Podcasts sur l'histoire

Bataille d'Audenarde, 11 juillet 1708 (Belgique)

Bataille d'Audenarde, 11 juillet 1708 (Belgique)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Jours Grands et Glorieux : Batailles de Marlborough 1704-1709, James Falkner. Il s'agit d'un livre très ciblé, examinant les campagnes et les batailles menées par le duc de Marlborough. Bien qu'il couvre toute sa vie, la grande partie du livre est consacrée aux cinq années de Blenheim en 1704 à Malplaquet en 1709, examinant chaque bataille majeure en détail. [voir plus]


Bataille d'Audenarde, 11 juillet 1708 (Belgique) - Histoire

xxxxx La bataille s'est déroulée en 1708, à environ 18 milles au sud-ouest de Gand, près de la ville d'Audenarde sur l'Escaut. L'armée alliée, commandée par Marlborough et Eugene, avait parcouru 50 milles en 65 heures et, ayant traversé l'Escaut, avait pris les Français par surprise. Les combats font rage tout l'après-midi, mais tournent en faveur des alliés lorsque les deux flancs français sont attaqués simultanément, l'un par une manœuvre surprise. Tous deux cédèrent et l'infanterie française s'enfuit alors de l'autre côté de la rivière, subissant de lourdes pertes. Le duc de Vendôme rallia son armée le lendemain et repoussa les alliés à Gand, mais six mois plus tard, cette ville et Bruges furent capturées et les Français chassés des Pays-Bas.

LA BATAILLE D'OUDENAARDE 1708 (AN)

LA GUERRE DE SUCCESSION D'ESPAGNE

xxxxx La bataille, livrée en juillet 1708, a eu lieu au nord d'Audenarde, une ville située sur l'Escaut à environ 30 kilomètres au sud-ouest de Gand dans l'actuelle Belgique. L'armée alliée, sous le commandement conjoint de Marlborough et Eugene, comptait environ 80 000 hommes. La force française, dirigée par les ducs de Vendôme et de Bourgogne, était légèrement plus importante, mais les Alliés bénéficiaient de l'avantage de la surprise. Ils avaient parcouru 50 milles en 65 heures et, après avoir traversé l'Escaut, tombèrent soudain sur les Français, se préparant alors à assiéger Audenarde. Les Français étaient si peu préparés que la Bourgogne était prête à battre en retraite sans délai, mais Vendôme finit par le persuader de tenir bon.

xxxxx Les combats firent rage tout l'après-midi sans qu'aucun camp ne cède, mais, à l'insu des Français, Marlborough (illustré) avait envoyé une force hollandaise faire un large détour vers l'ouest. Une fois en position, il lança une attaque surprise sur le flanc droit français en même temps qu'Eugène menait un assaut sur la gauche. Assailli des deux côtés, une grande partie de l'infanterie française a traversé la rivière et s'est enfuie. À la tombée de la nuit, ils avaient perdu quelque 6 000 hommes, tués ou blessés, et environ 9 000 capturés. Les pertes du côté allié s'élevaient à environ 4 000.

xxxxx Malgré leur défaite, Vendôme rallie son armée le lendemain et parvient à repousser les alliés à Gand. Cependant, cette ville, avec Bruges, a finalement été reprise par Marlborough six mois plus tard, et les Français ont finalement été chassés des Pays-Bas.

AN - 1702-1 1714- AN - 1702-1 1714- AN - 1702-1 1714- AN - 1702-1 1714- AN - 1702-1 1714- AN - 1702-1 1714- AN

Carte (Europe) : source inconnue. Battle Plan : créé par le Department of History, United States Military Academy, West Point, New York. Marlborough : détail de la tapisserie du palais de Blenheim, Oxfordshire, Angleterre, artiste inconnu.


Bataille d'Audenarde [Audenarde] , (11 juillet 1708)

L'illustration parfaite des difficultés du double commandement. En 1708, John Churchill, duc de Marlborough, veut remonter le moral de ses alliés hollandais en remportant une bataille en Flandre. Son objectif principal était de reprendre tous les territoires perdus les deux années précédentes. Côté français, le roi avait envoyé son petit-fils, le duc de Bourgogne, commander l'armée de campagne avec le maréchal de Vendôme sur un front secondaire. L'armée d'Eugène de Savoie était loin, et les troupes de Marlborough étaient déployées dans tout le nord de la Flandre, avec Bruxelles comme quartier général. Le 16 mai, l'armée française avance vers Bruxelles, son nombre supérieur repoussant les troupes de Marlborough. Puis Bourgogne cessa d'attendre les commandes de Versailles, à 200 milles de là. Homme très religieux, Bourgogne est aussi très prudent et toujours en désaccord avec les ordres de Vendôme. De l'autre côté, Marlborough a demandé au prince Eugène de rejoindre son armée dès que possible pour coordonner une défense agressive.

Début juillet, un noble bourgeois flagorneur suggéra une attaque vers Bruges et Gand. Les deux villes sont facilement prises et l'armée royale décide d'encercler Audenarde sur l'Escaut. Mais Marlborough avait discerné ce mouvement et avait envoyé son armée traverser la rivière avant l'arrivée des Français.

Le 11 juillet, le général français Biron découvre les troupes alliées en attente et demande des ordres. Vendôme refusa de croire Biron et laissa son armée sans ordre de déploiement jusqu'à ce qu'il soit trop tard. Marlborough, pressant ses troupes, arriva à midi et se déploya sur une ligne de collines basses au nord d'Audenarde. Ses lignes étaient protégées par des prairies et des haies. Vers 15 heures, Bourgogne donne l'ordre aux Français en marche d'assaillir les files d'attente anglaises. L'attaque commence sur la droite française, bientôt appuyée par le centre. Tout ce mouvement non coordonné a donné des résultats prévisibles, car toutes les colonnes ont été repoussées. La gauche française, sous Vendôme, resta inutile.

