Podcasts sur l'histoire

Buffalo Bill : forts, combats et autres sites, Jeff Barnes

Buffalo Bill : forts, combats et autres sites, Jeff Barnes


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Buffalo Bill : forts, combats et autres sites, Jeff Barnes

Buffalo Bill : forts, combats et autres sites, Jeff Barnes

Buffalo Bill Cody est l'une des figures les plus célèbres du Far West et, plus tard, dans sa carrière dans le show-business, il a joué un rôle majeur dans la création de son image. Au cours de sa carrière, il a travaillé sur des trains de wagons, avec le poney express, en tant qu'éclaireur militaire et civil, chasseur de bisons, éleveur et surtout en tant qu'interprète et impresario de spectacles se déroulant dans le Far West.

Le livre est destiné à servir de guide de voyage. Il est principalement organisé chronologiquement, donc peut être lu comme une biographie, mais aussi géographiquement, donc certains chapitres couvrent une période assez longue. En conséquence, certains incidents semblent être présentés dans le désordre - nous remontons dans le temps pour couvrir les derniers jours de Sitting Bull par exemple, mais c'est parce que le chapitre précédent a en fait commencé avec du matériel d'une date antérieure mais a suivi cette partie du histoire jusqu'à sa fin.

D'un point de vue militaire, Cody a combattu pendant la guerre de Sécession, bien qu'en raison de sa jeunesse seulement à un rang inférieur et pendant une période limitée plus tard dans la guerre. Il était plus important dans les guerres indiennes, où il était présent ou à proximité de plusieurs des incidents les plus célèbres (sa carrière ultérieure aide à expliquer pourquoi certains incidents sont devenus si connus).

Plus d'espace est consacré à son temps en tant que scout et à sa carrière ultérieure dans le show-business. Un effet secondaire de sa renommée ultérieure est que Buffalo Bill et d'autres ont commencé à embellir ou même à inventer des incidents. Barnes a choisi d'inclure à la fois les histoires vérifiables et les plus divertissantes des histoires les moins fiables, avec un examen des sources pour ces dernières. Je suis d'accord avec cette approche, qui permet à l'auteur d'inclure des histoires fascinantes qui nous en disent long sur la façon dont Cody voulait être vu et comment les autres le voyaient.

De nombreux bâtiments associés à Buffalo Bill ont survécu (bien que plusieurs aient été déplacés depuis son époque), le guide comprend donc plusieurs de ses maisons et ranchs.

Je ne peux pas vraiment commenter l'aspect guide du livre car je n'ai jamais visité les domaines couverts, mais ces sections sont convaincantes. Pour les non-visiteurs, il y a beaucoup d'images et d'estampes contemporaines, et par conséquent, le livre donne une bonne idée du monde physique dans lequel Cody habitait.

Chapitres
Les Cody arrivent dans l'Iowa
Le déménagement au Kansas
Expédition sur les plaines
Le Pony Express et Will Cody
Cody dans la guerre civile
Scoutisme des plaines du sud
Bill et le buffle
Une maison à Fort McPherson
La bataille de Summit Springs
Cody et les grandes chasses au bison
La chasse royale au bison de 1872
Un avant-goût de la renommée
La route de Warbonnet
Derniers jours en tant que scout
L'Imprésario Rancher
North Platte : la maison sur les plaines
La naissance du Far West
En route pour Omaha
Le Far West de Buffalo Bill
Fort Yates et le sauvetage de Sitting Bull
Genou blessé
Buffalo Bill va au Wyoming
Denver et la fin du sentier
Se souvenir de Buffalo Bill
Annexe : Citations de William F. Cody

Auteur : Jeff Barnes
Édition : Broché
Pages : 256
Éditeur : Stackpole
Année 2014



Buffalo Bill : Forts, combats et autres sites, Jeff Barnes - Histoire

La bibliothèque de recherche McCracken du Buffalo Bill Center of the West suggère la bibliographie suivante pour une lecture plus approfondie sur William F. Cody.

Barnes, Jeff. Le guide des grandes plaines de Buffalo Bill : forts, combats et autres sites. Mechanicsburg, Pennsylvanie : Stackpole Books, 2014.

Pierre noire, Sarah J. L'affaire d'être Buffalo Bill : certaines lettres de William F. Cody, 1879-1917. NY : Praeger, 1988.

Bonner, Robert. L'empire du Wyoming de William F. Cody : le Buffalo Bill que personne ne connaît. Norman : University of Oklahoma Press, 2007.

Bridger, Bobby. Buffalo Bill et Sitting Bull : inventer le Far West. Austin : University of Texas Press, 2002.

Buffalo Bill et le Far West. Exposition du Brooklyn Museum [and] Museum of Art, Carnegie Institute, Buffalo Bill Historical Center sponsorisée par Philip Morris et la Seven-Up Company Brooklyn, NY : Brooklyn Museum [Pittsburgh, Penn.] distribuée par University of Pittsburgh Press, 1981.

Burke, John M. et Chris Dixon. Buffalo Bill de la prairie au palais. Lincoln : University of Nebraska Press, 2012.

Carter, Robert A. Buffalo Bill Cody : L'homme derrière la légende. NY : Wiley, 2000.

Cody, Alde Morrill. Phillip et Martha : leurs fils et leurs filles : la famille Cody en Amérique du Nord. [n.p.] : The International Cody Family Association, 1986. Remplace les ouvrages précédents publiés en deux parties en 1981 et 1982 avec des variantes de sous-titres.

Cody, Louisa Frederici, en collaboration avec Courtney Ryley Cooper. Souvenirs de Buffalo Bill. NY : D. Appleton and Co., 1919.

Cody, William F. La vie de l'hon. William F. Cody connu sous le nom de Buffalo Bill le célèbre chasseur, scout et guide : une autobiographie. Hartford, CT : Frank Bliss, 1879. Réédité sous divers titres et dans diverses éditions. L'édition moderne recommandée est celle de l'University of Nebraska Press en 2011, éditée par Frank Christianson.

Foote, Stella. Lettres de « Buffalo Bill ». El Segundo, Californie : Upton & Sons, 1990.

Friesen, Steven. Buffalo Bill : Scout, Showman, Visionnaire. Golden, CO : Fulcrum, 2010.

Hedren, Paul L. Premier scalp pour Custer : L'escarmouche à Warbonnet Creek, Nebraska, 17 juillet 1876 : avec une brève histoire du champ de bataille de Warbonnet. Lincoln, NE : University of Nebraska Press, 1980.

Jonnes, Jill. Tour Eiffel : et l'Exposition universelle où Buffalo Bill a séduit Paris, les artistes se sont disputés et Thomas Edison est devenu comte. New York : Viking, 2009.

Kasson, Joy. S. Le Far West de Buffalo Bill : célébrité, mémoire et histoire populaire. NY : Hill et Wang, 2000.

Leonard, Elizabeth Jane et Goodman, Julia Cody. Buffalo Bill, roi du Far West (1955).Kissimmee, Floride : Cody Publications Inc., 1978.

Robison, Nancy. Buffalo Bill. New York : Franklin Watts, 1991.

Rosa, Joseph G. et Robin May. Buffalo Bill et son Far West : une biographie illustrée. Lawrence : University of Kansas Press, 1989.

Russell, Don. La vie et les légendes de Buffalo Bill. Norman : University of Oklahoma Press, 1960. Recommandé.

Sagala, Sandra. Buffalo Bill sur scène. Albuquerque : University of New Mexico Press, 2008. [Révision de Buffalo Bill, Acteur : Chronique de la carrière théâtrale de Cody. Bowie, MD : Livres du patrimoine, 2002.]

Sagala, Sandra. Buffalo Bill sur le grand écran : les films de William F. Cody. Norman : University of Oklahoma Press, 2013.

Scott, Douglas D., Peter Bleed et Stephen Damm. Custer, Cody et Grand-Duc Alexis : Archéologie historique de la chasse royale au bison. Norman : University of Oklahoma Press, 2013.

Sorg, Eric V. Buffalo Bill : mythe et réalité. Santa Fe, Nouveau-Mexique : Ancient City Press, 1998.

Walsh, Richard J., en collaboration avec Milton S. Salsbury. La fabrication de Buffalo Bill: une étude en héroïsme. Indianapolis : Bobbs-Merrill Co., 1928.

Warren, Louis S. L'Amérique de Buffalo Bill : William Cody et le Far West Show. New York : Alfred A. Knopf, 2005. Recommandé.

Wetmore, Hélène Cody. Le dernier des grands scouts : l'histoire de la vie du colonel William F. Cody « Buffalo Bill ». Duluth et Chicago : The Duluth Press Publishing Co/The Lakeside Press, R. R. Donnelly and Sons, 1899. Republié sous le titre Le dernier des grands éclaireurs (Buffalo Bill) par Helen Cody Wetmore et Zane Grey, NY : Grosset & Dunlap, 1918. Écrit par la sœur de William F. Cody.

Winchester, Juti. "Tout l'Ouest est une scène: Buffalo Bill, Cody, Wyoming et Western Heritage Presentation, 1846-1997." Thèse (Ph.D.) Université du Nord de l'Arizona, 1999.

Wojtowicz, James W. Le guide du collectionneur W. F. Cody Buffalo Bill avec des valeurs. Paducah, Kentucky : Collector Books, 1998.

Yost, Nellie Snyder. Buffalo Bill : sa famille, ses amis, sa renommée, ses échecs et sa fortune. Chicago : Sage Books, Swallow Press, 1979.

Compilé par la bibliothèque de recherche McCracken. Mis à jour en août 2016.

Cliquez ici pour une biographie de William F. “Buffalo Bill” Cody

Cliquez ici pour revenir aux “Bibliographies”


Le 9e régiment de cavalerie

Le rassemblement du 9e de cavalerie a eu lieu à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane, en août et septembre 1866. Les soldats ont passé l'hiver à s'organiser et à s'entraîner jusqu'à ce qu'ils reçoivent l'ordre de se rendre à San Antonio, au Texas, en avril 1867. Là, ils ont été rejoints par la plupart des leurs officiers et leur commandant, le colonel Edward Hatch.

Former les soldats inexpérimentés et pour la plupart sans instruction du 9e Calvaire était une tâche difficile. Mais le régiment était disposé, capable et surtout prêt à tout affronter lorsqu'il reçut l'ordre de se rendre dans le paysage instable de l'ouest du Texas.

Les soldats&# x2019 mission principale était de sécuriser la route de San Antonio à El Paso et de rétablir et de maintenir l'ordre dans les zones perturbées par les Amérindiens, dont beaucoup étaient frustrés par la vie dans les réserves indiennes et les promesses non tenues par le gouvernement fédéral. Les soldats noirs, confrontés à leurs propres formes de discrimination de la part du gouvernement américain, ont été chargés de supprimer un autre groupe minoritaire au nom de ce gouvernement.


