Podcasts sur l'histoire

La formation Hermann Goring : du détachement de police au Panzer Corps

La formation Hermann Goring : du détachement de police au Panzer Corps


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La formation Hermann Göring : du détachement de police au Panzer Corps

Fond

Alors que le nom d'Hermann Göring sera à jamais associé à la Luftwaffe (l'armée de l'air allemande du Troisième Reich), il est également associé à une unité au sol issue de l'époque où Hermann Göring occupait le poste de ministre de l'Intérieur pour la Prusse. Tout comme la formation Grossdeutschland de l'armée allemande (Heer), cette unité est passée d'un petit détachement d'hommes à un corps de panzer. Ce n'était qu'un moyen par lequel Hermann Göring cherchait à faire valoir une influence de la Luftwaffe sur les combats terrestres et aériens, les autres étant de faire partie intégrante de la blitzkrieg, de la formation des Fallschirmjäger et plus tard de la guerre, les divisions de campagne de la Luftwaffe.

Histoire ancienne

L'évolution de la formation Herman Göring d'un petit détachement de police berlinois à un corps de panzers à part entière est complexe. Elle a été créée par le ministre prussien de l'Intérieur de l'époque, Hermann Göring, le 23 février 1933 sous le nom de Polizeiabteilung z.b.V. Wecke (à peu près traduit par Détachement de police spécial « Wecke ») avec l'intention que l'unité soit totalement fidèle au nouveau régime (c'était moins d'un mois après qu'Adolf Hitler a assumé la chancellerie). Il était à l'origine composé de

QG du détachement de police
3 x escouades de police
Peloton de motos de police
Peloton des transmissions de la police
2 x véhicules spéciaux

Chaque escouade avait un effectif de quatre officiers et 106 sergents, tandis que le peloton de motos avait un officier et trente-huit sergents, le peloton des transmissions avait un officier et vingt-cinq sergents et le QG avait six officiers, trois officiers administratifs et douze sergents. La majorité du personnel du détachement provenait de la police de la ville du Grand Berlin. Il était initialement stationné dans l'ancienne caserne du Königin-Augusta-Garde-Grenadier-Regiment (Queen Augusta Grenadier Guards Regiment) Nr. 4 dans le quartier de Kreuzbvert, mais plus tard transféré dans l'ancienne caserne du Königin-Elizabeth-Garde-Grenadier-Regiment (Queen Elizabeth Grenadier Guards Regiment) Nr. 3 à Charlottenbourg. Il a eu un certain nombre de confrontations avec le mouvement communiste allemand et a été utilisé dans des opérations contre les bastions communistes autour de Berlin ainsi que comme garde d'honneur lors d'événements publics.

L'unité s'est rapidement agrandie avec l'ajout d'une escouade supplémentaire en mars 1933 et l'ajout d'un détachement d'armes de soutien en avril. L'entraînement est devenu plus militaire et très vite, l'unité a été utilisée exclusivement pour les tâches de garde et de cérémonie. Avec le nombre toujours croissant de tâches qu'elle devait accomplir, l'unité s'agrandit à nouveau et fut rebaptisée Landspolizeigruppe Wecke z.b.V. (Groupe de police d'État à but spécial 'Wecke') le 17 juillet 1933 sous le contrôle direct du ministère prussien de l'Intérieur, devenant ainsi la première unité de police d'État d'Allemagne. Il se composait désormais de :

QG du groupe de police
2 x QG de détachement de police
8 x escouades de police
Bande de police

Chaque escouade avait 1 x peloton monté, 1 x peloton de motos, 1 x détachement motorisé et 1 x peloton de transmissions. Le 13 septembre 1933, l'unité a reçu son premier drapeau, ainsi que le « Drapeau de sang du mouvement » et le drapeau du Guards Rifle Battalion. À ce moment-là, Göring avait déjà dit à ses proches qu'il avait l'intention de constituer ses propres unités militaires. Le 22 décembre 1933, l'unité est rebaptisée Landespolizeigruppe General Göring et son entraînement suivra celui de l'infanterie. Le 15 mai 1934, l'unité est placée sous le commandement du quartier général, du chef de la police d'État et des détachements rebaptisés bataillons Jäger. L'Oberstleutnant Friedrich Jakoby, ancien adjudant ministériel de Göring, prend le commandement de l'unité le 22 juin 1934.

