Podcasts sur l'histoire

Photos : Hiroshima et Nagasaki, avant et après les bombes

Photos : Hiroshima et Nagasaki, avant et après les bombes


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Début août 1945, la guerre a changé à jamais lorsque les États-Unis ont largué deux bombes atomiques sur le Japon, dévastant les villes d'Hiroshima et de Nagasaki et tuant plus de 100 000 personnes. L'objectif immédiat de l'Amérique était d'accélérer la capitulation du Japon, de mettre fin à la Seconde Guerre mondiale et d'éviter de nouvelles pertes alliées. Mais il voulait aussi montrer au monde, à l'Union soviétique en particulier, le pouvoir extrêmement destructeur de sa nouvelle technologie. Les images d'Hiroshima et de Nagasaki ci-dessous illustrent ce pouvoir : ce que l'empereur du Japon Hirohito a appelé dans sa déclaration de capitulation « une nouvelle et la plus cruelle bombe ».

Hiroshima : avant et après

Vue aérienne d'Hiroshima, Japon

Le 6 août 1945, à 8 h 15, l'équipage du bombardier B-29 Enola Gay a largué la première bombe atomique de guerre sur Hiroshima, au Japon, une plaque tournante régionale animée qui servait d'important centre de communication militaire, de dépôt de stockage et de troupes. zone de rassemblement. La bombe, nommée "Little Boy", a explosé avec environ 15 000 tonnes de TNT, détruisant cinq miles carrés de la ville et tuant directement quelque 70 000 personnes. Le nombre définitif de victimes reste inconnu ; à la fin de 1945, les blessures et la maladie des radiations avaient porté le nombre de morts à plus de 100 000. Au cours des années suivantes, le cancer et d'autres effets à long terme des rayonnements ont régulièrement augmenté ce nombre.

Nagasaki : avant et après

Vue aérienne de Nagasaki, Japon

Trois jours après la destruction d'Hiroshima, un autre bombardier américain a largué sa charge utile au-dessus de Nagasaki, à quelque 185 miles au sud-ouest d'Hiroshima, à 11h02. obscurci par les nuages. L'explosif de Nagasaki, une bombe au plutonium portant le nom de code "Fat Man", pesait près de 10 000 livres et a été construit pour produire une explosion de 22 kilotonnes. Sa force destructrice a anéanti environ 30 pour cent de la ville. Quelque 60 000 à 80 000 personnes sont mortes à Nagasaki, à la fois d'une exposition directe et d'effets secondaires à long terme des radiations.

VOIR PLUS : Photos du bombardement d'Hiroshima et de Nagasaki

















EN SAVOIR PLUS sur Hiroshima et Nagasaki sur notre site :


Les bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki

Image de surveillance d'Hiroshima avant le 6 août 1945

Hiroshima (6 août 1945) - Sauf indication contraire, les temps sont à l'heure de Tinian, une heure avant Hiroshima

0245- Tôt le matin à Tinian, le B-29 Superfortress Enola Gay et son équipage de 12 personnes décollent avec la bombe à l'uranium Little Boy à bord. L'Enola Gay est accompagné de deux avions d'observation, The Great Artiste et Necessary Evil.

0730- Enola Gay Le capitaine Paul Tibbets annonce à l'équipage : « Nous transportons la première bombe atomique au monde ».

0809- Les sirènes de raid aérien commencent à Hiroshima.

0912- Le bombardier d'Enola Gay Thomas Ferebee prend le contrôle de l'avion alors que le bombardement commence.

09:14:17- Le pont Aioi d'Hiroshima, le point cible, apparaît. Une minuterie de 60 secondes démarre.

09h15 (08h15 à Hiroshima) - Ferebee annonce "Bomb away" alors que Little Boy est libéré des pieds 31 060.

09 h 16 min 02 s (8 h 16 min 02 s à Hiroshima) - Après être tombé de l'Enola Gay pendant 43 secondes, Little Boy explose à 1 968 pieds au-dessus d'Hiroshima, à 550 pieds du pont Aioi. La fission nucléaire commence en 0,15 microseconde.

09 h 16 min 03 (8 h 16 min 03 s à Hiroshima, une seconde après la détonation) - La boule de feu atteint sa taille maximale, 900 pieds de diamètre. Le champignon atomique commence à se former. Alors que les températures au sol atteignent 7 000 degrés Fahrenheit, les bâtiments fondent et fusionnent, les tissus humains et animaux sont vaporisés. L'onde de choc se déplace à 984 miles par heure dans toutes les directions, démolissant plus des deux tiers des bâtiments d'Hiroshima dans une tempête de feu massive et en expansion. 80 000 personnes sont tuées sur le coup ou grièvement blessées. Plus de 100 000 autres mourront des effets de la bombe dans les prochains mois.

Hiroshima, 6 août 1945

1055- Les États-Unis interceptent un message japonais : "une grosse bombe de type spécial violente, donnant l'apparence du magnésium".

Les suites du bombardement atomique d'Hiroshima

1458- L'Enola Gay débarque à Tinian. La mission a duré douze heures.

1500- Les agences de presse de Tokyo rapportent une attaque sur Hiroshima. Très peu de détails sont donnés.

Hiroshima, cinq jours après le bombardement

Nagasaki (9 août 1945) - Sauf indication contraire, les heures sont à l'heure de Tinian, une heure avant Nagasaki

0347- Le B-29 Superfortress Bockscar décolle de Tinian avec à son bord la bombe au plutonium Fat Man. La cible est la ville japonaise de Kokura.

