 2005), Princess Isabella (born 2007), and twins Prince Vincent and Princess Josephine (born 2011). Prince Henrik died in February 2018.

Queen Margrethe and Prince Henrik with (back row, from left) Crown Princess Mary, Crown Prince Frederik, Prince Joachim, and the latter’s wife, Princess Marie. Photo by Steen Brogaard / Kongehuset.dk

The Danish monarchy is among the oldest in the world, having been in continuous existence for over 1,100 years. The current royal house, the House of Glücksburg, has reigned since 1863, when Christian IX came to the throne. He reigned for 43 years and was known as the “Father-in-Law of Europe” due to his children’s marriages to foreign princes and princesses. The Danish royal family is thus closely related not only to the other Scandinavian monarchies but also to many other European royal houses.


Rogues Gallery

Edward I also known as &apos&aposLongshanks&apos&apos and &apos&aposHammer of the scots&apos&apos.

Henry VIII. The worst of the lot?

The young Princess Mary Tudor, soon to be &apos&aposBloody Mary.&apos&apos

Young Richard II at his coronation. So followed 100 years of war.


History Of The Black Kings And Queens Who Ruled Europe

“Moor” is an anglicized word for ‘Omoros (omo oro) meaning ‘children of light’ and can be further translated as ’sons of civilization’. The Moors colonized Europe for 400 years and helped to bring modern civilization to them.

The Moors were originally Africans, and they first arrived in Europe, in Andalusia Spain in 711 AD. This army led by Tariq ibn-Ziyad crossed the Strait of Gibraltar from northern Africa and invaded the Iberian Peninsula. They conquered the whole of Spain and subsequently forced part of Italy into subjugation.

These Black Moors ruled Spain for an initial period of 300 years and then expanded into Europe, subjecting much of the continent for altogether 700 years.

Basil Davidson, a British historian, records that there were no lands in the 8th century that were more admired by its neighbors, or a more comfortable place to live in, than a rich African civilization built up in Spain.

The writer Shakespeare wrote about these people in his plays Othello, Corielanus, As you like it, etc. The best-known books of the moors are found mainly in German. It is believed that the English either altered their version or simply destroyed the books. But the Moors who ruled Europe from Spain ruled England as well and offered Jews their protection until the civil war between Moors of Arab descendency and the African Moors.

One of the major Moorish tribes called Beni M-eri was greatly weakened by the devastating nature of the war to the point that they fell prey to the resurgent Christian forces led by Queen Isabel, Ferdinand, and Pope Benedict the Sixth.

The terms of surrender in 1485 were not favorable to the moors and when they surrendered Alhambra they began to depart from Spain. Their impact and size of their history in Europe are so staggering that it is understandable why Europe chose to ignore it completely. Europe didn’t achieve much outside the impact of the Moors. The civilization called Europe, its stock market and culture of precision is merely a leftover of these Moors.

The civilization controlled the Red sea and the surrounding Mediterranean, including West Africa where their monopoly of gold possibly came from. It is now known that the Gold Coast which is mostly Ghana, is a country existing in Moorish maps at least before 1300. The Spaniards who eventually went to West Africa were solely looking for the Gold Coast.

Moorish-Spain had universal education, available to all, while ninety-nine percent of the population in Christian Europe were illiterate, and even kings could neither read nor write. At that time, there were only two universities in Europe whereas the Moors had seventeen great universities located in Almeria, Granada, Cordova, Juen, Seville, Malaga, and Toledo.

Paper was introduced by the Moors to Europe. Also, Arabic numerals were introduced replacing the clumsy Roman system. The Moorish rulers lived in splendid palaces, a sharp contrast to the monarchs of Germany, France, and England who dwelt in big barns, without windows and chimneys, and with only a hole in the roof serving as a smoke exit.