Jeff Barnes

Jeff Barnes signera Le guide des grandes plaines de Buffalo Bill : forts, combats et autres sites (Stackpole, 19,95 $). Buffalo Bill était un produit de l'Ouest américain. Il chassait le bison, recherchait l'armée, combattait les Indiens, donna naissance à son spectacle Wild West à succès international et fut enterré au sommet d'une colline surplombant son Ouest vénéré. Aujourd'hui, les empreintes et l'héritage de l'homme des plaines par excellence de l'Amérique pèsent lourd. Dans Le guide des grandes plaines de Buffalo Bill, Jeff Barnes conduit les aventuriers des temps modernes à chacun des relais, champs de bataille, ranchs et arènes qui ont façonné ou figuré dans la vie de Cody. Assez clair, l'héritage de Buffalo Bill perdure, et chasser ses ombres avec ce livre s'avérera une escapade sauvage mais instantanément agréable à travers un vieil ouest intemporel. Les sites du Colorado, de l'Iowa, du Kansas, du Missouri, du Nebraska, de l'Oklahoma, du Dakota du Sud et du Wyoming sont inclus. Chaque entrée comprend des directions, des équipements, des informations de contact et des lectures recommandées.


Complétez votre avis

Dites aux lecteurs ce que vous avez pensé en notant et en examinant ce livre.

Vous l'avez noté *

Assurez-vous de choisir une note

Ajouter un commentaire

  • Dites ce que vous avez aimé le plus et le moins
  • Décrire le style de l'auteur
  • Expliquez la note que vous avez donnée
  • Utiliser un langage grossier et profane
  • Inclure toute information personnelle
  • Mentionnez les spoilers ou le prix du livre
  • Récapituler l'intrigue

L'avis doit comporter au moins 50 caractères.

Le titre doit comporter au moins 4 caractères.

Votre nom d'affichage doit comporter au moins 2 caractères.


Buffalo Bill : Forts, combats et autres sites, Jeff Barnes - Histoire

Dernière mise à jour : 01/MAI/2021 Compilé par Phil et Pete Payette - 2021 American Forts Network

Camp de médecine Butte
(1885 - 1887), Evanston
Un campement fédéral qui protégeait l'Union Pacific Railroad et les routes postales des émeutiers anti-chinois.

Fort Bridger (site historique d'État)
(1843 - 1878, 1880 - 1890), Fort Bridger
À l'origine, un poste de traite en bois rond sur l'Oregon Trail construit par Jim Bridger et Luis Vísquez. Les mormons "capturèrent" le fort et l'utilisèrent de 1853 à 1857. Il fut reconstruit en 1855. Une partie d'un mur d'adobe datant des années 1850 subsiste encore. Les mormons ont brûlé le fort lors de problèmes avec l'armée américaine en 1857, et les fédéraux ont ensuite repris les ruines et l'ont reconstruit en 1858 pour protéger les routes postales Pony Express et Overland. Il a été reconstruit en pierre et en rondins, avec deux bastions aux angles opposés, avec des casernes et des quartiers d'officiers. CA et NV Volunteers ont repris le poste en 1862. Réoccupé en 1880 après le soulèvement d'Ute et le massacre de Meeker. De nombreux bâtiments ont été restaurés. Le musée est dans une caserne restaurée. À proximité, la réplique du poste de traite de Jim Bridger d'origine de 1843 a également été reconstruite.
Voir aussi Over-Land.com || GhostTowns.com

Camp Scott
(1857 - 1858), près de Fort Bridger
Quartiers d'hiver de l'armée fédérale de l'Utah à leur arrivée pour prendre le contrôle de Fort Bridger, tenu par les mormons. Situé sur la Black's Fork de la Green River, à environ trois kilomètres au nord de Fort Bridger.

Ravitaillement du fort
(1853 - 1857), Robertson
Un fort mormon à palissades construit après la prise de Fort Bridger, pour approvisionner les trains de wagons à destination de Salt Lake City. Il a été brûlé par les mormons lors de problèmes avec l'armée américaine. Il n'a jamais été reconstruit. Un marqueur ou un monument se trouve sur le site à un mile à l'ouest et à un mile au sud de la ville.
(merci à Jerry Blanz pour avoir fourni l'emplacement correct)

Camp Church Buttes
(1865), près de Granger
Church Butte, un point de repère important sur l'ancien sentier California-Oregen-Mormon, est situé à environ 13 miles au nord-est de Lyman et à 10 miles au sud-ouest de Granger.

Camp Winfield
(1857), près de Granger
Le campement fédéral initial (septembre 1857) pendant la soi-disant « guerre des mormons » était situé sur la fourche de Ham de la rivière Verte. Également connu sous le nom de Camp on Ham's Fork. Remplacé par Camp Scott après environ quatre semaines. Situé à environ 15 miles de la jonction de la rivière avec la Black's Fork de la Green River.

Le site historique d'État restauré de Granger Stage Station (1862) sur l'Overland Trail est digne d'intérêt à proximité. La station Ham's Fork Pony Express (1860) était autrefois située à 800 mètres au sud de la rivière.

Bridger - Poste de commerce de Fraeb
(1841 - 1842), près de Granger
Un poste de traite construit par Jim Bridger et Henry Fraeb, situé sur la rive ouest de la rivière Green au croisement de l'Oregon Trail, à environ 18 miles au nord-est de la ville (au sein du Seedskadee National Wildlife Refuge). Fraeb a été tué par des Indiens en août 1841 près de son autre poste sur la rivière Little Snake (Battle Creek) (voir ci-dessous), peu de temps après la construction de ce poste. Bridger a continué, déménageant plus tard à Black's Fork of the Green River avec Louis Vísquez.

Gare de Rock Springs
(années 1860), Rock Springs
Une étape fortifiée sur l'Overland Trail. Un marqueur/monument se trouve sur Springs Drive sous le viaduc I-80.

Situé à proximité, sur la rive ouest du ruisseau Killpecker, se trouvait Blair's Stockade (1866 - 1870), un poste de traite construit par les frères Archibald et Duncan Blair. Blairtown est devenu plus tard Rock Springs.

Camp Pilot Butte
(1875, 1885 - 1899), Rock Springs
Un cantonnement fédéral établi pour rétablir l'ordre après les émeutes raciales anti-chinoises (septembre 1885). Également connu sous le nom de Camp à Rock Springs. Il y avait plusieurs bâtiments construits, avec des quartiers d'officiers et des casernes de troupes autour d'un terrain de parade. Site délimité par l'actuelle rue Soulsby et les avenues Pilot Butte, Bridger et Elias. L'ancien poste a ensuite été utilisé par l'Union Pacific Coal Company jusqu'en 1950. Une caserne a ensuite été reconstruite et refaite avec de la brique, utilisée comme bâtiment scolaire par l'église catholique des Saints Cyrille et Méthode. Il a été récemment démoli. Une autre ancienne caserne est (était ?) située en face de l'église, utilisée comme appartements privés.

Des troupes fédérales ont également été postées ici en novembre 1875 lors d'une grève des mineurs de charbon.

Station de puits de sel
(années 1860), au sud de Supérieur
Une étape fortifiée sur l'Overland Trail le long de Bitter Creek, au sud de Point of Rocks. Il a été incendié entre 1866 et 1868.

Station Point of Rocks
(années 1860), Pointe des Roches
Une étape fortifiée sur l'Overland Trail. Également connue sous le nom de Rock Point Station ou Almond Station. Des ruines de pierre subsistent avec des panneaux d'interprétation. Devenu site historique d'État en 1947.

Gare de la Butte Noire
(années 1860), près de Bitter Creek
Une étape fortifiée sur l'Overland Trail. Situé à 14 miles à l'ouest de Big Pond Station et à cinq miles à l'ouest de Black Butte. Le site appartient à la Black Butte Coal Company, qui peut proposer une visite guidée des ruines de pierre sur demande préalable.

Station Big Pond
(années 1860), Bitter Creek
Une étape fortifiée sur l'Overland Trail. Situé à 12 miles à l'ouest de Fort LaClede le long de Bitter Creek. Un détachement de cavalerie volontaire du Nevada a mis en garnison la station à l'été 1865. Attaqué et détruit par les Indiens en juillet 1867, mais reconstruit.

Fort LaClède
(1863 - 1869), au sud de Table Rock
Il ne reste que des ruines de pierre du fort militaire et de la station d'étape adjacente de LaClede sur l'Overland Trail le long de la rive sud de Bitter Creek, à environ 13 milles à l'ouest de Dug Springs. Le site se trouve sur un terrain public, mais est actuellement clôturé par la Rock Springs Grazing Association qui loue la propriété environnante au B.L.M.. Le fort comprenait une tour à canon et plusieurs fosses de tir sur une colline voisine.

Gare de Dug Springs
(années 1860), au sud de Table Rock
Une étape fortifiée sur l'Overland Trail près de Middle Barrel Springs Canyon. Des ruines de pierre subsistent sur B.L.M. terre. Aussi connu sous le nom de Barrel Springs Station ou Wild Rose Station.

Gare de Duck Lake
(années 1860), au sud de Table Rock
Une étape fortifiée sur l'Overland Trail. Aucun reste.

Gare de Washakie
(années 1860), au sud du Désert Rouge
Une étape fortifiée sur l'Overland Trail. Des ruines de pierre subsistent. Un détachement de cavalerie volontaire du Kansas a été posté ici. Également connue sous le nom de station Waskie. Site situé sur une terre publique au sud-ouest de Rawlins, à environ 3,5 miles à l'ouest de la balise Overland Trail sur WY 789.
(REMARQUE : à ne pas confondre avec Fort Washakie ci-dessous)

Gare de Sulpher Springs
(1862 - inconnu), au sud de Creston Junction
Une scène fortifiée et une station télégraphique sur l'Overland Trail sur Muddy Creek. En garnison par un détachement de la cavalerie volontaire du Kansas en 1865. Attaqué par les Indiens en 1863 et 1865. Des ruines de pierre subsistent sur un terrain privé.

Col du camp Bridger
(1867), au sud de Sinclair
Un campement de l'armée à Bridger's Pass protégeant l'Overland Trail après les attaques indiennes. Attaqué en juin 1867.

La station Bridger's Pass (1862 - 1865) a été attaquée par des Indiens en juin 1865, détruisant le poste. Il a été signalé qu'il y avait un détachement de troupes là-bas à ce moment-là. Aucun reste.

Gare de la Pinède
(années 1860), au sud de Rawlins
Une station d'étape de cabane en rondins fortifiée sur l'Overland Trail à Miller Hill, près de Pine Grove Creek. Attaqué et détruit par les Indiens en juin 1865, mais reconstruit. Aucun reste.

Gare de Sage Creek (1)
(années 1860), au sud de Rawlins
Une étape fortifiée sur l'Overland Trail à Miller Creek. Attaqué et détruit par les Indiens en juin 1865. Le site est sur B.L.M. terrain public. Aucun reste.

Fort Rawlins
(1868 - inconnu), Rawlins
Construit pour protéger les travailleurs de l'Union Pacific Railroad.Probablement situé à Rawlins Spring, juste au nord de la ville.