0351 et 0353- Les avions de soutien The Great Artiste et Big Stink décollent de Tinian. Deux avions d'observation météorologique, l'Enola Gay et le Laggin' Dragon sont déjà en vol.

0400- Cmdr. Fred Ashworth arme Fat Man.

1044- Bockscar arrive à Kokura. La brume rend trop difficile la localisation du point de chute.

1132- Le major Charles Sweeney, pilote de Bockscar, prend la décision de se tourner vers la cible secondaire, Nagasaki, à 95 milles au sud de Kokura.

1158- À l'arrivée au-dessus de Nagasaki, la couverture nuageuse ne permet qu'un seul point de largage, à plusieurs milles de la cible prévue. Le bombardier Kermit Beahan sort Fat Man.

Nagasaki après le bombardement atomique

1202 (11h02 à Nagasaki) - Fat Man explose à 500 mètres au-dessus de la ville. Entre 40 000 et 75 000 personnes meurent instantanément. La bombe crée un rayon d'explosion d'un mile de large. La géographie de Nagasaki empêche une destruction à la même échelle qu'Hiroshima, pourtant près de la moitié de la ville est anéantie.


Hiroshima et Nagasaki : photos des ruines

Hiroshima, 1945, deux mois après le bombardement du 6 août.

Bernard Hoffman The LIFE Picture Collection/Shutterstock

Écrit par : Ben Cosgrove

Une scène partagée par tous les conflits les plus sanglants du 20e siècle pourrait avoir été retirée directement de Le guerrier de la route, ou une pièce de Beckett : des bâtiments de paysage spectraux ont effacé des arbres détruits des terres en friche sans vie. Les photographies de cette galerie, par exemple, des images qui font clairement référence à tous les panoramas sombres et battus par la guerre, de Gettysburg à Verdun, à Stalingrad, au réservoir de Chosin et à Pork Chop Hill, ont été réalisées en septembre 1945, à Hiroshima et Nagasaki, au Japon.

Mais loin de relater les séquelles d'une campagne soutenue de slogging, ces images, dont aucune n'a été publiée dans le magazine LIFE, dépeignent la dévastation produite en quelques secondes historiquement violentes. Ici, LIFE.com présente des photos des deux villes prises dans les semaines et les mois qui ont suivi les attentats à la bombe qui ont tué au total 120 000 personnes, et des dizaines de milliers d'autres à la suite de blessures et de maladies causées par les radiations. Sont également inclus des scans de notes dactylographiées du photographe Bernard Hoffman - des notes discrètement révélatrices comme celle qu'il a écrite le 3 septembre 1945 à l'éditeur d'images de longue date de LIFE, Wilson Hicks :

Nous avons vu Hiroshima aujourd'hui ou le peu qu'il en reste. Nous avons été tellement choqués par ce que nous avons vu que la plupart d'entre nous ont eu envie de pleurer non par sympathie pour les Japonais, mais parce que nous étions révoltés par cette nouvelle et terrible forme de destruction. Par rapport à Hiroshima, Berlin, Hambourg et Cologne sont pratiquement intacts. . . L'odeur douceâtre de la mort est partout.

Vous trouverez ci-dessous des extraits de divers numéros de LIFE publiés après la guerre qui traduisent les réactions puissantes et discordantes - soulagement, horreur, fierté, peur - que les bombardements et la victoire tant attendue sur le Japon ont déclenchées. Aujourd'hui, alors que l'Amérique et le Japon sont, pour la plupart, des alliés fidèles, des partenaires commerciaux et de fervents fans des biens, des aliments et de la culture populaire de l'autre, les mots et les sentiments ci-dessous rappellent vivement que la Seconde Guerre mondiale est une guerre sanglante. et compliqué morceau de l'histoire.

« Dans les vagues suivantes [après l'explosion initiale], les corps des gens ont été terriblement pressés, puis leurs organes internes se sont rompus. Ensuite, l'explosion a soufflé les corps brisés à 500 à 1 000 milles à l'heure à travers l'air enflammé et rempli de gravats. Pratiquement tout le monde dans un rayon de 6 500 pieds a été tué ou grièvement blessé et tous les bâtiments ont été écrasés ou éventrées.” Extrait de l'article “Atom Bomb Effects,” LIFE magazine, 3/11/1946

Le premier ministre du Japon, le prince Higashi-Kuni. . . le 5 septembre rendit un hommage désespéré à la bombe atomique : « Cette arme formidable allait probablement entraîner l'anéantissement du peuple japonais. » La bombe atomique, indiqua-t-il, était l'incitation immédiate à la capitulation. . . .” Tiré de “What Ended the War,” LIFE magazine, 17/09/1945

“Un membre d'équipage nous a accueillis à la porte, un grand sourire sur son visage. « Le rapport de grève est arrivé », a-t-il déclaré. ‘Ils l'ont lâché sur Nagasaki.’ Le colonel a été surpris. "C'était la troisième cible", a-t-il déclaré. A l'intérieur de la hutte, tout le monde était joyeux. Les hommes pensaient que Sweeney [le major Charles W. Sweeney, qui commandait le bombardier B-29, Bockscar] atteindrait Okinawa depuis Nagasaki, ou au moins plongerait dans la mer près de là et serait récupéré par un avion de sauvetage de la Marine. Nous avons appris plus tard que Sweeney avait atteint Okinawa avec « assez d'essence pour remplir un briquet ». Extrait de “The Week the War Ended,” LIFE magazine, 17/07/1950, par le journaliste Robert Schwartz

