Podcasts sur l'histoire

USS Milwaukee (CL-5)

USS Milwaukee (CL-5)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

USS Milwaukee (CL-5)

USS Milwaukee (CL-5) était un croiseur léger de classe Omaha qui a passé la majeure partie de la Seconde Guerre mondiale à servir dans l'Atlantique Sud, avant d'être transféré en Union soviétique au début de 1944. Il a passé le reste de la guerre à escorter des convois entre les États-Unis et le Union soviétique, avant d'être remis sous contrôle américain et mis au rebut en 1949.

Les Milwaukee a été posé le 13 décembre 1918. Il a été lancé le 24 mars 1921, plus de deux ans plus tard, et n'a été mis en service que le 20 juin 1923.

Les Milwaukee était équipé d'un équipement de recherche de profondeur sonique de haute qualité, qu'il a utilisé lors de son croiseur d'essai vers l'Australie pour cartographier une partie du plancher du Pacifique. Cette croisière a emmené le navire au Congrès scientifique pan-pacifique de Sydney, qui a commencé le 23 août 1923.

Les Milwaukee était également responsable de la découverte du point le plus profond de l'océan Atlantique. Le 14 février 1939, juste au nord de Porto Rico, il a enregistré une profondeur de 28 860 pieds. Cet endroit est connu sous le nom de « Profondeur de Milwaukee » et a une profondeur d'au moins 27 493 pieds.

Les Milwaukee's premier rôle mémorable était dans les secours en cas de catastrophe dans les Caraïbes. En octobre 1926, un ouragan a dévasté l'île des Pins (île de la Jeunesse depuis 1978). Les Milwaukee et le Goff est arrivé le 24 octobre et a participé à l'opération de secours, gérant un centre médical et fournissant des vivres.

En 1928 le Milwaukee a déménagé dans le Pacifique, où elle a rejoint CruDiv 2 dans la flotte asiatique. De 1933 à 1940, elle a servi avec CruDiv 3, une partie de la Battle Fleet. Cette force avait des bases sur la côte ouest des États-Unis et à Pearl Harbor. Il s'agissait d'une affectation en temps de paix, bien que le Milwaukee a participé à un croiseur dans les eaux d'Extrême-Orient en 1938 en réponse à l'attaque japonaise contre la canonnière américaine Panay dans le fleuve Yangtze.

En 1940, le Milwaukee est revenu à CruDiv 2, qui faisait partie de la patrouille de neutralité dans l'Atlantique. En décembre 1941, il était en pleine révision au New York Navy Yard, mais à la suite de Pearl Harbor, il reprit rapidement la mer et appareilla le 31 décembre 1941. Sa première tâche fut d'escorter un convoi vers les Caraïbes. En février, il fait un bref retour dans le Pacifique, escortant un convoi de troupes vers les îles de la Société. Elle repasse par le canal de Panama le 7 mars, puis rejoint la TF31, qui fait partie de la Force de patrouille de l'Atlantique Sud, basée à Recife, au Brésil.

Pendant les deux années suivantes, le Milwaukee était basé dans l'Atlantique Sud, patrouillant une zone qui s'étendait de la Guyane française à Rio de Janeiro, et presque jusqu'à la côte africaine. Au cours de cette période, les deux principaux incidents ont été le sauvetage du navire marchand Commandant Lyra et la destruction du coureur de blocus allemand Annalise Essenberger.

Les Commandant Lyra a été torpillé par un sous-marin à la mi-mai 1942 entre l'île de l'Ascension et le Brésil. Les Milwaukee répondu à ses signaux de détresse. Elle a sauvé 25 survivants (16 autres ont été récupérés par le destroyer Moffett (DD-362). Son navire jumeau Omaha sont également arrivés sur les lieux et ont commencé à maîtriser les incendies. Finalement, une petite flottille américaine a sauvé le navire, qui a été remorqué à Fortaleza, au Brésil.

Le 21 novembre 1942, le Milwaukee, Cincinnati (CL-6) et Somers (DD-381) a rencontré un navire marchand qui prétendait être le cargo norvégien Sjhflbred. Le navire n'a pas répondu au signal d'identification secret, alors les croiseurs ont couvert le Somers qu'elle a tenté de l'intercepter. Le navire était en fait le coureur de blocus allemand Annalise Essenberger. Comme le Somers s'est approché du navire abandonné par l'équipage du coureur de blocus et a déclenché des charges de sabordage. Le navire a coulé rapidement. Milwaukee a secouru 62 membres de l'équipage.

Après la reddition de la flotte italienne, les Alliés ont accepté de diviser les navires nouvellement capturés, mais il s'est avéré difficile de fournir tous les navires promis à l'Union soviétique. Il a été décidé de lui prêter le Milwaukee à la place de l'un des navires italiens promis.

Le 8 février 1944, le Milwaukee a quitté Bahia, Brésil et a navigué à New York. De là, elle escorte un convoi qui atteint Belfast le 8 mars. Elle a ensuite escorté le convoi JW58 jusqu'à Mourmansk, mettant les voiles le 29 mars 1944. Ce convoi a été suivi par des avions allemands et attaqué de manière persistante par des sous-marins, mais l'écran du convoi a tenu le coup. Aucun navire marchand n'a été perdu et trois sous-marins ont été coulés pendant la bataille du convoi. Les Milwaukee a été remis à la marine soviétique le 20 avril 1944 à Kola Inlet. Au service soviétique, elle a été nommée la Mourmansk et a été utilisé pour escorter des convois voyageant entre les États-Unis et l'Union soviétique.

Au total, quinze navires de guerre américains ont finalement été rendus par les Soviétiques. Les Milwaukee était le premier d'entre eux et a été rendu le 16 mars 1949. À cette date, il était obsolète et le 10 décembre 1949, il a été vendu à la ferraille.

Déplacement (standard)

7 050 t

Déplacement (chargé)

9 508 t

Vitesse de pointe

34 nœuds

Varier

10 000 nm à 10 nœuds (conception)
8 460 nm à 10 nœuds (réel)

Armure – pont

1.5 pouces

- ceinture

3 pouces

Longueur

555 pieds 6 pouces

Largeur

55 pieds 5 pouces

Armement (tel que construit)

Douze pistolets 6 pouces/53
Deux pistolets 3 pouces/50 AA
Dix tubes lance-torpilles de 21 pouces (deux triples et deux doubles)

Complément d'équipage

459

Posé

13 décembre 1918

Lancé

24 mars 1921

Commandé

20 juin 1923

Vers l'URSS

1944


Vidéos/Photos : La Marine déclenche une explosion massive à côté de son nouveau porte-avions

Vendredi, la marine américaine a déclenché une explosion massive dans l'océan Atlantique juste à côté de son nouveau porte-avions avancé, le USS Gerald R. Ford.

L'explosif sous-marin massif a explosé dans le cadre des premiers essais de choc complet du navire (FSST), qui visent à simuler les conditions de combat et à garantir que le nouveau porte-avions peut résister à l'onde de choc d'une attaque ennemie à proximité.

La Marine a annoncé les tests et a déclaré qu'elle effectuait les tests de choc conformément à l'instruction 9072.2 du Bureau du chef des opérations navales et conformément à la loi de 2016 sur l'autorisation de la défense nationale.

La Marine a effectué des tests de choc similaires avec d'autres nouveaux modèles de navires dans le passé. Les essais de choc de navire les plus récents ont été menés en 2016 contre les navires de combat du Littoral USS Jackson (LCS 6) et USS Milwaukee (LCS 5). Le quai de transport amphibie de classe San Antonio USS Mesa Verde (LPD 19) a été testé de la même manière en 2008, tout comme le navire d'assaut amphibie USS Wasp (LHD 1) en 1990, et le croiseur lance-missiles USS Mobile Bay (CG 53) en 1987.

Le porte-avions USS Gerald R. Ford (CVN 78) termine le premier événement explosif prévu d'essais de choc de navire complet en cours dans l'océan Atlantique, le 18 juin 2021. (U.S. Photo par marine Spécialiste des communications de masse Seaman Jackson Adkins)

L'USS Gerald R. Ford, le premier des nouveaux porte-avions avancés de classe Ford, est le premier porte-avions américain à subir ces essais de choc depuis 1987, lorsque le porte-avions de classe Nimitz USS Theodore Roosevelt (CVN-71) a été testé.

La Marine a déclaré que ses derniers essais avaient été menés au large de la côte est des États-Unis dans un délai restreint pour se conformer aux exigences d'atténuation environnementale et respecter les schémas de migration connus de la vie marine dans la zone de test.

Le porte-avions USS Gerald R. Ford (CVN 78) termine le premier événement explosif prévu d'essais de choc de navire complet en cours dans l'océan Atlantique, le 18 juin 2021. (U.S. Photo par marine Spécialiste de la communication de masse 3e classe Riley B. McDowell)

La Marine a également utilisé des protocoles étendus tout au long des essais de choc des navires pour assurer la sécurité du personnel militaire et civil participant dans la zone d'essai.

Les essais de l'USS Gerald R. Ford interviennent après que le navire a terminé une période de 18 mois de tests et d'essais après livraison en avril. Au cours de cette période d'essai de 18 mois, l'équipage a effectué tous les tests requis et réalisé les améliorations et la maintenance planifiées avant la date prévue, tandis que le porte-avions servait de plate-forme unique sur la côte est pour effectuer les qualifications du transporteur.