L'unité, avec des éléments de la SS et de la Gestapo, a participé à la "Nuit des longs couteaux" à la fin du mois de juin 1934 qui a consolidé l'emprise d'Hitler sur le pouvoir en éliminant ou en emprisonnant un certain nombre de rivaux politiques, critiques et opposants, y compris Ernst Röhm, le chef de la SA. La conscription générale et l'expansion de la Wehrmacht commencèrent le 16 mars 1935, et ainsi l'unité devint rapidement entièrement motorisée et se restructura pour qu'elle soit identique à un régiment d'infanterie de l'armée. En conséquence, le 1er avril 1935, le général Landespolizei Göring adopta la désignation plus militaire de général de régiment Göring.
Le 23 septembre 1935, le régiment est transféré à la Luftwaffe et réorganisé en novembre. Il se composait de :

QG du régiment (avec un peloton de transmissions, une compagnie de carabiniers à moto, une compagnie de pionniers et un peloton de cavalerie)
2 x bataillons Jäger (chacun avec un quartier général et un peloton de transmissions, trois compagnies de fusiliers et une compagnie de mitrailleuses)
Bataillon de Flak (avec un quartier général et un peloton de transmissions, trois batteries de Flak (deux avec des canons de 20 mm et une avec des canons de 37 mm)

Le 1er bataillon Jäger a suivi un entraînement de parachutisme à Döberitz en janvier 1936 et est finalement devenu le cadre de la force de parachutisme allemande, rebaptisé 1er bataillon, 1er régiment de Fallschirmjäger le 1er avril 1938. Pendant ce temps, octobre 1937 a vu la création d'un bataillon de garde tandis que le 2e Le bataillon Jäger est devenu un bataillon de flak lourd. Le régiment se composait désormais de :

QG régimentaire
Bataillon de Flak lourd
Bataillon de Flak léger
Bataillon de garde
Bataillon de fusiliers parachutistes

En novembre 1938, le régiment est à nouveau réorganisé, élargissant cette fois sa capacité antiaérienne. Il était composé de :

QG régimentaire
I Bataillon lourd de Flak
IIe Bataillon de Flak Léger
III Bataillon de projecteurs
IV Bataillon léger de Flak
Bataillon de garde

Pendant ce temps, le régiment participa à l'Anschluss entre l'Allemagne et l'Autriche (mars 1938), l'annexion des Sudètes (octobre 1938) et l'éventuelle occupation de la Tchécoslovaquie (mars 1939). La guerre étant imminente, le régiment s'agrandit à nouveau en août 1939 avec l'ajout de la 14e (lourde) batterie de Flak ferroviaire (105 mm), du bataillon de projecteurs de réserve et d'un bataillon de remplacement.

Historique des opérations

La période initiale de la Seconde Guerre mondiale était relativement calme pour le régiment, avec seulement quelques éléments prenant part à l'invasion de la Pologne (septembre 1939), avec la plupart de l'unité restant à Berlin agissant dans une capacité anti-aérienne et gardant le quartier général de Göring . Encore une fois, seuls certains éléments ont participé aux invasions du Danemark et de la Norvège (une compagnie de gardes, une compagnie de Kradschützen et quelques troupes de flak) tandis que la plupart du régiment était stationné à la frontière germano-néerlandaise. Il participa à l'avancée allemande aux Pays-Bas et en Belgique et fut stationné sur les côtes françaises et à Paris avant de revenir à Berlin fin 1940. Lors de la campagne des Balkans du début de 1941, il fut envoyé en Roumanie pour aider à garder les champs pétrolifères avant prenant part à l'opération Barbarossa (l'invasion de l'URSS) combattant à Radziechow, Kiev et Briansk.

