Podcasts sur l'histoire

Élection présidentielle de 1876

Élection présidentielle de 1876


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

En 1876, Rutherford Hayes est nommé candidat républicain à la présidentielle. Le parti avait été touché par les scandales pendant la présidence d'Ulysses S. Grant (1869-1877) et avait été attiré par le bon bilan de Hayes au gouvernement. Son adversaire du Parti démocrate, Samuel Tilden, avait également un parcours impressionnant, et lors de l'élection, le républicain soutenant Thomas Nast, a produit une série de caricatures l'attaquant. Cela a contribué à saper la campagne des démocrates, mais les premiers retours ont suggéré une victoire de Tilden et le premier président démocrate depuis la guerre de Sécession. Au décompte des voix, Tilden (4 284 757) avait recueilli 51 % des voix, contre 48 % pour Hayes (4 033 950).

Après les élections, le Parti républicain a contesté la validité du vote en Caroline du Sud, en Floride et en Louisiane. Ces trois États du sud étaient toujours sous occupation militaire d'après-guerre, et au cours des jours suivants, les votes pour Tilden ont été disqualifiés, déplaçant la majorité vers Hayes. Les membres du Parti démocrate étaient furieux et beaucoup ont refusé d'accepter les nouveaux chiffres du vote. La Floride a envoyé deux groupes d'électeurs rivaux au collège électoral et a laissé au Congrès le soin de décider qui deviendrait président.

Le Congrès était lui-même divisé, le Sénat étant contrôlé par les républicains et la Chambre des représentants par les démocrates. Pour tenter de résoudre le problème, les deux chambres ont convenu de mettre en place une commission électorale spéciale de 15 sénateurs, représentants et juges de la Cour suprême. Dans une tentative de produire une décision non partisane, il a été convenu de nommer sept républicains, sept démocrates et un juge indépendant à la commission. Cependant, au dernier moment, la justice indépendante s'est vu offrir un siège au Sénat dans l'Illinois et a été remplacée par un partisan du Parti républicain.

Au cours de l'enquête menée par la commission, certains électeurs ont affirmé avoir été physiquement intimidés pendant l'élection. Le comité a également découvert plusieurs cas de fraude, notamment des tentatives de destruction de bulletins de vote. Cependant, à la fin de l'enquête, tous les membres de la commission ont voté selon les lignes du parti et Rutherford Hayes a obtenu les voix électorales pour les trois États. Hayes est donc élu avec 185 voix électorales contre 184 pour Tilden.

Les dirigeants du Parti démocrate ont continué de contester le résultat des élections. D'autres négociations ont eu lieu et il a finalement été convenu que Samuel Tilden accepterait le résultat en échange du retrait des troupes fédérales des États du sud. Cette décision a permis aux Blancs de reprendre le contrôle politique du Sud qu'ils avaient perdu à la fin de la guerre de Sécession. Dans la plupart de ces États, les codes noirs ont été réintroduits et un grand pourcentage d'Afro-américains ont perdu le droit de vote lors des futures élections.


Élection présidentielle américaine de 1876

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Élection présidentielle américaine de 1876, a contesté l'élection présidentielle américaine du 7 novembre 1876, au cours de laquelle le républicain Rutherford B. Hayes a battu le démocrate Samuel J. Tilden. Tilden a mené Hayes par plus de 260 000 votes populaires, et les résultats préliminaires ont montré que Tilden avait 184 votes électoraux (un de moins que la majorité nécessaire pour remporter les élections) contre 165 pour Hayes, avec les 19 votes électoraux de trois États (Floride, Louisiane et Sud Carolina) et un électeur de l'Oregon (attribué à l'origine à Tilden) toujours dans le doute. Le Congrès américain a ensuite créé une commission électorale qui, au début de mars 1877, avait résolu tous les votes électoraux contestés en faveur de Hayes, lui donnant une victoire de 185-184 au collège électoral.


Faits et informations clés

NOMINATION DU PARTI RÉPUBLICAIN

  • En 1875, il était largement admis que le président sortant Ulysses S. Grant se présenterait pour son troisième mandat en tant que président. Il a failli le faire sans que la Chambre ait déclaré la limite de deux mandats de présidence afin d'éviter une dictature.
  • La Convention nationale républicaine a finalement choisi le gouverneur de la réforme de l'État de l'Ohio, Rutherford B. Hayes, comme candidat, William A. Wheeler étant nommé vice-président.

NOMINATION DES PARTIS DÉMOCRATIQUES

  • La convention démocrate s'est tenue à St. Louis, Missouri, en juin 1876, et ils ont appelé à des réformes immédiates face aux scandales qui avaient éclaté pendant le mandat du président républicain Ulysses Grant.
  • Samuel J. Tilden a gagné par un vote écrasant et est devenu le candidat démocrate à la présidentielle. Thomas Hendricks était à ses côtés, étant nommé vice-président.

NOMINATION DU PARTI GREENBACK

  • En 1874, le Greenback Party est organisé à Indianapolis, Indiana, par le secteur agricole. Le parti a exhorté le gouvernement fédéral à poursuivre l'émission massive de papier-monnaie appelé billets verts afin de gonfler l'économie.
  • La convention du billet vert a nommé Peter Cooper à la présidence et le sénateur Newton Booth à la vice-présidence. Après avoir décliné le poste, Newton Booth a été remplacé par Samuel Fenton Cary pour le candidat à la vice-présidence.

NOMINATION DU PARTI INTERDIT

  • Le Parti de la Prohibition a été créé en 1869 pour s'opposer à la vente et à la consommation de boissons alcoolisées.
  • Le parti croyait que cela faisait partie intégrante du mouvement de tempérance.
  • Leur convention de 1876 nomma Green Clay Smith à la présidence et Gideon T. Stewart à la vice-présidence.