Contenu

Milwaukee mesurait 550 pieds (170 &# 160 m) de long à la ligne de flottaison et 555 &# 160 pieds 6 &# 160 pouces (169,3 &# 160 m) de long au total, avec un faisceau de 55 &# 160 pieds 4 &# 160 pouces ( 16,9   m) et un tirant d'eau moyen de 13   pieds 6   pouces (4,1   m) . Son déplacement standard était de 7 050 tonnes longues (7 160   t) et de 9 150 tonnes longues (9 300   t) à pleine charge. [1] Son équipage se composait de 29 officiers et 429 hommes enrôlés. [2] Le navire était équipé d'un puissant échosondeur. [3]

Le navire était propulsé par quatre turbines à vapeur à engrenages Westinghouse, chacune entraînant un arbre d'hélice, utilisant la vapeur générée par 12 chaudières Yarrow. [1] Les moteurs étaient évalués à 90 000 chevaux indiqués (67 000   kW) et conçus pour atteindre une vitesse maximale de 35 nœuds (65   km/h 40   mph) . À pleine charge, il transportait 1 852 tonnes longues (1 882 &# 160 t) de mazout qui lui offraient une autonomie de 6 500 milles marins (12 000 &# 160 km 7 500 &# 160 mi) à une vitesse de 10 nœuds (19 &# 160 km/h 12   mph) . [4]

Milwaukee monté une douzaine de canons de calibre 53 de 6 pouces (152 &# 160 mm) quatre dans deux tourelles jumelées et huit dans des casemates étagées à l'avant et à l'arrière. [1] Son armement secondaire se composait initialement de deux canons anti-aériens (AA) de 50 calibres de 3 pouces (76   mm) montés sur un seul support, mais cela a été doublé à quatre canons pendant la construction. Milwaukee a été initialement construit avec la capacité de transporter 224 mines, mais celles-ci ont été retirées au début de sa carrière pour faire plus d'espace pour le logement de l'équipage. [5] Le navire transportait au-dessus de l'eau deux supports de tubes lance-torpilles triples et deux doubles pour torpilles de 21 pouces (533   mm). Les supports triples étaient installés sur le pont supérieur, à l'arrière des catapultes de l'avion, et les supports jumeaux étaient un pont plus bas, recouverts de trappes sur le côté de la coque. Ces supports inférieurs se sont avérés très humides et ont été retirés, et les ouvertures plaquées, avant le début de la Seconde Guerre mondiale. Un autre changement effectué avant la guerre consistait à augmenter le nombre de canons de 3 pouces (76   mm) à quatre, tous montés à la taille du navire. [6]

Le navire manquait d'une ceinture de blindage de ligne de flottaison pleine longueur. Les côtés de sa chaufferie et des salles des machines et de l'appareil à gouverner étaient protégés par 3 pouces (76 &# 160 mm) de blindage. Les cloisons transversales à l'extrémité de ses salles des machines avaient une épaisseur de 1,5 pouces (38 &# 160 mm) à l'avant et de trois pouces à l'arrière. Le pont au-dessus des locaux des machines et de l'appareil à gouverner avait une épaisseur de 1,5 pouce. Les tourelles n'étaient protégées que contre le souffle de la bouche et la tourelle avait un blindage de 1,5 pouces. [4] Milwaukee transportait à son bord deux hydravions qui étaient entreposés sur les deux catapultes. Initialement, il s'agissait probablement de Vought VE-9, mais le navire a exploité des Curtiss SOC Seagulls à partir de 1935 et des Vought OS2U Kingfishers après 1940. [7]

Changements en temps de guerre

Après 1940, les canons inférieurs arrière de six pouces ont été retirés et les casemates plaquées. L'armement anti-aérien du navire a été augmenté par deux supports de canons quadruples de 1,1 pouce au début de 1942, bien que ceux-ci aient été remplacés par des supports de canons jumeaux Bofors de 40 mm plus tard dans la guerre. A peu près au même moment, Milwaukee reçu huit canons Oerlikon de 20 mm. [7]


USS Milwaukee (CL-5) - Histoire

Milwaukee III
(CL-5 : dp. 7,050, 1. 555'6" b. 55'4" , dr. 13'6" , art. 34 k.
cpl. 458 a. 12 6" 4 3' 10 21" tt. cl. Omaha)

5) a été établi le 13 décembre 1918 par Seattle Construction & Dry Dock Co., Seattle Wash., lancé par Todd Dry Dock & Construction Co. Seattle, Wash., 24 mars 1921 parrainé par Mme Rudolph Pfeil et mis en service le 20 juin 1923, Le capitaine William a Anderson aux commandes.

Shakedown a emmené le nouveau croiseur en Australie via Hawaï, Somoa, les îles Fidji et la Nouvelle-Calédonie, pour le Congrès scientifique pan-pacifique qui s'est ouvert à Sydney le 23 août 1923. Équipé du meilleur équipement de recherche de profondeur sonique, Mlilwaukee a acquis des connaissances sur le Pacifique. en route.

Bien qu'elle ait servi principalement dans le Pacifique pendant les décennies de l'entre-deux-guerres, les points saillants de son service en temps de paix se sont produits dans les Caraïbes. Le 24 octobre 1926, Milwaukee et Goff sont arrivés à l'île des Pins depuis Guantanamo Bay pour venir en aide aux victimes d'un violent ouragan qui avait dévasté l'île 4 jours auparavant. Les navires américains ont établi un centre médical à l'hôtel de ville de Nueva Crone, fourni à la zone sinistrée plus de 50 tonnes de nourriture, remplacé les lignes téléphoniques qui avaient été emportées et maintenu une communication sans fil avec le monde extérieur. Le travail efficace et infatigable des équipages a gagné le respect et la gratitude de tout le monde dans la région.

Plus d'une décennie plus tard, alors qu'il naviguait au nord d'Hispaniola et de Porto Rico, le 14 février 1939, Milwaukee a enregistré la plus grande profondeur jamais découverte dans l'Atlantique, 5 041 brasses, ou 30 246 pieds. L'endroit a désormais été désigné "Milwaukee Depth."

Le totalitarisme menaçait alors de briser la paix mondiale et d'étouffer la liberté. Plus d'un an auparavant, des têtes brûlées de l'armée japonaise avaient bombardé la canonnière américaine Panay dans le fleuve Yangtze près de Hankow, en Chine, le 12 décembre 1937, testant la détermination américaine à rester dans l'Orient Milwaukee, dans le cadre de la réponse de la marine américaine au défi, a commencé à partir de San Diego le 3 janvier 1938 lors d'une croisière en Extrême-Orient, qui l'emmène à Hawaï, aux Samoa, en Australie, à Singapour, aux Philippines et à Guam. Alors que la tension diminuait, elle est rentrée chez elle le 27 avril.

La nouvelle race de dictateurs avait besoin d'une leçon plus énergique. À la fin de l'été 1939, Hitler envahit la Pologne plongeant l'Europe dans la guerre. Un peu plus de 2 ans plus tard, le Japon a attaqué Pearl Harbor, entraînant les États-Unis dans le conflit.

Milwaukee, le capitaine Forest B. Royal, était à New York Navy Yard pour une révision lorsque le Japon a frappé. Quittant New York le 31 décembre 1941, le Milwaukee escorta un convoi vers les Caraïbes et arriva à Balboa le 31 janvier 1942, transita par le canal de Panama et escorta huit transports de troupes vers les îles de la Société. En revenant à l'Atlantique par le canal le 7 mars, elle s'est arrêtée à Trinidad en route vers Recife, au Brésil, où elle a rejoint la Force de patrouille de l'Atlantique Sud.

Pendant les 2 années suivantes, Milwaukee effectua des patrouilles répétées depuis les ports du Brésil, allant de la frontière de la Guyane française jusqu'à Rio de Janeiro et à travers le détroit de l'Atlantique presque jusqu'à la côte africaine. Le 19 mai 1942,
alors qu'il naviguait depuis l'île de l'Ascension vers le Brésil, il reçut des signaux SOS du SS Commandante Lyra et accéléra au secours du navire marchand brésilien, torpillé par un sous-marin allemand au large des côtes du Brésil. En arrivant sur les lieux ce matin-là, Milwaukee a trouvé le Commandante Lyra, abandonné, brûlant à l'avant et à l'arrière, et gîte à bâbord.

Le destroyer Moffett (DD-362) a récupéré 16 survivants et Milwaukee a sauvé 25 autres, dont le capitaine du navire. Le croiseur Omaha (CL-4) et le destroyer McDougal (DD368) furent bientôt sur les lieux du sauvetage. Alors que Milwaukee faisait le plein à Recife, l'équipe de sauvetage d'Onza)'a larguait la cargaison du pont et les munitions prêtes pour les canons de pont du navire marchand brésilien en feu. Milwaukee est immédiatement revenu sur les lieux. Son équipe de sauvetage a largué la cargaison, pour alléger le Brésilien. Les incendies ont été maîtrisés lorsque le Commandante Lyra a été remorqué vers Fortaleza, au Brésil, où il est arrivé le 24 mai.

Milwaukee sortit de Recife le 8 novembre 1942 en compagnie du croiseur Cincinnati (CL

6) et le destroyer Somers (DD-381) à la recherche de coureurs de blocus allemands. Le 21 novembre 1942, le groupe de travail a rencontré un étrange navire qui s'est avéré être le coureur de blocus allemand Annalicse Essenberger. Milwaukee a défié le navire non identifié qui a répondu avec les lettres d'appel L-J-P-Y, l'appel international du cargo norvégien Sjhflbred. Le signal d'identification secret allié n'apporta aucune réponse. Les deux croiseurs américains manœuvraient pour couvrir le destroyer Somers pourchassant l'ennemi dans une petite rafale de pluie. À 6 h 51, alors que Homers s'était rapproché de 4 milles, de la fumée et des flammes se sont déversées de l'ennemi qui a abaissé les bateaux. Quelques minutes plus tard, la première des trois énormes explosions projeta l'épave à des centaines de pieds dans les airs et le cargo s'installa par la poupe. Ensuite, le drapeau norvégien a été hissé et le drapeau à croix gammée des marchands allemands a été hissé à la grand-voile. Le bateau à moteur allemand s'inclina sur bâbord et coula par l'arrière. Milwaukee a pris à bord 62 prisonniers de quatre radeaux de sauvetage.

Le matin du 2 mai 1943, alors que le Milwaukee était en réparation à Recife, son équipage fit preuve d'une grande initiative et d'une grande habileté à combattre un incendie sur le pétrolier SS Livingston Roc qui menaçait le port.