Le régiment a été agrandi et réorganisé au début de 1942, rebaptisé Brigade Hermann Göring en juin de la même année. La brigade se compose désormais de :

QG de la brigade
Régiment d'infanterie HG (I et II bataillons, chacun de 4 x compagnies d'infanterie, III bataillon avec une compagnie kradschützen, compagnie pionnière de panzer, une compagnie de chasseurs de chars et un atelier de réparation de chars)
Flak Regiment HG (I, II, III et IV Flak Bataillons)
Unités de soutien du HG de la brigade
Unités de remplacement de brigade HG

Très peu de temps après, en octobre 1942, la brigade a été rebaptisée Division Hermann Göring et s'est agrandie avec l'ajout de 5 000 membres (volontaires) de la Luftwaffe et du 5e régiment de Fallschirmjäger, qui était lui-même une fusion de trois unités distinctes de Fallschirmjäger qui avaient combattu en Crète et le front de l'Est. La division se composait de :

QG divisionnaire
Régiment de Grenadier 1 HG
Régiment de Grenadier 2 HG
Jäger Regiment HG
Régiment Panzer HG
Régiment de Flak HG
Régiment d'artillerie HG
Bataillon de reconnaissance HG
Bataillon de pionniers Panzer HG
Détachement de transmissions Panzer HG
Détachement médical HG
Unités divisionnaires de soutien et de remplacement

Lors de la formation de la division, la victoire britannique à la deuxième bataille d'El Alamein, rapidement suivie de l'opération Torch (le débarquement allié en Afrique du Nord française) avait contraint les forces du généralfeldmarschal Erwin Rommel à se replier vers l'ouest. La division a été transférée en Tunisie au coup par coup (novembre 1942 - mars 1943) où elle a combattu avec distinction mais a été forcée de se rendre avec le reste de la Panzerarmee Afrika en mai 1943. La division a été rapidement réformée le même mois et désignée Panzer-Division Hermann Göring ( PSDG). Il se composait de :

QG divisionnaire
Brigade de Panzergrenadier (z.b.V.) HG
Régiment de Panzergrenadier 1 HG
Régiment de Panzergrenadier 2 HG
Régiment Panzer HG
Régiment de Flak HG
Régiment d'artillerie Panzer HG
Bataillon de pionniers Panzer HG
Panzer Signals Bataillon HG
Bataillon de garde HG (plus tard Guard Regiment HG)
Unités divisionnaires de soutien et d'approvisionnement
Unités divisionnaires de remplacement et de formation

Elle a été transférée en Sicile pour se défendre contre l'invasion imminente des Alliés (Opération Husky) qui a eu lieu le 10 juillet 1943. La plupart des unités italiennes se sont rendues peu après le débarquement et la division était donc l'une des rares formations actives de l'Axe à rester. Il combattit à Gela et Priolo mais la pression alliée le força à battre en retraite et après avoir couvert le retrait des unités allemandes vers le continent (opération Lehrgang), il fut évacué. La division était stationnée dans la région de Salerne et lorsque le gouvernement italien s'est rendu aux Alliés, il a désarmé les troupes italiennes dans la région. Avec le débarquement de Salerne (opération Avalanche) qui a eu lieu le 9 septembre 1943, la division a de nouveau été obligée de mener un repli au combat, engageant également les Alliés près de Naples et sur la ligne Volturno-Termoli en octobre, pour finalement se retrouver sur la ligne Gustav. , où il a finalement été remplacé et déplacé en réserve.

Cette unité était l'une des quatre divisions qui ont été distinguées dans la pièce UK-66, un rapport de la section des crimes de guerre britanniques au quartier général des forces alliées intitulé "Responsabilités allemandes pour activités partisanes en Italie" produit pour le Tribunal militaire international (TMI) à Nuremberg. (également connu sous le nom de procès de Nuremberg) qui déclarait que « des preuves ont montré qu'un grand nombre d'atrocités en Italie ont été commises par la division Hermann Goering Parachute Panzer. 114 Division légère.