Fort Fred Steele (lieu historique d'État)
(1868 - 1886), Fort Steele
Construit pour protéger les travailleurs de l'Union Pacific Railroad et pour remplacer les forts abandonnés de Bozeman Trail. Après l'abandon du fort, les colons et les entreprises locales ont élu domicile ici. Le dernier bâtiment intact a brûlé en 1976. Il ne reste qu'une poudrière (1891) et diverses ruines de fondation, avec une signalisation d'interprétation. Le centre d'accueil se trouve dans la maison d'un post-sutler reconstruit. L'emprise du chemin de fer traverse maintenant le site, qui est sous la gestion du parc d'État de Seminoe. Un marqueur d'état est situé à proximité à la halte routière. Les artefacts et les expositions se trouvent au Carbon County Museum au 904 West Walnut Street à Rawlins .

La cabane de James Baker
(1873), Savery
Une cabane/blockhaus en rondins de trois étages avec des sabords pour les armes à feu, construit par James (Jim) Baker, un commerçant de fourrures à la retraite et montagnard. Baker était l'un des survivants du combat de 1841 au poste voisin de Fraeb. La cabane a été utilisée par les colons locaux pour se protéger après le massacre de Meeker de 1879, lorsque le troisième étage a été ajouté. Baker est décédé en 1898. La cabane, située à l'origine à environ 2,5 km au sud de la ville, a été transférée à Frontier Park à Cheyenne en 1917. Elle a été déplacée dans la région en 1976, maintenant restaurée sur le terrain du Little Snake River Museum au 13 Route de comté 561 Nord.

Le poste d'Henry Fraeb
(1841), près de Savery
Un poste de traite était en construction ici lorsqu'il a été attaqué par un grand groupe d'Indiens Sioux en août 1841. Fraeb et quatre autres personnes ont été tuées. Site situé à ou près de Battle Creek (anciennement connu sous le nom de St. Vrain's Fork dans certaines sources), le long de la rivière Little Snake, à environ quatre milles à l'est de la ville, juste au nord de la frontière de l'État. Les caractéristiques locales nommées pour l'incident incluent également Battle Pass, Battle Lake et Battle Mountain.

Fort de la route des soldats
(1869), Bord de rivière
Construit pour protéger les travailleurs de l'Union Pacific Railroad dans un camp de coupe de traverses de chemin de fer dans la chaîne de la Sierra Madre. C'était un sous-poste de Fort Fred Steele. Le petit fort comprenait deux blockhaus entourés d'une clôture en pierre et était situé sur la route des soldats vers le camp des soldats et le sommet des soldats, face à l'est en direction de la rivière Encampment à environ 0,75 mile en amont de la ville actuelle. Le camp des soldats était situé près de la rivière Encampment, à l'embouchure du ruisseau Soldier, à l'ouest d'Encampment.

Fort Halleck
(1862 - 1866), Whisky Gap
Un complexe ouvert de cabanes en rondins, d'écuries et d'abris en gazon, construit pour protéger l'Overland Trail et la ligne télégraphique. Il n'a jamais été emprisonné. Reprise par un ranch privé après l'abandon du poste. Une forge en rondins existe toujours, bien qu'elle ne soit peut-être pas d'origine militaire. Un D.A.R. de 1914 monument est à l'ancien cimetière de poste. Situé à trois milles à l'ouest d'Elk Mountain, le site de Quealy Ranch est une propriété privée. Depuis un changement de propriétaire en 2005, il n'est plus accessible au grand public.

Station Rock Creek
(1860 - inconnu), Arlington
Une station d'étape de type blockhaus sur l'Overland Trail. Il reste toujours sur la rue principale.

Fort Sanders
(1866 - 1882), Laramie
Initialement connu sous le nom de Fort John Buford, mais renommé quelques mois plus tard. Il a été créé pour la protection des cheminots et de l'Overland Trail. Calamity Jane était stationné ici en 1871 en tant qu'éclaireur. Une palissade avec des blockhaus en pierre était prévue mais jamais construite. Un poste de garde en pierre et un magasin restent en ruines, avec un D.A.R. monument, mais la majeure partie du site d'origine est maintenant un ancien terrain de golf (Laramie Country Club, qui a fermé dans les années 1960), avec l'autoroute moderne coupant maintenant la zone en deux. L'actuel restaurant Cavalryman Steakhouse (ouvert en 1970) était autrefois le club-house du country club, construit à l'origine en 1925 sur l'ancien terrain de parade. Site situé à deux milles au sud de la ville, à l'est de la rivière Laramie. L'ancienne maison du commandant de poste existe également toujours, maintenant située en ville au parc LaBonte sur la neuvième rue. Il avait été utilisé comme musée pour enfants et centre de la nature du Wyoming de 2000 à 2010.

Coiffeur du camp
(1891), près de Laramie
Un campement d'été et une zone d'entraînement de la Garde nationale WY (Milice de l'État). Les troupes fédérales de Fort D.A. Russell (17th Infantry) a également participé pendant une semaine en août.

Camp Walbach
(1858 - 1859), près de Fédéral
Un campement de l'armée construit pour protéger le passage du col de Cheyenne. Site situé à quatre milles à l'ouest de la ville sur South Lodgepole Creek.

Le général William T. Sherman et son escorte ont campé ici à la fin de l'été 1866 alors qu'ils inspectaient le territoire de la division du Missouri à la recherche de futurs sites militaires.

Fort David A. Russell
(Base aérienne Francis E. Warren)
(1867 - 1948/présent), Cheyenne
Construit pour protéger les travailleurs de l'Union Pacific Railroad. Situé à trois miles à l'ouest de la ville sur la rive nord de Crow Creek, il s'appelait à l'origine Camp (ou Post) sur Crow Creek. En 1898, utilisé comme poste de rassemblement du 2e U.S. Volunteer Cavalry. Devenu un centre de mobilisation de l'armée régulière pendant la Première Guerre mondiale. Un campement de tentes de mobilisation de la Garde nationale WY pendant la crise frontalière mexicaine de 1916 était connu sous le nom de Camp Kendrick . Un "Flying Field" temporaire a été établi sur le poste en 1919, mais a été fermé en 1920. Les dernières unités de cavalerie à cheval ont quitté le poste en 1927 et les derniers chevaux de trait restants ont été vendus en 1943. Le fort a changé de nom en 1930 pour devenir Fort Francis E. Warren , avec l'ancien nom transféré au poste de Marfa , Texas. Un centre de formation de remplacement de quartier-maître a été construit du côté sud de Crow Creek pendant la Seconde Guerre mondiale. Des prisonniers de guerre allemands et italiens ont également été détenus au poste de 1943 à 1946. L'armée de l'air a pris le commandement du poste en 1948 (ne devenant pas la base aérienne FE Warren avant 1949), mais toutes les opérations de vol ont eu lieu à l'aéroport municipal voisin de Cheyenne (un piste militaire dédiée n'a jamais été construite). Les opérations de défense antimissile continentale ont commencé en 1958. Le Warren ICBM and Heritage Museum est installé dans l'ancien quartier général du commandant de l'armée de 1894 (bâtiment 210). De nombreuses structures en briques datent encore des années 1880 et 1890. Voir aussi Military Yearbook Project de Richard Morgan

Le Fort Russell Target and Maneuver Range a été créé en 1904 dans l'ancienne réserve forestière de Crow Creek (établie en 1880 en tant que réserve de bois militaire) à environ 30 milles à l'ouest pour l'entraînement d'été annuel au niveau de la brigade et les manœuvres sur le terrain. Rebaptisé Pole Mountain Maneuver Area en 1909. Utilisé par la Garde nationale WY et les troupes de l'armée régulière jusqu'en 1937, puis est devenu une réserve militaire de chasse et de pêche jusqu'en 1959 lorsqu'il a été transféré au US Forest Service dans le cadre de la Medicine Bow National Forest.

Camp Carlin
(1867 - 1890), Cheyenne
Officiellement appelé Cheyenne Depot, ou plus tard Quartermaster Depot à Cheyenne à partir de 1871 pour éviter toute confusion avec le « Cheyenne Depot » de l'Union Pacific Railroad en ville. Lorsque le capitaine Elias Carlin a quitté le poste en 1869, les routiers et les citoyens locaux ont continué à utiliser le nom officieux pendant plusieurs années par la suite. Situé sur l'embranchement ferroviaire à mi-chemin entre l'ancien poste de Fort Russell et la ville, maintenant à l'extrémité est de la réserve actuelle de la base aérienne F.E. Warren. A fourni jusqu'à quatorze autres postes de l'armée et diverses agences indiennes dans les hautes plaines du nord. Est devenu un centre d'entraînement et de détention de l'Army Mule Pack Service dans les années 1890. Les bâtiments restants ont été déplacés en ville ou démolis après 1901. Un D.A.R. de 1927. Le marqueur en pierre est situé sur Happy Jack Road sur le site du mât de drapeau du dépôt.

Camp Richards
(1898), Cheyenne
Un camp de rassemblement de l'État de guerre hispano-américain situé sur le champ de foire au nord-ouest de la ville, aujourd'hui Frontier Park.

Camp O.O. Howard
(1885), près de Pine Bluffs
Un campement temporaire de l'armée pour protéger les cheminots de l'Union Pacific.

Le message d'Andrew Drips
(1857 - 1860), près de Torrington
Un poste d'American Fur Co. (Pierre Chouteau and Co.) sur la rivière North Platte, situé à environ 19 milles au sud-est de Fort Laramie, principalement destiné au trafic de l'Oregon Trail. Drips mourut en septembre 1860.

La station Pony Express de Cold Springs (alias Spring Ranch) était à proximité en 1860, juste au sud-est de la ville. On ne sait pas si les deux postes étaient les mêmes établissements ou des établissements distincts.

Fort-Bernard
(1845 - 1846), près de Lingle
Poste de traite des fourrures de Pratte, Cabann and Co. construit par John Baptiste Richard (« Reshaw »). Également connu sous le nom de Richard's Post. Situé à environ quatre milles au nord-ouest de la ville et à huit milles à l'est du poste militaire de Fort Laramie. Il a été détruit par un incendie.

Le poste de James Bordeaux (1849 - 1868) fut plus tard situé à environ trois kilomètres à l'est du fort Bernard. C'était un poste de traite/magasin non fortifié exploité par Bordeaux et Joseph Bisonette. Bisonette est parti au bout d'un an et est revenu à son ancien poste juste en amont (voir ci-dessous). Le poste servait également de scène (années 1850) et de station Pony Express (1860).

Le poste de Peter Sarpy a été situé pour la première fois dans ce voisinage en 1837, mais a été abandonné dans l'année.

Le poste de Joseph Bisonette
(1844 - 1849 ?, 1851 - inconnu), près de Fort Laramie
Poste indépendant de traite des fourrures (cabane en rondins) situé sur la rivière North Platte juste en aval de la rivière Laramie, à environ trois milles en amont de Fort Bernard. Bisonette est revenu ici en 1851 (ou a construit un nouveau poste) et a réussi à rester en affaires pendant plusieurs années.