Le Milwaukee a poursuivi ses patrouilles dans l'Atlantique Sud jusqu'au 8 février 1944, date à laquelle il a quitté Bahia, au Brésil, pour le New York Navy Yard. Il s'est démarqué de New York le 27 février en tant qu'unité d'escorte océanique d'un convoi qui a atteint Belfast, en Irlande du Nord, le 8 mars 1944. Le 20 mars 1944, Milwaukee a pris la mer, en route vers Mourmansk, en Russie, avec le convoi britannique JW58. Un sous-marin allemand a été coulé pendant la nuit. Le lendemain, des avions ennemis faisant de l'ombre au convoi ont été abattus par des avions de chasse lancés depuis le HMS Activity. Un Wolfpack de sous-marins allemands a tenté de pénétrer l'écran du convoi dans la nuit du 31 mars 1944 mais a été chassé. La nuit suivante, sept sous-marins allemands ont suivi le convoi, mais eux aussi ont été chassés avec la perte possible d'un sous-marin ennemi. Ce matin-là, des avions embarqués ont signalé le naufrage d'un sous-marin allemand à 10 milles à l'arrière.

Le 4 avril, quatre escortes de la marine russe ont rejoint le convoi de prisonniers de guerre à destination d'Archangel. Quelques heures plus tard, Milwaukee a quitté le convoi et s'est dirigé vers Kola Inlet. Là, le 20 avril 1944, le navire a été prêté à l'Union soviétique dans le cadre d'un prêt-bail. Elle a été commandée dans la marine russe sous le nom de Mourmansk et a effectué des missions de convoi et de patrouille le long des voies maritimes de l'Atlantique pendant le reste de la guerre.Transféré aux États-Unis le 16 mars 1940, le Milwaukee, le premier des 15 navires de guerre américains rendus par la Russie, est entré dans le chantier naval de Philadelphie le 18 mars 1949 et a été vendu pour démolition le 10 décembre 1949 à l'American Shipbreakers, Inc., Wilmington, Del.


Laststandonzombieisland

Ici, à LSOZI, nous décollons tous les mercredis pour jeter un coup d'œil aux anciennes marines à vapeur/diesel de la période 1833-1954 et dresserons le profil d'un navire différent chaque semaine. Ces navires ont une vie, une histoire qui leur est propre, qui les emmène parfois dans les endroits les plus étranges.- Christopher Eger

Navire de guerre Mercredi 3 mars 2021 : Traverser le Delaware pour voir le monde

Bibliothèque publique de Boston Collection Leslie Jones

Ici, nous voyons l'Old Glory voler de la poupe du quatre cornemuseurs Omaha-classe croiseur léger (éclaireur), USS Trenton (CL-11) alors qu'il est assis en cale sèche au Charleston Navy Yard de South Boston, le 6 décembre 1931. Notez la poutre étroite ressemblant à un destroyer, ses quatre vis et la curieuse disposition des canons de 6 pouces empilés au-dessus de sa poupe. Elle se spécialiserait dans l'agitation de ce drapeau dans le monde entier

Les Omaha classer

Alors que le pays se dirigeait sans aucun doute vers la Grande Guerre à un moment donné, Asst. Le secrétaire à la Marine Franklin D. Roosevelt a aidé à faire avancer un plan des cuivres pour ajouter 10 "croiseurs éclaireurs" rapides pour aider à protéger la ligne de bataille de l'ennemi tout en agissant comme le lévrier à l'horizon de l'escadron, à la recherche dudit ennemi pour guider la flotte à détruire.

En tant que tel, la vitesse était une prime pour ces navires en forme de dague (ils avaient un rapport longueur-largeur de 10: 1), et en tant que tels, ces croiseurs ont reçu une douzaine de chaudières Yarrow poussant des turbines à engrenages à 90 000 shp sur quatre vis . Basculant la balance à 7 050 tonnes, ils avaient plus de puissance qu'un modèle des années 1970 de 8 000 tonnes Spruancedestroyer de classe (avec quatre GE LM2500 donnant 80 000 shp). Cela a permis à la nouvelle classe de croiseurs de voler à environ 35 nœuds, ce qui est rapide aujourd'hui, et était en feu en 1915 lors de leur conception. En tant que tels, ils étaient 11 nœuds plus rapides que les plus petits Chestercroiseurs éclaireurs de classe - qu'ils devaient augmenter.

La conception de l'artiste de la conception finale de la classe, réalisée vers le début des années 1920 par Frank Muller. Les navires de cette classe étaient : OMAHA (CL-4), MILWAUKEE (CL-5), CINCINNATI (CL-6), RALEIGH (CL-7), DETROIT (CL-8), RICHMOND (CL-9), CONCORD ( CL-10), TRENTON (CL-11), MARBLEHEAD (CL-12) et MEMPHIS (CL-13).N° de catalogue : NH 43051

Pour l'armement, ils disposaient d'une douzaine de canons 6″/53 Mk12 disposés dans une tourelle jumelle à l'avant, une autre tourelle jumelle à l'arrière, et huit canons dans la Grande Flotte Blanche de renvoi au-dessus du pont empilées casemates jumelles quatre avant/quatre à l'arrière. Ces canons devaient équiper le jamais construit Dakota du Sud (BB-49) cuirassés de classe et Lexington (CC-1) croiseurs de bataille de classe, mais à la fin ont été juste utilisés dans le Omahas ainsi que les deux grands croiseurs sous-marins de la Marine USS Argonaut (SS-166), Narval (SS-167), et Nautile (SS-168).

Outre les curieux 6 pouces, ils transportaient également deux canons 3″/50 DP dans des montures ouvertes, six tubes lance-torpilles de 21 pouces sur le pont, quatre autres tubes lance-torpilles montés sur la coque près de la ligne de flottaison (bien qu'ils se soient avérés très humides et ont été supprimés avant 1933), et la capacité de transporter plusieurs centaines de mines marines.

Mines sur un croiseur léger de classe Omaha (CL 4-13) Description : Prise alors que le navire faisait route en mer, regardant vers l'arrière, montrant les conditions très humides qui étaient typiques sur les ponts arrière de ces croiseurs lorsqu'ils opéraient dans une voie maritime. Photographié vers 1923-1925, avant l'ajout d'un rouf juste en avant du support de canon jumeau de six pouces du navire. Don de Ronald W. Compton, de la collection de son grand-père, Chief Machinist's Mate William C. Carlson, USN. Photographie du Commandement de l'histoire et du patrimoine de la marine américaine. N° de catalogue : NH 99637

Tubes lance-torpilles triples de 21 pouces sur le pont supérieur d'un croiseur léger de classe Omaha (CL 4-13), vers le milieu des années 1920. L'extrémité arrière de la catapulte tribord du navire est visible à gauche. Don de Ronald W. Compton, de la collection de son grand-père, Chief Machinist's Mate William C. Carlson, USN. Photographie du Commandement de l'histoire et du patrimoine de la marine américaine. N° de catalogue : NH 99639

Le sujet de notre histoire était le deuxième navire de guerre de la marine américaine nommé pour la ville du New Jersey célèbre pour la petite mais cruciale bataille de Noël 1776 après que Washington eut traversé le Delaware. La première à ouvrir cette voie sur la liste navale était une frégate à vapeur commandée en 1877 et détruite par un ouragan aux Samoa en 1889.

USS Trenton (1877-1889) faisant de la voile, probablement dans le port de New York au milieu des années 1880. L'impression originale est une reproduction typographique d'une photographie de E.H. Hart, 1162 Broadway, New York City, publié vers les années 1880 par la Photo-Gravure Company, New York. NH 2909

Autorisé en 1916, le nouveau USS Trenton n'a pas été déposé chez William Cramp & Sons à Philadelphie jusqu'en août 1920, finalement mis en service le 19 avril 1924.

Sa croisière de quatre mois a parcouru quelque 25 000 milles, emmenant le tout nouveau croiseur jusqu'en Perse avant de se rendre dans les meilleurs ports de la Méditerranée, de faire le tour du continent africain et de se terminer au Washington Naval Yard.

USS Trenton (CL-11) photographié vers le milieu des années 1920. NH 43751

Avant la fin de sa première année, deux de ses propriétaires de planches gagneraient de rares médailles d'honneur en temps de paix à titre posthume.

Alors que Trenton effectuait des exercices d'artillerie à environ 40 milles des caps de Virginie le 24 octobre 1924, des sacs de poudre dans sa tourelle avant explosèrent, tuant ou blessant tous les hommes de l'équipage. L'explosion a éclaté avec une telle force qu'elle a poussé la porte arrière en acier et a fait sauter cinq hommes par-dessus bord, dont l'un, SN William A. Walker, s'est noyé. Au cours de l'incendie qui a suivi, Ens. Henry C. Drexler et BM1c George R. Cholister ont tenté de jeter des charges de poudre dans le réservoir d'immersion avant qu'elles n'explosent, mais les charges ont éclaté, tuant Drexler, et le feu et les fumées ont vaincu Cholister avant qu'il ne puisse atteindre son objectif, et il est mort le lendemain.

Après réparations et deuil, Trenton a passé les 15 années suivantes à avoir beaucoup plus de chance, à naviguer autour du monde, à participer au travail standard en temps de paix de Fleet Problems, à des exercices, à des escales dans des ports étrangers, etc. Pendant une grande partie de cette période, elle a servi de navire amiral de division de croiseur. À peu près aussi effrayant que cela puisse être au cours de ces jours heureux, il a fallu débarquer une force de débarquement en Chine pendant les troubles, un voyage pour emmener les Marines de Charleston au Nicaragua en 1928 et répondre à une révolte de 1930 au Honduras pendant la guerre de la banane.

USS TRENTON (CL-11) transportant le secrétaire américain à la marine et le président d'Haïti passent en revue la flotte américaine, au large des Gonaïves, Haïti, vers 1925. USS ARIZONA (BB-39) est le cuirassé le plus proche. NH 73962

USS Trenton (CL-11) navire amiral du commandant des divisions de croiseurs légers, flotte de scoutisme, en cours en mer en avril 1927. Il a le secrétaire adjoint de la Marine à bord. NH 94168

USS Trenton en cale sèche, South Boston, 6 décembre 1931, Boston Public Library Leslie Jones Collection.

