Podcasts sur l'histoire

Bureau des maréchaux des États-Unis - Histoire

Bureau des maréchaux des États-Unis - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

United States Marshals Office - partie du ministère de la Justice. La plus ancienne agence fédérale d'application de la loi aux États-Unis, elle crée un lien entre les branches exécutive et judiciaire du gouvernement. Créé en 1789, il se compose de maréchaux, nommés par le Président, et de leur personnel d'appui d'environ 3 500 maréchaux adjoints et employés administratifs dans tous les arrondissements judiciaires fédéraux. Le US Marshals Service : fournit un soutien et une protection aux tribunaux fédéraux, y compris la sécurité des installations judiciaires, des juges et des autres participants aux procès ; appréhende les fugitifs fédéraux; gère le programme fédéral de protection des témoins pour protéger les témoins du gouvernement ; détient des milliers de prisonniers fédéraux chaque année et les transporte; exécute les décisions de justice et les mandats d'arrêt ; saisit, gère et vend les biens des trafiquants de drogue et autres criminels ; et envoie son groupe d'opérations spéciales pour répondre aux troubles civils, aux incidents terroristes et à d'autres crises d'urgence.

. .



Dossiers du US Marshals Service

Établi: Le poste de maréchal des États-Unis a été établi par l'article 27 de la loi judiciaire de 1789 (1 Stat. 87), le 24 septembre 1789, autorisant la nomination d'un maréchal pour chaque district judiciaire fédéral. L'Executive Office for United States Marshals (EOUSM) a été la première organisation à superviser les U.S. Marshals à l'échelle nationale. L'EOUSM a été créé le 17 décembre 1956 par annonce du sous-procureur général William P. Rogers, le 30 novembre 1956. Il a fonctionné sous le Bureau du sous-procureur général jusqu'au 28 novembre 1967, date à laquelle il a été transféré à la division administrative. par le DOJ Order 386-67, même date. Il a continué dans cette division jusqu'au 12 mai 1969, date à laquelle il a été remplacé par le Bureau du directeur du Service des maréchaux des États-Unis. Le service des maréchaux des États-Unis a été créé au sein du ministère de la Justice par l'ordonnance du DOJ 415-69 du 12 mai 1969. Les dossiers de l'USMS comprennent ceux du bureau du directeur de l'USMS et ceux des bureaux de district et de sous-district de l'USMS situés dans les divers bureaux fédéraux. circonscriptions judiciaires.

Les fonctions: Chaque maréchal des États-Unis est nommé par le président avec l'avis et le consentement du Sénat. Les devoirs de chaque US Marshal et, par délégation, de chaque US Marshal adjoint, comprennent la protection de la ou des juridictions fédérales de leur district judiciaire, ainsi que les fonctionnaires des tribunaux et les participants au procès enquêtent et appréhendent les fugitifs de la justice fédérale en assurant la sécurité des gouvernements en danger. les témoins qui gardent et transportent des prisonniers fédéraux exécutant des décisions de justice et des mandats d'arrêt, gérant et éliminant les biens confisqués au gouvernement par des trafiquants de drogue et d'autres criminels et répondant à des situations d'urgence telles que des troubles civils et des incidents terroristes.

Documents associés :
Records of United States Attorneys, RG 118 (anciennement Records of United States Attorneys and Marshals, RG 118).
Dossiers des tribunaux de district des États-Unis, RG 21.
Documents généraux du ministère de la Justice, RG 60.

527.2 Dossiers des U.S. Marshals, Southern Judicial District of Alabama
1885-1923

Documents textuels (à Atlanta) : Lettres envoyées, 1885-87. Dossiers thématiques, 1907-23.

527.3 Dossiers des maréchaux américains, district judiciaire de l'Arizona
1875-1923

Documents textuels (à Los Angeles): Lettres envoyées, 1901-04. Correspondance relative aux affaires indiennes, 1917-23. Nominations et serments des maréchaux et des maréchaux adjoints des États-Unis, 1875-1912.

527.4 Dossiers des maréchaux américains, district judiciaire du nord de la Californie
1874-1919

Documents textuels (à San Francisco) : Correspondance relative à des cas significatifs, 1874-1919.

527.5 Dossiers des U.S. Marshals, Southern Judicial District of Florida
1890-1927

Documents textuels (à Atlanta) : Dossiers du maréchal adjoint des États-Unis, division de Key West, y compris les lettres envoyées, les lettres reçues de 1921-26, 1907-1926 et les dossiers fiscaux consistant en un livre de caisse, 1890-1904, et un livre de dépenses, 1921-27.

527.6 Dossiers des U.S. Marshals, Southern Judicial District of Indiana
1893-1915

Documents textuels (à Chicago) : Lettres envoyées, 1897-1908. Lettres reçues, 1893-1910. Correspondance relative aux affaires d'immigration chinoise, 1905-15.

527.7 Dossiers des maréchaux américains, district judiciaire du Kansas
1864-1918

Documents textuels (à Kansas City) : Dossiers des maréchaux américains, district judiciaire du Kansas, y compris les dossiers de nomination, les registres de 1867-94, 1874-1908 et les dossiers (15 pieds) concernant la délivrance aux étrangers allemands de permis de résidence, de transit et de travail, 1917-18. Dossiers des U.S. Marshals, First Division, Kansas Judicial District, y compris les lettres envoyées, 1901-12 lettres reçues, 1864-1918 (avec lacunes) et les registres, 1874-1888.

527.8 Dossiers des U.S. Marshals, Western Judicial District of Missouri
1879-83

Documents textuels (à Kansas City) : Registres des dépenses, 1879-83.

527.9 Dossiers des maréchaux américains, district judiciaire du Nevada
1939-50

Documents textuels (à Los Angeles) : Laiteries quotidiennes, 1939-50.

527.10 Dossiers des U.S. Marshals, Southern Judicial District de New York
1845-52, 1868

Documents textuels (à New York) : Lettres reçues, 1845-48, 1868. Ordres reçus, 1848-52.

527.11 Dossiers des maréchaux américains, district judiciaire du Dakota du Sud
1893-1906

Documents textuels (à Kansas City) : Lettres envoyées, 1893-1906.

527.12 Dossiers des maréchaux américains, district judiciaire du Wyoming
1873-99

Documents textuels (à Denver) : Résumés d'indemnisation aux témoins, petits jurés et grands jurés, 1875. US Marshal's civil docket, 1878-93, et pénal, 1879-93. Grands livres du maréchal, 1887-99. Registre des fonds publics, 1890-96. Description et histoire des condamnés au pénitencier américain de Laramie City, Wyoming, 1873-92. Registre des brefs, 1879-96.

527.13 Dossiers des U.S. Marshals, United States Court for China
1935-41

Documents textuels : Dossiers relatifs aux enquêtes impliquant des citoyens américains en Chine, 1935-41.

Note bibliographique : version Web basée sur le Guide to Federal Records des Archives nationales des États-Unis. Compilé par Robert B. Matchette et al. Washington, DC : Administration nationale des archives et des dossiers, 1995.
3 tomes, 2428 pages.

Cette version Web est mise à jour de temps à autre pour inclure les dossiers traités depuis 1995.

Cette page a été révisée pour la dernière fois le 15 août 2016.
Contactez-nous avec des questions ou des commentaires.