« Les médecins japonais ont déclaré que ceux qui avaient été tués par l'explosion elle-même sont morts sur le coup. Mais à l'heure actuelle, selon ces médecins, ceux qui n'avaient subi que de petites brûlures ont perdu l'appétit, leurs cheveux tombent, leurs gencives saignent. Ils ont développé des températures de 104, vomi du sang et sont morts. Il a été découvert qu'ils avaient perdu 86 pour cent de leurs globules blancs. La semaine dernière, les Japonais ont annoncé que le nombre de morts à Hiroshima était passé à 125 000. Extrait de l'article “What Ended the War,” LIFE magazine, 17/09/1945

“Je n'ai jamais entendu un homme enrôlé dans le 509e utiliser les mots ‘bombe atomique’ ou ‘bombe atomique’ ou ‘A-bomb.’ Tout le monde dans l'escadron l'appelait ‘The Gimmick.&# 8217 Pendant les mois de leur travail secret, ils devaient avoir un nom pour le vague quelque chose sur lequel ils étaient censés travailler, et quand quelqu'un l'appelait ‘The Gimmick’ ce nom est resté.” Extrait de l'article “The Week the War Ended,” LIFE magazine, 17/07/1950

“Lorsque la bombe [Nagasaki] a explosé, un aviateur d'une autre mission à 250 miles de là a vu une énorme boule de feu jaune éclater. D'autres, plus proches, ont vu un gros champignon de poussière et de fumée s'élever sombrement jusqu'à 20 000 pieds, puis la même tête flottante détachée qu'à Hiroshima. Douze heures plus tard, Nagasaki était une masse de flammes, pâle par une fumée âcre, son bûcher encore visible pour les pilotes à 200 milles de distance. Les bombardiers ont signalé que de la fumée noire avait jailli comme une énorme et affreuse trombe d'eau. Avec une satisfaction sinistre, [les physiciens] ont déclaré que la deuxième bombe atomique "améliorée" avait déjà rendu la première obsolète. Extrait de l'article "Fin de la guerre" du magazine LIFE, 20/08/1945

Liz Ronk a édité cette galerie pour LIFE.com. Suivez-la sur Twitter à @LizabethRonk.

Cathédrale d'Urakami (catholique romaine), Nagasaki, septembre 1945.

Bernard Hoffman The LIFE Picture Collection/Shutterstock

Nagasaki, septembre 1945.

Bernard Hoffman The LIFE Picture Collection/Shutterstock

Tramway d'Hiroshima, septembre 1945.

J. R. Eyerman The LIFE Picture Collection/Shutterstock

Nagasaki, Japon, septembre 1945.

Bernard Hoffman The LIFE Picture Collection/Shutterstock

Un album photo, des morceaux de poterie, une paire de ciseaux et des éclats de vie éparpillés sur le sol à Nagasaki, 1945.

Bernard Hoffman The LIFE Picture Collection/Shutterstock

Des notes de Bernard Hoffman de LIFE à l'éditeur d'images de longue date du magazine, Wilson Hicks, à New York, en septembre 1945.

Images de la vie/Shutterstock

Hiroshima, 1945.

Bernard Hoffman The LIFE Picture Collection/Shutterstock

Nagasaki, 1945, quelques mois après qu'un B-29 américain a largué une bombe atomique, nommée "Fat Man", sur la ville.

Alfred Eisenstaedt The LIFE Picture Collection/Shutterstock

Le paysage autour de la cathédrale d'Urakami, Nagasaki, septembre 1945.

Bernard Hoffman The LIFE Picture Collection/Shutterstock

Des notes de Bernard Hoffman de LIFE à l'éditeur d'images de longue date du magazine, Wilson Hicks, à New York, en septembre 1945.

Images de la vie/Shutterstock

Un quartier réduit en ruines par l'explosion d'une bombe atomique, Hiroshima, 1945.

Bernard Hoffman The LIFE Picture Collection/Shutterstock

Un buste devant une cathédrale détruite à trois kilomètres du site de l'explosion de la bombe atomique, Nagasaki, Japon, 1945.

Bernard Hoffman The LIFE Picture Collection/Shutterstock

Hiroshima, 1945, deux mois après le bombardement du 6 août.

Bernard Hoffman The LIFE Picture Collection/Shutterstock

Nagasaki, 1945.

Alfred Eisenstaedt The LIFE Picture Collection/Shutterstock

Deux femmes ont rendu hommage dans un cimetière en ruine, Nagasaki, 1945.

Alfred Eisenstaedt The LIFE Picture Collection/Shutterstock


Hiroshima : la première ville détruite par une arme nucléaire

Le 6 août 1945, la ville japonaise d'Hiroshima est détruite par une arme nucléaire, une bombe atomique larguée par les États-Unis. Trois jours plus tard, une deuxième bombe atomique est larguée sur la ville de Nagasaki cinq jours plus tard, le Japon se rend sans condition aux États-Unis, mettant fin à la Seconde Guerre mondiale.

