Podcasts sur l'histoire

Char moyen T-34-85

Char moyen T-34-85


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Char moyen T-34-85

Le char moyen T-34-85 était le principal char soviétique de la dernière année de la Seconde Guerre mondiale et était la seule version considérablement améliorée du T-34 de base à entrer en production pendant la guerre.

Le T-34-85 était armé de l'une des deux variantes du canon anti-aérien de 85 mm. Le premier, le D-5, a été produit par F.F. Pietrov de l'usine n°9, et a été utilisé dans la première version du T-34-85, produit à la fin de 1943 et au début de 1944. Il a ensuite été remplacé par le S-53, un canon un peu plus long qui a été utilisé dans le grande majorité des T-34-85. Ces deux canons ont été installés dans une nouvelle tourelle beaucoup plus grande qui nécessitait un anneau de tourelle de 1600 mm.

La nouvelle tourelle et le canon principal étaient les seuls changements importants introduits avec le T-34-85. La coque, le blindage et la suspension étaient les mêmes que sur le T-34-76, ce qui signifie que le T-34-85 était tout aussi vulnérable aux canons allemands de 88 mm que la version précédente.

La tourelle plus grande permettait également de transporter trois hommes d'équipage, avec le tireur et le chef de char à gauche et le chargeur à droite. Cela a finalement résolu l'un des plus gros problèmes du T-34-76 - la tourelle inefficace à deux hommes - et a permis des tactiques de char plus efficaces. La nouvelle tourelle n'était que légèrement plus grande à l'avant que la tourelle hexagonale du T-34, mais était beaucoup plus longue, avec plus d'espace aux deux extrémités.

Bien qu'un petit nombre de T-34-85 aient été construits en 1943 à l'usine n°122, un grand nombre de nouveaux chars ne sont apparus qu'en 1944, lorsque trois usines ont produit près de 12 000 de la version armée S-53. La production s'est poursuivie jusqu'en 1950 au moins en Union soviétique, et le T-34-85 a également été construit sous licence dans plusieurs pays du bloc de l'Est.

Le T-34-85 était au mieux une solution partielle aux problèmes rencontrés par l'Armée rouge après l'apparition de chars allemands plus puissants comme le Panther ou le Tiger I. Le canon de 85 mm était capable d'endommager les chars allemands, mais le 45 mm l'armure du T-34 était maintenant douloureusement vulnérable. Dans de bonnes circonstances, le T-34-85 pouvait même vaincre le Tiger II, mais malgré cela, l'Armée rouge a perdu quatre fois plus de chars que les Allemands en 1944. Ce n'est qu'en 1945, lorsque l'armée allemande s'est finalement effondrée, que cette situation s'est produite. enfin s'améliorer.

Le T-34-85 a eu une longue carrière d'après-guerre, servant dans les armées d'au moins 39 pays, dont 27 en avaient encore en service jusqu'en 1996 ! Le T-34-85 était une partie importante de l'armée nord-coréenne au début de la guerre de Corée en 1950. Au début, il a connu un succès retentissant, battant tout ce qui lui était lancé jusqu'à ce que les Américains envoient des chars M26 Pershing à Pusan.

1ère version – Pistolet D-5

La première version du T-34-85 était armée du canon D-5 L/51,6 et était produite par l'usine No.112. Cette version du char a été produite en très petit nombre – 250 chars standards et 5 chars de commandement – ​​avant le remplacement du canon D-5.

2e version – Pistolet S-53

La deuxième version du T-34-85 était armée du canon S-53 L/54.6. Ce pistolet était plus léger que le D-5, plus facile à utiliser et plus long de 25 cm, ce qui lui donnait une vitesse initiale plus rapide. Aucun des deux canons n'était aussi bon que les canons de 88 mm allemands utilisés au cours des dernières années de la guerre, mais les deux étaient une grande amélioration par rapport au canon de 76,2 mm du T-34 d'origine.

Comme pour le T-34-76, un flux constant de modifications a été apporté à la conception du T-34-85, souvent utilisé pour distinguer un grand nombre de sous-variantes, mais encore une fois, comme pour le T-34-76, ces les changements ont été introduits au coup par coup sur la ligne de production, et non en gros lots tandis que les différentes usines ont introduit des changements à des moments différents.

La production du char armé S-53 a commencé à l'usine n° 112 en février 1944, à l'usine n° 183 en mars et à l'usine n° 174 en juin. D'autres usines impliquées dans la production de T-34 sont passées aux chasseurs de chars et aux canons d'assaut à ce stade.

La production de cette version de base s'est poursuivie pendant au moins cinq ans après la fin de la guerre, et ce sont ces chars d'après-guerre qui ont acquis une réputation pour la qualité de leur construction et leur fiabilité.

3ème version – Modèle 1960

Le T-34-85 a été modernisé à deux reprises après la fin de la Seconde Guerre mondiale, produisant le modèle 1960 et le modèle 1969. Ces chars ont été produits en modifiant des chars existants, et non à partir de nouvelles constructions.

Le modèle 1960 a été doté d'une capacité de conduite de nuit avec l'installation d'un viseur intra-rouge et d'un éclairage de tête. La radio 9R des chars de guerre a été remplacée par une radio 10-RT-26R. Des filtres à air améliorés ont été installés. Un nouveau moteur - le V-34-M2 a remplacé le moteur de guerre V-2-34 survivant.

4ème version – Modèle 1969

Le modèle 1969 était une mise à jour moins importante. Un meilleur équipement infrarouge a été installé et la radio R-123 a remplacé le 10-RT-26R, mais le T-34 était désormais utilisé par les forces de réserve, et des chars beaucoup plus modernes étaient disponibles pour les unités de première ligne.

Longueur

8m 10cm

Largeur de la coque

3m

Hauteur

2m 70cm

Équipage

5

Poids

32 tonnes

Moteur

Vitesse maximale

55kmh

Armure – Avant

45 mm à 60 degrés

Armure – Côté

45 mm à 40 degrés

Armure – Avant de tourelle

90 mm

Présentation du T-34 - Variantes du T-34 - Production du T-34 - T-34-85 - Char lance-flammes OT-34 - Chasseur de char SU-85 - Canon d'assaut SU-100 - Chasseur de char SU-122


Char moyen T-34-85

Des tentatives sur le T-34 ont été entreprises à partir de 1942, en tant que point culminant du programme de modernisation en cours pour éliminer les lacunes du T-34. La conception du char moyen T-43 est la première de ce type qui devrait être mentionnée ici. Il a été conçu en tenant compte des améliorations demandées pour le T-34 : perfectionner la suspension, augmenter la taille du compartiment de l'équipage et améliorer la protection du blindage. De plus, il a utilisé activement le travail de conception effectué sur le char T-34M.