Contenu

Le bureau du procureur général a été créé par la loi judiciaire de 1789 comme un travail à temps partiel pour une personne, mais a grandi avec la bureaucratie. À un moment donné, le procureur général a donné des conseils juridiques au Congrès américain, ainsi qu'au président. Cependant, en 1819, le procureur général a commencé à conseiller le Congrès seul pour assurer une charge de travail gérable. [11] Jusqu'au 3 mars 1853, le salaire du procureur général était fixé par la loi à un montant inférieur au montant versé aux autres membres du Cabinet. Les premiers procureurs généraux complétaient leurs salaires en dirigeant des cabinets de droit privé, plaidant souvent des affaires devant les tribunaux en tant qu'avocats pour payer les plaideurs. [12]

À la suite d'efforts infructueux en 1830 et 1846 pour faire du procureur général un emploi à temps plein, [13] en 1867, le Comité de la Chambre des États-Unis sur le pouvoir judiciaire, dirigé par le membre du Congrès William Lawrence, a mené une enquête sur la création d'un « département juridique » dirigé par par le procureur général et également composé des divers avocats du département et des procureurs des États-Unis. Le 19 février 1868, Lawrence a présenté un projet de loi au Congrès pour créer le ministère de la Justice. Le président Ulysses S. Grant a signé le projet de loi le 22 juin 1870. [14]

Grant a nommé Amos T. Akerman comme procureur général et Benjamin H. Bristow comme premier solliciteur général des États-Unis la même semaine que le Congrès a créé le ministère de la Justice. La fonction immédiate du ministère était de préserver les droits civils. Il a commencé à lutter contre les groupes terroristes nationaux qui avaient utilisé à la fois la violence et les litiges pour s'opposer aux 13e, 14e et 15e amendements à la Constitution. [15]

Akerman et Bristow ont tous deux utilisé le ministère de la Justice pour poursuivre vigoureusement les membres du Ku Klux Klan au début des années 1870. Au cours des premières années du premier mandat de Grant, il y a eu 1000 actes d'accusation contre des membres du Klan avec plus de 550 condamnations du ministère de la Justice. En 1871, il y avait 3 000 inculpations et 600 condamnations, la plupart ne purgeant que de brèves peines tandis que les meneurs étaient emprisonnés jusqu'à cinq ans dans le pénitencier fédéral d'Albany, New York. Le résultat a été une diminution spectaculaire de la violence dans le Sud. Akerman a rendu hommage à Grant et a dit à un ami que personne n'était « meilleur » ou « plus fort » que Grant lorsqu'il s'agissait de poursuivre les terroristes. [16] George H. Williams, qui a succédé à Akerman en décembre 1871, a continué à poursuivre le Klan tout au long de 1872 jusqu'au printemps de 1873, pendant le deuxième mandat de Grant. [17] Williams a alors placé un moratoire sur les poursuites du Klan en partie parce que le ministère de la Justice, inondé par les affaires impliquant le Klan, n'avait pas la main-d'œuvre pour poursuivre les poursuites. [17]

La « Loi portant création du ministère de la Justice » a considérablement augmenté les responsabilités du procureur général pour inclure la supervision de tous les procureurs des États-Unis, anciennement relevant du ministère de l'Intérieur, la poursuite de tous les crimes fédéraux et la représentation des États-Unis dans tous les actions en justice, interdisant l'utilisation d'avocats privés par le gouvernement fédéral. [18] La loi a également créé le bureau du solliciteur général pour superviser et mener les litiges gouvernementaux devant la Cour suprême des États-Unis. [19]

Avec l'adoption de l'Interstate Commerce Act en 1887, le gouvernement fédéral a assumé certaines responsabilités en matière d'application de la loi, et le ministère de la Justice a été chargé de les assumer. [20]

En 1884, le contrôle des prisons fédérales a été transféré au nouveau ministère, du ministère de l'Intérieur. De nouvelles installations ont été construites, notamment le pénitencier de Leavenworth en 1895, et un établissement pour femmes situé en Virginie-Occidentale, à Alderson, a été créé en 1924. [21]

En 1933, le président Franklin D. Roosevelt a publié un décret qui confiait au ministère de la Justice la responsabilité des « fonctions de poursuites devant les tribunaux des États-Unis pour les réclamations et les demandes par, et les infractions [.sic] contre le gouvernement des États-Unis, et de défendre les réclamations et demandes contre le gouvernement, et de superviser le travail des avocats, maréchaux et greffiers des États-Unis à cet égard, maintenant exercé par tout organisme ou officier. " [22]

Le bâtiment du ministère de la Justice des États-Unis a été achevé en 1935 d'après un projet de Milton Bennett Medary. À la mort de Medary en 1929, les autres partenaires de son entreprise de Philadelphie Zantzinger, Borie et Medary ont repris le projet. Sur un terrain bordé par les avenues Constitution et Pennsylvania et les neuvième et dixième rues, nord-ouest, il détient plus de 1 000 000 pieds carrés (93 000 m 2 ) d'espace. Le sculpteur C. Paul Jennewein a servi de consultant en conception globale pour l'ensemble du bâtiment, contribuant à plus de 50 éléments sculpturaux distincts à l'intérieur et à l'extérieur. [ citation requise ]

Divers efforts, sans aucun succès, ont été faits pour déterminer le sens originel de la devise latine apparaissant sur le sceau du ministère de la Justice, Qui Pro Domina Justitia Sequitur (littéralement "Qui pour Lady Justice s'efforce"). On ne sait même pas exactement quand la version originale du sceau du MJ lui-même a été adoptée, ni quand la devise est apparue pour la première fois sur le sceau. L'opinion la plus autorisée du DOJ suggère que la devise fait référence au procureur général (et donc, par extension, au ministère de la Justice) « qui poursuit au nom de la justice (ou de la Dame de justice) ». [23]


Légendes d'Amérique

À la fin du XIXe siècle, le territoire indien (Oklahoma) était considéré comme le plus violent des territoires américains, car il abritait des centaines de hors-la-loi de tout le pays. Accusés de meurtre, de viol, de vol, d'incendie criminel, d'adultère, de pots-de-vin et de nombreux autres crimes, les hors-la-loi ont d'abord trouvé un refuge sur le territoire indien, qui était sans application de la loi à l'exception des forces de police des Nations indiennes, qui n'avaient aucune juridiction. sur les nombreux criminels qui avaient fui d'autres États.

Cela allait changer, cependant, lorsque le juge Isaac Parker a été nommé au district judiciaire occidental de l'Arkansas, qui comprenait le territoire indien. Finalement, Parker commanderait à environ 200 maréchaux adjoints de « nettoyer » le territoire sans foi ni loi, mais cela prendrait des années alors que les députés luttaient pour couvrir quelque 74 000 miles carrés dans leur recherche de centaines de fugitifs recherchés.

L'occupation d'un maréchal adjoint américain courtisait un danger constant, à tel point qu'entre 1872 et 1896, plus de 100 députés moururent en appliquant la loi sur tout le territoire.

Dans ce milieu dangereux, un certain nombre d'hommes se sont fait des noms - des hommes tels que Heck Thomas, Bass Reeves, Bill Tilghman, Chris Madsen et des dizaines d'autres. Plus discrètement, quelques autres députés se sont également fait un nom, car ils étaient des femmes.

L'une de ces femmes courageuses était F.M. Miller, qui a été nommée maréchal adjoint des États-Unis à la cour fédérale de Paris, au Texas, en 1891. Au moment où elle a été nommée, elle était la seule femme députée connue à travailler sur le territoire indien. L'histoire mentionne à plusieurs reprises qu'elle a servi comme gardienne à la prison fédérale de Guthrie, dans l'Oklahoma, sous la direction du député américain Marshall Ben Campbell. Elle était également connue pour avoir accompagné Campbell dans tous ses voyages.

Au cours de son mandat, elle a été mentionnée dans plusieurs articles de journaux, y compris l'ascenseur de Fort Smith le 6 novembre 1891, qui est décrit ici comme: "une brune fringante aux manières charmantes".

“La femme porte un pistolet bouclé autour d'elle et a un Winchester attaché à sa selle. C'est une tireuse experte et une superbe cavalière, courageuse jusqu'à l'insouciance. On dit qu'elle aspire à gagner un nom égal à celui de Belle Starr, se différenciant d'elle en s'efforçant de réprimer les criminels et dans l'application de la loi.

Un autre article parut quelques semaines plus tard dans le Muskogee Phoenix du 19 novembre 1891, qui disait qu'elle avait la réputation d'être une policière intrépide et efficace et qu'elle avait enfermé plus de quelques délinquants. L'article continuait :

“Miss Miller est une jeune femme d'apparence avenante, porte un chapeau de cow-boy et est toujours ornée d'une ceinture de pistolet pleine de cartouches et d'un pistolet Colt à l'air dangereux qu'elle sait utiliser. Elle est à Muskogee depuis quelques jours, étant venue ici avec le maréchal adjoint Cantrel, un gardien avec des prisonniers amenés de Talihina. Concernant la position unique de Mlle Miller en tant que maréchal adjoint des États-Unis, un autre journal a commenté : « J'espère qu'à l'avenir, il y aura plus d'informations sur cet agent de la paix coloré. »

Une autre femme du territoire indien qui a fait preuve de bravoure et de compétence dans son poste de maréchal adjoint des États-Unis était une jeune femme nommée Ada Curnutt. Fille d'un pasteur méthodiste, Ada Curnutt a déménagé dans le territoire de l'Oklahoma avec sa sœur et son beau-frère peu de temps après son ouverture aux colons. Le jeune homme de 20 ans a rapidement trouvé du travail en tant que greffier du tribunal de district de Norman, Oklahoma et en tant que maréchal adjoint du maréchal américain William Grimes.