Finalement, avec l'armée d'Eugène face à Vendôme, Marlborough a pris l'initiative. Suite à la retraite de la droite française, il a réussi à les encercler, forçant des milliers de personnes à se rendre. La déroute française les renvoya à Bruges. La victoire de Marlborough rétablit le moral des alliés. Les Français avaient perdu plus de 15 000 soldats et n'étaient plus en mesure de protéger leur frontière nord. La France s'exposait à une invasion.

Références et lectures complémentaires : Belloc, H. La tactique et la stratégie du grand duc de Marlborough. Londres : Arrowsmith, 1933. Bluche, François. Dictionnaire du Grand Siècle. Paris : Fayard, 1990.

Vendôme, Louis Joseph, duc de (1654-1712). Maréchal de France.

Vendôme fut l'une des nominations tardives de Louis XIV au haut commandement, un rôle dans lequel il s'est avéré moins capable qu'il ne s'était montré auparavant en tant que subordonné du Luxembourg. Vendôme a combattu tout au long de la guerre de Neuf Ans (1688-1697), y compris le service sous Luxembourg à Steenkerke (24 juillet/3 août 1692). Il se rend ensuite en Espagne, où il fait campagne en Catalogne à partir de 1695. Il prend Barcelone en 1697, après une occupation alliée de deux ans. Vendôme était le principal commandant français dans le nord de l'Italie pendant les premières années de la guerre de Succession d'Espagne (1701-1714). Il remplaça le Villeroi capturé dans le nord de l'Italie et fut immédiatement vaincu à Luzzara (4/15 août 1702) par une armée impériale dirigée par le prince Eugène. Vendôme affronta à nouveau Eugène à Cassano (16 août 1705), le battant cette fois. Cela a permis à Vendôme d'ajouter un territoire italien supplémentaire aux conquêtes de Louis.

Vendôme a été rappelé en Flandre pour réparer les dommages causés aux défenses françaises lorsque Marlborough a partiellement rompu les lignes de Brabant. Il réussit à ralentir Marlborough pendant le reste de l'année 1707. L'année suivante, Vendôme battit Marlborough dans une campagne de manœuvre qui lui permit de reprendre Bruges et Gand. Cependant, Marlborough et Eugène s'unissent, rattrapent Vendôme et le battent durement à Audenarde (30 juin/11 juillet 1708). Pire encore : Vendôme perd le siège de Lille (1708) et avec lui, la confiance de Louis. Il a été démis de ses fonctions et n'a été rétabli qu'en 1710. Par la suite, il a combattu avec plus de succès contre les Britanniques et d'autres forces alliées en Espagne, gagnant à Brihuega (8-9/19-20 décembre 1710) et de nouveau à Villa Viciosa (10/21 décembre 1710). Il est mort deux ans plus tard. À cette époque, la succession en Espagne était essentiellement gagnée pour le petit-fils de Louis, Philippe V, en partie grâce aux efforts de Vendôme.

Duc de Bourgogne, Louis, Duc de Bourgogne

Louis de France, duc de Bourgogne, et plus tard dauphin de France 1682 -1712 était le fils aîné de Louis, dauphin de France. Il devint le dauphin officiel de France à la mort de son père en 1711, mais il mourut lui-même un an plus tard.

En 1708, pendant la guerre de Succession d'Espagne, Louis, duc de Bourgogne, reçoit le commandement d'une armée en Flandre, conseillé par Louis Joseph de Bourbon, duc de Vendôme. La confusion s'est installée quant à savoir qui commandait l'armée, ce qui a entraîné des retards dans la transmission des ordres. Pendant un temps, toutes les décisions militaires devaient être renvoyées au roi Louis XIV. Cela a causé une confusion supplémentaire car les messages devaient voyager entre le front de bataille et Versailles. La Grande Alliance, qui s'opposa à la France dans la guerre, profita de l'indécision et fit avancer ses forces. La bataille culminante d'Audenarde fut une défaite importante pour les Français en raison des mauvais choix de Louis et de sa réticence à soutenir Vendôme. Dans la foulée, la France a perdu la ville de Lille et les forces de la Grande Alliance ont fait leur chemin en France pendant une brève période.


Contenu

La gloire d'Ename Modifier

L'histoire de l'actuelle commune d'Audenarde commence en 974, lorsque Otton II, empereur du Saint Empire romain germanique et roi d'Allemagne, fit construire l'une de ses trois fortifications sur l'Escaut à Ename pour protéger son royaume contre d'éventuelles attaques de Francia (à côté de l'autre frontière poste à Valenciennes, plus tard aussi à Anvers). Ename a grandi très vite. En 1005, la ville comptait déjà quelques églises et était devenue la plus grande ville du duché de Lotharingie. En 1034, Ename fut détruite par une armée irrégulière qui rendit la ville au comte Baudouin IV. En 1047, le fils de Baudouin V reçut (pacifiquement) le fief impérial des mains de l'empereur allemand. Le fief a été confisqué cependant en 1047 quand il Baldwins s'est rebellé contre l'empire allemand. En 1062, Baudouin V fonde avec son épouse l'abbaye bénédictine de Saint-Sauveur. À cette époque, les anciens marchands et artisans de la guilde d'Ename ont facilement traversé l'Escaut jusqu'à la ville récemment fondée d'Audenarde. [2]

L'âge d'or d'Audenarde Modifier

Au XIe siècle, l'économie d'Audenarde est florissante, grâce à la proximité de l'Escaut et à l'industrie du drap et de la tapisserie en plein essor, mais dynamique. Des églises, des cloîtres et des hôpitaux sont construits. Tout au long du Moyen Âge, la ville fut l'un des plus ardents soutiens des comtes de Flandre, les défendant contre les insurrections du Sud, et même de Gand. La ville est devenue connue sous le nom de résidence des nobles. Il s'est construit un hôtel de ville phare (construit de 1526 à 1537), que l'on peut encore admirer aujourd'hui, et l'église St-Walburga. Charles V y séjourna quelques mois en 1522 et engendra une fille illégitime, Marguerite de Parme, qui deviendra régente des Pays-Bas.