Le nouveau véhicule de combat était interchangeable à 78,5% avec la série. La conception de la coque du T-43 est restée fondamentalement la même que celle des anciens, tout comme le moteur, la transmission, le châssis et le canon. Malgré les affirmations qui se produisent périodiquement dans l'impression, la différence fondamentale était une augmentation des plaques frontales, latérales et arrière sur la coque, sur la tourelle.

Fin août, une conférence s'est tenue à l'Usine #112. Y ont assisté le commissaire du peuple à l'industrie des chars, le commandant des troupes blindées et mécanisées de l'Armée rouge et des membres de haut rang du Commissariat du peuple à l'armement. Dans son introduction, a noté que la victoire à la bataille de Koursk a coûté cher à l'Armée rouge :

Les chars «Enemy ont ouvert le feu sur les nôtres à des distances allant jusqu'à 1 500 mètres, tandis que nos canons de chars pouvaient détruire les „Tigers‛ et les „Panthers‛ à des distances de seulement Imaginez que l'ennemi a un kilomètre et demi dans ses mains, tandis que nous n'ont qu'un demi-kilomètre. Un pistolet plus puissant doit être mis dans le T-34 rapidement.»

En réalité, la situation était bien pire que ce que Malyshev l'avait décrite, bien que des tentatives pour corriger la situation aient été entreprises au début de 1943.

Dès le 15 avril, le GOKO, réagissant à l'apparition des nouveaux chars allemands sur le front, publia l'ordre #3187ss (le suffixe «ss» signifie top secret) «Mesures pour améliorer les défenses.» Cela obligea le GAU à mettre tous les chars et des armes à feu alors en production de masse par le biais d'essais à distance, et présentent les résultats tous dans une période. Conformément à cet ordre, le commandant adjoint des forces blindées et mécanisées, le lieutenant-général, a ordonné qu'un tigre être utilisé pour les essais, qui ont été menés à partir des terrains d'essai du NIIBT à Kubinka. Les résultats de l'essai étaient de peu de confort. La cartouche traçante du canon principal F-34 n'a pas pénétré le côté des chars allemands d'aussi près que l'arme la plus efficace pour lutter contre le nouveau char lourd ennemi s'est avéré être le canon de 85 mm 52-K modèle 1939. Il a pénétré le blindage frontal à des distances allant jusqu'à 1 000 mètres.

Sur l'ordre approuvé par GOKO # 3289ss «Amélioration de l'armement des chars et des canons.» Cela a donné au NKTP et au NKB la tâche spécifique de concevoir un canon de char avec une balistique d'un

Le bureau d'études de l'usine n°9, dirigé par , avait commencé le développement d'un tel canon dès janvier 1943. En 1943, les plans de travail du canon D-5T-85 avaient été élaborés. Il a été conçu sur le modèle des canons allemands et était remarquable par son faible poids et son léger recul. Les premiers D-5T ont été fabriqués en juin. À peu près au même moment, des prototypes d'autres canons de char étaient prêts. Le TsAKB a soumis le canon S-53 (concepteurs principaux et ) et le S-50 (concepteurs principaux , , et ). Pendant ce temps, l'usine d'artillerie #92 soumettait le canon LB-1. Par conséquent, au milieu des variantes de canon conçues pour un char moyen étaient prêtes pour les essais. Mais

Le T-43 a rapidement cessé d'être pertinent. Avec le canon, le véhicule pesait 34,1 tonnes. Le montage d'un canon plus puissant, et par conséquent plus lourd, entraînerait une nouvelle augmentation de poids avec toutes les conséquences négatives qui en découlent. De plus, le basculement des usines vers la production du nouveau char, même ayant beaucoup de points communs avec le T-34, entraînerait inévitablement une baisse de la capacité de production. Et la production était sacrée ! En conséquence, le T-43 n'a pas commencé la fabrication de masse. En 1944, un canon a été monté dessus comme procédure de test de toute façon, et avec cela le

Entre-temps, le canon D-5T a été accouplé avec succès au char lourd prometteur «IS». Le montage de ce même canon D-5T dans le char moyen T-34 nécessitait d'augmenter le diamètre de l'anneau de la tourelle et de monter une nouvelle tourelle. Travaillant sur ce problème, l'usine KB «Krasnoye Sormovo» dirigée par et un groupe de tourelles à l'usine #183 dirigé par et . Les résultats étaient deux tourelles moulées similaires avec un diamètre d'anneau d'environ 1600 mm. Ils rappelaient tous les deux (mais n'étaient pas copiés) le prototype de tourelle de char T-43, qui a servi de base à la conception.

Le cours du développement a été affecté négativement par la promesse du TsAKB d'installer le canon S-53 dans la tourelle T-34 standard avec son diamètre d'anneau de tourelle de 1420 mm. a obtenu l'usine #112 pour lui attribuer un réservoir de production. Le TsAKB a refondu spécifiquement la partie avant de la tourelle, le tourillon du canon a été avancé. Grabin a tenté de faire approuver sa conception par . Ce dernier, cependant, avait de sérieux doutes quant à l'opportunité d'une telle décision, d'autant plus que les essais du nouveau canon dans l'ancienne tourelle, menés sur le terrain d'essai de Gorokhovetsky, se sont terminés sans succès. Deux hommes, dans ce qui était devenu une tourelle encore plus exiguë, ne pouvaient pas utiliser efficacement l'arme. La charge de munitions a également été fortement diminuée. Malyshev a ordonné de se rendre à l'usine n° 112 et de tout inspecter. Lors d'une conférence spéciale à laquelle Nabutovskij a vivement critiqué le projet de Grabin. Il était devenu évident qu'il n'y avait pas d'autre solution que d'élargir le

En plus de cela, il était également clair que le canon S-53, qui avait remporté les essais compétitifs, ne pouvait pas être installé dans la tourelle conçue par Sormovo. L'installation du canon dans cette tourelle limitait son élévation. Ce qu'il fallait, c'était changer la conception de la tourelle ou utiliser un canon différent, par exemple le D-5T, qui pouvait facilement être accouplé à la tourelle Sormovo.

Selon le plan, l'usine «Krasnoye Sormovo» devait produire des chars avec le canon D-5T à la fin de 1943. Cependant, les premiers véhicules de ce type n'ont réussi à sortir des ateliers qu'au début de janvier 1944. C'était, en fait, avant l'acceptation officielle du nouveau réservoir. L'ordre GOKO #5020 (top secret), en vertu duquel le T-34-85 fut accepté par l'Armée rouge, ne vit le jour qu'en 1944.