Les bombes atomiques ont tué plusieurs centaines de milliers de personnes, beaucoup instantanément dans l'incendie nucléaire, beaucoup plus tard avec des brûlures, des blessures et la maladie des radiations, et encore beaucoup d'autres, au fil des ans, avec des cancers et des malformations congénitales. Ces décès continuent à ce jour. Comme la plupart des villes bombardées pendant la Seconde Guerre mondiale, la majorité des habitants étaient des femmes, des enfants et des personnes âgées.

Avant le début de la guerre, le bombardement des villes était considéré comme un acte de barbarie totale, il n'y avait pas de « bombes conventionnelles » et il n'était certainement pas considéré comme « conventionnel » de cibler les populations civiles pour une destruction massive. Mais cet idéal a été brisé au début de la guerre, et finalement toutes les parties se sont engagées dans des bombardements de masse contre les villes et les civils.

Après que les nazis ont mené leurs raids de bombardement massifs contre Londres, les Britanniques ont riposté en développant des bombes incendiaires, des bombes incendiaires conçues pour incendier des villes. Les bombardiers britanniques et américains ont largué ces bombes sur 5 villes allemandes, tuant des centaines de milliers de civils allemands à Hambourg, Dresde, Kassel, Darmstadt et Stuttgart. En mars 1945, les États-Unis ont bombardé la ville de Tokyo, tuant au moins 100 000 personnes.

Au moment où les bombes atomiques ont été larguées sur le Japon, 50 millions de personnes étaient déjà mortes pendant la Seconde Guerre mondiale. Les bombardements/meurtres de populations civiles s'étaient produits si souvent qu'ils n'étaient même plus considérés comme inhabituels. Je crois que c'est peut-être la plus grande tragédie de la guerre, et cela a ouvert la voie à la guerre froide et à la course aux armements nucléaires qui a suivi.

Lorsque vous regardez ces images d'Hiroshima, n'oubliez pas qu'il y a de fortes chances qu'une arme nucléaire soit désormais ciblée sur votre propre ville et votre propre maison. Et considérez que les armes nucléaires modernes sont généralement 8 à 50 fois plus puissantes que les premières bombes atomiques qui ont détruit les villes japonaises.


8 commentaires

A cette époque, l'Union soviétique pourrait envahir le Japon. En effet, le Royaume-Uni et les États-Unis ont promis de diviser pour régner au Japon avec S.U. à la conférence de Yalta. Mais le Royaume-Uni craignait qu'une zone soviétique du Japon ne devienne le bloc par le communisme. Dans le cas des États-Unis, cela signifie l'absence de base de sécurité nationale dans le Pacifique, les États-Unis devaient donc mettre fin à la guerre contre le Japon. Cependant, le gouvernement japonais n'a pas répondu à la capitulation inconditionnelle. Par conséquent, les États-Unis ont largué une bombe atomique pour mettre fin à la guerre et empêcher les effets soviétiques. Avant la capitulation du Japon, les Soviétiques ont envahi Sakhaline et les Territoires du Nord (quatre îles). Ce problème de droits des territoires du Nord continue de faire l'objet de négociations entre la Russie et le Japon en cours. Au moins, la guerre froide s'était déjà ouverte après cet incident.

Je suis japonais et mon grand-père (il était mécanicien dans l'armée japonaise) est resté à Hiroshima à cette époque.

Une photo ("Les survivants de la première bombe atomique jamais utilisée dans la guerre attendent un traitement médical d'urgence à Hiroshima, au Japon, le 6 août 1945.") montrait la situation de la ville après qu'un soldat japonais fut transporté au centre médical d'Hiroshima. Ils ont d'abord transporté des survivants et aucun homme blessé. Le commandant japonais a ignoré les femmes et les enfants. Mon grand-père a été instruit dans un autre endroit, mais il a fait monter certains enfants dans la Jeep. Bien qu'il ait affronté huit fois des cancers après la guerre, il est toujours en vie. Mon grand-père et moi pensons que les armées japonaises pourraient continuer à se battre contre l'Amérique si l'armée américaine touchait terre sur l'île principale du Japon. C'est vrai. Et bombe empêchée d'augmenter les victimes de guerre (surtout les armées).

Après avoir regardé des produits du Pacifique de la Seconde Guerre mondiale comme "The Pacific", "Unbroken", "Windtalkers", "Flags of our Fathers" et "Letters from Iwo Jima", il est malheureux d'en arriver là. L'Amérique dévastait déjà des dizaines et des dizaines de villes japonaises avec des bombes incendiaires, avec des bombardiers B-29 Superfortress volant la nuit à basse altitude. En fait, plus de civils sont morts dans le bombardement de l'opération Meetinghouse de Tokyo en une seule nuit qu'Hiroshima et Nagasaki réunis ! Des photos et des photos de villes japonaises bombardées comme Tokyo, Osaka et Kobe, puis les ont comparées à Hiroshima et Nagasaki, et vous verrez qu'elles n'étaient pas si différentes les unes des autres.

Les batailles d'Iwo Jima et d'Okinawa et bien d'autres avant, ainsi que la propagande japonaise que nous avons menée ont cimenté l'idée que l'opération Downfall, ou invasion du Japon, serait un bain de sang aux proportions épiques. Dans sa planification, des divisions entières ont été radiées à J+5, des groupes d'armées entiers après plusieurs semaines. Le fanatisme affiché par l'Empire du Japon était que chaque homme, femme et enfant était prêt à se battre jusqu'à la mort. Le dernier refuge vivant a été trouvé en 1974-75. Il prenait son empereur au sérieux, tout comme des millions de ses compatriotes. Nous étions terrifiés et effrayés à l'idée que beaucoup plus de personnes meurent dans une guerre déclenchée par le Japon et l'Allemagne nazie en lançant une attaque massive sur le continent japonais.