Refuser Modifier

Pendant la Réforme, les habitants d'Audenarde choisissent le protestantisme et s'allient à Gand contre Charles V. En 1582, après un siège prolongé par le fils de Marguerite, Alexandre Farnèse, la ville finit par céder, provoquant la fuite de la plupart des marchands, des ouvriers et même des nobles. . Audenarde tomba sous la Contre-Réforme, qui ranima un temps le commerce de la tapisserie. Les jours de gloire, cependant, ne sont jamais revenus. Les Français attaquèrent et prirent la ville trois fois en moins d'un siècle. Les fortifications ont été améliorées à plusieurs reprises aux XVIe et XVIIe siècles, y compris des ajouts par Vauban. [3] En 1708, l'une des batailles clés de la Guerre de Succession d'Espagne, connue sous le nom de Bataille d'Audenarde, se déroula dans les environs de la ville. Audenarde sommeillait en tant que ville de province sous le régime des Habsbourg. Comme ses voisins, elle subit dans les années 1790 la restriction religieuse imposée par la Révolution française.

La ville a ensuite subi des dommages pendant la Première Guerre mondiale, qui sont commémorés par plusieurs monuments dispersés dans la ville.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville a été occupée par les forces militaires nazies en mai 1940. La ville a été libérée par les forces britanniques le 5 septembre 1944. [4]

Audenarde est connue pour le brassage de la bière Oud bruin, parfois appelée Oudenaarde Oud bruin, en particulier celle de la brasserie Liefmans dans la ville. [5] [6]

Oud Bruin (Old Brown), également connue sous le nom de Flanders Brown, est un style de bière originaire de la région flamande de Belgique. Le nom néerlandais fait référence au long processus de vieillissement, jusqu'à un an. Il subit une fermentation secondaire, qui prend plusieurs semaines à un mois, et est suivie d'un vieillissement en bouteille pendant plusieurs mois. Le vieillissement prolongé permet aux levures et bactéries résiduelles de développer une saveur aigre caractéristique pour ce style. [7] Habituellement, des levures et des bactéries cultivées sont utilisées, car l'inox n'abrite pas d'organismes sauvages comme le bois. [8]


Bataille d'Audenarde

Date de la bataille d'Audenarde: 30 juin 1708 (ancien style) (11 juillet 1708 nouveau style). Les dates de cette page sont données dans l'ancien style.

Lieu de la bataille d'Audenarde: Flandre.

Combattants à la bataille d'Audenarde: Britanniques, Hollandais, Autrichiens, Hanovriens, Prussiens et Danois contre les Français et les Bavarois. Écossais, Irlandais, Suisses et Allemands ont combattu dans la bataille des deux côtés.

Duc de Marlborough à la bataille d'Oudenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : Blenheim Palace Tapestry

Généraux à la bataille d'Audenarde: Le duc de Marlborough et le prince Eugène de Savoie contre le duc de Bourgogne et le maréchal Vendôme.

Taille des armées à la bataille d'Audenarde: L'armée de Marlborough comptait 80 000 hommes (112 bataillons, 180 escadrons et 113 canons). L'armée française comptait environ 95 000 hommes (124 bataillons, 197 escadrons et 120 canons).

Uniformes, armes et équipements à la bataille d'Audenarde :
L'armée britannique de la reine Anne comprenait des troupes de Horse Guards, régiments de chevaux, dragons, Foot Guards et fantassins. En temps de guerre, le Department of Ordnance fournissait aux compagnies d'artillerie, les canons tirés par les chevaux des entrepreneurs civils.

Ces types de formation étaient largement standard dans toute l'Europe. En outre, l'Empire autrichien possédait un nombre de troupes légères irrégulières de hussards de Hongrie et de troupes bosniaques et pandours des Balkans. Au cours du XVIIIe siècle, l'utilisation d'irréguliers s'est étendue à d'autres armées jusqu'à ce que toutes les forces européennes emploient des régiments de hussards et de l'infanterie légère pour les missions de reconnaissance.

Les chevaux et les dragons portaient des épées et des mousquets à silex courts. Les dragons avaient en grande partie terminé leur transition de l'infanterie montée à la cavalerie et étaient constitués en troupes plutôt qu'en compagnies comme c'était la pratique dans le passé. Cependant, ils utilisaient toujours des tambours plutôt que des trompettes pour les signaux de terrain.

Les régiments d'infanterie combattaient en ligne, armés de fusil à silex et de baïonnette, les ordres indiqués par le battement du tambour. L'unité de campagne pour l'infanterie était le bataillon comprenant dix compagnies, chacune commandée par un capitaine, la compagnie la plus âgée étant composée de grenadiers. L'exercice était rudimentaire et une fois la bataille commencée, les formations se sont rapidement séparées. La pratique de la marche au pas était dans le futur.