Avec le débarquement allié à Anzio (Opération Shingle) le 22 janvier 1944 pour tenter de déborder la ligne Gustav, la division fut l'une des premières à réagir et avec les 3e Panzergrenadier et 4e Divisions Fallschirmjäger, le PDHG réussit à bloquer les forces alliées. dans la tête de pont. Dans le même temps, les Alliés lancent une offensive pour percer la ligne Gustav, qui comprend la bataille de Monte Cassino (janvier à mai 1944). Le 15 février 1944, des bombardiers stratégiques alliés ont attaqué l'abbaye de Monte Cassino en croyant à tort que les Allemands l'utilisaient comme une place forte, alors qu'en fait, elle servait d'abri pour les réfugiés. L'abbaye et certaines parties de la ville ont été dévastées, les Allemands n'y sont entrés qu'après les raids. Heureusement, deux officiers du PDHG (Oberstleutnant Julius Schlegal et Hauptmann Maximilan Becker) s'étaient arrangés pour les archives (qui contenaient quelque 1 400 manuscrits irremplaçables, des collections de la Keats-Shelley Memorial House, des peintures de da Vinci, Titien et Raphaël, ainsi que comme les restes de saint Benoît) pour être transférés au Vatican juste au moment où la bataille avait commencé. Bien que Schlegel ait passé plusieurs mois dans une prison alliée après la guerre en tant que pilleur présumé, il a été libéré par le feld-maréchal Alexander à la suite du témoignage des moines de Monte Cassino.

Alors que la bataille de Monte Cassino touchait à sa fin, la division subirait deux re-désignations successives. En avril 1944, il a été rebaptisé Fallschirm-Panzer-Division Hermann Göring, mais en mai 1944, il a été rebaptisé Fallschirm-Panzer-Division 1 Hermann Göring (FPD1HG). La division se composait de :

QG divisionnaire
Parachute Panzergrenadier Regiment 1 HG
Parachute Panzergrenadier Regiment 2 HG
Parachute Panzer Regiment HG
Parachutiste Panzer Bataillon de Reconnaissance 1 HG
Parachute Panzer Fusilier Bataillon 1 HG
Régiment d'artillerie parachutiste Panzer 1 HG
Parachute Panzer Pioneer Bataillon 1 HG
Parachute Panzer Signals Bataillon 1 HG
Parachute Panzer Field Remplacement Bataillon 1 HG

À peu près au même moment, la division a été retirée pour se reposer et se reposer près de la Toscane, en préparation d'un mouvement vers la France, pour lutter contre l'invasion alliée attendue. Cependant, il a de nouveau été déplacé vers les lignes de front lorsque les Alliés ont réussi à franchir la ligne Gustav mais n'ont pas pu arrêter l'avance alliée (opération Buffalo). La situation de la 10e armée allemande (sous le commandement du général Heinrich von Vietinghoff) devenait critique car elle risquait d'être coupée, mais le lieutenant-général Mark Clark (cinquième armée américaine) a ordonné que l'axe principal d'avancée soit modifié pour celui formulé dans le cadre d'un plan alternatif. (Opération Tortue), en direction de Rome, que les Alliés prirent le 5 juin 1944 (Clark voulait que ce soit un honneur singulièrement américain et des unités de la police militaire américaine étaient donc stationnées aux carrefours routiers à la périphérie de la ville pour refuser l'entrée au personnel militaire britannique ).