Son arrestation la plus célèbre a eu lieu en mars 1893 lorsqu'elle a reçu un télégramme de Grimes, lui demandant d'envoyer un adjoint à Oklahoma City pour faire venir deux hors-la-loi notoires nommés Reagan et Dolezal qui étaient recherchés pour faux. Cependant, tous les autres députés étaient sur le terrain, donc Curnutt a assumé la responsabilité. Elle est rapidement montée à bord d'un train pour Oklahoma City et, à son arrivée, a demandé des informations sur les fugitifs. Elle découvrit bientôt que les deux hommes étaient dans un saloon et s'y rendit rapidement. À son arrivée, elle a demandé à un homme dans la rue d'entrer et de leur dire qu'une dame avait besoin de les voir dehors.

Lorsque les deux sont sortis, Ada leur a lu les mandats et a déclaré qu'ils étaient en état d'arrestation. Lourdement armés, les deux hommes se sont moqués de la jeune femme et pensant que c'était une blague, lui ont permis de passer des menottes sur leurs poignets. Lorsque les captifs ont commencé à se rendre compte que la blague était sur eux, Curnutt a annoncé à la foule rassemblée autour d'eux qu'elle était prête à suppléer chaque homme pour l'aider, si nécessaire. Cependant, ce n'était pas nécessaire et elle les a escortés jusqu'à la gare et a télégraphié au bureau du maréchal à Guthrie qu'elle les amenait. Elle avait 24 ans à l'époque. Les deux faussaires furent bientôt jugés et condamnés.

"Comme tous les députés de son époque, elle devait être extrêmement dure et prête à faire face à un large éventail de situations", a écrit le US Marshals Service à propos de Curnutt.

Le maréchal américain Canada H. Thompson, qui a servi de 1897 à 1902 en tant que maréchal du territoire de l'Oklahoma, avait également deux femmes maréchaux adjoints. Bien qu'ils travaillaient le plus souvent au bureau, ils effectuaient également des travaux sur le terrain, notamment en signant des mandats et des mandats et en procédant à des arrestations. Ces deux femmes étaient S.M. Burche et Mamie Fossett.

Guthrie, palais de justice de l'Oklahoma

Un journal a décrit les femmes en 1898 :

Femmes officiers de justice - Deux filles de l'Oklahoma sont des maréchaux adjoints des États-Unis

Il n'est pas rare de nos jours qu'un officier de justice nomme une femme comme député. Mais elle est presque toujours ce qu'on appelle une adjointe de bureau. Elle effectue de simples tâches de bureau et ne se rend jamais sur le terrain. Mais l'Oklahoma a donné le ton. Le maréchal américain C. H. Thompson, de Guthrie, a nommé deux femmes adjointes pour le travail sur le terrain.

Qu'une femme choisisse la vocation de voleuse professionnelle dans la partie la plus civilisée du pays serait assez étrange. Elle l'est infiniment plus lorsqu'elle choisit le service de campagne sur le pire territoire de l'Union. Les criminels de l'Oklahoma et du territoire indien, le district où ces deux filles - car ce sont des jeunes filles - doivent opérer, sont de la classe la plus désespérée et la plus dangereuse. Plus de vies sont perdues parmi les officiers fédéraux en un an que dans tout le reste de la nation ensemble. Il semblerait donc que ces filles possèdent un métal d'une nature exceptionnelle pour entreprendre volontiers de telles tâches.

Les jeunes femmes sont Miss S. M. Burche et Miss Mamie Fossett. Ils font partie de cette classe de femelles aventureuses qui ont envahi le territoire nouvellement ouvert à la recherche de fermes. Ils sont jeunes, assez beaux, bien éduqués, intrépides et indépendants. Leurs fonctions ne se limitent en aucun cas à la tenue des livres du maréchal Thompson. Lorsqu'ils prêtèrent serment et assumèrent leurs fonctions, c'était avec la certitude qu'ils serviraient le gouvernement comme le ferait n'importe quel autre maréchal adjoint. Ils devaient entrer sur le terrain, délivrer des mandats et des mandats et procéder à des arrestations comme n'importe quel homme grossier pourrait être appelé à le faire. Et ils l'ont fait avec un succès exceptionnel.

Un deuxième article décrivait également les deux femmes :

Mlle Mamie Fossett et Mlle S. M. Burche sont des maréchaux adjoints des États-Unis dans l'Oklahoma - elles effectuent des travaux sur le terrain aussi courageusement que les hommes

Mlle S. M. Burche et Mlle Mamie Fossett sont les premières femmes à effectuer un travail de terrain actif en tant que maréchales adjointes des États-Unis. Ils sont jeunes, beaux, instruits et pleins de l'esprit du Far West, c'est-à-dire qu'ils sont intrépides, aventureux, énergiques et autonomes. Ils ont été nommés par le maréchal C. H. Thompson des États-Unis, étant entendu qu'ils ne devraient pas être simplement des députés de bureau, mais qu'ils devraient signifier des assignations et procéder à des arrestations si nécessaire. Leur conduite a pleinement justifié la confiance qui leur a été imposée.

Leur premier travail a été réalisé dans le cadre d'une affaire de meurtre sur le territoire indien. On leur ordonna de se rendre au pays des Sacs et des Renards et d'y faire venir des témoins indisciplinés, tâche extrêmement difficile et dangereuse. Ils avaient les brefs, avec les noms et adresses des hommes recherchés. Ils sont courageux comme n'importe quel homme, et experts en carabine ou pistolet. Ils voyagent ensemble, et peuvent se battre si cela arrive. Peu d'hommes entreprendraient de les déranger. Aucun ne ferait beaucoup de succès. Ce sont de splendides cavalières, habituées à la fatigue et à l'exposition, et préfèrent la vie active en plein air à celle censée attirer l'intellect féminin.

Pour accomplir leur mission, ils ont été contraints de traverser l'un des pires quartiers de la planète. Plus d'un député est tombé devant le feu d'un desperado dans ces contrées sauvages. De nombreux combats de plusieurs kilomètres ont laissé une traînée de sang sur les collines sablonneuses et les vallées brisées.

Ils souffraient de toutes les privations inhérentes à leur vocation, mais la note de frais était la dernière chose à laquelle ils pensaient. Ils tiraient sur le gibier et faisaient leur propre cuisine pendant leur absence. Ils ont réduit leurs dépenses par ce moyen et d'autres, et s'en sont bien amusés pendant leur voyage. Tout leur voyage a duré cinq jours de camping. Ils n'allaient pas dans les maisons, s'ils en avaient l'occasion, car les habitations dispersées dans cette région ne sont au mieux pas très désirables.

Ils ont obtenu les témoins et viennent de rentrer du voyage, et ne voient aucune raison pour laquelle ils devraient être crédités d'avoir fait quelque chose d'inhabituel. Ils disent qu'ils sont prêts à poursuivre n'importe quel homme recherché pour n'importe quel type de crime. Tous ceux qui les connaissent corroborent cette déclaration.

Bien que ces braves dames n'aient pas été les seules à avoir été les premiers maréchaux adjoints, on se souvient d'elles et d'elles sont reconnues pour leur ténacité et leur courage dans ce qui était alors un monde des hommes, en territoire extrêmement dangereux.


Légendes d'Amérique

Les maréchaux adjoints des États-Unis à Fort Smith, Arkansas, 1892.

Invoquant une image de cow-boys patinés chevauchant durement sur la plage, pourchassant les hors-la-loi dans une fusillade en cours, les maréchaux américains du Far West. Et tandis que ces images étaient «réelles», en particulier avec de nombreux hommes courageux travaillant sur le territoire indien sous la juridiction du «juge suspendu» Isaac Parker, ou dans les territoires occidentaux naissants de l'Arizona, du Nouveau-Mexique, du Montana, du Wyoming et d'autres. beaucoup ne savent peut-être pas que le US Marshal Service a plus de 200 ans.