Les chars, armés du canon D-5T, étaient sensiblement différents des véhicules produits plus tard, tant par leur aspect extérieur que par leur construction interne. Il avait une tourelle et un équipage en général. La coupole du commandant, à écoutille rabattable et tournant sur un support, avait été brusquement déplacée vers l'avant. Un MK-4 un périscope d'observation, permettant un champ de vision, était monté sur le toit de la tourelle. Le canon et le coaxial ont été tirés à l'aide du TSh-15 viseur télescopique et le PTK-5 télescope panoramique. Les deux côtés de la tourelle avaient une fente d'observation recouverte de verre triplex. La radio était située dans la coque avec son fil d'antenne sur le côté droit, exactement le même que sur le T-34. La charge de munitions se composait de 1 953 cartouches. Le groupe motopropulseur, la transmission et le châssis n'ont subi pratiquement aucun changement. Ces chars différaient entre eux selon le moment où ils étaient produits. Par exemple, les premiers véhicules de production avaient un ventilateur de tourelle, tandis que la plupart de ceux produits plus tard

Il est à noter que le modèle examiné ci-dessus ne figurait apparemment pas dans la comptabilité statistique car il existe en tout cas à l'heure actuelle des écarts importants dans la littérature concernant les estimations de la quantité de véhicules produits. Le chiffre de base varie dans une fourchette de En fait, le nombre était nettement inférieur. Cela peut être démontré par le fait qu'en 1943, des armes ont été produites, 1944, toutes. De ce nombre, ont été utilisés dans des chars JS-1, plus que dans d'autres sources) ont été utilisés dans des chars KV-85, et quelques autres ont été utilisés dans des prototypes de véhicules. Par conséquent, le nombre de chars T-34 produits avec le canon D-5T est proche de

En ce qui concerne le canon S-53, son installation dans la tourelle Nizhnij Tagil n'a posé aucune difficulté. Le S-53 fut accepté par l'Armée Rouge en 1944, sur ordre de GOKO. la production de ces armes a commencé en mars, la production en mai. En conséquence, en mars, le premier armé du S-53 a quitté l'atelier de l'usine 183 de Nizhnij Tagil. Suivant cette piste, les usines #174 à Omsk et #112 «Krasnoye Sormovo» ont commencé la production de ces véhicules. Pendant ce temps, une partie des véhicules Krasnoye Sormovo étaient équipés du canon D-5T comme auparavant.

Les essais sur le terrain, qui se sont poursuivis malgré le début de la production, ont révélé des défauts importants dans le mécanisme de recul du S-53 & 39s. L'usine d'artillerie n°92 de Gorkii reçut l'ordre d'y mettre la touche finale sans aide. En décembre 1944, la production de ce canon a commencé sous la désignation («ZIS» était le code de l'usine d'artillerie de Staline #92, «S» était le code TsAKB&39s.). Au total, 11 518 canons S-53 et 14 265 canons ont été produits en. Ce dernier a été installé dans les deux chars T-44.

Le avec le S-53 ou le canon avait des tourelles, avec la coupole du commandant déplacée plus à l'arrière. Seul le nouveau dispositif d'observation de type MK-4 a été installé. Le télescope panoramique PTK-5 du commandant a été retiré. Le moteur avait également été soigné : le «Cyclone» les filtres à air avaient été remplacés par le type le plus efficace. Les systèmes et assemblages restants du réservoir étaient pratiquement intacts.

Tout comme avec le T-34, il y avait quelques différences entre les technologies de fabrication disponibles dans les différentes usines. Les tourelles différaient par le nombre et l'emplacement des joints de coulée, ainsi que par la forme de la coupole du commandant. Le châssis utilisait à la fois des roues de route estampées, ainsi que des roues moulées avec absorption des chocs interne.

En janvier 1945, la trappe de la coupole du commandant a été remplacée par une trappe. Dans les réservoirs de production tardive (usine «Krasnoye Sormovo»), l'un des deux ventilateurs installés à l'arrière de la tourelle a été déplacé vers la partie centrale, permettant une meilleure ventilation du compartiment équipage.

À la fin de la guerre, des tentatives ont été faites pour améliorer l'armement du char. En 1945, des prototypes de chars T-34-100, avec l'anneau de tourelle élargi à 1 700 mm et armés de canons LB-1 et D-10T, ont subi des essais sur le terrain. Ce projet avait peu de sens dans la mesure où le nouveau Char de combat principal T-54 avec le pistolet D-10T avait déjà été testé et recommandé pour le service.

En septembre, le bureau d'études de l'usine n°92 a offert à «te un nouveau canon de 85 mm ZIS-85-PM d'augmentation de la puissance et de la vitesse initiale d'un projectile AP. Étant trop cher, l'arme a été considérée comme infructueuse et inefficace. Une autre tentative d'amélioration de l'armement du T-34-85 fut entreprise en 1945, lorsque le TsAKB développa une modification du , équipé d'un stabilisateur gyroscopique. Ce système de canon, cependant, n'est pas entré dans la production de masse. Au printemps 1945, tous les autres essais avec des canons de char de 85 mm furent arrêtés car le calibre 85 mm était considéré comme « n'ayant aucune perspective». Le calibre 100 mm plus avantageux

Au printemps 1944, des prototypes du AT-45 tracteur lourd, conçu pour remorquer des canons jusqu'au poids, ont été fabriqués dans l'ancienne usine #183, maintenant reconstruite après la libération de Kharkov et redésigné #75. L'AT-45 a été conçu sur la base du Il a été équipé du même V-2 diesel, bien que la puissance ait été réduite à 1 400 tr/min. L'usine a construit six tracteurs AT-45 en 1944. Parmi ceux-ci, deux ont été envoyés à l'armée pour être testés dans des conditions de combat. La production de tracteurs a cessé en août 1944, dans le cadre des préparatifs de l'usine #75 pour produire le nouveau modèle de char moyen, le T-44. Il ne serait pas superflu de noter que ce tracteur n'était pas le premier à être basé sur le Dès août 1940, le AT-42 la conception du tracteur d'artillerie a été approuvée. Il pesait et avait une capacité de charge de plate-forme de Avec son moteur V-2, il pouvait faire tout en remorquant des prototypes AT-42 ont été fabriqués en 1941, mais d'autres travaux sur les tests et la production ont été interrompus par l'évacuation de l'usine de Kharkov.

La fabrication de masse de l'Union soviétique a cessé dans certaines sources, la production s'est poursuivie à l'usine «Krasnoye Sormovo» jusqu'en 1950). En ce qui concerne le nombre total de produits dans l'une ou l'autre usine, ici, tout comme pour le T-34, il existe des zones de divergence considérable dans les chiffres cités dans diverses sources.