Un autre des superbes coups de Leslie Jones, notez la disposition de ses armes.

Une superbe vue de son gouvernail et des vis de la même collection.

Et un coup de proue, qui plaira à coup sûr aux fans de cales sèches. Le profil mince des Omahas est bien mis en valeur ici.

USS TRENTON (CL-11) à Pearl Harbor à la fin des années 1930. Photo teintée en couleur, reproduite par le magasin de service du navire, Base sous-marine Pearl Harbor, Hawaï, vers 1938. Collection du contre-amiral Frank A. Braisted, USN ret., qui était le commandant de TRENTON en 1937-38 NH 91636- KN

USS TRENTON (CL-11) dans le port de San Diego le 17 mars 1934. NH 64630

Vue de l'USS TRENTON (CL-11) prise à Sydney, N. S. W., en février 1938, lors de sa visite dans ce port. Notez que le navire est "habillé dans l'ensemble" avec le drapeau australien sur la grand-voile. Notez également le sloop français de classe BOUGAINVILLE à l'arrière. Avec l'aimable autorisation de l'Oregon Army National Guard, Oregon Military Academy, 1975. NH 82486

Vue de la carte commémorative de la croisière de près de 20 000 milles effectuée de San Diego, aux États-Unis, à l'Australie, et de retour à San Diego, de la fin de 1937 au début de 1938. Croisière effectuée par les sisterships USS TRENTON (CL-11), USS MILWAUKEE ( CL-5) et USS MEMPHIS (CL-13). Avec l'aimable autorisation de l'Oregon Army National Guard, Oregon Military Academy, 1975. N° de catalogue : NH 82488

L'amiral de la flotte USS TRENTON (CL-11) Chester W. Nimitz, USN, a servi à son bord en tant que ComCruDiv Two du 9 juillet au 17 septembre 1938. Il a signé cette photo. NH 58114

Gardes Fita-Fita manipulant les lignes de l'USS Trenton à la base navale de Tutuila, aux Samoa, le 31 mars 1938. Ironiquement, un navire de guerre du même nom a été détruit aux Samoa en 1889 par le Neptune. NARA # 80-CF-7991-2

USS Trenton (CL-11) à Pearl Harbor, Oahu, Hawaii, vers le début de 1939. Photographié par Tai Sing Loo. Trenton transporte des hydravions SOC sur ses catapultes. Don de l'Académie militaire de l'Oregon, Garde nationale de l'Oregon, 1975. NH 82489

En juin 1939, alors que les tambours de la guerre battaient en Europe, notre croiseur rejoignit l'Escadron 40-T, la force opérationnelle dédiée organisée pour protéger les intérêts américains pendant la guerre civile espagnole.

USS TRENTON (CL-11) Vue prise à Madère, aux Açores, vers 1939. Remarque lancement de moteur au premier plan. Avec l'aimable autorisation de l'Oregon Army National Guard, Oregon Military Academy, 1975. NH 82487

Il était à l'ancre dans le port idyllique de Villefranche-sur-Mer sur la Côte d'Azur lorsque Hitler est entré en Pologne en septembre.

Escadron 40-T, vue prise à Villefranche-Sur-Mer, France, vers 1939, montrant l'USS TRENTON (CL-11) et un destroyer américain à quatre tuyaux non identifié dans le port. NH 82493

Au cours des 10 mois suivants, il passera une grande partie de son temps dans les eaux portugaises neutres en attente d'ordres, généralement en tant que navire amiral de l'escadron avec un amiral à bord. Lorsqu'il fut finalement rappelé chez lui en juillet 1940, à la suite de l'effondrement des Pays-Bas face à la Blitzkrieg allemande, Trenton a transporté des membres de la famille royale luxembourgeoise en exil en Amérique à la demande du département d'État.

Changer l'Europe pour l'Asie, Trenton est envoyé dans le Pacifique en novembre, et il est bientôt occupé à escorter des transports transportant des hommes et du matériel vers les Philippines avec des arrêts dans des avant-postes dispersés tels que Midway, Wake Island et Guam, qui deviendront bientôt des champs de bataille.

Au moment où le ballon monta le 7 décembre 1941, notre croiseur était amarré à Balboa dans la zone du canal de Panama, où il avait été affecté sur ordre de l'ADM Stark pour être prêt à rôder dans l'Est du Pacifique pour les raiders de navires et de commerce ennemis dans le en cas de guerre réelle.

Sa première mission de la Seconde Guerre mondiale était d'escorter la force conjointe armée-marine Bobcat (Task Force 5614) jusqu'à la colonie française de Bora Bora fin janvier 1942, une opération qui a vu la première utilisation des nouvelles unités Seabee de la Marine.

Des navires de la marine américaine dans le port de Teavanui en février 1942. La ville de Vaitape est au centre gauche. Le croiseur et le destroyer sur la droite sont l'USS Trenton (CL-11) avec quatre cheminées, et l'USS Sampson (DD-394). Un graisseur est au centre. # : 80-G-K-1117.

Bien que rapide et avec de longues jambes, le Omaha les croiseurs de classe étaient sous-armés et sous-blindés pour les actions de la flotte des années 1940, un rôle qui les reléguait à la périphérie du conflit. Comme l'a noté Richard Worth dans son Les flottes de la Seconde Guerre mondiale:

La flotte cherchait un moyen de Omahas en quelque chose de précieux. Les propositions comprenaient une conversion en hybrides transporteur-croiseur ou une reconstruction complète en porte-avions. Un plan plus réaliste aurait spécialisé les navires en tant qu'escortes AA, conservant leurs montures jumelles avec une nouvelle batterie DP de sept canons de 5 pouces, mais la marine ne s'en soucia pas.

Avec ça, Trenton a botté ses talons pendant la majeure partie de la guerre allant de la zone du canal au détroit de Magellan, visitant les ports de la côte ouest de l'Amérique du Sud, les îles Juan Fernandez, la chaîne San Felice, les Cocos et les Galapagos, gardant un œil sur Des vaisseaux de l'Axe qui ne se sont jamais matérialisés.

USS TRENTON (CL-11) en cours au large de l'île de Bona dans le golfe de Panama, 11 mai 1943. Photographie du Bureau of Ships Collection aux Archives nationales des États-Unis. Vue de proue. # : 19-N-44442

Même série, # 19-N-44440. Remarque, ses hydravions semblent être des martins-pêcheurs

Dans la même série, notez les supports de grenade sous-marine sur sa poupe, quelque chose que vous ne voyez pas beaucoup sur un croiseur. # : 19-N-44438

Après un carénage de deux mois à Balboa, il a expédié le Nord pour San Francisco en juillet 1944, autorisé à entrer enfin dans l'action.

Quand elle a quitté le Panama, elle avait sa peinture de guerre.

USS Trenton (CL-11) en cours dans le golfe de Panama, 14 juillet 1944. Elle porte un camouflage Mesure 33, Design 2f. # : 19-N-68655

USS Trenton (CL-11) dans la baie de San Francisco, Californie, 11 août 1944. Notez sa grande antenne SK au sommet du mât. Le SK était un radar de recherche de surface capable de détecter une grande cible aéroportée, comme un bombardier, à 100 nm et un petit contact de surface, par exemple un destroyer, à 13 nm. Elle porte un camouflage Mesure 33, Design 2f. # 19-N-91697

Arrivé à Adak dans les îles Aléoutiennes le 2 septembre 1944, il rejoint la North Pacific Force en tant qu'unité de la Cruiser Division One. Elle allait bientôt devenir folle dans la chaîne japonaise des Kuriles, aux côtés d'autres membres de sa classe tels que les sisterships USS Richmond et USS Concord (CL-10), qui avait, comme Trenton, jusque-là avait passé la majeure partie de la guerre dans le Pacifique Sud-Est.

D'elle Trenton’s Histoire de guerre officielle, qui est en ligne aux Archives nationales :

Le Trenton a tiré ses premiers coups de feu contre l'ennemi le 5 janvier 1945 lors d'un bombardement d'installations à terre à Surubachi Wan, Paramushiru. Il s'en est suivi d'autres bombardements côtiers contre Kurabu Zaki, Paramushiru, le 18 février, Matsuwa le 15 mars et les 10 et 11 juin. Lors de ce dernier raid, Trenton, avec d'autres unités de la Force opérationnelle 92, a effectué un balayage anti-navigation à l'intérieur de la chaîne Kurile pendant les heures de clarté du 11 juin avant de tirer le deuxième bombardement de nuit. Les cibles sur ces îles comprenaient des conserveries de poisson, des pistes d'atterrissage et des hangars, des installations de radar et de canon et des zones de bivouac. La reconnaissance aérienne a montré des dommages substantiels infligés lors de ces bombardements par la Force opérationnelle 92.

Trenton’s les armes à feu ont eu un sacré entraînement pendant cette période. Par exemple, dans le seul raid du 15 mars sur Matsuwa, ils ont tiré 457 Mk. 34 haute capacité, 18 Mk. 27 communs et 14 Mk. 22 obus illum en une seule nuit. Cela a été accompli en 99 salves tirées à une vitesse moyenne de 4,95 salves par minute, soit 22,45 obus par minute. Un obus en étoile devait éclater toutes les six salve, fournissant un excellent éclairage, tandis que le navire utilisait son radar SG pour fournir les distances et les relèvements et le radar Mk 3 pour vérifier la distance par rapport à la terre à partir des relèvements du feu avec une correction ajustée en conséquence. Le tir a été effectué à 13 000 mètres et n'a duré que 21 minutes. Pas mal de tir !

Le croiseur a également aidé à mettre quelques coups de langue sur les contacts de surface japonais.