Le US Marshal Service a été créé par le premier Congrès dans le Judiciary Act de 1789, la même législation qui a établi le système judiciaire fédéral. Lorsque George Washington a mis en place sa première administration et que le premier Congrès a commencé à adopter des lois, tous deux ont rapidement découvert une lacune gênante - il n'y avait aucune agence établie pour représenter les intérêts du gouvernement fédéral au niveau local. Une partie du problème a été résolue en créant des agences spécialisées, telles que les douanes et les percepteurs de recettes, pour percevoir les tarifs et les taxes, mais il y avait de nombreux autres travaux à faire.

Beaucoup de ces tâches incombaient au US Marshal Service. Bénéficiant d'une autorité étendue pour soutenir les tribunaux fédéraux, le Congrès ou le président, ces maréchaux et leurs adjoints ont signifié des citations à comparaître, des mandats, procédé à des arrestations et traité des prisonniers pendant plus de deux siècles.

Et bien que ce soient leurs tâches les plus connues, ils en avaient également de nombreuses autres, y compris le décaissement de l'argent. Les maréchaux payaient les honoraires et les dépenses des greffiers, des avocats américains, des jurés et des témoins. Ils ont loué les salles d'audience et l'espace de la prison et ont embauché les huissiers, les crieurs et les concierges. Ils s'assuraient que les prisonniers étaient présents, que les jurés étaient disponibles et que les témoins étaient à l'heure.

Mais ce n'était qu'une partie de ce que faisaient les maréchaux. Les maréchaux ont également assumé la responsabilité d'un certain nombre d'autres tâches au fil des ans, telles que le recensement national jusqu'en 1870, la distribution des proclamations présidentielles, l'enregistrement des étrangers ennemis en temps de guerre, la capture d'esclaves fugitifs et la protection des frontières américaines.

Leur devise est « Justice, intégrité et service », et au fil des ans, leurs actes héroïques face à l'anarchie sont souvent devenus célèbres, en particulier à l'époque du Far West, qui a si souvent été dépeint dans des films populaires. , et invoquant les nombreuses images que nous avons de ces hommes courageux aujourd'hui.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les maréchaux américains sont devenus synonymes du « Wild West » alors qu'ils marquaient l'histoire des nombreuses villes frontalières sans foi ni loi. Dans beaucoup de ces endroits, les maréchaux étaient le seul type de loi disponible, et sachant cela, de nombreux hors-la-loi gagnaient leur vie dans ces villes naissantes qui n'étaient pas encore suffisamment structurées pour subvenir à leurs propres autorités. Ici, dans des endroits "méchants" comme Deadwood South Dakota Tombstone, Arizona et les plaines du territoire indien, les sous-maréchaux américains sont devenus célèbres en poursuivant des hors-la-loi notoires comme Billy the Kid au Nouveau-Mexique Dalton Gang, Belle Starr et Rufus Buck Gang dans le territoire indien Jesse James dans le Midwest et Butch Cassidy's Wild Bunch dans le Wyoming et des centaines d'autres.

Bien que les films occidentaux populaires montraient généralement ces hommes intrépides comme formant une bande, épinglant leurs badges en forme d'étoile d'argent et poursuivant les hors-la-loi dans une fusillade en cours, que les maréchaux gagnaient toujours, ce n'était en vérité pas la norme. En fait, dans le territoire indien (qui devint plus tard l'Oklahoma), 103 députés ont été tués entre 1872 et 1896, soit environ un quart du nombre de tués au cours de l'histoire des maréchaux. Le territoire, contrôlé par le juge Isaac Parker à Fort Smith, Arkansas, a été décrit par un journal de Fort Smith comme le « rendez-vous des vils et des méchants de partout ». Certains des vrais hommes courageux qui se sont fait un nom ici étaient Heck Thomas, Bass Reeves, Bill Tilghman, Chris Madsen et des dizaines d'autres.

Dans d'autres régions de l'ouest, plus d'hommes qui se sont fait connaître étaient Seth Bullock dans le Dakota du Sud Bat Masterson au Kansas Joseph Meek dans l'Oregon William Wheeler dans le Montana et encore, des dizaines d'autres. Wyatt Earp et Wild Bill Hickok étaient deux des hommes les plus reconnaissables qui ont servi comme maréchaux adjoints des États-Unis. Cependant, ils ont acquis leur notoriété principalement par leurs propres exagérations et représentations cinématographiques, plutôt que par les actes courageux montrés par de nombreux autres maréchaux adjoints.

Une fois le Far West apprivoisé, le service du maréchal américain a commencé à souffrir au 20e siècle, alors que leur étoile s'estompait et que le FBI prospérait. Bien qu'ils protégeaient le front intérieur pendant la Première Guerre mondiale et aient été fortement impliqués dans l'application des lois d'interdiction, ils avaient essentiellement perdu leur "spécialité" et, dans les années 1950, ils se sont retrouvés à agir comme huissiers de justice pour les tribunaux fédéraux et à demander des vérifications des antécédents. Dans les années 1960, leur importance a de nouveau augmenté alors qu'ils appliquaient la déségrégation raciale ordonnée par le tribunal et le programme fédéral de sécurité des témoins qui a été créé dans les années 1970.

Aujourd'hui, le Marshal Service a toujours la responsabilité d'appliquer les lois fédérales et les ordonnances émises par le tribunal, ainsi que la prévention des troubles civils, la protection continue des témoins fédéraux, les événements terroristes, les prises d'otages et de nombreuses autres fonctions dirigées par le ministère de la Justice, comme aider à la sécurité des aéroports après la terrible attaque à New York le 11 septembre 2001. Les commissaires adjoints actuels sont tenus de porter des armes à feu et de maîtriser les derniers équipements de communication électronique et dispositifs de sécurité. Leur travail continue de contenir la menace constante de violence impliquant un risque personnel pour les nombreux hommes et femmes qui s'engagent à protéger le système judiciaire.

Au fil des ans, quelque 400 maréchaux ont été tués dans l'exercice de leurs fonctions. Leur célèbre étoile à cinq faces est le plus ancien emblème de l'application de la loi fédérale dans notre pays.

Pour célébrer leur courage et leur bravoure et fournir des informations sur la riche histoire du service, des efforts de collecte de fonds sont actuellement en cours pour le US Marshals Service National Museum, qui sera établi à Fort Smith, Arkansas.


Bureau des maréchaux des États-Unis - Histoire

Histoire du maréchal des États-Unis

Le mot « Marshal » apporte souvent des images du Far West lorsque la frontière américaine s'étendait jusqu'au Pacifique et que la loi et l'ordre étaient l'arme la plus rapide de la ville. Les histoires colorées de Wyatt Earp ont mis l'image des Western Marshals dans notre esprit.

Beaucoup sont surpris de constater que les maréchaux des États-Unis et leurs adjoints sont vivants et florissants au XXe siècle en tant qu'agents professionnels modernes de l'application des lois fonctionnant comme agents des cours fédérales et agents du ministère de la Justice.

Lorsque le Congrès a adopté la première loi judiciaire de 1789, le Sénat américain a confirmé la nomination par le président George Washington des treize premiers maréchaux américains.

Aujourd'hui, ces treize premiers sont passés à 95 marshals qui sont assistés par quelque 2 500 députés et 1 500 membres du personnel administratif à travers les États-Unis et ses possessions. Alors que les maréchaux restent des nominations politiques du président avec l'avis et le consentement du Sénat, les maréchaux adjoints des États-Unis sont embauchés dans le cadre d'un concours de la fonction publique.

Aujourd'hui, les maréchaux et les adjoints mènent une vie tout aussi difficile, excitante et dangereuse que leurs premiers homologues. Ils effectuent un large éventail de tâches d'application de la loi fédérale conçues pour remplir leurs obligations légales. Parmi les diverses responsabilités qu'ils accomplissent figurent l'exécution des procédures pénales et civiles et le mouvement des mandats d'arrêt des prisonniers fédéraux la protection des témoins d'activités du crime organisé le service et l'élimination des biens en vertu d'ordonnances judiciaires la sécurité des installations des tribunaux fédéraux, les juges et les jurés et la prévention de troubles civils ou de rétablissement de l'ordre dans des situations d'émeute ou de violence collective. Ces tâches et d'autres tâches spéciales d'application de la loi sont exécutées conformément aux instructions du tribunal ou du ministère de la justice.