Alhambra in Granada is one of such Moorish palaces. The palace is today a UNESCO World Heritage site and is considered as one of Spain’s architectural masterpieces. Alhambra used to be the seat of Muslim rulers from the 13th century to the end of the 15th century.

The new knowledge of China, India, and Arabia reached Europe through Africa. It was the Moors who brought the Compass from China into Europe. Córdova, the heart of Moorish territory in Spain, at its height was the most modern city in all of Europe.

It had well-paved streets with raised sidewalks for pedestrians. At night time, ten miles of streets were well illuminated by lamps. This was hundreds of years before Paris had a paved street or London had a street lamp! Cordova had 900 public baths – a poor Moor would go without bread rather than soap!

Despite the fact that Spanish rulers across different generations have tried to expunge this era from historical records, recent archeology and scholarship have now shed new light on the Moors who flourished in Al-Andalus for over 700 years, from 711 AD until 1492. It has been established that the Moorish advances in mathematics, astronomy, art, and agriculture helped propel Europe out of the Dark Ages and into the Renaissance.

The gold dealers of Spain were the real moguls, while gold was in seriously short supply in Europe, the moors draped themselves with gold. After their defeat in great numbers, they returned to West and North Africa where they collapsed as a people and were never heard off again.

It is recorded in Spanish history that over 500 thousand of these people left Spain by boat within a space of half a century beginning from about 1450. 400 thousand then left after 1492. Today, that record is mistaken as a record of the slave trade given the number of records available for carracks traveling from Spain to West Africa.

The intriguing question is why would Spain permit the landing of 500 thousand Africans at the same time that Spanish Christians and their royalty were asking 150 thousand Jews to leave Spain? As of then, the black Muslim population of Spain was up to a million and the Caribbean Island was not taken by Spain until the late 17 century. The best books about the Moors are also available in French and other languages of Europe saving English.

In the rest of Europe, Moorish influences could be seen in Ireland where an African king named Gormund ruled during the Anglo-Saxon period. In Norway, Halfdan the Black was the first Africoid king to unite the country. The black huns were described as a fierce barbaric race of Asiatic nomads who led by Attila, ravaged Europe in the 4th and 5th centuries A.D.

Southwestern Europe was dominated by African Moors during the Middle Ages for 700 years: 711-1492 A.D. The darkened whites in this area, especially Portugal was the first example of a Negrito (African) republic in Europe. In Scotland, the Moors ruled the country in the 10th century and mixed with whites until the black skin color disappeared.

Belowis a Galary of Pictures, Illustrations, Family Crests and Coat of Arns of some Black families that ruled Europe. La source


Were any Kings/Queens who were monarchs as children good rulers? - Histoire

The Normans were descendants of Vikings who had settled by force in North East France around the mouth of the Seine River. The land they occupied became known as Normandy. (The name Normandy comes from the French normand, meaning Norsemen and Normans)

  • King William I, the Conqueror 1066 - 1087
  • King Henry I 1100 - 1135
  • King Stephen 1135 - 1154
  • (Empress Matilda 1141)

King William I, the Conqueror 1066 - 1087

      • Age 38-59
      • Née: September 1028 at Falaise, Normandy
      • Parents: Robert I, Duke of Normandy, and Arlette daughter of Fulbert (illegitimate)
      • Ascended to the throne: 25 December 1066 aged 38 years
      • Crowned: 25 December 1066 at Westminster Abbey
      • Married: His cousin Matilda, Daughter of Count of Flanders and granddaughter of the King of France
      • Enfants: 4 sons including William II and Henry I, and 6 daughters
      • Décédés: 9 September 1087 at Rouen, France, aged 59 years
      • Buried at: St Stephens Abbey, Caen, Normandy
      • Succeeded by: his son William I

      The Norman Duke, William was friendly with English King, Edward the Confessor and attacked England on Edwards death because he had been promised the English crown by Edward but denied it by the Saxon Harold.

      Defeated King Harold at the Battle of Hastings.