NOMINATION AU PARTI NATIONAL AMÉRICAIN

  • Créé dans le prolongement du Parti anti-maçonnique de 1872, le petit Parti national américain a tenu sa convention en 1875 en Pennsylvanie. James B. Walker a été nommé à l'unanimité président et Donald Kirkpatrick vice-président.

CAMPAGNE ÉLECTORALE GÉNÉRALE

  • Samuel Tilden s'est présenté comme candidat à la réforme contre la corruption et les lacunes de la précédente administration Grant. Il était bien connu pour avoir poursuivi les politiciens de la machine à New York, et il était responsable de l'envoi en prison du patron politique William M. Tweed.
  • Rutherford Hayes n'était pas bien connu en dehors de l'État de l'Ohio. Ayant servi dans la guerre civile, il était cependant tout à fait commercialisable auprès des anciens combattants.
  • Les partis démocrate et républicain ont mené des campagnes de dénigrement. Le côté démocrate a attaqué la corruption du gouvernement dirigé par les républicains, et le côté républicain a soulevé les questions concernant la guerre civile, affirmant que tous les rebelles de cette guerre étaient des démocrates.
  • Les démocrates se sont appuyés sur une stratégie utilisant les Chemises rouges et la Ligue blanche, qui étaient des groupes paramilitaires qui ont activement réprimé les participations républicaines blanches et noires.

CONTESTATIONS ELECTORALES ET COMPROMIS DE 1877

  • Les résultats des élections dans chaque État ont été marqués par des fraudes électorales et des menaces de violence à l'encontre des électeurs relubicans. La conception des bulletins de vote a également injustement favorisé les démocrates, dont les bulletins de vote étaient imprimés avec le symbole républicain.
  • Dans l'État de l'Oregon, le vote d'un seul électeur a été contesté. Les votes à l'échelle de l'État ont clairement favorisé Hayes, mais le gouverneur démocrate de l'État, La Fayette Grover, a affirmé qu'un électeur n'était pas éligible et l'a remplacé par un électeur démocrate. Les autres électeurs républicains ont rejeté cette action et ont accordé tous les votes à Hayes.
  • Avec Hayes en tête de la majorité des voix, les démocrates ont crié à la fraude. L'excitation suscitée par ces événements politiques a envahi le pays.
  • Le Congrès américain a finalement été confronté à une crise constitutionnelle. Ils décidèrent de former une commission électorale pour régler le résultat. Cette commission a décidé de ne remettre en cause aucun résultat légitime à première vue, donnant tous les votes électoraux contestés à Hayes.
  • Les membres du Congrès américain ont arrangé le compromis de 1877 afin de régler facilement la crise. Cet accord impliquait de donner le siège présidentiel à Hayes en échange du retrait du gouvernement américain de ses troupes, dont le soutien était essentiel pour les États républicains de Caroline du Sud, de Floride et de Louisiane.
  • Rutherford Hayes fut ainsi inauguré sans perturbation le 5 mars 1877.

RÉSULTATS

  • L'élection présidentielle de 1876 serait la dernière à avoir lieu avant la fin de l'ère de la Reconstruction. La Reconstruction cherchait à protéger les droits des électeurs afro-américains du Sud qui votaient habituellement les candidats républicains.

Élection des feuilles de travail de 1876

Il s'agit d'un ensemble fantastique qui comprend tout ce que vous devez savoir sur l'élection de 1876 à travers 20 pages détaillées. Ceux-ci sont Fiches d'exercices prêtes à l'emploi Élection de 1876 qui sont parfaites pour enseigner aux étudiants l'élection de 1876 entre les candidats présidentiels américains Rutherford B. Hayes, un républicain, et Samuel J. Tilden, un démocrate, qui a été l'une des élections les plus notoires en Histoire américaine. Le différend entre qui était le vainqueur légitime s'est terminé par le compromis de 1877, dans lequel les démocrates ont concédé l'élection de Hayes en échange du retrait des troupes républicaines du Sud.

Liste complète des feuilles de travail incluses

  • Élection de 1876 Faits
  • Débat présidentiel
  • Faits seulement
  • Plus de questions s'il vous plaît
  • Deux (in)célèbres élections
  • Renverser plus de thé ?
  • 1876 ​​Nomination
  • Caricature éditoriale
  • Votez judicieusement
  • Quoi de neuf 1876?
  • Cette élection controversée

Lier/citer cette page

Si vous référencez le contenu de cette page sur votre propre site Web, veuillez utiliser le code ci-dessous pour citer cette page comme source originale.

Utiliser avec n'importe quel programme

Ces feuilles de travail ont été spécialement conçues pour être utilisées avec n'importe quel programme d'études international. Vous pouvez utiliser ces feuilles de travail telles quelles ou les modifier à l'aide de Google Slides pour les rendre plus spécifiques aux niveaux d'aptitude de vos élèves et aux normes du programme d'études.


L'élection présidentielle la plus laide et la plus controversée de tous les temps

Samuel Jones Tilden, candidat démocrate à la présidentielle, 1876. Photo : Wikipedia

Pour Rutherford B. Hayes, la soirée électorale du 7 novembre 1876 s'annonçait comme le cauchemar de tout candidat à la présidentielle. Même si les premiers retours venaient d'arriver par télégraphe, les journaux annonçaient que son adversaire, le démocrate Samuel J. Tilden, avait gagné. Hayes, un républicain, perdrait en effet le vote populaire de plus d'un quart de million, mais il n'avait aucun moyen de le savoir alors qu'il préparait son discours de concession. Il s'est couché un homme sombre et a consolé sa femme, Lucy Webb. « Nous sommes rapidement tombés dans un sommeil réparateur », a écrit Hayes dans son journal, « et l'affaire a semblé terminée. »