Les maréchaux adjoints sont tenus de porter des armes à feu et de maîtriser les derniers équipements de communication électronique et dispositifs de sécurité. Leur travail implique souvent des horaires irréguliers, la menace constante de violence impliquant des risques personnels, l'exposition à des conditions sévères, des déplacements considérables et un effort physique ardu. L'exécution de ces tâches difficiles, mais exigeantes, exige toujours les normes les plus élevées de conduite éthique et de dévouement envers le United States Marshals Service et la profession d'application de la loi.

MARSHALS DES ÉTATS-UNIS

Le maréchal des États-Unis est nommé par le président des États-Unis et approuvé par le Sénat américain pour une période de 4 ans. Il est tenu de vivre dans son district, à l'exception du maréchal des États-Unis pour le district de Columbia et du maréchal des États-Unis pour la Cour supérieure du district de Columbia, les deux maréchaux peuvent vivre dans les districts environnants.

Les Marshals for Guam, Puerto Rico, Virgin Islands sont nommés par le procureur général des États-Unis pour une période de 6 ans. Il y a actuellement 95 US Marshals.

Si quelque chose arrive au maréchal des États-Unis, le procureur général des États-Unis nomme son remplaçant jusqu'à ce qu'un nouveau maréchal puisse être nommé par le président et approuvé par le Sénat américain.

MARÉCHAL AMÉRICAIN ADJOINT EN CHEF

Chaque district a un chef adjoint du maréchal des États-Unis, certains districts en ont plus d'un. Ils sont en charge de différents détails ou occupent des postes à la Training Academy, à l'EPIC et à Interpol. Ils fonctionnent en tant qu'officiers des opérations pour le district. Ils sont le deuxième dans la chaîne de commandement.

MARÉCHAL AMÉRICAIN ADJOINT DE SURVEILLANCE

Superviser les maréchaux américains adjoints sont promus dans les rangs. Ils sont affectés à différents Districts. Les Districts sont tenus d'avoir 4 Députés ou plus dans un bureau avant d'avoir un Superviseur. Leurs tâches consistent à s'assurer que le côté opérationnel et le côté administratif du bureau coordonnent le travail. Ils y assignent également des travaux.

The current title Deputy U.S. Marshal has been used throughout the years from 1789 to present. In about 1956 the titles of Office Deputy, Fee Deputy and Field Deputy became obsolete. The title Deputy U.S. Marshals became standard. The office Deputies that did steno work, civil process, criminal process and accounting were made Administrative personnel.

The other Deputies became regular Deputies, who transported prisoners, attended courts, served civil and criminal process, also served arrest warrants. In the early days Deputies did their own investigation on all types of crimes. In the modern days, Deputies do investigations on the following laws that are assigned to the U.S. Marshal Service, Escape , Parole, Probation, Failure to Appear and Bail Jumping. In Alaska Deputy U.S. Marshals were the only Law Enforcement and they did all investigations on all crimes and were also the Deputy Corners in the Districts. In the lower 48 Deputies were not the Deputy Corners.

At present there are two categories of Deputy U.S. Marshals.

1. Criminal Investigators (GS -1811)

2. Deputy U.S. Marshals (GS- 082)

DETENTION ENFORCEMENT OFFICER

D.E.O. (GS- 1802) is responsible for transporting prisoners / detainees by bus, car, van, etc. The D.E.O. conducts searches of the prisoners / detainees to insure that they are not caring prohibited property. The D.E.O. applies and / or removes restraints to include handcuffs and leg irons. Maintains order and discipline in the cellblock. Conducts surveillance via closed circuit television monitors. Controls access to cellblock area. Distributes food to prisoners / detainees. Request appropriate medical assistance in case of medical emergencies.

OFFICE DEPUTY U.S. MARSHAL

Office Deputy U.S. Marshals was a title that was used up to 1956 when it was discontinued by the Classification Act of 1949.

It was a title of the Deputy U.S. Marshal that was assigned to the District Office to perform Office Duties. He or she did the paper work and took the prisoners from jail to U.S. Court for hearings and trials.

This title is no longer used after 1956 .

FIELD DEPUTY U.S. MARSHAL

They were appointed by the U.S. Marshal for the District that they were going to work in. They were assigned to the field. They lived away from the District Headquarters Office. Most of them worked out of their homes and the local Sheriffs offices in the Western states. They worked in the District serving Warrants Criminal, Civil process and transporting prisoners.

At one time when this title was used in the 1800's, Judge Parker had over 200 Field Deputy U.S. Marshals at one Time. They were paid very little money.

This title is no longer used.

FEE DEPUTY U.S. MARSHAL

When, in the opinion of the U.S. Marshal, public business requires it, he may appoint one or more Fee Deputies, subject to approval of the Attorney General, They hold office (unless sooner removed by the U.S. District Court for the District, or by the U.S. Attorney General) during the pleasure of the District U.S. Marshal. (See Act of March 4, 1911, 36 Stat. 1355)

Appointment of Fee Deputies should be immediately reported to the U.S. Attorney General. Such reports should specify:

(a) The facts as distinguished from conclusions constituting the reason for the Appointment .

(b) Name and age of employee.

(c) His residence and occupation at the time of Appointment.

(d) His official Headquarters.

Their headquarters should be located near the center of the Territory.

Term of Office of a fee deputy ends with that of his principal. (U.S. Marshal)

A Fee Deputy U.S. Marshal are entitled to compensation as following:

A. All gross fees actually earned, including mileage, not to exceed $1,500.00 per annum

B. Actual and necessary expenses, not to exceeding $2.00 per day, while endeavoring to arrest, serving process, a person charged with or convicted of crime.

This title is no longer in use.

SPECIAL DEPUTY U.S. MARSHAL

This title has been around for two hundred and twelve years . It was first used for those people deputized for posse work, or for agents of other federal agencies who needed authority to carry weapons or make arrests without such authority under their own agency rules.

It has been used for guards working on dams during WWI, process servers, Customs Sky Marshals, FAA special Agent, EPA Agents, FBI Agents (before 1934), IRS Special Agents, such as those who investigated Al Capone and other mobsters, Agriculture Agents, U.S. Park Service Rangers, and many others.

Today, many state and local Police Officers assigned to the O.C.D.E.T.F. (Organized Crime Drug Enforcement Task Force) are Special Deputy United States Marshals. The Court Security Officers who man metal detectors at U.S. Courthouses and perform other court related duties are also Special Deputy U.S. Marshals.

This title is still being used.

This title was created for promotions in the U.S. Marshal Service. came into effect around 1970 or 1971. It was first given to Deputies who worked the Witness Details. Then later it was made into a specialty for witness Security, Court Security and Warrant Deputies. There is also Chief Inspector, and Senior inspectors

At present it still is being used.

ROVING DEPUTY U.S. MARSHAL

A title was used when Deputies were assigned to the Internal Revenue duties. At present I can show this title was used in the 1886 in Colorado Springs, Colorado.

V. R. A. DEPUTY U.S. MARSHAL

VRA Deputy stands for Veterans Readjustment Program. It came in existence during President Nixon 's term. A VRA Deputy came on GS - 5 instead of GS - 6, and had a two year training program instead of the normal one year period. This program was designed to assist Vietnam veterans in obtaining jobs. To be a VRA Deputy, you had to have been in the military, to be discharged, and to apply within 280 days of your discharge date. VRA deputies did not effect the assigned number of deputies in the District, they were extras.

Title still being used today.

T. O. E. DEPUTY U.S. MARSHAL

T.O.E. stands for "Temporarily Official Employment". They were Life time appointments by the President of the United States and could only be removed by the President. Most of them were appointed in 1950's and 1960's. They were sworn in different Districts. They did regular Deputy's work. Paid by the hour, grades varied by the number of hours that was required to be worked in each grade. They did not have to meet any of the regular deputies requirement or take the test. I do not know if there is any at present working. I believe the last two Deputies have been converted to Regular Deputies

Title is no longer in use.

W. A. E. DEPUTY U.S. MARSHAL

W.A.E. stands for "When Actually Employed". Just about every District had a few W.A.E.'s. They entered as grade 5's and moved up in grades.

