Podcasts sur l'histoire

Chronologie d'Edouard Ier d'Angleterre

Chronologie d'Edouard Ier d'Angleterre


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

  • 17 juin 1239

  • octobre 1254

    Le prince Edouard (futur Edouard Ier d'Angleterre) épouse Aliénor de Castille.

  • 14 mai 1264

    Simon de Montfort emprisonne Henri III d'Angleterre et le prince Édouard et se déclare roi.

  • Mai 1265

    Le prince Edouard, futur Edouard Ier d'Angleterre, parvient à échapper à ses ravisseurs et à former une armée royaliste pour tenter de réintégrer son père, Henri III d'Angleterre.

  • 4 août 1265

    Le prince Edouard, futur Edouard Ier d'Angleterre, bat le prétendant Simon de Montfort à Evesham.

  • 1272 - 1307

  • 16 novembre 1272

    Mort d'Henri III d'Angleterre d'un accident vasculaire cérébral.

  • 19 août 1274

    Edouard Ier d'Angleterre est couronné à l'abbaye de Westminster.

  • 1275

    Le Statut de Westminster encode 51 nouvelles lois, dont beaucoup sont basées sur la Magna Carta.

  • 1276

    Une armée d'Edouard Ier d'Angleterre bat Llywelyn ap Gruffudd, alors prince de Galles.

  • 1283 - 1330

    Le château de Caernarfon au Pays de Galles est construit, un projet commencé par Edouard Ier d'Angleterre.

  • 1283 - 1330

    Le château de Harlech au Pays de Galles est construit par Edouard Ier d'Angleterre.

  • 1283 - 1292

    Le château de Conwy au Pays de Galles est construit par Edouard Ier d'Angleterre.

  • 1284

    Le Statut du Rhuddlan redivise le Pays de Galles en comtés sur le modèle anglais d'administration locale.

  • 25 avril 1284

    Edouard II d'Angleterre est né au château de Caernarfon au Pays de Galles.

  • 1287 - 1290

    Edouard Ier d'Angleterre expulse tous les Juifs de son royaume.

  • 1290

    Aliénor de Castille, reine d'Angleterre et épouse d'Edouard Ier, décède.

  • août 1291

    Une grande cour est organisée par Edouard Ier d'Angleterre à Berwick pour décider du prochain roi d'Ecosse : la Grande Cause.

  • 17 novembre 1292

    Edouard Ier d'Angleterre choisit John Balliol comme nouveau roi d'Ecosse.

  • 1294

    Le leader gallois Madog ap Llywelyn attaque et brûle le château de Caernarfon.

  • 1294 - 1295

    Le château de Harlech est attaqué à deux reprises par le chef rebelle gallois Madog ap Llywelyn.

  • déc. 1294 - janv. 1295

    Le roi Édouard Ier d'Angleterre est piégé au château de Conwy pendant l'hiver par une force de rebelles gallois.

  • 1295

    Le château de Beaumaris au Pays de Galles est construit par Edouard Ier d'Angleterre.

  • 1295

    Edouard Ier d'Angleterre reprend le château de Caernarfon au Pays de Galles.

  • 1295

    Le Parlement modèle d'Angleterre se réunit pour la première fois.

  • février 1295

    L'Ecosse s'allie formellement avec la France contre l'Angleterre, le début de l'« Auld Alliance ».

  • 1296 - 1299

    John Balliol, roi d'Ecosse, est emprisonné dans la Tour de Londres par Edouard Ier d'Angleterre.

  • 1296

    Edouard Ier d'Angleterre s'empare du château d'Édimbourg.

  • avr. 1296

    John Balliol, roi d'Écosse, renonce à son allégeance à Édouard Ier d'Angleterre.

  • 27 avril 1296

    John Balliol, roi d'Écosse, se rend à une armée anglaise après sa défaite à la bataille de Dunbar. Edouard Ier d'Angleterre enlève la pierre de Scone à l'abbaye de Westminster.

  • 8 juillet 1296

    John Balliol, roi d'Écosse, est publiquement dépouillé de sa couronne et de ses insignes royaux.

  • Mai 1297

    Une petite force dirigée par William Wallace attaque et tue le shérif anglais à Lanark.

  • Mai 1297 - Juil 1297

    Une force dirigée par William Wallace attaque plusieurs garnisons anglaises entre les rivières Forth et Tay.

  • 11 sept. 1297

    Une armée écossaise dirigée par William Wallace bat une armée anglaise à la bataille de Stirling Bridge.

  • 1298

    Une armée anglaise attaque l'Ecosse.

  • mars 1298

    William Wallace est fait chevalier et fait le gardien de l'Écosse.

  • 22 juillet 1298

    Edouard Ier d'Angleterre est victorieux à la bataille de Falkirk où 20 000 Écossais sont tués. Le château de Stirling est reconquis.

  • 10 sept. 1299

    Edouard Ier d'Angleterre épouse Marguerite de France, fille de Philippe III de France.n

  • 1300

    Une armée anglaise attaque à nouveau l'Ecosse.

  • 1301

    Le prince Edward, fils d'Edouard Ier d'Angleterre, reçoit officiellement le titre de prince de Galles.

  • 1301

    Une autre armée anglaise attaque l'Ecosse.

  • 1304

    Une autre armée anglaise attaque l'Ecosse et reprend le contrôle du château de Stirling.

  • 5 août 1305

    Sir William Wallace est capturé par les Anglais à Glasgow.

  • 23 août 1305

    Le leader national écossais William Wallace est accusé de trahison et exécuté à Londres.

  • févr. 1306

    Robert le Bruce se déclare roi d'Écosse.

  • 7 juillet 1307

    Mort d'Edouard Ier d'Angleterre de dysenterie.

  • 25 février 1308

    Edouard II d'Angleterre est couronné à l'abbaye de Westminster.


Edouard l'Ancien (vers 874-924)

Edward était le fils d'Alfred le Grand, né d'Alfred et de sa reine Ealhswith de Mercie vers 874 après J. lui du futur roi Édouard le Martyr.

Selon l'historien contemporain Asser, qui a écrit une biographie de la vie d'Alfred le Grand, Edward et sa plus jeune sœur Aelfthryth ont été éduqués à la cour d'Alfred, par des tuteurs masculins et féminins, qui leur ont appris à lire la prose ecclésiastique et laïque en anglais, y compris Poésie en vieil anglais et les Psaumes. On leur a également enseigné des comportements jugés dignes de la cour, tels que l'humilité et la douceur. L'éducation d'Edward et d'Aelfthryth est le seul exemple connu d'un prince et d'une princesse saxons recevant la même éducation.

Bien qu'il fût le fils aîné du roi, l'accession d'Edouard au trône n'était pas assurée, car selon la coutume saxonne, un parent fort et capable pouvait avoir une prétention également valable au trône. Ses oncles Aethelhelm et Aethelwold avaient des prétentions au trône, car ils étaient plus âgés et les fils du frère aîné d'Alfred, Aethelred, qui avait régné avant lui. Aethelhelm semble être mort vers 850, mais Aethelwold a survécu et semble avoir été considéré comme ayant un statut plus élevé.

Alfred le Grand a fait tout ce qu'il pouvait pour assurer l'héritage de son propre fils, qu'il a peut-être fait d'Edouard roi de Kent de son vivant. Il a promu des hommes qui soutiendraient Edward et avait Edward l'accompagner lors de voyages royaux, où il a été témoin de nombreuses chartes d'Alfred. Alfred semble également avoir donné des ordres militaires à Edward. Nous savons qu'en 893 après JC, Edward commanda une armée contre les Vikings à la bataille de Farnham.