      In 1085 the Domesday Survey was begun and all England was recorded so William knew exactly what his new kingdom contained. The Domesday Book was, in effect, the first national census.


      The Domesday Book

      William ruled simultaneously in both England and parts of France. This set the scene for regular land battles over territory in France for the next 500 years.

      When William died his lands were divided between his eldest two sons. Robert inherited Normandy, while William became king of England.

      King William II, Rufus 1087 - 1100

      • Âge about 27-40
      • Née: c.1056 at Normandy
      • Parents: William I and Matilda of Flanders
      • Ascended to the throne: 9 September 1087
      • Crowned: 26 September 1087 at Westminster Abbey
      • Married: Unmarried
      • Enfants: Rien
      • Décédés: 2 August 1100 at New Forest, Hampshire
      • Buried at: Winchester
      • Succeeded by: his brother Henry

      He was called William Rufus or William the Red because of the reddish colour of his hair and complexion.

      William died out hunting in the New Forest in mysterious circumstances with an arrow in his back. No one knows if it was deliberate or an accident but what is known is that Rufus was very unpopular, so many people think he may have been murdred.

      The Rufus Stone in The New Forest marks the spot where he fell.

      King Henry I 1100 - 1135

      • Age 31-67
      • Née: September 1068 at Selby, Yorkshire
      • Parents: William I and Matilda of Flanders
      • Ascended to the throne: 3 August 1100 aged 31 years
      • Crowned: 6 August 1100 at Westminster Abbey
      • Married: (1) Edith (Matilda), Daughter of Malcolm III Scotland
        (2) Adelicia, Daughter of Geoffrey VII, count of Louvain
      • Enfants: Daughter Matilda, son William, and reputedly around 20 illegitimate children
      • Décédés: 2 December 1135 at St Denis le Fermont, Normandy, aged 67 years
      • Buried at: Reading
      • Succeeded by: his nephew Stephen

      King of England and Normandy

      Henry was the fourth and youngest son of William I. His two sons were drowned so his daughter Matilda was made his successor. However, when Henry died the Council considered a woman unfit to rule so offered the throne to Stephen, a grandson of William I.

      This plunged England into civil war as the country was divided over Henry's plans for his daughter Matilda to take the throne as the first ever Queen of England.

      King Stephen 1135 - 1154

      • Age about 38-57
      • Née: c.1097 at Blois, France
      • Parents: Stephen, Count of Blois, and Adela (daughter of William I)
      • Ascended to the throne: 22 December 1135
      • Crowned: 26 December 1135 at Westminster Abbey
      • Married: Matilda, Daughter of Eustace III, Count of Boulogne
      • Enfants: 3 sons and 2 daughters, plus at least 5 illegitimate children
      • Décédés: 25 October 1154 at Dover, Kent
      • Buried at: Faversham, Kent
      • Succeeded by: his 2nd cousin Henry II

      King of England from 1135.

      Nephew of Henry I and grandson of William l. He was elected king in 1135, although he had previously recognised Henry I's daughter Matilda as heiress to the throne.

      1136 - Civil war disrupted the country with fighting between Stephen and forces loyal to Matilda.

      1139 - Matilda landed in England

      1141 - Stephen was briefly taken prisoner and Matilda declared "Lady off the English" until she was defeated at the Battle of Farringdon in 1145.

      Matilda agreed with Stephen to end the wars so long as he agreed to her son Henry becoming the next King of England.

      In December 1153, Stephen agreed to the Treaty of Westminster (Wallingford) with Henry. In the treaty it was agreed, among other things that on Stephen's death the throne would go to Matilda's son, Henry

      In 1154, Stephen died and the line of Norman Kings ended.