Mais l'élection présidentielle la plus laide, la plus controversée et la plus controversée de l'histoire des États-Unis était loin d'être terminée. Tout au long de la campagne, l'opposition de Tilden l'avait traité de tout, du pot-de-vin au voleur en passant par le syphilitique ivre. Les soupçons de fraude électorale dans les États contrôlés par les républicains étaient endémiques, et des démocrates suprémacistes blancs lourdement armés et en maraude avaient sondé le Sud, empêchant d'innombrables Noirs de voter. En conséquence, la Floride, la Louisiane et la Caroline du Sud ont été jugées trop proches pour être convoquées, et avec ces États toujours en question, Tilden est resté à un vote électoral de moins que les 185 requis par la Constitution pour remporter les élections. Avec 165 votes électoraux décomptés pour Hayes, tout ce qu'il avait à faire était de capturer les 20 votes électoraux combinés de ces trois États contestés, et il remporterait la présidence. La crise qui s'ensuit a mis des mois à se dérouler, commençant par des menaces d'une autre guerre civile et se terminant par un accord informel en coulisses - le compromis de 1877 - qui a donné à Hayes la présidence en échange du retrait des troupes fédérales du Sud, mettant effectivement fin à la Reconstruction.

Une affiche de 1876 protestant contre la corruption électorale de la Louisiane. Photo : Wikipédia

Pour Samuel Tilden, la soirée du 7 novembre 1876 était un motif de réjouissance. Il était sur le point de remporter la majorité absolue des suffrages exprimés (il recueillerait 51,5% contre 48% pour Hayes) et a donné un nouvel espoir aux démocrates, qui avaient été largement exclus du processus politique dans les années qui ont suivi la guerre civile. .

Né en 1814 dans l'État de New York, Tilden a étudié à Yale et à l'Université de New York. Après avoir été admis au barreau en 1841, il s'enrichit en tant qu'avocat d'affaires, représentant des compagnies de chemin de fer et réalisant des investissements immobiliers. Après la guerre de Sécession, il a noué des relations avec William M. "Boss" Tweed, le chef de Tammany Hall, la machine politique démocrate qui a dominé la politique new-yorkaise au XIXe siècle. Mais lorsque Tilden entra à l'Assemblée de l'État de New York en 1872, il acquit la réputation d'étouffer la corruption, ce qui le mit en conflit avec la machine. Il est devenu gouverneur de l'État de New York en 1874 et a acquis une réputation nationale pour son rôle dans la lutte contre la fraude massive dans la construction et la réparation du système de canaux de l'État. Ses efforts lui ont valu la nomination présidentielle du Parti démocrate.

Tilden a été attaqué sur tout, de sa mauvaise santé chronique à ses liens avec l'industrie ferroviaire, largement considérée comme en proie à la corruption des entreprises à l'époque. Soixante-deux ans et célibataire tout au long de sa vie, il était respecté pour son engagement en faveur de la réforme politique, bien que considéré comme ennuyeux. Avec des accusations de corruption qui affligent les associés du président en exercice, Ulysses S. Grant, la candidature de Tilden n'aurait pas pu mieux tomber pour que les démocrates reprennent le pouvoir national.

Rutherford B. Hayes, candidat républicain à la présidence, 1876. Photo : Wikipedia

Bien qu'il ait remporté le vote populaire, les États nouvellement reconstruits de la Louisiane, de la Floride et de la Caroline du Sud, toujours sous occupation fédérale, étaient en jeu. Le Parti républicain, qui contrôlait les commissions de démarchage, a rapidement contesté la légitimité des votes de ces États, et lors d'un recomptage, soi-disant supervisé par des agents personnels qui ont été envoyés dans ces États par le président Grant (avec les troupes fédérales), de nombreux Tilden& Les votes du #8217 ont commencé à être disqualifiés pour des "irrégularités" non spécifiées. Les démocrates n'avaient aucun doute que les républicains remplissaient les urnes et ont affirmé qu'il y avait des endroits où le nombre de votes dépassait la population. Le plus flagrant était l'offre présumée de la Louisiane par le conseil électoral contrôlé par les républicains : pour la somme de 1 000 000 $, cela certifierait que le vote était allé aux démocrates. Le Comité national démocrate a rejeté l'offre, mais des rapports similaires de corruption, des deux côtés, ont été signalés en Floride et en Caroline du Sud.

Après que les trois États contestés aient soumis deux séries de bulletins électoraux (un pour chaque candidat), le Congrès a créé une commission électorale en janvier 1877, composée de cinq sénateurs, cinq juges de la Cour suprême et cinq membres de la Chambre des représentants. La commission – sept républicains, sept démocrates et un indépendant – a entendu les arguments d'avocats qui représentaient à la fois Hayes et Tilden. Le juge associé Joseph P. Bradley du New Jersey a émergé comme le vote décisif dans la décision de nommer le prochain président des États-Unis.

Le juge associé Joseph P. Bradley, le vote décisif sur la Commission électorale, a changé d'avis au dernier moment. Photo : Wikipédia

La veille du scrutin, les démocrates ont rendu visite à Bradley, qui a lu son opinion, indiquant que trois votes électoraux de la Floride seraient attribués à Tilden, ce qui lui donnerait assez pour gagner. Mais plus tard dans la soirée, après que les représentants démocrates aient quitté le domicile de Bradley, le sénateur républicain Frederick T. Frelinghuysen du New Jersey et George M. Robeson, secrétaire de la Marine, sont arrivés pour un lobbying de dernière minute. Aidés par Mary Hornblower Bradley, l'épouse du juge, les deux républicains ont réussi à convaincre Bradley qu'une présidence démocrate serait un "désastre national". La décision de la commission a fait le décompte électoral final de 185 à 184 pour Hayes.

Les démocrates n'avaient cependant pas fini de se battre. La Constitution exigeait qu'un président soit nommé avant le 4 mars, sinon un interrègne se produisait, ce qui ouvrait de nombreuses possibilités de manœuvres et de chaos. Les démocrates ont menacé de faire de l'obstruction systématique, ce qui retarderait l'achèvement du processus électoral et mettrait le gouvernement dans des eaux inconnues. La menace a amené les républicains à la table des négociations, et au cours des deux jours et nuits suivants, les représentants des deux parties ont conclu un accord. Le soi-disant compromis de 1877 retirerait les troupes fédérales du Sud, un problème majeur de campagne pour les démocrates, en échange de l'obstruction systématique.