La dernière action en temps de guerre de Trenton a eu lieu du 23 au 25 juin, lorsque le groupe de travail a de nouveau effectué un balayage anti-navigation le long des Kouriles centraux. Avec la force répartie sur une zone plus large, l'autre unité est entrée en contact avec l'ennemi à l'intérieur de la chaîne. En coulant cinq navires d'un petit convoi [les chasseurs de sous-marins auxiliaires Cha 73, Cha 206, et Cha 209, et bateau de garde N°2 Kusunoki Maru, coulé et le Cha 198 endommagé], la Task Force 92 a révélé la présence des forces navales américaines dans la mer d'Okhotsk et a déclenché une vague d'alarme dans la presse et la radio japonaises. La peur de cette « formidable force opérationnelle rôdant dans les eaux intérieures du nord du Japon, associée aux attaques accrues des forces opérationnelles 38 et 58 au sud, convainquit les Japonais qu'ils étaient enfin encerclés et ajouta à leur découragement qui les conduisit à à la capitulation en août.

En route pour San Francisco pour une révision pour la dernière poussée sur les îles de la maison, Trenton était là à la fin de la guerre. Ordonné de se rendre à Philadelphie via le canal qu'il a passé la majeure partie de la guerre à protéger, il y est arrivé juste avant Noël 1945 et a été désarmé. Comme le reste de sa classe, elle était peu utile dans une marine d'après-guerre remplie de croiseurs flambant neufs et beaucoup plus performants, ils ont donc été entièrement liquidés et sans cérémonie.

Parmi ses sœurs, elles se sont avérées remarquablement chanceuses et, bien que toutes les neuf aient combattu pendant la guerre, y compris Détroit et Raleigh qui étaient à Pearl Harbor & aucun n'a été coulé. Le dernier de la classe à flot, USS Milwaukee (CL-5) a été vendu à la ferraille à la fin de 1949, principalement parce qu'après 1944, il avait été prêté aux Soviétiques comme Mourmansk.

Pour ce qui est de Trenton, il a été rayé de la Navy List le 21 janvier 1946 et vendu plus tard pour 67 228 $ à la Patapsco Scrap Co. avec son sistership Concorde, qui aurait tiré le dernier bombardement naval de la guerre.

Trenton a eu une chaîne de 15 skippers au cours de sa courte carrière de 21 ans, dont quatre allaient mettre des étoiles d'amiral, y compris ADM “Old Dutch” Kalbfus qui commandait la flotte de combat à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le VADM de longue campagne Joseph Taussig et le SMA Arthur Dewey Struble qui a dirigé la 7e flotte lors des débarquements miraculeux à Inchon.

L'un des vestiges les plus tangibles du navire est le service d'argent d'État qu'il a porté pendant la majeure partie de sa carrière. Conçu à l'origine pour le premier cuirassé USS New Jersey (BB-16) en 1905 par Tiffany & Co., Trenton est devenue gardienne de l'ensemble de 105 pièces lorsqu'elle a été commandée comme obsolète Virginie classe de pré-dreadnought a été éliminé dans le cadre du traité naval de Washington en 1920. Trenton remis l'ensemble à la Marine pendant la Seconde Guerre mondiale pour la garde et il a finalement été présenté au Iowa-classe battlewagon (BB-62) d'après-guerre.Aujourd'hui, la moitié de l'ensemble, qui appartient toujours à la Marine, se trouve dans le manoir du gouverneur du New Jersey, tandis que l'autre moitié est exposée dans un boîtier sécurisé dans les quartiers du capitaine du musée Battleship New Jersey.

Service d'argent de l'USS NEW JERSEY puis sur l'USS TRENTON, 1933. NH 740

La Marine a recyclé le nom “Trenton” deux fois depuis 1946. Le premier pour un Austin-classe quai amphibie (LPD-14) qui a servi de 1971 à 2007 et est toujours en service dans la marine indienne en tant que INS Jalashwa (L41), un nom qui se traduit approximativement par “hippocampe.”

Un fichier photo non daté d'une proue tribord vue du quai de transport amphibie USS Trenton (LPD 14) en cours. Trenton était l'un des nombreux navires qui ont participé à l'opération Praying Mantis, qui a été lancée après que la frégate lance-missiles USS Samuel B. Roberts (FFG-58) a heurté une mine iranienne le 14 avril 1988. (US Navy photo 30416-N- ZZ999-202 par le photographe’s Mate 2e classe Bates/libéré)

Le quatrième et actuel Trenton est un MSC exploité Fer de lance-classe transport rapide expéditionnaire (T-EPF-5), en service depuis 2015.

1946 Le plan de Jane, à cette époque, seul Milwaukee était encore en service avec les Soviétiques !

Cylindrée : 7 050 tonnes longues (7 163 t) (standard) 9 508 pleine charge
Longueur : 555 pi 6 po oa, 550 pi pp
Faisceau : 55 pi.
Tirant d'eau : 14 pi 3 po (moyenne), 20 pi max
Machines : 12 chaudières Yarrow, 4 turbines à vapeur à réduction Westinghouse, 90 000 ihp
Autonomie : 8460 nm à 10 nœuds sur 2 000 tonnes de fioul
Vitesse : 35 nœuds de conception estimée, 33,7 nœuds sur les essais
Capteurs : SK, 2 x SG, 2 x Mk 3 radars installés après 1942
Équipage : 29 officiers 429 enrôlés (temps de paix)
Armure:
Ceinture : 3 po
Pont : 1 1⁄2 po
Tour de commandement : 1 1⁄2 po
Cloisons : 1 1⁄2–3 po
Avions transportés : 2 × hydravions (typiquement Vought O2U-1 puis Curtiss SOC Seagulls), 2 catapultes au milieu du navire
Armement:
(1924)
2 × jumeau 6 pouces / 53 calibre
8 × simple calibre 6 pouces /53
2 × 3 pouces / 50 canons de calibre anti-aérien
6 × triple 21 en tubes lance-torpilles
4 × twin 21 en tubes lance-torpilles
224 × mines (capacité supprimée peu de temps après l'achèvement)
(1945)
2 × double calibre 6 pouces/53
6 × simple calibre 6 pouces/53
8 canons anti-aériens de calibre 3 pouces/50
6 × triple 21 en tubes lance-torpilles
3 × canons Bofors jumelés de 40 mm
14 × canons simples Oerlikon de 20 mm

Si vous avez aimé cette chronique, veuillez envisager de rejoindre l'Organisation internationale de recherche navale (INRO), Publishers of Warship International

Ils sont probablement l'une des meilleures sources d'études navales, d'images et de fraternité que vous puissiez trouver. http://www.warship.org/membership.htm

L'International Naval Research Organisation est une société à but non lucratif dédiée à l'encouragement de l'étude des navires de guerre et de leurs histoires, principalement à l'ère des navires de guerre en fer et en acier (vers 1860 à ce jour). Son but est de fournir des informations et un moyen de contact pour ceux qui s'intéressent aux navires de guerre.

Avec plus de 50 ans d'érudition, Warship International, le volume écrit de l'INRO a publié des centaines d'articles, dont la plupart sont uniques dans leur portée et leur sujet.


USS Milwaukee (AOR 2)

L'USS MILWAUKEE était le deuxième navire de la WICHITA - classe de ravitailleurs de ravitaillement. Désarmé le 27 janvier 1994 et rayé de la liste de la Marine le 8 avril 1997, le MILWAUKEE a ensuite été amarré à la flotte de réserve de James River, à Fort Eustis, en Virginie, en attendant son élimination définitive. Elle a été vendue pour mise au rebut à Bay Bridge Enterprise, Chesapeake, Virginie, en janvier 2009.

Caractéristiques générales: Attribué : 2 juin 1965
Pose de la quille : 29 novembre 1966
Lancé : 1er janvier 1969
Mise en service : 1er novembre 1969
Déclassé : 27 janvier 1994
Constructeur : General Dynamics, Quincy, Massachusetts
Système de propulsion : Trois chaudières, turbines à vapeur, deux arbres, 32 000 chevaux-vapeur
Hélices : deux
Longueur : 659 pieds (200,86 mètres)
Faisceau : 96 pieds (29,3 mètres)
Tirant d'eau : 35 pieds (10,7 mètres)
Déplacement : env. 40 100 tonnes à pleine charge
Vitesse : 20 nœuds
Avion : 2 CH-46 Chevalier de la mer Hélicoptères
Armement : deux Phalanx CIWS, un lanceur de missiles Mk-29 Sea Sparrow
Équipage : 22 officiers, 398 enrôlés

Cette section contient les noms des marins qui ont servi à bord de l'USS MILWAUKEE. Ce n'est pas une liste officielle mais contient les noms des marins qui ont soumis leurs informations.


USS Milwaukee (CL-5) - Histoire

Pour certaines personnes vivant sur la côte, un "moins de deux pieds" se traduit par "marée des palourdes". Pour les Humboldtiens qui s'intéressent à l'histoire locale, une marée extrêmement basse comme celle-ci dit une chose : Milwaukee! La voici, toutes ses 10 000 tonnes, à 7 heures du matin la semaine dernière :

Marée moins 1.9, 9 mai 2020. (Barry Evans)

OK, pas grand-chose à voir, je sais. Mais encore moins qu'il y a huit ans, toujours à marée très basse :

Marée de moins 2,2 le 5 juin 2012. (Kathleen Cameron)

Cela demande un peu d'imagination, mais ce que vous devez visualiser, debout sur la plage du Pacifique à un kilomètre au sud de Samoa, c'est que vous ne voyez que la pointe du croiseur USS. Milwaukee, échoué ici au petit matin du 13 janvier 1917, trois mois avant que les États-Unis n'entrent dans la Première Guerre mondiale.

Les sauveteurs ont débarqué deux membres d'équipage à la fois à l'aide d'une bouée de culotte. (US Naval Historical Center, domaine public)

J'ai écrit sur l'épave du Milwaukee précédemment, je n'entrerai donc pas dans les détails ici. Brièvement, elle essayait de s'extirper H-3, un sous-marin de 350 tonnes qui s'était échoué dans un épais brouillard (pas de radar ni de sonar à l'époque) au large de nos côtes. Harvey Haislip, le skipper inexpérimenté du Milwaukee, ignoré les avertissements du capitaine du H-3 et les garde-côtes locaux, insistant sur le fait que les fortes marées du Pacifique ne faisaient pas le poids face à son navire et que deux navires « ancre » supplémentaires maintiendraient son navire à une distance de sécurité au large. Son plan de remorquer le H-3 en eau profonde à marée haute a été contrecarré lorsque le Milwaukeeles hélices de coupent la ligne vers l'un des deux plus petits navires, ne laissant qu'un seul navire d'ancrage inadéquat, le remorqueur USS Iroquois, pour empêcher le croiseur de pivoter sur des aussières jumelées d'un demi-mille de long attachées au sous-marin échoué. À l'aube du 13, le Milwaukee était coincé rapidement sur le sable…

…où elle est assise aujourd'hui. Pas tellement au le sable comme sous ce. Chaque année, depuis 103 ans, il a coulé de plus en plus bas, de sorte qu'à marée basse, on ne voit plus que le bout de quelques cloisons. À en juger par les photos ci-dessus, celles-ci auront également disparu dans quelques années.