Vers 893, Edward épousa Ecgwynn, dont on ne sait presque rien, bien qu'elle ait pu être une parente de St Dunstan. Ensemble, ils ont eu 2 enfants, un fils nommé Aethelstan, qui deviendrait roi après la mort d'Edward, et une fille qui épousa Sihtric, le roi viking de Northumbria. Ecgwynn mourut probablement vers 899, car peu de temps après, Edward se maria une seconde fois avec Aefflaed, fille d'un ealdorman du Wiltshire.

Le roi Alfred le Grand mourut le 26 octobre 899 et Edward succéda au trône, prenant le titre de roi des Anglo-Saxons comme son père avant lui. Le premier obstacle d'Edward fut la rébellion de son cousin, Aethelwold, dont la prétention au trône était à travers son père, Aethelred. Aethelwold s'empara des domaines royaux et campa à Wimborne dans le Dorset. Edward leva une armée et marcha jusqu'aux anneaux de Badbury à proximité.

Aethelwold a déclaré qu'il vivrait ou mourrait à Wimborne, mais c'était une menace vide, car il s'est enfui au milieu de la nuit et s'est dirigé vers la Northumbrie, où il a été acclamé comme roi. Il retourna au Wessex en 901 avec une armée. Chaque camp a gagné et perdu du territoire pendant un an, jusqu'à ce qu'Aethelwold soit tué en battant une partie capricieuse de l'armée d'Edward à la bataille de Holme en 902. Ainsi se termina la seule véritable menace pour le trône d'Edward.

Edward a traité avec les Danois en 906, mais la trêve a été rompue après un changement de régime à York. Un groupe distinct de Vikings de Bretagne a également attaqué le long de la Severn. À partir de 909, Edward a commencé une contre-attaque réussie, avec l'aide de sa sœur Aethelflaeda, qui, en tant que veuve du roi de Mercie, contrôlait sa propre armée.

Pendant qu'elle reconquiert et fortifie la région de Severn et l'ouest de la Mercie, Edward fait de même en East Anglia. En 918, les dirigeants frères avaient repoussé les Vikings à travers la Humber. Aethelflaeda a porté le coup de grâce en prenant York pacifiquement, les habitants eux-mêmes craignant les pillards vikings et espérant être protégés. La ville fut à nouveau perdue en 919, après la mort d'Aethelflaeda.

Edward a continué à pousser vers le nord, en 920 fortifiant Nottingham et Bakewell. Après cette démonstration de pouvoir, il a été accepté comme suzerain par les dirigeants de Northumbria, y compris York, le Pays de Galles, Strathclyde et les Écossais. La « soumission » à Edward a été réinterprétée par de nombreux historiens modernes comme un simple traité de paix plutôt que comme une reconnaissance de la suzeraineté d’Edwards.

Edward contrôlait également Mercia par l'intermédiaire de sa nièce, Elfwina. Il poursuit la politique lancée par sa sœur Aethelflaeda de construire des villes fortifiées, ou burhs, dans toute la Mercie, avec de nouveaux burhs commencés à Rhuddlan, Thelwall et Manchester. Il semble avoir organisé la Mercie et le Danelaw oriental en comtés. Son affirmation de contrôle sur les affaires merciennes n'a pas été universellement bien accueillie, et il a été contraint de réprimer une révolte à Chester en 919.

Edward avait au moins 13 enfants, dont 3 ont gouverné l'Angleterre après sa mort (Aethelstan, Edmund et Eadred). Sa fille Eadburh entra dans l'abbaye de Nunnaminster à Winchester, fondée par la femme d'Alfred le Grand, Ealhswith. Elle mourut en 960 et fut canonisée comme sainte en 972, et son culte prospéra jusqu'au 14ème siècle.

Edward lui-même a fondé un monastère à côté de la cathédrale de Winchester, surnommé le New Minster pour le distinguer du monastère existant. Edward a peut-être été motivé pour fonder sa nouvelle cathédrale parce qu'il était en désaccord avec les moines de la vieille cathédrale et son évêque, Denewulf.

Ce nouveau ministre était probablement conçu comme un mausolée royal. Edward a déplacé le corps de son père de la cathédrale (la vieille cathédrale) à la nouvelle, et y a enterré sa mère ainsi que les reliques de St Judoc et St Grimbald. Edward a été enterré dans le New Minster, tout comme son fils Aelfweard et son frère Aethelweard.

L'un des héritages d'Edward était la pratique du procès par l'épreuve. Bien que le concept existait bien avant son règne, le code de loi publié par Edward a fait du procès par épreuve le seul remède pour une accusation prouvée de parjure.

Edward est mort à Farndon, près de Chester, en 924, des blessures gagnées réprimant la révolte de Chester. Il a été enterré dans le New Minster à Winchester. Le successeur d'Edward était son fils Aethelstan (souvent modernisé comme Athelstan).

L'héritage d'Edouard l'Ancien

Les historiens étaient généralement favorables au règne d'Edouard. Il était considéré comme inférieur en apprentissage à son père Alfred, mais son égal ou même supérieur en puissance militaire. Il a régné sur un territoire en expansion dans le sud de l'Angleterre pendant un quart de siècle, affirmant une forte autorité centrale sur le royaume. La menace danoise fut écartée et les dirigeants danois mis au pas.

Il a aidé à organiser la structure politique de l'Angleterre avec des comtés administrés par des préfets de comté, des tribunaux régionaux et un système royal centralisé de taxation. Bien que souvent négligé par l'histoire, on peut dire qu'Edouard l'Ancien a fait autant que n'importe quel souverain pour jeter les bases de l'Angleterre médiévale.


Les monarques : Edouard III – Le roi de cinquante ans

La bonne nourriture britannique vous manque ? Ensuite, commandez auprès du British Corner Shop – Des milliers de produits britanniques de qualité – y compris Waitrose, expédition dans le monde entier. Cliquez pour acheter maintenant.

Note de l'éditeur : cet article est paru à l'origine dans le numéro 10 du magazine imprimé Anglotopia en 2018. Soutenez les grands écrits sur l'histoire, la culture et les voyages britanniques en vous abonnant au magazine Anglotopia. Chaque abonnement aide à faire fonctionner Anglotopia et nous offre la possibilité de produire des articles comme celui-ci. Vous pouvez vous inscrire ici.

Edouard III a été roi d'Angleterre pendant 50 ans, période au cours de laquelle il a transformé le pays en l'une des forces militaires les plus puissantes d'Europe. à travers la peste noire dévastatrice. Initialement, un roi très admiré dont les principaux intérêts étaient la guerre et l'extension du royaume d'Angleterre, Edouard III est devenu impopulaire dans ses dernières années car ses campagnes militaires ont échoué, l'économie a souffert et sa santé s'est détériorée.

FAITS MARQUANTS

  • Edouard III est né au château de Windsor le 13 novembre 1312.
  • Il succède en tant que roi d'Angleterre, duc d'Aquitaine et suzerain d'Irlande le 20 janvier 1327 à l'âge de 14 ans.
  • Edward III a épousé Philippa, fille du comte de Flandre en janvier 1328. Le couple a eu 14 enfants ensemble.
  • Le roi mourut d'un accident vasculaire cérébral le 21 juin 1377 à l'âge de 64 ans, après avoir régné pendant 50 ans.

Edward III n'a pas eu une éducation particulièrement stable. Premier fils du roi Édouard II, un échec royal notoire, Edward a été utilisé par sa mère Isabella et son nouvel amant Lord Mortimer pour retirer de force son père du trône.