Le 15 juillet, la division a été déplacée de son emplacement près de Florence à la rivière Vistule sur le front de l'Est, où elle a combattu et détruit le IIIe corps de chars de l'Armée rouge au nord de Varsovie, ainsi que la 5e division Panzer SS "Viking" et la 19e Panzer Division. (1)

En août, il contre-attaque la tête de pont de Magnuszew mais ne parvient pas à percer. L'Armée rouge ralentit cependant sa progression car Staline n'avait aucune envie d'aider l'Armée de l'intérieur polonaise (Armia Krajowa) qui combattait à Varsovie à ce moment-là. Le 24 septembre 1944, la Fallschirm-Panzergrenadier-Division 2 Hermann Göring (FPD2HG) commença à se former dans la région de Radom et fut activée en octobre 1944. Elle se composait de :

QG divisionnaire
Parachute Panzergrenadier Regiment 3 HG (2)
Parachute Panzergrenadier Regiment 4 HG
Parachute Panzer Reconnaissance Bataillon 2 HG
Parachute Panzer Fusilier Bataillon 2 HG
Parachute Panzer Artillerie Regiment 2 HG
Bataillon de canons d'assaut parachutistes HG
Parachute Panzer Pioneer Bataillon 2 HG
Parachute Panzer Signals Bataillon 2 HG
Parachute Panzer Field Remplacement Bataillon 2 HG

Il a ensuite été rejoint par sa division sœur, formant ainsi le Panzer Corps Hermann Göring. Le Corps était en action lors de l'offensive soviétique en Prusse orientale en octobre 1944, en particulier autour de Gumbinnen, et était toujours en première ligne après l'arrêt de l'offensive soviétique en novembre 1944. Il a été rattaché au groupe d'armées Vistule le 24 janvier 1945 et en action à nouveau près de Radom pendant l'offensive soviétique Vistule-Oder, mais a été piégé dans la poche de Heiligenbeil avec la 4e armée allemande. Il est évacué par mer vers Swinemünde en Poméranie mais remis en action presque immédiatement, avec la Brandenburg Panzergrenadier Division. En avril, le corps est envoyé en Silésie puis en Saxe. Le 22 avril 1945, le FPD1HG était l'une des deux divisions qui ont franchi la frontière interarmées près de Bautzen entre la 2e armée polonaise et la 52e armée soviétique, où elle a détruit les communications et une partie du train logistique, ainsi que malmené le 5e division d'infanterie polonaise et 16e brigade de chars. À la fin de la guerre, le corps combattait près de Dresde et alors qu'il tentait d'atteindre les Alliés occidentaux, il fut encerclé par l'Armée rouge et détruit, avec seulement un petit nombre de membres qui rejoignirent les forces américaines sur l'Elbe.

Commandants

Polizeiabteilung z.b.V. Wecke

Février 1933 – juillet 1933 Major der Schutzpolizei Walther Wecke

Landespolizeigruppe Wecke z.b.V.

Juillet 1933 – décembre 1933 Oberst der Landespolizei Walther Wecke

Landespolizeigruppe Général Göring

Décembre 1933 – juin 1934 Oberst der Landespolizei Walther Wecke
juin 1934 – avril 1935 Oberstleutnant der Landespolizei Friedrich Jakoby

Général de régiment Göring

Avril 1935 – septembre 1935 Oberstleutnant der Landespolizei Friedrich Jakoby

Général de régiment Göring

Septembre 1935 – août 1936 Oberstleutnant Friedrich Jakoby
Août 1936 – mai 1940 Major Walther von Axthelm
juin 1940 – juillet 1942 Oberst Paul Conrath

Brigade Hermann Göring

Juillet 1942 – octobre 1942 Major général Paul Conrath

Division Hermann Göring

Octobre 1942 – mai 1943 Major général Paul Conrath

Panzer-Division Hermann Göring

Mai 1943 – avril 1944 Major général Paul Conrath

Fallschirm-Panzer-Division Hermann Göring

Avril 1944 Generalmajor Wilhelm Schmalz

Fallschirm-Panzer-Division 1 Hermann Göring

Mai 1944 – septembre 1944 Generalmajor Wilhelm Schmalz
Octobre 1944 – février 1945 Generalmajor Horst von Necker
Février 1945 – Mai 1945 Generalmajor Max Lemke