Fort Platte
(1841 - 1847), près de Fort Laramie
Un poste commercial indépendant concurrent à Fort Laramie, situé sur la rive sud de la rivière North Platte. Fortement construit, il mesurait 103 pieds carrés sur 144 pieds carrés. Vendu par Lancaster Lupton en 1842 à Sybille, Adams and Co., qui le revendent à leur tour en 1845 à Pratte, Cabann and Co.. Vendu en 1847 à l'American Fur Co. qui le démolit ensuite. Aucun reste. Une borne d'État et un monument sont situés sur la route (WY 160) menant au poste militaire de Fort Laramie, à environ trois kilomètres à l'ouest de la ville. Le site actuel du fort se trouve sur une propriété privée.

Fort Laramie (Lieu historique national)
(1834 - 1841, 1841 - 1890), Fort Laramie
À l'origine, se trouvait Fort William, un poste de traite en bois construit en 1834 par la Rocky Mountain Fur Co. et situé sur le sentier de l'Oregon. Il fut vendu en 1835 à Fontenelle, Fitzpatrick and Company, et rebaptisé Fort Lucien, du nom de Lucien Fontenelle. Cependant, après 1835, il était connu des commerçants sous le nom de Fort Laramie. Il a été vendu à l'American Fur Co. (Pratte, Chouteau and Co.) en 1836, abandonné en 1841 alors qu'un nouveau fort d'adobe a été construit juste à l'ouest pour le remplacer. Ce fut le premier comptoir commercial permanent de l'État.

Un nouveau fort d'adobe a été construit sur un nouveau site à environ un demi-mille à l'ouest en 1841 et nommé Fort John, en l'honneur de John Sarpy de l'American Fur Company. L'armée américaine a acheté le fort d'adobe en 1849 pour garder l'Oregon et d'autres sentiers et les routes postales. Le nom officiel du poste est resté Fort John. Cependant, presque tout le monde a continué à utiliser le nom populaire "Fort Laramie", y compris même l'armée américaine. L'armée a remplacé les anciennes structures par des constructions plus récentes en 1862. Le fort a finalement été abandonné en 1890. Vingt et un bâtiments (certains restaurés et d'autres en ruines) subsistent encore. Les bâtiments restaurés comprennent un poste de garde, un hôpital, des quartiers d'officiers (1849), une caserne de cavalerie (1874) et le magasin de sutler (1849), qui est le plus ancien bâtiment connu de l'État. Un monument en pierre a été érigé en 1913, et le site est devenu un monument national en 1938. Le site a été restauré entre 1938 et 1965. Situé à trois milles à l'ouest de la ville de Fort Laramie. Frais d'admission.

Fort Adams
(1841 - 1842), près de Fort Laramie
Un poste de traite de grumes de peuplier établi par Sybille, Adams and Co. sur la rivière North Platte, près de l'embouchure de la rivière Laramie. Emplacement exact inconnu. La société a racheté Lupton à Fort Platte en 1842 et y a déménagé ses activités.

Poste de traite de Lock et Randolph
(1841 - 1842), près de Fort Laramie
Poste de traite établi par Lock, Randolph and Company sur la rivière North Platte près de l'embouchure de la rivière Laramie, à un ou deux milles en amont de Fort Adams. Emplacement exact inconnu. L'entreprise fit faillite en 1842.

Poste de Rawhide Creek
(années 1850 et/ou 1860), comté de Goshen
Un petit poste satellite exploité par James Bordeaux, situé sur Rawhide Creek quelque part près de Rawhide Butte/Mountain. Emplacement exact inconnu. Rawhide Mountain est à environ 12 miles au sud de Lusk.

Camp Hat Creek
(1876 - 1877), Ruisseau Hat
Une palissade de l'armée pour protéger le sentier Cheyenne-Deadwood jusqu'aux mines d'or des Black Hills. L'emplacement d'origine était en fait sur Sage Creek, en raison d'une erreur cartographique de l'armée. Le chef Crazy Horse s'est rendu ici en 1877. La station d'étape de Hat Creek, de l'autre côté du ruisseau du camp, a été reconstruite en 1883, et certains bâtiments subsistent encore. Le site est marqué par un monument en pierre, situé à environ 14 miles au nord de Lusk.

Le camp sur Sage Creek (2) était un camp militaire temporaire auparavant ici en 1875.

Maison Moncravie
(1856 - 1858), près du réservoir Grayrocks
Une petite maison de commerce indépendante de fortune exploitée par John B. Moncravie, située sur la rivière Laramie à environ 12 milles en amont de Fort Laramie, sur un terrain donné à lui et à sa femme sioux par ses frères Oglala.

Poste de traite de Ward et Guerrier
(années 1840 - années 1860), près de Guernesey
Un poste de traite construit par William Guerrier et Seth Ward situé sur l'Oregon Trail près de Register Cliff, au sud-est de la ville. Ils se sont vendus en 1857 à Jules Ecoffey et ont déménagé à Fort Laramie, où Ward est devenu le sutler du poste. Connu sous le nom de Sand Point Trading Post sous Ecoffey. Sand Point est devenue une station Pony Express en 1860, connue sous le nom de Sand Point, Nine Mile, Central Star ou Star Ranch Station. Un monument en pierre sur South Guernsey Road marque le site approximatif.

Camp de peuplier amer
(1856), Wendover
Un campement temporaire de l'armée sur Cottonwood Creek. Une station Pony Express était plus tard ici en 1860. Le site de la station Pony Express est marqué par un poteau en acier dans une clôture le long de Wendover Road, sur une propriété privée.

Fort-Robinson
(dates inconnues), Wendover
Un fort militaire (?) situé sur la rivière North Platte à Cottonwood Creek. Aucune autre information trouvée. (non vérifié)
(informations fournies par Marshall Sitrin)

Gare du fer à cheval
(1862 - 1866), près de Glendo
Une station télégraphique fortifiée et une ancienne station Pony Express sur l'Overland Trail, à environ trois kilomètres au sud de la ville sur Horseshoe Creek. Également connu sous le nom de Camp Horseshoe. William "Buffalo Bill" Cody a d'abord été embauché pour le Pony Express ici à cette gare. Devenu un ranch privé en 1867 après le départ du détachement protecteur de l'armée. Attaqué et détruit par les Indiens en mars 1868.

Détachement à Bridger's Ferry
(1866), Orin
Un poste de cavalerie temporaire de l'armée protégeant les deux débarquements du ferry sur la rivière North Platte, situé à environ 1,5 miles au sud de la ville. Benjamin Mills exploitait alors le ferry après l'avoir acheté à Jim Bridger en 1866. Le ferry était important pour approvisionner les postes militaires établis le long du sentier Bozeman cette année-là. Le palier nord est marqué par un petit monument.

Maréchal du camp
(1862 - 1866), près de Douglas
Appelé à l'origine Détachement à la gare de La Bonte jusqu'en 1863, date à laquelle une palissade a été construite autour de cette station télégraphique sur l'Oregon Trail. Brûlé peu après son abandon. Situé à 10 miles au sud de la ville sur la rivière North Platte à l'embouchure du ruisseau La Bonte.

Camp à Douglas (1)
(1892), Douglas
Des troupes de cavalerie de l'armée ont été brièvement postées ici à l'automne 1892 à la suite de la soi-disant « guerre du comté de Johnson ».

Camp Douglas (2) (Lieu historique d'État)
(1943 - 1946), Douglas
Un camp de prisonniers de guerre de la Seconde Guerre mondiale pour les troupes italiennes et allemandes. Le club des officiers existe toujours, maintenant restauré et désigné comme site historique de l'État en 2012. Quelques autres bâtiments d'origine sont situés du côté ouest de la ville et réaffectés à un usage privé.
* Cette entrée est répertoriée ici pour un intérêt historique uniquement. *

Gare LaPrêle
(1862 - 1866), près de Douglas
Une scène fortifiée et une station télégraphique sur l'Overland Trail, à environ dix milles à l'ouest de la ville à LaPrele Creek.

Fort Fetterman (lieu historique d'État)
(1867 - 1882), près d'Orpha
Remplacé Fort Caspar. Situé sur LaPrele Creek près de la jonction des sentiers Oregon et Bozeman. À l'origine un poste de palissade, il a été abandonné par l'armée en 1882, mais les éleveurs et les trains de wagons ont continué à utiliser le site jusqu'en 1886. Devenu un parc d'État en 1961. Il reste deux bâtiments d'origine, maintenant restaurés. Le centre d'accueil du parc se trouve dans les anciens quartiers des officiers et l'ancien entrepôt d'artillerie est maintenant un musée du site. Frais d'admission.

Station Deer Creek
(1862 - 1866), Glenrock
Une scène fortifiée et une station télégraphique sur l'Overland Trail. Attaquée et incendiée par les Indiens en 1866. La gare a été construite à l'origine en 1857 par Joseph Bisonette. Aucun reste. Marqueur d'état et monuments situés dans le parc Glenrock au niveau des rues North Third et Center. Bisonette a également exploité un traversier sur la rivière North Platte juste au nord et à l'ouest d'ici en 1849-1850, et peut-être plus tard.

Camp Elkins
(1892), près de Glenrock
Un campement d'été temporaire de l'armée pendant la « guerre du comté de Johnson », un sous-poste de Fort Niobrara, dans le nord-est.

Camp Davis
(1855 - 1859), Evansville
Un poste temporaire de l'armée au pont Richard (alias Reshaw) (1853 - 1865) traversant le sentier de l'Oregon sur la rivière North Platte. Rebaptisé Camp (ou " Fort ") Payne en 1858 lors de la construction d'un petit fort en pisé. Également connu sous le nom de poste à Platte Bridge . Une réplique moderne du pont Richard en bois se trouve dans le parc Reshaw au bord de la rivière. ( REMARQUE : à ne pas confondre avec la station Platte Bridge juste en amont à l'ouest de Casper.)

Fort Caspar
(Musée du Fort Caspar)
(1859 - 1867), Casper
Situé du côté sud de la rivière North Platte, au passage des immigrants connu sous le nom de Camp Platte (à partir de 1840), connu plus tard sous le nom de Mormon Ferry de 1847 à 1858, puis simplement sous le nom de Platte Bridge. Le poste militaire était d'abord connu sous le nom de Camp Platte River , ou Camp Clay , jusqu'en 1862, puis rebaptisé Platte Bridge Station jusqu'en 1865. Construit pour aider à protéger l'Oregon Trail et la ligne télégraphique. Attaqué par les Indiens en juillet 1865 (Bataille du Pont de Platte). Reconstruit, rebaptisé et agrandi en 1866, il est ensuite abandonné et remplacé par le fort Fetterman. Les bâtiments et le pont auraient été incendiés par les Indiens immédiatement après. Le fort a été reconstruit en 1936 par la WPA, jusqu'à la période 1865. Un nouveau musée (1983) est sur place. Le parc est géré par la ville. Frais d'admission.
(REMARQUE : une erreur d'écriture précoce, de la part de l'armée ou d'un employé des postes, a changé l'orthographe de la ville.)

Camp Dodge
(1865), près de Casper
Un poste de cavalerie temporaire de l'armée situé du côté est d'Upper Garden Creek, à environ quatre milles au sud-est de Fort Caspar.Les troupes ont été transférées au Camp Marshall à la fin de la saison printanière.