They assist regular Deputies in transporting prisoners, Court and serving process in the Districts. They were hired by District Marshals with the approval of headquarters. They are suppose to have 240 hours of Law Enforcement training before they came to work. Such as a Law Enforcement academy of some kind.

Has not been in use since 1995.

TERM DEPUTY U.S. MARSHAL

Term Deputies were appointed for one (1) year at a time. They were appointed for the Anti Air Piracy Program in 1970 thru 1972.

These Deputies were known as "Sky Marshals " . The United States Marshal Service had approximately 250 Term Deputies assigned to 33 airports across the United States. However these Deputies did not fly.

At the end of the Anti Air Piracy program most of the Term Deputies were changed over to regulars Deputies. Term Deputies did not have to take a Civil Service Test.

Term Deputies position was not charged against the District assigned Deputies jobs. They were extra deputies in the District.

Was appointed by the Marshal for a Territory or District from 1779 - 1870. They took the Census, But had no other law enforcement responsibility. Also, this title was recently used by the Marshal assigned to the Superior Court in Washington, DC. until 1989, when he became a full United States Marshal.

Known to have been used in China. There is a badge in the United States Marshal badge collection with that title on it.


Court Officers and Staff: U.S. Marshals

In addition to their duties as law enforcement officers, United States marshals have played an important role in the administration of the federal courts. The Judiciary Act of 1789 directed the president to appoint a marshal to serve in each judicial district for a renewable term of four years. The act required marshals to attend the sessions of the district and circuit courts within their respective districts and to carry out all lawful orders issued to them under the authority of the United States. Marshals carried out the courts' orders to make arrests, to provide for prisoners in federal custody, and to deliver summonses, subpoenas, and warrants. Under the provisions of the Judiciary Act of 1789, the marshal for the judicial district in which the Supreme Court of the United States sat was also responsible for serving that court. A statute of 1867 authorized the Supreme Court to appoint its own marshal.

Congress authorized the marshals to adjourn sessions of the district and circuit courts when the judge or judges of those courts were absent. Marshals also provided protection for federal judges, jurors, and witnesses. In 1792 Congress granted marshals the same authority in executing federal laws as sheriffs exercised in carrying out state laws. At the same time that the marshals carried out their principal responsibilities in the federal courts, Congress and the executive branch assigned to them local administrative tasks, such as recording the census and receiving messages from foreign consuls resident in their district.

The marshals' administrative tasks within the courts arose out of their responsibility for the disbursal of all funds by the court, as provided by an act of 1791. They disbursed funds to pay the fees and traveling expenses of witnesses, jurors, district attorneys, and clerks of court. Marshals also bought supplies for the judges and court officers, procured jail space for federal prisoners, hired the bailiffs and court criers, and rented space for courtrooms.

The financial duties of the marshals required them to report to the Department of Treasury all of the court's expenses and receipts of fees, thus making them important links between the federal government and the federal courts. Despite this role, the marshals were relatively free from oversight by the executive branch until 1861, when they were placed under the supervision of the Attorney General. In 1956 the Department of Justice established the Executive Office for U.S. Marshals, and in 1969 the department established the U.S. Marshals Service, with centralized authority over the marshals serving in the judicial districts.

Like other court officers of the early judiciary, the marshals were paid through a fee system rather than receiving a salary for their services. Marshals collected fees for issuing subpoenas, summons, writs, and other types of judicial processes for ensuring that jurors and witnesses appeared at trials and for arresting persons accused of federal crimes and bringing them before the courts. In 1896 Congress replaced the fee system with a salary for marshals.

During the twentieth century, and particularly after the creation of the Administrative Office of the United States Courts in 1939, the marshals' administrative responsibilities within the courts decreased while their role as law enforcement officers expanded. The marshals and their deputies continue to provide protection to judges, witnesses, and jurors, and they continue to execute the lawful orders of the federal government in the judicial districts.

Further Reading:
Calhoun, Frederick S. United States Marshals and Their Deputies, 1789-1989 . New York: Penguin Books, 1991.


United States Marshals Office - History

The U.S. Marshals Service (USMS) was created by the first Continental Congress in 1789. Marshals were given the power to recruit special deputies (typically local hires or temporary transfers in law enforcement) and swear in posses to help in manhunts. They were charged with assisting federal courts and carrying out orders from federal judges, members of Congress and the President. US Marshals also served subpoenas, summonses, writs, warrants and other documents created by the courts. They made arrests, handled transportation of federal prisoners and disbursed funds according to the dictates of the federal courts. Marshals could also be called upon to pay fees and expenses of the court&rsquos clerks, attorneys, jurors and witnesses, rent courtrooms, procure jail space, hire bailiffs, town criers, and janitors, if necessary. They also made sure everyone was present at hearings, including the prisoners, jurors and witnesses.

The U.S. Marshals Service (USMS) is responsible for protecting and supporting U.S. courts and the judicial system. Among their court-related duties, marshals search businesses or residences for judicial purposes seize evidence make arrests execute a judgment (deliver a court&rsquos final decision) keep safe all places where federal judicial business is done protect judges, jurors, witnesses and others from harm and transport prisoners to and from court, as well as ensure their welfare, with food, access to medical care and humane confinement.

  • The Fugitive Investigations program, which ensures that arrest warrants are managed and executed properly, and that escapees, parole violators and those who fail to appear in court are arrested and brought into custody. This sometimes extends to foreign countries where extradition orders are sought and prisoners brought back to the U.S. to face trial.
  • The Judicial Security program, which makes sure that federal judges, attorneys, witnesses, jurors and public observers are protected. Responsibilities also include protecting more than 400 federal courthouses and making sure judicial proceedings remain impartial and free form tampering, extortion and bribes.
  • The Witness Security program, which is charged with protecting government witnesses and their families, especially when they must testify against dangerous and violent criminals like drug traffickers, terrorist, organized crime figures and other criminals.
  • The Prisoner Services program, which helps to obtain services for nearly 44,000 federal prisoners. This often involves shepherding prisoners through the various stages of the court&rsquos procedures, transportation and obtaining medical care if a prisoner becomes sick.
  • The Asset Forfeiture program, which gives U.S. Marshals the power to seize and manage property seized by other federal agencies, including the FBI, Drug Enforcement Administration, Customs and Immigration Service and Internal Revenue Service. This power is usually related to cases involving money laundering, drug trafficking and terrorism.
  • The Special Operations Support program, which is responsible for providing temporary help to districts suffering from dangerous situations, national emergencies or any other situation deemed important by the U.S. Attorney General or the director of the Marshals Service. The Special Operations Group consists of a highly-trained team of deputy marshals that helps districts respond to high-risk trials, prisoner moves, unusually dangerous arrests and emergency situations where there is a violation of federal law or property.

Akal Security is a provider of security services for public and private institutions. It has been operational since 1980 and is currently the largest judicial security contractor in the United States. In 2003, Akal was awarded three contracts (

) to provide 1,500 security guards to protect US Army installations at Fort Hood, TX and Fort Stewart, GA. In 2005, Akal received a contract to provide armed guard services at 18 Air Force installations around the country. This contract provided more than 550 guards overseeing

entry control, vehicle inspections and searches, pass and badge verification, control and inspections of commercial traffic, operation of Visitor Control Centers and emergency and crisis response.

Commentaires

David L. Harlow became deputy director of the U.S. Marshals Service (USMS) in February 2014, a tenure that included a temporary seven-month stint as acting director. USMS is the nation&rsquos oldest federal law enforcement agency, responsible for apprehension of federal fugitives, protection of the federal judiciary, operation of the Witness Security Program, transportation of federal prisoners and seizure of property illegally obtained by criminals.

Harlow, who earned a B.A. degree in law enforcement administration from Western Illinois University, joined the U.S Marshals Service in 1983 as a deputy U.S. marshal. He served the agency as chief deputy for the northern district of Ohio until 2007. In the post, he was deputy commander of operation FALCON [Federal and Local Cops Organized Nationally] III and subsequently commander of operation FALCON 2007, for which he oversaw development of the Northern Ohio Violent Fugitive Task Force and Toledo&rsquos first fugitive apprehension team made up of numerous law enforcement agencies. From 2007 to 2008, he served as chief deputy U.S. marshal for the eastern district of Virginia.