L'élément déclencheur de l'histoire est que l'entreprise de construction locale Mercer Fraser a dérapé et fait rouler le sous-marin qui a lancé la tentative de sauvetage sur des billes de trois quarts de mile à travers la flèche pour le relancer dans les eaux calmes de la baie de Humboldt. (Mercer Fraser avait proposé de le faire avant la Milwaukee est entré dans l'action, mais leur offre basse pour le travail - 18 000 $ - a été considérée comme irréaliste.) Vous pouvez tout lire à ce sujet dans le livre de Ray Hillman (il est dans la bibliothèque) Naufragé à Samoa, en Californie.

Il est facile de trouver le site : conduisez un mile et demi au sud de l'extrémité ouest du pont de Samoa jusqu'au grand rocher étrangement situé sur le côté droit de New Navy Base Road. Vous verrez une plaque avec le mot "Milwaukee" à sa base. Descendez jusqu'à la plage et vous verrez, à marée très basse, tout ce qui reste au-dessus du sable. N'oubliez pas qu'il y a un 425 pieds. long navire juste en dessous de ces quelques restes.


Les navires de combat Littoral de classe Freedom peuvent avoir un grave défaut de boîte de vitesses

Maintenance du moteur à bord de l'USS Freedom lors de son déploiement à Singapour, juillet 2013 (USN)

Publié le 16 déc. 2020 20:37 par L'exécutif maritime

Lorsque les législateurs ont récemment décidé de faire en sorte que la marine américaine teste son prochain système de propulsion de navire de guerre sur terre, ils avaient à l'esprit l'histoire problématique du programme Littoral Combat Ship (LCS). Dans une déclaration rapportée pour la première fois par Defence News, la Marine a reconnu qu'elle enquêtait sur un problème important de transmission à bord du Liberté-class LCS, qui a subi de multiples pertes d'ingénierie au cours de ses 12 années de service.

Les Liberté-classe LCS - un navire complètement différent du Indépendance-class LCS, un trimaran à coque en aluminium construit par un chantier différent - a rencontré à plusieurs reprises des problèmes avec ses engrenages de combinaison. L'usine d'ingénierie pour le Liberté-La classe dispose de deux systèmes de propulsion parallèles CODAG (combiné diesel et gaz) alimentant quatre jets d'eau. Les deux engrenages combinés du navire (bâbord et tribord) combinent chacun l'entrée d'un moteur diesel et d'une turbine à gaz - permettant au navire de fonctionner de manière économique avec ses moteurs diesel seuls, plus rapidement avec les turbines seules, ou très rapidement avec les deux moteurs diesel et les deux turbines en même temps. Avec une puissance totale maximale d'environ 115 000 ch (85 MW), cet arrangement propulse le navire à des vitesses allant jusqu'à 40 nœuds.

Malheureusement, le Liberté-classe CODAG système a rencontré des problèmes de fiabilité. En 2013, le premier USS Liberté a subi trois pannes mécaniques lors d'un transit vers Singapour, puis plusieurs autres pendant son déploiement. Des modifications ont ensuite été apportées à ses engrenages de combinaison afin d'"améliorer sa maintenabilité", et les mêmes modifications ont été apportées aux navires suivants de la classe.

En 2015, l'USS Milwaukee a subi une défaillance de l'engrenage de la moissonneuse-batteuse en raison d'un patinage de l'embrayage alors qu'il faisait route dans l'Atlantique, un mois après sa livraison.

Dans une victime de 2016 à bord du LCS USS Fort Worth, l'équipe technique a démarré les moteurs lors d'un essai à quai sans ouvrir l'alimentation en huile de lubrification des engrenages de combinaison, essuyant les roulements des unités bâbord et tribord. Les dommages ont bloqué le navire à Singapour pendant six mois.

En novembre 2020, le LCS USS de classe Freedom Détroit a subi une perte de propulsion liée à sa combinaison de vitesses alors qu'il était en route. Elle a choisi de rentrer en boitant vers son port d'attache à la base navale de Mayport, mais pendant le transit, elle a également perdu de l'électricité. Un remorqueur hauturier commercial l'a pris en remorque et l'a amené à un port de refuge.

Après ces problèmes répétés, la marine américaine a lancé une enquête sur les causes profondes avec l'équipementier de la boîte de vitesses et avec Lockheed Martin, le concepteur du navire. Les résultats suggèrent un problème à l'échelle de la classe lié à "les roulements d'embrayage à grande vitesse défaillant prématurément", a déclaré le service à Defense News.

&ldquoLe gouvernement enquête sur un défaut matériel avec l'équipement de combinaison de l'USS Détroit et USS Petite pierre, les deux Liberté-une variante des navires de combat littoraux », a déclaré le Naval Sea Systems Command à Defense News dans un communiqué. &ldquoSur la base d'évaluations préliminaires, le défaut semble être un problème de conception qui devra être résolu dans l'ensemble du Liberté classer. La Marine prend les dernières mesures pour vérifier cela dans le cadre de l'analyse des causes profondes des défaillances des engrenages de combinaison. Pendant que cela est en cours, des mesures ont été mises en œuvre pour atténuer les risques pour tous les employés en service. Liberté variantes de navires.&rdquo

Les deux premiers Liberté-navires de classe (USS Liberté et USS Fort Worth) sont mis hors service l'année prochaine par mesure d'économie. Huit autres sont actuellement en service, cinq nouvelles constructions sont en diverses phases de construction et d'équipement, et une coque supplémentaire est en commande.

En raison de préoccupations concernant leur capacité de survie et leur létalité au combat, les plans d'approvisionnement pour les deux classes LCS ont été tronqués, et la frégate de classe FFG (X) conçue par Fincantieri remplacera les deux dans la production future.


Joyeux jour de lancement SN Murmansk (en fait USS Milwaukee [CL-5), IJN Naka et IJN Yukikaze

C'est en quelque sorte une épave à un certain niveau que la chance de Yukikaze s'est finalement épuisée dans un typhon, de toutes choses, et juste au moment où de véritables négociations se déroulaient pour son retour sous la garde japonaise en tant que navire-musée. Elle aurait été un morceau d'histoire si incroyable à préserver, et maintenant elle est poussière dans le vent, tout comme Warspite, Yavuz et Enterprise CV-6.

Bons résumés comme toujours, Nuke.

C'est vraiment pas de chance. La seule fois où Yukikaze n'a pas eu de chance, c'est pour tuer sa chance d'être sauvée. Une chance malheureuse, mais malgré tout, Yukikaze vivra comme le plus grand destroyer du Japon dans sa marine aujourd'hui.

Mourmansk est juste mignonne surtout avec sa peau. Juste câlin à l'état pur. Yukkikaze est le brave (chat effrayant) qui a de la chance. Naka est mignonne et sa peau de maillot de bain la rend plus mignonne. Quand aura-t-elle un rétrofit ?

Il n'est toujours pas facile pour moi d'aimer sa raison de s'appeler Mourmansk au lieu de son vrai nom Milwaukee.

Yukikaze, d'un autre côté, est adorable à la fois pour sa bravade, mais malgré la fierté de sa chance, elle est en fait un navire terrifiant (les navires de l'USN l'appellent la Faucheuse).

Quant à Naka, dommage qu'elle n'ait pas décollé comme son homologue de KC, seule sa sœur Jintsuu l'a vraiment fait et c'était la cause de la méta PVP.

Aujourd'hui, le 24 mars, est le jour du lancement du navire de prêt-bail du Parlement du Nord, SN Murmansk (en fait USS Milwaukee [CL-5]), la sensation de chant idole de Kancolle, IJN Naka, et le grand et chanceux navire miracle elle-même, IJN Yukikaze.

Milwaukee a participé à quelques projets scientifiques dans l'entre-deux-guerres. Au cours de sa croisière d'essai, il a visité le Congrès scientifique pan-pacifique le 23 août 1923 à Sydney, en Australie. Ils ont utilisé son nouvel équipement de sonde pour sonder le sol du Pacifique en route vers le Congrès. En l'honneur de son aide à la communauté scientifique, en 1929, lorsque Milwaukee a arpenté les monts sous-marins de la région du Pacifique Nord, ils ont été nommés « monts sous-marins de Milwaukee » en son honneur. Elle a également trouvé le point le plus profond de l'océan Atlantique à une profondeur de 8 740 m, qui est maintenant connu sous le nom de "Milwaukee Deep".

En ce qui concerne les questions militaires, Milwaukee a participé à de multiples problèmes de flotte dans l'entre-deux-guerres. Les moments notables incluent le Fleet Problem VI, lorsqu'il est accidentellement entré en collision avec son navire jumeau Detroit à Guantanamo Bay, à Cuba, le 1er février 1926. Aucun des deux navires n'a subi de dommages. Au Fleet Problem IX, le 16 avril 1930, il a été déclaré KO lorsque des "croiseurs ennemis" l'ont attaqué. Trois ans plus tard, dans Fleet Problem XIV, le Milwaukee a été « coulé » après que le porte-avions USS Saratoga l'ait repéré et que ses croiseurs aient intercepté Milwaukee.

Alors qu'elle était posée le 10 juin 1922, en raison des graves dommages causés par le feu à Naka lors du grand tremblement de terre de Kanto en 1923, sa construction a été entièrement redémarrée. Il est démoli et remis à l'eau le 24 mai 1924. Un an plus tard, le 24 mars 1925, il est mis à l'eau.