Tableau 1. La production récapitulative de
Année 1944 1945 Le total
T-34-85
134 140 274
OT-34-85 30 301 331
Le total
Tableau 2. La production récapitulative des T-34-85 par les usines NKTP
Usine 1944 1945 1946 Le total
N°183 493
No.112
N°174
Le total

En comparant les chiffres des deux tableaux, l'écart dans la quantité de réservoirs produits est évident. Et ce en dépit du fait que les tableaux sont constitués des chiffres les plus fréquemment rencontrés et les plus fiables. Dans une série de sources, il est possible de rencontrer d'autres chiffres pour 1945 : 6208, 2655 et respectivement. Cependant, ces chiffres reflètent la production de chars pour les 1er, 2e et 3e trimestres de 1945, c'est-à-dire approximativement à la fin de la Seconde Guerre mondiale. L'écart dans les chiffres ne permet pas d'indiquer avec certitude combien de T-34 et ont été produits à partir de 1946. Le nombre varie de 61 293 à 61 382 véhicules.

Des sources étrangères citent les chiffres suivants pour l'URSS au cours des années :

À en juger par le nombre de zéros, les chiffres sont très probablement de caractère très approximatif. Si, dans ces sources, la quantité de véhicules produits en est considérée comme gonflée par un facteur de deux, et l'on suppose que les chiffres restants sont également gonflés, il s'avère que 4 750 T-34-85 ont été produits en effet, cette ressemble à la vérité. En fait, est-il vraiment possible de supposer que notre industrie des réservoirs est restée inactive pendant près de cinq ans ? La production du T-44 a pris fin en 1947, tandis que les usines n'ont commencé la production en série du nouveau T-54, à toutes fins utiles, qu'en 1951. En conséquence, la quantité de T-34 et de T-34-85 fabriqués dépasse


Char moyen T-34-85 - Histoire

Un T-34-85 dans la vraie vie. Notez les marques polonaises sur la tourelle.

Les T-34 est un char soviétique et a été le pilier des forces blindées soviétiques tout au long de la Seconde Guerre mondiale. Sa conception lui a permis d'être continuellement affiné pour répondre aux besoins en constante évolution du front de l'Est : au fil de la guerre, il est devenu plus performant, mais aussi plus rapide et moins cher à produire. L'industrie soviétique finira par produire plus de 80 000 T-34 de toutes les variantes, permettant à un nombre toujours plus grand d'être déployé au fur et à mesure que la guerre progressait. Même après son remplacement par le T-54, le T-34 est resté en service avec de nombreux autres pays du Pacte de Varsovie et est toujours en service dans plus d'une douzaine de pays encore aujourd'hui.


En jeu

Le T-34/85 est le char russe de rang VI. Le T-34/85 a une vitesse, une maniabilité, une cadence de tir et des dégâts par tir excellents, bien qu'il ait également les HP les plus bas de tous les chars de rang VI. Comme tous les chars russes du jeu, il a également une mauvaise dépression des armes à feu. La grande vitesse et la grande maniabilité du T-34/85 en font un bon char d'accompagnement ou permettent d'échapper à une situation où un char comme le Tigre mourrait en essayant de s'enfuir. Jouer à coucou dans ce char peut être une expérience frustrante (tout comme dans tous les chars russes) car la moindre élévation du char peut vous empêcher d'avoir assez de dépression du canon pour toucher une cible. Contre les expérimentaux, vous pouvez les flanquer ou les combattre, mais ne jamais leur exposer les côtés ou surtout l'arrière. Un T28, Maus ou E100 peut vous tuer d'un seul coup s'ils reçoivent un tir arrière, alors faites toujours attention à l'endroit où se trouvent ces chars.


Char moyen T-34

"C'était l'exemple le plus excellent de l'arme offensive de la Seconde Guerre mondiale." - Le général Mellentin.

"Leur T-34 était le meilleur au monde." - Le maréchal Kleist.

Juste deux des nombreuses citations qui ont fait l'éloge du char T-34. Il s'agit d'un véhicule qui est devenu une légende en tant que char qui a remporté la Grande Guerre patriotique pour l'Union soviétique.

Le char T-34 a été conçu et construit dans l'usine de tracteurs de Kharkiv en Ukraine et le premier char T-34 a été testé en le conduisant avec succès sur 1 000 miles de Kharkiv à Moscou et retour. La production de masse a commencé en juillet 1940 et 1 225 chars ont été fabriqués avant l'invasion allemande le 22 juin 1941. Après l'invasion, la production a été transférée vers l'Est, loin de la menace des bombardements allemands.

Le T-34 était de loin supérieur aux Panzers allemands lors de son introduction en raison d'une variété de concepts avancés pour la conception de chars de l'époque. Il comportait un canon à grande vitesse mettant davantage l'accent sur la capacité de tuer des chars et son blindage était très bien incliné, ce qui le rendait difficile à éliminer. De plus, il avait des chenilles extra larges, ce qui améliorait la mobilité tout-terrain, et son moteur diesel lui donnait à la fois une plus grande autonomie et réduisait le risque d'incendie.

La conception du T-34 a évolué tout au long de la guerre : le T-34/76B avait une tourelle en tôle roulée, le T-34/76C avait deux trappes de toit au lieu d'une seule grande trappe de l'hiver 1942/3 le T-34/ 76D a introduit une tourelle hexagonale, un masque de canon plus large et des réservoirs de carburant extérieurs largables. Le T-34/76E a ajouté une coupole sur la tourelle pour le commandant et était de construction entièrement soudée. hiver 1943/4 la production du T-34/85 a commencé et a utilisé la tourelle du char KV-85 qui comprenait un canon principal de 85 mm plus un espace pour un membre d'équipage supplémentaire afin que le commandant n'ait pas également à tirer le canon .

Au combat, le T-34 a servi dans presque tous les rôles et avec des barres de main soudées à la coque, les troupes de « descente du réservoir » ont pu chevaucher vers l'ouest avec l'avancée du blindage vers le Reich d'Hitler. Au service du tout début à la toute fin de la Grande Guerre patriotique, le T-34 a changé non seulement le cours de la conception des chars, mais aussi l'histoire de la planète à travers les actions de ses équipages.

Après la Seconde Guerre mondiale, le T-34 a été largement exporté et combattait encore en Afrique dans les années 1980. Puis, dans les années 1990, il a de nouveau été utilisé en Europe (pour la dernière fois, espérons-le) pendant la guerre civile bosniaque/yougoslave - un véritable témoignage d'un design vieux d'un demi-siècle.