Le compromis a permis aux démocrates d'établir un "Sud solide". Avec le départ du gouvernement fédéral de la région, les États étaient libres d'établir des lois Jim Crow, qui privaient légalement les citoyens noirs de leurs droits. Frederick Douglass a observé que les affranchis étaient rapidement livrés à la rage de nos anciens maîtres furieux. En conséquence, l'élection présidentielle de 1876 a jeté les bases du paysage politique américain, ainsi que des relations raciales, pour le 100 prochaines années.

Alors que Hayes et les républicains revendiquaient présumément le droit à la victoire, Tilden s'est avéré être un combattant timide et a découragé son parti de contester la décision de la commission. Au lieu de cela, il a passé plus d'un mois à préparer un rapport sur l'historique des décomptes électoraux qui, en fin de compte, n'a eu aucun effet sur le résultat.

"Je peux me retirer dans la vie publique avec la conscience que je recevrai de la postérité le crédit d'avoir été élu à la plus haute position dans le don du peuple", a déclaré Tilden après sa défaite, "sans aucun des soucis". et les responsabilités du bureau.”

Sa santé lui a en effet fait défaut peu de temps après l'élection. Il mourut en 1886 un homme riche, laissant 3 millions de dollars à la bibliothèque publique de New York.

Des articles:  ”The Election That Got Away,” par Louis W. Koenig, Héritage américain, octobre 1960. “Samuel J. Tilden, L'homme qui aurait dû être président,” Les grandes vies de l'histoire, 9 février 2010, http://greatlivesinhistory.blogspot.com/2010/02/february-9-samuel-j-tilden-man-who.html  ”Volusion Confusion: Tilden-Hayes,&# 8221 Sous le soleil, 20 novembre 2000, http://www.historyhouse.com/uts/tilden_hayes/

Livres: Roy Morris, Fraude du siècle : Rutherford B. Hayes, Samuel Tilden et l'élection volée de 1876, Simon & Schuster, 2003. John Bigelow et Nikki Oldaker, La vie de Samuel J. Tilden, Show Biz East Productions, 2009.


Quel a été l'impact du compromis de 1877 ?

Le coût du compromis

Avec le compromis de 1877, les démocrates du Sud ont concédé la présidence mais ont effectivement rétabli l'autonomie et le contrôle des races. Pendant ce temps, les républicains « abandonnaient la cause du nègre en échange de la possession pacifique de la présidence » [13].

Bien que le soutien fédéral à la Reconstruction ait effectivement pris fin sous le président Grant, le Compromis de 1877 a officiellement marqué la fin de l'ère de la Reconstruction, un retour à l'autonomie (alias suprématie blanche) et la révocation des droits des Noirs dans le Sud.

Les conséquences économiques et sociales du Compromis de 1877 ne se manifesteront pas tout de suite.

Mais les effets ont été si durables que les États-Unis y sont toujours confrontés en tant que nation à ce jour.

Course dans l'Amérique post-reconstruction

Les Noirs d'Amérique étaient considérés comme « libres » depuis la Proclamation d'émancipation en 1863. Cependant, ils n'avaient jamais vraiment connu une véritable égalité juridique, en grande partie à cause des effets du Compromis de 1877 et de la fin de la Reconstruction.

L'ère n'a eu que 12 ans pour avoir un impact avant d'être écourtée avec le compromis de 1877, et ce n'était pas assez de temps.

L'une des conditions du compromis était que le gouvernement fédéral resterait en dehors des relations raciales dans le Sud. Et ce qu'ils ont fait, pendant 80 ans.

Pendant ce temps, la ségrégation et la discrimination raciales ont été codifiées sous les lois Jim Crow et sont devenues étroitement tissées dans le tissu de la vie du Sud. Mais, en 1957, dans un effort pour intégrer les écoles du Sud, le président Dwight D. Eisenhower a fait quelque chose de sans précédent : il a envoyé des troupes fédérales dans le Sud, rompant la promesse faite lors du compromis de 1877 que le gouvernement fédéral resterait en dehors des relations raciales.

Avec le soutien fédéral, la déségrégation a été accomplie, mais elle s'est certainement heurtée à la résistance des Sudistes fervents pro-ségrégation - un bon exemple étant le gouverneur de l'Arkansas qui a fait de si grands efforts qu'il a fermé toutes les écoles de Little Rock pendant une année entière, juste pour empêcher les élèves noirs de fréquenter les écoles blanches [14].

Un peu plus de 100 ans après la proclamation d'émancipation, la loi sur les droits civils a été adoptée le 2 juillet 1964 et les Noirs américains ont finalement obtenu une pleine égalité juridique en vertu de la loi.


Une commission inédite

La commission électorale a dirigé un tribunal de style tribunal dans la chambre de la Cour suprême en février 1877. Bien que les démocrates se soient opposés au décompte des voix proposé par les commissions électorales républicaines des États du Sud, ils étaient plus nombreux que leurs collègues républicains et ont été systématiquement rejetés. . Chaque état contesté a été tranché en faveur de Hayes. Pourtant, les démocrates ont refusé d'accepter les résultats et ont fait de l'obstruction systématique à la Chambre des représentants alors que la crainte de troubles civils grandissait dans tout le pays.

Il faudrait un accord en coulisses et un compromis politique capital pour régler les élections. Au cours d'une série de réunions secrètes, les législateurs démocrates du Sud ont promis d'annuler l'obstruction systématique et de concéder les élections en échange de la fin de la reconstruction. Bien que les termes de l'accord informel restent inconnus, il aurait inclus le retrait de toutes les forces fédérales de l'ancienne Confédération, l'augmentation des fonds fédéraux pour les États du Sud, la construction d'un chemin de fer transcontinental à travers le Sud et la nomination d'un Démocrate au cabinet de Hayes.