Fallschirm-Panzergrenadier-Division 2 Hermann Göring

Septembre 1944 – novembre 1944 Generalmajor Erich Walther
novembre 1944 – janvier 1945 Oberst Wilhelm Söth
Février 1945 – Mars 1945 Oberst Georg Seegers
Mars 1945 Oberst Helmut Hufenbach
Mars 1945 – Mai 1945 Generalmajor Erich Walther

Fallschirm-Panzer-Korps Hermann Göring

Bibliographie

Historique de l'axe site Web, situé à l'adresse http://www.axishistory.com, en date du 25 juillet 2018.

Bellis, M. (1988) Chars et formations allemands 1939-45, Crewe : auto-édité.

Kurowski, F. (1995) L'histoire du Fallschirmpanzerkorps Hermann Göring, Winnipeg : Éditions JJ Fedorowicz.

Peter H. (2008) 'Landespolizeigruppe Wecke z.b.V.', Axis History Forum Post, daté du 5 janvier 2008, situé à https://forum.axishistory.com/viewtopic.php?t=133075, en date du 19 mars 2019.

Nafziger, G. (2011) Histoire de l'organisation des formations blindées allemandes 1939-1945, Combined Arms Research Library (Digital Library), archivé à partir de l'original du 8 décembre 2011, situé à l'adresse https://web.archive.org/web/20111208094147/http://www.cgsc.edu/CARL/nafziger/939GXPZ. PDF, au 17 juillet 2018.

OTAN. (2015) Page web 'Zone locale – Montecassino', École des systèmes d'information et de communication de l'OTAN site Web, situé à l'adresse https://www.nciss.nato.int/montecassino.php, depuis le 11 avril 2019.

Otte, A. (1991) La division Panzer HG, Atglen, Pennsylvanie : Éditions Schiffer.

Carrière, B. (1978) Division Fallschirmpanzer 'Hermann Göring', Londres : Osprey Publishing, Vanguard Series No. 4.

Wikipédia. (2019) 1st Fallschirm-Panzer Division Herman Göring, daté du 6 avril 2019, situé à https://en.wikipedia.org/wiki/1st_Fallschirm-Panzer_Division_Hermann_G%C3%B6ring, en date du 17 avril 2019.

Wikipédia. (2017) Fallschirm-Panzergrenadier Division 2 Herman Göring, daté du 11 novembre 2017, situé à https://en.wikipedia.org/wiki/Fallschirm-Panzergrenadier_Division_2_Hermann_G%C3%B6ring, en date du 17 avril 2019.

Wikipédia. (2019) Page Web « Battle of Anzio », datée du 24 mars 2019, située à l'adresse https://en.wikipedia.org/wiki/Battle_of_Anzio, en date du 11 avril 2019.

Williamson, G. (2003) Le 'Hermann GDivision d'öring, Oxford : Osprey Publishing, série Men-at-Arms n° 385.

Remarques

(1) Voir https://www.webcitation.org/655ZByvPc?url=http://www.ess.uwe.ac.uk/genocide/partisans1.htm
(2) Il a été formé à partir du Fallschirmjäger Regiment 16 de la 6 Fallschirmjäger Division.


Voir la vidéo: Uniforme Panzertruppe Hermann Göring Oberleutnant - Sicile 1943 - Présentation duniforme Panzer (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Senon

    J'espère que tu prendras la bonne décision. Ne désespérez pas.

  2. Rose

    Je crois que tu as eu tort. Je suis capable de le prouver. Écrivez-moi dans PM, cela vous parle.

  3. Gogis

    Oui en effet. Je suis d'accord avec tout ce qui précède. Discutons de cette question. Ici ou à PM.

  4. Yohn

    la brillance

  5. Rasmus

    Une bonne réponse

  6. Mazuktilar

    Il est temps de devenir raisonnable. Il est temps de venir en lui-même.



Écrire un message