En 1325, le roi Charles IV de France exigea que le roi Édouard II rende hommage au duché anglais d'Aquitaine. Ne voulant pas quitter l'Angleterre et ignorant le complot que sa femme Isabella et son amant exilé Mortimer formaient contre lui, Edward II envoya son fils Edward à sa place. Isabelle fit rapidement fiancer le jeune Edouard à Philippa de Hainaut et, avec l'appui du roi de France, lança une invasion contre l'Angleterre. Le roi Édouard II a été contraint d'abandonner son trône et le nouveau roi, Édouard III, a été couronné en janvier 1327.

Au début, Edward était une marionnette dans l'administration de Mortimer, le souverain de facto de l'Angleterre. Mortimer et Isabella étaient instantanément impopulaires car ils avaient signé un traité coûteux avec le roi Charles IV de France. Un traité qui s'est avéré encore plus dommageable qu'on ne le pensait au départ, car Charles est décédé presque immédiatement, donnant à Edward une revendication légitime sur le trône de France qui était désormais confisqué.

Edward a été marié à Philippa en janvier 1328. Malgré le fait qu'Edward n'avait que 15 ans au moment du mariage et Philippa seulement 13 ans, le couple a réussi à avoir un fils en deux ans. Ayant subi l'indignité d'être gouverné par l'amant de sa mère pendant assez longtemps et en tant que fier nouveau père d'un héritier légitime, Edward a pris des mesures violentes contre l'impopulaire et infructueux Mortimer. Lorsqu'un parlement a été convoqué au château de Nottingham, Edward et un groupe d'amis proches ont traîné Mortimer du lit d'Isabella au milieu de la nuit et l'ont exécuté en tant qu'« ennemi de l'État ».

Edward monta sur le trône avec enthousiasme et entreprit immédiatement de prouver qu'il était un roi digne en renouvelant la guerre contre les Écossais. Mais l'Ecosse était déjà en guerre contre elle-même. D'un côté se trouvait le roi David II et de l'autre le prétendant Edward Balliol, un représentant des « déshérités », un groupe de magnats anglais qui avait perdu des terres en Écosse en raison de l'accord de paix. Edward a soutenu Balliol tandis que le roi Philippe VI de France a soutenu le roi David II et lui a donné refuge. Philip a confisqué le titre d'Edouard sur l'Aquitaine, alors Edward a jeté l'allumette dans la poudrière et a revendiqué le trône de France, déclenchant ce qui est devenu la guerre de Cent Ans.

En 1339, le roi Edouard III envahit la France et revendique le trône. La victoire sur la France entraînerait l'expansion d'un commerce de la laine déjà lucratif avec la Flandre et le commerce du vin avec la Gascogne ainsi que des opportunités pour les impôts féodaux et le pillage total des villes françaises. L'invasion était populaire auprès du public anglais.

Les premières années de la guerre de Cent Ans se sont déroulées avec brio pour Edward. Lors d'une importante bataille navale en 1340, la marine anglaise détruisit la quasi-totalité de la flotte française à Sluys. En 1342, Edward envahit la Bretagne et en 1346, il débarqua en Normandie et battit le roi de France Philippe VI à Crécy. Au même moment, la reine Philippa combattait indépendamment dans le nord, battant les Écossais à Neville's Cross et capturant le roi David II d'Écosse.

La guerre coûteuse d'Edward s'est poursuivie sans fin jusqu'à ce qu'elle soit forcée de s'arrêter en 1348 pendant que l'Angleterre combattait un ennemi invisible, la peste bubonique. La peste noire a tué 1,5 million de personnes rien qu'en Angleterre au cours des prochaines années. Un tiers de la population anglaise mourut de la peste et ce qui restait de la population décimée n'était ni capable ni disposé à financer une guerre outre-mer. Les combats sérieux n'ont repris qu'au milieu des années 1350, lorsque le fils aîné d'Edouard, plus tard connu sous le nom de Prince Noir, a remporté la bataille de Poitiers et capturé le roi Jean II, le plus jeune fils de Philippe VI.

Ce devait être le moment le plus glorieux du règne agressif d'Edouard III. À une certaine époque, le roi d'Écosse était détenu dans la tour de Londres et le roi de France était détenu au château de Windsor. L'Angleterre possédait beaucoup de terres en France et le gouvernement central français s'était totalement effondré. Cependant, la poussée finale qui aurait vu Edouard III couronné roi de France n'est jamais venu, et en 1360, Edward a renoncé à sa prétention au trône et en retour a obtenu un territoire étendu autour de l'Aquitaine et le bastion de Calais, possédant maintenant près d'un quart de France.

La tentative d'Edouard neuf ans plus tard pour revendiquer son titre de roi de France s'est avérée trop petite, trop tardive, et le reste de son règne a été un désastre, militairement et politiquement. Les cinq fils d'Edward ont reçu des titres ducaux avec un acte sur le territoire anglais, et Edward a créé le duché de Cornouailles pour fournir à l'héritier du trône un revenu indépendant du souverain ou de l'État.

Au milieu des années 1360, Edward comptait de plus en plus sur ses fils pour gérer ses efforts militaires et les affaires de l'État. Lionel d'Anvers, le deuxième fils survivant du roi, mena une campagne en Irlande où il espérait exercer un contrôle sur les seigneurs anglo-irlandais autonomes qui s'y trouvaient. L'entreprise fut un désastre et en avril 1364, Jean II de France mourut en captivité en Angleterre sans avoir réussi à lever sa rançon, relançant la guerre avec la France. Le fils cadet d'Edouard, Jean de Gand, mena une campagne désastreuse en France qui culmina avec le traité de Bruges de 1375 et ne laissant que Calais, Bordeaux, Bayonne et Brest aux mains des Anglais.

L'opinion publique sur le roi Édouard III et son règne a radicalement changé. Auparavant considéré comme un roi chevaleresque, victorieux et fort, Edward était maintenant considéré comme faible et était accusé de laisser ses fonctions entre les mains de ses conseillers qui dirigeaient l'économie de l'Angleterre dans le sol. Après la mort de la reine Philippa en 1369, Edward prit une maîtresse du nom d'Alice Perrers qui, au milieu des années 1370, était considérée comme détenant trop de pouvoir sur le roi affaibli et fut bannie de la cour par le parlement.

Largement abandonné par sa famille, Edward était seul avec Alice Perrers lorsqu'il mourut d'un accident vasculaire cérébral en juin 1377. Ainsi raconte l'histoire, Alice Perrers regarda le corps couché d'Edward, retira les bagues de ses doigts royaux et partit.

Héritage aujourd'hui

De son vivant, le roi Édouard III était un roi extrêmement populaire. Edward a créé l'Ordre de la Jarretière, créant un sentiment de camaraderie parmi sa pairie, une pairie qu'il a délibérément élargie pendant son règne en créant de nombreux nouveaux comtes et ducs. La popularité d'Edward s'étendait de la noblesse aux classes inférieures grâce en partie à sa réputation de guerrier intrépide. Le peuple d'Angleterre était uni dans sa crainte d'une invasion française et se tourna vers Edward, un roi avide de guerre, pour se rassurer. Le règne d'Édouard III a vu des développements clés dans la création du Parlement anglais et une forte renaissance de la langue anglaise dans la littérature et le droit. Une seule chose a marqué la réputation du roi guerrier chevaleresque, et c'est la durée de son règne : Edouard III a remporté certaines des batailles les plus importantes du Moyen Âge mais est mort avec seulement trois châteaux à montrer pour eux.