Between 2008 and 2011, Harlow was chief of USMS&rsquos Sex Offender Investigations Branch, for which he oversaw the National Sex Offender Targeting Center and the Sex Offender Apprehension Program. He additionally developed the USMS Behavioral Analysis Unit, which helps target fugitive and non-compliant sex offenders.

In mid-2011, Harlow was named acting deputy assistant director of USMS&rsquos Investigative Operations Division (IOD). Then, in May 2012, he was made assistant director of IOD with a concurrent promotion to USMS&rsquos Senior Executive Service.

From 2012 to 2014, Harlow served as associate director for operations, managing the agency&rsquos Operational Directorate, the responsibilities of which include witness and judicial security investigative, tactical and prisoner operations and the justice prisoner and alien transportation system.


Records of the office of the Provost Marshal General, 1941-

Established: In the War Department, under the Chief of Staff, by War Department memorandum, July 3, 1941.

Transfers: To the Chief of Administrative Services, Services of Supply (SOS), effective March 9, 1942, by War Department Circular 59, March 2, 1942, as part of an army reorganization under EO 9082, February 28, 1942 to Army Service Forces (ASF, formerly SOS), by General Order 14, War Department, March 12, 1943 to Deputy Chief of Staff for Service Commands, ASF, by Circular 118, ASF, November 12, 1943 to Chief of Staff, ASF, by Circular 238, ASF, June 25, 1945 to Office of the Director of Personnel and Administration, War Department General Staff (WDGS), as an administrative staff and service, upon abolishment of ASF, effective June 11, 1946, by Circular 138, War Department, May 14, 1946, in the War Department reorganization pursuant to EO 9722, May 13, 1946 with WDGS to the Department of the Army (formerly the War Department) in the newly established National Military Establishment (NME) by the National Security Act of 1947 (61 Stat. 495), July 26, 1947 to General Staff, U.S. Army (formerly WDGS) by Circular 1, Department of the Army, September 18, 1947 with Department of the Army to the Department of Defense (formerly NME) by National Security Act Amendments of 1949 (63 Stat. 579), August 10, 1949 to Office of the Assistant Chief of Staff, G-1, Personnel (formerly Office of the Director of Personnel and Administration), effective March 1, 1950, by Circular 12, Department of the Army, February 28, 1950, as confirmed by Special Regulation 10-5-1, Department of the Army, April 11, 1950 with G-1 and other general, special, administrative, and technical staff units to Army Staff, new collective designation for all organizations responsible to the Chief of Staff, U.S. Army, by the Army Organization Act of 1950 (64 Stat. 263), June 28, 1950, as confirmed by General Order 97, November 13, 1951 to newly established Office of the Deputy Chief of Staff for Personnel, effective January 3, 1956, by General Order 70, Department of the Army, December 27, 1955, as confirmed by Change 13 to Special Regulation 10-5-1 (April 11, 1950), Department of the Army, December 27, 1955 with other administrative staffs to special staff status by Army Regulation 10-5, Department of the Army, January 2, 1963.

Functions: Administered army-wide programs relating to protective services, law enforcement, traffic control, and prisoners of war. Directed the military police. Maintained security in privately owned industrial facilities important to national defense.

Aboli: Effective May 20, 1974, by General Order 10, Department of the Army, May 8, 1974.

Successor Agencies: Deputy Chief of Staff for Personnel.

Finding Aids: Records of the Office of the Provost Marshal General in Helene L. Bowen, Mary Joe Head, Olive Liebman, and Jessie T. Midkiff, comps., "Preliminary Inventory of the Records of the Army Staff, 1939- ," NM 3 (1962), pp. 38-42 supplement in National Archives microfiche edition of preliminary inventories.

Security-Classified Records: This record group may include material that is security-classified.

389.2 General Records
1941-63

389.2.1 Records of the Administrative Division

Textual Records: Security-classified and formerly security- classified central decimal correspondence, 1941-62 (136 ft.), with indexes. Unclassified central decimal correspondence, 1941- 62 (211 ft.), with indexes. Personnel requirements and workload reports, 1943-52. Historical file, 1941-58. Military police training course theses, 1958-63. Records of the Provost Marshal's School, Fort Gordon, GA, 1951-62.

389.2.2 Records of the Legal Office

Textual Records: Correspondence relating to the care and treatment of American and enemy prisoners of war, 1943-45. Correspondence relating to the maintenance of internal security, 1942-45. Records relating to the Provost Marshal General's participation in the preparation of the Geneva Conventions, 1946- 49.

389.2.3 Records of the Technical Information Office

Textual Records: Radio scripts, press releases, and newspaper clippings relating to publicity activities, 1942-45.

389.2.4 Records of the Budget and Fiscal Branch

Textual Records: Budget estimates and justifications, 1944-46.

389.2.5 Records of the Budget and Statistical Section

Textual Records: Records relating to the military justice system, 1945-58. Statistical reports of general prisoners, 1945-58. Monthly recidivism reports, 1949-55. Reports of parole violations, 1947-58.

389.2.6 Records of the Information Branch

Textual Records: Records of the Alien Enemy Information Bureau, consisting of records relating to Japanese, German, Italian, and other alien civilian internees during World War II, 1941-46.

389.3 Records of the Military Government Division
1942-48

Textual Records: General decimal correspondence, 1942-46. Records of the Training Branch relating to training of personnel in civil administration at selected universities, 1942-48. Correspondence of the School of Military Government, Charlottesville, VA, and its successor, the School of Government of Occupied Areas, Carlisle Barracks, PA, 1942-46. Microfilm copy of German-language textbooks for schools in Germany, 1944 (24 rolls). Publications and background papers relating to civil affairs and military government in occupied areas, 1942-46, including History of Military Government Training, 5 vols., 1945, and an unpublished manuscript history, "American Military Government of Occupied Germany, 1918-20," with a microfilm library card index, n.d. (1 rouleau).

389.4 Records of the Prisoner of War Division
1941-75

389.4.1 Records of the Operations Branch

Textual Records: Security-classified and formerly security-classified general correspondence, 1942-57, with an index. Messages, 1942-47. Microfilm copy of International Red Cross lists (3 rolls), and cables relating to Americans captured or interned by Germany and Japan, 1943-45.

389.4.2 Records of the Legal Branch

Textual Records: Correspondence relating to the internment, care, and labor of prisoners of war, 1942-46.

389.4.3 Records of the Labor and Liaison Branch

Textual Records: Detention lists and correspondence, 1942-46.

389.4.4 Records of the Special Projects Branch

Textual Records: School training records of German prisoners of war, 1943-46. Special projects file, 1943-46, with an index.

389.4.5 Records of the Italian Service Units

Textual Records: Correspondence and rosters, 1944-45.

389.4.6 Records of the Prisoner of War Information Bureau

Textual Records: Policy and subject files concerning supervision of prisoner-of-war camps, 1942-45. General correspondence, 1942- 57. Miscellaneous records, 1941-57.

389.4.7 Records of the Enemy Prisoner of War Information Bureau

Textual Records: Correspondance générale, 1942-46. General orders, 1953-57. Enemy prisoner of war/civilian internee general information files, 1952-53 complaint and investigation files, 1951-53 strength reporting files, 1950-53 and roster files, 1951-53. Strength returns on German prisoners of war, 1945-46. Rosters of German and other foreign nationals in U.S. custody during World War II, 1956-57. Rosters of deceased Japanese and Italian prisoners of war, 1952. Records relating to Japanese, German, Italian, and enemy prisoners of war during World War II, 1942-52.

Films (1 bobine) : Ko je-do Prisoners of War, a film of the Korean War prisoner of war camp, 1952.

389.4.8 Records of the American Prisoner of War Information Branch

Textual Records: Civilian alien internee case files, 1941-45. Prisoner-of-war rosters, 1949-57. General correspondence, 1942- 49. Credit certificates and records relating to impounded and lost property, 1947-55. Card file of Americans interned by Germany and Japan during World War II, 1942-46. Subject files of Headquarters and Headquarters Detachment, 22d U.S. Army Prisoner of War/Civilian Internee Information Center (Fort George G. Meade, MD), 1949-74. Dossiers de l'US Army Office of Prisoner of War/Missing in Action (POW/MIA) Affairs, comprenant des documents publiés par le Task Force 250 POW/MIA Documentation Project, 1991-92.