L'ampleur de la Seconde Guerre mondiale, la course aux armements nucléaires entre les puissances alliées et de l'Axe et la nature de la conduite de la guerre rendaient très probable l'utilisation inévitable d'armes nucléaires. Une arme nucléaire avait quelque chose que les bombes conventionnelles n'avaient pas : une valeur de choc. Une arme nucléaire peut dévaster une ville entière en une seule frappe rapide d'un bombardier, ce qui était le contraire de milliers de bombes incendiaires faisant la même chose par des centaines de bombardiers. C'est la raison pour laquelle les frappes nucléaires sur deux villes étaient terrifiantes et sans précédent dans l'histoire de l'humanité, à tel point que les Japonais ont décidé de baisser les armes et se sont rendus, sauvant des millions de vies américaines et japonaises et la destruction de tout le pays et de sa culture.

Cela dit, prions simplement pour qu'Hiroshima et Nagasaki restent et restent les seuls cas d'armes nucléaires utilisées au combat. Les armes nucléaires n'auraient jamais dû être inventées selon l'OMI, mais elles sont là et sont là pour rester, tant que les gens auront leurs idées sur la façon de les fabriquer. Nous n'avons pas eu de guerre mondiale depuis 75 ans, et je pense que les armes nucléaires jouent un rôle majeur pour expliquer pourquoi. "Je ne sais pas avec quelles armes la troisième guerre mondiale sera combattue, mais la quatrième guerre mondiale sera combattue avec des bâtons et des pierres." - Albert Einstein.


LibertyVoter.Org

Avant les explosions atomiques de 1945, elles étaient des villes prospères et des cibles vierges. En un éclair, ils sont devenus des friches désolées.

Début août 1945, la guerre a changé à jamais lorsque les États-Unis ont largué deux bombes atomiques sur le Japon, dévastant les villes d'Hiroshima et de Nagasaki et tuant plus de 100 000 personnes. L'objectif immédiat de l'Amérique était d'accélérer la capitulation du Japon, de mettre fin à la Seconde Guerre mondiale et d'éviter de nouvelles pertes alliées. Mais il voulait aussi montrer au monde, à l'Union soviétique en particulier, le pouvoir extrêmement destructeur de sa nouvelle technologie. Les images d'Hiroshima et de Nagasaki ci-dessous illustrent ce pouvoir : ce que l'empereur du Japon Hirohito a appelé dans sa déclaration de capitulation « une nouvelle et la plus cruelle bombe ».

REGARDER: Hiroshima: 75 ans plus tard en première le dimanche 2 août à 9/8c.


Hiroshima : avant et après le bombardement atomique

Plus tard ce mois-ci, Barack Obama deviendra le premier président américain à se rendre à Hiroshima, au Japon, 71 ans après que les États-Unis ont largué la première arme atomique utilisée dans la guerre sur la ville en 1945, tuant des dizaines de milliers de personnes. Le président Obama prévoit de visiter le site avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe, mais ne présentera apparemment aucune excuse ni ne reviendra sur la décision des États-Unis de larguer la bombe. Lors de ma dernière visite aux Archives nationales, j'ai trouvé un certain nombre d'images d'Hiroshima d'avant-guerre et d'après-guerre, et je les ai rassemblées ici, un rappel brutal de ce qui s'est passé lorsqu'une arme nucléaire a explosé au-dessus d'une zone densément peuplée.

Une photographie d'avant-guerre d'Hiroshima&# x2019s, quartier commerçant du centre-ville animé près du centre-ville, face à l'est. Seuls les décombres et quelques poteaux électriques sont restés après l'explosion nucléaire et les incendies qui en ont résulté. #

Vue en amont du Motoyasugawa, vers le bâtiment du hall d'exposition des produits (dôme) à Hiroshima, avant le bombardement. Le bâtiment en forme de dôme était presque directement sous la détonation, qui s'est produite dans les airs, à environ 2 000 pieds (600 mètres) au-dessus de cet endroit. Aujourd'hui, une grande partie du bâtiment reste debout et est connue sous le nom de Dôme de la bombe atomique ou Mémorial de la paix d'Hiroshima. #

En regardant vers le nord-est le long de Teramachi, la rue des temples, à Hiroshima d'avant-guerre. Ce quartier était complètement ruiné. #

En regardant vers le nord depuis les environs du pont Aioi (le pont central en forme de T ciblé par la bombe). Des maisons en bois bordent la rive de l'Otagawa, avec des bateaux fluviaux japonais traditionnels au premier plan. #

Vue aérienne de la zone densément construite d'Hiroshima le long du Motoyasugawa, en regardant vers l'amont. À l'exception des structures de maçonnerie très lourdes, toute la zone a été dévastée. Le point zéro de la bombe atomique était en haut à droite sur la photo. #

Gare d'Hiroshima, entre 1912 et 1945. #

Une photo d'avant-guerre du port d'Ujina. Ce port relativement petit a été développé comme port d'Hiroshima et a été l'un des principaux dépôts d'embarquement de l'armée japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. #