      1154 - 1216 The Angevins (The first Plantagenet kings)

      1603 - 1649 and 1660 - 1714 The Stuarts

      1901 -1910 and 1910 - Today Saxe-Coburg-Gotha and The Windsors

      © Copyright - please read
      All the materials on these pages are free for homework and classroom use only. You may not redistribute, sell or place the content of this page on any other website or blog without written permission from the Mandy Barrow.
      www.mandybarrow.com

      Mandy is the creator of the Woodlands Resources section of the Woodlands Junior website.
      The two websites projectbritain.com and primaryhomeworkhelp.co.uk are the new homes for the Woodlands Resources.

      Mandy left Woodlands in 2003 to work in Kent schools as an ICT Consulatant.
      She now teaches computers at The Granville School and St. John's Primary School in Sevenoaks Kent.


      10 Monarchs Whose Madness Changed History

      In fiction, kings and queens who succumb to madness are a great time. In reality, not so much. It’s no fun having huge chunks of the world controlled by someone who is irrational and unstable. Here are ten kings and queens whose craziness changed the course of world events.

      10. Ivan the Terrible’s Fits Ushered in the Romanovs (1530-1584)

      This list could have been all tsars. These rulers were raised under conditions guaranteed to make anyone a sociopath. Most of them saw close relatives murdered by other close relatives. Though abused relentlessly as children, as adults they had both absolute power and a sword of Damocles over their heads. Ivan’s father died when Ivan was only three, and his mother was poisoned when he was eight. During his minority an unruly gang of noblemen governed the land, and starved, beat, and neglected the boy and his brother. He took the abuse out on small animals, which he would throw off the roofs of palaces. Hurling things about proved good practice for the tsar-in-training. At 16, Ivan marched into the throne room, grabbed the leader of the noblemen, and threw the man to Ivan’s trained hunting dogs.

      Ivan’s reign was marked by violent paranoia. When Ivan suspected a nobleman wanted the throne, he dressed the man up as a king, put him on the throne, and gutted him. Ivan created a special police force, the members of which rode around with dogs’ heads hanging from their saddles and could murder anyone at any time, in public. Once, when Ivan heard a rumor that a town called Novgorod was rebellious, he killed every single person in the town, sewed the town’s archbishop up into a bearskin, and had his dogs hunt the bearman down.

      It’s hard to write all that and then use the phrase, “conditions deteriorated,” but, somehow, conditions deteriorated. Ivan started having fits. In paintings he’s depicted as having a prominent nose and forehead. These are the way kind (and probably fearful) artists rendered calluses that Ivan had built up by banging his head on the stone floor in front of religions icons. Ivan would also have fits of rage. During one fit, he kicked his pregnant daughter-in-law in the stomach and caused her to miscarry. His son, an able and promising ruler, yelled at him. Ivan beat his son to death with his scepter, then went into paroxysms of remorse. It was that moment that changed history. Ivan was a member of the ancient Rurik line of nobility. With the only strong heir to the throne swept out of the way, Russia descended into chaos after Ivan’s death. At last, nobles cast around for any noble family that the nation could rally around. They came up with an heir called Michael Romanov.

      9. Peter the Great Changed the Line of Succession For His Wife-Psychologist (1672-1725)

      Peter the Great was, in many ways, a wonderful sovereign. Passionately committed to both his country and his own education, he spent much of his childhood (imprisoned and under constant threat from his half-sister Sofia) learning army tactics and designing ships. As an adult, he toured Europe, learning about the latest advances in the sciences so he could bring them back to Russia.

      Sometimes he took his love of learning, and his impatience with those who didn’t get on board, too far. When he was learning dentistry, he would practice on his nobles. When a group of attendants were upset while watching the dissection of a corpse, he ordered them to walk up to the corpse and take a bite out of it. Then there was his terrible paranoia. Peter was the child of the former tsar’s second wife. When he was ten, he saw the relatives of the tsar’s first wife toss his uncles and aunts off the roof of a building to the courtyard below, where they were torn apart by supposedly “loyal” soldiers. He was fanatical about loyalty, to the point of having his own son tortured to death for temporarily fleeing to Sweden.