Aux petites heures du 2 mars 1877, à peine trois jours avant l'inauguration prévue, le Congrès a terminé le décompte des voix électorales. Hayes a gagné par un seul vote électoral. Au milieu de la peur d'être assassiné, il a prêté serment lors d'une cérémonie secrète le lendemain.

Le compromis controversé de 1877 a été salué par beaucoup à l'époque comme une mesure qui préservait la fragile Union et permettait au pays d'avancer comme un seul. Mais cela a eu des conséquences désastreuses pour les Noirs du Sud. Sans surveillance fédérale, les États ont créé des lois dures « Jim Crow » qui ont rétabli une hiérarchie raciale brutale dans le Sud et ont effectivement privé de leurs droits les citoyens noirs. (La suppression des électeurs hante l'Amérique depuis sa fondation.)

Une décennie après que les élections de Hayes-Tilden ont finalement été décidées, le Congrès a adopté la loi sur le décompte électoral de 1887 dans le but d'éviter un nouveau chaos électoral en fournissant un système cohérent pour la livraison des votes électoraux.

La loi, qui est toujours en vigueur aujourd'hui, prévoit un mécanisme par lequel le Congrès peut déterminer si les votes électoraux sont légaux : lors de la session conjointe du Congrès le 6 janvier, les membres peuvent s'opposer aux votes des électeurs individuels ou aux déclarations globales des États. Pour qu'une objection soit formellement examinée et votée, elle doit être déposée à la fois par un membre de la Chambre et du Sénat. Cela ne s'est produit que deux fois dans l'histoire, et les deux objections ont échoué.


L'élection de 1876

Si vous pensez que le climat politique américain actuel est controversé, alors vous devez prendre du recul et examiner de près l'histoire américaine.

L'élection la plus controversée, la plus controversée et probablement la plus corrompue de l'histoire des États-Unis a été celle de 1876. C'est un événement qui a été largement oublié par la plupart des Américains aujourd'hui.

Apprenez-en plus sur les élections de 1876 et pourquoi nous n'avons jamais eu de président Tilden dans cet épisode de Everything Everywhere Daily.

Cet épisode est sponsorisé par CuriosityStream.

Si vous vous intéressez à l'histoire américaine ou à l'histoire présidentielle, CuriosityStream propose plusieurs programmes qui piqueront votre curiosité. Ils ont des programmes sur plusieurs présidents américains, dont Lincoln, Nixon, Truman, Roosevelts, Kennedy et bien d'autres.

Les prix commencent à 2,99 $ par mois ou 19,99 $ par an. L'un des services de streaming les moins chers en ligne.

Si vous aimez apprendre, commencez votre abonnement en visitant Everything-Everywhere.com/CuriosityStream ou cliquez sur le lien dans les notes de l'émission.

Les gens ont souvent la mémoire courte. Lorsqu'ils se plaignent de la politique moderne ou des controverses, ils oublient souvent que nous avons mené une guerre entre nous qui a tué plus de trois quarts de million de personnes. Il est très difficile de faire pire que cela.

De plus, les effets de cette guerre se sont répercutés pendant des générations, et beaucoup nous affectent encore aujourd'hui.

J'ai fait deux épisodes précédents sur des élections présidentielles spécifiques, et ce qui les rendait étranges.

La première étant l'élection de 1960, dont le résultat n'a jamais vraiment été mis en doute, mais la comptabilité utilisée pour calculer le vote populaire en Alabama était très étrange.

La seconde étant l'élection de 1824, qui avait quatre candidats différents du même parti qui ont tous remporté au moins 3 États chacun, ne laissant aucun vainqueur ni dans le collège électoral ni dans le vote populaire.

Ces deux élections étaient étranges, mais elles n'ont pas atteint un sommet en termes de controverse. Les règles étaient respectées, même si les gens n'aimaient pas le résultat.

L'élection de 1876, cependant, est une toute autre bête. Cette élection, bien que largement oubliée, a jeté les bases de nombreux problèmes auxquels les États-Unis sont encore confrontés aujourd'hui, et a été de loin l'élection présidentielle la plus louche et la plus controversée de l'histoire américaine.

Commençons par l'histoire de l'état du pays. La guerre civile était terminée. Le Nord a gagné et le Sud a perdu.

Les troupes de l'Union occupaient encore certains États du sud. Le 14e amendement a dissous les législatures des États en rébellion, a empêché quiconque appartenait à la Confédération d'occuper des fonctions fédérales et a donné aux esclaves affranchis le droit de vote.

L'occupation militaire, ainsi que la possibilité pour les esclaves affranchis de voter, ainsi que la suppression des anciens confédérés de voter, ont assuré que quelques-uns des anciens États confédérés étaient solidement républicains, même si la grande majorité des Blancs des États du sud étaient démocrates.

La nation venait également de terminer huit années de l'administration Ulysses S Grant, qui était l'une des administrations présidentielles les plus corrompues de l'histoire américaine.

En plus de tout cela, la panique de 1873 a conduit à une dépression économique qui était encore en jeu lors des élections de 1876.

Grant, suivant la tradition de Washington, a décidé de ne pas briguer un troisième mandat. Cela a ouvert les portes pour un remplacement.

Il n'y avait pas de primaires politiques à l'époque. Tous les débats et la campagne pour une nomination présidentielle ont eu lieu lors de conventions partielles.

Lors de la convention républicaine, Rutherford Birchard Hayes, deux fois gouverneur de l'Ohio, a remporté le 7e tour de scrutin. Il était un inconnu à l'entrée de la convention mais a fini par gagner en tant que candidat de compromis. Son colistier était le représentant de New York William Wheeler.

Les démocrates ont choisi le gouverneur de New York Samuel Tilden par un glissement de terrain au deuxième tour, après avoir presque décroché l'investiture au premier tour. Son colistier était le gouverneur de l'Indiana Thomas Hendricks.