389.5 Records of the Military Police Division
1942-65

Textual Records: General correspondence relating to military police and Provost Marshal General schools, 1942-50. Records of the Organization Branch relating to the Corps of Military Police, 1942-48. Decimal correspondence of the Training Branch, 1942-46. Correspondence and reports of the Doctrine and Equipment Branch, 1942-47. Military Police Board correspondence and reports, 1942-54, and project files, 1952-62. Records of Military Police Schools at Camp Williams, Lehi, UT, 1942 Carlisle Barracks, PA, 1947-48 and Fort Gordon, GA, 1963-65. Records of the Military Police School, 1947-48.

389.6 Records of the Provost Division
1942-54

Textual Records: Records relating to criminal investigations in the army, 1945-51. Statistical reports of criminal investigations, 1944-54. Rosters and other records relating to residents of relocation centers, 1942-46. Repatriation lists, 1942-46. Hesse crown jewels investigative case files, 1944-52. Tokyo Rose investigative files, 1947-49.

389.7 Records of the Internal Security Division
1937-50

Textual Records: Reports of race riots and strikes, 1942-45. Correspondence relating to auxiliary military police, 1942-45. Correspondence of the Safety Branch, 1942-45. Correspondence of the Fire Prevention Branch, 1942-46. Correspondence of the Confinement Branch, 1947-50. Records of the Coordination Branch, including general correspondence, 1941-46 internal security program correspondence, 1941-46 internal security interagency coordination files, 1942-45 reports of security inspections of commercial firms, 1941-44 and a library collection, 1937-46 (bulk 1941-46).

389.8 Records of the Correction Division
1920-63

Textual Records: History file, including records of the Correction Division, Adjutant General's Office, 1920-63.

389.9 Machine Readable Records (General)
1942-46
13 data sets

Converted World War II prisoners of war (POW) punchcards including records of U.S. military POWs returned alive from the European and Pacific Theaters, U.S. civilian POWs interned by the Japanese, deceased U.S. military POWs interned by the Germans and Japanese, U.S. military POWs interned by the Japanese who died in ship sinkings (1944), U.S. military personnel interned in a neutral country, U.S. military personnel missing in action and returned to military control, non-U.S. civilian internees, and unofficial civilian Japanese internees, 1942-46, with supporting documentation.

Bibliographic note: Web version based on Guide to Federal Records in the National Archives of the United States. Compiled by Robert B. Matchette et al. Washington, DC: National Archives and Records Administration, 1995.
3 volumes, 2428 pages.

This Web version is updated from time to time to include records processed since 1995.


Contenu

The date on which the government of the United States was to commence under the new Constitution was determined by the sitting Congress of the United States, the Congress of the Confederation under the Articles of Confederation. Its resolution of September 13, 1788 declared that the Constitution had been ratified as required, and set March 4, 1789 as the date "for commencing proceedings" under the new Constitution. [1]

However, the new Congress didn't have a quorum on March 4, because not enough senators and representatives had shown up yet. [2] When a quorum was gained, the electoral votes for President and Vice-President were counted on April 6. [3]

George Washington was inaugurated the first President on April 30, 1789. [3]

The Federal judiciary was first organized by the Judiciary Act of 1789, signed into law September 24. Washington nominated John Jay to be the first Chief Justice of the Supreme Court. [4] Jay was sworn in October 19, 1789. [5]

Executive departments Edit

During the Administration of George Washington as the first President of the United States, the Cabinet included only three officials who ran actual cabinet departments Thomas Jefferson as Secretary of State, Alexander Hamilton as Secretary of the Treasury, and Henry Knox as Secretary of War. Attorney General Edmund Randolph also was part of the cabinet, but at that time, there was no department corresponding to his role it was only later that the Justice Department would become a distinct government department.

New agencies and official roles Edit

The office of United States Marshal was created by the First Congress it was the first role for federal officials who would carry out regional generalized governmental roles and functions across the country. President George Washington signed the Judiciary Act into law on September 24, 1789. [6] The Act provided that a United States Marshal's primary function was to execute all lawful warrants issued to him under the authority of the United States. The law defined marshals as officers of the courts charged with assisting Federal courts in their law-enforcement functions. Federal marshals are most famous for their law enforcement work, but that was only a minor part of their workload. The largest part of the business was paper work—serving writs (e.g., subpoenas, summonses, warrants), and other processes issued by the courts, making arrests and handling all federal prisoners. They also disbursed funds as ordered by the courts. Marshals paid the fees and expenses of the court clerks, U.S. Attorneys, jurors, and witnesses. They rented the courtrooms and jail space, and hired the bailiffs, criers, and janitors. They made sure the prisoners were present, the jurors were available, and that the witnesses were on time.

The marshals thus provided local representation for the federal government within their districts. They took the national census every decade through 1870. They distributed presidential proclamations, collected a variety of statistical information on commerce and manufacturing, supplied the names of government employees for the national register, and performed other routine tasks needed for the central government to function effectively.

The United States Revenue Cutter Service was established by an act of Congress (1 Stat. 175) on 4 August 1790 as the Revenue-Marine upon the recommendation of Secretary of the Treasury Alexander Hamilton to serve as an armed customs enforcement service. As time passed, the service gradually gained missions either voluntarily or by legislation, including those of a military nature. The Revenue Cutter Service operated under the authority of the U.S. Department of the Treasury. (On 28 January 1915, the service was merged by an act of Congress with the United States Life-Saving Service to form the United States Coast Guard.)

Nineteenth century Edit

Executive departments and agencies Edit

In 1849 the Department of the Interior was established, after Treasury Secretary Robert J. Walker stated that several federal offices were placed in departments with which they had little to do. He noted that the General Land Office had little to do with the Treasury and also highlighted the Indian Affairs office, part of the Department of War, and the Patent Office, part of the Department of State. Walker argued that these and other bureaus should be brought together in a new Department of the Interior.

Following unsuccessful efforts in 1830 and 1846 to make Attorney General a full-time job, [7] in 1869, the U.S. House Committee on the Judiciary, led by Congressman William Lawrence, conducted an inquiry into the creation of a "law department" headed by the Attorney General and also composed of the various department solicitors and United States attorneys. On February 19, 1868, Lawrence introduced a bill in Congress to create the Department of Justice. President Ulysses S. Grant signed the bill into law on June 22, 1870. [8]

Twentieth century Edit

Executive departments and agencies Edit

The United States Department of Commerce and Labor was created on February 14, 1903. It was subsequently renamed the Department of Commerce on March 4, 1913, as the bureaus and agencies specializing in labor were transferred to the new Department of Labor. [9] The United States Patent and Trademark Office was transferred from the Interior Department into Commerce. In 1940, the Weather Bureau (now the National Weather Service) was transferred from the Agriculture Department, and the Civil Aeronautics Authority was merged into the department.

The New Deal Edit

The New Deal was a series of programs, public work projects, financial reforms, and regulations enacted by President Franklin D. Roosevelt in the United States between 1933 and 1936. It responded to needs for relief, reform, and recovery from the Great Depression. It produced a significant increase in the size and number of federal programs and agencies, such as the Civilian Conservation Corps (CCC), the Civil Works Administration (CWA), the Farm Security Administration (FSA), the National Industrial Recovery Act of 1933 (NIRA) and the Social Security Administration (SSA). They provided support for farmers, the unemployed, youth and the elderly. The New Deal included new constraints and safeguards on the banking industry and efforts to re-inflate the economy after prices had fallen sharply. New Deal programs included both laws passed by Congress as well as presidential executive orders during the first term of the presidency of Franklin D. Roosevelt.


Voir la vidéo: Dieudonné - Lembassade collector (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Yosu

    Je pense que vous n'avez pas raison. Je suis sûr. Je vous invite à discuter. Écrivez dans PM.

  2. Culver

    Vraiment vraiment! Nous attendons avec impatience la sortie et nous ferons le bercer !!!!!!

  3. Kalle

    la Réponse, signe de l'esprit)

  4. Golkree

    )

  5. Mozshura

    je ne te fais pas confiance

  6. Sar

    Hmm ... je pensais à ce sujet, mais voici un article magnifique, merci!



Écrire un message