Station d'eau douce
(1862 - 1868), comté de Natrona
Une scène fortifiée et une station télégraphique sur l'Overland Trail, au croisement de Sweetwater Creek près d'Independence Rock. Également connu sous le nom de Camp Stillings. Attaqué par les Indiens en juin 1865.

Fort Seminoé
(1852 - années 1860), comté de Natrona
Un poste de traite établi par Charles "Seminoe" Lajuenesse sur l'Oregon Trail près de Muddy Gap et de Devil's Gate. Les Mormons ont utilisé ce poste comme lieu de refuge en 1856 alors qu'ils étaient pris dans un blizzard précoce à Horse Creek, situé à l'est d'Independence Rock. Le site est devenu une partie du Tom Sun Ranch après 1872. Le site actuel du fort, découvert en 2001, a été fouillé sous la direction de l'église mormone et une reproduction a été construite. À proximité de Martin's Cove se trouve le site historique et centre d'accueil des Mormons Handcart, qui gère le site du fort. Voir aussi les fouilles archéologiques de Fort Seminoe du WY State Historic Preservation Office

Maisons portugaises
(1834 - 1840), près de Kaycee
Situé au confluent des embranchements nord et sud de la Powder River, à environ 12 milles à l'est de la ville. Parfois appelé Fort Antonio, d'après le commerçant Antonio Montéro. Il s'agissait d'un complexe de cabanes en rondins entouré d'une palissade carrée de 200 pieds. Abandonné en grande partie à cause d'un afflux important de trappeurs de fourrures compétitifs au cours de l'hiver 1836-1837, qui ont vidé Montéro de presque tout ce qu'il avait.

(Vieux) Fort Reno
(1865 - 1868), près de Sussex
Initialement nommé Fort Connor et utilisé comme base d'approvisionnement pendant Brig. Campagne de Powder River du général Patrick Conner. Ordonné abandonné, mais il a été reconstruit en 1866 dans un fort en rondins palissade avec des blockhaus hexagonaux et renommé. Il a ensuite été abandonné conformément à un traité de paix avec les Indiens, et presque immédiatement après brûlé par eux. Des monticules de terre tracent les contours du fort, situé sur la rive ouest de la rivière Powder, le long du sentier Bozeman. Un monument en pierre (1914) se trouve sur le site, situé à 18 km au nord de la ville.
(emplacement correct fourni par Jeff Barnes)

Fort au ranch TA
(1892), près de Buffalo
Une fortification grossière composée de tranchées profondes et de parapets en rondins autour des granges et du ranch du ranch TA pendant la soi-disant « guerre du comté de Johnson » (avril 1892) entre les puissants barons du bétail et les éleveurs de bétail indépendants et les fermiers. Les régulateurs, les tueurs à gages des barons du bétail, se sont réfugiés dans le ranch défendu, situé à environ 21 km au sud de la ville, à l'est de la I-25/US 87, après avoir été acculés par une force armée de colons qui voulaient se venger des meurtres. de plusieurs des leurs plus tôt au KC Ranch près de Kaycee. Les troupes de l'armée de Fort McKinney sont arrivées pour désamorcer la situation et ont arrêté tous les régulateurs, qui ont fini par être faits prisonniers à Fort D.A. Russell attendra son procès civil. Au moins une des granges du ranch d'origine existe toujours sur une propriété privée.

Fort McKinney
(Foyer des anciens combattants du Wyoming)
(1876 - 1894), Buffle
Situé à l'origine à trois miles au sud de l'ancien Fort Reno, sur la rive nord de la Powder River, et appelé Cantonment Reno ou New Fort Reno (2) . Il a été renommé en 1877. En raison de conditions insalubres, le poste a été déplacé en 1878 à son emplacement actuel à trois milles à l'ouest de la ville sur Clear Creek. L'ancien site est resté en garnison jusqu'en 1879, cependant, connu sous le nom de McKinney Depot ou Reno Station . Un marqueur d'état pour Cantonment Reno est situé à trois miles au sud de l'ancien site de Fort Reno. Le site actuel est une propriété privée.

Fort McKinney est devenu le State Soldiers and Sailors Home en 1905, maintenant connu (depuis les années 1980) sous le nom de Veterans' Home of Wyoming, situé au 700 Veterans Lane, à environ trois kilomètres à l'ouest de l'intersection des rues Fort et Main. Plusieurs bâtiments d'origine subsistent encore, notamment l'hôpital de poste de 1880 (maintenant utilisé pour les bureaux de l'État), l'écurie de 1893 (maintenant un garage) et la caserne de 1878 (maintenant rénovée). D'autres anciens bâtiments de poste peuvent encore être situés dans et autour de la ville. D'intérêt en ville est le Jim Gatchell Memorial Museum au 100 Fort Street (frais d'admission).

La palissade de Walter Jenney
(1875), comté de Weston
Une palissade en rondins construite par l'expédition scientifique Black Hills de 1875 en route de Fort Laramie aux Black Hills. Situé à l'origine sur la fourche est de Beaver Creek (alias Stockade Creek), au sud-est de Newcastl. Également connu sous le nom de Camp Jenney. Il est devenu plus tard une station d'étape sur le sentier Cheyenne-Deadwood en 1877. Un marqueur indique le site sur l'actuel ranch LAK. Une cabane en rondins d'origine a ensuite été déplacée en 1933 au Anna Miller Museum au 401 Delaware Ave. à Newcastle.

D'autres camps construits par l'expédition comprenaient le Camp Bradley et le Camp Transfer près de la montagne Inyan Kara au nord dans le comté de Crook. Plusieurs autres camps étaient situés dans le Dakota du Sud (voir aussi) .

Camp Devin
(1878), comté de Crook
Un campement de cavalerie fédérale temporaire situé à l'origine sur la rivière Little Missouri au nord de Hulett, juste au sud d'Alzada, dans le Montana. Après environ cinq semaines, il a été déplacé à Oak Creek sur la rive sud de la rivière Belle Fourche, à 10 milles au nord d'Aladdin, avant d'être abandonné après six semaines supplémentaires.

Camp P.A. Bettens
(1892 - 1895, intermittent), Arvada
Après son occupation initiale pendant la « guerre du comté de Johnson » en 1892, ce poste a été réoccupé chaque été en tant que sous-poste d'entraînement de la cavalerie de Fort Robinson, NE. Site situé sur la Powder River au nord de la ville.

Fort Phil Kearny (lieu historique d'État)
(1866 - 1868), près de Story
Construit pour protéger le sentier Bozeman. Il était d'abord connu sous le nom de Fort Carrington et New Fort Reno (1) , destiné à l'origine à remplacer Fort Reno. Le site du « Massacre de Fetterman » (décembre 1866) est situé à environ trois kilomètres. Trois blockhaus ont été construits à l'extérieur du fort principal pour protéger les bûcherons. Presque continuellement attaqué par les Indiens, le fort de 18 acres palissade, avec deux blockhaus d'angle, a été abandonné conformément à un traité de paix avec les Indiens. Le Cheyenne l'a brûlé peu de temps après. Palissade partielle reconstruite et centre d'accueil/musée sur place. Frais d'admission.

Camp Nuage Peak
(1876), Sheridan
Les troupes de l'armée du général George Crook ont ​​campé ici à Goose Creek avant et après la bataille de Rosebud (juin 1876) dans le Montana. Le commandement de Crook est ensuite resté ici pendant la défaite du général George Custer à Little Bighorn (juillet 1876). Site marqué dans Kendrick Park.

Fort Mackenzie
(Centre médical Sheridan VA)
(1899 - 1918), Sheridan
Un poste de garnison frontalier et un cantonnement d'entraînement pendant la guerre hispano-américaine et la Première Guerre mondiale. Bâtiments en brique construits après 1902. Devenu un hôpital de l'administration des anciens combattants en 1922, il reste environ 75 des bâtiments en brique d'origine.

Fort Yellowstone
(Le parc national de Yellowstone)
(1886 - 1918), Mammoth Hot Springs
Situé sur Beaver Creek, il a été créé pour protéger le parc national des braconniers et des vandales. Appelé à l'origine Camp Sheridan jusqu'en 1891, date à laquelle des structures permanentes ont été érigées. Le dernier des bâtiments en rondins d'origine du Camp Sheridan a brûlé en 1964. Les bâtiments restants de Fort Yellowstone servent le personnel administratif du parc. La visite à pied commence au centre d'accueil d'Albright, l'ancien quartier des officiers célibataires.

Camper sur la rivière Snake
(1879 - 1883), près de Jackson ?
Un campement fédéral sur la rivière Snake.

Fort-Bonneville
(1832), près de Daniel
Un poste de traite indépendant construit par le capitaine Benjamin Bonneville et 110 hommes sous son commandement, juste à l'ouest de la ville sur la rive ouest de la rivière Green à environ cinq milles au-dessus de l'embouchure de Horse Creek, qui a été abandonné quelques mois seulement après le début de la construction en raison des rigueurs de l'hiver. Il a été décrit comme une palissade carrée avec deux blockhaus dans les coins diagonaux, selon une source, mais n'était probablement que de petites huttes en rondins bruts. Les commerçants rivaux l'appelaient Fort Nonsense et Bonneville's Folly en raison de son emplacement « idiot » et de son abandon rapide après tant de temps et de travail qui auraient été consacrés à sa construction. Le site peut avoir été utilisé par d'autres commerçants jusqu'en 1839. Voir aussi Enquêtes archéologiques au fort Bonneville par David Vlcek, B.L.M.

Fort Piney
(dates inconnues), comté de Sublette
Un poste de traite des fourrures civil probable, situé sur (ou un affluent de) North Piney Creek, au nord-ouest de Big Piney .

Fort Washakie
(Réserve indienne de Wind River)
(1871 - 1909), Fort Washakie
Construit pour protéger la réserve créée pour les Shoshone en 1868. Il gardait également les colonies minières voisines. Le poste était à l'origine situé à Lander et connu sous le nom de Camp Augur (1869) (alias Camp à Wind River Indian Agency), un sous-poste de Fort Bridger, puis rebaptisé Camp Brown en 1870 en tant que poste indépendant. Une borne en granit se trouve sur le site d'origine à Lander sur Main Street, près de Third Street. Le poste a été déplacé en 1871 à son emplacement actuel lorsque l'Agence des Indiens a également déménagé. Le fort a été renommé en 1878 en l'honneur du chef Shoshone Washakie, qui a été enterré près d'ici en 1900. Depuis 1913, l'ancien fort lui-même est utilisé comme siège de l'Agence indienne Shoshone. Il reste environ une douzaine de bâtiments militaires d'origine, dont le Ancien Blockhaus, construit en 1871, qui a été utilisé par les employés de l'Agence pour la protection de 1872 à 1876.

Camp McGraw
(1857 - 1858), Lander
À l'origine, ou aussi, nommé Fort Thompson, plusieurs cabanes en rondins construites comme quartiers d'hiver pour les ingénieurs de l'armée et les arpenteurs construisant une route de chariot vers l'Oregon pour contourner l'Utah et les Mormons. Peut-être deux camps distincts situés l'un à côté de l'autre. William McGraw était l'ingénieur en chef du projet routier. Site situé à deux milles au nord-est de la ville sur la rivière Popo Agie.