Le prince Eugène à la bataille d'Audenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne

La principale force militaire de l'époque était l'armée française de Louis XIV, le Roi Soleil. La France était au sommet de sa puissance, taxant au maximum les groupements disparates de pays européens qui luttaient pour maintenir les Bourbons sur la rive occidentale du Rhin et au nord des Pyrénées.

Marlborough et ses régiments britanniques ont agi comme un mortier incertain en gardant intact l'édifice de la cause impériale en Flandre.

La guerre de Succession d'Espagne fut une première sortie pour la nouvelle armée britannique créée après la Restauration en 1685. Les régiments qui prirent le terrain étaient les ancêtres de puissantes institutions victoriennes Foot Guards, King's Horse, Royal Dragoons, Royal Scots, Buffs, Royal Welch Fusiliers, Cameronians, Royal Scots Fusiliers et plusieurs autres corps prestigieux.

Duc de Marlborough à la bataille d'Oudenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : Blenheim Palace Tapestry

La Grande-Bretagne a pris du retard sur ses ennemis et alliés continentaux à bien des égards. Il n'y avait pas d'éducation militaire formelle pour les officiers de l'armée, la compétence venant de l'expérience sur le champ de bataille. Les commissions sur les chevaux, les dragons et les fantassins étaient acquises par achat, permettant aux riches d'obtenir des promotions souvent imméritées.

Duc de Marlborough menant l'attaque à la bataille d'Oudenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : photo de Richard Caton Woodville

Les services de soutien n'étaient pas formellement établis et dépendaient du commandant. Une caractéristique majeure du succès du duc de Marlborough sur le terrain était son souci que ses soldats soient correctement approvisionnés et par sa capacité consommée à organiser et administrer cet approvisionnement.

Alors que chaque armée avait des structures de rangs formelles et explicites, les réalités du commandement et de l'influence étaient encore largement déterminées par le statut social, en particulier entre les armées de nationalité différente. Il était nécessaire pour John Churchill d'avoir le statut de duc de Marlborough pour lui permettre d'exercer une influence décisive sur les officiers étrangers turbulents avec lesquels il devait travailler et sur certains de sa propre nationalité. En réalité, son statut de duc, bien que probablement plus important que son grade militaire de capitaine général, était insuffisant pour lui permettre d'agir comme un véritable commandant en chef plutôt que comme quasi-président d'un comité de Hollandais, Autrichiens et Britanniques. généraux.

L'uniforme des régiments britanniques était le long manteau rouge retourné aux revers et aux poignets pour montrer les parements de la couleur bleu foncé du régiment pour les gardes et les régiments royaux jaune, vert, blanc ou chamois pour beaucoup d'autres. Les Royal Horse Guards portaient des uniformes bleus, tout comme l'artillerie, une organisation qui n'était pas encore intégrée à l'armée proprement dite.

Le couvre-chef était le tricorne, à l'exception de la compagnie de grenadiers dans chaque bataillon d'infanterie, les Horse Grenadier Guards, les Royal North British Dragoons (Scots Greys), les trois régiments de fusiliers (Royal, Royal North British et Royal Welch) et le tambours de dragons et de fantassins, tous coiffés de la mitre.

Maison du Roi française à la bataille d'Audenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : photo par de Sery

Pour l'infanterie, une ceinture croisée portait la douille suspendue à la hanche droite. Une deuxième ceinture croisée portait la baïonnette et l'épée de suspension. Les munitions, transportées dans la douille, comprenaient des cartouches de papier d'emballage contenant la balle et la poudre à canon.

Pour les autres armées européennes, les uniformes nationaux n'en étaient qu'à leurs balbutiements. L'infanterie danoise portait des manteaux gris et des culottes avec des bas verts. Certains régiments de cavalerie danois portaient les vieux manteaux chamois. Les régiments hanovriens avaient pris l'habitude de porter des manteaux rouges. L'armée prussienne portait du bleu foncé. L'armée néerlandaise portait des uniformes hétéroclites bien que les gardes portaient du bleu et étaient appelés les gardes bleus. Les régiments français indigènes portaient des blouses blanches. Les régiments étrangers au service français, les Écossais, les Irlandais et les Suisses portaient des manteaux rouges.

Bataille d'Audenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : photo par van der Meulen

Vainqueur de la bataille d'Audenarde: L'armée alliée sous le duc de Marlborough et le prince Eugène de Savoie de manière décisive.

Officier royal écossais : bataille d'Audenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne

Régiments britanniques à la bataille d'Audenarde:
King's Regiment of Horse plus tard les King's Dragoon Guards et maintenant le 2e Queen's Dragoon Guards.
3e régiment de cavalerie plus tard le 3e Dragoon Guards, puis le 3e Carabiniers et maintenant les Royal Dragoon Guards.
5th Regiment of Horse plus tard le 5th Dragoon Guards, puis le 5th Inniskilling Dragoon Guards et maintenant les Royal Dragoon Guards.
6th Regiment of Horse plus tard le 6th Dragoon Guards, puis le 3rd Carabinerers et maintenant les Royal Scots Dragoon Guards.
7th Regiment of Horse puis 7th Dragoon Guards, puis 4th/7th Royal Dragoon Guards et maintenant Royal Dragoon Guards.
Royal North British Regiment of Dragoons, les Royal Scots Greys et maintenant les Royal Scots Dragoon Guards.
5th Dragoons plus tard les 5th Lancers, puis les 16th/5th Royal Lancers et maintenant les Royal Lancers.
1er régiment de gardes à pied maintenant les gardes de grenadiers.
Le Régiment Coldstream de gardes à pied.
Le Royal Regiment est maintenant le Royal Scots.
3rd Foot, les Buffs maintenant le régiment royal de la princesse de Galles.
8th King's Foot maintenant le King's Regiment.
10th Foot plus tard le Lincolnshire Regiment et maintenant le Royal Anglian Regiment.
15th Foot plus tard l'East Yorkshire Regiment et maintenant le Prince of Wales's Regiment of Yorkshire.
16th Foot plus tard le Bedfordshire Regiment et maintenant le Royal Anglian Regiment.
Royal Irish dissous en 1922.
Fusiliers royaux écossais.
Fusiliers royaux gallois.
24th Foot plus tard les South Wales Borderers et maintenant le Royal Regiment of Wales.
26th Foot, les Cameronians plus tard les Scottish Rifles, dissous en 1968.
28th Foot plus tard le Gloucestershire Regiment et maintenant le Royal Gloucestershire, Berkshire and Wiltshire Regiment.
29th Foot plus tard, le Worcestershire Regiment et maintenant le Worcestershire and Sherwood Foresters Regiment.
37th Foot : plus tard le Royal Hampshire Regiment et maintenant le Princess of Wales's Royal Regiment.
Artillerie royale.