Chronologie d'Edouard Ier d'Angleterre - Histoire

dward I est également connu sous le nom de Longshanks ou Hammer of the Scots. Il était le fils aîné d'Henri III le roi d'Angleterre et est né en juin 1239. Henri III a eu un long règne et cela signifiait qu'Edouard avait la trentaine avant de devenir lui-même roi. En 1254, à l'âge de quinze ans, Edward était marié à Aliénor de Castille. Eleanor était la demi-sœur d'Alphonse, le roi de Castille, âgée de treize ans, et le mariage visait à protéger les terres de Gascogne que l'Angleterre possédait toujours. Edward a obtenu les terres de Gascogne par le mariage et a succédé à Simon de Montfort dont la mauvaise gestion de la région avait conduit à la révolte. Henri III était désireux de fournir à Edward plus d'expérience de la gouvernance et, la même année, lui accorda des terres au Pays de Galles, en Irlande et dans les îles anglo-normandes. Edward et Eleanor se sont mariés en Castille et sont retournés en Angleterre en octobre 1255.

Les qualités de leader d'Edward furent bientôt mises à l'épreuve lorsque Llywelyn ap Gruffydd se déclara souverain du nord du Pays de Galles et en 1256 se rebella contre le contrôle anglais dans son pays natal. Edward et son père avaient réprimé la rébellion en 1257.

Les récoltes des années 1256, 1257 et 1258 ont été médiocres en raison des intempéries et des inondations. Henri III vivait au-dessus des moyens du pays et ses dépenses pour les conflits avec les Gallois, les campagnes désastreuses en France et les vastes travaux de construction de nouvelles églises avaient coûté cher au pays. En outre, le pape demandait l'argent qu'Henri lui avait promis pour une campagne ratée visant à ajouter la Sicile aux domaines pontificaux et menaçait d'excommunier le roi si l'argent n'était pas payé. Les barons dirigés par Simon de Montfort décidèrent qu'ils devaient affronter le roi et, en avril 1258, les barons appelèrent Henri pour les rencontrer à Westminster pour exprimer leurs préoccupations. Les réunions se sont terminées sans accord général si ce n'est qu'elles devraient toutes se retrouver à Oxford le 11 juin. À Oxford, un comité de 24 a rédigé une série de propositions connues sous le nom de « Les provisions d'Oxford », et comme acte de foi, Simon de Montfort a remis ses châteaux d'Odiham et de Kenilworth au contrôle du roi. Initialement, Edward prit le parti des Barons contre son père, mais le conflit s'éternisa et quand finalement la guerre éclata entre les deux parties, Edward prit le parti de son père. En avril 1264, Edward et le roi capturèrent le château de Northampton et avec lui le fils de Simon de Montfort, mais en mai, à la bataille de Lewes, Henry et Edward furent eux-mêmes capturés. Edward est resté en détention jusqu'en mai 1265 quand il a réussi à s'échapper. En août de la même année, les armées des barons et du roi se réunissent à Evesham et Simon de Montfort est tué. Bien que les barons aient été vaincus, un petit groupe de rebelles tint bon à Ely jusqu'en 1267.

E dward a pris la croix (un engagement à partir en croisade) en 1268 et est parti pour la Terre Sainte en juillet 1270. En mai 1271, Edward a aidé à soulager la ville d'Acre du siège dirigé par le sultan d'Égypte, mais a été plus tard attaqué par un Assassin. Edward a survécu à l'attaque et a commencé le voyage de retour en Angleterre.

Le roi Henri III mourut en novembre 1272 et des nouvelles parvinrent à Edouard alors qu'il était en Sicile. Edward devait être convaincu que sa sélection comme prochain roi n'était pas contestée alors qu'il voyageait à travers l'Europe n'atteignant l'Angleterre qu'en août 1274. Edward fut couronné roi d'Angleterre à l'abbaye de Westminster le 19 août 1274.

Le premier test d'E dward en tant que roi fut de traiter avec Llywelyn ap Gruffydd, le prince de Galles. Llywelyn n'avait pas assisté au couronnement d'Edward et n'a pas rencontré le roi après plusieurs demandes. Le prince gallois a également cessé de payer les sommes d'argent aux Anglais comme convenu dans le traité de Shrewsbury et Edward n'avait donc pas d'autre choix que de traiter Llywelyn comme un rebelle et de lui déclarer la guerre. Le soutien à Llywelyn s'est effondré dans le centre du Pays de Galles mais le Nord du Pays de Galles a tenu bon derrière son prince. En juillet 1277, l'armée d'Edward quitta Chester et commença ses attaques. Une série de châteaux ont été construits sur la côte nord du Pays de Galles d'où Edward pouvait laisser des troupes contrôler les zones environnantes et qui pouvaient être facilement réapprovisionnés par la mer. En décembre, Llywelyn a accepté la défaite et le prince gallois a juré fidélité à Edward à l'abbaye de Westminster. La paix au Pays de Galles n'a pas duré longtemps. En 1282, le frère de Llywelyn, David, a commencé une autre révolte et Llywelyn a été tué en décembre de la même année. Edward a poursuivi sa campagne contre David en 1283, au cours de laquelle la construction de plusieurs châteaux importants a commencé. Ces châteaux comprenaient Caernarvon, Conway et Harlech. David a été capturé en 1283 et exécuté plusieurs mois après son arrestation.

Nouvelles lois et Parlement

Peu de temps après être devenu roi, Edouard se mit à réformer les lois de son royaume. Il a lancé un examen de tous les propriétaires fonciers et de leurs droits à posséder la terre. À partir de ces informations, il a pu planifier plus efficacement sa fiscalité pour soutenir ses campagnes militaires. Son premier Parlement s'est réuni en avril 1275 et en mai, le Statut de Westminster a défini les règles et privilèges de ces propriétaires fonciers.

I n novembre 1290, la femme d'Edward, Eleanor, est décédée. Alors qu'Edward revenait de Harby près de Lincoln avec son corps à Londres, il passa la nuit à plusieurs endroits. Quelque temps plus tard, Edward s'est arrangé pour que des croix soient érigées à chacun de ces endroits en mémoire de sa femme.

L'Ecosse et la demoiselle de Norvège

I n 1286, le roi écossais Alexandre III mourut. Il n'avait pas d'héritier mâle et le suivant pour le trône écossais était la petite-fille d'Alexandre, Margaret, la demoiselle de Norvège. Edward s'était arrangé pour que son fils Edward (II) épouse Margaret et unisse ainsi les nations anglaise et écossaise. Malheureusement, Margaret est décédée lors du voyage vers l'Écosse depuis son domicile en Norvège. Cela a laissé le trône écossais vacant et la succession en litige. Les Écossais ont demandé à Edward de servir de médiateur et de mai à juillet 1291, Edward a rencontré les demandeurs, dont Robert the Bruce. En 1292, Edward choisit John Balliol, un parent éloigné d'Alexandre, comme nouveau roi. Balliol rendit hommage à Edward et l'Ecosse passa sous contrôle anglais.

Attaqué de toutes parts

E n mai 1294, les relations avec la France s'effondrent lorsque la Gascogne est confisquée par Philippe IV. Edward est allé au Parlement pour demander des fonds pour payer une armée pour combattre les Français mais il a rencontré une résistance. Les Gallois et les Écossais étaient également réticents à payer pour une guerre entre l'Angleterre et la France et une révolte a commencé au Pays de Galles. Edward passa la fin de 1294 et le début de 1295 à traiter avec les Gallois. En octobre 1295, les Écossais ont conclu une alliance avec les Français et Edward n'a eu d'autre choix que de déclarer la guerre aux deux. En novembre, Edward a rencontré le premier parlement « modèle » et il a été convenu de collecter les fonds nécessaires pour financer les campagnes. Edward a emmené son armée en Écosse au début de 1296 et a vaincu Balliol à Dunbar le 27 avril qui a été emprisonné dans la Tour de Londres. Edward a ensuite enlevé la pierre de Scone sur laquelle les rois écossais ont été couronnés et l'a emmenée à Westminster. La pierre devait rester à Londres jusqu'à tout récemment, lorsqu'elle a été remise à sa juste place. En 1297, Edward s'embarqua pour la France pour affronter Philippe, mais juste avant son départ, il fut confronté à un groupe de barons mécontents de l'augmentation constante des impôts que le roi exigeait. En France, Edward a arrangé une trêve et quand il est revenu en Angleterre, il a signé les chartes qui interdisaient au roi de lever des impôts sans le consentement des représentants de tout le pays.