Un réservoir révolutionnaire avec une excellente longévité

Les chars moyens américains nouvellement arrivés, ainsi que les plus gros 3,5 pouces. bazookas, et une prépondérance de la puissance aérienne de l'ONU a forcé un changement dans la tactique des équipages du T-34. Ils se déplaçaient de nuit, attaquant principalement aux premières lueurs du jour avec un soutien d'infanterie. Lorsqu'ils étaient pris à découvert, ils subissaient des attaques au napalm ou un barrage de bazooka, de fusils sans recul ou de tirs de chars. Lorsque les forces de l'ONU ont lancé leur propre offensive et poussé vers le nord, elles ont trouvé 239 T-34 détruits ou abandonnés dispersés du périmètre de Pusan ​​à la rivière Yalu. Après que l'attaque surprise chinoise ait à nouveau changé le cours de la guerre, la Corée du Nord a réformé ses forces blindées. Ils étaient tenus en réserve près de Pyongyang où ils ont été rejoints par des unités blindées et mécanisées chinoises. Totalisant environ 400 chars, ils ont fait l'objet d'attaques aériennes de l'ONU et ne se sont plus jamais engagés dans la bataille.

Malgré le fait que les deux parties ont déployé un bon nombre de chars pendant la guerre, il n'y a pas eu de gros affrontements blindés. Le terrain était montagneux et accidenté, avec des rizières dans les basses terres, limitant ainsi les déplacements principalement aux routes. Par conséquent, les batailles impliquaient généralement au plus des pelotons de chars. Le plus grand affrontement de chars contre chars a eu lieu le 1er novembre, à 18 milles au sud de la rivière Yalu. Huit T-34 et un SU-76 ont engagé une douzaine de M46 Patton. Les Nord-Coréens ont été anéantis dans un échange de tirs d'une demi-heure. C'était la dernière fois que les chars se sont rencontrés au combat pendant la guerre. Bien que le rôle du T-34 dans le conflit ait été de courte durée, on ne peut nier qu'il a été en grande partie responsable des premiers succès des Nord-Coréens.

Le T-34 a été retiré du service russe au milieu des années 1950, mais la production limitée d'une version mise à jour avec un nouveau moteur et de nouvelles roues s'est poursuivie jusqu'en 1964. Finalement, 50 000 ont été construits, une grande partie de la fabrication ayant lieu en Tchécoslovaquie et en Pologne . Le véhicule a été largement exporté dans le monde et reste en service dans des pays d'Afrique, d'Extrême-Orient et du Moyen-Orient et d'Asie du Sud-Est. Depuis la guerre de Corée, le T-34 a combattu dans les guerres israélo-arabes de 1956, 1967 et 1973, ainsi que l'invasion israélienne du Liban en 1982, ainsi que des actions en Angola et en Yougoslavie.

Lors de son introduction, le T-34 était vraiment révolutionnaire, et la longévité de sa carrière de combat atteste de ses prouesses. Il a établi la tendance pour une longue lignée d'excellents modèles de chars russes. L'impact qu'elle a eu sur ses adversaires pendant la Seconde Guerre mondiale et la Corée montre le prix à payer pour l'excès de confiance et la complaisance.


Guide de peloton : char moyen T-34/85

La série T-34, avec son blindage incliné, a changé les principes de conception des chars pendant la guerre. La disposition inclinée et angulaire du T-34 a augmenté l'épaisseur effective du blindage et a également vu une plus grande proportion d'obus dévier que de pénétrer son blindage. L'introduction du T-34 dans l'action a vu la conception des chars allemands emboîter le pas avec un blindage incliné de la même manière sur le Panther et le King Tiger. Alors que la conception des chars allemands prenait de l'importance, la machine de guerre soviétique a encore une fois relevé la barre avec le T-34/85.

Le T-34/85, le symbole même de la puissance militaire soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale, avait une nouvelle tourelle pour abriter le plus puissant canon ZiS de 85 mm. Un char extrêmement robuste et fiable, le T-34/85 avait d'excellentes capacités tout-terrain, en particulier dans les marais ou la neige du front de l'Est, et était facile à utiliser et à entretenir pour l'équipage.

Organisation du peloton

L'Union soviétique a déployé des T-34/85 en pelotons de trois

Dans l'action de boulon

Réflexions générales : lors de la rédaction des listes de l'armée soviétique, il n'y a pas de meilleure façon de dépenser 235 points. Son blindage moyen signifie qu'il doit rester prudent, mais son canon antichar lourd signifie qu'il tue généralement ce qu'il touche !

Meilleure cible : Tout véhicule blindé moyen ou lourd, pour utiliser pleinement son canon antichar lourd +6.

Ennemi le plus redouté : toute attaque aérienne alors que les forces soviétiques luttent pour apporter beaucoup de Flak à la table.

Action la plus mémorable : un mouvement d'attaque de réserve particulièrement sournois a vu un T-34/85 avancer sur la table comme le dernier mouvement du tour 3, éliminant un Sd.Kfz 222 avec son premier tir. Puis, lors du premier mouvement du tour 4, il a détruit un Panzer IV avec un tir de flanc à longue distance !

Passe-temps

Le kit Plastic T-34/85 s'assemble rapidement - le kit comprend deux grappes et est fourni avec un guide de montage facile à suivre qui donne des instructions étape par étape qui signifient que votre char sera prêt au combat en un rien de temps. Une forme numérique pratique de la notice d'instructions peut être trouvée ici pour votre référence également.

Le kit standard peut être complété de plusieurs manières, avec l'ajout d'accessoires trouvés dans les décalcomanies Armory –, le rangement, les pétroliers soviétiques, les tankistes, les barils de pétrole, les jerricans et bien d'autres encore ajouteront au personnage et l'unicité de votre réservoir.

Article écrit par Sam Phillips

En plus de tout le nouveau contenu formidable du livre Tank War, vous recevez gratuitement une figurine exclusive de ce superbe commandant de panzer. Désarçonné et lâché avec son fidèle MP40 ‘Schmeisser’ SMG, il peut représenter un équipage de char à pied ou même être déployé dans votre armée Last Levy en tant que membre d'équipage de panzer sans char à monter!


Armes[modifier | modifier la source]

85 mm ZiS-S-53 [ modifier | modifier la source]

Le canon ZiS-S-53 est juste assez précis et pénètre la plupart des blindages des chars lourds, mais pas tous. Chaque coup draine 100 points de vie et recharge 6,5 secondes.