Officier français avec drapeau régimentaire : bataille d'Oudenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne

Contexte de la bataille d'Audenarde :
La saison de campagne de 1708 a commencé tard et dans une certaine confusion. Le roi de France, Louis XIV, prévoyait de renverser l'effort de guerre allié au moyen d'un soulèvement jacobite en Écosse pour placer le vieux prétendant sur les trônes de Grande-Bretagne, mais le plan a dû être reporté.

Le duc de Marlborough atteignit les Pays-Bas au début d'avril 1708 pour rencontrer le prince Eugène de Savoie, son proche allié de longue date, et planifier la campagne qui se déroulerait à l'été 1708.

Alors que Marlborough commandait en Flandre, le prince Eugène amènerait les forces impériales sur la Moselle au nord pour rejoindre Marlborough pour un coup décisif contre les Français et les Bavarois.

Pour la campagne de l'année, un commandant subalterne a rejoint le prince Eugène, le prince électoral de Hanovre qui deviendra plus tard le roi George II d'Angleterre.

Louis XIV nourrissait l'ambition de venger les défaites écrasantes que ses armées avaient subies lors des batailles de Blenheim et de Ramillies aux mains du duc de Marlborough. À cette fin, les troupes françaises affluèrent en Flandre car elles pouvaient être épargnées par les autres théâtres.

Héritier du trône de France, le duc de Bourgogne commandait nominalement l'armée française, avec le maréchal Vendôme, un soldat expérimenté présent pour donner des conseils avisés. Frère de Bourgogne, le duc de Berry et le vieux prétendant, le chevalier de Saint Georges assistait le haut commandement.

En mai 1708, l'armée française marcha vers le nord au cœur de la Flandre, obligeant Marlborough à envoyer un message urgent au prince Eugène, l'invitant de la Moselle. Alors qu'il avait besoin des troupes impériales en renfort, Marlborough avait davantage besoin de l'aide de son fidèle collègue, le prince.

Les armées adverses manœuvraient à travers les Flandres sans se rencontrer, les Français prenant Gand et Bruges et menaçant Bruxelles.

Carte de la bataille d'Audenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : carte de John Fawkes

Récit de la bataille d'Audenarde :

Fin juin 1708 avec la reddition de la citadelle de Gand, Vendôme était libre de se déplacer sur la ville d'Oudenarde stratégiquement importante avec son point de passage sur l'Escaut. L'armée française franchit l'Escaut au nord de la ville le 30 juin 1708.

Marlborough ordonna à un officier hollandais de se jeter dans Audenarde avec les troupes qu'il pouvait rassembler et résister aux Français tandis que Marlborough faisait monter l'armée principale par une série de marches forcées.

Le jour où Vendôme a traversé l'Escaut pour menacer la ville, Cadogan, le quartier-maître général de confiance de Marlborough est arrivé sur la rive nord d'Oudenarde avec les troupes de tête de l'armée alliée et a commencé à assembler un pont flottant.

Duc de Marlborough à la bataille d'Oudenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : photo par John Wootton

L'avant-garde française à cheval, commandée par le marquis de Biron qui ignorait la présence des forces de Cadogan, remonta la rive ouest du fleuve en direction d'Oudenarde, les soldats français fourrageant au passage.

Biron a été péremptoirement informé de la présence alliée lorsque le cheval de Cadogan a attaqué les fourrageurs français dispersés. Se précipitant au front, Biron vit que Marlborough lui-même traversait maintenant l'Escaut avec un contingent de chevaux prussiens qu'il s'était précipité pour soutenir son quartier-maître général. Biron a transmis l'information au maréchal Vendôme.

À la réception des renseignements de Biron, Vendôme réalisa qu'il avait l'occasion d'attaquer l'armée alliée alors qu'une grande partie de celle-ci se trouvait encore de l'autre côté de l'Escaut. Il ordonna à l'armée française de prendre position le long des hauteurs au-dessus d'Oudenarde, sur la rive orientale de la rivière Norken. Sept bataillons français des régiments suisses de Phiffer, Villars et Greder reçurent l'ordre d'occuper et de tenir le village de Heurne.

Faire monter les armes : Bataille d'Audenarde 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : photo par Harry Payne

Le duc de Bourgogne, jugeant les dispositions de Vendôme excessivement téméraires, annula le maréchal expérimenté et ordonna à l'armée de prendre position sur les hauteurs à l'ouest de la rivière Norken.