Traité avec la France et guerre avec l'Ecosse

E n août 1297, Edouard quitta l'Angleterre entre les mains de trois (?) barons et s'embarqua pour la France. En octobre, il avait réussi à regagner la Gascogne grâce à un traité avec Philippe. De retour chez eux, dirigés par William Wallace, les Écossais s'étaient rebellés et avaient vaincu le comte Warenne et une armée anglaise à Stirling Bridge. Edward retourna en Angleterre au printemps 1298 et lança une attaque contre l'Écosse. Wallace a été vaincu à la bataille de Falkirk le 22 juillet 1298 par Edward et ses archers avec le puissant arc long. Wallace n'a pas été capturé et a réussi à s'échapper en France où il est peut-être resté jusqu'en 1305 quand il est retourné en Écosse et a été capturé. De 1300 jusqu'à sa mort en juillet ou 1307, Edward a passé une grande partie de son temps à se battre ou à conclure une trêve avec les Écossais. C'est la rébellion menée par Robert Bruce en 1306 qui a poussé Edward à sa dernière marche vers l'Écosse, mais il était malade et à Burgh-on-Sands près de Carlisle Edward est mort. Il a été remplacé par Edward (II), son plus jeune fils survivant de son premier mariage avec Aliénor de Castille.


L'antisémitisme violent se propage

Été, 1348

Un groupe de fanatiques religieux connus sous le nom de Flagellants commence à apparaître en Allemagne. Ces groupes de 50 à 500 hommes cagoulés et à moitié nus marchent, chantent et se battent avec des coups de fouet jusqu'à ce qu'ils soient enflés et ensanglantés. À l'origine la pratique des moines italiens du XIe siècle lors d'une épidémie, ils se sont répandus à travers l'Europe. Également connus pour leur antisémitisme violent, les Flagellants disparaissent mystérieusement vers 1350.

La peste frappe Marseille, Paris et la Normandie, puis la souche se divise, une souche se déplaçant vers la ville désormais belge de Tournai à l'est et l'autre passant par Calais. et Avignon, où 50 pour cent de la population meurt.

La peste traverse également l'Autriche et la Suisse, où une fureur de massacres antisémites la suit le long du Rhin après qu'une rumeur se soit répandue selon laquelle les Juifs avaient causé la peste en empoisonnant des puits, comme le détaille Jennifer Wright dans son livre, Guérissez-vous bientôt, les pires fléaux de l'histoire et les héros qui les ont combattus. Dans les villes d'Allemagne et de France, les communautés juives sont complètement anéanties. En réponse, le roi Casimir III de Pologne offre un refuge aux Juifs persécutés, entamant une migration massive vers la Pologne et la Lituanie. Marseille est également considérée comme un refuge pour les Juifs.


La disparition tragique d'Edouard II

Aujourd'hui, il est de notoriété publique qu'Edouard II appréciait la compagnie des hommes et des femmes, peu importe qu'au quatorzième siècle, les oints de Dieu soient libres de faire l'amour à qui ils veulent, même si (quelque peu déroutant) l'homosexualité était encore condamnée par le Église catholique.

Le premier favori d'Edward avait été Piers Gaveston, au moins jusqu'à ce que sa tête soit coupée par la noblesse en 1312. Quelques autres prétendants masculins ont suivi avant que Hugh le Despenser, fils du comte de Winchester, n'abuse imprudemment de sa "position" 8217 pour se tailler un vaste domaine couvrant la majeure partie du sud du Pays de Galles. Dans un monde où la terre était le pouvoir, Hugh est devenu quelqu'un avec qui il fallait compter. En effet, personne n'était à l'abri des déprédations de Hugh et on pouvait facilement perdre tout ce qu'ils possédaient sur la base d'une conversation tranquille entre Despenser et le roi.

Un roi sensé aurait dû prévoir l'inévitable rébellion. En 1321, les cortèges de l'aristocratie campaient à l'extérieur des murs de Londres, incapables de pénétrer par effraction, mais trop terrifiés par le châtiment de Hugh pour reculer. À l'intérieur des murs se trouvait le roi, incapable de contraindre ses assiégeants au démantèlement mais ne voulant pas répondre à leur principale demande : se débarrasser d'Hugues. C'est la reine d'Edward, Isabella, qui a rompu l'impasse, suppliant publiquement le roi d'exiler Hugh pour le bien du royaume. Edward n'avait pas la moindre intention de laisser sa meilleure amie en exil, mais cela lui a fait gagner du temps.

La reine a de nouveau fourni la justification morale du châtiment d'Edouard. Se rendant apparemment à Cantorbéry, elle s'est détournée vers le château de Leeds, siège de l'un des nobles rebelles les plus en vue, Lord Baddlesmere, et a demandé à être hébergée. Normalement, accueillir la reine aurait été considéré comme un honneur, mais Lord Baddlesmere étant loin de chez lui, Lady Baddlesmere a refusé. Feignant l'indignation, la reine Isabelle a ordonné à ses gardes de forcer l'entrée. La garnison a riposté, tuant plusieurs gardes de la reine.

Vue aérienne du château de Leeds

Le roi Édouard avait désormais ce dont il avait besoin pour vaincre les rebelles : une supériorité morale. Personne ne considérait la reine comme autre chose qu'une épouse vertueuse et lésée, et des idéaux chevaleresques obligeaient des hommes honorables à défendre son honneur. The rebels haemorrhaging support, it was a simple matter for Edward to take out the leaders, one by one.

Meanwhile, much to Isabella’s chagrin, Hugh was back, drunk on the elixir of vengeance. If the nobility had feared him before, little now held him back. Aristocrats were dispossessed in their hundreds. When in 1324, Isabella’s brother, the king of France, threatened Edward’s possessions in Gascony, Edward issued an edict commanding the arrest of all French aliens in England and Wales. Having been at loggerheads with Isabella for years, Hugh took advantage of the legislation to settle scores, placing her under house arrest and dragging away her children. As she watched her husband do nothing, her opinion of her husband changed from one of long-suffering distrust to unquenchably violent contempt.

The war was a catastrophe, and Edward was soon begging his wife to intercede with her brother to arrange a peace. He might have been surprised when she agreed, tripped off to France, and rapidly negotiated a peace treaty, on condition that the king’s eldest son be sent to pay homage to the French king. The heir to the English throne under her control, Isabella refused to obey Edward’s instruction to return to England. In France Isabella met up with Roger Mortimer, 1st Earl of March who had escaped to France after his unsuccessful revolt against Edward (the Despenser Wars) and together they began organising an invasion.

Her army was tiny, consisting of a few hundred mercenaries and a couple of thousand disgruntled English defectors. Her instinct was spot-on that, in their fear of Hugh’s ambition, the nobility would flock to her cause if she promised to replace him with a new king, their son Edward III. Landing on the coast of East Anglia in September 1326, hardly a soul stood in her path to London. Their progress was so rapid that the news reached the king barely in time, sending him into a panic. Stuffing their saddle bags with gold, Edward and Hugh galloped west toward Hugh’s power base in south Wales.