Le 6 août 1945, un champignon atomique s'élève dans le ciel environ une heure après qu'une bombe atomique a été larguée par un bombardier américain B-29, l'Enola Gay, explosant au-dessus d'Hiroshima, au Japon. Près de 80 000 personnes auraient été tuées sur le coup, et peut-être 60 000 autres survivants mourraient de blessures et d'exposition aux radiations en 1950. #

Les survivants de la première bombe atomique jamais utilisée dans la guerre attendent des soins médicaux d'urgence à Hiroshima, au Japon, le 6 août 1945. #

Peu de temps après le largage de la bombe atomique sur la ville japonaise d'Hiroshima, les survivants reçoivent des soins d'urgence des médecins militaires le 6 août 1945. #

Des civils se rassemblent devant les ruines de la gare d'Hiroshima, des mois après le bombardement. #

Les troupes japonaises se reposent dans la gare d'Hiroshima après l'explosion de la bombe atomique. #

Les tramways, les cyclistes et les piétons se frayent un chemin à travers l'épave d'Hiroshima. #

L'un des nombreux camions de pompiers japonais transférés à Hiroshima peu après le bombardement. #

Hiroshima après le bombardement. #

Une Japonaise et son enfant, victimes du bombardement atomique d'Hiroshima, sont allongés sur une couverture sur le sol d'un bâtiment bancaire endommagé converti en hôpital et situé près du centre de la ville dévastée, le 6 octobre 1945. #

Le paysage dévasté d'Hiroshima, des mois après le bombardement. #

𠇍irection de l'explosion” Marques à la craie et contours des pieds d'une victime prise dans l'explosion. La chaleur intense de l'éclair initial de la détonation a brûlé toutes les surfaces voisines, laissant des ombres inversées, comme celles vues sur ce pont laissées par les balustrades et par une personne qui se tenait à cet endroit. #

Caisse d'épargne postale, Hiroshima. Ombre du cadre de la fenêtre laissée sur les murs en panneaux de fibres produites par l'éclair de la détonation. 4 octobre 1945. #

A Hiroshima, réservoirs d'essence montrant les effets d'ombre du flash sur la peinture asphaltique. #

Deux Japonais sont assis dans un bureau de fortune aménagé dans un immeuble en ruine à Hiroshima. #

L'église méthodiste brisée de Nagarekawa se dresse au milieu des ruines d'Hiroshima. #

Une immense étendue de ruines laissée après l'explosion de la bombe atomique à Hiroshima. #

Une vue aérienne d'Hiroshima, quelque temps après le largage de la bombe atomique sur cette ville japonaise. Comparez cela avec la photo d'avant-guerre numéro 5 ci-dessus. #

Un soldat japonais traverse une zone complètement nivelée d'Hiroshima en septembre 1945. #

Nous voulons savoir ce que vous pensez de cet article. Envoyez une lettre à l'éditeur ou écrivez à [email protected]


Le coût humain

La bombe atomique qui est tombée sur Hiroshima a explosé à 600 mètres au-dessus de l'hôpital de Shima. La vague de chaleur qui s'est propagée à partir de l'explosion a atteint 3 000 à 4 000 degrés centigrades. Des vents atteignant 440 mètres par seconde ont soufflé à travers la ville, créant une tempête de feu. Pour ceux qui étaient près de l'épicentre, la mort est venue rapidement.

Étonnamment, Eizō Nomura a survécu au sous-sol d'un bâtiment en béton armé à seulement 170 mètres du centre de l'explosion. Akiko Takakura était dans la banque d'Hiroshima à 300 mètres et a également été sauvé. Ils étaient les chanceux.

Unsplash / Fezbot2000

Beaucoup de ceux qui ont survécu à l'impact initial ont subi des blessures horribles. Ceux qui le pouvaient sortirent de la ville mais s'effondrèrent et moururent de brûlures et d'épuisement. Immédiatement après Hiroshima, des soins ont été prodigués aux blessés et aux mourants, mais les radiations auxquelles ils avaient été exposés auraient des conséquences à long terme.

Un empoisonnement par rayonnement a rapidement affecté les survivants, provoquant la chute de leurs cheveux et le saignement de leurs gencives. Une telle exposition à des quantités élevées de rayonnement a également eu des effets continus. Une grande partie de la population qui a survécu mourrait plus tard du cancer et d'autres maladies graves dues à des dommages génétiques. Une étude récente a estimé que plus de 200 000 décès sont survenus en raison des effets de la bombe qui est tombée sur Hiroshima.


La misère, de près

Les survivants des bombardements atomiques utilisaient souvent le terme pika-don. Il se traduit par « flash-bang » ou « flash-boom » et décrit comment les armes nucléaires produisent une lumière aveuglante avant une explosion.

Même si de nombreux Américains ont associé les attentats à la bombe aux nuages ​​​​champignons à plusieurs étages qu'ils ont produits, les survivants japonais ont découvert que leur terme "capturait la vue éblouissante et le son tonitruant de la misère qu'ils ont vécue de près", a écrit l'historien de l'Université du Texas Michael B. Stoff dans un essai pour le nouveau livre.

Lorsque les deux bombes ont explosé, la chaleur thermique des explosions a brûlé la peau humaine et vaporisé instantanément certaines personnes. "Plus vous étiez proche du point zéro et plus vous étiez exposé, plus vous risquiez de mourir horriblement, mais moins vous étiez susceptible d'en être conscient", a écrit le professeur Stoff.