L'armée française se constitue conformément aux nouveaux ordres bourguignons, à l'exception des sept bataillons qui continuent à exécuter les ordres reçus de Vendôme. Malheureusement, le commandant se trompa sur le village qu'il était chargé d'occuper et se dirigea vers Eine, plus proche d'Audenarde et encore plus dangereusement exposé que Heurne.

Alors que les Français prenaient position derrière la rivière Norken, l'armée alliée s'approcha de l'Escaut, les régiments traversant vers l'ouest, soit par les ponts de la ville d'Audenarde, soit par les pontons de Cadogan.

Avec ce rassemblement de soutien, les troupes de Cadogan avancèrent vers Eine et, avec la cavalerie tournant à l'arrière du village pour couper les Français, lancèrent une attaque contre les sept bataillons, les régiments britanniques de la brigade Sabine menant l'assaut. Les sept bataillons français ont été soit anéantis, soit rendus.

Bataille d'Audenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : photo de der Meulen

La cavalerie alliée, dirigée par le prince George, prince électoral de Hanovre (futur roi George II d'Angleterre), a ensuite attaqué les quelques escadrons français de soutien. Pendant le combat, le cheval du prince George a été abattu sous lui.

Avec son armée entièrement en position derrière le Norken, le duc de Bourgogne s'attendait à ce qu'il soit attaqué et préparé pour un engagement général. Mais l'armée de Marlborough, toujours en train de monter et de traverser l'Escaut, n'était pas encore prête à livrer bataille.

À 16 heures, en l'absence persistante d'un assaut allié, la Bourgogne impatiente a décidé de lancer une attaque française à travers le Norken et a déplacé sa cavalerie à travers la rivière avec tout le centre et le flanc droit. Contre cette avance Marlborough a déployé les ressources limitées qui avaient maintenant traversé l'Escaut.

Bataille d'Audenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : photo par Hillingford

Sur le flanc droit, Cadogan ordonna à deux bataillons d'infanterie prussienne d'entrer à Groenewald, un village immédiatement menacé par l'avance française tandis que Marlborough envoya en avant douze autres bataillons d'infanterie, dont plusieurs britanniques, la cavalerie britannique et prussienne prenant poste sur les hauteurs de Bevere et Heurne à l'appui.

Vers 17h30, trente bataillons français ont lancé un assaut sur les deux bataillons prussiens à Groenewald. La force de soutien est bientôt arrivée et une lutte acharnée s'est développée autour du village.

D'autres bataillons alliés ont traversé l'Escaut et se sont précipités pour se former sur la gauche de la ligne de bataille, qui s'étendait rapidement vers l'ouest alors que les troupes françaises traversaient le Norken et se joignaient à l'attaque.

Le prince Eugène prit dix-huit bataillons sur le flanc droit en soutien à Cadogan, dont les troupes avaient été forcées de quitter Groenewald tandis que la cavalerie prussienne lançait une attaque sur la gauche française qui, bien qu'initialement réussie, fut finalement repoussée avec de lourdes pertes.

Bataille d'Audenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : photo par van der Meulen

Dans le centre et la gauche alliés, où les bataillons hollandais et hanovriens ont été déployés, le combat d'infanterie a atteint l'impasse sans qu'aucune des deux parties ne puisse faire de progrès significatifs. Il n'y avait cependant plus de bataillons français traversant la rivière Norken pour prolonger la ligne. Marlborough a lancé vingt bataillons de fantassins hollandais et danois dans une attaque autour de la fin du flanc droit français. Une puissante force de cavalerie sous le commandement du général hollandais Auverquerque a frappé plus large encore en attaquant la cavalerie française à l'arrière de leur ligne. La droite française est encerclée et commence à s'effondrer.

Pour soulager la pression sur le centre et la droite de l'armée française, Vendôme et Bourgogne ont tenté d'amener la gauche française à travers le Norken et dans la bataille, mais ils n'ont pas pu traverser la rivière.

La bataille s'est terminée par la tombée de la nuit, les bataillons du prince Eugène battant l'assemblée française et les officiers huguenots appelant les noms des régiments français afin que des groupes de traînards n'entraient que pour être faits prisonniers.

L'armée française s'éloigna du champ de bataille dans l'obscurité grandissante dans un désordre considérable, sauvée d'un plus grand désastre par le début de la nuit.

Duc de Marlborough accompagné du Dr Hare visiter les prisonniers français après la bataille d'Audenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : photo de Richard Caton Woodville

Victimes de la bataille d'Audenarde: L'armée française a perdu 5 000 morts, 9 000 prisonniers et 6 000 soldats qui ont déserté. Les alliés ont subi 5 000 victimes. Les alliés ont pris 10 canons français.
Suivre: Le lendemain matin, la cavalerie britannique et prussienne a repris la poursuite de l'armée française et a traversé la frontière en France pour atteindre la périphérie d'Arras.

Suite de la bataille : Bataille d'Audenarde 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : photo par van de Hecke

Anecdotes et traditions régimentaires de la bataille d'Audenarde :

  • Le duc de Marlborough déplore que la tombée de la nuit limite l'étendue de la victoire. "Une autre heure de jour m'aurait permis de finir la guerre. aurait-il dit.
  • Le roi George II d'Angleterre a combattu à Audenarde avec le cheval de Hanovre et a été abattu sous lui. Plus tard dans sa vie, le roi George II produirait son "Epée d'Audenarde”. Le roi est mémorable pour avoir commandé l'armée britannique et alliée à la bataille de Dettingen en juin 1743.
  • Consultez le blog British Battles sur les tapisseries commémorant les victoires du duc de Marlborough pendant la guerre de Succession d'Espagne au palais de Blenheim.