Poste de traite de Baldwin
(1867 - 1869), Lander
Un poste de traite construit et exploité par le major Noyes Baldwin, situé sur Baldwin's Creek. Abandonné mais pas détruit. Reconstruit ou restauré, il est désormais exploité par le Fremont County Pioneer Museum. Le Camp Augur de l'Armée a été construit à proximité en 1869 (voir ci-dessus).

Camp Stambaugh
(1870 - 1878), Atlantic City
Quatre casernes en rondins construites par l'armée pour protéger les mineurs d'or. Situé à Smith's Gulch, à cinq kilomètres à l'est de la ville.

Cabane de Fort Aspen
(1856 ?), près de South Pass City
Situé près de l'Overland/Oregon Trail au sud de la ville, à l'est du South Pass, près du site "Burnt Ranch". L'emplacement exact a été perdu dans l'histoire. Le colonel Frederick Lander a campé près du poste abandonné en 1857 et a établi le « Mile Post Zero » pour commencer le « Lander Cutoff » de l'Oregon Trail, qui a ouvert ses portes aux voyageurs en 1859.

Gare du col du Sud
(1862 - 1868), près de South Pass City
Une étape fortifiée sur l'Overland Trail. Communément connu sous le nom de Burnt Ranch , il était également connu sous le nom de Upper Sweetwater Station . Construit à l'origine en 1857 par les mormons sous le nom de Gilbert's Station, il a été incendié peu de temps après lors de la soi-disant « guerre des mormons » avec l'armée américaine. Reconstruit en 1860 pour le Pony Express, mais de nouveau incendié par les Indiens en 1861. Reconstruit à nouveau par l'armée pour protéger les lignes télégraphiques.

Gare Sainte-Marie
(1862 - 1868), comté de Fremont
Station télégraphique fortifiée et ancienne station Pony Express située juste à l'est de Rocky Ridge, à plusieurs kilomètres à l'est d'Atlantic City. Aussi connu sous le nom de Rocky Ridge Station. Attaqué par les Indiens en mai 1865. Rocky Ridge est situé sur B.L.M. domaine public géré.

Gare des Trois Passages
(1862 - 1868), près de Jeffrey City
Une station télégraphique fortifiée située à environ six miles à l'est de la ville, à un mile au nord-est de la station Three Crossings Pony Express (1860). Attaqué par les Indiens en mai 1865.

Gare de Split Rock
(1862 - 1868), comté de Natrona
Une scène fortifiée et une station télégraphique, et une ancienne station Pony Express, située près de Split Rock sur l'Oregon Trail, à environ dix milles à l'est de Jeffrey City, près de l'actuelle ligne du comté de Fremont - Natrona.

BESOIN DE PLUS D'INFORMATIONS : Fort McHenry (date ? et lieu ?), Fort Piney (date ?), tous deux peut-être des postes de traite civils. Camp fédéral Rivière Pelouse (1858) (lieu ?).
Montagne de la forteresse dans le comté de Park. Fortification Creek dans le nord du comté de Johnson.


Légendes d'Amérique

Lawman Summaries (le nom commence par) A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Pierre Gabriel – Homme de loi éminent du comté de Pinal, en Arizona, dans les années 1880, Gabriel a poursuivi le Red Jack Gang et de nombreux autres bandits. En 1888, il survit de justesse à la fusillade de Florence, en Arizona, avec Joe Phy.

Thomas Gannon – Gannon a été élu shérif du comté d'Ellis, Kansas, le 5 décembre 1867, et s'est rapidement fait une réputation d'homme de loi sérieux, pourchassant agressivement les hors-la-loi, souvent avec l'aide des soldats locaux. Cependant, son règne en tant qu'homme de loi sera court car au début d'avril 1868, il disparaît. Bien que ce qui lui est arrivé reste inconnu, la plupart du temps, il a cru qu'il avait été assassiné pour empêcher son témoignage contre un hors-la-loi lors d'un prochain procès.

Raymond Hatfield Gardner, alias : Arizona Bill (1845-1940) Scout, homme de loi, cavalier de Pony Express et artiste, Gardner est né à Logansport, en Louisiane, le 5 juillet 1845. De toute évidence, sa famille a déménagé au Texas alors qu'il n'était qu'un bébé, car il a été kidnappé lors d'un raid sur les Indiens Comanches à l'âge de deux. Plus tard, les Commanche ont échangé le jeune garçon aux Indiens Sioux, qui l'ont élevé. À l'âge de 15 ans, Gardner s'est enfui des Indiens et est rapidement devenu un coursier de l'armée américaine et, pendant une brève période, a pris le Pony Express. Lorsque la guerre civile a éclaté, il a rejoint l'armée et a servi quatre mandats, et a continué en tant que scout indien. Alors qu'il combattait les Indiens Apache en Arizona, on lui a donné le surnom de “Arizona Bill. En 1892, il était un artiste dans le Wild West Show de Buffalo Bill Cody et deviendrait plus tard un maréchal adjoint des États-Unis et un ranger de l'Arizona. Avec une vie bien remplie derrière lui, Gardner est devenu un conteur, a écrit un livre et a eu sa propre émission de radio dans les années 1930. Après une longue maladie au Fort Sam Houston Station Hospital au Texas, il est décédé le 29 janvier 1940. Au moment de sa mort, aucun dossier de son service militaire n'a pu être trouvé, il a donc été enterré dans la tombe d'un pauvre dans le cimetière de la ville. Cependant, en 1976, le sergent-chef à la retraite George Miller a documenté le service militaire de Gardner et ses restes ont été réinhumés au cimetière militaire national de Fort Sam Houston, où il repose aujourd'hui.

Henri Garfias – (1851-1896) Au cours de sa vie, Garfias était sans doute l'un des hommes de loi les plus honnêtes et des tireurs les plus acérés de l'Ouest américain, à égalité avec des noms plus célèbres tels que Wyatt et Virgil Earp, et Wild Bill Hickok.

Buck Garrett (1871-1929) – Le neveu de Pat Garrett, Buck grandit pour devenir l'un des «régulateurs» de Frank Wolcott à combattre dans la guerre du comté de Johnson en 1892. Il devint plus tard un maréchal adjoint des États-Unis dans la nation Chickasaw et shérif d'Ardmore, Oklahoma, où il a dirigé le groupe qui a tué le hors-la-loi Bill Dalton.

Patrick “Pat” Garrett (1850-1908) – En tant que shérif du comté de Lincoln, au Nouveau-Mexique, Garrett a tué Tom O’Folliard, Charles Bowdre, et plus tard Billy the Kid. Était également le comté d'El Dorado et le comté de Dona Ana, le shérif du Nouveau-Mexique et un Texas Ranger. Il a été pris en embuscade et tué en 1908.

Sam Gay(1860-1932) L'histoire de Sam Gay dans le premier quart du 20e siècle était l'histoire du comté de Clark, dans le Nevada, et de la ville de Las Vegas. Big Sam serait la loi pendant des décennies.

Augustus M. “Gus” Gildea (18??-1935) – Homme de loi, cow-boy et plus tard hors-la-loi, Gildea est né dans le comté de Dewitt, au Texas, le 23 avril 1854. Il travaillait comme cow-boy en 1866 et a servi comme Texas Ranger à temps partiel dans les sociétés D et F, souvent combattant des Indiens. Quelque part le long de la ligne, il a servi comme shérif adjoint à Del Rio, au Texas, avant de se rendre au Nouveau-Mexique où il a travaillé comme cow-boy et garde de gamme pour John Chisum et a rejoint les scouts de Selman à la suite de la tourmente du Lincoln. Guerre de comté. Il a été répertorié par le gouverneur Lew Wallace comme recherché pour enquête sur au moins quatre meurtres. Plus tard, il s'est rendu en Arizona où il a de nouveau travaillé comme cow-boy dans la région de San Simon. Il est décédé de causes naturelles à Douglas, Arizona, le 10 août 1935.

James Buchannan Gillett (1856-1937) – Né à Austin, Texas le 4 novembre 1856, il a déménagé avec sa famille à Lampasas vers 1872. Il a travaillé comme vacher dans plusieurs ranchs locaux avant de rejoindre les Texas Rangers en 1875. Gillett a servi dans plusieurs comtés du Texas en combattant les Indiens ainsi que de s'occuper des hors-la-loi. Après six ans de service en tant que Texas Ranger, il démissionna à l'automne 1881. Il retourna à la justice lorsqu'il fut nommé assistant du maréchal de la ville à El Paso et en juin 1882 devint le maréchal de la ville. En avril 1885, il démissionne de son poste et se lance dans l'élevage. En 1921, il écrit un livre intitulé Six ans avec les Texas Rangers, qui sera plus tard utilisé comme manuel scolaire. En 1923, il cède son ranch à son fils, s'installe à Marfa et prend sa retraite. Cependant, il est resté actif et a aidé à organiser la West Texas Historical Association. Il est décédé d'une insuffisance cardiaque le 11 juin 1937 et a été enterré au cimetière de Marfa, au Texas.

Jim Gilliland Nommé maréchal adjoint américain du territoire du Nouveau-Mexique en mars 1893, il est soupçonné de vol de bétail un an plus tard et accusé de meurtre.

Shérif adjoint Glasgow – Homme de loi, Glasgow était shérif adjoint à Georgetown, au Nouveau-Mexique, lorsqu'il a tué le hors-la-loi Boyd Dempster le 26 décembre 1881.

Bill Goodlet – Lawman devenu tireur, Goodlet était membre du Dodge City Gang à Las Vegas, Nouveau-Mexique.

Charles Goodnight plus jeune

Bonne nuit Charles (1836-1929) – En plus d'avoir co-fondé le Goodnight-Loving Trail, Charles était également un homme de loi et un homme armé. Il a rejoint les Texas Rangers en 1857 et a servi plus tard dans la guerre civile. Tout en conduisant du bétail sur la piste, il a combattu des hors-la-loi et des Indiens pendant de nombreuses années au Texas, au Nouveau-Mexique et en Californie. Goodnight a survécu à la plupart de ses camarades du Far West lorsqu'il est décédé à Tucson, en Arizona, le 12 décembre 1929, à l'âge de quatre-vingt-treize ans.

Francis H. Goodwin – US Marshal of New Mexico Territory entre février 1875 et juillet 1876.

Harold L. Gosling – Nommé maréchal des États-Unis pour le district ouest du Texas en 1884. A été tué dans l'exercice de ses fonctions alors qu'il transportait deux voleurs de scène dans un train vers la prison le 21 février 1885.