Mitrailleuse légère DT[modifier | modifier la source]

Ce LMG fait exploser 15 à 25 balles avant les intervalles, chaque coup draine 4 points de vie et se recharge pendant 3 secondes. Cependant, ce n'est pas une bonne arme anti-infanterie car elle n'est pas précise et ses dégâts sont faibles.


De l'auteur du best-seller international Un appel supérieur vient l'histoire captivante de la Seconde Guerre mondiale du voyage d'un tireur de char américain au cœur du Troisième Reich, où il rencontrera le destin dans un duel d'armure emblématique et forgera un lien durable avec son ennemi.

Lorsque Clarence Smoyer est affecté au siège du tireur de son char Sherman, ses coéquipiers découvrent que le gentil géant de Pennsylvanie a un talent caché : c'est un tireur né.

Au début, Clarence et ses compagnons d'équipage de la légendaire 3e division blindée – « Spearhead » – pensaient que leurs chars étaient invincibles. Ensuite, ils ont rencontré le Panther allemand, avec un pistolet si meurtrier qu'il pouvait tirer à travers un Sherman et dans le suivant. Bientôt un modèle a émergé : Le char de tête est toujours touché.

Après que Clarence ait vu ses amis abattus franchir le mur ouest et tenir la ligne lors de la bataille des Ardennes, lui et son équipage reçoivent une arme ayant le pouvoir de venger leurs frères tombés au combat : le Pershing, un appareil à la pointe de la technologie. "super tank", l'un des vingt dans le théâtre européen.

Mais cela s'accompagne d'une nouvelle responsabilité déchirante : maintenant elles ou ils sera le fer de lance de chaque attaque. C'est ainsi que Clarence, le caporal du pays du charbon, se retrouve à la tête de l'armée américaine dans sa plus grande bataille urbaine de la guerre européenne, la lutte pour Cologne, la «ville forteresse» de l'Allemagne.

Combattant à travers les ruines, Clarence engagera la redoutable Panther dans un duel immortalisé par un caméraman de l'armée. Et il affrontera Gustav Schaefer, un adolescent derrière la détente dans un char Panzer IV, dont l'équipage a été envoyé en mission suicide pour arrêter les Américains.

Alors que Clarence et Gustav échangent des tirs sur un long boulevard, ils sont pris par surprise par une tragique erreur de guerre. Ce qui se passera ensuite hantera Clarence jusqu'à nos jours, le ramenant à Cologne pour faire l'impensable : affronter son ennemi, une dernière fois.

Louange pour Fer de lance

« Un récit détaillé et captivant. . . l'histoire remarquable de deux membres d'équipage de chars, des côtés opposés du conflit, qui endurent la nature macabre de la guerre des chars.
États-Unis aujourd'hui (quatre étoiles sur quatre)


The T-34-85 in WWII: A Closer Look

This project all began innocently enough, with research for a future diorama containing a T-34-85 in Poland, in the summer/fall of 1944. As I planned on using the DML kit, I started through my reference material to see if it was suitable. I thought I was relatively familiar with the T-34-85, and had confidence I knew what I was looking for. As I perused through all the photos, I found some answers, but also many questions surfaced as I began to notice subtle differences in the turrets I had not noticed before, nor had seen in prior publications. I realized I needed to take notes to catalog the differences I was finding for future reference. One thing led to another and the results you see here.

The turret sketches that follow are inspired and loosely based on those shown in Ref. (E). The Model Art drawings were used to help me get a basic shape for the turrets. I decided to draw them from the opposite angle, and then modified the shapes and added or revised details and added notes based on the many photos of the various references. The sketch format also allowed me to portray the turrets without trying to show any exact scale. As I do not have ready physical access to any T-34-85's, I do not have the ability to get exact dimensions. This sketch format was perfect for showing specific characteristics without worrying about dimensions. The roof plan sketches were partially based on drawings in Ref. (F).

The T-34-85 began with an urgent need for a heavier-armed tank. With the introduction of the Panther and Tiger to the battlefield, the Soviet armored units found themselves at a distinct disadvantage. An order went out in May 1943 to develop a new tank cannon to deal with the problem. By the middle of 1943, four 85mm gun variants were ready for trials, the D-5-T, the S-53, the S-50, and the LB-85. The S-53 was the winner of the competitive trials. Now a tank was needed to mount them on.

The T-43 had been in development beginning in 1942, an attempt to modernize and eliminate shortcomings of the T-34 design. Changes included up-armoring and increasing the size of the crew compartment. It was still armed with the 76mm gun. Once it had been decided to up-arm to the 85mm gun, the T-43 quickly lost favor. At 34.1 tons already, the heavier cannon would make things only worse. An 85mm gun was fitted for trials, but that was the end of the T-43 program.

Now, things turned towards up-gunning the T-34. At first an attempt was made to install the S-53 cannon in the standard T-34 turret. However, it was decided the turret was too cramped and two men could not effectively operate the weapon. Therefore it was decided a new turret was needed. Both Zavod #112 "Krasnoye Sormovo" and Zavod #183 "Nizhniy Tagil" worked on designs. These designs were based on, but not copies of, the T-43 turret.

The first turrets ready were to be those of "Krasnoye Sormovo." However, it became clear the S-53 cannon could not be installed in the turret without limiting its elevation. A change in design would be needed. In the meantime, it was decided to mount the D-5-T gun as an interim solution. It was planned to produce 100 turrets by the end of 1943, but in fact, the new turrets did not come off the assembly line until January 1944.

Meanwhile, the S-53 gun could be installed in the Zavod. #183 turrets without any problems. The Red Army accepted the S-53 gun in January 1944, and production began in March. Following soon after were the re-designed turrets of Zavod #112, plus an additional factory, Zavod. #174, began producing 85mm armed turrets. After field trials however, a problem was found with the recoil of the S-53 gun. After revisions, the Zis-S-53 gun was born. This replaced the S-53 cannon at Zavod. #183 in the summer of 1944. In all, 11,518 S-53 and 14,265 ZiS-S-53 guns were produced in 1944-45, with some of the ZiS-S-53 guns also being installed in the T-44.

Production of the T-34-85 continued through 1946, with various production changes occurring along the way. An electric traverse motor was added in the summer of 1944. A new, larger, commander's cupola was introduced in January 1945. The ventilators in some factories were split forward and back of the turret to help ventilation in late 1945. All told, about 23,000 T-34-85 tanks were built during WWII, with about 13,900 produced by Zavod. #183, 6,300 produced by Zavod. #112, and 2,900 by Zavod. #174. (Note: exact numbers vary depending on source.)