Bivouac d'infanterie française : Bataille d'Audenarde le 30 juin 1708 dans la guerre de Succession d'Espagne : photo de Jean Anthoine Watteau

  • Marlborough en tant que commandant militaire par David Chandler
  • Fortescue's History of the British Army Volume 1.
  • Les batailles britanniques de Grant.
  • Sullivan’s Irish Brigades in the Service of France.

The previous battle of the War of the Spanish Succession is the Battle of Ramillies

The next battle of the War of the Spanish Succession is the Battle of Malplaquet


Oudenarde, Battle of

Oudenarde, Battle of a battle which took place in 1708 during the War of the Spanish Succession, near the town of Oudenarde in eastern Flanders, Belgium. A force of allied British and Austrian troops under the Duke of Marlborough and the Austrian general Prince Eugene of Savoy defeated the French.

Citez cet article
Choisissez un style ci-dessous et copiez le texte de votre bibliographie.

ELIZABETH KNOWLES "Oudenarde, Battle of ." The Oxford Dictionary of Phrase and Fable. . Encyclopédie.com. 17 juin 2021 < https://www.encyclopedia.com > .

ELIZABETH KNOWLES "Oudenarde, Battle of ." The Oxford Dictionary of Phrase and Fable. . Retrieved June 17, 2021 from Encyclopedia.com: https://www.encyclopedia.com/humanities/dictionaries-thesauruses-pictures-and-press-releases/oudenarde-battle

Styles de citation

Encyclopedia.com vous donne la possibilité de citer des entrées de référence et des articles selon les styles courants de la Modern Language Association (MLA), du Chicago Manual of Style et de l'American Psychological Association (APA).

Dans l'outil "Cite this article", choisissez un style pour voir à quoi ressemblent toutes les informations disponibles lorsqu'elles sont formatées selon ce style. Ensuite, copiez et collez le texte dans votre bibliographie ou votre liste d'ouvrages cités.


The Battle of Oudenarde

The Battle of Oudenarde (in present day Belgium) was fought on July 11 1708 between the Grand Alliance forces of Britain, Holland and Austria on the one side and those of King Louis XIV of France on the other during the War of the Spanish Succession. It resulted in a crushing victory for the Alliance, the third of the war for its British commander the Duke of Marlborough.
The lead up to the battle was not propitious for the Alliance. Squabbling and indecisiveness in 1707 had robbed the victory at Ramillies (1706) of much of its strategic significance. Instead of bringing the war to a successful conclusion, the Alliance had suffered defeat in Portugal while an invasion of Provence by Marlborough’s fellow commander, Prince Eugene of Savoy, had ended in failure.

This encouraged the French to be more enterprising in 1708. Not only did Louis attempt to foster a Scottish rising against the newly established Union, he also sent his armies into Flanders where they captured Bruges and Ghent. This threatened to cut off Marlborough’s forces from the sea and communications with England. Marlborough realised that the last remaining British fortress in the region, Oudenarde, on the River Scheldt, had to be held at all cost. By a series of forced marches, the British commander reached the city and secured it before giving battle to the French.

The 100,000-strong French army (130 infantry battalion and 216 cavalry squadrons) under the Dukes of Vendome and Burgundy outnumbered Marlborough’s 90,000 men (112 battalions and 197 squadrons), but the latter’s greater tactical acumen proved decisive. While the French held back from attacking the Alliance’s weak right flank, Marlborough launched a devastating cavalry advance which got behind the French right. In the ensuing rout, one British eyewitness described how the enemy were driven ‘from ditch to ditch, from hedge to hedge and from out of one scrub into another in great hurry, confusion and disorder’. Only the coming of darkness prevented an even heavier French defeat. Nevertheless, they still lost 15,000 soldiers (including 8,000 prisoners) and 25 guns. Allied casualties numbered fewer than 3,000, of whom just 250 were British. No detailed casualty list exists but it appears that Meredith’s Own, along with the Royal Welsh Fusiliers as well as, the King’s and the Royal Irish, were involved in the fighting from the start and held its own well in often difficult circumstances.

In the image, Marlborough’s forces are depicted in red and the French are in blue.


Louis XIV (1638-1715)

Louis XIV is the longest-reigning monarch in European history, stimulating absolute monarchy.
During his long regime, he reigned 72 years (1643 to 1715), France fights three major wars: the Franco-Dutch War, the Nine Years’ War and the War of the Spanish Succession, in which the Battle of Oudenaarde (1708) is a famous battle.

The MOU pays much attention to the Battle of Oudenaarde, an important battle in European history. Louis XIV at all costs wanted the Spanish throne, but this did not end well at all. On July 11, 1708 the French army bites the dust, as an alliance of English, Dutch, Prussians and Hanoverians defeat them near Oudenaarde. On the fields surrounding the city 180,000 soldiers fought. In only one day 6000 people died and 700 were wounded.

The MOU exhibits weapons from that time: a sword, a gun, a dagger and even a cannon.

Three times Oudenaarde was seized by the French, in 1658, in 1667 and in 1684. On September 9, 1658 Oudenaarde was captured by French commander Turenne. In 1659 Oudenaarde was under Spanish rule again.


In 1667-1668 the War of Devolution raged. Oudenaarde was besieged and taken in in July 1667. This was the beginning of a long period of prosperity under French rule. Thanks to Vauban Oudenaarde obtained a spectacular reinforcement belt, public utilities such as a water supply system with a fountain and decorative works on the houses.

In 1678 Oudenaarde was again under Spanish rule. Everything the French had built up in Oudenaarde, was largely destroyed by themselves in the devastating bombardment of Oudenaarde during the Franco-Dutch war on March 23, 1684.