Le Naka subira des modifications de sa coque après que les incidents de Tomorazu et de la 4e flotte aient exposé certaines vulnérabilités des navires IJN à une mer agitée. Les modifications sont venues au prix de sa vitesse.

Au début de son service, Yukikaze a acquis une notoriété en revenant avec succès à quai et en réussissant du premier coup, ce que peu d'équipages de navires peuvent faire tout de suite. Cela a impressionné l'amiral Jizaburo Ozawa de la future flotte combinée, il s'est donc assuré que Yukikaze recevrait les dernières et les plus grandes améliorations que l'IJN pourrait lui fournir.

Au début de la guerre du Pacifique, Yukikaze a participé à de nombreuses opérations, telles que l'invasion des Philippines, où l'un de ses réservoirs de carburant a été rayé par le mitraillage des avions américains. Son excellent capitaine, Kenjiro Tobita, a assuré sa sécurité en prenant un ensemble de bonnes décisions pour éviter les attentats à la bombe.

Yukikaze est ensuite affecté à l'invasion des Indes néerlandaises le 11 janvier 1942. Le 20 février, il participe à la bataille de la mer de Java, où il rejoint ses camarades pour attaquer la flotte alliée à la torpille. Comme tant de navires IJN là-bas, Yukikaze a raté toutes ses attaques à la torpille. Elle serait transférée en Nouvelle-Guinée pour aider la force d'invasion le 29 mars, avant de retourner au Japon le 2 mai 1942.

En janvier 1941, Milwaukee retourna à la Cruiser Division 2 et fut affecté à la patrouille des Caraïbes sous le commandement du contre-amiral Jonas H. Ingram, participant aux patrouilles de neutralité après le début de la guerre. Cruiser Division 2 a reçu l'ordre de patrouiller l'Atlantique entre Trinidad, les îles du Cap-Vert et le renflement oriental du Brésil en avril. Bien que le Milwaukee ait été immédiatement disponible, il a fait une escale à Recife, au Brésil, le 1er juin, avant de retourner à San Juan, à Porto Rico.

Milwaukee était commandé par le capitaine Forrest B. Royal et subissait une révision au Brooklyn Navy Yard lorsque les Japonais ont attaqué Pearl Harbor le 7 décembre. Le Milwaukee a escorté un convoi vers les Caraïbes depuis New York le 31 décembre et a escorté huit transports de troupes du canal de Panama aux îles de la Société. Elle a rejoint la Force de patrouille de l'Atlantique Sud à son retour et a passé les deux années suivantes à patrouiller entre le Brésil et la côte africaine.

Le 19 mai 1942, il reçut un SOS du cargo brésilien SS Comandante Lyra, qui avait été torpillé par le sous-marin italien Barbarigo au large des côtes du Brésil (il semble que l'Italie ait également envoyé ses sous-marins dans l'hémisphère occidental). Milwaukee a trouvé le cargo abandonné et en feu, mais son équipage (y compris son capitaine de navire) a réussi à monter dans leurs canots de sauvetage. Avec l'arrivée de son navire jumeau Omaha et du destroyer McDougal, ils ont maîtrisé les incendies. Les équipages des navires américains ont largué la cargaison pour aider à alléger le navire et l'ont remorqué jusqu'à Fortaleza, au Brésil.

Peu de temps après, le 20 mai, le groupe Milwaukee a été attaqué par le même sous-marin italien, commandé par Enzo Grossi, qui l'a pris pour un cuirassé américain. Les deux torpilles manquèrent et aucun navire américain ne remarqua l'attaque.Cependant, Grossi a affirmé avoir coulé sa cible. Il a été promu commandant et décoré de la médaille d'or de la vaillance militaire et de la croix de fer. Deux commandes ultérieures en 1949 et 62 ont annulé ces promotions et décorations.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, en tant que navire amiral de la 4e flottille de destroyers du contre-amiral Shoji Nishimura, le Naka était engagé dans l'invasion des Philippines au moment de l'attaque de Pearl Harbor. Elle a aidé à couvrir les transports de la 48e division d'infanterie de l'armée impériale japonaise lors de son débarquement aux Philippines. Le Naka a été légèrement endommagé par des tirs de mitraillage provenant d'attaques composées d'avions B-17 Flying Fortresses, P-35 Guardsman et P-40 Kittyhawk de l'US Army Air Force.

En janvier 1942, le Naka et sa 4 flottille de destroyers escortent la 48 division d'infanterie de l'IJA à Makassar, Célèbes et Java oriental aux côtés de la 2 flottille de destroyers. Naka a participé à la bataille de la mer de Java le 27 février 1942, aux côtés de Yukikaze. Au début de la bataille, Naka et les destroyers ont lancé près de 100 torpilles sur la force alliée adverse. Aucun d'entre eux n'a touché, et dans l'ensemble, des torpilles qui ont tiré, sans compter les tirs de torpilles de tir ami que Mogami a effectués sur les transports de l'IJA, seulement 4 ont atteint leurs cibles. Pourtant, l'IJN a pris le dessus sur ses homologues alliés et l'a emporté. Naka n'était pas à la bataille du détroit de la Sonde pour remettre la destruction de la force ABDA (américano-britannique-néerlandaise-australien).

En mars 1942, le Naka escorta un groupe de convois pour l'invasion des Indes néerlandaises. Le 1er avril 1942, grâce à un USS Seawolf (SS-197) têtu, le Naka a été gravement endommagé par un coup de torpille sur son tribord, le mettant hors d'état de nuire et obligeant Natori à le remorquer jusqu'à Bantam Bay pour des réparations d'urgence. Les dommages étaient suffisamment graves pour que Naka soit en cale sèche jusqu'en avril 1943.

Yukikaze a été affecté à l'escorte des transports de troupes destinés à envahir l'île Midway tenue par les Américains. Cependant, en raison de la perte des quatre porte-avions IJN Fleet envoyés à Midway, Yukikaze n'a pas participé au combat.

Par la suite, Yukikaze a été réaffecté à la 3ème Flotte sous l'Escadron de destroyers 10 le 14 juillet 1942. Le 5 août, Yukikaze a escorté le croiseur endommagé Mogami avec le navire de réparation Akashi au Japon.

Elle a ensuite rejoint la campagne de Guadalcanal en septembre. Lors de la bataille de Santa Cruz, elle a joué un rôle de protection de reconnaissance et d'escorte pour les porte-avions japonais le 12 octobre.

Le 12 novembre, le Yukikaze participa à la première bataille nocturne de Guadalcanal, où il engagea des destroyers américains comme le Laffey et le Cushing. Cependant, leur navire amiral, IJN Hiei, a subi des dommages importants, et Yukikaze a reçu l'ordre de le remorquer au port pour des réparations. La poursuite des attaques aériennes américaines garantirait que Hiei ne pourrait pas s'en sortir sans couler, forçant l'IJN à ordonner à Yukikaze d'aider à récupérer ses survivants et à saborder Hiei.

Après plusieurs mois d'escorte de porte-avions, Yukikaze a effectué des trajets de transport depuis Guadalcanal tout en évacuant les troupes de l'IJA. Le 10 février 1943, il escorte son navire jumeau endommagé, le Maikaze, en lieu sûr. Du 2 au 3 mars, Yukikaze escorte un convoi dans la mer de Bismarck. Le convoi a subi d'importantes attaques aériennes de la part des forces aériennes américaines et australiennes. Alors que le Yukikaze s'est échappé indemne, près de la moitié des destroyers d'escorte, y compris le coéquipier du Yukikaze et le navire jumeau Tokitsukaze, et (plus critique) tous les transports ont été coulés.

Yukikaze a mené la bataille de Kolmbangara avec son radar. Après que le vaisseau amiral, Jintsuu a été coulé par le feu concentré des croiseurs alliés, Yukikaze a rapidement rallié les destroyers japonais et a chargé sur la ligne de croiseurs américains. Contrairement à de nombreuses autres charges de destroyers, Yukikaze a brillamment réussi. Ses torpilles ont aidé à couler le destroyer américain Gwin et à endommager les croiseurs américains St. Louis, Honolulu et le croiseur Kiwi Leander. Après avoir arraché la victoire aux griffes de la défaite, Yukikaze est sorti indemne une fois de plus.


USS Milwaukee (CL-5) - Histoire

USN Overseas Aircraft Loss List Septembre 1942

Pour commander des rapports sur l'un de ces accidents, rendez-vous sur Commander des rapports d'accident

Pour des notes générales sur l'utilisation de ces bases de données, cliquez ici
Voir également la liste des codes d'action pour la signification de l'action ou la page des acronymes USN pour la signification des abréviations générales.