Isabella and the future Edward III arrive in England

At Chepstow, they chartered a ship, possibly hoping to reach Ireland, but the winds were against them. Five days they bobbed about the Severn Estuary before giving up and docking in Cardiff. They dashed up the road to one of the strongest castles anywhere in England and Wales, to Caerphilly, where terrible news awaited them. Hugh’s father, left to command the defence of Bristol against Isabella, had been executed, his body fed to dogs. The message could hardly have been clearer: Hugh, when caught, would be executed horribly. Edward too can hardly have been unaware of the fate of all deposed kings: they died, without exception.

Had Edward been unaware of the hopelessness of his position, he must have been excruciatingly disillusioned when none of his orders to defend south Wales from the queen were followed. With no prospect of counter attack, it was only a matter of time before, marooned within the castle walls and besieged by Isabella for months, starvation would force their abject surrender. A game changer was vital.

Probably at night, Edward and Hugh sneaked out of the castle for Neath Abbey, hoping in these intensely religious times that a clergyman of sufficient social status could intercede with the queen, but so far had the king’s authority eroded that nothing short of his personal request was likely to succeed. Whether the abbot of Neath did, in fact, meet with Queen Isabella is questionable, but it seems she at least received his message that told her where to look for Edward.

Aware that he’d given away the game, the abbot sent word back to the abbey. Edward and Hugh fled the abbey, hurrying back toward Caerphilly, trying to conceal their passage in the rugged valleys as had so many Welsh rebels before them.

At Llantrisant, they just needed to descend to the bottom of the Rhondda valley, cross the River Taff (fordable at Pontypridd) and scale the other side. They would have seen Caerphilly below them. Or they could have taken a boat down the Nant-Y’r-Aber straight into the castle moat but it was there at Llantrisant that the hunting party caught up with them.

The reign of King Edward II ended, chased through a Welsh rain storm and pursued by baying dogs.

In the following days, Hugh was hanged, drawn and quartered at Hereford. Isabella tucked into a hearty meal as she relished the entertainment. Edward II went the way of all deposed kings. Locked up in Berkeley Castle, he was persuaded to abdicate, then never heard of again. Legend has it that he was murdered by having a red-hot poker thrust up his anus.

By Andrew-Paul Shakespeare. Despite what he freely confesses is an absurdly English name, Andrew-Paul lives in the Welsh village of Abertridwr with his wife and four children. He is a writer, a keen student of medieval Welsh history and runs Flying With Dragons, a website dedicated to Welsh culture for Cymrophiles everywhere.


Henry III and Edward I

Henry III (1216-1272) tried and failed to regain Aquitaine from France. This and other unsuccessful ventures abroad alienated him from his subjects. He filled the English church with absentee Italian appointees and the civil offices with French bureaucrats. Henry was forced to sign the Provisions of Oxford, which established a council of 15 with the power to veto the king's decisions. Henry tried to back out of the Provisions, leading to civil war in 1264.

Simon de Montfort
The leader of the faction opposing Henry was his brother-in-law Simon de Montfort, a strongly religious man with traces of democratic ideas which must have horrified his more conservative foes. Simon captured Henry following the Battle of Lewes in 1265. It seems that Simon was more interested in reforms than he was in personal power. He summoned a "Parliament" (from the French "parler", to talk).

Simon's Parliament drew two knights from each shire and two burgesses from each borough. This was the first summoning of townsmen in Parliamentary history. It was also a sign of the growing wealth and influence of the merchant classes.

Edward I
Later in 1265, Henry's son Edward defeated Simon de Montfort at the Battle of Evesham. Simon died and Edward became de facto ruler, although he wasn't crowned until his father's death in 1273. Edward I, called Longshanks because of his lanky build, was a good administrator and a very good warrior. He frequently consulted his knights and townsmen about his decisions.

Edward in Wales
In 1282 Llewelyn, a Welsh chief, raised a rebellion in that country. Edward subdued Wales but drew a lesson from the efficiency of the Welsh longbow which was used against him. He built a series of castles in Wales, the glories of medieval military architecture. His son, Edward, was born in Caernarfon in 1284 and was later created the first Prince of Wales, a title that every subsequent male heir to the throne of England has worn.

Edward in Scotland
In 1291 Edward was asked to arbitrate between three rival claimants for the vacant throne of Scotland. He chose John Baliol, who did homage to England for Scotland. However, Edward's high-handed attitude drove the Scots into an alliance with France which was to last over three hundred years.

"The Hammer of Scots"
In 1296 Edward invaded Scotland, defeated Baliol, and took the crown for himself. He also took the Stone of Scone, upon which Scottish kings had traditionally been crowned, and brought it back to Westminster, where it can be seen today beneath the Coronation Throne in Westminster Abbey.

Parliament and Legal Reform
Meanwhile, in 1295, Edward called the Model Parliament. It contained bishops, abbots, earls, barons, knights, burgesses, and representatives of church chapters and parishes. When they convened the clergy separated and sat in their own council. Petitions to Parliament were encouraged, and it began to sit much more frequently. Responsibilities of the various Courts of law became more clearly defined. The Court of King's Bench handled criminal and crown cases, the Court of the Exchequer dealt with royal finance, and the Court of Common Plea with cases between subjects.

The Inns of Court
To keep these various courts running smoothly required a trained and efficient legal profession. Edward took the profession of law out of the hands of the clergy, putting lawyers under the control of the judges. This led to the establishment of the Inns of Court, great mansions where students and barristers lived together, establishing a continuity of legal tradition and practice. The barristers taught the students English Common Law, along with necessary social skills such as music and dancing.

Summing up Edward
This was the age when English Gothic architecture flourished, eventually evolving into the elaborate tracery designs of the Decorated period. The beginnings of the collegiate system at Oxford University date from this period, perhaps building on earlier schools established by Alfred the Great.


Edward I’s Conquest of Wales

Edward I launched a series of campaigns in which the English conquered Wales. It led to the establishment of a series of English Castles around Wales and the beginning of the symbolic act of crowning the heir to England’s throne as the Prince of Wales. The Conquest followed war against Welsh princes of Gwynedd.

Prior to Edward I’s accession the relationship between England and Wales had been mixed. A border was reasonably well defined by the Marcher Lords. The South Coast of Wales had much influence from the Normans. The North West, around Snowdonia, remained fiercely independent. This left central Wales as an area in which various lords sought to gain influence. Under the rule of Henry III in England, the princes of Gwynedd had increased their presence in this region. The fractious nature of Henry’s relationship with his barons meant that instead of the English nobility being in the ascendancy in this part of Wales, the Princes of Wales, from the north west, were.

Under John and Henry III’s reign the threat from Wales had become more pronounced. Llywelyn the Great had fought off English forces under John. Under Henry, Llywelyn was confirmed as the holder of authority in Wales. Yet whilst Wales grew stronger and more independent, it was also seeing a great level of English influence at court. Llywelyn himself had married a daughter of Henry III. Other nobles had made similar marriages for political reasons.

Two generations after Llywelyn the Greats achievement of securing authority, Wales had his grandson, Llywelyn ap Gruffudd as their ruler. He was master of more of Wales than any Welsh Prince had controlled since the coming of the Normans in 1066.

The death of Henry III presented Llywelyn with an opportunity. Wales paid homage to England. With that went a large payment. The grant of authority to Welsh Princes had been won by the sword. With a new king and the barons divided a new relationship could be forged between England and Wales. Llywelyn arranged to marry the daughter of Simon de Montfort. A shrewd choice given the families influence over English nobles. He also stopped paying homage to England.

The death of Henry III also presented an opportunity for the brothers of Llywelyn. They went to England in the hope of gaining more power through links with the English crown.

Edward I sent five summons to Llywelyn for payment of homage. Such payment was quite normal in Medieval times, Edward himself paid the king of France homage for lands he held in France. Llywelyn ignored each of the requests. Eventually, Edward lost his patience and prepared to force the issue.