During the War of the Spanish Succession the Battle of Oudenaarde (1708), in which the French suffered a major defeat, is one of the most famous battles.


Historyzine 010: A special from Oudenaarde


A special episode featuring a report from the reenactment of the battle of Oudenaarde over the weekend of 12th and 13th of July, 2008. I’ve travelled over to Belgium and am staying in the town of Oudenaarde as they commemorate this battle from 300 years just outside the town. Reenactors from all over Europe are here with guns, cannons, horses and bags of enthusiasm.
This is only a short podcast and is out of sequence with the series on the Spanish Succession that we’ve been doing. We’re on 1704 at the moment and Oudenaarde is 1708 but I wanted to try and communicate some of my delight at being here while I’m actually in Oudenaarde.

I’ve taken many many pictures of the reenactors in their glorious costumes.
I’e uploaded a few of them to flickr including a bunch from the parade around Oudenaarde town square on Saturday.
Saturday Parade in Oudenaarde
Photos from the reenactment


Battle of Oudenaarde, 11 July 1708 (Belgium) - History

Malbrouck s'en va-t-en guerre.

On 11 July 1708 the European powers at the time and their enormous armies confronted one another in Oudenaarde. England, a number of German principalities, such as Prussia and Hanover, and the Seven United Provinces formed a Great Alliance against France, which claimed the Spanish crown.

Many battles were fought, among them the Battle of Oudenaarde in 1708. Almost 180,000 soldiers fought each other: about 80,000 Englishmen with their allies under the command of the Duke of Marlborough against approximately 95,000 Frenchmen under the Duke of Burgundy. About 6,000 were killed and 7,000 were wounded.

This conflict is known as the War of the Spanish Succession, which lasted from 1701 till 1714.

Flanders has been always one of Europe's battlefields, due to the rather flat terrain and of course the fertile lands able to support the needs of big armies. The city of Oudenaarde has made a great effort for the remembrance of the battle, with exhibitions, books, fireworks, an reenactment on 11-13 of July, with participants from all over Europe, over 200 infantry and 40 cavalry and about 40 gunners. More to read at www.oudenaarde1708.be

In the same period, another major, also largely forgotten war took place, the Great Northern War with mainly Russia and Sweden as major players. And Great Britain had it's Jacobite rebellions.
By Dirk Donvil, Belgium.


Battle of Oudenaarde, 11 July 1708 (Belgium) - History

The campaign began with Vendome near Mons and Marlborough near Brussels, but after some maneuvering, events transpired to the west in Flanders that attracted both armies. Unhappy with high taxes, Ghent and Bruges rebelled and joined the French. This posed a threat to Marlborough's communications. Oudenarde, south of Ghent and Bruges, interfered with French communication with the two cities. The French army, far from its base but now positioned between Marlborough and the Allied base in the Netherlands, marched west hoping to capture the fortified town. Since Oudenarde was now key to Allies' new line of supply to Ostend, Marlborough would fight to retain it. Fortunately, Prince Eugene had marched a small force from the Rhine and now joined Marlborough, giving the Allied force 80,000 men to counter France's 85-90,000.





Overkirk crossed the river at Oudenarde, shown here at night, with his Dutch and Danish troops. At the time the river was much more natural, not the channelized version that you see now. Overkirk moved north toward the Boser Couter, a hill overlooking the French right flank. The movement took an hour longer than expected, and it would be around 7pm before they arrived on the Boser Couter and around 8pm before the attack would be ready.


The French had not sent troops forward to the Boser Couter, and the Allied approach was hidden by the high ground and bad weather. Although it had been a clear day, now there was drizzle. The Allied flank attack was a total surprise.

In this 360 degree view you can see where Overkirk moved off the road from Oudenarde, the modern two lane road on the right of the panorama, and onto the road to Loweg, visible in the center of the panorama, then continued behind the French right flank. Next, we will continue up the road toward Loweg to the group of trees on top of the hill.



Boser Couter

In this 360 degree view we came from the road at left after turning off the main road from Oudenarde. The road that we are on continues in the right-center of the panorama into the direction of the French rear. That was the direction of Overkirk's attack, and we will continue in that direction.


We have come along the road from the right side of the panorama. The hill at right is roughly the location of Rooigem Mill, headquarters of the Duke of Burgundy. The Diepenbeek is in the direction of the sun in the center of the panorama. As Overkirk advanced, he started to encircle the French army. Eugene from the opposite flank attacked and was doing the same. As night was falling, the two commands began encountering each other near here, and Marlborough called off the attacks. Only nightfall saved the French army from total destruction.

That night the remains of the French army withdrew. Vendome encountered the Duke of Burgundy and insulted him - but only after agreeing that retreat was the only option.

The next morning Marlborough rode through Oudenarde Square, where thousands of French prisoners were being collected. At the cost of around 3,000 killed, wounded, and captured, Marlborough had inflicted around 5,500 killed and wounded and captured 9,000 men. The French retired behind the Bruges-Ghent canal, too strong of a defensive line for Marlborough to assault. Marlborough instead asked his subordinates what they thought of advancing deep into France, bypassing the fortresses and capturing Paris while being supplied by the Royal Navy. Even the always aggressive Prince Eugene thought that it was too risky, so it was decided to besiege the great French fortress at Lille, Vauban's first major fortress project. Capturing it would occupy the rest of the campaign season.


Voir la vidéo: Les Grandes Batailles 06 11 La Bataille de lAtlantique The battle of the Atlantic (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Dagoberto

    Chaleur! Allons!))

  2. Vocage

    C'est intéressant. Ne me dis pas où je peux trouver plus d'informations sur ce sujet?

  3. Uriah

    Cela me semble magnifique est



Écrire un message