Dayton Graham – Agent de la paix à Bisbee, Arizona, Graham a été sélectionné par Burt Mossman pour les Rangers de l'Arizona nouvellement créés en 1901. Graham a accepté le poste et a été nommé sergent, gagnant 75 $ par mois. Quelques mois seulement après sa nomination, Graham et Douglas, l'agent de la paix de l'Arizona, Tom Vaughn, s'en sont pris à un hors-la-loi nommé Bill Smith. Ils ont trouvé Smith au magasin général de Douglas, mais lorsqu'ils ont tenté d'arrêter le hors-la-loi, Smith a commencé à tirer avec son six-coups. Vaughn a été touché au cou et Graham a reçu des balles dans la poitrine et le bras alors que Smith s'échappait. Graham a été si gravement blessé que le capitaine des Rangers de l'Arizona, Burt Mossman, a été informé que le sergent était en train de mourir. Mossman a immédiatement rassemblé la famille de Graham et ils se sont rendus à Douglas pour être avec l'homme de loi mourant. Cependant, Graham a miraculeusement récupéré. Après avoir été cloué au lit pendant deux mois, Graham a décidé de poursuivre son agresseur et a passé les mois suivants à traquer le hors-la-loi. Il a rattrapé Smith dans un saloon du sud de l'Arizona. Espionnant Smith jouant à une table de monte, Smith est allé chercher son arme, mais cette fois, Graham était plus rapide et a laissé Smith mort sur le sol avec deux balles dans le ventre et une dans la tête.

Samuel Graham – Un Texas Ranger qui a rejoint la compagnie A en juillet 1878 et a servi jusqu'en 1880. Il s'est ensuite réengagé et a dirigé la troupe qui a capturé Albert Gross.

Francisco « Pancho » Griego – Un tireur et ancien maréchal de la ville de Santa Fe, Nouveau-Mexique, Griego a été tué par Clay Allison le 1er novembre 1875, à Cimarron,

William M. Griffith – Un homme de loi qui a servi comme maréchal du territoire de l'Arizona entre le 15 juin 1897 et le 6 juin 1901.

Ahijah W. (A.W.) Grimes (1850-1878) – Ahijah W. Grimes est né à Bastrop, au Texas, le 5 juillet 1850, dans l'une des premières familles pionnières de la région. Il a commencé sa carrière d'avocat en tant que Bastrop City Marshal en 1874 et a rejoint les Texas Rangers en 1877. En 1878, il a déménagé la famille à Round Rock, au Texas, où il a travaillé dans une banque jusqu'à ce qu'il soit nommé shérif adjoint du comté de Williamson. Malheureusement pour Grimes, lorsque les trois membres du Bass Gang, dont Sam Bass et Seaborne Barnes, sont entrés dans Round Rock le 19 juillet 1878, Grimes les a repérés portant des armes de poing, ce qui était illégal dans les limites de la ville de Round Rock. Lorsqu'il les a défiés, ils ont répondu en ouvrant le feu sur lui. Il est enterré dans le vieux cimetière de Round Rock, au Texas.

Guillaume Grimes (1857-1931) – Un maréchal américain en territoire indien, bref gouverneur de l'Oklahoma et homme d'affaires.

Lewis Jack Gylam (18??-1873) – Originaire du Texas, Gylam s'est ensuite rendu dans le comté de Lincoln, au Nouveau-Mexique, où, en 1872-73, il était le deuxième shérif du comté, succédant à William Brady. Bien que l'homme d'affaires influent, Lawrence G. Murphy, ait initialement soutenu Gylam pour le shérif, après que l'homme de loi ait perdu les prochaines élections, les deux sont devenus en désaccord et Gylam a menacé de tuer à la fois Lawrence Murphy et son partenaire, James J. Dolan. Lorsque les frères turbulents Horrell sont arrivés à Lincoln en provenance du Texas en 1873, Gylam a rapidement rencontré des personnages sans foi ni loi. Le 1er décembre 1873, Gylam et Ben Horrell sont entrés dans Lincoln et ont commencé à faire la fête dans un certain nombre de saloons et de bordels. Lorsque les hommes ivres ont commencé à tirer avec leurs armes, l'agent Juan Martinez est rapidement arrivé et a exigé qu'ils rendent leurs armes, ce qu'ils ont fait. Cependant, ils se sont rapidement procuré plus d'armes et ont ouvert une maison close. Lorsqu'il a de nouveau été confronté à l'agent Martinez et à quatre autres agents, l'un des amis de Horrell, Dave Warner, a abattu l'agent Martinez. Ben Horrell et Jack Gylam ont alors pris la fuite, poursuivis agressivement par les policiers. Lorsque les officiers ont rattrapé la paire, ils ont pompé leurs balles dans les deux lanceurs d'enfer, tirant sur Horrell neuf fois et Gylam 13 fois. Après sa mort, Lawrence Murphy l'a accusé de malversation dans l'exercice de ses fonctions pendant qu'il était shérif.

Par Kathy Weiser-Alexander, mis à jour en octobre 2019.

Lawman Summaries (le nom commence par) A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Rése complèteña

Cuéntales a los lectores qué opinas al calificar y reseñar este libro.

Lo calificaste *

Asegúrate de elegir una calificación

Añadir una reseña

Qu'est-ce que c'est
  • Di qué fue lo que más te gustó, qué fue lo que menos te gustó
  • Décrire el estilo del autor
  • Explica la calificaci&# 243n que diste
Qué aucune hacer
  • Utilizar lenguaje agresivo o vulgar
  • Incluir des informations personnelles
  • Mencionar adelantos del libro ou el precio del libro
  • Récapitulatif la trama

( 0 ) Minimo de 50 caractères

La reseña debe contener al menos 50 caractères.

El título debe contar al menos con 4 caracteres.

Tu nombre en pantalla debe contener por lo menos 2 caracteres.


Vous cherchez quelque chose de vieux/vintage ? Nous vous recommandons de magasiner sur ces sites en ligne : eBay & Etsy & Amazone.

LIBRAIRIE EN LIGNE - La liste de livres suivante (dernières publications) peut être disponible dans une ou plusieurs de ces quatre catégories : Livre relié, livre de poche, livre audio (disque, cassette, CD aka Compact Disc & MP3/WMA/AAC Formats téléchargeables) et eBooks (Amazon Kindle, Barnes & amp Noble Nook, téléphone intelligent, tablette et autres appareils/formats/logiciels). Cliquez sur Photos pour plus d'informations.

Légendes de l'Ouest : La vie et l'héritage de Buffalo Bill Cody par Charles River Editors. 42 pages - publié le 18/09/13.

Buffalo Bill par Ingri et Edgar Parim d'Aulaire. 41 pages - publié le 01/02/98…………..

Chaos au Far West de Buffalo Bill (Jemmy Mcbustle Mystery) par Fedora Amis. 287 pages - publié le 17/02/16.

L'histoire de la vie de Buffalo Bill : une autobiographie par William F. Cody. 365 pages - publié le 01/04/2010.

Le grand spectacle du Far West de Buffalo Bill par Walter Havighurst. 183 pages - publié en 1957.

American Endurance : Buffalo Bill, la grande course de cow-boys de 1893 et ​​le Far West en fuite par Richard A. Serrano.

Le Far West en Angleterre par William F. Cody & Frank Christianson. 256 pages - publié le 01/10/12.

Histoire du Far West et discussions sur le feu de camp par Buffalo Bill. 776 pages - publié le 8/11/15.

Buffalo Bill Cody : L'homme derrière la légende par Robert A. Carter. 496 pages - publié le 30/06/05.

Le garçon qui est devenu Buffalo Bill: Grandir Billy Cody dans Bleeding Kansas par Andrea Warren - publié le 03/11/15.

Les Aventures de Buffalo Bill (1904) par William Frederick Cody. 64 pages - publié le 18/01/18.

La vie de l'hon. William F. Cody, connu sous le nom de Buffalo Bill par Buffalo Bill & Frank Christianson. 584 pages - publié le 01/10/11.

Le canyon d'or, Buffalo Bill Cody et le trésor légendaire de la mine de la porte de fer par William « Flint » Carter. 228 pages - 23/01/16.

The Colonel and Little Missie : Buffalo Bill, Annie Oakley, & the Beginnings of Superstardom in America par Larry McMurtry.

L'empire du Wyoming de William F. Cody : le Buffalo Bill que personne ne connaît par Robert E. Bonner. 344 pages - publié le 29/01/16.

La vie et les légendes de Buffalo Bill par Don Russel. 560 pages - publié le 15/05/2079.

L'Amérique de Buffalo Bill : William Cody et The Wild West Show par Louis S. Warren. 672 pages - publié le 05/12/06.

Blood Brothers : L'histoire de l'étrange amitié entre Sitting Bull et Buffalo Bill par Deanne Stillman - 24/10/17.

Buffalo Bill de la prairie au palais : une histoire authentique du Far West par John M. Burke. 68 pages - publié le 08/06/15.

Buffalo Bill, Boozers, Bordels et Bare-Knuckle Brawlers: An Englishman's Journal of Adventure in America par K. Cutsforth.

Le Far West de Buffalo Bill : une légende américaine par R.L. Wilson. 316 pages - publié le 15/05/2008.

Le Far West britannique de Buffalo Bill par Alan Gallop. 288 pages - publié le 01/07/09……………

Buffalo Bill and the Pony Express: A Historical Novel (Disney's American Frontier) par Debbie Dadey. 80 pages - édit. le 01/12/94.

Le guide des grandes plaines de Buffalo Bill : forts, combats et autres sites par Jeff Barnes. 240 pages - publié le 01/02/14.

Présentation de Buffalo Bill : l'homme qui a inventé le Far West par Candace Fleming. 288 pages - publié le 20/09/16.

Buffalo Bill's Dead Now (Un mystère de la réserve de Wind River) par Margaret Coel. 304 pages - publié le 04/09/12.

Cosaques, Indiens et Buffalo Bill par Richard Alexis Georgian. 438 pages - publié le 26/06/11.

Buffalo Bill : sa famille, ses amis, sa renommée, ses échecs et ses fortunes par Nellie Snyder Yost. 500 pages - publié le 01/12/79.

Buffalo Bill : le plus noble des Peaux-Blanches par John Burke. 320 pages - publié en 1974…………………

Frontier America: Art et trésors du Far West du Buffalo Bill Historical Center par Paul Fees. 128 pages - édit. 1988.

Law & Order in Buffalo Bill's Country: Legal Culture and Community on the Great Plains, 1867-1910 par Mark R Ellis. 300 pages - 01/07/09.

Buffalo Bill Cody: Showman courageux du Far West par William R. Sanford & Carl R. Green. 48 pages - publié le 01/08/12.

Buffalo Bill Cody : une autobiographie par Buffalo Bill Cody. 194 pages - publié le 30/01/14.

Le Far West de Buffalo Bill : célébrité, mémoire et histoire populaire par Joy S. Kasson. 320 pages - publié le 30/06/00.

Buffalo Bill : le dernier des grands scouts par Helen Cody Wetmore et Zane Grey. 228 pages - publié le 01/04/2003.

Buffalo Bill, le roi des hommes de la frontière (Le journal de Wurtherington) par Ned Buntline et Reynold Jay. 108 pages - publié le 05/08/15

Buffalo Bill à Bologne : l'américanisation du monde, 1869-1922 par Robert W. Rydell et Rob Kroes. 224 pages - 28/11/12.