A large army was put together by Edward. Interestingly, of the 15000 infantry, some 9000 of these were raised in Wales.

The Campaigns of Edward I in Wales:

1277: January to June. The first campaign saw small forces of English and Welsh troops under English command marching north from the south coast into the middle of Wales. This was the region adjoining the Marcher Lords. It was designed to reduce Llywelyn’s grip on the land. The lords here were, in general, quite sympathetic to the English cause and happy to have Edward rather than Llywelyn as ruler. The area quickly came under English control.

1277: July. Edward I himself leads an army from Chester into North Wales. He lays waste to Flint, Ruddlan and Deganwy.

1277: November. Treaty of Aberconwy. Recognises Edward as feudal overlord. Llywelyn retains title of Prince of Wales. Llywelyn retains West Gwynedd. East Gwynedd is divided between Edward I and Dafydd, Llywelyn’s brother. The South and centre of Wales become fiefdoms of Edward I.

1282: January-May. Dissatisfied with the amount of land that he received from the Treaty of Aberconwy, Dafydd begins raiding English held lands adjoining his. Llywelyn joins in this tactic. Soon there is open resistance to Edward’s occupation across much of Wales.

1282: June. Edward I responds to the insurrection with a four pronged assault on Gwynedd. English forces attack via Anglesey, the South, Central Wales and from the north coast.

1282: 17th June. The Welsh are victorious at the Battle of Llandelio Fawr.

1282: 30th October. Edward’s commander in central Wales, Roger Mortimer, dies.

1282: 6th November: Welsh victory at Moel-y-Don.

1282: November. Llywelyn follows up the victory with an advance into Central Wales. This turns out to be a mistake.

1282. 11th December. The Battle of Orewin Bridge is a decisive English victory. Llywelyn is killed.

1283: January-June. Attacks into Snowdonia and Gwynedd from all sides drive back resistance from the Welsh. Dafydd is captured.

Wales is now effectively under English control. In the coming years a series of measures are introduced to ensure that Gwynedd would not pose another threat to Edward or English rule.

Castles are constructed. A ring of them remain standing around Snowdonia.

English settlers move into the lands now firmly under English control.

The lands are retained by the crown or the Marcher lords. There would be no squabbling over land rights.


Edward I (Longshanks) Expells the Jews from England

A painting at Westminster Abbey thought to be a portrait of Edward I. "Half figure of Edward facing left with short, curly hair and a hint of beard. He wears a coronet and holds a sceptre in his right hand. He has a blue robe over a red tunic, and his hands are covered by white, embroidered gloves. His left hand seems to be pointing left, to something outside the picture."

In 1290 King Edward I of England (Longshanks) issued an edict expelling all Jews from England.

"Lasting for the rest of the Middle Ages, it would be over 350 years until it was formally overturned in 1656. The edict was not an isolated incident but the culmination of over 200 years of conflict on the matters of usury. The first Jewish communities of significant size came to England with William the Conqueror in 1066. On the conquest of England, William instituted a feudal system in the country, whereby all estates formally belonged to the king, who appointed lords over vast estates, subject to duties and obligations (financial and knights) to the king. Under the lords were further subjects such as serfs, which were bound and obligated to their lords. Merchants had a special status in the system as did Jews. Jews were declared to be direct subjects of the King, unlike the rest of the population. This had advantages for Jews, in that they were not tied to any particular lord, but were subject to the whims of the king. Every successive King formally reviewed a royal charter granting Jews the right to remain in England. Jews did not enjoy any of the guarantees of Magna Carta of 1215.

"Economically, Jews played a key role in the country. The church at the time strictly forbade usury, or the lending of money for profit. This left a hole in the heart of the European economy that Jews quickly filled (canon law was not considered to apply to Jews, and Judaism permits loans with interest between Jews and non-Jews). As a consequence, some Jews made large amounts of money. However, taking advantage of their unique status as his direct subjects, the King could expropriate Jewish assets in the form of taxation. He levied heavy taxes on Jews at will without having to summon Parliament. The Jewish community acted as a kind of giant monetary filter: Jews collected interest on money loaned to the people which the King could take at his pleasure.

"Jews acquired a reputation as extortionate money lenders which made them extremely unpopular with both the Church and the general public. While antisemitism was widespread in Europe, medieval England was particularly antisemitic. An image of the Jew as a diabolical figure who hated Christ started to become widespread, and antisemitic myths such as the Wandering Jew and ritual murders originated and spread throughout England as well as Scotland and Wales. Jews were said to hunt for children to murder before Passover so they could use their blood to make matzah. Antisemitism on a number of occasions sparked riots where many Jews were murdered, most famously in 1190 when over a hundred Jews were massacred in the city of York.

"The situation only got worse for Jews as the 13th century progressed. In 1218, England became the first European nation to require Jews to wear a marking badge. Taxation grew increasingly intense. Between 1219 and 1272, 49 levies were imposed on Jews for a total of 200,000 marks, a huge amount of money. The first major step towards expulsion took place in 1275, with the Statute of Jewry. The statute outlawed all usury and gave Jews fifteen years to readjust. However, guilds as well as popular prejudice made Jewish movement into mercantile or agricultural pursuits almost impossible.

"While in Gascony in 1287, Edward ordered English Jews expelled. All their property was seized by the crown and all outstanding debts payable to Jews were transferred to the King&rsquos name. It was a bleak sign of things to come. Edward&rsquos personal views on Jews are something of a mystery. In the glimpses we have of his dealings with them, he seems interested but unsympathetic. His mother, however, does seem to have been anti-semitic. Whatever his personal feelings, by the time he returned to England in 1289 Edward was deeply in debt. The next summer he summoned his knights to impose a steep tax. To make the tax more palatable, Edward in exchange essentially offered to expel all Jews. The heavy tax was passed, and three days later, on July 18, the Edict of Expulsion was issued. One official reason for the expulsion was that Jews had neglected to follow the Statute of Jewry. The edict of expulsion was widely popular and met with little resistance, and the expulsion was quickly carried out.

"The Jewish population in England at the time was relatively small. While population estimates vary, probably less than 1% of England was Jewish perhaps 3,000 people. The expulsion process went fairly smoothly, although there were a few horrific stories. One story told of a captain taking a ship full of Jews to the Thames while the tide was going out and convincing them to go out for a walk with him. He then lost them and made it back to his ship before the tide came back in, leaving them all to drown. Other stories exist of Jews being robbed or killed, but the majority of the Jews seem to have crossed the channel in safety" (Wikipedia article on Edict of Expulsion, accessed 02-15-2009).


Timeline of the 14th Century

The 14th Century 1300 - 1399, was a period of great human suffering as the Black Death crept its way across Europe. It decimated the population of Britain which in turn left the survivors in a new world, one in which the power of the Church had undertaken a seismic shift. Explore the 14th Century using the timeline and read the synopsis below to better understand the period or if you don't find what you are looking for here, then jump into our Historic themes and Historic Periods timelines where you will discover a plethora of intriguing connections to the 14th century.