The "1943 Production Turret"

This is the early Zavod. #112, commonly referred to as the 1943 Production Turret, although tanks did not roll out of the factory until January 1944. These turrets had the early style roof (which I refer to as a "Type A" roof) with the commander's cupola more towards the center. Approximately 300 D-5-T armed turrets were built, most (but not all, see notes for the subsequent Zavod. #112 Spring '44 Turret) of which were based on this turret. Some resources mention the first produced turrets featured only one ventilator at the rear, and were based on a standard hull with curved bow and possibly without reinforcing fillets or angles at the base of the turret ring. However photos of the 38 th Independent Tank Regiment, the first unit to receive the T-34-85, show the turret above on a hull with pointed bow and reinforcing fillets. (See photo on page 5, Ref. (A) as well as many other references.) I am led to believe those single-vented turrets were only the prototypes and probably (never say never) did not see service. By the way, references seem to disagree on turret crew. Some say these early turrets only had a crew of two, others say a crew of three, the gunner being so cramped as to be virtually sitting on the commander's lap.

Hulls were basically the same as the original T-34 series, with the exception of the enlarged turret rings. The bow was also changed to a pointed style to simplify construction. As mentioned above, a reinforcing fillet was added in front of and to each side of the turret ring. This appears on all T-34-85's of all styles per the photos. The radio on these first turrets was located in the original position in the hull. Most of these first T-34-85's had a unusual fuel tank arrangement. They carried three tanks, but with the single tank on the left side in the forward position. Most all pictures show tanks with this turret to use solid roadwheels.

Zavod. #112, Spring '44 Production Turret

This is the revised 1943 Production Turret with the new ZiS-S-53 gun and the Type B Roof with the commander's cupola moved back to provide more room for the gun mount and gunner. Note the removal of the vision slit above the pistol port on the left side. (All T-34-85 turrets retained the vision slit on the right side throughout WWII). Also, the radio has now been moved to the turret and an aerial mount is just forward of the commander's cupola. There is some contradicting information about the gun and whether it was a ZiS-S-53 or a S-53 gun, which I will discuss later. As noted on the drawing, one picture as seen on page 56, Ref. (C), shows this turret armed with a D-5-T gun. This leads me to believe the change in roof layout was more for crew efficiency than fitting a different weapon.

Hulls for this series were much the same as hulls for the 1943 Production Turrets. The plug for the radio was still located on the hull side for at least some of the tanks, though no radio was carried there. Some pics show the extra fuel tank on the left in the forward position others show it in the more standard rear position. Roadwheels were again typically of the solid type, though single wheels, probably replacements, are sometimes seen in the half-finned style. One interesting item, though. A picture that can be seen (in color!) at http://www.algonet.se/

toriert/attack.jpg from Ref. (M), shows the plumbing for smoke dischargers on the rear of the tank (no smoke canister mounts however). Other references state this addition did not occur until the summer of 1944. This makes me wonder if this turret actually may have been in production until the summer of '44 or if the smoke system began to be added earlier than noted.

"Flattened Style" Turret, Spring '44 Production

The most common turret was of this style, produced by Zavod. #183. It is named for the slightly flattened area on each side. This turret was originally armed with the S-53 gun which can be distinguished by the bulges at each side of the collar. A good picture of this period turret is at http://www.geocities.com/

fi1877/ps245003.html , from Ref. (L). There is some confusion surrounding this gun. Some sources say the S-53 was produced from spring '44 to summer '44 when the ZiS-S-53 replaced it. Other sources say the ZiS-S-53 started production much earlier. My question is whether the bulged collar was required for the S-53 mount, or if was it just an early collar design. One reference actually refers to the bulged collar as a S-53 mount, but another lists it as simply an early ZiS-S-53 variant. Another possibility, though purely speculation on my part, is perhaps the ZiS-S-53 did start production earlier and outfitted tanks from Zavod. #112 and Zavod. #174 (both of which there is no clear photo evidence of ever having the bulged collar), but that for quota's sake Zavod. #183 used the S-53 until summer '44 when ZiS-S-53 production was high enough to provide guns for all factories. Réf. (F) seems to bear this possibility out, listing very high production numbers for the S-53 gun, near that of the ZiS-S-53 gun. At any rate, the bulged collar shows up quite late in the series, with one photo on page 8 of Ref. (F) showing a turret with the bulged collar and the bulge for the electric traverse, which didn't enter production until summer '44. Note the horizontal seam line of this turret was on a flat plane completely around the turret. Also, a very rough casting nub appears on each side, which appears to protrude about 3 to 4 cm or 1" to 1 ".

Hulls seen with this style turret have the usual T-34-85 features of pointed bow and reinforcing fillets, but now seem to have deleted the hull radio plug, though it is possible the first tanks may have had this feature. Roadwheels on tanks from this factory primarily show the half-finned style, but some had solid wheels. Some pics show a mix, usually a single different wheel, probably from repairs. No smoke plumbing is typically seen on tanks with this early turret, though the smoke generation system is seen in some photos. Evidently the smoke system was introduced late spring or early summer. Good examples of this period are on page 28 of Ref. (N), with photo #75 of a vehicle of the 4 th Guards showing smoke plumbing and canisters and photo #77 of a vehicle of the 26 th Guards without smoke generator plumbing or canisters. These pictures date around mid-summer of '44 so the tanks are probably late-spring production. The turrets shown in both photos do not have the thickened area around the pistol port, but do not have the bulge for the electric traverse either.

"Composite Turret" Summer '44 Production

The so-called Composite Turret is associated by some references with Zavod. #112. This appears to be correct considering the similar shape of the seam and also similar location of the casting numbers. A theory I have is that maybe this is Zavod. #112's revised casting to be able to fit the electric traverse? I have no way to confirm that, but it is true that no composite turret is ever seen with a bulge for the traverse, including 1945 production and post-war versions, so the traverse must have fit without modification. Note the shape of the lower part of the turret at the forward seam seems to vary a bit in the photos. I tried to match what is seen on page 70, Ref. (C), or page 39, Ref. (D). Note this a pretty rough turret, including the rear portion that extends down to create a flat bottom, as if it was made of a steel plate. I believe this is because of how the original master was made for the molds, as it is obvious from the photos the entire turret was cast, and the vertical seam does not appear to be a weld.

Hulls for this style pretty much matched the hulls for the Flattened Style turrets. Smoke discharger plumbing is seen on some of the photos, but it is impossible to tell if they all had it. Road wheels were typically of the solid style.

"Flattened Style" Turret, Summer '44 Production

This turret shows the revisions made by Zavod. 183 by late summer of '44. This includes the bulge for the electric traverse, removal of the fairing at the pistol port, and the later style collar for the ZiS-S-53 gun. Wire tie-downs also make their appearance on the rear of the turret.