      One person he trusted was his wife, Catherine. Catherine’s life was a Cinderella story made into a horror movie. Captured by the Russian army, she was passed around by soldiers. She happened to be passed up the chain of command. Eventually she met the tsar, who became enthralled to her. Peter had fits of terror, and during those fits, Catherine was the only one who could soothe him. Peter decreed that a tsar should be able to name his own successor, and though he never specified Catherine should succeed him, she did. More importantly, this decree marked a sharp turn away from blood ties and first born sons, and the beginning of a belief that any ruler would do, provided they were a good Russian.

      8. Peter III’s Madness Created Catherine the Great (1728-1762)

      It says something about Peter III that the only reason historians believe that his son, Paul I, was legitimate was that Paul has his “father’s instability.” Peter was an entirely contemptible ruler, but he was also a pitiable figure. Like many of the Romanovs in line for the throne, he had almost no contact with his parents. Instead, he was raised by a tutor who was horribly abusive to the slow pupil. Peter was regularly beaten, starved, and humiliated. He developed into a creepy blend of manchild and sociopath.

      He didn’t consummate his marriage to Catherine, a pretty little German nobody who had been imported as a brood mare, for at least nine years, because he spent every night in bed playing with toy soldiers. When he wanted a little power, he would force his wife to dress up as a soldier and put her through military drills. For a change of pace, he indulged in animal abuse, “training” a pack of hunting dogs by beating them, and conducting military trials and hangings of the rats he found nibbling his toy soldiers. So predictable was his insanity that, in order to get him away from Catherine while she was giving birth to a definitely illegitimate child (instead of just a probably illegitimate child), a minister loyal to her set fire to his own house. He knew the tsar would rush off to see the flames and leave Catherine alone.

      Most crazy tsars, unpleasant as they were, kept their throne. Why did Peter get deposed in a coup that left the foreign Catherine free to become one of Russia’s most famous rulers? Because Peter was crazy like a Prussian, not crazy like a Russian. Peter was, for some time, considered the heir to the Swedish throne. He was raised to dislike Russia, and he did. He idolized the Prussian leader Frederick the Great, who was, when Peter became tsar, at war with Russia - and losing. At the moment when it looked like Frederick was done for, Peter ordered his army to settle with his idol on very favorable terms. Catherine, who actually was born in Prussia, had spent the first few years of her marriage vigorously Russianizing herself and equally vigorously cultivating the Russian army. The army preferred a Prussian who had decided she was Russian to a Russian who had decided he was Prussian, and Peter was captured, deposed, and killed in short order.

      7. Charles VI Signs Centuries of War Into Being (1380-1422)

      At last, we shall leave Russia. On to France! Charles the VI was king for a very long time, during which a united, prosperous, and powerful country fell into civil war and chaos. Charles had all the paranoia of the tsars, but none of the aggression. This was a shame, as he arguably had more cause to be aggressive. Charles’ brother, Louis of Valois, enjoyed everything that made the people around him miserable, including money, prestige, and other people’s wives. “Other people’s wives,” in this case, included the Queen. People soon began questioning how far Louis would go to get the Queen, when, during a ball, the king and some fellow noblemen dressed up as “wild men” in full-body suits of tar and flax. Charles had happened to wander away from the group when Louis grabbed a torch and, declaring he wanted to figure out who the men were, thrust it at the group. The other men burned to death.


      Meet the world’s other 25 royal families

      With all the attention around Britain’s forthcoming Royal Baby, you’d think the U.K. had a monopoly on monarchs -- infant or otherwise. In reality, there are 26 monarchies in the world, a fascinating network of kings, queens, sultans, emperors and emirs who rule or reign over 43 countries in all.

      It goes without saying, of course, that most royal families have a considerably lower international profile than the Windsors. That has a lot to do with Britain’s imperial history: Sixteen countries, including Canada and Australia, are still technically subjects of the British monarchy, which also once ruled much of the world.