L'incroyable histoire de Buffalo Bill Cody pour les enfants ! : La légende du Far West qui a changé l'histoire pour toujours… par Mike Smith.

Buffalo Bill sur scène par Sandra K. Sagala. 319 pages - publié le 16/05/2008………………………….

Bande-annonce d'espionnage de Buffalo Bill : L'étranger au camp par le colonel Prentiss Ingraham. 144 pages - publié le 13/10/09.

Buffalo Bill : Scout, Showman, Visionnaire par Steve Friesen. 176 pages - publié le 01/07/10.

Buffalo Bill : Frontier Daredevil (Enfance des Américains célèbres) par Augusta Stevenson. 192 pages - publié le 30/04/91.

Hostiles?: La danse des fantômes de Lakota et le Far West de Buffalo Bill par Same A. Maddra. 288 pages - publié le 08/05/2006.

Buffalo Bill sur le grand écran : les films de William F. Cody par Sandra K. Sagala. 240 pages - publié le 02/08/13.

L'histoire de Buffalo Bill par Edmond Collier. 182 pages - publié en 1952…………………………………

Souvenirs de Buffalo Bill par Louisa Frederici Cody et Courtney Ryley Cooper. 116 pages - publié le 06/10/17.

Buffalo Bill et ses aventures dans l'Ouest par Ned Buntline. 204 pages - publié le 07/10/10.

Lettres de Buffalo Bill par Stella Foote. 160 pages - publié le 01/01/91……………………………………..


Avis de la communauté

J'ai beaucoup réfléchi ces derniers temps à la façon dont nous présentons l'histoire à nos enfants. Plus précisément, je pensais aux biographies de livres d'images et à leur capacité ou non à offrir une perspective nuancée sur la vie compliquée d'une personne. Verrons-nous jamais une biographie honnête de Nixon dans un livre d'images, par exemple ? En discutant avec un auteur de non-fiction pour enfants l'autre jour, elle m'a posé des questions sur les livres de niveau intermédiaire (livres écrits pour les 9-12 ans) et s'ils sont ou non capables de présenter des co. nous présentons l'histoire à nos enfants. Plus précisément, je pensais aux biographies de livres d'images et à leur capacité ou non à offrir une perspective nuancée sur la vie compliquée d'une personne. Verrons-nous jamais une biographie honnête de Nixon dans un livre d'images, par exemple ? En discutant avec un auteur de non-fiction pour enfants l'autre jour, elle m'a posé des questions sur les livres de niveau intermédiaire (livres écrits pour les 9-12 ans) et s'ils sont ou non capables de présenter des sujets compliqués. J'ai répondu que souvent, ils sont capables de montrer toutes sortes de côtés à une personne. Considérez le délicieux The Hero Schliemann de Laura Amy Schlitz ou The Great and Only Barnum de Candace Fleming. Grands livres sur les gens moyens. Et Candace Fleming… il y a maintenant un auteur clairement attiré par les personnages historiques avec une morale glissante et glissante. Son dernier livre, Présentation de Buffalo Bill en est un magnifique exemple. Pas tout à fait un escroc, mais en aucun cas possédant une âme aussi pure que la neige sans tache, m'aviez-vous demandé, avant de lire ce livre, s'il était même possible d'écrire une biographie pour enfants à son sujet, ma réponse aurait été un non sans réserve. D'une manière ou d'une autre, Mme Fleming a réussi. Une vie aussi enchevêtrée et épineuse que jamais, Fleming montre habilement comment les perceptions de l'Ouest américain qui persistent à ce jour peuvent toutes être attribuées à Buffalo Bill Cody. Pour le meilleur ou pour le pire.

À quoi pensez-vous quand vous pensez à l'emblématique Ouest américain ? Cowboys et sages ? Indiens d'Amérique et buffles ? Peu importe ce qui vous passe par la tête en ce moment, s'il s'agit d'une scène stéréotypée, vous devez en remercier Buffalo Bill Cody. Fils d'un abolitionniste réticent, Bill a grandi dans une famille nombreuse dans le Kansas d'avant la guerre de Sécession. Grâce à la mort prématurée de son père, Bill devait gagner de l'argent à un très jeune âge. Avant qu'il ne s'en rende compte, il tentait sa chance à la recherche d'or, apprenait les subtilités des bases du cow-boy et accompagnait les trains de wagons. Il a servi pendant la guerre civile, a rencontré l'amour de sa vie et a organisé des visites guidées pour les riches orientaux en quête d'aventure. C'est ainsi que Bill s'est retrouvé sans le vouloir le sujet d'une série de livres de poche populaire, et à partir de là, il a pu transformer sa renommée en un spectacle sur scène. C'était juste un saut, un saut et un saut pour créer son Wild West Show. Mais Bill était-il un héros ou un escroc ? A-t-il exploité ses travailleurs indiens ou leur a-t-il offert des opportunités économiques qui leur seraient autrement inaccessibles ? Était-il un homme attentionné ou un coureur de jupons ? La réponse : Oui. Et en cours de route, il a peut-être influencé la façon dont le monde voyait les États-Unis d'Amérique eux-mêmes.

Revenons donc à cette question précédente de savoir si vous pouvez ou non présenter une personne à l'éthique douteuse dans une biographie écrite pour les enfants. Tout se résume vraiment à une question de savoir quel est l'intérêt des biographies d'enfants en premier lieu. Sont-ils destinés à inspirer, ou simplement informer, ou une sorte de combinaison des deux ? Dans le cas de Bill peu fiable, le self-made man (j'entends soudain la voix de Jerry Seinfeld dire à George Costanza : "Tu es vraiment fait de toi-même") Candace Fleming a dû parcourir des tas de données inexactes produites, en de nombreux cas, par Bill lui-même. Pour lutter contre ce problème, Mme Fleming utilise un segment interstitiel régulier dans le livre intitulé « Panorama pour la vérité » dans lequel elle essaie de tirer un peu de vérité de l'exaltation. Si une personne aime inventer l'histoire de sa propre vie, comment savoir quelle est la vérité ? Pourtant, à bien des égards, c'est le nœud de l'histoire de Bill. C'était un conteur, et pour se soutenir, il devait, dans un sens, soutenir la croyance du pays en sa propre mythologie. Comme il était l'incarnation de cette mythologie, il avait tout intérêt à vanter ce qui, selon lui, rendait les États-Unis uniques. Portant le même message à d'autres pays du monde, il a propagé un mythe auquel beaucoup croient encore aujourd'hui. Par conséquent, l'histoire de Bill n'est pas simplement l'histoire d'un homme, mais d'une façon dont les gens pensent de notre pays. Bill n'était que le navire. Le message lui a survécu.

J'ai entendu des gens en ligne dire à propos du livre qu'ils ne peuvent pas imaginer l'enfant qui serait venu chercher une biographie de Buffalo Bill. Comme les enfants n'aiment plus les cow-boys comme avant, l'existence même de ce livre dans l'univers les laisse perplexes. Eh bien, en mettant de côté le fait qu'apprécier une biographie a souvent très peu à voir avec le fait que vous vous intéressiez déjà au sujet (ou à tout autre livre de non-fiction, d'ailleurs), déterminons précisément pourquoi un enfant pourrait en avoir beaucoup en lisant à propos de Bill. Il était, comme je l'ai mentionné, un farceur. Mais il était aussi pour plus que cela. Il était un mélange fascinant de bien et de mal. Il s'attribuait le mérite d'actes terribles mais participait également à des actes de charité (que ce soit par obligation ou par simple argent est une question en soi). Il ne correspond plus au moule de ce que nous considérons comme un héros. Il ne correspond pas non plus au moule d'un méchant. Alors qu'est-ce que cela nous laisse? Un être humain très intéressant et ceux-ci, à vrai dire, constituent les meilleures biographies pour les enfants.

Le fait que Bill soit un sujet de qualités personnelles moins que remarquables n'est pas ce qui rend ce livre aussi difficile qu'il l'est à écrire (bien que cela n'aide pas). Le vrai problème avec Bill se résume à ses relations avec les Indiens d'Amérique. Comment pouvons-nous au 21e siècle accepter les attitudes très blanches de Bill, très 19e siècle envers les Amérindiens ? Fleming s'attaque à cela de front. Tout d'abord, elle commence le livre par "Une note de l'auteur" où elle explique pourquoi elle utiliserait un terme ou un autre pour décrire les Amérindiens dans ce livre, se terminant par la phrase "Toujours mon intention en faisant référence à des personnes extérieures mon propre héritage culturel est d'être respectueux et précis. Ensuite, elle fait ses recherches. Les sources primaires sont essentielles, mais il en va de même pour les travaux de la bibliothèque de recherche McCracken du Buffalo Bill Center of the West à Cody, dans le Wyoming. Son travail a ensuite été vérifié par le Dr Jeffrey Means (membre inscrit de la tribu Oglala Sioux), professeur agrégé d'histoire à l'Université du Wyoming dans le domaine de l'histoire amérindienne, entre autres. J'ai également été très impressionné par les parties du livre qui citent Vine Deloria Jr., spécialiste de l'Oglala, expliquant en détail pourquoi les artistes autochtones ont travaillé pour Buffalo Bill et ce que cela signifiait pour leurs communautés.

Ce qui m'a le plus surpris dans le livre, c'est que j'y suis entré avec la perception assez claire que Bill était un « méchant ». Un gars qui embauche des Indiens d'Amérique pour qu'ils perdent ou se fassent continuellement exploiter dans le cadre d'un spectacle itinérant destiné à faire en sorte que les Américains blancs se sentent supérieurs ? Oui. Pas à bord avec ça.Mais comme toujours, la vérité est bien plus compliquée que cela. Fleming approfondit non seulement les fondements intrinsèquement racistes de la vie de Bill, mais aussi ses contradictions. Bill détestait Custer quand il connaissait le gars et a déclaré publiquement que la défaite de Custer n'était pas un massacre, mais qu'il la reproduirait dans le cadre de son émission, avec Custer comme héros mort glorifié. Il engageait des artistes autochtones, leur versait un salaire décent et faisait l'éloge d'eux, mais en même temps, il assassinait un jeune Cheyenne nommé Yellow Hair et le scalpait pour sa propre gloire. Fleming est à son meilleur lorsqu'elle raconte la relation entre Bill et Sitting Bull. Une photo des deux les montre debout ensemble "d'égal à égal". . . mais il est évident que Bill montre la voie tandis que Sitting Bull semble céder. Quel était le sous-texte de la photo ? Que "l'amitié" offerte dans la photographie - et dans les performances du Far West - n'honore la dignité des Indiens d'Amérique qu'au détriment de la soumission à la domination et au contrôle blancs.



Commentaires:

  1. Aponivi

    Laisse-moi tranquille!

  2. Laine

    l'excellente idée

  3. Shaktibar

    Volontiers j'accepte. Le thème est intéressant, je participerai à la discussion. Ensemble nous pouvons arriver à la bonne réponse. je suis assuré.

  4. Eatun

    kada demi-vie sur un tel sotrish dans la vraie vie .......

  5. Awnan

    Ce sont des informations très précieuses.



Écrire un message