Ceux qui ont survécu se sont réveillés dans un paysage lunaire.

À Hiroshima, environ 140 000 des 350 000 habitants de la ville ont été tués et la grande majorité des structures ont été endommagées ou détruites. Des sous-marins de la marine japonaise ont été abandonnés dans une baie voisine.


PHOTOS : Le bombardement d'Hiroshima, le 6 août 1945

Le pilote de bombardier américain Paul W. Tibbets Jr. (au centre) se tient avec l'équipe au sol du bombardier 'Enola Gay' que Tibbets a piloté lors du bombardement atomique d'Hiroshima, sur l'île de Tinian, dans les Mariannes du Nord, en août 1945. L'équipe au sol comprend (à gauche à droite) mécanicien moteur Le soldat Harold Olsen, le caporal John Jackson, le chef d'équipe Le sergent d'état-major Walter McCaleb, Tibbets, le mécanicien moteur Le sergent Leonard Markley, le mécanicien moteur Le sergent Jean Cooper, le mécanicien moteur Le soldat John Lesnieski. Environ 120 000 personnes ont été tuées sur le coup par une seule bombe atomique (appelée 'Little Man') et près d'un quart de million au fil du temps à cause des blessures et des effets des radiations.

Bombe Little Boy sur l'île de Tinian, août 1945.

Nuage champignon au-dessus d'Hiroshima, le 6 août 1945.

Le colonel Paul Tibbets Jr, le pilote du bombardier B-29 'Enola Gay', qui a largué la bombe atomique sur les vagues d'Hiroshima depuis le cockpit avant le décollage.

Dans cette photo d'archive du 6 août 1945, la fumée s'élève à environ 20 000 pieds au-dessus d'Hiroshima, au Japon, après le largage de la première bombe atomique. En deux jours d'août 1945, des avions américains ont largué deux bombes atomiques, l'une sur Hiroshima, l'autre sur Nagasaki, la première et unique fois que des armes nucléaires ont été utilisées. Leur pouvoir destructeur était sans précédent, incinérant des bâtiments et des personnes, et laissant des cicatrices à vie sur les survivants, non seulement physiques mais aussi psychologiques, et sur les villes elles-mêmes. Quelques jours plus tard, la Seconde Guerre mondiale était terminée.

Dans cette photo d'archive du 6 août 1945, des survivants de la première bombe atomique jamais utilisée dans la guerre sont vus alors qu'ils attendent un traitement médical d'urgence à Hiroshima, au Japon. En deux jours d'août 1945, des avions américains ont largué deux bombes atomiques, l'une sur Hiroshima, l'autre sur Nagasaki, la première et unique fois que des armes nucléaires ont été utilisées. Leur pouvoir destructeur était sans précédent, incinérant des bâtiments et des personnes, et laissant des cicatrices à vie sur les survivants, non seulement physiques mais aussi psychologiques, et sur les villes elles-mêmes. Quelques jours plus tard, la Seconde Guerre mondiale était terminée.

Cette photo d'archive datée de 1945 montre la ville dévastée d'Hiroshima après le largage de la première bombe atomique par un B-29 de l'US Air Force le 6 août 1945.

Vue en plongée d'une partie de la ville d'Hiroshima après le bombardement atomique américain du 6 août 1945.

Des arbres sacrés se tiennent nus et brisés près des pierres tombales tombées au temple de Kokutaiji, à la suite du bombardement atomique américain d'Hiroshima, au Japon, le 6 août 1945.

Archives Hulton, Getty Images

Un paysage bombardé à Hiroshima, au Japon, après l'explosion de la première bombe atomique. Quelques bâtiments restants montent la garde dans une zone complètement dévastée parsemée de débris.

Une mère s'occupe de son enfant blessé, victime de l'explosion de la bombe atomique à Hiroshima.

Les victimes de l'explosion atomique sont assises dans un hôpital de fortune dans un bâtiment bancaire endommagé dans le centre d'Hiroshima.

Dévastation à Hiroshima, après le largage de la bombe atomique. Le bâtiment de droite a été conservé sous le nom de Mémorial de la paix d'Hiroshima, Dôme de la bombe atomique ou Dôme de Genbaku.

Une vue aérienne d'Hiroshima montrant la dévastation causée par une seule bombe atomique larguée sur la ville le 6 août 1945.

Hiroshima après l'explosion de la bombe atomique.

Victime du bombardement atomique d'Hiroshima.

Les conséquences de la bombe atomique larguée sur Hiroshima, au Japon, par les Américains à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les occupants du bus incendié ont tous été tués.

6 août 1945 : un bâtiment est en ruines après l'explosion de la bombe atomique à Hiroshima. (Photo par Keystone/Getty Images)

6 août 1945 : Les restes de la caserne des terrains divisionnaires de l'armée japonaise, à 400 mètres de l'endroit où la bombe atomique a atterri à Hiroshima. (Photo par Keystone/Getty Images)

6 août 1945 : Cette vue aérienne d'Hiroshima après le largage de la première bombe atomique montre la destruction totale et la dévastation causée. (Photo par Keystone/Getty Images)

Archives Hulton, Getty Images

Dommages causés par les bombes atomiques à Hiroshima.

Dommages causés par une bombe atomique à Hiroshima avec un camion de pompiers brûlé au milieu des décombres.