      Beyond Queen Elizabeth II, the other monarchies vary widely in how much power they hold, how they're seen, how their family got there and even in what they're called. Here’s a quick tour of the world's 25 other royal families, plus its two elected monarchies, in Malaysia and the Vatican. We've divided them into monarchs who rule -- who have real, direct political power -- and those, like the Windsors, who merely reign.

      Monarchs who rule

      Saudi Arabia: Saudi Arabia is an absolute monarchy, which makes Abdullah bin Abdul Aziz the king and prime minister. His deputies, Salman and Muqrin, are also from the ruling House of Saud, and the king-appointed cabinet includes more members of the royal family. While the monarchy is hereditary now, future Saudi kings will be chosen by a committee of Saudi princes, per a 2006 decree. (There are plenty of them: according to some estimates, the ruling family includes as many as 30,000 people.)

      Kuwait: Sabah Ahmed al-Sabah, age 84, has ruled Kuwait since 2006, when the previous emir died, setting off a minor succession crisis because the next-in-line was physically unable to recite the oath of office, possibly because of age-related health issues. Sabah took over instead he rules the oil-rich nation as emir and head of the royal family, which has been in some form of power since the early 1700s.

      Qatar: Emir Tamim bin Hamad al-Thani is a recent addition to this list, having taken over in June after his father's peaceful abdication. The al-Thani family is known for ostentatious wealth and for working aggressively to expand their country's regional, oil-funded influence. They've ruled Qatar since 1825 and underwent a series of forced abdications in the 20th century, typically instigated by sons or nephews eager to take the throne.

      United Arab Emirates: As its name suggests, the United Arab Emirates is a federation of seven districts, each of which is governed by a hereditary monarch who bears the title of emir. Traditionally, the emir of Abu Dhabi is also the federation president. Today that's Khalifa bin Zayed al-Nahyan, who's been in charge since his father died in 2004. He is thought to have personal wealth of about $5 billion.

      Swaziland: King Mswati III has been the absolute monarch of this small southern African country since inheriting the crown from his father in 1986, when he was barely 18 years old. His formal title is Ngwenyama, an honorific that also means lion.


      Alfonso XIII was born May 17, 1886. That same day, he became Spain’s King. Despite having his entire childhood to practice, Alfonso never became a good ruler. During his reign, Spain lost its last colonies, it became overrun by a military dictator, and the monarchy dissolved. Alfonso abdicated his rights to the crown in 1941 after Francisco Franco assumed control.

      Legend has it that in year 309, Persian nobles placed a crown upon the belly of King Hormizd II’s widow. Inside was history’s first fetal king: Shah Shapur II. Les in utero ruler was the ninth leader of the Sassanid Empire, a powerful Persian kingdom covering modern Iran. Shapur II ruled for 70 years. In the late 4th century, he successfully ousted Christianity from the Middle East.


      Voir la vidéo: Kohtumine mormoonidega ametlik film HD (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Dalston

    Sur toi, mon Dieu, que je n'aime pas Gygygy :)

  2. Driscoll

    Le blanc peut-il être terminé?

  3. Des

    Non, le contraire.

  4. Joseba

    Je confirme. Je suis d'accord avec tous les ci-dessus. Nous pouvons parler de ce sujet.

  5. Mazujin

    Merci pour une explication.

  6. Cerdic

    Je félicite, la réponse remarquable ...

  7. Micaiah

    Au cours de la première année, elle étudie dur pendant les premières années, alors ce sera plus facile! Toutes les cavités sont soumises à l'amour! Une baguette magique d'un conte de fées russe: vous saluez trois fois - et tout désir disparaît ... la prostituée ne prend pas de l'argent non pas parce qu'elle dort avec vous, mais parce que malgré cela, elle ne dérange pas vos nerfs. Vous ne pouvez pas le mettre là sans effort! Le serpent spectaclé est un ver.



Écrire un message