DATE TAPER BUNO ESCADRON DE VERS LE BAS RÉGION PILOTE SORT
9/1/1942 SOC-3 1139 CL-47 USS BOISE (CL-47)
ECENPAC

9/1/1942 SBD-1 1622

MEXIQUE CEN AMER ENS RAY W. GRIMES
9/2/1942 SBD-3 4584 VS-3 USS SARATOGA (CV-3) ESPIRITU SAINT SOPAC ENS DAVIDSON S
9/2/1942 OS2U-3 5358 VO-4

ECENPAC ENS L.A. BARBE U
9/3/1942 OS2U-2 2194 VS-5 BERMUDES (DET 4) BERMUDES NORLANT ENS LAWRENCE A. UTTER U
9/4/1942 SOC-3 1071 CL-47 USS BOISE (CL-47)
ECENPAC

9/4/1942 OS2N-1 01342 VO-3 USS IDAHO (BB-42) SITKA NORPAC

9/5/1942 F4F-4 5074 VMF-224 GUADALCANAL
SOPAC LT JEFFRIES
9/5/1942 SO3C-1 4748 CL-56 USS COLUMBIA (CL-56)
CENLANT ENS G.F. SE RUER U
9/5/1942 F4F-4 02076 VMF-223 GUADALCANAL
SOPAC

9/5/1942 F4F-4 5096 VMF-224 GUADALCANAL
SOPAC S/SGT GARRABRANT M
9/5/1942 F4F-4 03399 VF-9 USS RANGER (CV-4) BERMUDES NORLANT

9/6/1942 SBD-3 03342 VMSB-232
GUADALCANAL SOPAC LT MCALLISTER U
9/6/1942 SBD-3 03356 VMSB-232
GUADALCANAL SOPAC MAJ F.L. BRUN U
9/7/1942 PBY-5A 04980 VP-61

NORPAC

9/7/1942 SBD-3 4658 VMSB-241

SOPAC CAPT ACERS S
9/7/1942 PBY-5 2376 VP-81

CENLANT LT ROBERT W. CUMMINGS
9/8/1942 F4F-4 02082 VMF-223 GUADALCANAL
SOPAC LT HUGHES S
9/8/1942 F4F-4 01993 VGS-9 USS BOGUE (ACV-9)
CENLANT ENS W.F. CHAMBELLAN S
9/8/1942 F4F-4 02091 VMF-223 GUADALCANAL
SOPAC JEAN LT S
9/8/1942 F4F-4 02079 VMF-223 GUADALCANAL
SOPAC LT LEES S
9/8/1942 F4F-4 5142 VMF-224 GUADALCANAL
SOPAC LT D'ARCY S
9/8/1942 F4F-4 02106 VMF-224 GUADALCANAL
SOPAC LT JOHNSON S
9/9/1942 F4F-4 02107 VMF-224 GUADALCANAL
SOPAC LT J.M. JONES M
9/9/1942 F4F-4 02100 VMF-223 GUADALCANAL
SOPAC LT MARION R. CARL S
9/9/1942 F4F-4 02099 VMF-223 GUADALCANAL
SOPAC LT CANFIELD S
9/10/1942 F4F-4 03491 VMF-223 GUADALCANAL
SOPAC ÉTANG LT M
9/10/1942 F4F-3 2516 VMO-251

SOPAC

9/11/1942 F4F-4 02109 VMF-224 GUADALCANAL
SOPAC MAJ R.E. GALER S
9/12/1942 F4F-4 5075 VF-5 GUADALCANAL
SOPAC ENS CHARLES E. RICHERBERGER
9/12/1942 F4F-4 03506 VF-10 HAWAII HAWAII ECENPAC ENS E.S. COLSSON S
9/13/1942 F4F-4 04105 VMF-223 GUADALCANAL
SOPAC B.D. HARING
9/13/1942 F4F-4 04071 VMF-223 GUADALCANAL
SOPAC MCLENNAN M
9/13/1942 F4F-4 03501 VMF-223 GUADALCANAL
SOPAC CONGRE S
9/13/1942 F4F-4 03499 VMF-223 GUADALCANAL
SOPAC LT CHAMBERLAIN S
9/13/1942 F4F-4 5198 VF-5 GUADALCANAL
SOPAC ENS WILEMAN
9/13/1942 F4F-4 5100 VMF-223 GUADALCANAL
SOPAC LT PHILLIPS S
9/13/1942 SBD-3 4608 VS-3 USS SARATOGA (CV-3) ESPIRITU SAINT SOPAC PARI ENS M
9/13/1942 F4F-4 5084 VF-5 GUADALCANAL
SOPAC ENS INNIS S
9/14/1942 F4F-4 02093 VMF-223 GUADALCANAL
SOPAC LT TROWBRIDGE S
9/14/1942 SBD-3 4667 VMSB-232
GUADALCANAL SOPAC LT KAUFMAN
9/14/1942 OS2U-3 09634
USS ESSEX (CV-9) SITKA NORPAC

9/14/1942 F4F-4 5066 VF-3 USS YORKTOWN (CV-5) PERLE ECENPAC ENS ROBERT C. EVANS S
9/15/1942 SBD-1 1754 VMSB-234 PERLE HAWAII ECENPAC

9/15/1942 F4F-4 5205 VF-5 GUADALCANAL
SOPAC

9/15/1942 F4F-4 5240 VF-5 GUADALCANAL
SOPAC

9/15/1942 PBO-1

TRINITÉ
CENLANT

9/15/1942 F4F-4 5043 VF-10 HAWAII HAWAII ECENPAC ENS J.L. MCMAHON S
9/15/1942 SBD-3 03337 VS-72 USS WASP (CV-7) SAN CRISTOBAL SOPAC (NAVIRE COULÉ)
9/15/1942 SBD-3 03351 VS-71 USS WASP (CV-7) SAN CRISTOBAL SOPAC ENS ROBERT A. ESCHER S
9/15/1942 SBD-3 03362 VS-72 USS WASP (CV-7) SAN CRISTOBAL SOPAC (NAVIRE COULÉ)
9/15/1942 SBD-3 03330 VS-72 USS WASP (CV-7) SAN CRISTOBAL SOPAC (NAVIRE COULÉ)
9/16/1942 SBD-3 03243 VS-3 USS SARATOGA (CV-3) ESPIRITU SAINT SOPAC ENS C. NEWTON U
9/17/1942 SBD-3 4669 VMSB-231

SOPAC LT A. SMITH M
9/17/1942 F4F-4 5191 VF-5 GUADALCANAL
SOPAC

9/17/1942 SBD-3 4629 VS-72 USS HORNET (CV-8)
SOPAC

9/17/1942 F4F-4 5230 VF-10 HAWAII HAWAII ECENPAC ENS GERALD V. DAVIS
9/17/1942 OS2N-1 01324 VMS-3 ST. THOMAS V.I.
CENLANT

9/18/1942 SBD-3 03347 VMSB-232
GUADALCANAL SOPAC LT THOMAS M
9/19/1942 SNJ-4 10123 MAG-24 EWA HAWAII ECENPAC 2NDLT CHARLES H. HYDE, JR. M
9/19/1942 SBD-4 10616 VS-5 USS ENTREPRISE (CV-6) GUADALCANAL SOPAC ENS FINK U
9/19/1942 J2F-2A 1204
LES ILES VIERGES
CENLANT

9/20/1942 SBD-3 03293 VMSB-231

SOPAC CAPT IDEN
9/20/1942 SBD-3 03294 VMSB-231

SOPAC LT ZUBER S
9/21/1942 OS2U-3 5344 CL-7 USS RALEIGH (CL-7)
CENPAC ENS JOHN W. GEORGE U
9/21/1942 J2F-5 00689 VJ-4 LE GOLF DE GUANTANAMO CUBA CENLANT

9/21/1942 PBY-5A 7247 VP-92 ÎLE DE STOCKAGE BERMUDES NORLANT ENS R.J. FINNIE U
9/22/1942 J2F-5 00671 VS-1 (DÉT 14)
SOPAC

9/22/1942 OS2N-1 01373
LE GOLF DE GUANTANAMO CUBA CENLANT

9/23/1942 PBY-5 2410 VP-11

SOPAC

9/23/1942 PBY-5 2419 VP-11

SOPAC

9/23/1942 F4F-4 03418 VF-10

SOPAC

9/23/1942 PBY-5 2450 VP-11

SOPAC

9/23/1942 SBD-3 03312 VMSB-241

SOPAC

9/23/1942 PBY-5 2388 VP-11

SOPAC

9/23/1942 PBY-5 04430 VP-23

SOPAC

9/23/1942 PBY-5 04429 VP-23

SOPAC

9/24/1942 PBY-3 0884 VP-32 LE GOLF DE GUANTANAMO CUBA CENLANT

9/27/1942 F4F-3 2515 VMF-111

SOPAC

9/27/1942 SBD-3 06641 VS-41 USS RANGER (CV-4) HORS NORFOLK CENLANT ENS GEORGE F. DALTON U
9/27/1942 PBY-5A 02949 FAW-2 PERLE HAWAII ECENPAC

9/28/1942 PBY-5 04477 VP-61 BAIE DE NAZAN
NORPAC ENS M.E. HUMPHREY S
9/28/1942 F4F-4 02136 VF-41 USS RANGER (CV-4) HORS NORFOLK CENLANT LT T.A. GREEL S
9/28/1942 SBD-3 03348 VMSB-232
GUADALCANAL SOPAC

9/28/1942 SBD-3
VMSB-231


LT LESLIE M
9/28/1942 F4F-4 5034 VF-41 USS RANGER (CV-4) HORS NORFOLK CENLANT ENS B.N. MAGHEN U
9/29/1942 F4F-4 11729 VGS-12 USS COPAHEE (ACV-12) NOUVELLE CALÉDONIE SOPAC 2NDLT SIMPSON S
9/29/1942 OS2U-3 5342 CL-5 USS MILWAUKEE (CL-5) RECIFE BRÉSIL

9/29/1942 PBY-5 2382 VP-81

CENLANT LCDR THOMAS B. HALEY S
9/29/1942 SBD-3 06535 VMSB-241 USS COPAHEE (ACV-12) NOUVELLE CALÉDONIE SOPAC 2NDLT G.H. ELLIOTT
9/29/1942 F4F-4 5185 VF-5 GUADALCANAL
SOPAC COULEUR ENS U
9/29/1942 SBD-3 06560 VGS-29 USS SANTÉ (ACV-29) HORS BERMUDES NORLANT

9/29/1942 SOC-3 1089 CL-46 USS PHOENIX (CL-46)
SW PAC

9/30/1942 PBY-5A 05039 VP-24
HAWAII ECENPAC

9/30/1942 SBD-3 4673 VMSB-232
GUADALCANAL SOPAC

Pour commander des rapports sur l'un de ces accidents, rendez-vous sur Commander des rapports d'accident

Pour des notes générales sur l'utilisation de ces bases de données, cliquez ici
Voir également la liste des codes d'action pour la signification de l'action ou la page des acronymes USN pour la signification des abréviations générales.


Voir la vidéo: USS Milwaukee CL-5 Murmansk (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Morr

    connerie

  2. Bax

    C'est une bonne idée. Je suis prêt à vous soutenir.

  3. Dewitt

    Parler directement.

  4. Baldulf

    Je ne peux pas participer à la discussion maintenant - pas de temps libre. Mais Osvobozhus - écrivez nécessairement ce que je pense.



Écrire un message