Année EventRécit
1300Decorated style of architectureThe English phase of Gothic style gives way to the Decorated.
1301Small group of English merchants start to appear importing and exporting goods in Europe.
1301Prince of WalesKing Edward I bestows the title of Prince of Wales on his son.
1302Edward II came to throne and recalled Piers Gaveston, his boyhood friend whom his father had exiled and made him his chief counsellor.
1303Church power in decline.Pope Boniface VIII has issued a papal decree, Unam Sanctam, to maintain Church authority over kings.
1305William Wallace killedWilliam Wallace of Scotland is captured, taken to London, convicted of treason, hanged and his corpse drawn and quartered.
1306Robert de BruceAfter the murder of his rival Robert de Bruce is crowned King of Scotland.
1307Comédie divineDante begins work on the Divine Comedy.
1309Papacy moves to AvignonPope Clement moves the papacy to Avignon.
1310The barons who had resented the advancement of Gaveston demanded he should be re-banished. Edward consented and then revoked his decision. Edward was forced to agree to the appointment of a commission of reform calling themselves Lords Ordainers.
1310Attempt to destroy the Knights TemplarFifty-four Knights Templars are burned at the stake, during the campaign of the French king to destroy the order
1311Parliament passed the Ordinances.
1312Murder of Gaveston
Gaveston was brought before an informal and illegal tribunal and condemned to death on the authority of the Ordinances and executed Gaveston on Blacklow Hill. Edward never forgave the murderers of Gaveston.
1313Barons dividedThe leader of the victorious barons was the King's cousin Thomas Earl of Lancaster and he led the barons who were divided by his authority. There followed years during which Edward built a new coterie of supporters namely the Despensers, father and son
1314Battle of Bannockburn.Edwards army was routed at Bannockburn which secured the independence of Scotland.
1315Anatomical dissectionAn Italian surgeon, Mondino de Luzzi, oversees dissection of a corpse. His manual on anatomy will be the first that is founded on practical dissection.
1316Death of Pope Clement VThe papacy is still in turmoil and the new Pope John XII places heavy taxes on Europe's Christians in an attempt to regain the Church's independence and prestige.
1319Paper productionThe process of producing paper begins in Germany, this will herald in a surge of developments in printing and then literacy.
1321
1322Execution of Thomas LancasterExecution of Thomas Lancaster after his defeat at Boroughbridge. Repeal of the Ordinances.
1323The Despensers enjoyed the monopoly of patronage Edward offered them. They and the King enjoyed 5 years of rule.
1326Capture of King Edward II by his wife and her lover Mortimer.Mortimer and Isabella landed in England and were joined by a large section of the baronage. The Despensers were caught and hanged and King Edward fled but was captured and brought to Kenilworth Castle.
1327Deposition of King Edward II. He resigns his crown in favour of his 13 year old son. Isabella and Mortimer ruled in the name of the young king. Edward was taken from Kenilworth to Berkeley Castle where he was probably murdered.
1328Treaty agreeing Scotland is independent of England.The English accept a treaty that Scotland is free and independent of England.
1330Bad harvests in EuropeA run of poor harvests in Europe leads to many deaths and difficult economic situation across Europe.
1340John of Gaunt born in GhentSon of King Edward III he and his heirs would be pivotal in the future history of England.
1345Florentine bankers bankruptThe families Bardi and Peruzzi are driven to bankruptcy due to the debt of the English King Edward.
1347Calais surrenders to the EnglishAfter a long siege Calais gives up its arms to the English.
1347Order of the Garter
Edward III establishes a new kind of knighthood with the Order of the Garter, conferred purely as an honour
1348Black DeathThe Black Death sweeps across Europe and kills between 1/3 and 1/2 of the English population.
1348Massacre of the Jews across EuropeAccused of poisoning the wells and causing the Black Death the massacre began in southern France and spread throughout Europe.
1350Perpendicular architectureThe Perpendicular style took over from the Decorated in European church architecture.
1350Water power used in fulling mills in EnglandThis would be the forerunner to the Industrial Revolution.
1351The game of tennis is played in EnglandThis is played as an outdoor game.
1356Battle of Poitiers At the Battle of Poitiers, the English capture and hold for ransom the French king and many French nobles.
1359Marriage of John of Gaunt
John of Gaunt marries his cousin, Blanche of Lancaster, heiress to vast estates in the north of England
1360Muslim rule in SpainThe Muslim rule in Spain is reduced to just the Emirate of Granada.
1361Black death returnsAnother plague of Black Death sweeps Europe.
1367Geoffrey Chaucer at the King's courtChaucer joins the court of King Edward III as yeoman of the chamber.
1372John Gaunt held undisputed power for 5 years.
1376John Wycliffe writing in Oxford
John Wycliffe, writing mainly in Oxford, is critical of the contemporary church and can find no basis for the pope's authority
1377100 years warWar between France and England begins as Edward III lays claim to the French throne.
1378The Great Schism begins and continues until 1415.
1379
1380Wycliffe translates the Bible. At the end of this year parliament voted a poll tax to be levied at the heavy rate of 1s in order to finance the military campaigns planned.
1380Fixing the hour

The start of the 14th Century brings a seismic shift in power in the church in Europe.

Church power is in decline.

Concerned about kings taxing church property, Pope Boniface VIII has issued a papal decree, Unam Sanctam, to maintain Church authority over kings. King Philip IV of France fears that he will be excommunicated and sent men to seize the Pope from one of his palaces. Boniface was rescued but shaken, and he died soon afterwards.

The Crusades are at an end.

Muslims drove out "Crusaders" from the Middle East, including the Knights Templars, who arrived in France. They were a wealthy group of soldiers, and King Philip IV of France coveted their land and their possessions. He accused them of magic and heresy in order to seize their assets. Philip had the Knights Templars arrested on Friday the 13th and up to 60 are tortured and executed, a possible origin of the superstition of Friday the 13th being an unlucky day.

One of the most important writers in European literature, Dante, wrote the Divine Comedy and Florence became home to artists such as Giotto di Bondone, who would point the way to the Italian Renaissance.

The crown of England hung in the balance as King Edward II took his turn to upset the powerful barons as well as the rest of his family.

The conflict between the Scottish and the English continued. The English have been driven from Scotland by Robert the Bruce and the Treaty of Edinburgh-Northhampton recognized Scotland's independence.

The beginning of the Hundred Years War

King Philip VI of France intervened in a dispute in Flanders over wool exports. King Edward III of England owned property in Flanders, the merchants and nobles there were unhappy with his interference in their trade affairs. King Edward retaliated by declaring himself King of France. King Philip responded by declaring Edward's fiefs in France forfeited. This was the start of one hundred years of petty feuds and squabbles after which there was no overall resolution and yet there were huge costs to the nations supporting the antics of their royal leaders and their advisers.

The 14th Century will leave a terrible mark on humanity as the Black Death is unleashed on Europe. The consequences of the epidemic has a profound impact on society, it's economy, it's culture and it's social structure.

In England, the peasants were in angry mood, they revolted against taxes that had been raised to pay for the Hundred Years' War and against having to labour on Church lands. Th hundred years war was costing more than £170k a year to England alone, representing more than six times the normal annual royal revenues. The Peasants Revolt saw up to 100,000 men marching on London, seizing the Tower of London and murdering the Archbishop. These were times of revolution and as such placed England in a cradle that was being severely rocked by all and sundry.

Wave after wave of Black Death epidemics brought to the 14th Century the end to feudalism and the peasants wanted their demands met. This was the start of organised labour and the start of the end of the overlords.

The 14th Century, a brief chronology and timeline of British History will evolve here

Our 14th century chronology and timelines are being created and curated but already via each century page you can quickly locate our collections for each 100 years of history. These evolve as we explore topical themes, but if you are looking for something you can't see here then please feel free to contact us and request, Thanks for taking a look.


Voir la vidéo: Edward (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Marti

    souri dès le matin

  2. Oxa

    Quels mots ... super, brillante idée

  3. Ede

    Informations intéressantes sur les nouveaux développements dans la construction et la conception d'intérieur: construction de cadre, conception d'intérieur des locaux résidentiels et restauration des locaux. Publications sur les dernières innovations dans les matériaux et outils décoratifs, recommandations intéressantes de spécialistes. Leçons et conseils sur le travail avec les technologies de finition modernes.



Écrire un message