Tilden était un réformateur qui était responsable de la fermeture de la machine politique de Tammany Hall à New York et de la mise en prison de son chef, Boss Tweed. La plus grande partie de sa plate-forme était de nettoyer après l'administration Grant comme il a nettoyé la corruption à New York.

En 1876, il y avait 369 voix électorales à gagner, ce qui signifiait qu'il fallait en gagner 185 pour devenir président. Ce nombre, 185, plus que toute autre élection présidentielle dans l'histoire, va devenir vraiment important.

Après l'élection, les résultats ont été comptés, et c'est là que les problèmes ont commencé à surgir.

Cela n'avait pas d'importance, mais Tilden avait remporté le vote populaire. Il a reçu 50,9% du vote populaire, devenant la seule personne dans l'histoire des États-Unis à obtenir la majorité du vote populaire et à ne pas remporter la présidence. Tous les autres cas où la personne remportait le vote populaire mais pas la présidence l'ont fait avec une simple pluralité.

Les États qui ont voté pour Tilden lui ont donné 184 voix électorales. Exactement un de moins que le nombre requis pour gagner. Hayes avait 163 voix à ce stade.

Le problème concernait quatre États en particulier, qui représentaient les 22 voix électorales restantes.

La Floride, la Louisiane et la Caroline du Sud étaient tous des États du sud qui ont voté pour Hayes. Les premiers résultats dans chacun des États, comme dans tous les États du sud, semblaient aller pour Tilden.

Il y a eu une fraude généralisée dans les trois États. À l'époque, les partis imprimaient leurs propres bulletins de vote, et de nombreux bulletins imprimés républicains avaient le symbole démocrate près des candidats républicains, incitant les électeurs analphabètes à voter républicain.

En Caroline du Sud, le nombre de suffrages exprimés était de 101 % du nombre d'électeurs éligibles.

Dans tous les États, les commissions électorales contrôlées par les républicains ont invalidé suffisamment de bulletins de vote pour donner l'élection à Hayes ainsi qu'aux postes de gouverneur en Louisiane et en Caroline du Sud.

En Louisiane et en Caroline du Sud, les démocrates sont allés de l'avant et ont créé leurs propres gouvernements pour approuver leur propre liste d'électeurs.

Même si Hayes recevait tous les votes électoraux de ces trois États, il aurait toujours besoin des trois votes électoraux de l'Oregon pour le porter à 185.

Dans l'Oregon, c'est devenu vraiment bizarre.

Hayes a clairement remporté le vote populaire dans l'Oregon. Il n'y avait aucune preuve de fraude ici comme dans les trois États du sud.

Cependant, le gouverneur était un démocrate et il a déclaré l'un des électeurs illégal parce qu'il était un « fonctionnaire élu ou nommé », ce qui est contraire à la loi. Il était maître de poste et il a démissionné juste avant les élections pour pouvoir être électeur.

Il vient de nommer son propre électeur, un démocrate, pour être l'un des électeurs de l'Oregon, et cet électeur suffirait à faire basculer toute l'élection à Tilden.

Le 6 décembre, lorsque les électeurs se sont réunis pour voter dans les capitales des États, les électeurs démocrates et républicains de Floride, de Caroline du Sud et de Louisiane ont voté, et dans l'Oregon, l'électeur nommé par le gouverneur et l'électeur d'origine ont voté.

Alors, que faites-vous lorsque même les États eux-mêmes ne peuvent pas déterminer quels étaient leurs propres résultats électoraux ?

Le Congrès n'a pas été d'une grande aide car les deux maisons ont été séparées. Le Sénat était contrôlé par les républicains et la Chambre par les démocrates.

Ils ont créé un organe qui siégerait dans le seul but de résoudre les votes électoraux perturbés de ces trois États. Ils ont adopté la loi sur la commission électorale.

La commission serait composée de cinq membres de la Chambre (tous démocrates), de cinq membres du Sénat (tous républicains) et de quatre juges de la Cour suprême. Un cinquième juge de la Cour suprême siégerait également, et celui-ci serait choisi par les quatre autres. Au total, il y aurait 15 membres et les décisions de la commission ne pourraient être annulées que par les deux chambres du congrès.

Le plan initial était qu'il y aurait sept républicains et sept démocrates, le juge indépendant David Davis étant le bris d'égalité.

Le problème était que Davis venait d'être élu au Sénat de l'Illinois par la législature de l'État démocrate juste au moment où l'Electoral Commission Act était en train d'être adoptée. Les démocrates ont supposé qu'ils avaient lié le soutien de Davis en lui donnant le siège au Sénat.

Cependant, cela s'est retourné contre lui, car Davis s'est retiré de la commission pour occuper son siège au Sénat.

Il n'y avait pas d'autres juges de la Cour suprême indépendants, ce qui signifiait qu'ils devaient choisir un républicain, ce qui donnait aux républicains une majorité de 8 à 7 au sein de la commission.

Dans le reste du pays, les gens se fâchaient. Le chant de « Tilden ou du sang ! » était élevé dans tout le pays. One Kentucky member of congress said that he could raise an army of 100,000 men to march on Washington if Tilden wasn’t elected.

The Electoral Commission met in the Supreme Court in February of 1877 and acted just like a court. They heard the cases from the various states, and the cases were presented by lawyers.

Tilden’s lawyers argued that the commission should look at the decisions made by the state electoral boards. Hayes’ lawyers made the claim that they should just accept state results, as to not violate the sovereignty of the states.

On a straight party-line vote, the committee decided in favor of Hayes.

For each state in question, the committee voted by party, and in each case, they went for Hayes.

That would give Hayes the win in the Electoral College by one vote: 185 to 184.

Because of the terms of the Electoral Commission Act, both houses had to invalidate the results, and the Senate wasn’t going to do that.

The Democratic House began trying to throw everything they could at the wall to stop the process. They made challenges to the votes in Vermont and Wisconsin. They instituted a House filibuster where they entertained tons of motions designed to slow everything down.