Most hulls of this time, but not all, now carry the smoke generator plumbing. Also, the front mudguards are squared off about the time of these other modifications, though some cross-over occurred. As per other tanks from this factory, the road wheels are mostly of the half-finned variety, though some solid wheels are also seen. Another addition seen is small fittings are added to the front glacis plate for adding spare tracks. A good picture of this feature is on page 66 of Ref. (C).


"Flattened Style" Turret, 1945 Production

The final version of the Flattened Style turret is the 1945 version. The main difference between this one and the summer '44 version is the larger, one leaf commander's cupola. This is the turret version seen in the DML kit.

The hull details seen with this turret are basically identical to the summer '44 hulls. The only visible difference is the road wheels now typically feature the full-finned style (again, as per the DML kit), though some are still seen with solid wheels.

"Composite Turret" Late 1945 Production

I have included this turret simply for completeness. This turret is often referred to as the ''1946 Production turret, though references state production actually began in late 1945, technically during WWII, so I have included it. No photo evidence exists that I have found showing any tanks with this style turret that actually saw action. The major feature is the relocation of one of the fans to the front of the turret. The design of the exhaust fan armored cap is also slightly changed. This style turret is what is included in the Maquette T-34-85 kit.

The hull is essentially the same as the Flattened Turret 1945-production hull except for the roadwheels, which seem to be mostly solid style with no perforations or the full-finned style, which shows in some post-war photos.


"Center Seam Style", Spring '44?? Production Turret

This is a new style to me, which I am dubbing the "Center Seam" style for the casting seam which occurs near the center of the turret all the way around. I have never seen this style referred to in any English language book, and seem to occur in only one Russian book, page 40 in Ref. (I). Other references do have photos of this style, including page 14 in Ref. (A), page 39 in Ref. (H), and pages 20 and 22 in Ref. (G). Most of these photos by the way are of the same unit, the Polish 1 st "Bohaterow Westerplatte" Armored Brigade. I am speculating this turret style might be an early version of a Zavod. #174 tank, only by process of elimination, and per the fact that the Angle-Jointed Style photos seem to imply a later production vehicle, not to mention post-war produced T-34-85's which seemed to keep the Angle-Jointed style, or a variant thereof. The turret does not seem to feature a flattened area on its sides, which would tend to rule out Zavod #183. However, it is also just as likely it is simply a turret manufactured by a sub-contractor to any of the T-34-85 tank factories, probably with low production numbers due to the lack of photos. We may never learn the full story.

The hulls for this style turret seem to have the same features as any of the other Spring '44 hulls, including rounded front fenders. It is unclear whether any were fitted with smoke generator plumbing or fittings. Road wheels seem to be all of the solid variety.

''Angle-Jointed Style'', Summer '44?? Production Turret

This drawing is based on the picture featured on page 3 of Ref. (D), also on page 65 of Ref. (C). This is the only real clear picture of an Angle-Jointed turret in action during WWII that I could find, although I believe a couple of pictures are also in Ref. (G) but are not a positive ID. The turret has basically the same features of any other summer '44 turret, although the electric traverse does not appear to have been installed. At least no bulge is noticeable, and bulges for the electric traverse are featured in post-war versions of this turret. One odd feature of this photo is the commander's cupola. It appears more cylindrical, like a 1945 style cupola, yet has the two leaves of a 1944 style cupola. 1944 cupola's typically have a taper on the top third of the cylinder which appears to be missing on this example. I don't know if it is just the light or a production variation.

The hull in the photo appears to be a re-manufactured hull from a 76mm armed tank. It has a rounded front fillet but with squared off front fenders. One resource mentions that re-manufacturing did occur during the summer of '44 so this seems to fit. It is this feature that leads me to believe this turret variant came after the ''Center Seam turret. Other tanks in the picture appear to have normal late style hulls with squared fillets. Wheels appear to be of the solid style.

These series of drawings are to better illustrate the changes to the roof plans of the turrets. It is easy to see how the commander's cupola was moved back, along to a lesser degree the loader's hatch and the ventilators. Note, if you wish to model a 1944 production turret, the early commander's cupola is the same as that of the 1943 prod. T-34/76 or the SU-85 or SU-100. Per the drawings in Ref. (F), I would use the Zvesda cupola from their SU-100 kit, as it appears exactly the right size, or the one form the DML SU-100 which is only slightly too large. The Tamiya T-34/76 cupola however is too small.

The later turret roofs are typified by the larger commander's hatch. You can see how it just slightly sits off the edge, requiring a slight bulge in the turret casting as seen in the Flattened Style, 1945 Production turret above. Also shown is the late war, and post-war, style with the separated ventilators.

I hope this article has many of you pulling out your reference material, looking closer at the photos. I know I found many surprises as I dug further into the subject. I hope some of you can point out to me some new photos or observations and I hope to have further conversations in the discussion group. You can also e-mail me at (TBA) . Maybe between your observations, and the fact I have 3 more T-34-85 books on order, I will have to put out an addendum to this article!

Zaloga, Kinnear, Sarson T-34-85 Medium Tank 1944-1994 #20 New Vanguard series, Osprey Publishing.

Zaloga, Grandsen The Eastern Front, Armor Camouflage and Markings, 1941 to 1945 Squadron/Signal Publications.

Zaloga, Grandsen T-34 in Action Squadron/Signal Publications.

T-34 & KV Model Art Publication.

Medium Tank T-34-85 Armor Collection 4/99 by Modelist Konstructor.

Skotnicki Vehicles of the Polish Armed Forces Eastern Front 1943-1945 AjaKS Ksiazki Militarne.

Baryatinskiy, Dmitriev Tanks of the Second World War: The Red Army ''Technika-Molodyezhu .

T-34-85 Technika and Voorugenie 11-12/1999. (Thanks to Pawel Libner for checking this one out for me.)

"The Brief History of T-34-85 IPMS Fi-1877 Website photo gallery http://www.geocities.com/

Kolomiyets & Moshchanskiy Camouflage of the Tanks of the Red Army, 1930-1945 Armada Vertical Series No.5 (translated by Stephen ''Cookie Sewell).


Voir la vidéo: T-3485 Mod 1944 Bedspring Armor 172 Revell - Tank Model (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Nikinos

    Je m'excuse d'avoir interféré ... Je connais cette situation. Vous pouvez discuter. Écrivez ici ou dans PM.

  2. Acolmixtli

    Je l'accepte avec plaisir. La question est intéressante, je participerai également à la discussion. Ensemble, nous pouvons trouver la bonne réponse. Je suis sûr.

  3. Alarico

    Hum... ça arrive même.



Écrire un message