Le bombardier B-29 'Enola Gay' au Japon, après avoir bombardé Hiroshima.

vers 1947 : une victime du bombardement atomique américain d'Hiroshima, au Japon, montre les brûlures sur ses bras. (Photo par Keystone/Getty Images)

6th August 1945: The twisted wreckage of a theatre, located 800 meters from the epicenter of the atomic explosion at Hiroshima. (Photo par Keystone/Getty Images)

6th August 1945: An aerial view of the atomic bomb damage at Hiroshima. (Photo par Keystone/Getty Images)

Wreckage of buildings in Hiroshima after the dropping of the atomic bomb . (Photo par Keystone/Getty Images)

circa 1947: Yoshie Amaha, a patient at the Tokyo Imperial University Hospital, displaying injuries suffered as a result of the atomic bomb that was dropped on Hiroshima on the 6th August 1945. (Photo by Keystone/Getty Images)

Hulton Archive, Getty Images

6th September 1945: Hiroshima one month after the atomic bomb was dropped. In the background is the dome of the Hiroshima Observatory which survived the explosion and remains as a shrine to the event. (Photo by Hulton Archive/Getty Images)

A file photo dated 1945 of the devastated city of Hiroshima after the first atomic bomb was dropped by a U.S. Air Force B-29, 06 Aug. 1945.

This file photo dated 1948 shows the devastated city of Hiroshima some three years after the US dropped an atomic bomb on the city, 06 Aug. 1945, at the end of World War II.

Nippon Eiga Shinsha, The Associated Press

A man walks in the rubble near the remains of the Hiroshima Chamber of Commerce and Industry building, now known as the Atomic-Bombing Dome, in this image made from a newly recovered movie footage of the western Japanese city shot weeks after the Aug. 6, 1945 atomic bombing. The two-hour black-and-white film - taken by an Education Ministry mission - is the latest chapter in the city's half-century quest to recover bits and pieces of a pivotal day in history.

In this Sept. 8, 1945 file photo, only a handful of buildings remain standing amid the wasteland of Hiroshima, the Japanese city reduced to rubble following the first atomic bomb to be dropped in warfare. On Aug. 6, 1945, a U.S. plane dropped an atomic bomb on Hiroshima, the first nuclear weapon has been used in war. Japan surrendered on Aug. 15, ending World War II.

This Aug. 6, 1945 file photo, shows the destruction from the explosion of an atomic bomb in Hiroshima, Japan. The 70th anniversary of the atomic bombings of Hiroshima and Nagasaki are being marked with memorial services, peace concerts and art exhibits. More than 200,000 people died in the two blasts, which were the first wartime uses of nuclear weapons and which led to Japan's surrender and the end of World War II.

Hiroshima Peace Memorial Museum/Getty Images

This handout picture taken on Aug. 6, 1945 by US Army and released from Hiroshima Peace Memorial Museum shows a mushroom cloud of the atomic bomb dropped by B-29 bomber Enola Gay over the city of Hiroshima. Charred bodies bobbed in the brackish waters that flowed through Hiroshima 70 years ago this week, after a once-vibrant Japanese city was consumed by the searing heat of the world's first nuclear attack. About 140,000 people are estimated to have been killed in the attack, including those who survived the bombing itself but died soon afterward due to severe radiation exposure. AFP PHOTO / HIROSHIMA PEACE MEMORIAL MUSEUM/AFP/Getty Images

In the early morning hours of August 6, 1945, a B-29 bomber named Enola Gay took off from the island of Tinian and headed north by northwest toward Japan. The bomber’s primary target was the city of Hiroshima, located on the deltas of southwestern Honshu Island facing the Inland Sea. Hiroshima had a civilian population of almost 300,000 and was an important military center, containing about 43,000 soldiers.

The bomber, piloted by the commander of the 509th Composite Group, Colonel Paul Tibbets, flew at low altitude on automatic pilot before climbing to 31,000 feet as it neared the target area. At approximately 8:15 a.m. Hiroshima time the Enola Gay released “Little Boy,” its 9,700-pound uranium gun-type bomb, over the city. Tibbets immediately dove away to avoid the anticipated shock wave. Forty-three seconds later, a huge explosion lit the morning sky as Little Boy detonated 1,900 feet above the city, directly over a parade field where soldiers of the Japanese Second Army were doing calisthenics.

Though already eleven and a half miles away, the Enola Gay was rocked by the blast. At first, Tibbets thought he was taking flak. After a secondEnola Gay returning from Hiroshima mission, Tinian Field, August 6, 1945 shock wave (reflected from the ground) hit the plane, the crew looked back at Hiroshima. “The city was hidden by that awful cloud . . . boiling up, mushrooming, terrible and incredibly tall,” Tibbets recalled. The yield of the explosion was later estimated at 15 kilotons (the equivalent of 15,000 tons of TNT).


Voir la vidéo: 6 août 1945 à Hiroshima. Archive INA (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Daron

    Oppa. Trouvé par hasard. L'Internet est une grande chose. Merci à l'auteur.

  2. Abdul-Latif

    SUPER!!! Tomber !!!

  3. Shakajin

    J'ai trouvé le site avec vous une question intéressante.

  4. Jeriel

    Bravo, ta phrase est juste géniale

  5. Kejin

    Je confirme. Je me suis joint à tous ci-dessus. Nous pouvons communiquer sur ce thème.

  6. Ricardo

    Je pense qu'il y a toujours une possibilité.



Écrire un message