What finally resolved everything was the Compromise of 1877.

In the compromise, the Democrats agreed to end the filibuster and allow Hayes to assume the presidency, in exchange for five conditions.

First, all US military forces would be removed from southern states. At this point, the only troops left were in the aforementioned Louisiana, Florida, and South Carolina, but this guaranteed their removed and that a repeat of 1876 wouldn’t happen again.

Second, at least one Democrat would be appointed to the Hayes cabinet. This was done by appointing a Democrat to Postmaster general.

Third, another transcontinental railroad would be constructed, this time in the south.

Fourth, there would be legislation to help industrialize the South. Parts three and four of this never happened and there was never a serious attempt to make it happen.

Number five was the big one, and it changed the face of the United States for a century.

Five, southern states would have the right to deal with blacks without interference from the federal government.

This basically laid the foundation for Jim Crow laws in the south which wouldn’t be overturned until the 1960s.

Hayes was inaugurated as president without incident. He became a very forgettable one-term president, other than he happens to be a really big deal in Paraguay (listen to my previous episode about that if you haven’t already).

In hindsight, the question you have to ask is who really won?

Sure, the Republicans won the White House, but for what? The Rutherford B. Hayes administration?

The price of the presidency was giving the Democrats the core of what they wanted, especially in the south, and completely undid everything the Republican party had worked for after the Civil War.

Freed blacks in southern states were the staunchest supporters of the Republic Party, and they were all but abandoned. So much of what the United States went through in the 20th and even the 21st century can be tied directly to the decisions made around the election of 1876.

Most American’s today have no clue who Rutherford Hayes or Samuel Tilden were, yet the results of this most contentious election in US history, though mostly forgotten, are with us today.

The executive producer of Everything Everywhere Daily is James Makkala

Today’s listener review comes from Randy IV in the United States. He writes:

My Favorite Daily Podcast

Love this podcast and have listened to and enjoyed every episode. Something new and wildly different every day. Episode are short and fun and is now how I start each day. Merci

Thank you, Randy, and thanks to all of you who listen. Remember, if you leave a five star review over on Apple Podcasts, you can have it read on the show.

Everything Everywhere is also a podcast!


Five Things to Know About the 1876 Presidential Election

On election night, Republican presidential candidate and Ohio governor Rutherford B. Hayes was losing so badly that he prepared his concession speech before turning in for the night. His party chairman went to bed with a bottle of whiskey. “We soon fell into a refreshing sleep,” Hayes later wrote in his diary about the events of November 7, 1876. “[T]he affair seemed over.”

But after four months of fierce debate and negotiations, Hayes would be sworn into office as 19th president of the United States. Historians often describe his narrow, controversial win over Democrat Samuel J. Tilden as one of the most bitterly contested presidential elections in history.

This week, the events of the 1876 presidential race have once again come under scrutiny. As Jason Slotkin reports for NPR, a group of Senate Republicans announced that they will vote to reject electors from states they consider disputed if Congress does not form a commission to investigate their claims of voter fraud. Though these claims are unfounded, the lawmakers cite the 1876 election as precedent for their actions.

In 1876, “the elections in three states—Florida, Louisiana, and South Carolina—were alleged to have been conducted illegally,” the senators write in a statement. “In 1877, Congress did not ignore those allegations, nor did the media simply dismiss those raising them as radicals trying to undermine democracy. … We should follow that precedent.”

The comparison drew criticism from scholars, including Penn State University political scientist Mary E. Stuckey, who tells the Nouvelles de Dallas that it’s “historically misleading.” For starters, the electoral college result was incredibly tight: Just one electoral vote separated the candidates. What sets the election of 1876 apart from the election of 2020 the most is that lawmakers had ample evidence of widespread voter repression against newly enfranchised African Americans in the post-Confederacy South —and therefore good reason to doubt the veracity of election results. Historian Kate Masur, also speaking with the Nouvelles de Dallas, says that “ there was not a clear cut result being delivered to Congress of what had happened at the state level, and so that ’ s why Congress decided it was a huge crisis. ”

The 1876 election also has a fraught legacy: After months of bitter fighting, lawmakers made a fateful compromise that put Hayes in office by effectively ending Reconstruction, leading to a century of intensified racial segregation in the South.

Here are five key things to know about the presidential election of 1876.

1. The candidates were a reform-minded Democrat and a Reconstructionist Republican.

Hayes, a lawyer, businessman and abolitionist, was a war hero who had fought in the U.S. Army during the Civil War. He went on to serve in Congress and later as Ohio’s governor, where he championed African American suffrage, as Robert D. Johnson writes for the Miller Center of Public Affairs.

Running on the Democratic ticket was Tilden, an Ivy League graduate who appealed to voters with a successful anti-corruption track record during his tenure as New York’s governor. In the years since the Civil War ended in 1865, Democrats, whose voter base resided in the former Confederacy, had been partly shut out of the political sphere now, with Republican Ulysses S. Grant facing charges of corruption, Tilden’s reform-minded candidacy seemed like a well-timed opportunity for Democrats to regain political power, as Gilbert King wrote for Smithsonian magazine in 2012.

This October 1876 political cartoon by A. B. Frost in L'hebdomadaire de Harper was titled "Of Course He Wants to Vote the Democratic Ticket." (Indiana University Bloomington)

2. Voter suppression was rampant in the post-Confederacy South.

Many historians argue that if votes had been counted accurately and fairly in Southern states, Hayes might have won the 1876 election outright. “[I]f you had a fair election in the south, a peaceful election, there’s no question that the Republican Hayes would have won a totally legitimate and indisputable victory,” Eric Foner, a preeminent historian of the Civil War and Reconstruction, told the Gardien’s Martin Pengelly in August.

But the election process in Southern states was rife with voter fraud—on the part of both parties—and marked by violent voter suppression against black Americans. Under Reconstruction, African Americans had achieved unprecedented political power , and new federal legislation sought to provide a modicum of economic equality for newly enfranchised people.

In response, white Southerners rebelled against African Americans’ newfound power and sought to intimate and disenfranchise black voters through violence, Ronald G. Shafer reported in November for the Washington Post. In the months during and preceding the election, mobs known as “red shirts” patrolled voting stations and threatened, bribed and murdered black voters.

3. Election results were a mess.

Just a few days following the election, Tilden appeared poised to narrowly clinch the election. He had captured 51.5 percent of the popular vote to Hayes’s 48 percent, a margin of about 250,000 votes.

Tilden needed just one more vote in the electoral college to reach the 185 electoral votes necessary for the presidency. Hayes, meanwhile, had 165. Election returns from three Republican-controlled Southern states—Louisiana, Florida and South Carolina—were divided, with both sides declaring victory.

Hayes’ proponents realized that those contested votes could sway the election. They seized the uncertainty of the moment, encouraging Republican leaders in the three states to stall, and argued that if black voters hadn’t been intimidated away from the polls—and if voter fraud hadn’t been as rampant—Hayes would have won the contested states. With a Republican-controlled Senate, a Democrat-controlled House and no clear presidential winner, Congress was thrown into chaos.

This illustrated editorial, "The Political Farce of 1876," argues that the "fraud" election "defeated the will of the American people, as expressed through the Ballot box." (Bibliothèque du Congrès)

4. Secret deals, backroom debates and new rules decided the election.

In an unprecedented move, Congress decided to create an extralegal “Election Commission” composed of five senators, five House members and five Supreme Court justices. In late January, the commission voted 8-7 along party lines that Hayes had won all the contested states, and therefore the presidency, by just one electoral vote.

Furious Democrats refused to accept the ruling and threatened a filibuster. So, in long meetings behind closed doors, Democrats and Hayes’ Republican allies hashed out what came to be known as the Compromise of 1877: the informal but binding agreement that made Hayes president on the condition that he end Reconstruction in the South.

Finally, just after 4 a.m. on March 2, 1877, the Senate president declared Hayes the president-elect of the United States. Hayes—dubbed “His Fraudulency” by a bitter Democratic press—would be publicly inaugurated just two days later.

Ten years later, the debacle would also result in a long-overdue law: the Electoral Count Act of 1887, which codified electoral college procedure, as Shafer reports for the Poster.

5. Hayes secured his win by agreeing to end Reconstruction.

Just two months after his inauguration, Hayes made good on his compromise and ordered the removal of the last federal troops from Louisiana. These troops had been in place since the end of the Civil War and had helped enforce the civil and legal rights of many formerly enslaved individuals.

With this new deal, Hayes ended the Reconstruction era and ushered in a period of Southern “home rule.” Soon, a reactionary, unfettered white supremacist rule rose to power in many Southern states. In the absence of federal intervention over the next several decades, hate groups such as the Ku Klux Klan flourished, and states enacted racist Jim Crow laws whose impacts continue to be felt today.

“As a result,” wrote King for Smithsonian, “the 1876 presidential election provided the foundation for America’s political landscape, as well as race relations, for the next 100 years.”


Élection de 1876

Both major political parties were influenced by the Grant-era corruption and sought to nominate candidates who could win the public trust. The Democrats turned to Samuel J. Tilden, who had established an enviable record as the reform-minded governor of New York. Tilden was on record as favoring the removal of the remaining federal occupation soldiers from the South, a position regarded favorably by his supporters in that region. The Republicans passed over the frontrunner, James G. Blaine, because of his participation in some questionable dealings. The nomination was eventually given to the respected governor of Ohio, Rutherford B. Hayes. While the platform called for taking steps to assure black equality, Hayes was skeptical at best. Attacks were made on Tilden's questionable health and his ties to the railroads. Peter Cooper, 85 years of age, received the nomination from the National Greenback Party. The election results left the nation in suspense. All agreed that Tilden had won the majority of the popular vote, but there was little agreement on what the electoral results should be. In order to win, a candidate needed 185 electoral votes. Tilden controlled 184 votes and Hayes 165 20 votes, however, were in dispute in South Carolina, Louisiana, and Florida, where Reconstruction Republican governments were still in control. (A single elector was challenged in Oregon.) Each of the states with disputed votes submitted two sets of electoral ballots, one favoring Tilden, the other Hayes. The Constitution had not foreseen this event and offered no remedy. Loose talk was heard in some quarters about the possibility of war breaking out. In the end, Congress opted to appoint an "impartial" Electoral Commission to find a solution. An informal agreement between the two parties, sometimes called the "Compromise of 1877," convinced the Democrats that they should accept the Commission's 8-7 vote, which made Hayes the new president.


What role did Congress have in influencing the 1876 presidential election? A. They vetoed the Democratic nominee during the election B. Congress would reinforce Reconstruction plans against the South C. They made a deal to vote for Hayes and help rebuild the South D. Congress would falsify who won the popular vote​

The results of the U.S. presidential election of 1876 were a mess. A Democratic candidate had emerged with the lead in the popular vote, but 19 electoral votes from four states were in dispute. In 1877, Congress convened to settle the election—and their solution proved to be the beginning of the end for Reconstruction in the south

hitler's "rise" can be considered to have ended in march 1933, after the reichstag adopted the enabling act of 1933 in that month. president paul von hindenburg had already appointedhitler as chancellor on 30 january 1933 after a series of parliamentary elections and associated backroom intrigues.

four sitting presidents have been assassinated while in office but the first was abraham lincoln,


Voir la vidéo: Voter fraud, suppression and partisanship: A look at the 1876 election (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Kumi

    Concurrence absolument décontractée

  2. Kannan

    Je suis désolé, mais je pense que vous faites une erreur. Discutons de cela. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.

  3. Gow

    HOURRA!!! HOURRA!!!!!! HOURRA!!!!!!!!

  4. Faem

    Et tout, mais les variantes?



Écrire un message